Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 1. L'administration Nixon face au conflit indo-pakistanais de 1971 : un « tilt to Pakistan » justifié par la Guerre Froide globale ?

Chapitre 3. Une politique pro-Islamabad critiquée à juste titre ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’exprimant sur la crise indo-pakistanaise en décembre 1971, Kissinger évoqua sans détour l’isolement de la Maison-Blanche : « […] nous nous tenions seuls en opposition totale avec notre opinion publique et l’ensemble de notre administration à la limite de la légalité »1. En effet, les présupposés comme les manifestations et conséquences du « tilt to Pakistan » furent vivement dénoncés, et ce souvent à raison.

De multiples foyers d’opposition sur la scène intérieure comme à l’étranger

La ligne tenue par Nixon et Kissinger durant la crise de 1971 suscita de nombreuses critiques, aux États-Unis comme à l’étranger. Le Congrès fut l’un des fers de lance de cette mobilisation. Bientôt stimulé par de poignants témoignages de survivants bengalis, il prit en effet rapidement ses distances vis-à-vis de la Maison-Blanche2. Le 6 mai, le Sénat vota la résolution Saxbe-Church, qui, bien que n’ayant pas force de loi, exigeait la suspension de toute assistance militaire au Pakistan3. Le 15 juillet, ...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search