Version classiqueVersion mobile

L'impossible Présidence impériale

 | 
François Vergniolle de Chantal

Troisième partie. La permanence du syndrome wilsonien

Le principe sénatorial de réalité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aux États-Unis, il ne suffit pas d’être élu pour gouverner. Toutes les institutions dépendantes du suffrage – les deux chambres du Congrès et la Présidence – en font l’expérience quotidienne. Même si la revendication d’un « mandat » populaire est systématique après chaque échéance électorale, elle ne correspond pas à la réalité des institutions américaines. Sa fréquence est inversement proportionnelle à sa réalité pratique1. Si une victoire à la présidentielle donnait un mandat populaire au nouvel élu, comme le dirent G.W. Bush en 2004 ou Obama en 2008, cela signifierait-il qu’une défaite aux midterms suivants, ce qui est le plus souvent le cas, doive entraîner sa démission ? Personne aux États-Unis ne poserait une telle question. Les défaites aux midterms peuvent être qualifiées de « répudiations » de l’action présidentielle, ce qui fut le cas pour Obama en 20102, mais le président, protégé par la séparation des pouvoirs, n’est pas mis en cause dans sa légitimité au point d’être fo...

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search