Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Salonique au XXe siècle

 | 
Régis Darques

Introduction

Texte intégral

1Salonique et la Grèce du nord pâtissent d’un énorme vide en matière de production cartographique. Le géographe s’étonne face à un tel désert. Les plans touristiques de Salonique – les seuls disponibles – sont pour la plupart imprécis et ignorent systématiquement les banlieues, ou préfèrent les cantonner à des encarts souvent illisibles. Leur seul intérêt est de permettre un repérage du centre-ville. Il m’est arrivé de me perdre dans les faubourgs, incapable de retrouver des rues et des bâtisses, pourtant clairement stipulées dans les représentations cartographiques. Une enquête géographique sérieuse ne pouvait contourner cet écueil. Il m’est d’ailleurs toujours apparu absolument incroyable de ne jamais parvenir à dénicher une carte détaillée et actualisée de cette agglomération millionnaire. Cet atlas entend combler quelques lacunes.

2L’outil informatique a permis de surmonter des difficultés qui auraient pu faire échouer le projet. La réalisation d’un atlas infographique nécessite un investissement temporel initial lourd, rentabilisé ensuite par la production de documents en série. L’étape de numérisation a été particulièrement longue et contraignante ; 1 300 dèmes et communes de Grèce du nord ont été digitalisés. Cette opération n’était qu’une vétille précédant la saisie des dix mille îlots urbains de l’agglomération de Salonique. Plusieurs autres fonds de carte ont subi le même traitement, d’une ampleur toutefois plus limitée. Parallèlement, des dizaines de milliers de chiffres ont été compilés afin de remplir les tables numériques. Le seul cadastre de 1917 a déterminé l’élaboration d’une base de données de quatre mille lignes pour une dizaine de colonnes.

3La plupart des archives consultées étaient loin de fournir des indications immédiatement cartographiables. La recherche de supports a été prioritaire, même lorsque les seuls éléments susceptibles d’être représentés se limitaient à de vieilles adresses. Le traitement de ces informations a été en grande partie effectué via le Système d’information géographique Mapinfo, et complété par des retouches et une mise en page sous un logiciel de dessin.

4Si la reconstitution d’une perspective chronologique a impliqué quelques tours de passe-passe, exactitude et rigueur ont été les maîtres-mots de cet atlas. Toutes les approximations statistiques et cartographiques ont été méthodiquement écartées. Les données manquantes n’ont pas été reconstituées.

5Soixante planches ont ainsi été réunies, dont trois en grand format. Leur intégration au fil du texte aurait nui à la lisibilité de l’ensemble. Malgré ses inconvénients, la formule d’un atlas séparé a paru la moins contraignante. Bien que les commentaires lui soient intrinsèquement liés, ce volume a été conçu afin d’être éventuellement consulté de manière autonome.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540