Version classiqueVersion mobile

Le Président de la Ve République et les libertés

 | 
Xavier Bioy
, 
Alain Laquièze
, 
Thierry Rambaud
, 
et al.

Deuxième partie. Le Président, acteur des libertés

Les libertés sous De Gaulle

Frédéric Rouvillois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Libérateur, ce titre de gloire, on le sait, constitue la pièce centrale de la légende gaullienne, celle que le Général a voulue et construite, celle qu’il étoffe dans le discours fondateur prononcé le 2 mars 1945 devant l’Assemblée consultative : « ainsi que nous nous y étions engagés, nous avons restauré dans la nation l’exercice de toutes les libertés dont elle fut si longtemps privée. La liberté individuelle, la liberté d’opinion, la liberté de la presse, la liberté syndicale, la liberté de réunion et d’association sont de nouveau pratiquées, sans autres limitations que celles qu’impose l’état de guerre1. »

Pourtant, le Libérateur, le « restaurateur des libertés2 », n’est pas et n’a jamais été un libéral. « Libéral, libéral, qu’est-ce que ça veut dire ? », assène-t-il à son jeune ministre Alain Peyrefitte en juillet 1962, avant d’ajouter : « un libéral, c’est quelqu’un qui croit que ses adversaires ont raison3 » – une formule directement empruntée à l’écrivain royaliste Léon Da...

© CNRS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search