Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil des récits

Chapitre 4. Les avatars de la poste aérienne

Texte intégral

LES LÂCHERS MANQUÉS

Des prisonniers élargis nullement tentés de rentrer

  • 1 Sur ces événements, voir Dachraoui, p. 171-172.
  • 2 Qādī Iḍris, p. 286. Ce récit est également évoqué par Dachraoui, p. 316.

1Si une longue captivité avait altéré le sentiment du retour des voyageurs ailés, ils pouvaient perdre le souvenir du nid et l’envie de le rejoindre, alors qu’on leur accordait liberté et lumière, pour préférer l’ombre de la prison où ils avaient langui : ainsi en 333/944, assiégé dans son palais de Kairouan par le chef ḫāriğite, Abū Yazīd, dont la révolte avait ébranlé l’Empire fatimide d’Occident, le commandant, Ḫalīl b. Isḥāq Tamīmī1, lâche tour à tour deux pigeons pour prévenir du siège le calife Qā‘im à Mahdiyya et en implorer sans doute l’assistance. Mais ils ne retournent pas au ciel : après avoir donné quelques coups d’aile, l’un se juche sur un palmier proche de la prison dont il vient d’être délivré, l’autre s’abat dans la demeure. Mauvais augure, le colombier du palais devait être vide de messagers captifs pour remplacer les messagers défaillants, sinon un troisième eût été libéré. Finalement, le commandant capitule ; Abū Yazīd devait l’exécuter. Un seul auteur a le mérite de rapporter ce récit, le Qāḍī Idrīs, dans son immense histoire des Fatimides, encore partiellement inédite : « Les Berbères entrèrent dans Kairouan en semant esclavage et mort. Lorsque Ḫalīl fut assiégé au palais, il écrivit au commandeur des croyants Qā‘im bi-amr Allāh une lettre et la suspendit à un pigeon qu’il lâcha vers Mahdiyya. Il vola un peu, puis alla se poser sur le palmier du palais. Ḫalīl écrivit alors un autre billet qu’il envoya avec un autre pigeon. Il vola un peu, puis revint tomber dans le palais2. »

2Dans sa monographie perdue, Tamāim al-ḥamā‘im, Ibn ‘Abd al-Ẓāhir s’était plu à narrer l’un des faits les plus surprenants dont il avait été témoin, lors de la période où il avait exercé la fonction de chef de la chancellerie sous le sulṭānat de Qalāwūn : en 688/1289, le gouverneur de la forteresse de Ṣubayba avait expédié au Caire plus de quarante pigeons convoyés par leurs gardiens. Contrairement aux messagers qui changeaient de relais en relais, ces oiseaux de fond devaient regagner d’une traite leur colombier. Aucune affaire n’exigeant leur lâcher, ils furent longtemps laissés dans des lieux d’oubli où ils n’avaient plus connu le soleil. Puis l’imminence de la mue en sauva dix de la captivité simplement pour instruire leur colombier qu’ils étaient parvenus à destination. Mais comme on avait peut-être trop tardé à les délivrer, deux n’étaient plus que des ombres : ils tombèrent en ville et les billets inutiles dont ils étaient porteurs revinrent à l’expéditeur, au grand amusement du Caire. Les huit autres s’envolèrent vers l’Orient et gagnèrent le jour même leur colombier d’origine, d’où une dépêche fut aussitôt envoyée à Damas : la nouvelle n’avait mis qu’un jour de la capitale de l’Égypte à celle de la Syrie, avec un seul changement d’oiseau à Ṣubayba. Pour les autres messagers, la prison fut certainement plus longue : ils n’avaient dû recouvrer la liberté qu’après leur mue, des semaines plus tard. Le récit d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir depuis longtemps perdu a été repris par Maqrīzī.

  • 3 Maqrīzī, II, p. 232. Ce passage a été également traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlo (...)

