Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

La péninsule coréenne : source d’incompréhension

Marie-Orange Rivé-Lasan

Texte intégral

1Juillet 2013

« La corée » n’existe plus !

2Le terme français de « Corée », à l’instar du terme anglais « Korea », désigne aujourd’hui quelque chose de complexe et de flou à la fois. Étrangement familier, car omniprésent dans les médias, le sujet « Corée » se retrouve dans des domaines très variés : exploits technologiques, records mondiaux, menace planétaire, ou étrangeté culturelle… Si l’on fait référence au Moyen Âge (Royaume de Koryŏ, 935-1392) et à la période prémoderne (Royaume de Chosŏn, 1392-1897) sur la péninsule coréenne, la Corée se présente comme une entité politique structurée, ancrée dans un territoire fixe, une péninsule facilement repérable, avec une certaine homogénéité ethnique, culturelle et linguistique. Elle est divisée par des luttes de factions internes, mais c’est ce qui caractérise sa culture politique. La Corée est alors facilement identifiable, par rapport à ses voisins chinois ou japonais, malgré son apparente discrétion en Asie du Nord-Est pour les Occidentaux. En revanche, au xxe siècle, ce schéma vole en éclat : si l’annexion par le Japon ne change pas grand-chose ni sur le plan territorial puisque la totalité du territoire coréen est colonisé, ni au niveau de sa reconnaissance à l’international, on assiste à une transformation radicale des mentalités et de la coréanité. Une partie de la population coréenne entrée en résistance face à l’occupant ou de simple réfugiés économiques, aventuriers, quittent la péninsule pour s’installer d’une part dans l’archipel japonais et la Mandchourie, mais aussi en Russie, puis en URSS, en Amérique du Nord et du Sud. L’implantation de diasporas multi-situées provoque un bouleversement en terme de représentation du monde pour les Coréens qui tissent des liens hors de la péninsule. À ce stade, la Corée politique n’existe que dans les mouvements de résistance hors de la péninsule, avec un gouvernement en exil qui ne sera pas reconnu à la Libération par la communauté internationale. La Corée économique est instrumentalisée et la Corée culturelle est bafouée sur la péninsule. La Corée n’y existe qu’à travers la répression et la négation qu’elle subit. Elle est fantasmée, on meurt pour elle.

3La fin de la Deuxième Guerre mondiale, à l’été 1945, correspond pour la Corée libérée à la division de son territoire au niveau du 38e parallèle. Au départ mesure temporaire permettant de faciliter la démilitarisation des Japonais vaincus, cette division arbitraire mise en œuvre par les Alliés de l’époque, Soviétiques et Américains, va perdurer dans le contexte de guerre froide qui prévaut dans l’après-guerre. L’opposition entre le bloc communiste et le bloc capitaliste trouve en Corée une zone de contact direct et se concrétise dans la fondation de deux États distincts et antagonistes en 1948. On retrouve sur la péninsule tous les débats idéologiques de l’époque, que ce soit au Nord ou au Sud de la ligne de démarcation. Les espoirs de construire une nouvelle Corée politique unie et moderne sont déçus. La guerre de Corée (1950-1953), si coûteuse en vies humaines et vrai désastre écologique et psychologique, ne permettra pas plus que les urnes d’atteindre cet objectif.

4Dans la deuxième partie du xxe siècle, la Corée « unifiée » n’existe plus que dans les rêves des uns et des autres : on a désormais à faire à au moins « trois Corées » : la Corée du Nord, la Corée du Sud et une diaspora morcelée qui en fonction de son implantation géographique et des époques recevra les influences des deux États coréens devenus concurrents. La « Réunification » est affichée comme objectif officiel au Nord et au Sud, mais dans les actes rien n’a abouti en ce sens depuis la guerre de Corée : preuve en est l’absence de traité de paix depuis l’armistice de 1953 et la persistance d’une zone frontière étanche ! La politique de la main tendue, la Sunshine policy, menée par les progressistes sud-coréens pendant une dizaine d’années (1997-2007) permettra certaines coopérations intercoréennes, surtout économiques et symboliques. Celle-ci est remise en question unilatéralement par le gouvernement de Lee Myung-back, au vu du constat « d’échec » fait par le camp conservateur en terme de retombées économiques et de profits pour le Sud. Le temps n’est pas à la patience, ni au respect de l’autre, ni à l’entraide franche et cordiale : une ère de logiques de confrontation au niveau mondial et de méfiance mutuelle au niveau régional écarte toutes les amorces de rapprochements entreprises au début des années 2000.

