Version classiqueVersion mobile

Le Président de la Ve République et les libertés

 | 
Xavier Bioy
, 
Alain Laquièze
, 
Thierry Rambaud
, 
et al.

Troisième partie. Les libertés sous les différents mandats

Les présidents de la Ve République et les droits des femmes

Diane Roman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Ve République a pris naissance dans une société profondément inégalitaire et patriarcale. Qu’on en juge : en 1958, si les femmes ne juraient plus obéissance à leur époux au moment de contracter mariage, la famille était toujours régie par l’autorité paternelle1 ; le droit des femmes à disposer de leur corps n’existait qu’au rang de revendication féministe – contraception et avortement étant interdits sur le fondement de la loi du 31 juillet 1920 réprimant la provocation à l’avortement et à la propagande anticonceptionnelle ; certes, le salaire féminin avait été abrogé en 19462, mais aucune disposition n’interdisait de discriminer à l’embauche et lors du déroulement de la carrière, notamment en matière de rémunération ; en matière politique, les femmes n’étaient devenues citoyennes que depuis 14 ans et le premier gouvernement Debré n’a comporté qu’une femme, Nafissa Sid Cara, secrétaire d’État chargée des « questions algériennes »... Le décalage est saisissant, et donne la mesure ...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search