Version classiqueVersion mobile

Los Angeles

 | 
Cynthia Ghorra-Gobin

Troisième partie. L’avènement de la « ville multiethnique » et de la « ville-monde »

Chapitre 6. La traduction spatiale de l’internationalisation et l’amorce d’un autre modèle urbanistique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au cours des deux dernières décennies, Los Angeles s’est dotée d’un profil de centre-ville (downtown skyline) à l’image de New York ou de Chicago, au terme d’une opération de rénovation urbaine de grande envergure. Mais la création d’un vaste quartier d’affaires au cœur de la métropole n’a pas pour autant enrayé le processus traditionnel de l’urbanisation des territoires périphériques, une tendance qui a toujours existé à Los Angeles et qui, à l’heure actuelle, participe de l’ère de l’edge city, selon l’expression de Joël Garreau1. La ville possède désormais un « CBD » (« Central Business District ») reflétant son dynamisme économique tout en ne cessant de vanter les mérites d’une agglomération aux centralités multiples2. Le processus de « recentralisation » a fait l’objet d’un choix délibéré lorsque les responsables ont pris conscience que L.A., plus que la métropole de l’ouest devenait la métropole du Pacifique. Comme l’écrit Jean Heffer3, « Après un xxe siècle qualifié de “siècle...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search