Version classiqueVersion mobile

Tétouan

 | 
Jean-Louis Miège
, 
M’hammad Benaboud
, 
Nadia Erzini

La ville « mandarite »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Portes et kasbah

Un manuscrit d’un écrivain de Fès du xviie siècle décrit la cité construite par les Andalous. Fortifiée, elle s’entoure d’une double muraille, précédée d’un fossé extra-muros et percée de trois portes. Une kasbah1 la domine au sud-ouest.

Le premier site de la ville est le quartier de l’agglomération moderne actuelle connu sous le nom de al-Blad2, terme générique désignant l’installation initiale. Des fortifications originelles subsistent les murs extérieurs et trois bastions de la kasbah, le long de ce qui est aujourd’hui Suq al-Hut, Gharsa al-Kabira et Zanqat al-Qazdariyya. D’autres vestiges peuvent être trouvés le long du périmètre nord de la ville, autour de la porte du cimetière Bab al-Mqabar3. Entre ces deux sites demeure une arche dans la muraille. La toponymie des rues fournit d’autres traces des murs du xve siècle. Le nom de Zanqat Ahfir correspond aux fossés extra-muros vers Fès. Le square de Gharsa al-Kabira était autrefois un jardin à l’extérieur des murs.

I...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search