« Voici l’une des choses dont j’ai été témoin et chargé : dans les mois de l’année 688, vinrent de la part du gouverneur de Ṣubayba quarante et quelques oiseaux accompagnés de leurs gardiens, dont il parvint une lettre avisant qu’il les avait fait convoyer à Miṣr. Ils restèrent longtemps sans qu’une affaire nécessitât de leur confier de billet. Puis leurs gardiens déclarèrent qu’ils étaient près d’entrer en mue. Ils en discutèrent avec l’émir Baydār, lieutenant du sulṭān. On décida alors de charger dix d’entre eux de billets, simplement pour aviser qu’ils étaient parvenus à destination. Ils furent tous lâchés le jour du mercredi. Par hasard, il en tomba deux. Leur billet revint et l’on s’en moqua. Longtemps après, une lettre parvint du sulṭān : le jour même, les oiseaux étaient arrivés à Ṣubayba et un billet envoyé à Damas : la nouvelle y était parvenue en un seul jour. Cela compte parmi les choses ordonnées et réglées en ma présence3. »

LES RISQUES DU RETOUR

3Si le vol du pigeon était plus rapide que le galop du cheval, il était également aléatoire : le voyage de retour leur devenait souvent fatal. Des messagers libérés, certains ne revenaient jamais.

Le pigeon perdu

4Bien que guidé par le magnétisme terrestre, le pigeon parfois s’égarait, surtout s’il était accoutumé à voyager en bande et à se laisser reconduire au nid par un ou plusieurs compagnons. Toutefois, il ne paraît pas possible qu’il pût partir dans une direction inverse et revenir vers son maître, comme le conte la fable allepine recueillie par le gentilhomme lorrain, Benoît de Maillet (1656-1738), nommé en 1715 « visiteur général des Échelles du Levant » (autrement dit : inspecteur des établissements français du Levant), après avoir été consul de France en Égypte. Le pigeon qui devait concourir avec un autre voyageur d’Alep à Alexandrette vola vers Ceylan : il avait pris, du haut des nues, le golfe Persique pour la Méditerranée. Son maître furieux d’avoir perdu la course lui assena un coup fatal. Mais son jabot ouvert livra des clous de girofle verts : on crut naïvement qu’il était revenu de Ceylan. La douleur emporta le marchand.

  • 4 Maillet, in ses mémoires publiés de son vivant par l’abbé Le Mascrier, p. 143-144.

« Au reste ces courriers n’étaient pas exempts d’erreur. Ils se méprenaient quelquefois de lieu, et passaient celui de leur destination. On voit à dix ou douze lieues au-delà d’Alep un château dont la figure et la situation approchent fort de celle du château même de cette ville, et plusieurs pigeons expédiés d’Alexandrette y ont été trompés. Dix lieues de plus pour un pigeon qui est en route ne le retardent pas d’une demi-heure. Pour se convaincre de cette vérité, il s’agit seulement de faire attention à un fait, dont j’ai moi-même été plusieurs fois témoin dans ce pays-ci ; c’est qu’un milan très élevé dans l’air joint et attrape un rat passant d’une ouverture de la terre à une autre, qui souvent ne sera pas distante de dix pieds de la première ; en sorte que ce milan chargé de beaucoup de plumes, qui diminuent la rapidité de son vol, fait cependant une route de trois à quatre cents pieds, tandis qu’un rat allant fort vite ne peut en faire une de dix.
« On raconte à cette occasion une histoire qui passe pour constante à Alep. Un marchand de cette ville, qui croyait avoir le pigeon du monde le plus sûr et le plus vite, gagea, dit-on, un jour une somme considérable contre un autre commerçant, qui en avait aussi un, que son pigeon arriverait à Alexandrette de quinze minutes plus tôt que le sien. Mais ce malheureux pigeon s’étant tellement élevé dans l’air qu’il aperçut la mer de Balsora, la prit pour la Méditerranée. Il dirigea donc sa course de ce côté-là, et ne trouvant point Alexandrette qu’il cherchait inutilement dans ce pays, il passa jusqu’aux Indes, d’où il ne revint à Alep qu’au bout de trois jours. Son maître outré de la perte qu’il lui avait causée lui donna à son arrivée un coup dont il le tua. On l’ouvrit ensuite et on trouva dans son jabot des clous de girofle tout verts qu’il ne pouvait avoir mangés qu’aux Indes. On ajoute que ce marchand fut si touché de cette découverte par laquelle il était prouvé que cet oiseau avait fait trois mille lieues en trois jours, puisqu’on en compte autant d’Alep à l’île de Ceilan, qui est le premier endroit des Indes où croît le clou de girofle, qu’il mourut lui-même de douleur d’avoir tué cet animal4. »

Le pigeon capturé

  • 5 Fabri, trad. R. P. J. Masson, II, p. 482-483.

