Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-Monde - II

 | 
Jean-François Sabouret

Première partie. Dynamiques régionales et mondialisation

Confucius était-il coréen ?

Histoires de dissensions sino-coréennes

Samuel Guex

Texte intégral

1Décembre 2011

2Les sentiments anti-japonais en Corée du Sud ont une longue histoire que beaucoup n’hésitent pas à faire remonter aux Wakô, les pirates japonais qui pillèrent notamment les côtes coréennes au xive siècle. Plus près de nous, c’est assurément l’expérience douloureuse de la colonisation (1905-1945), mais également, et peut-être surtout, la gestion japonaise de cet héritage délicat qui attisent le ressentiment d’un grand nombre de Coréens. Les doléances de ces derniers se sont cristallisées depuis les années 1980 autour de certaines questions, comme l’enseignement de l’histoire, l’attitude de certains responsables politiques japonais allant rendre hommage auprès du sanctuaire Yasukuni où sont honorés, entre autres, des criminels de guerre de catégorie A, le problème de l’indemnisation des femmes dites de « réconfort » ayant servi d’esclaves sexuelles aux soldats japonais durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le contentieux territorial au sujet de l’île de Tokto/Takeshima.

3Si les rapports conflictuels de la Corée du Sud – sans parler de la Corée du Nord – avec l’ancien colonisateur japonais sont notoires, ce qui fait dire à certains observateurs occidentaux qu’être anti-japonais fait partie de l’identité coréenne, on ignore souvent que les relations avec l’ancien « suzerain » chinois ne sont pas moins délicates. C’est ce que rappelle un récent sondage, qui offre par ailleurs un tableau contrasté de l’évolution des relations de la Corée du Sud avec ses deux voisins.

  • 1 Durant la même période, la proportion de Coréens jugeant mauvaises leurs relations avec le Japon ch (...)

4Selon cette enquête, effectuée chaque année depuis 2007, le nombre de Coréens jugeant mauvaises les relations de leur pays avec la Chine est en nette augmentation. Leur proportion, en constante progression, est passée de 34 % en 2007 à 45,8 % en 20101. Même si une faible majorité (50,8 %) continue d’évaluer positivement ces relations, les chiffres ne laissent aucun doute sur l’évolution négative du regard posé par les Coréens sur leur grand voisin. Devra-t-on bientôt préciser qu’être anti-chinois fait aussi partie de l’identité coréenne ?

5Au début des années 2000, alors même que l’homologation d’un manuel d’histoire japonais révisionniste et que les visites répétées au sanctuaire Yasukuni du Premier ministre de l’époque, Koizumi Jun’ichirô, provoquaient une recrudescence des sentiments anti-japonais en Corée du Sud, la Chine lançait un vaste « Projet de recherche sur l’histoire et la situation actuelle de la région limitrophe du Nord-Est », plus connu sous le nom de « Projet du Nord-Est ». Parmi les sujets étudiés, un nom en particulier attira l’attention des Coréens : Koguryŏ (Gaogouli en chinois), un ancien royaume dont une partie du territoire était située à l’intérieur des frontières de l’actuelle République populaire de Chine, et que le projet présentait comme un régime provincial tributaire des dynasties chinoises qu’il fallait intégrer dans l’histoire nationale de la Chine.

6Cette idée n’était pas nouvelle puisque des historiens chinois l’avaient déjà émise dans les années 1980, mais c’était la première fois qu’elle bénéficiait d’une telle visibilité. La stupeur des Coréens de se voir ainsi dépossédés d’un pan entier de leur histoire fut à la mesure de leur attachement pour ce royaume qui, avec Paekche et Silla, lutta pour la suprématie sur la péninsule entre le ier siècle av. J.-C. et le viie siècle de notre ère. Peu importe qu’à l’époque, Koguryŏ ne faisait probablement guère de différence entre les dynasties chinoises et ses deux autres rivaux « coréens » : pour les Coréens d’aujourd’hui, dont la vision de cette période est empreinte du cadre contemporain de l’histoire nationale, Koguryŏ est perçu comme le royaume conquérant ayant osé tenir tête à la Chine, véritable défenseur de la « nation coréenne » contre les envahisseurs « étrangers ».

7Les sentiments anti-chinois qui se sont développés en Corée du Sud suite à cette controverse historique ont été exacerbés par le contentieux à propos du mont Paektu (Changbai en chinois), situé à cheval entre la Corée du Nord et la Chine. Cette dernière cherche depuis quelques années à y développer le tourisme, des efforts motivés par des intérêts économiques, certes, mais aussi stratégiques. Inquiet des velléités irrédentistes manifestées par certains Coréens pour cette région autonome de Yanbian, où vit l’essentiel de la minorité ethnique coréenne en Chine, Pékin espère renforcer la loyauté de cette communauté grâce aux retombées d’un développement touristique du Paektu/Changbai. Du côté coréen en revanche, cette entreprise tout comme le « Projet du Nord-Est », sont surtout perçus comme des signes trahissant la volonté chinoise de poser les jalons d’une domination du nord de la péninsule en cas d’effondrement du régime nord-coréen.

