Version classiqueVersion mobile

L'impossible Présidence impériale

 | 
François Vergniolle de Chantal

Première partie. À la recherche d'un équilibre républicain : comparaisons franco-américaines

Les ambiguïtés du présidentialisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alexander Hamilton écrivait dans le numéro 70 du Fédéraliste : « L’énergie dans l’exécutif est l’un des principaux caractères dans la définition d’un bon gouvernement »1. Il exprimait en quelques mots la réconciliation que les fédéralistes opéraient entre pouvoir exécutif et république, rompant ainsi avec une tradition républicaine qui remontait à l’Antiquité. Comme l’a fort bien expliqué Harvey Mansfield, la création de l’institution présidentielle en 1787 et son acceptation en 1789 ont « républicanisé » le Prince aux yeux de l’opinion2. Le président n’était plus censé être une menace pour la république, mais au contraire le garant de sa pérennité, un « républicain en chef » comme essaya de l’être George Washington. La France connut une évolution similaire avec l’adoption de la Ve République en 1958. L’introduction d’une Présidence forte, aux compétences bien définies et à la légitimité incontestable se déroula sur le mode de la rupture avec l’orthodoxie républicaine du temps. Dans...

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search