5Le ciel était loin d’être sans péril et ses routes réservaient bien des surprises : des rapaces y menaçaient couramment les messagers qui passaient vite comme le vent. Si les sauvages enlevaient leur proie chaude pour assurer leur subsistance et nourrir leurs petits, les affaités l’emportaient vers le maître qui s’emparait du message dont elle était chargée, comme le rapporte Félix Fabri dans un bref passage : « Il arrive parfois que la trahison de royaumes ou de cités ait lieu par leur médiation ; on en use chaque jour ; aussi, en temps de guerre, a-t-on l’habitude dans chaque camp d’attraper les pigeons solitaires et, pour ce faire, on élève et domestique des éperviers et des faucons qu’on envoie au-devant des pigeons. Les nobles dans l’armée emportent avec eux de tels oiseaux pour attraper les pigeons5. »

Le pigeon victime du rapace

  • 6 Terme tantôt rendu par épervier, et tantôt par faucon, que l’on appelait falco, Fabri, III, p. 100 (...)
  • 7 Comme le prédateur qui avait poursuivi une colombe à l’intérieur du collège où Faḫr al-Dīn Rāẓī di (...)
  • 8 Ce ne semble pas devoir être Laugier d’Agoult : tardivement rallié à la première croisade vers 110 (...)

6Le messager volant tombait parfois par malheur dans le camp ennemi, avant de regagner son nid, comme celui qui fut abattu en 1099 par un épervier (accipiter)6 au milieu de l’armée des croisés, près de l’étang de Césarée, lors de sa marche pour arracher le Saint-Sépulcre des mains des infidèles. L’oiseau avait dû s’évader des serres cruelles du rapace : les chasseurs de l’air n’abandonnent leur proie que s’ils redoutent la foule7. L’évêque d’Apt (dont le nom n’est pas précisé par le témoin qui narre le récit)8 le ramassa : il trouva sur lui un pli. Il fut aussitôt lu et traduit par un interprète (arabophone ou arabisant), dont l’identité n’est pas révélée. Le gouverneur fatimide d’Acre (Ptolémaïs) avertissait le commandant de Césarée de l’arrivée de l’armée « canine » qui venait de traverser son territoire : il devait la combattre et alerter les places. Dans le message intercepté, l’expéditeur quittait son masque pour montrer son vrai visage : double et faux. Il venait de fournir aux chrétiens des vivres à foison et même de leur promettre soumission après la conquête de Jérusalem, mais ces paroles mensongères ne visaient qu’à les éloigner. La profusion des termes désignant les Francs sont incompatibles avec le laconisme des messages aériens. L’heure et le jour du lâcher qui devaient figurer sur le billet n’ont pas été repris. Les croisés virent dans cette découverte un signe de la Providence, puisqu’elle leur révélait les secrets des infidèles pour leur susciter des ennemis en chemin.

7Ce récit est narré par un clerc ordonné prêtre au cours de la première croisade, Raymond d’Aguilers, dans son Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem (Histoire des Francs qui ont pris Jérusalem), achevée entre 1099 et 1102, avant la disparition du comte de Toulouse, Raymond IV dit Raymond de Saint-Gilles, dans l’ombre duquel il végéta comme chapelain. Mais si les murs sacrés n’avaient pas été pris, il eût peut-être jugé indigne de relater cette histoire.

Le pigeon qui portait des lettres pour tuer les croisés

  • 9 Aguilers, p. 135-136, trad. François Guizot, CMHF, XXI, p. 358-359, revue par Henri Bresc. Une tra (...)

