Version classiqueVersion mobile

Los Angeles

 | 
Cynthia Ghorra-Gobin

Deuxième partie. Les fondements de son organisation spatiale

Chapitre 4. Dévalorisation de l’espace public et spatialisation du fait ethnique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Los Angeles, on est frappé par le manque apparent d’animation urbaine, si l’on exclut la plage, que l’on peut expliquer, a priori, par la faible densité et l’étendue, mais qui est en fait à mettre en relation avec l’absence de toute idée de lieu1 et d’espaces publics pensés en termes de rencontres. Les images allégoriques du piéton et du flâneur n’ont jamais été associées ici à la scène urbaine. Los Angeles suscite, il est vrai, un sentiment d’insécurité pour le piéton ou le touriste, même dans les quartiers aisés. L’espace public est réduit à une pure extériorité, par opposition à la chaleur protectrice et apaisante de l’espace privé symbolisé par la maison. Devenant dur, aride, froid et menaçant, il se traduit alors par une surveillance en quelque sorte militarisée qui ne menace nullement les gangs, mais accentue sérieusement les difficultés de la vie quotidienne des homeless people (« sans domicile fixe »)2.

En dehors des gratte-ciel – qui ont fait pour la plupart leur apparitio...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search