Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 4. La guerre soviétique d'Afghanistan comme source d'un dangereux nouveau « tilt to Pakistan »

Chapitre 13. Primes tactiques et risques stratégiques du dangereux abandon des États-Unis à Islamabad

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les États-Unis jouèrent un rôle-clé dans la création d’un axe sino-américano-musulman destiné à contrer les forces communistes en Afghanistan. Placé à la tête de ce dispositif, Islamabad parvint rapidement à affaiblir Kaboul et son parrain soviétique en prenant sous son aile la résistance afghane. Toutefois, pour obtenir ces résultats, Washington dut fermer les yeux sur le rôle déstabilisateur que jouait le général Zia ul-Haq à travers la région. Alors que l’image trompeuse d’une Armée Rouge toute-puissante se diluait peu à peu, l’administration Carter continua d’accentuer la pression jusqu’à la fin de son mandat.

Un puissant front anti-soviétique sino-musulman porté par Washington

Au lendemain de l’invasion de l’Afghanistan, les États-Unis mirent rapidement en place un véritable axe antisoviétique incluant notamment la Chine, l’Égypte et l’Arabie Saoudite. Plusieurs raisons poussèrent Pékin à rejoindre cette cause. L’Afghanistan était adjacent du Xinjiang, une province riche en resso...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search