Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

Le tourisme dans les collectivités françaises du Pacifique : une affaire qui tourne mal

Jean-Christophe Gay

Texte intégral

1Décembre 2012

2À l’heure où les nuages s’amoncellent sur l’économie française et où l’on parle de plus en plus de sa perte de compétitivité, il y a belle lurette que les économies d’outre-mer ne tiennent plus la route. Le système économique ultramarin est au bord de l’abîme avec 25 % de chômeurs dans les DOM. La cherté de la vie est source de tensions sociales, soulignant de spectaculaires inégalités socio-économiques (Gay, 2008). Manifestations, blocus et grèves générales s’y succèdent. Les Antilles françaises ne sont-elles pas appelées dans le monde anglophone américain les strike islands ! L’incendie couve et l’État s’est transformé en pompier, dans le cadre de ce que l’on appelle pudiquement la « solidarité nationale ». On utilise de plus en plus l’expression d’« économie sous serre » (Poirine) pour évoquer les maux économiques de l’outre-mer, jolie appellation pour désigner un modèle de développement isolé, intenable et artificiel, reposant sur la sous-fiscalisation, les transferts publics, le protectionnisme et la dégradation de la balance commerciale. Il est paradoxal de constater que dans un processus d’émancipation la Nouvelle-Calédonie est de plus en plus dépendante économiquement de la France. Cette situation révèle la focalisation des débats locaux sur la question politique au détriment des aspects économiques, pourtant fondamentaux lorsqu’il s’agira de réfléchir à la viabilité de la nouvelle entité indépendante ou associée à la France, sauf à considérer que l’économique est un argument du politique, les non-indépendantistes pour prouver que l’indépendance sera une catastrophe, les indépendantistes pour bénéficier des prébendes de l’État.

3Au cœur du problème, il y a la question des prix et des salaires. D’un côté on a des agents titulaires de l’État et des collectivités locales, qui bénéficient de « sur-rémunérations » par rapport à la métropole. Le hic dans l’affaire, c’est que cette « prime de vie chère » ne s’applique pas à tout le monde. Ainsi, on reconnaît à certains la cherté de la vie et pas à d’autres. En conséquence les sociétés ultramarines sont bien plus inégalitaires que celle de métropole. L’autre volet du problème est la question des prix. L’opacité de leur formation est grande. Ce qui est sûr c’est que les élites locales d’origine européenne ou métis, n’avaient pas intérêt à un développement autonome, parce que leur prospérité reposait sur le contrôle par leurs sociétés commerciales des courants d’exportation et d’importation. Un développement autocentré les aurait pénalisés, en réduisant les échanges. Les détenteurs de capitaux furent peu attirés par les investissements industriels, préférant l’immobilier, la terre ou le commerce.

4Ces symptômes s’apparentent à un mal appelé « syndrome néerlandais » et qui a été mis en évidence à propos des économies bénéficiant brusquement d’une manne. On l’a ainsi nommé parce que les Pays-Bas ont été l’un des premiers États touchés, au moment de la découverte du gaz naturel. Les secteurs exposés (exportations, tourisme) connaissent une augmentation de leurs intrants, induite par la hausse des prix due aux augmentations des revenus et de la demande intérieure. Le tourisme ultramarin est une des principales victimes de ce syndrome, car il ne peut être protégé (sauf par des subventions ou défiscalisations). Il subit donc en priorité la réduction de ses marges, provoquée par l’accroissement de ses coûts et l’impossibilité de la répercuter dans ses prix. Il est aussi victime d’un autre aspect du syndrome néerlandais : les salaires élevés du secteur public d’État ou territorial tendent à devenir les salaires de référence. La main-d’œuvre qualifiée est attirée par les booming sectors, dans lesquels les rémunérations sont plus élevés (Gay, 2012).

5Les signes de la mauvaise santé du tourisme en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie – nous excluons Wallis-et-Futuna, destination confidentielle où le nombre de touristes n’est même pas mesuré – sont nombreux. Tout d’abord, ces deux destinations sont celles dont la fréquentation a le moins progressé au cours de ces trente dernières années. Pendant qu’aux Fidji, aux Mariannes du Nord ou à Guam le nombre de touristes était multiplié par plus de trois, il n’a que peu progressé dans les deux collectivités françaises du Pacifique. Depuis plus de dix ans la Nouvelle-Calédonie stagne aux environs de 100 000 touristes. Alors que dans la zone Asie-Pacifique, la fréquentation a augmenté annuellement de 6,7 % depuis 2000, elle a baissé de plus de 3 % par an en Polynésie française (252 000 touristes en 2000, 162 000 en 2011). Dans la compétition à laquelle se livrent les lieux tropicaux pour attirer les touristes, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française ont perdu des parts de marché. Le seul motif de satisfaction est la spectaculaire progression du nombre de croisiéristes en Nouvelle-Calédonie (21 000 en 1998, 237 000 en 2011) grâce aux navires en provenance d’Australie proposant des croisières courtes.

