Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Salonique au XXe siècle

 | 
Régis Darques

Deuxième partie. Une recomposition démographique achevée

Chapitre IV. Confinement régional et redistribution du peuplement en Grèce du nord

Texte intégral

1En même temps que Salonique ouvre ses portes aux Grecs de l’étranger, qu’elle refond ses composantes ethno-confessionnelles, le peuplement régional macédonien est soumis à une mutation équivalente. Le paysage humain des campagnes et des villes du début du siècle est totalement remanié par l’imposition des nouvelles frontières, l’émigration des Musulmans et des Slaves, l’ouverture de fronts de colonisation par l’arrivée massive des réfugiés, les affrontements militaires et l’exode rural. L’ensemble de ces facteurs a concouru, directement ou indirectement, à la promotion de la métropole macédonienne, dont l’emprise sur les bassins cloisonnés qui marquent l’arrière-pays s’est continuellement accrue. Le rassemblement de toutes les forces vives de la population sur ce centre névralgique est à la fois le fruit et le moteur d’une redistribution de la population régionale.

  • 1 J. Ancel, La Macédoine, op. cit., Delagrave, Paris, 1930, pp. 25-26.

2J. Ancel notait en 1930 que « la Macédoine tout entière est faite de cellules closes. De-ci de-là, les dislocations ont créé des bassins plus vastes. Mais partout c’est le même contraste : il n’est de steppe sèche, de marais, de lac, qui ne soit encadré de monts. [...] Il semble que partout l’homme ait évité les plaines. Il y a dix ans encore, la Campagne salonicienne, les plaines de Drama, de Serrès [...] n’offraient que deux paysages : la steppe nue, jaunie en été, parcourue de troupeaux de moutons à la recherche de l’herbe rase ; le marécage, qui, en hiver, débordait sur la plaine entière, et où se vautraient les grands buffles noirs1 ». Les Saloniciens se souviennent des grands espaces désertiques et marécageux qui s’étendaient à l’extérieur des murs de la ville, à Kalamaria et aux portes du Vardar. Une partie d’entre eux sont originaires de ces montagnes aujourd’hui abandonnées qui constituaient hier le vivier démographique macédonien. Le développement de Salonique ne saurait se dissocier de la totale redistribution – ou plus exactement inversion – du peuplement régional.

Puzzle statistique et cartographie diachronique

3Toute cartographie de la Grèce contemporaine se heurte au changement constant et massif de limites administratives, à l’échelle des départements, des éparchies et des communes. En Grèce du nord, ces rectifications se sont prolongées jusqu’à une époque récente. En 1913, au lendemain de la Libération, le premier recensement de l’administration grecque ne prend en compte que des localités, sans trame, ni regroupement géographique préfigurant les futures communes. Lors du recensement de 1920, les premières strates administratives se mettent en place progressivement, mais il faut attendre 1928 pour que les découpages approchent formellement ceux en vigueur aujourd’hui.

4Ces changements de limites sont dus à de multiples facteurs. Il s’agit tout d’abord d’imposer un ordre politique nouveau. C’est la marque territoriale initiale du nouvel État. Les anciennes subdivisions sont abrogées, et les nouvelles n’ont pratiquement aucun rapport avec les précédentes. La cartographie diachronique au-delà du seuil temporel de 1912 se heurte à cet écueil incontournable. Le découpage inauguré avec le recensement de 1920 a été très fortement perturbé par l’installation des réfugiés d’Asie Mineure : un grand nombre de communes et de hameaux voient le jour dans les années qui suivent la Grande Catastrophe (voir chronologie). Le réseau se densi-fie et sa trame devient plus fine.

5Paradoxalement, depuis les années 1950, le nombre d’entités administratives est resté assez stable, et les modifications ponctuelles. L’exode rural n’a pas entraîné une diminution inverse du nombre d’entités communales. En 1991, la Grèce du nord compte ainsi quarante-sept municipalités inférieures à cent habitants, dont trois totalement désertes (Kardia-Kozani, Gramos-Kastoria et Koryphi-Florina). La dernière décennie intercensitaire a ouvert la voie au regroupement artificiel de plusieurs communes rurales en un seul dème, appellation auparavant réservée aux municipalités strictement urbaines. Entre 1981 et 1991 (planches 25 et 26), six regroupements ont ainsi été opérés dans les départements de Kastoria (Vitsi, Akritas), Kozani (Tsotili, Neapoli, Philippoupoli) et Imathia (Irinoupoli).

6Les bouleversements administratifs touchent également les entités de taille supérieure : toute comparaison est interdite au niveau de l’éparchie ou du département. En 1920, la région macédonienne ne comptait que les six nomes de Drama, Serres, Kozani, Florina, Salonique et Pella, contre treize aujourd’hui. Le nome de Salonique s’étendait alors aux six éparchies de Veria (aujourd’hui Imathia), Katerini (Pieria), Kilkis, Langada, Chalcidique (y compris Arnaia) et Salonique, pour deux à l’heure actuelle.

7L’évolution toponymique est un deuxième facteur contraignant pour l’élaboration statistique et cartographique. La libération de la Grèce du nord a impliqué l’abandon et le remplacement systématique de tous les toponymes turcs, slaves, valaques ou autres, remplacés par des noms grecs. Rares sont les localités actuelles dont le nom rappelle encore quelque peu les consonances du début du siècle. Certains changements ont seulement porté sur la transcription et l’orthographe des mots, mais dans la plupart des cas une dénomination entièrement différente a été adoptée, phénomène accentué par la multiplication des toponymes d’Asie Mineure transposés par les réfugiés. La commune d’Axos (éparchie de Giannitsa) est un bon exemple de ces rectifications : en 1951, elle porte le nom de Palaion, en 1928 celui d’Eskitze et en 1913 de Betki-pazar. Ce cas de figure n’a rien d’exceptionnel, mais complique singulièrement la tâche du chercheur.

  • 2 Stremma : mesure de superficie équivalente à 1 000 m2, ou 1/10e d’hectare.

8Les déplacements migratoires et l’exode rural ont entraîné une diminution du nombre des localités rurales (οικισμοί) et un regroupement autour des villages et chefs-lieux principaux, sans réajustement du maillage territorial. Avec ses 258 000 stremmata2 de superficie, Sidironero (Drama) est la plus vaste commune actuelle de Macédoine. Elle comptait, en 1920, 4 588 habitants dispersés en seize hameaux. En 1981, les 265 habitants restants étaient regroupés sur trois localités, sans que les limites territoriales aient été modifiées de façon notable au cours du siècle.

  • 3 M. Chouliarakis, Γεωγραϕική, διοικητική και πληθυσμιακή εξέλιξις της Ελλάδος, 1821-1971 (L’Évoluti (...)

