Version classiqueVersion mobile

Tétouan

 | 
Jean-Louis Miège
, 
M’hammad Benaboud
, 
Nadia Erzini

Des difficultés au déclin annoncé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une prépotence économique menacée

À la fin du xviiie siècle s’amorce pour Tétouan, au-delà des vicissitudes conjoncturelles que la ville avait toujours surmontées, un lent déclin structurel. Les prémices en apparaissent dans les années 1770-1780 à la suite de la décision du sultan, en 1770, d’en chasser pour un prétexte futile consuls et commerçants européens. Ceux-ci revinrent en tout petit nombre lorsque le sultan leur permit à nouveau le séjour en 1778. Non sans tribulations. Ceux-là demeurèrent à Tanger, qui, en une quinzaine d’années, vit se regrouper en ses murs l’ensemble des représentants européens établis au Maroc1. Tétouan perdait, au profit de sa voisine devenue de plus en plus sa rivale, le rôle de capitale diplomatique qu’elle avait eu souvent autrefois.

Le trafic s’en ressentit. Les ports concurrents, Larache et Tanger, s’emparèrent d’une part croissante du commerce de Tétouan. La création du port d’Essaouïra (1764-1772), les avantages qui lui furent accordés, l’installa...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search