Version classiqueVersion mobile

De la volatilité comme paradigme

 | 
Thomas Cavanna

Partie 1. L'administration Nixon face au conflit indo-pakistanais de 1971 : un « tilt to Pakistan » justifié par la Guerre Froide globale ?

Chapitre 2. Une politique pro-pakistanaise multidimensionnelle imposée par la Maison-Blanche

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La politique que développa la Maison-Blanche face à la crise du Bengale oriental reposa avant tout sur la notion de crédibilité, vis-à-vis de la Chine et du Pakistan, contre l’Inde et l’U.R.S.S. Néanmoins, la situation sur le terrain continua de se dégrader. Le 3 décembre 1971, l’éclatement de la troisième guerre indo-pakistanaise poussa ainsi la Maison-Blanche à exacerber toujours davantage les contours de son approche.

Les déterminants de la stratégie de Nixon et Kissinger

À l’orée de l’année 1971, Nixon et Kissinger travaillaient déjà activement à un renversement géopolitique de premier ordre : l’établissement de relations diplomatiques avec la Chine communiste. Une telle percée était censée porter un coup très grave à l’U.R.S.S. tout en facilitant la gestion d’autres dossiers cruciaux, en tête desquels la guerre du Vietnam. Une dimension de politique intérieure était également présente. L’autorité et les scores de Nixon dans les sondages étaient en net déclin : chômage, inflation,...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search