5Parler de « la Corée » aujourd’hui n’a donc plus de sens. Les Coréens eux-mêmes, ne se désignent plus, eux ou leur pays, en employant le même mot en coréen en fonction de leur lieu de résidence depuis plus de cinquante ans. On parle de Han’guk (pays Han) si on est Sud-Coréen, mais de Nam Chosŏn (Chosŏn du Sud), pour un Nord-Coréen, lorsqu’il s’agira de désigner la Corée du Sud. Un Sud-Coréen désignera la Corée du Nord par le terme de Puk Han (Han du Nord), alors qu’un Coréen du Nord utilisera le terme Chosŏn, ou de République populaire démocratique de Chosŏn. Sans mentionner, les différentes façons qu’ont les membres de la diaspora de se désigner entre eux (Koryŏ saram dans l’ex-espace soviétique, Chosŏn-jok en Chine...) ou leur « mère patrie », on comprend déjà la complexité des positionnements face à la notion même de coréanité, d’orthodoxie et de tradition. On est obligé aujourd’hui de se positionner idéologiquement pour parler de la Corée en coréen, contrairement au français ou à l’anglais où les mots « Corée » ou « Korea » ambigus conservent une certaine souplesse. Les locuteurs en coréen sont piégés : il n’y a pas d’autre alternative que de faire un choix quasi-idéologique, voire diplomatique, pour parler de la Corée ou de ce qui est coréen, quand l’angle de vue n’est pas imposé par l’éducation et les médias par le biais d’un masquage des autres possibilités lexicales, comme c’est le cas en Corée du Nord et en Corée du Sud.

Une actualité riche en rebondissements surmédiatisés concernant le Nord, sous-médiatisés concernant le Sud

6Lorsque l’on parle de la Corée dans les médias, c’est souvent au superlatif. Mais de quoi nous parle-t-on ? La Corée fait sensation. Ce qui intéresse les journalistes concerne le plus souvent la Corée du Nord, ou plus précisément la menace qu’elle est censée faire peser sur le monde. Il faut dire que le gouvernement nord-coréen excelle non seulement en annonces provocantes ou menaçantes, comme cela a été encore le cas cet hiver, mais aussi par la savante orchestration de tests de missiles ou nucléaires qui entretiennent le suspens. Il sait ménager des effets de surprise, prendre des positions extrêmes, assurer des revirements et des coups d’éclat dans ses relations internationales, défier l’ONU, bref, il entretient son capital médiatique en occupant l’espace médiatique traditionnel, mais aussi depuis plus récemment en investissant l’espace cybernétique pour augmenter son influence, tant sur le plan domestique qu’international. En relayant ces informations prétendument « alarmantes » pour la sécurité mondiale, les journalistes du monde entier rendent un fier service, non seulement à la Corée du Nord, mais aussi aux grandes puissances qui ont intérêt à ce que le statu quo demeure sur la péninsule coréenne. La menace nord-coréenne est un prétexte en or pour justifier des stratégies militaires américaines dans la zone Asie-Pacifique, voire la possible remilitarisation du Japon. La Chine, quant à elle, préfère avoir une Corée du Nord, même un peu fanatique, à sa porte plutôt qu’un État pro-américain. D’autant plus qu’elle tire profit économiquement de la Corée du Nord, tant que les autres partenaires y sont personae non gratae.

