Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

L’Inde émergente face au défi régional

Olivier Blarel

Texte intégral

1Juin 2013

2Juin : « L’Inde peut-elle être une grande puissance ? », s’interroge l’influent hebdomadaire britannique The Economist (le 30 mars 2013). Cette question met en perspective l’impression générale que l’expansion économique de l’Inde ne s’est pas étendue au champ diplomatique. L’identité de l’Inde sur la scène internationale fait l’objet d’un vif débat et sa diplomatie participe à ce flou ambiant en brouillant les cartes, multipliant les grands écarts et apparentes contradictions. Le décalage entre, d’un côté son statut de géant en Asie du Sud (ensemble des États du sous-continent indien) et de l’autre, son rôle d’acteur périphérique au niveau international illustre particulièrement la difficulté indienne à concilier les intérêts divergents de sa politique extérieure.

L’Inde indépendante et son paradoxe régional

3L’Inde entretient avec ses voisins directs une relation tendue qui prend sa source durant l’ère coloniale. L’Inde britannique avait sécurisé sa domination du sous-continent en contrôlant plus ou moins directement les territoires périphériques. De l’Iran à la Birmanie en passant par l’Afghanistan et le Tibet, un arc de protectorat et d’État-tampons servait de ligne défensive contre une éventuelle menace extérieure. À l’indépendance de l’Inde en 1947, les nouveaux dirigeants, et notamment le Premier ministre Jawaharlal Nehru, entendent prendre le contrepied de la politique extérieure impérialiste de leurs prédécesseurs, prônant le non-interventionnisme, le tiers-mondisme et le non-alignement vis-à-vis des deux blocs. L’asiatisme (ou l’afro-asiatisme) est promu afin de tisser des liens entre les États ex-coloniaux qui souhaitent réformer un système international considéré inégalitaire et discriminant. Toutefois, l’Inde est dès sa création confrontée à une situation sécuritaire régionale tendue. Le conflit avec le Pakistan sur la question du Cachemire et l’occupation du Tibet par la Chine communiste en 1950 obligent New Delhi à appliquer une politique régionale similaire à celle de son prédécesseur britannique. New Delhi va ainsi chercher à exclure toute influence extrarégionale de son voisinage, exerçant à son tour le rôle de puissance hégémonique du sous-continent. La politique extérieure indienne se trouve alors dans une contradiction patente : elle critique au niveau international ce qu’elle pratique dans sa région. Le chercheur Mohammed Ayoob diagnostiquera cette pathologie propre aux États ex-coloniaux comme la « schizophrénie de l’État du tiers-monde ». Au cours des décennies qui suivent l’indépendance, le décalage entre la politique régionale et internationale ne cessera de croître, jusqu’à atteindre son paroxysme en 1979 lors de l’intervention soviétique en Afghanistan. Les politiques régionales et internationales entrent à ce moment en collision et paralysent la diplomatie indienne : New Delhi est incapable d’empêcher l’invasion de l’Afghanistan, pays ami, voisin et non-aligné, et se montre tout aussi incapable de critiquer l’intervention militaire soviétique, l’URSS étant devenue une source majeure d’aide technique et militaire de l’Inde. Lorsque les troupes soviétiques se retirent d’Afghanistan en 1989, l’Inde se trouve décrédibilisée au sein des non-alignés pour ne pas avoir dénoncé l’invasion d’un des leurs. Parallèlement, elle ne sera pas parvenue à empêcher la constitution d’un axe pakistano-américain aux côtés des moudjahidines afghans. Cette alliance a permis à Islamabad de se réarmer et de défaire le statu quo régional qui garantissait la prééminence indienne. Alors que la guerre froide touche à sa fin, New Delhi trouve son leadership régional contesté, alors qu’au niveau international, perçue comme inconsistante, la diplomatie indienne apparaît inaudible et marginalisée. Le modèle indien hérité des années Nehru semble à bout de souffle et mal adapté à un monde qui change, et ce constat ne se cantonne pas à la seule politique extérieure.

