Version classiqueVersion mobile

Francophonie et mondialisation

 | 
Anne-Marie Laulan
, 
Didier Oillo

Les TIC, alternatives à la mondialisation13

Michel Arnaud

Texte intégral

  • 13 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

1La Francophonie est un lieu d'échanges entre cultures différentes qu'elle a à cœur non seulement de respecter, mais aussi de promouvoir au sein d'une aire linguistique commune. Elle peut jouer le rôle de vecteur dans le développement culturel et économique local en favorisant le rétablissement de l'équilibre des échanges entre pays riches et pays en voie de développement, en particulier en garantissant l'éclosion et le développement d'industries locales dans le domaine des contenus en ligne par la promotion des normes ouvertes et des logiciels libres.

Normes ouvertes et logiciels libres, facteurs de développement durable

2Si les technologies de l'information et de la communication permettent « à chacun d'entre nous, en tout point du monde, d'accéder quasi instantanément à l'information et au savoir dont les particuliers, les organisations et les communautés devraient pouvoir bénéficier » comme l'affirme le plan d'action du SMSI, adopté à Genève en décembre 2003 (§ 10), les enjeux autour des développements informatiques concernant les outils et dispositifs de communication font que les normes ouvertes et les logiciels libres sont le prochain terrain de négociation entre États, après celui sur l'adressage et les protocoles de communication.

Le développement durable nécessite le rééquilibrage de la répartition de la plus-value économique entre pays riches et pays émergents

3Selon le rapport 2001 sur le développement humain du PNUD, 185 des 500 entreprises du classement de la revue Fortune externalisent leurs activités informatiques en Inde. Internet contribue à l'émergence d'une nouvelle géographie socio-politique où les frontières nationales disparaissent au profit de frontières électroniques qui créent des îlots de prospérité, zones franches tournées vers l'exportation dans le cas des pays émergents en relation directe avec les centres de transaction des quartiers d'affaires des pays riches. La question se pose de la pertinence de ce modèle de développement économique où, d'un côté, les pays riches voient le nombre des chômeurs augmenter inexorablement, tandis que, de l'autre, la création de richesse n'est pas suffisante pour tirer vers le haut la majorité des populations vivant souvent au-dessous du niveau de pauvreté, autour de zones franches réalisant l'essentiel de leurs chiffres d'affaires à l'exportation (Traoré, 1999). Seule la décision politique des investisseurs issus des pays émergents de modifier la donne quant à l'orientation de leurs projets peut amener le changement espéré, propice au développement économique local et au renforcement de la diversité culturelle. Ce changement s'appuie à notre sens sur le développement de produits génériques dans les domaines importants, tels que l'alimentation, la santé et l'éducation. Ceci suppose que soit contrecarrée la politique de brevets impulsée par les multinationales et tendant à imposer le paiement de redevances sur les semences agricoles, les médicaments et les logiciels. Le Simputer a été créé en 2001 à l'Institut 13 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

4indien de la science de Bangalore, concept très intéressant d'un micro-ordinateur à 200 dollars américains, fonctionnant avec un logiciel libre et une interface vocale dans les principales langues indiennes. Ses inventeurs l'ont conçu en pensant au marché des villageois analphabètes qui représentent la large majorité du peuple indien. Pourtant, les capitaux indiens ayant boudé le projet, une entreprise de Singapour a repris le flambeau en 2003 avant que des fonds publics indiens (Bharat Electronics) ne décident, en avril 2004, de lancer une version allégée en note pad, l’Amida Simputer. Ces péripéties sont symptomatiques du changement en cours dans les mentalités des investisseurs des pays émergents qui constatent que de vrais marchés vont bientôt s'ouvrir aussi chez eux, qu'ils ont intérêt à les développer en mettant en pratique un autre modèle économique que la sous-traitance et que la plus-value.

Les normes ouvertes comme soutien au modèle économique des logiciels libres

5Dans ce contexte, la définition de norme ouverte prend tout son sens : elle consiste à mettre à la disposition des développeurs des interfaces écrites en logiciels libres et utilisables pour faire communiquer les briques logicielles entre elles. La flexibilité de la norme ouverte est garantie par l'utilisation d'outils logiciels les plus courants et susceptibles d'évoluer dans le temps.