7Cas atypique de succession familiale à la tête d’une république populaire socialiste, le régime nord-coréen fait trembler la planète avec ses exportations d’armes et en faisant défiler son armée en grande pompe au rythme des commémorations étatiques à la gloire de ses leaders. Le régime n’a pas dévié de ses fondamentaux depuis la mort de Kim Il-sung en 1994, le père devenu « président éternel » : tout le monde prédisait l’effondrement du régime, le pays faisant face à une crise économique sans précédent dans les années 1990 après la chute du mur de Berlin et la disparition du soutien du monde soviétique frère, mais contre toute attente le régime tient. Les efforts pour se doter d’un bouclier antiatomique, pour vivre en autarcie sans dépendre des autres, pour reproduire un système idéologique unique, constituent autant d’objectifs qui valent bien quelques dommages collatéraux aux yeux des Nord-Coréens au pouvoir. Les millions de morts résultant des grandes famines et de la malnutrition chronique, sacrifiés pour permettre à l’élite du Parti du travail de vivre mieux, la mise au ban de la société de tous les « antirévolutionnaires » purgés et envoyés dans des camps de travail pour se rééduquer à perpétuité sur trois générations, ainsi que les conséquences du culte absolu des leaders Kim en termes d’atteintes aux droits de l’homme, avec l’application de la peine de mort, ont incité certains Nord-Coréens à fuir leur pays (25 000 d’entre eux sont réfugiés au Sud), mais pas encore à renverser le régime. Nouvellement arrivé au pouvoir fin 2011 après le décès de son père, Kim Jong-un, petit-fils du « président éternel » et fils de Kim Jong-il, « secrétaire général éternel du Parti du travail », a repris les rênes du pouvoir. Hasard du calendrier, en 2012, les festivités grandioses commémorant le centième anniversaire de la naissance de son grand-père, lui a permis de consolider son pouvoir face à son peuple. Néanmoins, son manque d’expérience des rouages du régime et sa jeunesse sont des obstacles. La récente campagne d’inspection interne de toute l’administration de ce printemps, couplée à la campagne internationale visant les ennemis de l’extérieur, sont autant d’indices permettant de conclure à une reprise en main du pouvoir et conduit à un réajustement de la politique nord-coréenne qui reste à évaluer.

8Paradoxalement, les vastes connaissances disponibles concernant la Corée du Sud, 11e puissance mondiale en 2011 qui est analysée sous toutes ses coutures par les chercheurs, ne lui accordent pas la place à laquelle elle pourrait prétendre sur la scène médiatique : on parle beaucoup plus de la Corée du Nord dont on ne sait finalement que peu de chose vérifiées sur le terrain. En réalité, la division et la question nord-coréenne passent au second plan en Corée du Sud sur le terrain politique, car les clivages internes sud-coréens et l’antagonisme Sud-Sud des camps progressiste et conservateur sont bien plus présents pour les Sud-Coréens au quotidien que la menace nord-coréenne. Même au plus fort de la tempête médiatique des derniers mois qui relayait les menaces des Nord-Coréens, le calme, voire l’indifférence des Sud-Coréens désillusionnés et réalistes a tranché avec l’émoi produit au niveau international. La nouvelle présidente de la République de Corée, Park Geun-hye, élue fin 2012, représentante du camp conservateur, fille du célèbre Général Park Chung-hee à la tête de la dictature militaire qui orchestra le développement économique dans les années 1960 et 1970, et dont la mère a été assassinée en 1974 lors d’un attentat perpétré par les Nord-Coréens, n’a pas paniqué ni cédé aux provocations. On assiste au Sud, d’après certains observateurs comme Koen De Ceuster de l’université de Leiden, à un glissement de la notion d’identité nationale, qui laissait jusqu’en 2007 une place à la Corée du Nord dans l’espoir d’une Réunification, vers une conception de la nation réduite à celle du seul État sud-coréen. Les mots sont déjà là pour rendre compte de cette catégorisation de la coréanité et l’opinion publique sud-coréenne déçue par ce qui a été découvert au Nord, méprisante même, adhère de moins en moins à un projet de réunification hypothétique qui risquerait de lui coûter très cher économiquement et symboliquement.

9Le « miracle économique coréen » ainsi que les prouesses technologiques de ses chaebols (conglomérats) sont parfois à la une des journaux. Néanmoins, ces informations peuvent être perçues comme inquiétantes en période de crise économique en terme de concurrence et de parts de marché. Ainsi, certains journalistes commencent à s’intéresser à la Corée du Sud au travers de sujets comme l’éducation, ou bien celui du soft-power sud-coréen, plus digestes. Le phénomène de « la déferlante culturelle sud-coréenne » (hallyu) a été mis sur le devant de la scène en France grâce au succès inattendu du chanteur Psy avec son clip parodique Gangnam Style qui a fait le buzz sur internet. Basé au départ sur l’exportation de séries télévisées visibles sur internet, ou les manhwa (BD coréennes) puis sur la K-pop (Korean pop music), l’engouement pour la Corée auprès du jeune public s’étend maintenant aux jeux vidéo en ligne et suscite des vocations : de plus en plus d’étudiants s’inscrivent aussi à l’université en France en études coréennes. Il faut dire que le gouvernement sud-coréen depuis cinq ans a mené une politique très active et performante de Nation Branding dans le but de promouvoir l’image de la Corée du Sud à l’étranger et de rectifier les « idées fausses ». Une vision orthodoxe de ce qu’on doit savoir et se dire de « la Corée » est donc proposée. Celle-ci a d’autant plus d’impact que les spécialistes de la Corée dans le monde sont peu nombreux pour faire face à la demande et surtout pour nuancer le point de vue que tente d’imposer le gouvernement sud-coréen.

