Version classiqueVersion mobile

L'impossible Présidence impériale

 | 
François Vergniolle de Chantal

Troisième partie. La permanence du syndrome wilsonien

La permanence du syndrome wilsonien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la polarisation redonne un contenu politique au bicamérisme, qu’en est-il de ses conséquences institutionnelles plus larges ? Bien souvent, les commentaires sont orientés vers le pessimisme le plus sombre. La polarisation est décriée comme incompatible avec le système des checks and balances. Les États-Unis sont dès lors un « pays ingouvernable »1 qui n’est même plus capable de se doter d’un budget sans déchaîner les passions. La situation semble d’autant plus difficile que les blocages endémiques ne sont qu’une des conséquences de la polarisation. Celle-ci va aussi de pair avec l’absence radicale de popularité du Congrès. Les taux d’opinion positive du Congrès ont chuté au fur et à mesure que montait la polarisation de ses membres. En 1974, au moment de l’arrivée de la majorité démocrate des « Watergate Babies », 30 % des sondés par Gallup déclaraient être satisfaits du Congrès, mais ils n’étaient plus que 19 % en 1979. En 1994, avec le passage historique du Congrès aux Républic...

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search