9Inversement, la superficie des communes urbaines réceptrices diminue. Elles sont progressivement amputées à leur périphérie par la création de nouvelles entités administratives. En 1934, le dème de Salonique est amoindri par la constitution simultanée de dix municipalités sur ses marges : Efkarpia, Kordelio, Menemeni, Stavroupoli, Ambelokipi, Neapoli, Sykies, Agios Pavlos, Triandria et Rysion3. Le recensement de 1940 officialisait pour la première fois la création d’une « agglomération urbaine de Salonique », notion strictement statistique, sans réalité administrative directe. Formée à cette époque des quatre communes de Salonique, Kalamaria, Ambelokipi et Neapoli, cette dernière atteint en 1991 quinze municipalités. Le dernier changement administratif opéré dans cet ensemble ressort du recensement de 1991 et traduit une nouvelle extension de l’agglomération sous couvert de la création de la commune d’Ionia, par regroupement des deux entités de Nea Magnisia et Diavata.

  • 4 Idem, Εξελίξεις του πληθυσμού των Αγροτικών Περιοχών της Ελλάδος, 1920-1981 (Évolutions de la popu (...)

10En l’absence d’un fonds de carte administratif précis antérieur à la Seconde Guerre mondiale, et au-delà de toutes les difficultés précédemment évoquées, la mise au point d’une cartographie diachronique passe nécessairement par l’utilisation du maillage actuel. Cette opération nécessite une reconstitution minutieuse de la généalogie de chaque ensemble communal, de recensement en recensement, hameau après hameau. Pour chacun des 1 291 dèmes et communes actuels, une fiche récapitulative a été élaborée. Une cartographie de la population macédonienne et thrace sur les dix recensements grecs a pu être réalisée. L’entreprise relève d’un véritable casse-tête, d’autant que les outils disponibles sont fort disparates. L’ouvrage le plus connu en la matière est celui de M. Chouliarakis, intitulé Évolutions de la population des régions agricoles de la Grèce, 1920-19814. Publié en 1988, souvent utilisé comme référence en matière de recherche géographique, ce livre est très inégal. Prenant pour base les limites administratives de 1971, l’auteur tente de fournir, sous forme de tableaux, un outil statistique qui permette de saisir la continuité de l’évolution démographique des communes rurales entre 1920 et 1971, afin d’autoriser une comparaison interdite pour les raisons déjà énoncées.

11Cet instrument s’est révélé insuffisant sur de nombreux points : son ancienneté relative est un premier obstacle, dans la mesure où les changements survenus depuis 1971 ne sont pas intégrés. Bien que publié en 1988, l’auteur s’est contenté d’ajouter en fin de volume les résultats du recensement de 1981, sous une forme identique à celle déjà fournie par l’ESYE. Toutefois, le problème majeur réside ailleurs : les communes urbaines n’étant pas prises en compte, aucun renseignement sur les villes de la Grèce du nord ne peut y être recueilli. Enfin, mes premières reconstitutions ont révélé de multiples erreurs dans les données regroupées par l’auteur. Ces inexactitudes sont sans doute liées au choix de la présentation : chaque commune est figurée avec ses hameaux désignés lors du recensement de 1971. Les localités existantes au début du siècle, et aujourd’hui disparues, ne sont pas mentionnées. Le dernier inconvénient de cet ouvrage est d’ignorer le premier recensement grec de 1913 sur les nouvelles provinces de la Grèce, et de ne pas intégrer les données concernant les réfugiés (1923 et 1928). Tous ces éléments remettent sérieusement en cause la fiabilité de cette source.

12Un autre ouvrage signé du même auteur s’est révélé bien plus utile. L’Évolution géographique, administrative et démographique de la Grèce, 1821-1971 ne présente aucun chiffre, mais cite tous les textes de lois et autres ordonnances officielles se rapportant à une modification des limites, ou à un changement de statut administratif, à toutes les échelles du maillage territorial.

Les réfugiés, instrument d’une politique de colonisation

13Entre le départ progressif des Slaves et des Musulmans et l’installation des réfugiés, un bilan clair sur la situation démographique de la Macédoine au lendemain de la Libération est difficile à établir. Afin de rendre les données des recensements plus lisibles, j’ai procédé à un traitement statistique simple, qui dissocie les flux de départ et d’arrivée des migrants. En soustrayant du recensement de 1928 la part des réfugiés de chaque commune, on obtient une variation intercensitaire brute de la population « autochtone » de chaque localité, sans tenir compte des autres flux migratoires. Les régions sinistrées par le départ des Musulmans et des Slaves sont ainsi directement observables. La cartographie reflète les conséquences de la nouvelle intégration territoriale à partir de 1913 en Macédoine, et de 1920 en Thrace (planche 3).

14La première période de rattachement à l’État grec est une phase charnière. Le changement de souveraineté et la substitution de tutelle politique et administrative entraînent des modifications radicales dans l’organisation structurelle de la région. Les nouvelles frontières divisent l’espace auparavant ouvert pour le transformer en autant d’enclaves hermétiques. Les quinze années qui séparent 1913 de 1928 sont particulièrement troublées.

  • 5 Ντόπιοι : littéralement « locaux », c’est-à-dire aux autochtones.

15Le fait d’exclure des réfugiés recensés en 1928, et installés, selon la formule officielle, « avant » ou « après » la Catastrophe d’Asie Mineure, réduit le champ d’investigation aux dopii5 grecs, musulmans et slavophones sans autre forme de distinction. Les régions les plus déprimées sont celles qui ont été vidées de leurs occupants musulmans, et plus marginalement slaves. La Thrace est épargnée par l’échange. La frontière entre les deux régions est nettement marquée dans le département de Xanthi. La réalité statistique traduit la différence de statut juridique.

16Trois cent trente-cinq communes macédoniennes (près de 30 %) perdent plus de la moitié de leurs habitants autochtones entre 1913 et 1928. Les échanges de populations vident des régions entières : dépression de Macédoine occidentale, de Kozani à Ptolémaïs et Florina, haute vallée de l’Aliakmon, de Siatista à Kastoria, plaine d’Aridia et alentours de Goumenissa, collines de la Chalcidique occidentale, épar-chie de Langada, arrière-pays de Kilkis, jusqu’à la frontière macédono-bulgare, et enfin tout le secteur qui s’étend de Sidirokastro à la frontière thrace, y compris la totalité des nomes de Drama et de Kavala. L’importante présence musulmane autour de ces deux derniers départements est certes prépondérante dans cet effondrement démographique, mais l’occupation bulgare a également laissé des séquelles : les Grecs ont massivement fui la région.

