Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

L’Asie-Pacifique devient-elle chinoise ?

Fabrice Argounès

Texte intégral

1February 2012

2L’Asie de l’Est se confond-t-elle avec l’Asie-Pacifique ? Derrière une question sur les limites d’un espace qui englobe une part de l’Asie orientale et du Pacifique occidental, il s’agit de prendre en compte deux termes qui ne sont nullement naturels et qui révèlent des rapports de puissance qui encadrent l’approche régionale. L’Asie de l’Est – notion japonaise – se développe dans les années 1930 et 1940, puis réanimée à partir des années 1990, avec la multiplication des échanges dans la zone, la diffusion des capitaux japonais puis chinois et la construction d’un régionalisme asiatique, en partie porté par l’ASEAN. L’Asie-Pacifique – notion américaine – s’est imposée durant la guerre froide, à travers le système d’alliance américain dans la région et la multiplication des échanges économiques avec le Japon ou l’Australie. Elle apparaît plus que jamais revendiquée par Barack Obama, né à Hawaii, jusqu’aux affirmations d’une destinée particulière dans la région, avec les relais insulaires, depuis Guam jusqu’aux alliés australiens, japonais ou taïwanais. Symbole des rapports de force entre les deux notions géographiques, une compétition a réémergé à la fin des années 2000, entre deux projets : la Communauté de l’Asie-Pacifique (Asia Pacific Community – APC), du Premier ministre australien Kevin Rudd face à la Communauté de l’Asie de l’Est (East-Asia Community – EAC) du Premier ministre japonais Yukio Hatoyama.

3Si cette compétition n’a pas survécu aux tensions régionales et au départ de leurs promoteurs, elle reste le symbole des rapports de force qui participent à homogénéiser la géographie régionale, comme reproduction, mais aussi renforcement, de la compétition pour la puissance économique, politique et culturelle dans l’espace régional. Pourtant, derrière les symboles, l’Asie de l’Est est déjà Asie-Pacifique. D’ailleurs, cette dernière est clairement recentrée sur l’Asie orientale et le Pacifique occidental stricto sensu, alors que le terme a pu évoquer l’ensemble du bassin Pacifique aux premiers temps de l’APEC.

4La particularité de la dernière décennie repose sur l’insertion rapide des États du Pacifique dans les enjeux politiques, économiques et stratégiques d’un « monde régional » est-asiatique en dilatation. Une conscience régionale nouvelle émerge aux côtés des identités pacifiques dominées par l’expérience coloniale et le lien à l’Australie ou à la Nouvelle-Zélande. L’identité australienne elle-même, dérégionalisée par rapport à sa géographie asiatique et construite au miroir anglo-saxon, s’inscrit de plus en plus dans un espace asiatique, tout en préservant son tropisme américain.

5En 2003, lors d’un discours devant le parlement australien, le président chinois Hu Jintao insistait sur les liens anciens de son pays avec l’Australie en partant de l’exemple de l’eunuque navigateur Zheng He, héros du XVe siècle et symbole de l’ouverture internationale de la Chine vers le Pacifique comme vers l’océan Indien : « En 1420, les flottes expéditionnaires chinoises de la dynastie Ming ont atteint les côtes australiennes. Pendant des siècles, les Chinois ont traversés de vastes mers et se sont installés dans ce qu’ils appelaient la “terre du Sud”, ou aujourd’hui l’Australie. Ils ont apporté la culture chinoise à cette terre et ont vécu en harmonie avec la population locale, contribuant ainsi fièrement à l’économie australienne, à sa société et à sa culture pluraliste. » [Hu Jintao, 2003.] Ce discours repose néanmoins sur une exagération certaine, puisque les expéditions chinoises n’ont probablement jamais atteint les côtes australiennes et Zheng He n’a foulé les terres océaniennes que dans les discours des dirigeants chinois. Mais l’enjeu est ailleurs. Hu Jintao a créé à travers son discours, un « contre-grand récit » chinois de l’Histoire des origines de l’Australie, qui place le Pacifique Sud dans une aire d’influence antérieure à la présence européenne, et proche du système asiatique dont la Chine était le centre.

