Version classiqueVersion mobile

Los Angeles

 | 
Cynthia Ghorra-Gobin

Troisième partie. L’avènement de la « ville multiethnique » et de la « ville-monde »

Conclusion. Los Angeles entre nature et culture : la quête d’une centralité fondatrice de son pluralisme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Se référer à Los Angeles et plus précisément aux émeutes de 1992 pour évoquer une fois de plus la crise urbaine aux États-Unis, suite à la restructuration économique et à la mondialisation des échanges, à la bipolarisation du marché du travail, au désengagement de l’État fédéral, à la culture raciste et à l’émergence d’une underclass face à l’agressivité d’une élite cosmopolite, serait un exercice banal et largement développé. La présente analyse de l’expérience de Los Angeles a eu pour objectif de montrer les limites intrinsèques d’une conception urbaine fondée sur une faible densité – perçue comme le garant de l’ordre social –, et sur la valorisation de la sphère privée à proximité de la nature, au détriment de la centralité et de son corollaire l’espace public. L.A., où l’espace est départicularisé c’est-à-dire où les éléments sont juxtaposés et non connectés, témoigne des contradictions d’une vision olmstedienne de la ville dont l’architecte Frank Llyod Wright avait vanté les mé...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search