« Tandis que, selon l’usage, les uns se promenaient dans le camp pour chercher ce dont ils avaient besoin, et que d’autres s’informaient auprès de ceux qu’ils connaissaient des lieux où s’étaient établis leurs compagnons, un pigeon qui volait au-dessus de l’armée, mortellement blessé par un épervier, vint tomber au milieu des nôtres. L’évêque d’Apt l’ayant pris trouva une lettre que cet oiseau transportait, et qui était conçue à peu près en ces termes : “Le roi d’Accon au duc de Césarée. Une race de chiens a passé chez moi, race folle et querelleuse, à laquelle, si tu aimes ta loi, tu dois chercher à faire beaucoup de mal, tant par toi que par les autres. Si tu le veux tu le pourras facilement. Fais savoir ces mêmes choses dans les autres villes et dans les châteaux.” Le matin nous ordonnâmes à l’armée de se rassembler, et nous fîmes connaître le contenu de cette lettre aux princes et à tout le peuple, et nous leur fîmes voir combien Dieu se montrait rempli de bonté pour eux, puisque les oiseaux même ne pouvaient traverser les airs pour nous faire du mal, et venaient au contraire nous livrer les secrets de nos ennemis. En conséquence nous célébrâmes les louanges du Dieu tout-puissant et nous lui offrîmes nos actions de grâce. Nous partîmes de là avec autant de sécurité que de joie, beaucoup d’hommes marchaient avec la première portion de l’armée, et nous nous avancions avec la dernière9. »

Le pigeon sur la proue du bateau

  • 10 Ṣafadī, X, p. 77 ; M. Canard, EI2, I, p. 891 (Badjkam).

8Mais, parfois, nul besoin de rapace dressé pour capturer le messager ailé ou d’une flèche rapide pour le frapper dans l’air : sitôt libéré, sitôt pris. En 328/940, un oiseau fut attrapé sur la proue de l’embarcation qui filait sur le Tigre comme une flèche sous l’effort des rameurs, portant l’émir turc Bağkam de Bagdad à Wāsiṭ. Il avait formé le plan d’un coup de main contre son beau-père Barīdī qu’il avait dépouillé du vizirat (notamment pour le punir d’avoir mis à profit son absence pour vider son palais des riches trésors qu’il y avait cachés). Sur la queue on découvrit un pli. Il fut lu à l’émir qui entendait la langue de l’empire mais, renonçant à l’écorcher, préférait recourir à la voix d’un interprète10. Malgré l’absence d’adresse, la main de son secrétaire fut reconnue et il dut la reconnaître. L’espion intime avait lancé l’oiseau à la dérobée vers son frère attaché au service de Barīdī : il devait prévenir son maître de l’arrivée improviste de Bağkam et de ses desseins tramés dans l’ombre, au mépris de l’ordre intimé par ce dernier de les tenir secrets et de surveiller les routes pour intercepter tout messager qui en aurait instruit l’ennemi par sa voix. L’émir, ivre de colère, malgré l’émerveillement où ce hasard singulier l’avait plongé, livra incontinent le traître à la fureur des javelots, ces javelots courts à deux pointes que l’arabe désignait sous le terme persan de zūbīn ; puis il en jeta la dépouille par-dessus bord que l’onde rougie s’empressa d’engloutir. Mais l’expédition fut sans fruit, comme le plan caressé : l’ancien vizir échappa à la vengeance de l’émir ; il avait descendu le fleuve sans traîner à Wāsiṭ.

  • 11 Miskawayh, II, p. 10/II, p. 10 ; Hamdānī, p. 121-122 ; ‘Uyūn, IV/II, p. 354 ; Ibn al-Ğāwzī, XIV, p (...)

9Bağkam devait succomber l’année suivante avant d’assouvir son courroux. Sa mort fut aussi cruelle que celle qu’il avait infligée à l’ennemi intime qui vivait dans son ombre : lors d’une partie de chasse sur les bords du cours d’eau qui baignait l’antique Gūr (qui plus tard prit le nom de Fīrūzābād) en Perse, il fondit avec une poignée d’esclaves sur des Kurdes opulents pour les dépouiller des richesses qu’ils transportaient. Ces derniers s’enfuirent, mais leur esclave noir qui ignorait tout de l’assaillant lui arracha la vie d’une lance plongée dans le dos11 qui lui passa à travers le corps. Il finit comme il le méritait. Sa soif d’or lui fut fatale : tel peut être le châtiment des grands qui virent aux brigands.

10Le récit du pigeon posé sur la proue du bateau est narré par Miskawayh dans ses Expériences des peuples (Tağārib al-umam).