  • 6 A. Chrysochoos, Οι βόρειες επαρχίες της Ελλάδος και οι βουλγαρικές βλέψεις (Les Régions septentrio (...)

17Au cours de la première, puis de la seconde guerre balkanique, les exactions bulgares ont été légion : leurs troupes détachées sur le sol macédonien et thrace s’en prennent à la population civile. Kilkis et Nigrita sont pratiquement détruites, Sidirokastro et Serres soumises à des massacres organisés. Mais l’occupation bulgare des années 1916-1918 a probablement eu des conséquences beaucoup plus désastreuses. Lorsque les Bulgares s’emparèrent de la Macédoine orientale, leur plan d’assimilation ethnique s’afficha rapidement à travers éliminations et déportations. A. Chrysochoos6 estime que cinquante mille personnes auraient été transférées vers l’intérieur de la Bulgarie, vingt mille hommes enrôlés de force dans l’armée; la famine aurait fait vingt mille victimes à Serres, Drama et Kavala. Le même auteur souligne la déchéance des villes : Sidirokastro passe de 12 000 habitants avant la guerre à 2 200, Serres de 24 000 âmes en 1916 à 5 000 en 1918, et Kavala de 69 000 à 6 000 âmes.

18La croissance très élevée de quelques endroits est plus difficilement intelligible. Quelques hypothèses méritent toutefois d’être formulées. Un certain nombre de régions montagneuses ont, semble-t-il, connu une augmentation notable de leurs habitants, à laquelle l’insécurité généralisée de cette période n’est pas étrangère. Il en va ainsi pour les monts de Piérie, autour de Katerini, des Kamvounia au nord-est de Deskati, du Pinde au sud de Grevena, et des versants du Menikio au-delà de Serres. Le piémont du Vermion, d’Edessa à Veria, la basse vallée de l’Aliakmon enregistrent une variation positive suivant le tracé de la ligne de chemin de fer.

  • 7 Pour plus de détails sur l’intégration sociale des réfugiés et des autochtones, et leur cohabitati (...)

19Les vallées du Strymon, au sud de Serres, et de l’Axios, à l’ouest de Kilkis, font preuve d’un dynamisme bien plus homogène. Pourquoi ces régions échappent-elles à la déprise générale ? Zones de colonisation concertées destinées à l’établissement des réfugiés d’Asie Mineure, elles connaissent des densités initiales très faibles. La création de toutes pièces de villages agricoles, sur des terrains marécageux et insalubres, a attiré une partie de la population grecque locale. Des mouvements migratoires endogènes sont venus s’ajouter aux déplacements internationaux. Les autochtones ont donc pu bénéficier directement des effets de la politique d’extension des terres cultivables. S’il en avait été autrement, les dissensions sociales entre Micrasiatiques et dopii auraient vraisemblablement atteint un seuil critique, car les terres gagnées étaient parmi les plus productives. Une commune comme Chorigio (Kilkis) a vu passer sa population de zéro habitant en 1913, à 68 en 1920, et à 540 en 1928, tout en n’ayant accueilli que seize réfugiés. De manière identique, Polykastro compte 91 résidents en 1913, mais atteint 1 943 personnes en 1928, dont 1 121 réfugiés. Contrairement à d’autres fronts de colonisation agricole, où une ségrégation spatiale et sociale a été instaurée, loin de vivre séparés, les deux éléments (autochtone et réfugié) ont eu ici tendance à se fondre, et à s’attirer mutuellement7.

20L’installation des réfugiés annonce une redistribution complète de la population, dont la répartition géographique actuelle est directement issue. Les résultats du recensement de 1928, le plus complet en la matière, montrent que les nouveaux venus ont été dirigés, après leur arrivée sur le sol grec, vers les régions abandonnées par les Musulmans et les Slaves échangés (planche 8). Autrement dit, le gouvernement athénien a appliqué une politique de « remplacement » imposée par les nécessités politiques et matérielles. Comment limiter au mieux le coût d’installation d’un tel flot humain pour le pays, si ce n’est en allouant les terres et les biens abandonnés ? Bien entendu, le schéma n’est pas si simple dans la réalité ; d’abord parce que les chiffres sont décalés : les 638 253 réfugiés grecs recensés en 1928 en Macédoine doivent remplacer 357 294 Turcs et Bulgares échangés après 1920. En Thrace, le rapport est encore plus désastreux : 107 607 réfugiés s’installent là où seulement 16 800 Turcs et Bulgares ont été évacués. Le caractère massif du flux transparaît dans la distribution des nouveaux arrivants sur le territoire : seules 151 communes (un dixième du total) sont épargnées par l’implantation. Repeupler les zones désertées est une obligation, consécutive moins aux directives des organismes de contrôle internationaux qu’à l’impérative nécessité de combler des vides.

21La Thrace échappe partiellement à ce raz de marée, de même que les espaces reculés et montagneux de la Macédoine occidentale. Les grandes plaines côtières, vallées et bassins intérieurs sont au contraire systématiquement colonisés. Les contrastes entre régions sont violents. Les sept zones d’établissement principales sont les suivantes :

  • la haute vallée de l’Aliakmon, de Kastoria à Deskati ;
  • le bassin pélagonien et le Kaïlar, de Florina à Kozani ;
  • le piémont du Vermion, d’Aridaia à Veria ;
  • Katerini et sa plaine côtière ;
  • une grande ligne nord-ouest/sud-est, de la vallée de l’Axios jusqu’au littoral occidental de la Chalcidique, en passant par Salonique et ses environs ;
  • la vallée du Strymon ;
  • et enfin la totalité des départements de Drama et Kavala.

22Certaines parties du territoire ont été délibérément laissées pour compte : progressivement abandonnés par les Slaves, les confins frontaliers des départements de Kastoria, Florina et Pella ne retrouveront jamais leur vitalité d’antan. De 80 789 en 1928, les Slavophones ne sont plus que 40 167 en 1951 dans toute la Macédoine. Épargnés par les échanges, leur devenir se perd ensuite dans les statistiques officielles muettes.

23En 1928, 275 communes – près du quart du total en Grèce du nord – ont un taux de population réfugiée supérieur à 80 %. Au niveau administratif, les conséquences sont patentes : d’année en année, le nombre des entités communales se multiplie. L’éparchie de Salonique compte 24 communes en 1920, puis 59 en 1940 (limites d’époque).

  • 8 Celui de 1928 se situe en pleine phase de colonisation effective.

