Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 2. « Smiling Buddha » et les insuffisances de la politique de non-prolifération américaine

« Smiling Buddha » et les insuffisances de la politique de non-prolifération américaine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’Inde a commis une énorme erreur. Vous étiez jusque-là la puissance hégémonique numéro 1 en Asie du Sud, il n’y avait pas de numéro 2 et personne ne citait le Pakistan comme numéro 3. Mais à présent, dans une décennie, un général pakistanais vous appellera et vous dira “j’ai quatre armes nucléaires et je veux le Cachemire. Si je ne l’obtiens pas, nous larguerons nos bombes contre vous et nous nous rencontrerons tous au paradis”. À ce moment-là, que ferez-vous ? »
– Daniel P. Moynihan (May 1974)1

Cette déclaration de Daniel P. Moynihan, l’ambassadeur américain à New Delhi, au Premier ministre Indira Gandhi, quelques jours après que l’Inde ait procédé à son premier essai nucléaire, le 18 mai 1974, illustra pleinement la profonde complexité de cet événement, qui força la Maison-Blanche à accorder à nouveau son attention à l’Asie du Sud. Les propos de Moynihan s’avèrent particulièrement intéressants en ce qu’ils reflétèrent – y compris dans leurs non‑dits et inexactitudes – certaines d...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search