  • 12 Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458-459. Passage résumé par Hamdānī, p. 116.

« Bağkam avait dans l’embarcation un secrétaire chargé des affaires de sa maison et des salaires de son personnel, dont le frère était au service de Barīdī. Lorsque Bağkam s’assit dans l’embarcation, un oiseau tomba sur la proue. Ses esclaves le prirent et l’apportèrent à leur maître : on trouva sur la queue une lettre qui fut lue. Son secrétaire l’avait écrite à son frère pour lui apprendre que Bağkam descendait le fleuve, qu’il avait envoyé des troupes par voie de terre, ainsi que le restant de ses desseins secrets. Lorsque Bağkam en eut pris connaissance, il s’émerveilla et s’emporta. Il fit venir ce secrétaire et lui jeta la lettre : il se trouva sans excuse. Comme il ne pouvait la renier, car elle était de son écriture bien connue, il la reconnut. Sur l’ordre de Bağkam et en sa présence, il fut frappé de coups de javelots jusqu’à la mort, puis jeté à l’eau. Bağkam gagna alors Wāsiṭ : il trouva que Baridī était descendu le fleuve sans s’arrêter12. »

Le pigeon capturé par l’ennemi

  • 13 Grousset, I, p. 261 ; Chéhab, I, p. 76, 77.
  • 14 Chéhab, I, p. 73-74.
  • 15 Guillaume de Tyr, II, p. 791, XVII, 22 ; trad. Zerner, p. 638 ; Prawer (1969), I, p. 306,408.
  • 16 Chéhab, I, p. 61-63.

11En 505/1111, le 27 ou le 29 novembre veille de la Saint-André (la date est incertaine)13, Baudouin Ier revint assiéger Tyr, l’antique capitale de la Phénicie, pour briser sa rébellion et la punir d’avoir trahi ses engagements et cessé d’honorer ses tributs114. Ce port était le plus grand de Terre sainte et le seul que les Fatimides y conservaient encore, hormis le site d’Ascalon couramment balayé par la furie du vent, où l’ancre ne pouvait mordre aisément le fond et qui n’offrait de sûr asile aux nefs que par mer d’huile15. Le roi de Jérusalem avait déjà renoncé à la cité fortifiée, après avoir tenté sa conquête en 501/1107-1108 : son retrait fut acheté pour 7 000 dinars16.

  • 17 Comme le déclarait Ibn Ğubayr, p. 304/p. 356.
  • 18 Guillaume de Tyr, I, p. 591-592, XIII, 5 ; trad. Zerner, p. 572.
  • 19 Ville décrite par maintes sources, voir notamment Guillaume de Tyr, p. 591-592 ; trad. Zerner, p. (...)

12Réputée imprenable, Tyr ne pouvait tomber « obéissante et soumise, dans la main de son agresseur17 ». Elle jouissait d’une situation incomparable dans les villes maritimes : dressée sur une île et « située au milieu des eaux18 », l’étroite langue de terre (la jetée d’Alexandre) qui l’unissait à la rive permettait de l’isoler, si le vaste fossé profond qui la précédait était submergé par les flots libérés par les deux bouts. De plus, une prodigieuse enceinte munie d’épaisses tours l’enveloppait, triple côté terre, double côté mer, outre les récifs qui en défendaient la côte19.

  • 20 Chéhab, I, p. 84-85.
  • 21 Grousset, I, p. 261 ; Chéhab, I, p. 77.

