Version classiqueVersion mobile

Tétouan

 | 
Jean-Louis Miège
, 
M’hammad Benaboud
, 
Nadia Erzini

La création andalouse de Tétouan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plus qu’un renouveau, c’est une véritable renaissance à laquelle le contexte géopolitique doit beaucoup.

Le bassin du Rio Martil, à l’extrémité occidentale du Rif, se trouve isolé, après la prise de Ceuta par les Espagnols en 1415, celle de Ksar es-Saghir en 1458, de Tanger et d’Asilah en 1471. La résistance aux conquêtes ibériques s’incarne dans l’intérieur, autour de la ville-état de Chaouen. La bourgade de Tétouan occupe une situation défensive, protégée par les barrières naturelles des deux montagnes du Djebel Dersa1 et du Djebel Ghorghiz. Elle se penche, par les plaines de Bénir Moutar et de Martil, vers la Méditerranée, mais est couverte, au sud-ouest, par les collines des Jbala1.

Sidi al-Mandari et les chevaliers grenadins

C’est en ces lieux à la fois ouverts et protégés que s’établissent les refondateurs andalous. La poignée des premiers Mudejars, fuyant la reconquête, embarqués à Ronda, Baza ou Motril, s’est trouvé un chef, Abuul-Hassan al-Mandari, qui sait se faire accueillir...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search