De la crise au « retour vers l’Asie »

4Au cours des années 1990, l’Inde subit de plein fouet les bouleversements qui frappent l’ordre mondial. Son partenaire soviétique disparaît laissant New Delhi isolé sur la scène internationale. L’Inde est d’autant plus seule que la fin de la guerre froide porte un coup fatal au mouvement des non-alignés dont l’Inde est le leader historique. Parallèlement, l’Inde est menacée en 1991 par une banqueroute qui révèle la sclérose généralisée de son modèle économique dirigiste et autocentré. Le gouvernement est contraint à engager une ouverture et à libéraliser graduellement son l’économie. Cette nouvelle orientation oblige la politique extérieure à s’adapter aux nouvelles exigences économiques et l’Inde se tourne alors vers le « voisinage élargi » (extended neighbourhood). L’Inde cherche à participer au « miracle asiatique » en opérant un rapprochement vers l’Asie-Pacifique et notamment l’Asie du Sud-Est. En Asie centrale, dans le golfe arabo-persique et sur le littoral oriental africain, les richesses naturelles éveillent l’appétit des investisseurs indiens. Isabelle Saint-Mézard y voit un « subtil retour en Asie » perçu comme « gage de prospérité ». Tirée par ses nouveaux besoins économiques, New Delhi opère un décloisonnement régional, établissant des ponts au-delà du sous-continent indien.

5Cette nouvelle orientation politique a-t-elle un impact sur l’Asie du Sud : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Maldives, Népal, Pakistan, Sri Lanka, les voisins directs de l’Inde ? En effet, la plupart de ceux-ci figurent parmi les États les plus pauvres du globe et n’ont pas l’attrait du « voisinage élargi ». La redécouverte de l’Asie s’est elle fait au détriment de l’Asie du Sud ?

Un régionalisme introuvable

6La nouvelle politique extérieure indienne des années 1990, tirée par les nouveaux objectifs économiques, tente d’insérer l’Inde dans le régionalisme asiatique alors florissant. L’activisme de New Delhi vis-à-vis de l’Asie élargie contraste avec le peu d’avancée de l’intégration régionale en Asie du Sud. L’Inde y occupe de facto une place prépondérante par son poids économique, culturel, démographique et militaire ainsi que par sa centralité géographique. New Delhi montre une faible appétence pour un dialogue multilatéral qui anéantirait l’ascendant naturel de l’Inde dans ses relations bilatérales avec ses voisins. L’Association Sud-Asiatique pour la Coopération Régionale (SAARC) naît d’une initiative bangladaise en 1985 et l’Inde se montrera réticente à un renforcement de l’institution au-delà d’un simple forum de dialogue comme l’explique Jérôme Grimaud.

7New Delhi privilégie l’échelle asiatique élargie pour s’insérer dans un « club » régionaliste. Cela lui permettrait de s’extirper d’une Asie du Sud dans laquelle sa taille disproportionnée semble lui porter tort, tel Gulliver enchaîné. La primauté accordée à l’économie et l’échelle de l’Asie élargie, intermédiaire entre l’Asie du Sud et le système international, en fait une potentielle synthèse, une via media entre les deux sphères concurrentes dans la politique étrangère indienne traditionnelle, le régional et le mondial. Cette stratégie a permis de décupler les échanges commerciaux entre l’Inde et la région plus élargie. Raja Mohan estime que l’Inde « traverse le Rubicon » et s’apprête à jouer un rôle hégémonique en Asie méridionale semblable à celui exercé par l’Inde britannique. Néanmoins, les dividendes politiques sont limités et New Delhi ne parvient pas à dépasser son rôle d’acteur subsidiaire et périphérique. En Asie centrale, elle n’est accueillie qu’en qualité de membre observateur à l’Organisation de coopération de Shanghai. En Asie du Sud-Est, l’Inde n’est pas parvenue à obtenir un statut équivalent à celui de la Chine, du Japon et de la Corée. Dans le Golfe arabo-persique, elle demeure un observateur passif, maintenant l’équilibre dans la rivalité entre l’Iran et les monarchies arabes. L’ambition indienne d’étendre son influence et de participer plus activement aux affaires asiatiques est contrainte par sa prudence. L’Inde souffre d’un déficit de légitimité car ses intentions sont encore appréhendées. Dans la stricte continuité de sa tradition non-alignée, New Delhi s’engage avec tous mais de manière retenue afin d’éviter une trop forte dépendance. Ses intentions n’apparaissent pas clairement aux yeux de ses partenaires, instillant l’incompréhension et la méfiance. Ceux-ci lui réservent donc un partenariat de second rang.