13Coupée de l’Égypte par les conquêtes franques, la ville implora l’atabeg de Damas, Ẓahīr al-Dīn Ṭuġtakīn, de la délivrer du siège. Aussi vint-il camper dans la région de Bāniyâs. Suivant les uns, deux cents cavaliers parvinrent à endormir la surveillance des assiégeants et à s’introduire dans les murs, mais pour les autres les secours ne purent s’y glisser. Puis le gouverneur fatimide, ‘Izz al-Mulk Anštakīn Afḍalī, lui envoya, malgré le siège, des sommes considérables pour lever des guerriers et l’invita à prendre la ville20 : la protection de Damas plutôt que le joug des étrangers ; autrement dit, l’islam (même hostile) au lieu du christianisme qui demeurait l’ennemi capital. Ṭugtakīn répondit par un billet qu’emporta un pigeon de Tyr : il accusait réception de l’argent et demandait au gouverneur d’apprêter un navire dans un lieu désigné pour servir de transport aux troupes fraîchement levées. Mais le retour de l’oiseau vers la terre s’accomplit sur la mer : il tomba sur un vaisseau, certainement l’un des douze bâtiments de l’escadre du dignitaire Boutoumitès, les seuls que Byzance avait daigné fournir21, Baudouin étant privé de flotte. Il fut capturé par deux hommes, un Franc et un musulman, qui compte parmi ces traîtres qui servaient plus fidèlement les chrétiens que les chrétiens eux-mêmes, sans pourtant renoncer à leur religion. Le Franc voulut le rendre à la liberté, mais l’indigène l’en priva pour le remettre au roi : mis dans la confidence par le message imprévu, il envoya dans les eaux secrètement fixées un navire chargé de musulmans de Tyr passés aux croisés. Au son d’un arabe familier qui les accueillit, les troupes fraîches montèrent sans méfiance sur le pont et tombèrent en captivité : elles furent traînées aux Francs, puis à la boucherie.

  • 22 Chéhab, I, p. 79, 80.
  • 23 « In grandine sagittarum », Albert d’Aix, Chéhab, I, p. 79.
  • 24 Chéhab, I, p. 77.
  • 25 Idem, I, p. 85.
  • 26 Sur les différentes dates, voir Chéhab, I, p. 92-93, 94, 95. Sur ce siège de Tyr, voir Grousset, I (...)
  • 27 Chéhab, I, p. 95.
  • 28 Grousset, I, p. 264 ; Chéhab, I, p. 96.

14Malgré la faveur du hasard qui mit l’oiseau dans les mains de Baudouin, la victoire lui échappa. Les combats livrés à l’ombre des murailles se révélaient aussi âpres que vains : de leur sommet, des torrents de soufre et de poix bouillante n’avaient cessé d’être vomis, des volées de pierres22 et des grêles de flèches pleuvaient sur la tête des Francs23, quelque 20 000 suivant les musulmans qui les avaient dénombrées au fil des jours en les décochant24 ; même quand elles furent épuisées, elles furent relayées par des traits de bois qui sifflaient aux oreilles25. Aussi le roi affaibli abandonna-t-il les murs de la « Reine des mers » qu’il brûlait d’enfoncer et même de piller, le jour du dimanche qui précède celui des Rameaux, le 10 šawwāl du calendrier lunaire qui correspond au 10 avril 111226. Le long siège inutile avait dépassé quatre mois, les assiégeants perdu 2 000 hommes et les assiégés seulement 40027. Peut-être que Baudouin eût emporté la ville, si une flotte l’avait secondé : l’escadre byzantine s’était révélée un secours sans fruit28.

15Le récit du pigeon pris n’est relaté que par Ibn al-Aṯīr. Mais comme toujours, il ne révèle pas la source où il a puisé.

  • 29 Ibn al-Aṯīr, X, p. 489. On dispose de deux traductions, l’une dans RHC, Or., I, p. 285, l’autre da (...)

« Puis ‘Izz al-Mulk, l’atabeg de Tyr, envoya des sommes d’argent à Ṭugtakīn pour lever à foison les hommes et s’emparer de la ville. Ṭugtakīn envoya un oiseau muni d’un billet : il l’avisait de la réception de l’argent et lui ordonnait de placer un navire en un endroit désigné pour que les hommes pussent s’y rendre. Mais l’oiseau s’abattit sur un navire appartenant aux Francs. Deux hommes le prirent, l’un musulman et l’autre franc : “Libérons-le !, dit celui-ci ; peut-être leur apportera-t-il la délivrance !” Mais le musulman l’en empêcha et porta le pigeon au roi Baudouin. Dès qu’il prit lecture du message, il expédia au lieu désigné par Ṭugtakīn un navire chargé de quelques-uns des musulmans de Tyr qui avaient cherché refuge auprès de lui. Les troupes arrivèrent : ils leur parlèrent en arabe. Ils ne s’en méfièrent pas et s’embarquèrent avec eux : ils furent faits prisonniers, conduits aux Francs et tués29. »

Le pigeon sur le mangonneau

  • 30 Les pigeons parisiens qui rentraient au colombier de la rue Simon-Lefranc se posaient couramment s (...)
  • 31 Ohsson, III, p. 373-374 ; Amitai-Preiss, p. 60.