24Réalisé peu de temps après la Catastrophe d’Asie Mineure, et trois mois à peine après la signature de la Convention de Lausanne, le dénombrement d’avril 1923 est un instantané, au lendemain du reflux micrasiatique8. Il ne tient pas compte de l’évacuation résiduelle en provenance de Turquie, qui se prolongera jusqu’en 1926. Les structures d’accueil commencent à peine à se mettre en place et à entamer leurs travaux (planche 7). Les futures régions d’élection s’esquissent, les réfugiés remplissant spontanément les vides humains des plaines côtières et des vallées insalubres. L’évacuation des Musulmans n’en est qu’à ses balbutiements : ils n’ont pas encore fait place nette. Le manque d’espace pousse les migrants vers les marges inhospitalières du territoire. La moitié des communes ignore encore le phénomène, tandis qu’ailleurs les immigrés sont littéralement parqués sur les quelques lopins qui leur ont été octroyés.

25La Thrace compte, en 1923, 99 913 réfugiés, contre 255 273 en Macédoine (28 % du total en Grèce du nord). Cinq ans plus tard, ce nombre s’est maintenu à hauteur de 96 264 individus. Il a plus que doublé en Macédoine (538 595) dans le même laps de temps (planche 8). La Thrace ne représente plus que 15 % du total. Les bouches du Nestos, les versants méridionaux du Kelembek et la berge occidentale de l’Evros ont été pour la plupart des étapes temporaires, au cours d’un périple qui devait les mener plus loin vers l’ouest.

26La deuxième grande zone d’établissement se localise en Macédoine centrale, autour de Kilkis, et dans la vallée de l’Axios (rive gauche). Phénomène remarquable, la Macédoine occidentale est pratiquement exclue du flot migratoire spontané. Les éléments du déséquilibre est-ouest sont donc déjà en place à cette époque, et les tentatives ultérieures de rééquilibrage ne combleront que partiellement cet écart. Le renouveau démographique micrasiatique est bien plus puissant à l’Orient de Salonique, où les centres urbains locaux montrent une plus grande capacité de résistance à l’attraction de la métropole.

27La variation de la population réfugiée entre 1923 et 1928 est remarquable. Le brassage est complet, les transferts de populations constants, le peuplement instable et précaire. Pour ne citer qu’un exemple, Stavroupoli (agglomération de Salonique) enregistre 5 197 réfugiés en 1923, pour 128 dopii en 1920. Cinq ans plus tard, le recensement de 1928 renverse les données : les Micrasiatiques ne sont plus que 1 390, pour une population locale de 1 804 habitants.

28La Thrace fait preuve d’un comportement différent. Ancienne région d’accueil, elle est désormais marginalisée par les migrations internes à la Grèce du nord. Le maintien des Musulmans bloque partiellement l’accès à la propriété et au logement, rendu plus facile à l’ouest du Nestos. Les montagnes macédoniennes ont été peu à peu investies. Du Vermion au Grammos, en passant par le Cholomon en Chalcidique, ou par les escarpements frontaliers bulgares, la redistribution géographique ne favorise pas seulement les plaines parfois déjà bien encombrées.

29Salonique renvoie les migrants vers les autres villes. La capitale macédonienne ne gagne que 22 % de réfugiés, contre 54 % à Kavala, 84 % à Serres, 163 % à Drama, et 233 % à Katerini. Port de débarquement, la métropole est une étape de transit obligatoire. Sa rapide saturation a favorisé une colonisation intérieure organisée par les commissions d’établissement des réfugiés. Les effectifs se gonflent dans l’ar-rière-pays urbain et rural.

Les stigmates de la décennie 1940-1950

30Si l’ampleur des bouleversements survenus après la Catastrophe d’Asie Mineure a fait l’objet de nombreuses études, les événements relatifs à la Seconde Guerre mondiale et à la guerre civile sont nettement moins connus. La période 1945-1949, en particulier, a été placée sous un sceau confidentiel. Les renseignements chiffrés sont rares, les conséquences démographiques parcimonieusement estimées. La Macédoine a pourtant été le principal théâtre des combats. L’hinterland a été l’objet d’une reconquête militaire face aux troupes communistes, qui s’inscrit dans la lignée des événements survenus au début du siècle, bien que le contexte politique soit totalement différent.

31L’impact des opérations militaires sur le peuplement de la Grèce du nord est déterminant. Quelques semaines après l’invasion allemande de la Yougoslavie et de la Grèce, la Bulgarie s’empare, en mai 1941, de la Macédoine orientale et de la majeure partie de la Thrace. Elle entame une politique d’assimilation et d’intégration territoriale. En juin 1942, un décret prévoit l’octroi de la nationalité bulgare à toutes les personnes d’ascendance bulgare des « territoires libérés ». Les habitants désireux de conserver ou d’acquérir une autre nationalité seront obligés de quitter « l’État bulgare ». L’éviction des Grecs, dont la plupart sont établis depuis moins de vingt ans, est prioritaire. Ces mesures prévoient l’implantation de contingents bulgares pour coloniser les régions égéennes. La langue grecque est interdite, les écoles grecques fermées, la toponymie hellénique slavisée.

  • 9 E. Kofos, Nationalism and Communism in Macedonia, Institut d’études balkaniques, Salonique, 1964, (...)

32Gardant le souvenir de la précédente occupation bulgare (première guerre balkanique et Première Guerre mondiale), nombre d’Hellènes n’attendront pas l’application de ces mesures coercitives. L’avance des troupes bulgares entraîne un immense exode vers la zone d’occupation allemande, plus à l’ouest. Les estimations chiffrées portent à 200 000 le nombre des exilés9. Les récalcitrants ne sont pas au bout de leurs peines : le 28 septembre 1941, la révolte de Drama, à laquelle participent les communistes locaux, se solde par le massacre de douze mille personnes. La zone d’occupation bulgare sera étendue en novembre 1943, au lendemain de l’armistice italien, à l’ouest du Strymon, pour inclure la majeure partie de la préfecture de Kilkis, le nord du département de Salonique et la Chalcidique. Toutefois, la capitale macédonienne ne sera jamais investie, jusqu’à la retraite bulgare de novembre 1944.

33L’analyse des données démographiques de la décennie 1940-1950 laisse apparaître que, parmi les nombreuses localités évacuées par les Grecs, puis par les Bulgares à la fin de la guerre, la plupart n’ont jamais retrouvé leur population initiale, malgré le retour d’une partie des exilés. La quasi-totalité de la bande frontalière bulgare subit une forte déprise pour l’ensemble de la période intercensitaire.

34Le bilan de l’occupation allemande n’est pas moins lourd.

  • 10 C. Chiclet, Les Communistes grecs dans la guerre. Histoire du parti communiste de Grèce de 1941 à (...)