8Les initiatives chinoises, telles que la construction d’un aéroport et d’une ligne de chemin de fer, ou la tentative d’inscrire le mont Changbai au patrimoine mondial ont suscité un profond émoi parmi les Coréens. Pour ces derniers, au Nord comme au Sud, le Paektu représente le berceau de leur nation. C’est là que serait né Tangun, le fondateur mythique de la Corée, il y a plus de deux mille ans. À ce récit s’ajoute celui propagé par la Corée du Nord, qui prétend que cette montagne est également le lieu de naissance de Kim Jong-il. Le monde entier, ou du moins l’Asie, eut l’occasion de vérifier l’attachement des Coréens pour cette montagne lors des Jeux asiatiques d’hiver de Changchun en 2007, au cours desquels des athlètes sud-coréennes profitèrent de la cérémonie de remise des médailles pour brandir des slogans proclamant « le mont Paektu est notre territoire ».

9Cet incident attisa à son tour l’hostilité des Chinois, qui nourrissaient eux-mêmes depuis quelques temps de sérieux griefs à l’encontre des Coréens, accusés d’appropriation illégitime de la culture chinoise. L’événement qui mit le feu aux poudres eut lieu en 2005, lorsque les Chinois, incrédules, apprirent que la Corée du Sud avait fait inscrire le Festival Danoje de Gangneung sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce festival est célèbre pour reconstituer les cérémonies du passé avec ses rites chamanes, ses jeux traditionnels et son théâtre masqué Gwanno.

10Pour comprendre la stupeur des Chinois face à cette annonce de l’UNESCO, il suffit de lire en chinois les caractères formant le nom de ce festival coréen Danoje : Duanwujie, plus connu en Occident sous le nom de Dragon Boat Festival, en référence aux célèbres courses de bateaux organisées durant les festivités en Chine et d’autres pays asiatiques dotés d’importantes communautés chinoises. Outrés d’avoir été spoliés d’un de leurs festivals, les Chinois ont répliqué en décrétant Duanwujie jour férié en 2008, et en faisant inscrire l’année suivante leur version de cette fête traditionnelle – sous le nom de « Festival du bateau-dragon » – au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

11Suite à cet épisode, un grand nombre de rumeurs plus ou moins fondées ont commencé à circuler sur internet. L’une d’elles accusaient les Coréens de vouloir s’approprier la médecine traditionnelle chinoise en l’inscrivant au patrimoine mondial, alors qu’il s’agissait en réalité d’inscrire un ouvrage de médecine coréenne datant du xviie siècle. Les nouvelles sensationnalistes, relayées par les médias officiels chinois comme le Quotidien du Peuple, se sont succédé, rapportant les revendications coréennes concernant la paternité de multiples inventions chinoises : boussole, poudre, papier, imprimerie, et même caractères chinois. L’impact de ces rumeurs est d’autant plus grand que, dans certains cas, elles s’appuient sur des informations parues dans les médias coréens, comme pour la thèse de l’origine coréenne des caractères chinois.

12Bien qu’il soit difficile d’évaluer dans quelle mesure ces éléments affectent les relations sino-coréennes, force est de constater que la tendance négative observée au sein de la population coréenne se retrouve également chez les Chinois qui, toujours selon la même enquête, seraient désormais près de 40 % à juger ces relations mauvaises, alors qu’ils n’étaient que 6 % dans ce cas en 2007. Même infondées, ces accusations ne sont pas sans effet. Ainsi, Hu Mei, la réalisatrice du film Confucius sorti sur les écrans en 2010, confia que les rumeurs affirmant que Confucius était coréen, avait constitué une des motivations à ce projet cinématographique. Or le cas de Hu Mei est loin d’être isolé. Lassée de démentir ces allégations une étudiante coréenne à Taïwan profita d’une rencontre avec le président Ma Ying-jeou en avril 2011 pour le prier de dissiper officiellement ce malentendu. Surpris par la demande singulière de cette étudiante, Ma Ying-jeou s’exécuta, déclarant que les Coréens étaient eux aussi convaincus que Confucius était bel et bien chinois et non coréen.

13Les récentes dissensions entre Coréens et Chinois dénotent une même emprise des cadres rigides nationaux, que ce soit dans l’interprétation de l’espace géographique, fut-il d’un passé lointain comme celui de Koguryŏ/Gaogouli, ou qu’il s’agisse du patrimoine culturel, comme le Festival de Danoje/Duanwujie. Il faudra sans doute plus que des déclarations comme celle de Ma Ying-jeou, aussi sympathiques soient-elles, pour les apaiser. Au vu de l’importance des interactions qui ont marqué l’histoire de leurs relations, il faudrait surtout que Coréens et Chinois prennent conscience de la nature fondamentalement hybride des régions frontalières – qui rend illusoire toute appropriation exclusive par un État-nation de l’héritage historique d’un royaume tel que Koguryŏ/Gaogouli –, et qu’ils réévaluent leur patrimoine culturel en accordant plus d’attention aux processus complexes de créolisation et d’échanges interculturels.

Notes

1 Durant la même période, la proportion de Coréens jugeant mauvaises leurs relations avec le Japon chutait de 76,8 % à 51,4 %. Enquête réalisée par la Northeast Asian History Foundation, un organisme de recherche créé en 2006 par le gouvernement Roh Moo-hyun pour étudier les questions de controverses historiques en Asie du Nord-Est.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540