Versione classicaVersione mobile

Francophonie et mondialisation

 | 
Anne-Marie Laulan
, 
Didier Oillo

Présentation générale

La Francophonie, fer de lance de la bataille pour la diversité des expressions culturelles

Anne-Marie Laulan e Didier Oillo

Testo integrale

  • 1 Cf. encadré

1La Francophonie regroupe près de 60 pays1 représentant 500 millions de personnes dont un peu moins de la moitié parle le français. Dans son sens premier, le mot francophonie désignait « l’ensemble des gens ayant dans le monde le français comme langue maternelle ou seconde », mais de nos jours, la Francophonie ne se réduit pas à la promotion de la langue française. En effet, la Francophonie a été voulue par des chefs d’État indépendants (Senghor, Sénégal ; Diori, Niger ; Bourguiba, Tunisie ; etc.) qui cherchaient à défendre, en même temps que la langue, des intérêts économiques, politiques et culturels communs.

2Effectivement, la dérive vers une hégémonie linguistique est un risque que la Francophonie a su éviter. Elle défend depuis son origine les langues partenaires, prône le multilinguisme car le monde aujourd’hui plus ouvert grâce aux moyens de communication modernes est aussi plus cruel, plus compétitif voire ségrégationniste. Une de ses originalités est qu'elle constitue un lieu privilégié d'expression et de renforcement de la diversité des cultures et des langues qui la composent et qui fondent son projet de solidarité. Il est cependant important qu’elle évite deux écueils, que la procédure l'emporte sur le fond, que la technique l'emporte sur le politique. Cela semble être le cas actuellement, car, de nos jours, adhérer à l’organisation internationale de la francophonie (OIF) représente, surtout, le partage de valeurs culturelles, démocratiques et une alternative à l’hégémonie économique et à la pensée unique. D’où le soutien apporté par la Francophonie au combat en faveur de la diversité des expressions culturelles définie par une convention de l’Unesco en 2005.

La Francophonie : carte d’identité
Origine
L'Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) est instituée le 20 mars 1970 à Niamey sous l'impulsion des présidents Léopold Sédar Senghor, Hamani Diori, Habib Bourguiba et du Prince Norodom Sihanouk.
Objectifs
« La Francophonie, consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération et du développement, a pour objectifs d'aider :
– à l'instauration et au développement de la démocratie, à la prévention des conflits et au soutien à l'état de droit et aux droits de l'Homme ;
– à l'intensification du dialogue entre les cultures et les civilisations ;
– au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ;
– au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l'essor de leurs économies ». (Article 1. Objectifs. Charte de la Francophonie.)
Population concernée
L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) réunit, en 2008, 55 États et gouvernements membres et 13 observateurs, soit une population de plus de 500 millions de femmes et d'hommes.
Le statut du français varie d'un pays francophone à l'autre. Le français a statut de langue officielle, seul ou avec d'autres langues, dans 32 d'entre eux.
55 États et gouvernements membres et membres associés
Albanie, Andorre, Belgique, Bénin, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada, Canada-Nouveau Brunswick, Canada-Québec, Cap-Vert, Centrafrique, Chypre, Communauté française de Belgique, Comores, Congo, République démocratique du Congo, Côte-d'Ivoire, Djibouti, Dominique, Égypte, Ex-République yougoslave de Macédoine, France, Gabon, Ghana, Grèce, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Haïti, Laos, Liban, Luxembourg, Madagascar, Mali, Maroc, Maurice, Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Roumanie, Rwanda, Sainte-Lucie, São Tomé et Príncipe, Sénégal, Seychelles, Suisse, Tchad, Togo, Tunisie, Vanuatu, Vietnam.
13 Observateurs
Arménie, Autriche, Croatie, Géorgie, Hongrie, Lituanie, Mozambique, Pologne, République Tchèque, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Ukraine.
Les opérateurs de la Francophonie
L'OIF s'appuie sur un opérateur principal, l'Agence intergouvernementale de la Francophonie, et quatre opérateurs directs : l'Agence universitaire de la Francophonie, l'Université Senghor d'Alexandrie, l'Association internationale des maires francophones et TV5. L'assemblée parlementaire de la Francophonie est l'assemblée consultative de l'OIF.
Les instances politiques majeures
– Tous les deux ans un « Sommet » rassemble les chefs d’État ou de gouvernement des pays membres. C’est ce Sommet qui définit les grandes orientations politiques de la Francophonie.
– La Conférence ministérielle de la Francophonie est composée des ministres des Affaires étrangères ou des ministres chargés de la Francophonie des pays de l'OIF. Cette conférence annuelle a pour mission de veiller à l'exécution des décisions arrêtées lors d'un Sommet et de préparer le Sommet suivant. De plus, elle recommande l'admission de nouveaux membres (ou de nouveaux observateurs).
– Le Secrétaire général de la Francophonie. Il est élu pour 4 ans par les Chefs d’État et de gouvernement. Il est le visage et la voix de la Francophonie sur la scène mondiale. Par ailleurs, il met en œuvre l’action diplomatique de la Francophonie et anime la coopération entre les différents membres.
– Le Conseil permanent de la Francophonie est composé des représentants personnels dûment accrédités par les chefs d'État ou de gouvernement membres des Sommets. Présidé par le Secrétaire général, le Conseil est chargé de la préparation et du suivi du Sommet, sous l'autorité de la Conférence ministérielle.
Un organe de réflexion
Le Haut Conseil de la Francophonie est placé auprès du Secrétaire général. Il est composé de personnalités indépendantes chargées d'assurer une fonction d’analyse de l’actualité et de prospective.

