Version classiqueVersion mobile

Francophonie et mondialisation

 | 
Anne-Marie Laulan
, 
Didier Oillo

La diversité culturelle à l'Unesco9

Anne-Marie Laulan

Texte intégral

  • 9 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.
  • 10 Les Civilisations dans le regard de l'autre, actes du colloque, Unesco et EHESS, Paris, 2001.

« La persistance d'images anciennes dans l'imaginaire collectif s'exprime parfois en rêves d'empire alors même que de nouveaux modèles politiques sont recherchés. L'exploration de nouvelles formes d'universalisme, si elle révèle le souci d'ouverture à l'autre, illustre aussi la pluralité des cultures et leurs interactions continues dans l'espace et dans le temps. »
Koïchiro Matsuura, directeur général de l'Unesco10

Étapes d’une lente genèse

  • 11 « Notre diversité créatrice », rapport de la commission mondiale de la culture et du développement, (...)

1C'est en 1988 que le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Javier Perez de Cuellar, lance conjointement avec le directeur général de l'Unesco, Federico Mayor, la « Décennie mondiale du développement culturel ». Dès ce moment émerge l'idée que si les efforts en faveur du développement ont si souvent échoué, c'est parce que les projets sous-estiment l'importance du facteur humain, écheveau complexe de relations et de croyances, de valeurs et de motivations, le cœur même de la culture. Notons dès l'abord que la définition proposée ici de la culture relève d'une conception anthropologique, comme l'entendent Max Weber ou Claude Lévi-Strauss, sans que l'on n'évoque la « culture cultivée » décrite ironiquement par Pierre Bourdieu qui désignait sous ce terme les monuments, œuvres d'art picturales ou musicales consacrés, légitimés, patrimoine réservé à une élite souvent internationale. L'opposition entre une culture universelle, liée à un modèle linéaire de développement, et les démentis cruels de l'actualité de par le monde obligent à tout repenser ; il n'est plus possible, disent les textes de l'époque, de continuer à nier la diversité des cultures, à restreindre les ressources créatrices de l'humanité, écartelée entre un passé vénéré et un avenir incertain. Le vigoureux mouvement de diversité culturelle, dans les années 1990, procède de l'émancipation politique de nombre de nations. « Chaque peuple avait été ainsi conduit à remettre en question le cadre de référence au sein duquel seule la rationalité occidentale était censée produire des lois universelles. Chaque peuple revendiquait le droit de fonder la modernisation sur des bases différentes11 » écrit Perez de Cuellar dans l'avant-propos de son rapport. On finit par comprendre que les échecs et les déconvenues du développement ont pour origine les tensions culturelles dans nombre de sociétés. Les institutions internationales (Banque mondiale, PNUD) ne se contentent plus des seuls critères économiques, évaluant désormais le développement humain à l'aide de données variées qui vont de la liberté politique aux ressources de santé, d'éducation, de jouissance effective des droits de l'homme. L'introduction de paramètres culturels dans les stratégies générales du développement constitue une première étape dans ce processus de redéfinition, à partir de 1992.

2Autre composante du lent mûrissement du concept de diversité culturelle, l'impact des grandes conférences (sommet de Rio) sur les problèmes écologiques. À la suggestion des pays nordiques, l'Unesco crée une Commission mondiale de la culture et du développement (décembre 1992) que préside Perez de Cuellar dont le mandat à l'ONU avait pris fin. La commission Bruntdland avait, à Rio, réussi à convaincre la communauté internationale d'allier l'économie à l'écologie en dépit des résistances d'un très grand pays non-signataire. De même, l'Unesco puis, quelques mois plus tard, les Nations unies (sous Boutros Boutros-Ghali) mettent en place une Commission indépendante de douze membres, chargée de formuler des propositions pour répondre aux besoins culturels dans le contexte du développement et de la mondialisation. Le contexte international (chute du mur de Berlin) entraîne l'implosion d'un des camps en présence mais suscite des ondes de choc telles que, dans bien des pays, la culture locale sert de rempart, voire de refuge pour résister aux bouleversements économiques et technologiques. Exacerbés par de multiples insatisfactions, nombre de peuples se cantonnent dans les chemins étroits de l'identité partisane, ce qui engendre une vague continue d'affrontements internes entre les communautés ethniques, religieuses, nationales. La fin de la guerre froide s'accompagne d'une explosion, sur toute la planète, de guerres civiles, de massacres allant jusqu'aux génocides ; le rapport dénonce le narcissisme des petites différences, conduisant au rejet de l'Autre, mettant en péril la paix, mais aussi, à plus long terme, la diversité des cultures indispensable à la survie de l'espèce humaine. Au risque de paraître politiquement incorrect, qu'il soit permis de rappeler que ce rapport sur « notre diversité créatrice » fut fraîchement accueilli et que sa version intégrale vit sa diffusion restreinte : ceci probablement parce que les recommandations et l'agenda déstabilisaient les politiques culturelles bien établies dans les pays occidentaux. Il faudra attendre la fin de la « décennie culturelle » pour qu'en 1999 les événements se précipitent, l'Unesco organisant un colloque avec la participation de nombre de représentants de pays du Sud, sous l'intitulé provocateur : « la culture, une marchandise pas comme les autres ? ». C'est proclamer officiellement l'opposition à une conception libérale, généralement anglo-saxonne, de la culture comme entertainment, marchandise de distraction génératrice de profit. C'est en même temps d'âpres négociations à la conférence ministérielle de l'OMC (1999), avec d'ailleurs l'abandon de la notion d'exception culturelle, ressentie comme purement négative.