Le frein régional à l’émergence mondiale

8L’un des facteurs principaux de cette identité internationale trouble est l’incapacité de l’Inde à jouer le rôle de leader dans sa propre région. Malgré des performances économiques enviables, un rayonnement international croissant ainsi qu’une centralité de fait en Asie du Sud, New Delhi peine à faire acquiescer son leadership à son voisinage direct, notamment par le Pakistan qui s’appuie sur des puissances extérieures (États-Unis et Chine) pour contrebalancer la domination indienne. Au cours des années 1990, l’Inde a tenté de tenir ce rang de leader régional en déployant une politique de voisinage bienveillante qui contrastait avec les pratiques agressives antérieures. Cette « doctrine Gujral » visait à faire des concessions unilatérales (principalement commerciale) afin d’établir un climat de confiance dans une région. Cette initiative sera reprise par les gouvernements successifs mais les réflexes sécuritaires auront souvent raison des fragiles avancées obtenues. Il semble toutefois acquis à New Delhi que la menace provenant des voisins provient non de leur force mais de leur faiblesse inhérente.

9Au pouvoir depuis 2004, le gouvernement de Manmohan Singh a essayé d’insuffler un nouvel élan dans la « connectivité régionale ». L’Inde souhaite ainsi partager les fruits de sa croissance avec son voisinage en échange d’un assouplissement des frontières nationales, pour en faire un lieu d’échanges et non de ruptures car selon le Premier ministre indien, « les tracés frontaliers ne sont pas aisément modifiables, mais ils peuvent être rendus insignifiants ». Malgré cette volonté sincère de briser l’atmosphère belligène, tout comme ses prédécesseurs, Manmohan Singh devra composer avec un corps diplomatique, véritable gardien de la tradition coloniale britannique, aux pratiques bien ancrées et déterminé à maintenir ses prérogatives dans la gestion des affaires régionales. De plus, les voisins de l’Inde semblent appréhender les intentions de leur grand voisin et ralentissent ses ardeurs économiques en refusant les avantages qu’elle leur propose. Le commerce intra-régional représente 5 % du commerce global, une hausse quasi nulle depuis 1990 (4 %). L’incapacité de l’Inde à commercer avec sa région réduit considérablement les perspectives de développement de sa présence au-delà de celle-ci. Ainsi, l’absence de transit via le Bangladesh limite les flux d’échanges bilatéraux entre l’Inde et la Birmanie, et condamne la création d’un corridor terrestre viable vers l’Asie du Sud-Est. Idem à l’ouest, le Pakistan refuse le transit terrestre aux produits indiens vers l’Iran, l’Asie centrale et l’Afghanistan. Privée de tout son poids économique, la diplomatie indienne ne peut qu’y jouer un rôle marginal. Depuis 2001, l’Inde a cherché à développer une présence forte en Afghanistan en s’engageant activement dans la reconstruction du pays, provoquant l’ire d’Islamabad qui y voit une tentative d’établir une alliance de revers contre elle. L’obstination du Pakistan à refuser le transit a dans une large mesure limité le déploiement d’une présence indienne significative, obligeant New Delhi à développer une longue et coûteuse route alternative via l’Iran. L’exemple afghan illustre la velléité indienne d’une projection au-delà de sa périphérie directe mais qui est contrainte par cette dernière. Le poids croissant de l’Inde sur la scène internationale et la volonté de New Delhi de s’y ériger en porte-parole de sa région ne fait qu’accentuer la crispation de ses voisins. En 2007, Manmohan Singh explique qu’il « rêve qu’un jour, tout en maintenant les identités nationales, on puisse petit-déjeuner à Amritsar, déjeuner à Lahore et dîner à Kaboul ». Le Premier ministre indien s’est rendu deux fois à Kaboul, sans jamais se rendre au Pakistan. En oubliant l’Asie du Sud et se projetant au-delà, l’Inde risque de ne jouer qu’un rôle périphérique en Asie comme sur la scène internationale.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Grimaud, Jérôme, Le régionalisme en Asie du Sud : l’expérience de la SAARC, 1985-1997, Paris, L’Harmattan, 1998.

Mohan, C. Raja, Crossing the Rubicon: The Shaping of India’s New Foreign Policy, New Delhi, Viking, 2004.

Saint-Mézard, Isabelle, « Le “regard vers l’Est” de l’Inde : un subtil retour en Asie », in Jaffrelot, Christophe (sous la dir. de), New Delhi et le monde : une puissance émergente entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement, 2008.

Auteur

Doctorant (CERI, Institut d’études politiques de Paris)

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540