« C’est surtout sur le front économique que la situation devient catastrophique. Les occupants mettent le pays en coupe réglée et bientôt la famine apparaît dans les grandes villes et les îles pauvres. Le blocus économique britannique et le pillage germano-italien entraînent la disparition des produits alimentaires de première nécessité, la dépréciation de la monnaie, et une inflation galopante10. »

35La famine emporte 260 000 personnes pendant l’hiver 1941-1942. Les affrontements entre l’Armée populaire de libération nationale (ELAS, communiste), les troupes allemandes et les bataillons de la Ligue démocratique et nationale grecque (EDES, droite libérale) mettent la péninsule à feu et à sang. La première guerre civile et la terreur royaliste se soldent par le départ de près de sept mille Grecs, surtout slavo-macédoniens, vers la Yougoslavie.

  • 11 Ibid., op. cit., p. 138.

« Les régions du nord vont alors être témoins d’un véritable flux de personnes dans tous les sens. Les Élasites remontent vers le nord (à destination de Skopje et Monastir, essentiellement) et les Yougoslaves anti-titistes descendent vers le sud. À ce flux vient s’ajouter le renvoi en Bulgarie des Pomaks grecs (bergers nomades bulgarophones) et le départ de quelques Turcs de la Thrace grecque11. »

36Les choses ne font que s’aggraver avec la deuxième phase de la guerre civile. Pendant que l’Armée démocratique s’attache à étendre son emprise territoriale à partir des maquis montagnards, les bataillons chargés de la contre-guérilla évacuent de force les habitants des localités susceptibles de fournir des hommes aux rebelles communistes. Les montagnes se vident. En Grèce, près de mille villages sont ainsi désertés, tandis que 500 000 paysans viennent se réfugier aux abords des grandes villes, où le spectacle de la misère devient omniprésent.

  • 12 Rebelles grecs, maquisards.

37Dès 1948, le départ des partisans communistes vers les pays voisins s’amplifie. Les maquis tombent les uns après les autres : monts de Piérie, Olympe, Smolikas, Orlia, Volia, Amouda, Kamenik, Kaimakchalan, Grammos et Vitsi. Seize mille Andartes12 franchissent les frontières au moment de la défaite. En tout, 80 000 Grecs ont fui leur pays. Parmi eux, quantité de Slavo-Macédoniens, difficiles à dénombrer, qui se sont rapidement fondus dans leurs terres d’accueil yougoslaves.

  • 13 C. Chiclet, Les Communistes..., op. cit., p. 258.

« Les combattants de Thrace et de Macédoine orientale s’installent en Bulgarie. Les Slaves de Grèce choisissent la Macédoine yougoslave. Les Andartes réfugiés en Yougoslavie vont être envoyés en Hongrie et en Tchécoslovaquie pour être rééduqués. [...] Les militants les plus sûrs sont récompensés en étant envoyés à Tashkent13. »

38Au total, douze communes sont entièrement rayées de la carte au cours de la décennie 1940-1951 en Grèce du nord (planche 4). Trente-trois municipalités perdent plus de 80 % de leurs administrés, et 111 sont vidées de plus de la moitié de leurs habitants. Trente années d’un exode rural massif n’atteindront pas, après guerre, un tel seuil de déprise. Des centaines de localités ont été ravagées. Les stigmates sont encore visibles aujourd’hui. Quantité de communes ne sont jamais parvenues à se relever du traumatisme.

39Citons quatre exemples significatifs : la population de Silli (Drama) passe de 2 393 habitants en 1940, à 320 en 1951, pour se stabiliser à 125 personnes en 1991 ; à Notia (Pella), la régression est identique (2 113, 95 et 436 habitants dans le même intervalle) ; ces deux communes frontalières bulgare et yougoslave étaient respectivement habitées en 1913 par 4 499 et 3 856 personnes ; à Angistro (Serres), la population se monte à 2 785 individus en 1940, et atteint 441 résidents en 1951, contre 388 aujourd’hui. Enfin, Agios Germanos a été entièrement abandonné : des 2 177 âmes originelles, il ne reste personne en 1951, et les 267 recensés en 1991 sont loin de rappeler la vitalité de ce bourg dans la première moitié du siècle. La déchéance s’inscrit dans le processus de claustration régionale, entamé quelques décennies plus tôt. Les frontières imperméables obligent les pasteurs à se sédentariser, ou à déplacer leurs terrains de parcours. Le rideau de fer implique une militarisation accrue des escarpements septentrionaux.

40Les secteurs les plus touchés correspondent aux poches de résistance et aux maquis les plus consistants : monts Grammos, à la frontière avec l’Albanie, Triklarion autour du lac Prespa, Smolikas à l’ouest de Grevena, hauteurs du Krousia près de Kilkis, du Voras près d’Aridaia, sans oublier plus à l’est l’Orvilos et le Rodope central.

41Les gens quittent les montagnes, lieux de tous les combats, pour se regrouper dans la plaine centrale, la campania de Salonique, la vallée du Strymon, le delta du Nestos, les rebords du lac de Vistoni, les alentours de Katerini. Les campagnes péri-urbaines subissent une forte augmentation de population à Florina, Kastoria, Naousa, Salonique, Kavala, Drama, Xanthi et Komotini. Cependant, les destinations sont loin d’être exclusivement urbaines. Les villes elles-mêmes connaissent un exode, que l’état de guerre explique facilement.

42Les données des recensements ne sont pas à même de rendre la réalité de ce remue-ménage tous azimuts. Comment discerner dans les 0,9 % de variation de Salonique, qui passe de 216 000 habitants en 1940 à 217 000 en 1951, l’extermination de 56 000 Juifs, l’exode des citadins pendant l’occupation, les effets de la famine et l’installation de paysans chassés par la guerre civile, issus des quatre coins de la Macédoine et de la Thrace ?

Hémorragie des campagnes et explosion urbaine d’après guerre

43Salonique panse ses plaies et renoue avec la croissance à la fin de la guerre civile. Dégagée d’un demi-siècle de bouleversements, elle impose sa prééminence à un hin-terland déjà exsangue. Les résistances locales à son emprise sont écartées. L’abandon des montagnes et les regroupements en plaine déjà entamés deviennent massifs. C’est la phase finale de l’inversion du peuplement régional et du repli sur la Macédoine centrale.

44Sur cette période homogène d’exode rural (1951-1981), 882 communes (deux tiers du total) de Grèce du nord ont décliné, incapables d’absorber les excédents de main-d’œuvre dégagés par la modernisation de l’économie agricole et la diversification des cultures, tandis que les centres urbains enregistraient une croissance exponentielle (planche 5). Des régions entières se sont vidées, quantité de hameaux et de villages ont été désertés. Leur existence tient désormais davantage à un maillage administratif hérité qu’à une présence humaine moribonde.