Le spécialiste de « la Corée contemporaine » face à la demande des médias ?

10La question de savoir comment le chercheur spécialiste de la Corée contemporaine en sciences humaines et sociales doit se positionner par rapport à la demande d’expertise des médias et du public est délicate compte tenu du contexte évoqué plus haut. On lui demande surtout de réagir à chaud à des événements sensationnels, tels que des tests de missiles à longue portée, sans s’intéresser aux évolutions à long terme qui ne sont pas très « sexy » pour le public. N’étant pas spécialiste de l’armement, ni même de la politique internationale en matière d’enjeux militaro-économiques, son avis peut sembler décalé : soit « has been », soit « visionnaire », il est souvent décevant car il n’est pas là pour encourager l’excitation des médias autour de la Corée du Nord, ni prédire l’avenir, encore moins pour révéler des scoops. En tout cas, les perceptions aussi bien nord-coréennes que sud-coréennes constituent un sujet d’étude en soi et il existe d’autres grilles de lecture possibles, en particulier pour un observateur extérieur. Le chercheur se doit de ne pas prendre parti et de replacer son analyse dans la perspective la plus neutre possible, en gardant son esprit critique intact, en résistant aux pressions nord et sud-coréennes. Ainsi la prétendue inefficacité de la Sunshine Policy dont est convaincue une partie de la scène politique et de l’opinion publique sud-coréenne peut se lire autrement en termes d’interface Nord-Sud sur la péninsule coréenne. Le constat d’une évolution finalement beaucoup plus rapide que prévue par les protagonistes concernés, en conséquence de la politique de rapprochement entamée au début des années 2000, a entraîné un repli sur soi et la fin d’un certain « romantisme de la Sunshine policy ». D’après Valérie Gelézeau, maître de conférences à l’EHESS, on assiste à un phénomène de « re-bordering » de la Corée, après une phase de « de-bordering ».

11L’avenir de la connaissance de la Corée contemporaine passe non seulement par la prise en compte des deux Corées et de leur « normalités » sans préjugés sur leur orthodoxie, des présences attestées mais non assumées de la Corée du Nord au Sud et de la Corée du Sud au Nord dans la société, mais aussi par des choix de pistes de recherche indépendantes idéologiquement. Pour ce faire, la collaboration avec des chercheurs issus de la diaspora est indispensable, en plus des prises de contacts directs avec des homologues chercheurs aussi bien nord-coréens que sud-coréens.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Gelézeau, Valérie, De Ceuster, Koen et Delissen, Alain (dir.), De bordering Korea: Tangible and Intangible Legacies of the Sunshine Policy, Routledge, 2013.
http://www.routledge.com/books/details/9780415637435/ (projet de recherche collectif du Centre de recherches sur la Corée de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon (CNRS/EHESS-université Paris-Diderot) http://crc.ehess.fr/)

Yim, Eunsil, Coréens au Kazakhstan. Construction sociale de l’identité « minorité-diaspora », thèse d’anthropologie soutenue à l’EHESS en 2012 sous la direction de Jean-Francois Gossiaux.

Thévenet, Stéphane, « Comment les séries mondialisent la culture sud-coréenne. Un engouement national », Le Monde diplomatique, mai 2013 http://www.monde-diplomatique.fr/2013/05/THEVENET/49047AFP, Corée : ultimatum de Pyongyang à Séoul après des « actes monstrueux », 16/04/2013 http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/coree-ultimatumde-pyongyang-a-seoul-apres-des-actes-monstrueux_1240572.html

Rivé-Lasan, Marie-Orange, « La démocratie sud-coréenne : absence de logiques dynastiques ? », Critique Internationale, no 33, octobre-décembre 2006, p. 165-179.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540