3La mise en place d'un instrument de contrôle international est réclamée dans un nombre croissant d'instances principalement européennes, souvent francophones, auxquelles se joint le Canada. Les ministres de la Culture réunis dans le cadre de l'Unesco, le 2 novembre 1999, stipulent que l'Organisation qui regroupe presque tous les pays du monde (sauf États-Unis à l’époque) doit jouer un rôle déterminant quant à l'affirmation de la diversité culturelle, la doter de moyens face à la mondialisation. On passe ainsi de la défense des identités culturelles à la préservation juridique de la diversité culturelle. Nous oserons un parallèle avec les travaux des scientifiques soucieux, à la même époque, de préserver la diversité du patrimoine biologique, lui aussi menacé par les pratiques industrielles de productivité. Paradoxalement, nature et culture relèvent du même combat ; il en résulte une nouvelle stratégie vis-à-vis des relations commerciales internationales, une nouvelle vision des politiques de développement durable. Le rôle joué personnellement par Mme Lourdes Arizpe, ethnologue mexicaine appelée à la Direction du secteur de la culture à l'Unesco, mérite d'être souligné, tant elle eut à affronter des oppositions, parfois sarcastiques, venues du monde anglo-saxon et des économistes classiques. La question anthropologique de l'identité nationale, celle des minorités établies de longue date sur un territoire et, fait nouveau, celle des populations immigrées (Canada, Australie) amènent à forger un nouveau concept : le multiculturalisme. Quel est le statut social de ces groupes, contraints à l’assimilation/clandestinité ? Quelle place réserver à ces langues minoritaires, aux coutumes vestimentaires, aux rites alimentaires, etc. ? Certains grands ensembles géographiques, telles la Méditerranée, l'Inde, se caractérisent par le plurilinguisme et la pluriculturalité vécus généralement de façon pacifique. Ailleurs, (Caraïbes, océan Indien...) ont lieu des affrontements qui, sous le prétexte de la langue, recouvrent des sentiments de domination économique et culturelle.

4Au tournant du siècle, la conception anthropologique de la culture et de ses implications politiques, voire idéologiques, favorise à l'Unesco une évolution marquée vers la définition de règles (droits culturels) et de choix durables affectant les générations futures. Mais au sein des États membres, pourtant tous soucieux de démocratie, apparaissent bien des différends, objet de débats de fond ; par exemple, le droit d'auteur, le droit d'accès à l’œuvre que complique encore l'avènement du numérique ; ou encore les politiques culturelles en faveur dans les pays en développement qui cherchent à se réapproprier leur système de valeurs spécifique (recherche des racines, volonté d'un développement endogène) alors que les pays industrialisés se préoccupent davantage des relations avec les partenaires privés (entreprises de production, auteurs, financeurs). La mondialisation de la culture a des effets négatifs : dérégulation des marchés, concentration économique, domination de multinationales puissantes, avec un risque de standardisation culturelle condamnant à la disparition les identités minoritaires et leur langue.

Accélération des prises de décision

  • 12 Déclaration universelle de l'Unesco sur la diversité culturelle, Unesco, Paris, 2002.

