Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Deuxième partie. Enjeux nationaux et stratégiques

Philippines : une transition démocratique qui n’en finit plus

Dominique Caouette

Texte intégral

1Avril 2012

2Samedi 25 février 2012, le président Benigno « Noynoy » Aquino, fils de l’ancienne présidente Corazon « Cory » Cojuangco Aquino et du sénateur Benigno « Ninoy » Aquino II, assassiné durant la dictature de Ferdinand Marcos ouvre les cérémonies commémorant la révolte populaire d’EDSA (acronyme du nom d’une importante artère de la capitale où plus d’un million de Manillais s’étaient rassemblés en février 1986 pour forcer le départ du dictateur). Aïeul des manifestations de la place Tianmen de 1989 et plus récemment des vagues de mobilisations populaires associées au printemps arabe, le soulèvement d’ESDA reste encore dans l’imaginaire politique le symbole d’une citoyenneté militante et résolue, prête à défier les chars d’assaut et à offrir des fleurs au soldat. Et pourtant, après 26 années, les Philippines ont-elles vraiment changé ?

3Élu en mai 2010 avec un mandat fort et officiellement au pouvoir depuis le 30 juin, Aquino mène le pays, tel un capitaine qui en serait à ses premières traversées et ce, dans un brouillard tout aussi dense qu’omniprésent. Pourtant son ascension au pouvoir et son discours inaugural de juin (prononcé essentiellement en filipino plutôt qu’en anglais au grand plaisir de la majorité de ses concitoyens), laissaient envisager la possibilité de compléter la longue transition démocratique amorcée en 1986. Aujourd’hui, deux ans et demi plus tard, il peine toujours à mettre en place un véritable programme de gouvernance, capable d’instituer des réformes sociales, politiques et économiques dont la pays a bien besoin, en commençant par le nettoyage de l’administration publique.

4L’État philippin est fragile, pour ne pas dire mal en point. Les disparités économiques entre riches et pauvres sont parmi les plus aiguës de l’Asie du Sud-Est. En 2005, Transparency International classait les Philippines au 117e rang sur 159 pays dans son index de perception de la corruption. En 2009, la situation empire : l’assassinat en plein jour de 58 personnes, dont 32 journalistes aux abords de la ville d’Ampatuan, petite ville régionale de la province de Maguindanao sur l’île de Mindanao secoue le pays tout entier et l’ensemble de la classe journalistique à travers le monde. Le massacre se produit dans le contexte imminent des élections nationales de mai 2010. Le 23 novembre, un convoi de journalistes, d’avocats, de militants des droits de la personne ainsi que l’épouse et la sœur d’un candidat au poste de gouverneur qui cherche à déloger le contrôle absolu qu’exerce le clan de la famille Ampatuan est intercepté par des milices armées et masquées. Ils sont alors en route pour le bureau local de la Commission électorale afin d’enregistrer la candidature de son opposant. Les paramilitaires exécutent sommairement l’ensemble des membres du convoi et même des passants qui se trouvaient aux abords. Le plus grand massacre de l’histoire du journalisme donne aux Philippines, le titre peu glorieux selon Reporters sans frontières du pays le plus dangereux du monde pour la pratique de la profession, devançant ainsi l’Afghanistan et l’Iraq.

Les Philippines : un état néo-patrimonial

5Comment comprendre un tel régime politique ? Une manière heuristique est de décrire l’État philippin comme néo-patrimonial au sein duquel une oligarchie constituée des grandes familles terriennes domine et contrôle largement la vie politique. Cette élite économique se confond largement avec l’élite politique. Soutenue par un système politique défaillant qui permet à la classe dominante de se maintenir au pouvoir, cette oligarchie sait s’allier et utiliser une bureaucratie largement politisée et personnalisée. Dans un tel État, le pouvoir politique n’a pas comme objectif le bien commun de la population mais les intérêts privés d’une oligarchie terrienne.

6Si on peut rattacher la création de cette oligarchie à la colonisation espagnole, l’ère américaine (1899-1947) a permis sa consolidation. Suite à l’indépendance, les grands propriétaires terriens conserveront leurs privilèges jusqu’à l’avènement du dictateur Ferdinand Marcos. Le dictateur préside en quelque sorte à la création d’une super-clique oligarchique : il installe ses proches et ses partenaires aux commandes du pays. Le régime cacique de Marcos illustre bien les formes prédatrices de gouvernance patrimoniale, tant le pillage de l’État et du trésor public est organisé de manière discrétionnaire et orienté en vue de soutenir un réseau de patronage privé. Marcos est finalement détrôné en 1986 lors de l’émeute populaire d’EDSA en appui à une mutinerie militaire opposée au « vol » de l’élection présidentielle après que le dictateur vieillissant eut pris le risque d’organiser des élections. L’arrivée de Corazon Aquino, veuve de Benigno Aquino, opposant politique assassiné en 1983, avait suscité de l’espoir partout dans le pays. Mais ces espoirs ont été de courte durée. Rapidement de fortes pressions ont été exercées sur Aquino qui, après avoir tenté infructueusement d’entreprendre quelques réformes, restaure rapidement les privilèges de l’oligarchie.

