Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Salonique au XXe siècle

 | 
Régis Darques

Troisième partie. La métamorphose urbaine et l'écueil foncier de l'appropriation territoriale

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1La transition de la Turcocratie à l'hellénocratie a été brutale sur le plan humain. Des communautés présentes depuis des siècles s'évanouissent en quelques mois ou années. L'hellénisation démographique de Salonique s'est opérée rapidement. Entre 1912 et 1945, les transferts de population sont achevés. Les départs vers l'étranger se poursuivent de manière chaotique jusqu'à la fin de la guerre civile, puis la ville se referme sur son territoire régional pour près d'un demi-siècle.

2Les mouvements migratoires ont souvent été spontanés (fuite désordonnée des Ottomans, échange volontaire avec la Bulgarie), mais aussi soumis à obligation (traité de Lausanne), les Juifs étant destinés à une élimination totale. Qu'est-il advenu des biens fonciers détenus par ces migrants volontaires ou contraints ? Quelles ont été les modalités de transfert de propriété ? Une grande partie des « expatriés » (ceux qui ont quitté leur patrie salonicienne, la « terre de leurs pères ») ont tout abandonné en pleine déflagration militaire, pour assurer leur sécurité. Les conflits armés ont été suffisamment nombreux pour alimenter régulièrement cette filière. Les plus chanceux ont eu le temps de liquider leurs affaires avant de prendre la route ; ils ont bradé leur mobilier et leurs demeures au premier acheteur venu, dans l'espoir de démarrer une nouvelle vie sous d'autres cieux. D'autres ont été irrémédiablement spoliés. Pour ceux enfin qui avaient prévu un séjour de courte durée à l'étranger, le temps que s'apaisent les fièvres nationalistes et les tensions inter-eth-niques, le retour vers le foyer familial est souvent douloureux : leurs maisons ont été occupées, et ils doivent lutter pour faire valoir leurs droits. La bataille se déroule ainsi sur un front juridique.

3Au lendemain de la Libération, Salonique n'est encore habitée que par une minorité d'Hellènes. La ville souffre sur le plan foncier d'un paradoxe intenable : passée sous souveraineté hellénique, la propriété du sol demeure légalement entre les mains de communautés non grecques orthodoxes. Cette extra-territorialité de fait – de nombreux propriétaires partis à l'étranger conservent leurs prérogatives par-delà les frontières – sera résolue par étapes. Mais le processus sera bien plus lent, et décalé par rapport aux bouleversements démographiques. Les changements s'opèrent donc à une double vitesse. Les lenteurs de l'administration traduisent des résistances au mouvement de transfert de biens. Salonique est rétive à l'hellénisation. Les délais de règlement des conflits se retournent toutefois généralement en défaveur des réclamants.

4Aucun cadastre de Salonique n'est disponible, comme partout ailleurs en Grèce. Les difficultés et les coûts d'élaboration d'un cadastre national sont-ils si importants que cette opération n'ait pu être mise en œuvre jusqu'à présent ? L'État a certainement trouvé un quelconque avantage à maintenir le flou sur la provenance des propriétés. Indubitablement, cette question structurelle a été favorable à des transferts de biens, qui n'auraient pu s'effectuer dans un cadre strictement légal. Ce qui ne veut pas dire que ces transactions étaient forcément illégitimes. De toute évidence, ce phénomène n'est pas indifférent au mode de développement spatial de l'agglomération, aux carences dans l'aménagement du territoire et l'urbanisme.

5L'hellénisation de la métropole achoppe sur la question foncière. La métamorphose urbaine s'est effectuée dans l'incertitude : là où, sur le plan démographique et spatial, l'exclusion et la ségrégation ont dominé, où la rupture avec le passé ottoman a primé, la transition foncière s'est fondée sur l'assimilation et l'intégration du legs antérieur. La seule source fiable en ce domaine demeure encore aujourd'hui les registres cadastraux ottomans établis à la fin du xixe siècle. La direction des Archives de Macédoine, où sont conservés ces registres, est quotidiennement assaillie par les demandes de justificatifs. De ce point de vue, Salonique est encore sous administration ottomane. La transition du droit musulman au droit byzantino-romain a elle-même entraîné l'intégration de pans entiers de la législation ottomane dans la législation grecque.

  • 1 Επιτροπή Διαχείρησης Ανταλλαξιμού Περιουσίας, Commission de gestion de la propriété de l'échange.
  • 2 Κτηματική ϒπηρεσία του Δημοσίου, Service cadastral de l'État.

6La disponibilité des données a permis d'aborder le sujet sous de multiples aspects. Certes, l'Hypothikophylakio, où sont en principe consignés tous les actes notariaux portant sur des transactions immobilières, est resté portes closes devant mes injonctions. Toute enquête globale sur le devenir des biens immeubles de personnes privées devenait impossible. D'autres services de l'État ont toutefois livré une documentation insoupçonnée, riche en informations nouvelles sur un thème qui rebute souvent les chercheurs, tant l'anarchie qui y règne peut rendre l'approche déconcertante. Un accueil chaleureux m'a été réservé dans différents services publics : EDAP1, KYD2, bureaux cadastraux des ministères de l'Agriculture, de la Prévoyance, de l'Aménagement et de la mairie.

7Les Saloniciens font systématiquement appel à un soutien juridique dès qu'ils entament une procédure légale ayant trait à un bien immeuble. Les cabinets d'avocats, de notaires et d'autres experts fleurissent et prospèrent. L'absence de cadastre implique des préventions, au cas où un quelconque problème surviendrait. Nécessité fait loi.

8De l'anarchie du marché immobilier au désordre de l'expansion urbaine, il n'y a qu'un pas. Au-delà de tous les plans d'aménagement inappliqués, la législation sur les terres est le seul régulateur véritable. L'abord de ce volet épineux est ainsi indispensable pour cerner les transformations de ce siècle. Éviter cet écueil reviendrait à se cantonner à l'analyse d'épiphénomènes.

Notes

1 Επιτροπή Διαχείρησης Ανταλλαξιμού Περιουσίας, Commission de gestion de la propriété de l'échange.

2 Κτηματική ϒπηρεσία του Δημοσίου, Service cadastral de l'État.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540