Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 1. L'administration Nixon face au conflit indo-pakistanais de 1971 : un « tilt to Pakistan » justifié par la Guerre Froide globale ?

Chapitre 4. Une réorientation stratégique américaine de portée limitée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’échec patent du « tilt to Pakistan » incita la Maison‑Blanche à prendre en compte les nouvelles réalités géopolitiques de l’Asie du Sud au lendemain du conflit de 1971. Les ouvertures faites en direction de l’Inde parurent rencontrer un certain succès, tandis que les relations avec le Pakistan semblaient sauves en apparence. Pourtant, aucun des problèmes structurels de la région n’avait été réglé.

Un nouvel équilibre géopolitique : hégémonie indienne, partition pakistanaise, création du Bangladesh

La crise de 1971 fit émerger un nouveau paradigme géopolitique en Asie du Sud. New Delhi, dont les troupes furent accueillies en libératrices à Dacca, en fut incontestablement le grand vainqueur. Sa campagne militaire avait été menée avec « rapidité, habileté et éclat »1. L’Inde dut rapidement faire face à des tensions avec le Bangladesh, où beaucoup lui reprochaient d’avoir excessivement limité son aide et retardé son offensive ainsi que de s’être trop lourdement ingérée dans les affaires...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search