Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Troisième partie. Construction des savoirs

Quelques réflexions sur les rôles et trajectoires de l’archéologie au Japon

Laurent Nespoulous

Texte intégral

1Août 2012

2L’archéologie est une discipline qui s’est progressivement établie en Europe occidentale tout au long du « grand dix-neuvième siècle » (fin xviiie-1914). Elle a ainsi fleuri dans le contexte de la formation des Nations d’Europe. Il en va de même au Japon à partir du dernier tiers du xixe siècle.

3La formation lente de cette science des vestiges va apporter des perspectives originales sur le passé immémorial de l’humanité, sur l’histoire d’avant l’histoire écrite, à un moment où certains peuples, entrés dans le monde « moderne » du xixe siècle, se cherchent justement une formulation politique et identitaire, bref, une conscience de peuple.

4Qu’ils s’agissent de « nos ancêtres les Gaulois » ou des tombeaux des souverains légendaires du Japon, il s’agit d’ancrer dans un passé éloigné – pas, peu ou mal éclairé par la documentation écrite que l’on finira par désigner « Préhistoire » et « Protohistoire » – quelque chose de pourtant tout à fait nouveau : la Nation et le cadre étatique qui s’appuie désormais sur elle. L’archéologie, en plus d’ouvrir de nouveaux horizons en matière de connaissance du passé, a donc également très tôt été un témoin de son propre contexte de formation. Plus important encore, elle témoigne des préoccupations de nos sociétés actuelles et du cadre dans lequel elles évoluent.

5Le Japon et les pays d’Europe occidentale et nordique sont les régions du monde qui, parmi les premières, ont construit ce rapport particulier entre passé et présent. Née avec la Nation, plus d’un siècle plus tard, la narration de l’histoire d’avant l’Histoire demeure un champ d’investigation pour lequel les vocations ne manquent pas. S’agissant plus spécifiquement du Japon, quelle lecture du présent peut-on faire de son archéologie, la mieux dotée du monde au plan financier et humain ?

6Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon répondait au programme d’une monarchie impérialiste, au sein de laquelle la question de l’origine de la Nation était très secondaire. Officiellement, la Nation était strictement « encadrée », et existait surtout au travers de la figure tutélaire du souverain. Dans ce contexte, l’Archéologie a contribué à l’affirmation d’une volonté de proclamer l’ancienneté des origines de la lignée des souverains de l’archipel, mais elle n’a pas pu vraiment développer une approche scientifiquement argumentée, voire critique, des origines tant de l’État que de la population de l’archipel. Une longue traversée du désert a ainsi eu lieu entre l’avènement d’une Archéologie méthodologiquement mature, à l’université impériale de Kyôto, en 1917, et le moment où est devenue possible l’exploitation libre de ses méthodes en vue d’une narration de l’histoire de l’archipel. L’Archéologie scientifique, par sa capacité méthodologique à engendrer des perspectives chronologiques nouvelles, ne pouvait auparavant que se taire face aux chronologies officielles, et légendaires, imposées par le régime monarchique.

7La défaite du Japon en 1945, va faire tomber ces interdictions, et un véritable découpage chronologique en « périodes » d’avant l’Antiquité va alors être rapidement formulé. Mais 1945 correspond également à la fin de l’empire colonial. Or, depuis Meiji, à la fin du xixe siècle, la définition du Japon avait reposé sur l’existence d’une monarchie doublée de son empire. Dès lors, il convenait de « reconstruire » le Japon non seulement au plan physique (renvoyé à ses limites insulaires) mais également au plan mental.

8C’est donc une nouvelle conceptualisation de la Nation japonaise qu’il s’agit d’édifier, et, avec elle, un questionnement authentique sur les origines et l’originalité du peuple japonais susceptible de déboucher sur la mise en place d’un nouvel imaginaire national. Dans un tel contexte d’après-guerre, l’archéologie devient, et demeure jusqu’à nos jours, un acteur capital dans la construction du Japon et des Japonais.

9Le grand chantier de la Nation japonaise, tel que conçu après-guerre, est intéressant à plus d’un titre. Là où, en Europe, il est question d’abandonner progressivement la narration nationale du passé, au Japon, cette dernière va, au contraire, être initiée. Si les nationalismes furent l’une des grandes causes de la ruine des puissances européennes de la première moitié du xxe siècle, dans le cas du Japon, c’est plutôt l’expansionnisme impérial qui est mis en cause. La construction de l’insularité d’après-guerre, la narration nationale, et les nouvelles chronologies sont donc autant d’éléments qui viennent se poser en rupture des repères de la monarchie impérialiste.

10Des années 1950 aux années 1970, l’archéologie va ainsi fournir des éléments concrets à rattacher à l’avènement d’un peuple japonais comme, par exemple, les traces des premières sociétés rizicoles de l’archipel (période Yayoi, aujourd’hui datée de la première moitié du premier millénaire avant notre ère jusqu’à la moitié du iiie siècle de notre ère, et dont le nom provient de la poterie découverte dans le quartier de Yayoi, à Tôkyô, à la fin du xixe siècle,). L’Histoire se met ainsi au service du peuple, dans le sens où elle lui donne une contenance ou assise culturelle très ancienne, remontant au-delà même de la formation du système monarchique antique, et de la figure du souverain.

