Version classiqueVersion mobile

L'impossible Présidence impériale

 | 
François Vergniolle de Chantal

Troisième partie. La permanence du syndrome wilsonien

Les checks and balances à l’épreuve

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme nous venons de le voir à partir de l’exemple de la politique étrangère, le Sénat n’a jamais empêché la croissance phénoménale de l’Exécutif. Il n’en exerce pas moins une pression constante sur la Présidence contraignant ainsi ses actions en permanence. Pour chaque observateur se lamentant sur le déclin du Législatif, il y a au moins un responsable au sein du pouvoir exécutif pour dénoncer l’interventionnisme pointilleux du Congrès. Le « syndrome wilsonien » est consubstantiel à la logique des institutions politiques américaines : à chaque avancée de la Présidence correspond ensuite un retour du Congrès.

Si la confrontation entre W. Wilson et le Sénat entre 1917 et 1920 en fut un concentré, elle n’est en rien unique. La récente histoire politique américaine est jonchée d’exemples de ce type, de Nixon à Obama, en passant par Reagan et G.W. Bush. Pourtant, ce « retour » périodique du Congrès est de plus en plus modeste. Les pouvoirs acquis par la Présidence sont difficiles, voire ...

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search