  • 14 P.-Y. Péchoux, « Les problèmes du travail et de l’emploi dans une ville de province en Grèce l’exe (...)

45Les viviers de la première moitié du siècle sont les plus affectés : Macédoine occidentale et orientale entrent conjointement en crise. Changement primordial pour son développement urbain avenir, la métropole macédonienne est devenue le cœur d’un bassin démographique dynamique, tandis que sa seule concurrente directe, Kavala, voit son hinterland entièrement dépeuplé. Les réfugiés ont ainsi fait preuve d’une mobilité plus précoce et plus grande que les Macédoniens autochtones. Leurs enfants seront les premiers à rejoindre la ville, laissant leurs parents assurer la survie de l’exploitation familiale. Le phénomène est récurrent à l’échelle de toute la Grèce du nord, aussi bien dans la région de Kozani, au sud du Vermion, que dans le bassin d’Aridaia, au nord de Kilkis, ou bien encore dans la vallée du Strymon. Principaux citadins de l’Hellade septentrionale, les Micrasiatiques se sont approprié les centres urbains en deux temps. Au déclin de Kavala, lié au transfert des entreprises de tabac vers Salonique1414, répond la montée en puissance de l’agglomération de Katerini, dont l’importance commerciale et la capacité de production ont été largement favorisées par sa position relais sur la route nationale un : contrairement au port oriental, cette ville a su capter une portion non négligeable des flux migratoires régionaux.

46Hors de la plaine centrale macédonienne, les pôles de développement sont strictement urbains. Kozani, Kastoria et Ptolémaïs rassemblent pratiquement à elles seules toutes les forces dynamiques de la Macédoine occidentale ; Kavala, Serres, Xanthi, Komotini, Alexandroupoli et Orestiada suivent un schéma identique à l’Orient. Seule Florina, prisonnière de sa situation frontalière, échappe à cette tendance. Avec – 2 % de variation au cours de la période, elle parvient à peine à maintenir ses effectifs.

47En Macédoine centrale, les communes limitrophes de l’agglomération de Salonique connaissent une perte de population nette. L’éparchie de Langada, le centre de la péninsule de Chalcidique, ainsi que le nome de Pella, sont soumis à une forte déprise, essentiellement au profit de la métropole. Paradoxalement, Salonique recrée le vide qu’avaient en partie comblé les établissements réfugiés dans les années 1930. Un « cordon sanitaire » se forme autour d’elle, favorisant la perpétuation du canevas de peuplement des années 1920.

48Le recours aux données du bilan naturel et du solde migratoire éclaire nos interrogations sur les moteurs de la croissance. Malheureusement, les relevés statistiques incomplets de l’ESYE obligent à décaler la période d’étude de dix ans, et à mettre de côté la première phase de l’exode rural. Entre 1961 et 1991, la campagne de l’éparchie de Salonique est seule à progresser de plus de 25 % (planches 12, 13 et 14). À l’exception des cinq éparchies qui couvrent la plaine de Macédoine centrale, et de la Chalcidique, la régression est généralisée. Les pertes tournent autour de 30 à 33 %, le seuil maximal étant atteint dans l’éparchie de Phillis, avec près de – 39 % d’émi-grants ruraux. Le nombre des paysans a chuté en trente ans d’un quart à un tiers. En même temps que s’achève l’exode rural, la suprématie de la région centrale macédonienne sur le reste de la Grèce du nord est entérinée.

49Les gros bourgs ruraux sont déclassés. Souphli (– 34 %) décline inexorablement, à l’instar de Sidirokastro (– 36 %), Nea Zichni (– 39 %) et Nigrita (– 40 %). Bien que proche de la zone d’influence de Salonique, ou peut-être pour cette raison, Nigrita a enregistré une diminution record entre 1961 et 1971 (– 29 %). Pendant que le croît naturel reste à un seuil relativement élevé (+ 7 %), le solde migratoire traduit une réalité aux conséquences catastrophiques : 37 % d’émigrés abandonnent la bourgade pour rejoindre Salonique, Athènes, ou encore la République fédérale d’Allemagne. Ces petites unités urbaines ont été touchées de plein fouet par l’exode, incapables d’attirer vers elles de nouveaux flux.

  • 15 À ce sujet, voir E. Kolodny, Les Étrangers à Stuttgart, Paris, 1977, 316 p., et « L’émigration mac (...)

50À l’est de Salonique, Alexandroupoli accuse la plus forte progression (80 %). Avec 38 220 habitants en 1991, elle n’est que légèrement distancée par la première ville de Thrace, Komotini, et ses 39 927 âmes. Elle doit non seulement sa progression à une forte natalité entre 1961 et 1971 (13 % de solde naturel), mais surtout à un solde migratoire extraordinairement élevé dans la décennie intermédiaire : la ville passe ainsi de 7 % en 1961-1971 à 32 % en 1971-1981, pour redescendre ensuite à 2 %. Ces chiffres témoignent des retours de nombreux migrants du nome en RFA (dont beaucoup de Samothraciens) et de la présence d’une garnison consistante. À Xanthi et Komotini, le sommet des entrées migratoires est atteint au même moment. Il en va de même pour Kavala, Drama et Serres. Les migrants ruraux vers l’Allemagne et la Belgique optent, à leur retour, pour Salonique ou les chefs-lieux de nome, plutôt que pour leur village natal ou la bourgade voisine15.

51Au moment de l’ouverture du marché du travail allemand, avec la construction du mur de Berlin, la métropole macédonienne s’est inscrite comme un recours face à l’exil. Elle joue également ce rôle lors du retour : fort d’un pécule amassé au cours d’années de labeur à Stuttgart, Nuremberg ou Francfort, les ouvriers hellènes investissent en masse leurs capitaux dans la construction d’immeubles à la périphérie de l’agglomération. Partiellement coupés de leurs racines rurales, ils préfèrent monter leur commerce ou établir leur petite entreprise à Salonique. L’exercice de ce pouvoir a eu des conséquences néfastes sur les petites cités situées dans son giron immédiat. Arnaia, Langada et Kilkis ont été littéralement asphyxiées.

52Deuxième agglomération de Macédoine, Katerini doit également sa prospérité aux retours d’Allemagne. La ville est passée de 30 210 habitants en 1961 à 47 011 en 1991. Soumise entre 1961 et 1971 à de nombreux départs, elle renoue avec la croissance dans la décennie suivante (32 %, limites 1991). Ses faubourgs récents, petites villas ou immeubles modernes, sont les traces visibles d’une explosion retardée, et d’investissements extérieurs massifs.

  • 16 S. Avgerinou-Kolonias, « La ville de Ptolémaïs : une création industrielle », Villes en parallèle, (...)