6Enfin, sa transparence est assurée grâce à une description détaillée de ses fonctionnalités. La conséquence de la standardisation des interfaces entre modules logiciels est qu'ils deviennent non seulement interopérables, mais interchangeables, permettant de combiner un module développé en logiciel libre à un autre réalisé avec un logiciel propriétaire. De cette manière, la confiance s'instaurera autour des logiciels libres qui répondront à la demande du marché, en étant bon marché, fiables et évolutifs. Les normes ouvertes et sans brevet actuellement discutées au niveau international au sein d'ISO sont un point de passage obligé pour obtenir la certification dont l'enjeu est le marché mondial : participer activement à l'élaboration de ces normes donne un avantage compétitif à un éditeur de logiciels dans la mesure où il peut orienter ses développeurs de telle sorte que son produit soit certifié conforme aux normes quand il sera mis sur le marché. Les normes ouvertes contribueront ainsi à l'émergence d'entreprises informatiques locales et à un partage d'expertise au niveau mondial.

Normes ouvertes et logiciels libres promeuvent la diversité culturelle et linguistique

7La conférence ministérielle de la Francophonie sur la société de l'information qui s'est tenue à Rabat en septembre 2003 a souligné « l'importance du soutien à la production et à la circulation de contenus reflétant la diversité des identités culturelles et linguistiques, notamment par l'utilisation des logiciels libres. Le libre choix d'une expression en langue française et dans les langues nationales doit pouvoir être exercé. »

Choix des logiciels libres pour préserver la diversité culturelle

8Pour garantir le libre accès des citoyens aux informations publiques, il est indispensable que l'encodage des données ne repose pas sur un fournisseur unique. L'utilisation de formats ouverts et standardisés renforce cet aspect avec l'usage des logiciels libres. Afin de garantir la sécurité nationale, il est indispensable de pouvoir se fier à des systèmes dépourvus d'éléments autorisant leur contrôle à distance ou la transmission non désirée d'informations à des tiers. De ces constatations découle la nécessité d'utiliser des systèmes d'information dont le code est librement accessible, afin de permettre leur inspection par l'État lui-même et par les citoyens. La récente étude sur la place du français dans Internet réalisée pour l'INTIF par FUNREDES, en 2002, comptabilise le nombre de pages accessibles sur le Web par les moteurs de recherche selon les diverses langues et révèle un apparent retour de l'anglais (45 %) par rapport au français (4 %), aux langues latines (espagnol : 5 %, italien : 2 %, portugais : 2 %) et à l'allemand (6 %), inversant la tendance qui avait prévalu de 1996 à 2001. 90 % de la production de pages Web en français étant répartis entre la France, le Canada, la Belgique et la Suisse, il convient de stimuler la production par les pays francophones du Sud, parmi lesquels émergent le Maroc, la Côte d'Ivoire, le Liban, le Sénégal et la Tunisie, sans compter celle des langues partenaires de la Francophonie. Étant donné la limitation des disponibilités financières au sud, cet objectif n'est envisageable que si des logiciels bon marché, mais performants, sont disponibles. Les logiciels libres de création de contenus Web et de moteurs de recherche dans les langues concernées font partie des solutions à promouvoir dans l'objectif de la défense de la diversité culturelle et linguistique.

Développement, diffusion et usage des logiciels libres encouragés

9La conférence de Rabat a prôné le développement, la diffusion et l'usage des logiciels libres. Il s'agit de recourir à des partenariats croisés entre pays riches et pauvres, institutions publiques et privées, pour accélérer le processus d'appropriation des langages de développement des logiciels libres. En partenariat avec l'Association francophone des utilisateurs de Linux et logiciels libres (AFUL), l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), via son programme « TIC et appropriation des savoirs », met en place des centres Linux et logiciels libres pour le développement (3LDév) fondés sur la mise en place et l'utilisation de solutions technologiques et pédagogiques ouvertes dans les pratiques d'enseignement, de recherche ou de communication, là où les universitaires de toutes disciplines en exprimeront le besoin. Des ateliers logiciels libres ont été organisés par la Commission économique pour l'Afrique (CEA) et l'Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF-INTIF) à Addis-Abeba, Bamako et Lomé en 2003.

