Version classiqueVersion mobile

Los Angeles

 | 
Cynthia Ghorra-Gobin

Deuxième partie. Les fondements de son organisation spatiale

Chapitre 3. Les déplacements soumis à une conception du cadre de vie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Los Angeles, symbole par excellence de la drive-in culture américaine du xxe siècle, n’est pourtant pas contemporaine de la voiture. Elle s’est bâtie sur le principe de transports en commun et s’est appuyée sur les deux technologies disponibles et largement répandues à partir des années 1860, le tramway et le train. Le rôle des lignes de chemin de fer puis du tramway électrique dans l’expansion spatiale d’une ville sous la forme de banlieues peu denses a d’ailleurs été étudié et démontré par une génération d’historiens qui se sont inspirés de Sam Bass Warner Jr. La voiture n’est donc pas responsable de l’étalement urbain, même si, à la suite de Reyner Banham, on a pris l’habitude de décrire Los Angeles comme un vaste territoire suburbain structuré par un imposant réseau autoroutier qui en assure l’unité. L’émergence de la voiture lui a toutefois permis de maintenir la spécificité de son paysage urbain dominé par la maison et le jardin.

On expliquera les conditions dans lesquelles les...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search