Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Salonique au XXe siècle

 | 
Régis Darques

Lexique d’équivalence toponymique

Texte intégral

1Dans la liste suivante figurent les toponymes les plus usités dans cet ouvrage. Face à la mixité ethno-confessionnelle balkanique et micrasiatique, les dénominations sont aussi nombreuses que les communautés. Les noms de lieux sont souvent conçus comme des outils de propagande nationale, et l’imposition de leur usage synonyme d’attachement territorial, voire d’irrédentisme latent. Lorsque les différences entre langues sont trop minimes, les toponymes ont été écartés, pour ne conserver que les cas les plus difficiles.

2En outre, chaque langue peut posséder plusieurs équivalents propres pour une localité définie (hellé-nisation des toponymes slaves et ottomans en Grèce, intermède communiste en Bulgarie, Yougoslavie et Albanie) ; l’exercice ne trouve plus de limite. L’ajout des équivalents francisés, pour la plupart issus de la littérature du xixe siècle, m’a semblé inutile et surfait.

Toponymes principaux de Salonique

3Dimitriadis fournit un lexique complet pour tous les toponymes urbains de Salonique : rues, boulevards, places, monuments, lieux de culte, etc. N’ont été ici retenus que les artères principales de la ville, ainsi que quelques lieux-dits.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540