6Dès lors, la Marine chinoise peut s’inscrire dans le sillage de Zheng He. Depuis le milieu des années 2000, les intérêts stratégiques de la Chine se prolongent dans le Pacifique au-delà des frontières de la mer de Chine, et de ses principaux enjeux : les îles méridionales, le détroit de Taïwan ou la péninsule coréenne. La nouvelle doctrine stratégique de la Marine de l’Armée de libération populaire chinoise (MAPL/PLA-N), prend en compte une présence dans les détroits insulindiens et s’organise autour de la volonté de faire de la mer de Chine méridionale une mer « chinoise » et d’élargir la zone d’intérêts maritimes immédiats : « Maintenant, les amiraux chinois disent qu’ils veulent des navires de guerre pour escorter les navires commerciaux essentiels à l’économie du pays […]. Un autre élément de la nouvelle stratégie maritime chinoise est l’extension de sa portée opérationnelle au-delà de la mer de Chine méridionale et des Philippines vers ce qui est nommé la “seconde chaîne d’îles”, les rochers et les atolls du Pacifique. » [New York Times, 2010.]

7Mais si le principe d’une menace militaire chinoise dans le Pacifique face à la septième flotte américaine est relayé par certains think tanks américains ou australiens, celle-ci reste largement hypothétique. En effet, le Pacifique occidental n’est pas une priorité pour la Chine, trop éloigné des principales routes commerciales qui courent le long du continent asiatique et les principales tensions sont plus proches du littoral.

8L’émergence d’une Asie-Pacifique sino-centrée repose avant tout sur la construction d’un espace politique et économique. L’Australie, pays le plus proche de Washington dans la région, est paradoxalement le lien le plus important entre la Chine et le Pacifique, en particulier pour l’économie. La Chine est le premier client de biens australiens, avec 26 % du total, soit ¼ des exportations. L’appétit chinois pour les matières premières, afin de garantir sa croissance économique, est la première explication de l’excellente santé du commerce entre les deux États. Ainsi, entre 2006 et 2011, de multiples « méga-contrats » ont été signés avec la Chine, dont un des derniers, en 2010, dépasse 60 milliards de dollars. Le fer, le charbon ou l’aluminium entretiennent la santé économique de l’Australie et « La Chine est aujourd’hui aussi essentielle pour la sécurité économique et la prospérité de l’Australie que les États-Unis le sont pour l’aspect militaire [Mohan Malik, 2005] ». Elle est désormais également le deuxième partenaire commercial de la Nouvelle-Zélande après l’Australie.

9L’implication de plus en plus importante de la Chine en Océanie s’inscrit dans une démarche qui vise à étendre sa zone d’intérêts économiques et à s’assurer un accès privilégié aux matières premières de la région, comme les hydrocarbures de Papouasie Nouvelle-Guinée, pays qui a bénéficié d’importants investissements en 2009 et 2010. Les îles Salomon disposent également de matières premières essentielles à la Chine qui est la première destination des exportations de l’archipel en 2011, avec 60 % du total – très loin devant la Thaïlande (3,5 %) ou la Corée du Sud (3,5 %). À travers cette quête d’énergie, de minéraux et d’autres ressources naturelles à travers le monde, la Chine est également devenue une des plus grandes sources d’aide en Océanie – comme en Afrique. Pékin développe son influence dans le Pacifique en restructurant son aide au développement et en multipliant les prêts aux États insulaires pour la construction d’infrastructures.

