Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 4. La guerre soviétique d'Afghanistan comme source d'un dangereux nouveau « tilt to Pakistan »

Chapitre 11. Une administration Carter aux abois face à la démonstration de force de l’armada soviétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien qu’incapable de percer avec certitude les réelles intentions de Moscou en Afghanistan, l’administration Carter opta très rapidement pour une puissante contre-attaque diplomatique et militaire. Cependant, un certain nombre de voix s’élevèrent, parmi les alliés des États-Unis comme sur la scène politique américaine elle-même, contre cette fermeté jugée excessive. Il est vrai que les réalités ayant présidé à la décision soviétique d’envahir l’Afghanistan se situaient bien loin de l’image alors dominante d’une U.R.S.S. toute-puissante pouvant renverser l’équilibre géostratégique mondial.

Un profond sentiment d’insécurité aux États-Unis

La possibilité d’une invasion soviétique de l’Afghanistan avait souvent été évoquée au sein de l’administration Carter. Dès le mois de septembre 1978, Thomas P. Thornton, le spécialiste de l’Asie du Sud au sein du N.S.C., avait expliqué à Zbigniew Brzezinski que le régime afghan « dévorait ses propres enfants à une vitesse incroyable » et avait évoqué ...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search