11Dans les décennies qui suivent, celles des années 1970 et 1980, l’archéologie de la fin du Yayoi et des temps précédant immédiatement l’Antiquité (période Kofun, « anciens tertres » protohistoriques de l’archipel, du milieu du iiie siècle jusqu’au viiie siècle) met en avant l’existence d’une forte complexité politique dès avant l’apparition du système antique. La question de l’origine d’un État au Japon, dépassant la simple question de la lignée impériale, est même discutée depuis les années 1990. La narration se développe telle que la question des « origines » du Japon et des Japonais dépassent désormais celle de la fondation de l’institution monarchique.

12Pris entre le Paléolithique et l’apparition des premiers paysans de l’archipel, la période Jômon (du nom de sa poterie, littéralement « à décors en impression de corde »), très longue période couvrant l’archipel de la fin de la dernière glaciation jusqu’au 1er millénaire avant notre ère (soit un très long Mésolithique de près de 10 000 ans) a longtemps été mise de côté dans la narration nationale. En fait, dès le xixe et le début du xxe siècle, Jômon était considéré comme « pré-japonais », et plutôt mis en rapport avec « l’altérité intérieure » du Japon, constituée par les populations aïnous de Hokkaidô. Jômon va être progressivement réintégré à la narration nationale, des années 1970 à 1990, à la faveur de l’avènement d’un faisceau de théories en anthropologie physique (les populations de l’archipel comprises comme un mélange biologique Jômon indigène/Yayoi allogène) et de découvertes de sites archéologiques d’importance (comme le site de Sannai Maruyama, tout au nord-est de Honshû, habitat « villageois » très concentré) révélant une complexité inattendue des sociétés du Jômon.

13À la fois riche et exceptionnellement bien documentée par une recherche intensive et déjà ancienne, l’archéologie japonaise s’est donc formée en grande autonomie par rapport à ses consœurs européennes et elle a produit ses propres cadres de définition chrono-culturelles. Pour autant, les problématiques scientifiques contemporaines de l’archéologie japonaise rejoignent sans difficultés celles qui sont en vigueur en Europe : trajectoires suivies par les derniers chasseurs-cueilleurs, leur interaction avec les premiers agriculteurs/riziculteurs, apparition des premiers paysans, complexification des sociétés et avènement des premières élites politiques, et ce jusqu’à la formation de l’État. Théoriquement, le spectre est très large et fait du Japon un partenaire qui pourrait être, avec ses originalités, tout à fait déterminant dans l’examen et la validation des solutions aux grandes questions qui se posent universellement aux archéologues.

14Enfin, les enjeux d’une collaboration féconde entre les archéologues du monde entier, que l’on ne peut qu’appeler de ses vœux, ne devraient pas se limiter au seul domaine de la recherche. La question de l’implication de l’archéologie et des politiques du patrimoine, aujourd’hui, dans le cadre japonais, est à considérer avec intérêt. Le Japon, pendant longtemps, a été un pays marqué par un très fort centralisme. Mais avec les politiques de réduction de voilure des prérogatives de l’État dans l’éducation, la recherche et la culture (l’autonomie des universités, depuis 2004, en est un exemple ; la transformation en structure à « personnalité juridique » de certains acteurs de l’archéologie de sauvetage, dès la décennie 1990, en est un autre), conséquences de l’uniformisation de la gouvernance par la mondialisation libérale, le cadre départemental et/ou municipal, et non plus national, est devenu primordial. Cela crée une forte dépendance de l’archéologie vis-à-vis de l’opinion des populations locales, outil de pression décisif pour son soutien et son développement. Cela produit également des particularismes forts au sein de l’archipel, lesquels ne sont pas l’écho de simples régionalismes anciens, dans la mesure où le logiciel employé est celui de l’archéologie nationale, appliqué désormais dans un cadre où il est désormais du ressort des collectivités locales de soutenir, ou pas, des politiques du patrimoine.

15Le Japon, longtemps tenant d’une archéologie nationale avec un arbitrage central est donc un pionnier en matière de réforme de la culture et du patrimoine selon le paradigme libéral. Il est donc important d’en tirer des enseignements à l’heure où, en France notamment, l’ordre du jour, depuis des années, est à la progression des notions d’autonomie et de décentralisation généralisée. Ces questions du devenir et du rôle social à attribuer à l’archéologie et au patrimoine intéressent aussi bien la France que d’autres pays européens. Elles sont à la base d’une double interrogation : comment protéger le patrimoine dans un contexte de réduction des dépenses, sans pour autant s’appuyer sur un chauvinisme culturel local, lequel peut, pourtant, constituer un bon moyen de « court-circuiter » les politiques d’austérité ?

Auteur

CEJ-Institut national des langues et civilisations orientales / Université de Ôsaka

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540