10Les questions politiques influencent également les choix chinois dans la région. La lutte contre l’influence de Taïwan dans la région, à travers la « Guerre du carnet de chèque », reste un des premiers enjeux de l’aide chinoise dans la région. Pékin cherche à concurrencer d’autres acteurs asiatiques actifs dans cette région, parfois présents depuis plus longtemps, comme le Japon, partenaire privilégié de la Micronésie et concurrent pour les importations de matières premières. Les membres de l’ASEAN sont également très présents, et en concurrence avec la Chine, comme l’Indonésie, observateur auprès du Groupe du Fer de lance mélanésien (Organisation régionale d’États mélanésiens – PNG, Vanuatu, Salomon, Fidji et le parti FLNKS pour la Nouvelle-Calédonie). La Thaïlande, par exemple, est la principale destination des exportations du Vanuatu (57 % du total en 2011) ou Singapour, qui est un partenaire commercial pour l’ensemble de ces États. Les pays insulaires ont pris à leur compte les nombreuses possibilités offertes par l’essor de cette puissance chinoise, et par sa volonté de peser sur une région élargie. Pékin et les autres États asiatiques sont aujourd’hui intégrés dans un système régional autrefois essentiellement tourné vers les puissances occidentales, et adoptent un discours différent : « Si nous traitons avec les gouvernements des États-Unis ou d’Europe occidentale, ils veulent nous imposer une liste de trente-trois choses à faire pour la démocratie ou les questions des droits de l’homme. La Chine arrive et dit “nous vous acceptons comme vous êtes”. Et c’est un changement rafraîchissant. » [Wesley Smith Porter, 2010.] D’autant que la Chine soigne particulièrement les dirigeants de la région : « Dans les dernières années, le tapis rouge a été déroulé à Pékin pour les dirigeants de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Fidji, du Vanuatu, des Samoa, de Micronésie, des Tonga, de Kiribati et du Timor oriental. Un article tiré de In National Interest annonçait qu’il était « désormais routinier que la première visite outre-mer faite par un nouveau chef de gouvernement de la région se fasse à Pékin, et non à Canberra, Washington ou Wellington [WYNDIBANK, 2005] ».

11Comme évoqué par Hu Jintao dans l’extrait précédent, la diaspora joue un rôle symbolique pour la Chine. En Nouvelle-Zélande, la population d’origine asiatique, et principalement chinoise, pourrait devenir la première minorité du pays d’ici 2040, devant les Maoris, et participer à la construction d’une nouvelle identité nationale. En Australie, l’Asie de l’Est représentait près de la moitié des émigrants en 2009 contre moins du quart pour l’Europe, foyer historique de l’immigration australienne. Les États insulaires abritent également une importante population d’origine chinoise, en particulier aux Îles Fidji et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui joue un rôle non négligeable dans les rapports entre la Chine et les États insulaires. La diaspora participe pleinement à la mise en place d’un grand-récit chinois en direction du Pacifique, comme c’est le cas en Asie du Sud-Est, mais les émeutes antichinoises aux Tonga et aux Salomon en 2006, et en Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2009 ont montré les limites du rapport diplomatie/diaspora pour Pékin ou Taipei.

12Le Pacifique se transforme rapidement et en quelques années la présence chinoise est devenue l’élément déterminant de cette évolution. En deux décennies, le « grand Océan » est devenu le voisin immédiat de la région la plus dynamique au monde et les économies océaniennes, Australie en tête, dépendent plus que jamais des acteurs asiatiques. Néanmoins, l’idée d’un Pacifique occidental devenant un « lac chinois » reste largement hypothétique et Washington reste l’acteur stratégique de référence dans la région, d’autant que le Japon ou l’Australie disposent également de marines en modernisation rapide. Mais la diplomatie chinoise, entre visites officielles, aide, prêts et contrats, est déjà présente dans tout le Pacifique. Tel est le nouveau visage de l’Asie-Pacifique.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Hu, Jintao, “Address to the Federal Parliament of the Commonwealth of Australia”, 27 december 2003.
“Chinese Military Sea”, The New York Times, 24 avril 2010.

Malik, Mohan, “Australia and the United States 2004-2005: All the way with the USA?”, Special Assessment Series, Asia-Pacific Center for Security Studies, Honolulu, février 2005, p. 5.

Wesley-Smith, Terence, Porter, Edgar, China in Oceania: Reshaping the Pacific?, Oxford, Berghahn Books, 2010, p. 2.

Windybank, Susan, “The China Syndrome”, On-line Opinion, 27 juin 2005.

Argounès, Fabrice, Géopolitique de l’Australie, Bruxelles, éd. Complexe, 2006.

Argounès, Fabrice, Mohamed-Gaillard, Sarah, Vacher, Luc, Atlas de l’Océanie : Continent d’îles, laboratoire du futur, Paris, Autrement, 2011.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540