5Avec l'arrivée du successeur de Federico Mayor, le Japonais Koïchiro Matsuura, économiste de formation, la défense de la diversité culturelle devient plus offensive. La Déclaration universelle de l'Unesco sur la diversité culturelle été adoptée par acclamation en 2001, quelques jours après les attentats du 11 septembre. En corollaire est lancé un projet d'alliance globale pour aider les pays en développement à se doter de circuits de production et de distribution indépendants (à titre d'exemple : 88 pays sur les 193 États membres de l'Unesco n'ont jamais produit un seul film). Les entreprises culturelles et le mécénat du privé sont donc invités à s'investir dans des partenariats inédits, respectant la démarche endogène des pays en développement. Milagros del Corral, responsable de l'Alliance globale pour la diversité culturelle depuis sa création, en 2002, estime que le chiffre d'affaires généré par l'ensemble des entreprises culturelles du monde (891 milliards de dollars) pourrait permettre de financer, sous forme de bourses, vingt-cinq projets pilotes d'expression culturelle locale, indépendante. Si la Jamaïque qui compte 2 000 musiciens et 12 000 emplois liés à ce secteur s'est immédiatement mise sur les rangs, la France, pourtant pionnière de la diversité culturelle dans les négociations commerciales, n'a pris aucune initiative concrète. Les experts internationaux en échanges commerciaux et en développement (Cnuced) sont appelés à définir les politiques publiques à mettre en place, à organiser les accords de partenariat avec les acteurs du secteur privé de la production de biens culturels, nombreux mais très segmentés. La lutte contre la piraterie ne peut non plus être oubliée. Malheureusement, il en va de la solidarité culturelle comme de la solidarité numérique invoquée vainement au sommet de Genève : rares sont les pays qui acceptent d'y souscrire ; on voit même certaines grandes nations multiplier précipitamment les accords bilatéraux de commercialisation et surtout de distribution, dans le but de freiner l'application de la future convention aux règles contraignantes. Une offensive des États-Unis, dès leur retour à la conférence générale de l'Unesco (2003), les a conduits à déposer un projet de résolution mettant en doute, en termes diplomatiques, « l'opportunité de l'élaboration d'un instrument normatif international concernant la diversité culturelle12 ». Cette résolution fut rejetée. Deux mois plus tard, le directeur général a installé un comité d'experts indépendants de douze membres (dont un Français), chargé d'une première élaboration d'une convention « concernant la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques » qui rendra ses propositions en juin 2004 et sera suivie d'une consultation intergouvernementale à l'automne, de manière à pouvoir présenter au Conseil exécutif, puis à la conférence générale le projet de la convention. « Il nous faut maintenant ancrer dans le droit par une convention les principes de la diversité culturelle et, de même, établir les principes de la bioéthique en droit public par un texte de portée universelle », plaide le président Jacques Chirac (octobre 2003) lors de son intervention à l'ouverture de la 31e session. Quelques mois plus tard, Abdou Diouf (janvier 2004) énumère les dangers encourus par les cultures traditionnelles et déclare avec force au nom de la Francophonie : « Le repli sur soi, sur une seule langue, sur une seule culture, est un combat d'arrière-garde » ; il démontre que toute culture monolinguiste, marchandisée, mondialisée, sera la première victime des mécanismes économiques et financiers, car tout échange suppose le dialogue des civilisations, implique l'existence et le respect de l'Autre. L'humanité se vit et se décline à travers la diversité des cultures qui l'expriment. Quelques semaines auparavant, Adama Samassekou, président du comité préparatoire du Sommet mondial sur « la société de l'information » (Lyon, décembre 2003), en soulignait les avancées positives : le face-à-face institutions/opérateurs industriels a été progressivement modifié par l'irruption forte de représentants de la société civile ; simples observateurs tolérés, mais fortement auto-organisés, ils ont finalement enrichi les perspectives en imposant un partenariat multi-acteurs, plaçant le développement durable au centre des préoccupations du sommet de Tunis (2005).

6Pour survivre, la civilisation moderne de demain sera une société de communication, de dialogue multiculturel et plurilinguistique, à l'image de ce que sont déjà nos grandes cités cosmopolites. En ce sens, le combat pour la francophonie rejoint celui de la diversité culturelle et pourrait prendre place comme instrument d'un nouvel ordre mondial, géopolitique plus encore que linguistique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Assises européennes sur la diversité culturelle, Varsovie, Unesco, 3-5 juin 2004.

Conférence intergouvernementale de Stockholm sur les politiques culturelles pour le développement, rapport final, Unesco, 1998.

La Información en el nuevo orden interacional, Instituto latinoamericano de estudios transnacionales, Mexico, 1977.

Toward a New World Information Order. Consequences for Development Policy, Institut für internationale Begegnungen und Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, 1978.

Pavlic, B., Hamelink, C. J., Le Nouvel Ordre économique international : économie et communication, collection Études et documents, no 98, Unesco, 1985.

Traber et Nordenstreng, Few Voices, Many Worlds, World Association for Christian Communication ed., Londres, 1992.

Tupper, P., Allende, la cible des médias chiliens et de la CIA (1970-1973), Éditions de l'Amandier, Paris, 2003.

Notes

9 Reprise du no 40 de la revue Hermès, « Francophonie et mondialisation », 2004.

10 Les Civilisations dans le regard de l'autre, actes du colloque, Unesco et EHESS, Paris, 2001.

11 « Notre diversité créatrice », rapport de la commission mondiale de la culture et du développement, traduction française, Unesco, Paris, 1995.

12 Déclaration universelle de l'Unesco sur la diversité culturelle, Unesco, Paris, 2002.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search