6Un autre indice des difficultés du secteur touristique est le recul de la part des étrangers. Ainsi, sous une apparente stagnation de la fréquentation en Nouvelle-Calédonie se cache une alarmante perte de compétitivité de cette destination, qui se traduit par une augmentation de la part des Français, de métropole ou d’Océanie. En dépit de son éloignement, la métropole y est devenue la principale source de touristes, avec spécialement la chute des touristes japonais (35 000 en 1998, 18 000 en 2011). Le « tourisme affinitaire », c’est-à-dire des personnes venant rendre visite à des amis ou à la famille, a pris de l’ampleur. Il s’agit majoritairement des métropolitains, suivis par les Wallisiens, Futuniens et Tahitiens, qui choisissent un hébergement non marchand.

7L’ampleur des friches hôtelières en Polynésie française (Bachimon) est également symptomatique de la crise du tourisme ultramarin. À Tahiti, Moorea, Huahine ou Bora Bora les fermetures d’hôtels se sont accélérées, démontrant l’échec et les dommages de la politique de défiscalisation choisie par les gouvernements successifs pour lutter contre la faible compétitivité de l’outre-mer. À défaut de s’attaquer frontalement au cercle vicieux de la vie chère, les investissements dans de nombreux secteurs ont été partiellement défiscalisés, à partir de 1986 (loi Pons). En Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, un dispositif local est venu se rajouter aux mesures nationales (Chauchat). Loin de lutter contre le syndrome néerlandais, les capitaux défiscalisés ont été détournés des vrais investissements touristiques pour se concentrer sur des projets hôteliers masquant des opérations immobilières. Parce que la sortie de défiscalisation n’a pas été encadrée, les investisseurs particuliers, à l’issue de la période d’exploitation obligatoire (cinq à dix ans), ont cherché à revendre leur lot. Ainsi, l’outil fiscal, inadapté pour compenser les handicaps structurels, a été dévoyé.

8La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie font partie des destinations les plus chères du monde. L’hébergement, les excursions et la restauration offrent un mauvais rapport qualité/prix. Le shopping est limité et cher. La vie nocturne est presque nulle et les activités proposées aux touristes sont réduites. L’accueil est loin d’être toujours bon. Les îles concurrentes du Pacifique disposent d’un parc hôtelier plus récent et d’une animation de qualité pour un coût bien moins élevé. Quand on connaît le potentiel touristique de la Nouvelle-Calédonie et quand on sait que les noms « Tahiti » et « Bora Bora » sont la matérialisation universelle de l’idée de paradis terrestre, on comprend le gâchis actuel (Gay, 2009). Jusqu’à quand l’aura des mers du Sud compensera les nombreux défauts de la Polynésie française, pour qui s’y rendre est le rêve d’une vie ou doit correspondre à un moment important de celle-ci, comme le mariage ou la retraite ?

9Il ne faudrait pas conclure de tout cela que la seule solution pour que le tourisme se développe est l’indépendance. Hawaï, avec ses sept millions de touristes par an, prouve le contraire. Mais seules de courageuses réformes structurelles peuvent changer la donne. Il faut à cette fin que la relation entre la France et son outre-mer évolue. L’immobilité statutaire des DOM ne laisse pas entrevoir d’évolution significative sur le court terme. L’autonomie de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie est plus favorable à une reconversion économique, mais encore faut-il qu’elles la veuillent. En Polynésie française, malgré la gravité de la situation, la société locale n’est pas prête à accueillir des centaines de milliers de touristes. Quant à la Nouvelle-Calédonie, le nickel et les transferts publics lui assurent pour le moment une belle prospérité.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bachimon, Ph., « Les friches touristiques en Polynésie française. Révélateur d’une crise de la destination et forme de résistance au tourisme international », Via@, Varia, n1, 2012, mis en ligne le 28.9.2012. URL : http://www.viatourismreview.net/Article9.php

Chauchat, M., Les Institutions en Nouvelle-Calédonie, CDP de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 2011.

Gay, J.-Ch., L’Outre-mer français. Un espace singulier, Paris, Belin, 2008.

Gay, J.-Ch., Les Cocotiers de la France. Tourismes en outre-mer, Paris, Belin, 2009.

Gay, J.-Ch., “Why is tourism doing poorly in Overseas France”, Annals of Tourism Research, no 4, 2012.

Poirine, B., Tahiti : une économie sous serre, Paris, L’Harmattan, 2011.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540