10Avec les normes ouvertes, la flexibilité des combinaisons de modules permet de constituer les ensembles de fonctionnalités les plus à même de répondre aux besoins des utilisateurs en respectant leurs particularités sociales et culturelles, quel que soit le modèle pédagogique choisi. La déclinaison de normes internationales ouvertes et sans brevets dans le domaine de l'accès au savoir en ligne est stratégique, car, de cette manière, les formats proposés de données échangées peuvent être suffisamment riches pour pouvoir accommoder toutes sortes de scénarios pédagogiques avec un suivi important et des évaluations en ligne. À charge pour les développeurs de concevoir des briques logicielles libres répondant aux spécificités culturelles régionales, mais restant interopérables grâce au respect des normes ouvertes. Autre avantage, les dispositifs d'apprentissage en ligne réalisés en logiciels libres sont à des prix beaucoup plus bas que les solutions propriétaires, quand ils ne sont pas gratuits.

Conclusion

11Promouvoir la diversité culturelle et linguistique consiste, entre autres démarches, à s'appuyer sur les normes ouvertes et les logiciels libres. Il s'agit non seulement de donner les moyens de réaliser des logiciels accommodant les aspects culturels et linguistiques, mais aussi de favoriser le partage de connaissances et de savoir-faire autour de leur conception de telle sorte qu'une chance égale soit donnée à tout groupe de développeurs de par le monde pour réaliser et mettre en vente ce dont ses clients ont besoin. Des associations regroupent concepteurs, développeurs, enseignants/tuteurs et étudiants, pour fournir des kits de qualité en logiciels libres, à partir de spécifications à discuter sur les forums et autres lieux collaboratifs. Le projet Debian regroupe des centaines de développeurs bénévoles unis par un contrat social, est géré comme une démocratie directe et produit de nombreux logiciels libres. Des groupes d'États ont compris l'intérêt de cette dynamique et l'appuient en vue d'affermir les capacités de leurs industries logicielles et de se donner les moyens de sortir de la dépendance vis-à-vis d'un seul éditeur logiciel en situation de quasi-monopole. L'accès au savoir en ligne est une condition indispensable à l'innovation et partie prenante d'un modèle économique garantissant un espace d'adaptation, d'organisation autonome et de développement à l'échelon régional. L'utilisation des logiciels libres offre la possibilité de retourner la tendance de l'apprentissage en ligne réservé à une élite, parce qu'elle permet d'abaisser les coûts. Elle donne aux pédagogues et aux développeurs la possibilité de dialoguer et de construire ensemble les outils dont les premiers ont réellement besoin. Au lieu d'avoir des systèmes vendus clés en main qui imposent des modèles pédagogiques prédéfinis, les logiciels libres, au contraire, rendent possible le développement de dispositifs d'apprentissage en ligne à une échelle régionale. Ceci permet de développer des dispositifs en phase avec les habitudes culturelles et pédagogiques locales, constamment modifiables dans la mesure où le code est disponible à tous et où les communautés collaboratives de pédagogues et de développeurs se chargent des améliorations nécessaires.

12Ces remarques permettent de proposer les logiciels libres et les normes ouvertes comme faisant partie de la notion de bien public régional dans le cadre du développement durable (Stiglitz, 2002). Parmi les multiples objectifs à atteindre, citons la garantie du libre accès au savoir en ligne, obtenue en donnant les moyens aux établissements publics de négocier des taux préférentiels pour les équipements, les tarifs de télécommunications et les droits d'auteur (Kaul, 1999). Il est temps que les États s'engagent dans les négociations internationales pour garantir la pérennité des développements en logiciels libres. Une telle approche favorise l'extension à de vastes zones culturelles et géographiques de modèles flexibles d'interactions aussi bien pédagogiques que technologiques, devant être adaptés pour mieux répondre aux habitudes et aux pratiques régionales. C'est le moment de participer aux négociations ISO et d'appliquer des méthodes d'implication des partenaires clés, en particulier des représentants des utilisateurs finaux et des prescripteurs aux côtés des industriels. La Francophonie joue un rôle important à cet égard.

Bibliographie

References bibliographiques

Commission On Global Governance, Our Global Neighborhood, Oxford University Press, 1995.

Kaul, L., Grunberg, I., Stern, M., Les Biens publics à l'échelle mondiale. La coopération internationale au xxie siècle, PNUD, New York, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Pnud, Rapport sur le développement humain, 2001.

Rogoff, B., Goodman Turkanis, C., Bartlett, L. (dir.), Learning Together : Children and Adults in a School Community, New York, Oxford University Press, 2001.

Stiglitz, J., prix Nobel d'économie, La Grande désillusion, Paris, Fayard, 2002.

Traore, A., L'Étau. L'Afrique dans un monde sans frontières, Arles, Actes Sud, 1999.

Notes

13 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search