Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

L’Inde à la recherche d’une doctrine stratégique pour le xxie siècle

Basudeb Chaudhuri

Texte intégral

1Juillet 2012

2Dans une période de crise économique internationale et d’incertitudes géopolitiques, la place de l’Inde en tant que puissance émergente n’est plus mise en question, malgré quelques inquiétudes récentes sur la baisse du taux de croissance et la lenteur des réformes économiques. Plusieurs responsables politiques indiens répondant récemment à des questions sur les grandes lignes d’une doctrine stratégique indienne dans les domaines économiques, géostratégiques et militaires, ont déclaré que l’Inde préférait montrer (ou être) l’exemple plutôt que de fonder ses choix sur des idéologies a priori, notamment par rapport aux grandes idéologies universalistes des pays développés.

3Néanmoins, deux ouvrages récents (Raja Menon et Rajiv Kumar, 2010 ; Sunil Khilnani et al., 2012) réunissent les contributions d’experts reconnus du milieu des think tanks et des éminences grises indiennes, dans lesquels ces derniers esquissent ce que pourraient être les grandes orientations stratégiques d’une Inde en quête de puissance pour les décennies à venir.

4Les grandes questions qui se posent en Inde sont les suivantes. Quel modèle économique choisir, entre le modèle libéral et celui d’une économie mixte et régulée ? Comment combattre ou réduire les inégalités sociales et économiques ? Quels rapports économiques et politiques l’Inde peut-elle construire avec les pays développés, notamment les États-Unis et l’Union européenne ? Cette question est également soulevée au regard des États voisins, notamment la Chine et le Pakistan, avec lesquels les relations de l’Inde sont à la fois troublées ou douloureuses, conduisant ce pays à se doter de missiles balistiques et d’un arsenal nucléaire ? Quels rapports entretenir avec l’Asie orientale et l’Asie du Sud-Est, ce qu’on appelle en Inde la « Look East Policy » ? Et encore, avec le Moyen-Orient et l’Asie centrale, région critique pour les besoins énergétiques de l’Inde, mais laquelle est vitale aussi pour ses rapports politiques et culturels avec l’ensemble des pays islamiques ?

5Nous n’examinerons pas ici toutes ces grandes questions, et nous ne prendrons pas position sur les choix stratégiques de l’Inde. Nous présenterons la perception indienne des opportunités et des contraintes qui pèsent sur son action dans le monde depuis son indépendance, et nous soulignerons que la pratique de la démocratie en Inde associe fortement les questions de son équilibre et de ses choix politiques internes avec la question des rapports internationaux. Ceci constitue une nouvelle donne pour comprendre l’évolution de l’Inde.

6Les choix de la période Nehru (1950-1963) en matière de relations économiques et politiques internationales étaient conditionnés par deux éléments marquants. En premier lieu, l’expérience coloniale et impériale britannique ont conduit les décideurs politiques, en particulier Nehru, à rejeter le capitalisme comme modèle de développement pour choisir un modèle d’économie mixte dominée par l’activisme économique de l’État. Deuxièmement, l’idée de non-alignement devint une doctrine stratégique signifiant que l’Inde (et plusieurs autres pays décolonisés de cette époque) se tenait à distance politique et idéologique égale par rapport aux deux grands blocs de la guerre froide. Néanmoins, dans les années soixante et soixante-dix, les conflits avec la Chine et le Pakistan conduisirent l’Inde à développer un partenariat stratégique étroit avec l’Union soviétique, à cause notamment d’une perception marquée, et assez réaliste, que les États-Unis étaient en train de pencher en faveur du Pakistan et de chercher un rapprochement avec la Chine, au détriment de l’Inde. Ce point de vue est à la source d’un anti-américanisme persistant dans l’establishment politique indien pendant la période d’Indira Gandhi et pendant la crise de Bangladesh, malgré l’engouement des classes moyennes supérieures indiennes pour les États-Unis, où nombre de ses membres ont alors émigrés. Le monde était alors perçu comme une contrainte, un environnement hostile, et l’attitude indienne fut réactive plutôt que « proactive », pour utiliser un terme à la mode en relations internationales.