3La signature, à la quasi-unanimité des états membres de l’Unesco, de cette Convention, fut qualifiée par certains de « mièvrerie ». Certes, ce texte représente l’aboutissement d’un combat lent (plus de trente ans) entre partisans faibles économiquement mais motivés moralement, et d’autres acteurs hégémoniques, disposant de l’appareil de production, de diffusion, avec tout le capital cognitif et symbolique que détiennent les biens culturels. Combat inégal, donc, car si les institutions internationales comme l’ONU (dont l’Unesco est une branche) disposent d’un droit international et peuvent appliquer des sanctions, l’Organisation mondiale du Commerce, elle, est en mesure d’opposer les ententes bilatérales, juridiquement valides, aux nouveaux grands principes énoncés par l’Unesco. D’ailleurs, la ratification, pays par pays, n’est pas encore achevée, tant s’avère nécessaire le toilettage des contrats, alliances, désormais « hors la loi » et parallèlement la transition pour de jeunes contrées vers l’apprentissage puis l’exercice d’une expression culturelle longtemps déniée, voire interdite, pour des raisons industrielles ou idéologiques. La peur, tout autant que les contrôles étatiques ont, depuis des siècles, condamné au silence, à la clandestinité, au secret les manifestations culturelles autochtones, que ce soient les rites funéraires, les chants, les costumes traditionnels, la langue vernaculaire, telle ou telle forme d’art. Le mythe d’Antigone suffit à rappeler que le droit à une sépulture décente est souvent refusé par les oppresseurs, violence suprême, irréversible, encore très prégnante. La mièvrerie peut donc s’interpréter comme une démarche prudente, requise pour toute négociation aux résultats durables dans un domaine éminemment sensible au plan économique, culturel et donc politique.

Une nouvelle donne

4Depuis la signature de la Convention, des éléments tenus pour négligeables se manifestent avec beaucoup de force, des contradictions jusqu’ici insoupçonnées se révèlent. Pour simplifier caricaturalement, on pourrait dire que le combat mené pendant trente ans était proche (lié d’ailleurs) aux luttes de nombre de pays pour leur indépendance politique. Mais la reconnaissance de la souveraineté nationale est contemporaine, inversement, d’une globalisation accélérée des échanges marchands, auxquels les biens culturels ne peuvent échapper. Paradoxalement au moment même où le modèle « centre-périphérie » disparaît des analyses internationales, surgit la question beaucoup plus complexe des identités nationales (ou régionales) revendiquées avec force. Mais la mondialisation des échanges, l’accélération des transports, la diffusion planétaire des œuvres de divertissement, plus récemment encore, l’accès au savoir partagé par un plus grand nombre des habitants de la planète, tous ces phénomènes engendrent un « tourbillon », un maelström jusqu’ici inédit ; toutes les sociétés, sans aucune exception, se trouvent prises en tenaille entre la logique de l’affirmation identitaire et celle de la mondialisation, le tiers-monde et parfois le quart-monde se rencontrent sous toutes les latitudes. Corrélativement, les courants migratoires, pendant longtemps orientés des Sud vers les Nord, connaissent eux aussi des trajectoires en spirale : les Émirats accueillent des populations d’origines distinctes spécifiques pour tel type d’emploi. Des mutations qualifiées de silencieuses se rencontrent en Afrique, du fait des migrations internes et de l’urbanisation croissante. L’élévation vertigineuse de la croissance en Chine suscite des besoins culturels inédits, impensables jusqu’ici, au sein de la population et dote ses ressortissants, à l’extérieur d’une réputation d’envahisseurs, qu’il s’agisse d’objets de consommation ou d’artisanat. En résumé, de nouveaux empires apparaissent, reléguant aux oubliettes les schémas classiques concernant les Civilisations, les grandes Cultures, et par voie de conséquence, les contours de la « barbarie », ou les frontières des Arts premiers.