53Les villes qui bénéficient d’une dynamique propre ont mieux résisté que les autres, mais leur devenir est resté étroitement lié au marché de l’emploi et à ses fluctations. Ptolémaïs fait figure d’exception tant l’ampleur et la rapidité de son développement ont marqué le paysage urbain grec. Partie de 8 816 résidents en 1951, elle a atteint, en 1991, 25 195 âmes. Ville minière et d’industrie lourde centrée sur l’extraction du lignite, sa variation égale celle de Salonique (97 %), mais se calque sur le rythme de création des emplois industriels locaux16. Pour une hausse presque identique, les composants sont totalement différents.

  • 17 O. Deslondes, Les Fourreurs de Kastoria entre la Macédoine et l’Occident, Paris, 1997, 228 p.

54Malgré sa position excentrée, Kastoria a échappé à la déchéance de Florina en fondant sa prospérité sur la confection et le commerce de la fourrure. Réussissant à drainer un bassin de main-d’œuvre important, dans un contexte rural déprimé, elle double sa population en trente ans (10 049 hab. en 1951, 20 660 hab. en 1981). Fragilisée par la crise des activités de confection à partir des années 80, la ville a enregistré une franche diminution de ses effectifs lors du dernier recensement (– 24 % entre 1981 et 1991)17.

55La situation des campagnes de Grèce du nord s’est aggravée d’année en année. Toutes les éparchies rurales présentaient un solde naturel positif en 1961-1971. Elles produisaient la matière première humaine nécessaire à l’alimentation des foyers de développement urbains et à l’émigration. La dernière décennie marque un réel tournant : plus de la moitié des éparchies rurales (19 sur un total de 35, hormis le mont Athos) sont en perdition. Les départements thraces ont conservé au cours de la période un taux de natalité relativement élevé, supérieur à toutes les autres régions.

56Salonique a ainsi étouffé la croissance de la plupart des villes de Grèce du nord pendant les vingt premières années d’après guerre. La saturation de l’agglomération et sa mutation en région urbaine, couplées aux retours d’Allemagne, ont accordé à ces centres urbains un second souffle tardif, à partir des années 1970. L’attraction de la métropole macédonienne n’en reste pas moins exceptionnelle. Directement ou indirectement, elle a réussi à capter la majeure partie des éléments dynamiques de la population en Grèce du nord. L’exode rural a consacré son hégémonie, au prix d’une restructuration spatiale complète.

1920-1991 : genèse d’un espace central nord-hellénique

57De 1920 à 1991, le bilan des mutations de ce siècle est une inversion du peuplement régional (planches 1 et 2). Cette date initiale a été choisie à titre comparatif, parce que la Thrace venait juste d’être rattachée au territoire national, et surtout parce que les réfugiés étaient encore très minoritaires ; ils n’avaient pas encore bouleversé le paysage humain. À quelques nuances près, la répartition du peuplement en 1920 est directement héritée de la période ottomane.

58Huit années seulement après l’annexion de la Macédoine, les frontières n’ont pas eu le temps d’imprimer leur marque. Elles n’ont pas inscrit de discontinuité dans les anciennes zones de peuplement. Leur effet répulsif s’est appliqué progressivement. La Macédoine occidentale est le grand réservoir humain de la Grèce du nord. Elle bénéficie de densités relativement fortes sur de vastes étendues rurales, sans vide interstitiel. L’arrière-pays de Kavala accueille le deuxième vivier, du bassin de Drama jusqu’à Nea Zichni, à l’ouest. Les autres regroupements correspondent à des zones rurales plus fermées, ou réduites : bassin d’Aridaia, littoral de Katerini, versants occidentaux du Menikio, nord de Thasos, plaines de Xanthi et Komotini.

59Au centre, Salonique règne en 1920 sur une sorte de désert humain. Autour d’elle, de toutes parts, les campagnes sont vides ou faiblement habitées. La Chalcidique intérieure est le seul bassin proche dans lequel elle pourrait puiser de nouvelles forces. Dans l’ensemble, les petites villes de Macédoine centrale dominent un espace pauvre en ressources humaines. Cette situation préfigure l’évolution ultérieure : la croissance de Salonique s’est nourrie en priorité des communes du Chortiatis méridional et septentrional, puis des gros bourgs de Kilkis, Arnaia, Nigrita, Langada et Giannitsa, avant d’imposer son influence à l’ensemble du territoire nord-hellénique. En l’absence de réserve démographique de proximité, la métropole est allée puiser directement dans les riches campagnes de Macédoine occidentale et orientale.

60En 1920, la municipalité de Salonique abrite 9 551 hab./ km2, suivie de très loin par Kavala (704 hab./ km2), Xanthi (543 hab./ km2) et Florina (347 hab./ km2), toutes ces données étant rapportées aux limites administratives actuelles. Les deux tiers des communes n’excèdent pas 30 hab./ km2, tandis qu’à l’autre extrémité de l’échelle, seules trente d’entre elles dépassent le seuil des 100 hab./ km2. Les espaces vides sont nombreux, mais les disparités sont bien moins fortes que dans la seconde moitié du siècle. Les superficies inoccupées ne résultent pas de facteurs conjoncturels (suite des guerres balkaniques et Première Guerre mondiale), mais plutôt de phénomènes structurels : l’abandon des cordons littoraux et des grandes vallées et deltas alluviaux marécageux, au profit des pays plus salubres. La basse vallée de l’Axios est inhabitée. D’Alexandroupoli à Litochoro, seuls les ports de Kavala et Salonique brisent la monotonie des bordures côtières vides d’hommes. Le drainage et la mise en valeur de ces espaces répulsifs seront l’objectif principal de la colonisation agricole, destinée à favoriser l’installation des réfugiés d’Asie Mineure.

  • 18 Pour plus de détails sur ces activités agricoles, voir G. Burgel, « Recherches sur la Grèce rurale (...)

61Soixante-dix ans plus tard, la Macédoine centrale s’impose comme le cœur utile de la Grèce du nord, et Salonique y règne sans partage, relayée par des villes périphériques dont la plus importante, Veria, atteint 39 000 habitants. Géogra-phiquement, cette plaine est limitée à l’est par le cours du Gallikos et le Vertiskos, au sud par celui de l’Aliakmon et la barrière des monts de Piérie. À l’ouest, le Vermion forme une barrière naturelle contre laquelle se sont blotties les villes de piémont de Veria, Naousa et Edessa. De la péninsule de Kassandra à Katerini, Kilkis, Aridaia, Naousa, les fortes densités humaines constituent un bassin de peuplement continu, où la métropole macédonienne n’est jamais à plus d’une heure de route. Les grandes installations industrielles se sont développées le long des axes de communication Salonique-Athènes, et surtout Salonique-Edessa. Riche plaine alluviale irriguée, la région est propice aux grandes cultures céréalières et aux vastes vergers installés sur les coteaux du Païko et du Vermion. L’agriculture intensive entretient quantité d’actifs, dont la plupart sont des descendants de Micrasiatiques18. Parmi les nombreux bourgs ruraux, certains parviennent à la taille d’une petite ville, lorsqu’ils s’adjoignent quelques structures administratives et de service (Alexandria).