7Cette perception est aussi présente dans la politique économique de l’Inde. Le choix de son modèle d’industrialisation était fondé sur l’idée que le pays n’avait pas la capacité d’influencer la donne internationale, notamment en matière d’augmentation des exportations ; dans ces conditions, l’Inde dut à tout prix développer sa production nationale pour compenser le manque des importations. Ce choix conduisit à une fermeture intellectuelle des élites politiques, incapables de considérer l’échange international comme un moteur de développement. L’Inde n’a finalement accepté cette idée qu’en 1991, et encore de façon réactive, puisque ce fut suite à la plus grande crise de son histoire de la balance de paiement. La nouvelle politique fut pilotée par un duo, le Premier ministre d’alors, Narasimha Rao, et son ministre des Finances, Manmohan Singh (Premier ministre en exercice depuis 2004), qui parvinrent à amener le Parti du Congrès, pour la première fois de son histoire, à accepter pleinement l’idée d’un modèle économique tourné vers une plus grande intégration dans l’économie mondiale. Ce revirement s’est accompagné, également pour la première fois, d’un changement idéologique mais aussi psychologique chez les élites et les classes moyennes indiennes : la volonté se manifesta de concurrencer les pays développés sur le terrain économique, d’émuler le succès du modèle économique chinois ou plus largement des « dragons et tigres asiatiques », en bref, d’œuvrer à une intégration maitrisée dans l’économie mondiale.

8Avec le choix d’un modèle économique plus ouvert, le deuxième grand changement dans les choix stratégiques de l’Inde est sans doute son rapprochement avec les États-Unis. Plusieurs éléments fondent ce rapprochement : la nécessité d’accéder aux savoir-faire américains et à des marchés dans de nombreux domaines, l’importance de la diaspora indienne aux États-Unis, tant dans les universités, les entreprises, que dans l’administration américaine. Mais, surtout, il s’agissait de bénéficier de l’influence et l’aide américaines pour sortir l’Inde de l’isolement nucléaire qui empêchait le pays de développer la filière nucléaire énergétique. Ce rapprochement a des dimensions importantes pour l’équilibre politique intérieur de l’Inde. Les partis politiques et les intellectuels de gauche, en Inde, mais aussi certains partis politiques régionalistes, sont traditionnellement hostiles aux États-Unis. La capacité de l’Inde à poursuivre ce rapprochement dépendra du poids électoral et médiatique de ces partis. Le manque d’une vision stratégique du monde dans ces partis, la tradition des dirigeants populistes, le pouvoir des États dans le système fédéral indien, sont autant de raisons qui sont invoquées pour expliquer les blocages indiens qui exaspèrent aussi bien les milieux économiques indiens qu’internationaux (par exemple, pour la libéralisation du marché de la grande distribution).

9D’un autre coté, il est certain que l’Inde a souvent besoin, aussi bien pour ses intérêts commerciaux légitimes que pour ses intérêts stratégiques, par exemple ses relations avec l’Iran sur le plan politique et énergétique, d’être fortement ou suffisamment opposée aux objectifs américains (ou même ceux de l’Union européenne). Dans les décennies à venir, ces divergences d’intérêts feront partie des contentieux non seulement entre l’Inde et les pays développés, mais plus généralement entre les pays émergents et les pays développés, comme le montre l’échec des négociations de Doha sur le commerce mondial, ou à Rio sur le post-Kyoto. Nous souhaitons donc souligner que plus de coopération entre pays émergents et pays développés dans certains domaines ne signifie pas nécessairement un monde moins conflictuel – au contraire, la rareté des ressources naturelles et énergétiques, la contestation du développement inégal aussi bien entre pays qu’à l’intérieur des pays, et la confrontation entre différentes visions idéologiques du monde restent d’actualité.

10Au final, l’Inde est certainement en train de se montrer, lentement mais sûrement, plus confiante dans sa capacité à influencer les affaires du monde. Cependant, elle privilégie les méthodes du « soft power », par exemple, les négociations autour des phrases et des virgules dans les traités internationaux, les dialogues diplomatiques entre hauts fonctionnaires, milieux industriels et universitaires, plutôt que de recourir à de fracassantes déclarations de principes. Cette approche peut-elle changer dans les années à venir ? Probablement, en fonction du pragmatisme de ces élites politiques.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Menon, Raja, Kumar, Rajiv, The Long view from Delhi, to Define the Indian Grand Strategy for Foreign Policy, New Delhi, Academic Foundation, 2010.

Khilnan, Sunil et al., Nonalignment 2.0, A foreign and Strategic Policy for India in the Twenty First Century, National Defence College-Centre for Policy Research Report, 2012.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540