5Les institutions ne peuvent bien évidemment demeurer à l’écart de ces changements, mais la lenteur du fonctionnement amène parfois à rendre caduque une programmation qui n’aura pu atteindre son terme avant que l’objectif initial ne devienne obsolète. Il en va ainsi pour le (pseudo) concept de Société de l’information, conçu en Occident, planifié par l’Union Internationale des Télécommunications. Avant même la tenue du Sommet mondial, en Tunisie (2005), le nombre et le poids des pays émergents (Brésil, Inde, Chine par exemple), ainsi que la mobilisation de la société civile, faisaient éclater l’idée même d’« une » société, ruinaient les espoirs d’une gouvernance unique de l’Internet, apportaient la preuve concrète des multiples appropriations des outils de connaissance et de culture. Voix multiples, un seul monde, proclamait Sean Mc Bride, au temps de la guerre froide. Mais au xxie siècle, le monde lui-même affiche ses différences, se complait dans l’affirmation de sa diversité.

6Le courant, particulièrement fort dans la France des Lumières, d’un universalisme proclamé, n’échappe pas aux interrogations internes. Citons en quelques-unes, dans la seule année écoulée : d’abord un colloque, au Sénat, organisé conjointement par divers Ministères sur le rôle de l’éducation à la diversité culturelle (février 2007), preuve d’une remise en question d’éducation traditionnelle de notre pays centralisateur et jacobin.

7La Commission nationale française organise presque simultanément un colloque sur L’éducation aux médias, annonçant un « changement d’échelle » en juin 2007, et au siège de l’Unesco, un autre plus épistémologique, intitulé Connaître et comprendre nos sociétés : universalisme scientifique et diversité culturelle. Tour à tour, mathématiciens, économistes, juristes, philosophes tentent de démonter la part de « construction sociétale » de concepts qui semblaient universels. La revue Diogène (n° 219, 2007) publie quelques extraits de ces grands moments de déconstruction. En fin d’année, au Musée du quai Branly, un autre colloque fait appel à des historiens et des politologues pour observer la présence du passé et des mémoires sur les sociétés du monde contemporain. Des observations fines, de longue durée, par des chercheurs souvent autochtones, révèlent une fois encore la complexité des imbrications de la mémoire, de l’histoire familiale ou ethnique, confrontée à la modernité, à d’autres styles de vie, d’autres valeurs. Une fois encore, la mémoire des dominés, la mémoire des déplacés, fait « danser les lignes de vie », loin de tout déterminisme. La conclusion traduit bien la perplexité des politologues quand ils se demandent « que faire du xxe siècle ? », apportant des réponses diverses devant les erreurs, les horreurs, les insouciances écologiques dont les générations futures vont devoir supporter les frais.