  • 19 Οργανισμός Σιδηροδρόμων Ελλάδος, Organisme des chemins de fer de Grèce.

62Cet ensemble cohérent est très bien desservi par l’autoroute ouverte le long de l’Axios, en direction du poste frontière d’Evzoni, qui permet aux engins motorisés d’entrer en Grèce directement, lorsque la liberté de circulation est garantie en Yougoslavie. Vers le sud, l’autoroute numéro un assure la liaison avec Athènes. Sur le plan local, les communications sont aisées et rapides : les bus du KTEL assurent une desserte efficace qui supplée à la lenteur des trains de l’OSE19, pourtant régulièrement bondés. Principal marché de la région, toutes les affaires courantes qui ne peuvent être réglées dans les petits centres urbains locaux sont renvoyées vers Salonique. Les relations sont organiques entre ce vaste bassin agricole et l’agglomération, distante de moins de 80 kilomètres. La répartition cartographique des densités met en valeur la région urbaine centrale, orientée selon un axe nord-ouest/sud-est. Elle franchit la barrière du Chortiatis à travers les deux percées des routes de Langada et de Kavala, de part et d’autre du lac Koronia.

63Au-delà de ce périmètre bien délimité, le peuplement est épars, clairsemé. Les bassins de Serres et Drama font preuve d’un certain dynamisme local, qui marque la baisse d’influence de la capitale régionale derrière les cimes du Vertiskos. En Macédoine occidentale, la distribution de la population est encore plus sporadique : les grands vides humains offerts par les versants du Gramos ou du Pinde détonnent fortement avec les îlots urbains de Kastoria, Kozani, Ptolémaïs et Florina. Serres, Drama et Kavala règnent en comparaison sur des secteurs plus étendus, où les surfaces agricoles sont encore vastes et productives. La Thrace reproduit ce modèle de répartition cellulaire, à l’exception du nord du nome d’Evros, à la frontière de la Turquie et de la Bulgarie, où une densité de population équivalente à celle des bassins intérieurs macédoniens parvient à se maintenir dans ce bout du monde.

64La distribution statistique des densités présente, en Macédoine et en Thrace, un profil pyramidal à base large : 48 % des communes n’atteignent pas le seuil des 30 hab./ km2, tandis que 49 unités seulement dépassent 200 hab./ km2. Les contrastes sont donc fortement accusés. Globalement, à l’exception des alentours d’Orestias et de Didymotichon, où le peuplement perdure davantage pour des raisons politiques que pour les richesses prodiguées par l’Evros et l’Ardas, les franges frontalières sont abandonnées. Les espaces les plus désertés se localisent dans la partie nord des nomes de Drama et de Serres, sur les flancs du Rodope occidental et de l’Orvilos, ou bien à l’arrière de la ligne de démarcation gréco-turque, sur les versants du Sapka et du Kelembek. Désert marécageux au début du siècle, la campania salonicienne fait figure d’exception : elle est devenue en quelques décennies le cœur économique de la Grèce du nord.

Notes

1 J. Ancel, La Macédoine, op. cit., Delagrave, Paris, 1930, pp. 25-26.

2 Stremma : mesure de superficie équivalente à 1 000 m2, ou 1/10e d’hectare.

3 M. Chouliarakis, Γεωγραϕική, διοικητική και πληθυσμιακή εξέλιξις της Ελλάδος, 1821-1971 (L’Évolution géographique, administrative et démographique de la Grèce, 1821-1971), tome 1, vol. 2, EKKE, Athènes, pp. 380-381.

4 Idem, Εξελίξεις του πληθυσμού των Αγροτικών Περιοχών της Ελλάδος, 1920-1981 (Évolutions de la population des régions agricoles de la Grèce, 1920-1981), EKKE, Athènes, 1988, 576 p.

5 Ντόπιοι : littéralement « locaux », c’est-à-dire aux autochtones.

6 A. Chrysochoos, Οι βόρειες επαρχίες της Ελλάδος και οι βουλγαρικές βλέψεις (Les Régions septentrionales de la Grèce et les visées bulgares), Société d’études macédoniennes, Salonique, 1942, pp. 17-25.

7 Pour plus de détails sur l’intégration sociale des réfugiés et des autochtones, et leur cohabitation, cf. D. Lafazani, « Appartenance culturelle et différenciation sociale dans le bassin du Bas-Strymon : l’intégration nationale d’une région de la Macédoine », CEMOTI, 17, 1994, pp. 123-132.

8 Celui de 1928 se situe en pleine phase de colonisation effective.

9 E. Kofos, Nationalism and Communism in Macedonia, Institut d’études balkaniques, Salonique, 1964, p. 102. Cette estimation doit également tenir compte des départs de Thrace.

10 C. Chiclet, Les Communistes grecs dans la guerre. Histoire du parti communiste de Grèce de 1941 à 1949, L’Harmattan, Paris, 1987, p. 28.

11 Ibid., op. cit., p. 138.

12 Rebelles grecs, maquisards.

13 C. Chiclet, Les Communistes..., op. cit., p. 258.

14 P.-Y. Péchoux, « Les problèmes du travail et de l’emploi dans une ville de province en Grèce l’exemple de Kavala », Revue de géographie de Lyon, 4, 1966, pp. 339-365.

15 À ce sujet, voir E. Kolodny, Les Étrangers à Stuttgart, Paris, 1977, 316 p., et « L’émigration macédonienne vers l’Allemagne fédérale : le cas de Néokaisaria (Piérie) », Méditerranée, n° 1, 1981, pp. 21-34.

16 S. Avgerinou-Kolonias, « La ville de Ptolémaïs : une création industrielle », Villes en parallèle, 9, 1986, pp. 211-234

17 O. Deslondes, Les Fourreurs de Kastoria entre la Macédoine et l’Occident, Paris, 1997, 228 p.

18 Pour plus de détails sur ces activités agricoles, voir G. Burgel, « Recherches sur la Grèce rurale », Mémoires et documents, CNRS, Paris, 1972, 60 p.

19 Οργανισμός Σιδηροδρόμων Ελλάδος, Organisme des chemins de fer de Grèce.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540