7L’intellectuel de gauche, Walden Bello, ancien dissident politique et aujourd’hui membre du Congrès philippin, décrit les Philippines de l’après-EDSA comme un système à deux visages. D’un côté, c’est une organisation démocratique au sens formel de la tenue d’élections et de l’égalité des votes. De l’autre, il est excessivement dispendieux, et maintient l’ordre socio-économique en place ce qui permet aux élites de changer de manière périodique. À l’intérieur de ce système, les masses philippines sont manipulées au profit des luttes entre les élites. Ainsi, il n’est guère surprenant de constater que depuis la révolte d’EDSA, les régimes qui se sont succédé n’ont pas été capables d’amener la prospérité promise, de réduire les inégalités et de stopper l’exode massif des Philippins. 10 % de la population, soit près de 10 millions vivent à l’étranger et 3 000 philippins quittent quotidiennement le pays.

8Ironiquement, « Nonoy » Aquino, qui est plutôt timide et peu charismatique, attire constamment une partie importante de l’attention médiatique, non pas tant sur ses programmes et projets, mais plutôt sur ses frasques amoureuses, sa passion pour les armes et les voitures de sport, étant le célibataire le mieux connu du pays. Ceci non sans raison car il est encore difficile de voir quels sont les efforts et les programmes gouvernementaux qui se mettent en place pour nettoyer l’administration publique d’une corruption omniprésente et la sortir d’une grande inertie. Beaucoup diront cependant que plusieurs des nominations du président à certains postes clés sont prometteurs, notamment aux Affaires sociales, au département de l’Intérieur, à l’Agence de lutte contre la pauvreté, et à la Commission des droits de la personne. De plus, deux processus de négociation de paix ont été lancés : le premier avec le mouvement révolutionnaire armé d’inspiration maoïste dirigé par le Parti communiste des Philippines, et le second avec le Front de libération islamique Moro, présent sur l’île de Mindanao. Enfin, Aquino a lancé différentes initiatives, telles une Commission de la vérité pour faire la lumière sur les scandales financiers et les abus de pouvoir d’anciens officiels, en particulier de son prédécesseur, la présidente Gloria Macapagal-Arroyo (2001-2010).

9Heureusement pour la nouvelle administration, l’économie se porte bien, non pas parce qu’il existe une véritable plan de développement équitable et exhaustif, mais plutôt parce que tout comme plusieurs pays de la région, l’archipel est porté par la vague de croissance importante qui traverse l’Asie en général. De plus, la diaspora philippine et surtout les 10 millions de travailleurs migrants continuent d’envoyer massivement des devises étrangères au pays. Celles-ci ont d’ailleurs atteint un niveau record de plus de 21 milliards de dollars américains en 2010. Au niveau national, trois secteurs d’activité économique contribuent à un taux de croissance annuel de plus de 5 %, soit celui des ressources naturelles, en particuliers les mines, l’agriculture et enfin, les services, essentiellement les multiples centres d’appel pour de grandes firmes transnationales qui poussent tels des champignons un peu partout dans l’archipel. Grâce à sa main-d’œuvre qualifiée et une connaissance étendue de l’anglais, en particulier de la culture occidentale, spécialement américaine, les Philippines sont en train de ravir à l’Inde le titre de capitale du monde des « call centers ».

1026 ans après un soulèvement populaire qui avait en février 1986, un air de fête et de libération collective, l’atmosphère est aujourd’hui plus circonspecte. La deuxième année de mandat de Benigno Aquino semble s’inscrire plutôt dans la continuité de ses prédécesseurs que sur le changement. Les promesses de réformes de mettre en place des programmes gouvernementaux capables de réduire la pauvreté chronique, la faim, l’arbitraire des tribunaux et une corruption endémique piétinent et les changements se font toujours attendre. Au fond, les Philippines illustrent bien les difficultés et contradictions inhérentes à une démocratie inachevée, greffée sur une structure de pouvoir oligarchique. Au-delà d’un électoralisme douteux et de l’idée d’une démocratie malmenée, sujette à des crises soudaines et imprévisibles, c’est la continuité avec le passé qui frappe au regard de la nature des luttes politiques depuis ces deux dernières décennies.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540