8Passer en revue les initiatives intellectuelles qui découlent de la Convention sur l’expression des diversités culturelles démontre s’il en était besoin, que loin des mièvreries, l’institution internationale en charge de la culture nous impose à tous, êtres humains, européens, nantis ou démunis, une incroyable révolution copernicienne, déstabilisante, pleine d’incertitudes, de risques. Le rôle des intellectuels s’avère essentiel pour ce défi du nouveau millénaire, mais, de surcroît, l’observation des pratiques citoyennes, des initiatives endogènes s’avère un facteur important pour l’amélioration du niveau de vie, l’accès au bien être matériel tout autant qu’identitaire, pour tracer ce nouveau chemin. Chaque nation doit demeurer fidèle à ses valeurs fondamentales, en même temps qu’ouverte à la modernité, au partage des savoirs, à l’appropriation des nouvelles technologies. Les rencontres, débats, forum qui se multiplient autour de la construction d’une Union euro-méditerranéenne, se fondent sur la recherche des valeurs communes, des menaces communes (montée en puissance économique d’autres nations), dans une volonté de partage et de réciprocité. L’universitaire gabonais Bonaventure Mvé-Ondo écrit : « l’Afrique ne peut se développer que si elle accepte de se dépasser, de réussir la greffe entre ce qu’elle est et ce qui lui vient d’ailleurs » (in Afrique, « la fracture scientifique », Futuribles, 2003). Cette interpellation concerne probablement toutes les contrées, car le processus de mondialisation tout comme le réchauffement climatique ne permet à personne de se mettre à l’écart. L’expérience, déjà ancienne, de la Francophonie apporte ici de précieuses observations, généralisables à d’autres aires culturelles, bien évidemment.

9La francophonie d’Onésime Reclus, terme qui apparaît pour la première fois dans son ouvrage France, Algérie et colonies, était construite autour du concept d’élargissement de la France à travers la colonisation. Il appelait à bâtir une « Afrique française », unifiée par « la diffusion de la langue nationale ». La Francophonie, dont la majuscule fut mise à Dakar par François Mitterrand, fruit de l'Histoire, a changé, elle s’inscrit désormais dans la mondialisation. Elle se veut une chance pour cette mondialisation qui apparaît aux peuples comme exclusive, inhumaine ; elle se plait à se définir également comme un nouveau non-alignement. Les distances physiques et surtout culturelles seraient effacées par un effort de cohabitation dans le respect de la diversité des peuples qui composent ce nouveau continent virtuel comme le nommait Christian Valantin, alors représentant du président Diouf dans les instances du premier Sommet.

10Très tôt, les pères fondateurs de la Francophonie que furent Bourghiba, Diori, Senghor, Sihanouk, Hélou, etc., ont eu l’intuition que le partage d’une langue commune permettrait l’édification de valeurs communes et que les ruines de la splendeur coloniale pourraient servir de terreau à une autre vision du monde. C’est à partir de cette vision de l’origine que s’est construite, de Sommet en Sommet, une ressource politique riche de l’apport des peuples pouvant donner à la mondialisation un sens nouveau. De la diversité, la Francophonie a tiré l’art d’apprivoiser la mondialisation afin de permettre aux peuples de construire leur propre vision du monde.

11Mais la Francophonie n’est pas seulement celle des États et gouvernements, c’est aussi celle des villes, des parlementaires et surtout des scientifiques qui, à travers l’Agence universitaire de la Francophonie, forte de 660 membres rayonnent mondialement notamment par les campus numériques francophones installés dans les grandes universités du Sud. Le décloisonnement numérique associé à la solidarité universitaire permet aux universités de faire face à la globalisation du « marché de l’éducation » et à l’apparition d’entités nouvelles, placées délibérément dans l’espace commercial.

12Cependant, malgré ses ramifications étatiques et universitaires mondiales, en dépit de son combat essentiel pour la diversité culturelle à l’échelle du globe, la Francophonie reste très largement méconnue. C’est pour combler ce déficit de connaissance que la revue Hermès avait consacré un numéro double à ce sujet passionnant. Cet essentiel est un florilège de textes parus en 2004 dans ce numéro double intitulé « Francophonie et Mondialisation ». Dans un premier temps, on examine la Francophonie comme un enjeu clef de la diversité culturelle du monde (D. Wolton, P. Meyer-Bisch, A.-M. Laulan). Puis cet « Essentiel » se penche sur les relations entre les nouvelles technologies et le fonctionnement traditionnel des sociétés (M. Arnaud, A. Kiyindou) ; il en ressort que loin d’être un danger, les TIC peuvent renforcer la cohésion sociale et favoriser le développement. Cependant, on ne peut ignorer les contradictions et les paradoxes de la Francophonie tant pour l’Afrique (B. Mvé-Ondo) que pour les très réelles menaces sur la diversité linguistique (L.-J. Calvet). Ce recueil s’achève par une réflexion prospective de D. Wolton sur le devenir de la Francophonie.

Note

1 Cf. encadré

Autori

Enseignant titulaire, administrateur du programme « Technologies de l’information et de la communication et appropriation des savoirs » à l’Agence universitaire de la Francophonie, Paris.

© CNRS Éditions, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search