16En 660/1261, une mésaventure similaire survint au messager volant que le gouverneur d’Alep, Šams al-Dīn Aqqūš Barlī, avait lâché à Šinğār pour prévenir Mossoul de son arrivée : le sulṭān Baybars lui avait enjoint de soulager la ville du pesant siège mongol et délivrer son nouvel allié, Malik Ṣāliḥ Rukn al-Dīn Ismā‘īl. Le pigeon s’abattit sur un mangonneau ennemi, alors que le chemin du retour n’avait pu lasser ses ailes : une centaine de kilomètres seulement séparent les deux villes par la voie des airs. Mais les pigeons ont coutume de descendre du ciel pour une brève halte sur un lieu élevé, avant de réintégrer leur nid30. Le préposé s’en saisit et remit le billet au commandant Samdagu (Ṣandaġūn dans les sources arabes) qui vit dans ce miraculeux hasard un heureux présage qui le rendait maître d’un secret important : la route empruntée par les Mamelouks. Des troupes parties sur-le-champ s’embusquèrent pour les surprendre en marche près de Sinğār. Ils résistèrent vaillamment un moment. Mais de mouvants tourbillons de cailloux et de graviers qu’un vent déchaîné souleva comme les vagues de la mer les aveuglèrent, précipitant leur défaite. La majorité perdit la vie, le restant prit la fuite. Après le sac de la ville, les vainqueurs endossèrent les vêtements des vaincus et laissèrent librement leur chevelure sur leurs épaules selon la mode kurde, probablement pour les livrer au vent ; puis ils gagnèrent promptement Mossoul après avoir prévenu Samdaġu de leur venue déguisés en syriens. L’illusion trompa la ville : en les découvrant au loin, elle crut voir les renforts qui devaient débarrasser le siège. Cette ruse leur ouvrit les portes, et les imprudents que la joie fit sortir des murs furent sauvagement exterminés. Les cris et les torrents de sang révélèrent vite à Mossoul que les sauveurs n’étaient que faux kurdes et vrais mongols. Aussi, les énormes portes se refermèrent en hâte avant que l’ennemi ne s’en rendît maître. Elles ne déployèrent leurs battants qu’à la suite d’un long siège qui frisa neuf mois, quand la ville frappée de la famine et de la peste se livra aux Mongols. Après la vie sauve promise aux vaincus, une immense peine leur fut toutefois infligée : ils furent contraints de jeter bas les murs qui les protégeaient des invasions. La cité nagea dans une mer de sang ; les citadins furent passés au fil de l’épée neuf jours durant : perfides de nature, les Tatares se révélaient souvent infidèles à leur parole. Ainsi la ville se vida-t-elle de tous ses habitants. Après le départ des terribles « ennemis de Dieu », les citadins qui avaient trouvé leur salut dans la fuite dans les montagnes et les cavernes voisines regagnèrent leur logis31. La plus ancienne version du récit de la capture du pigeon sur le mangonneau est donnée par l’historien persan Rašīd al-Dīn.

  • 32 Rāšīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; trad. Quatremère revue par Chahrayar Adle, p. 387. Une vers (...)

« Une nouvelle armée fut envoyée pour seconder Sendaġū Noyān. Cependant Bunduqdār ayant appris la situation de Malik Ṣāliḥ fit marcher au secours de celui-ci un corps de troupes sous les ordres d’Aġūš Arbarlū. Étant arrivé à Sinğār, et voulant instruire les assiégés de son approche, il écrivit une lettre et l’attacha à l’aile d’un pigeon qu’on lâcha. Par hasard, l’oiseau vint se percher sur le haut du mangonneau des Mongols. Le préposé le prit et porta la lettre à Sendaġū Noyān qui, par sa lecture, augura sa fortune : sur-le-champ, il fit partir en hâte 10 000 hommes bien montés. Ceux-ci en arrivant près de Sinğār se partagèrent en trois groupes et se mirent en embuscade, puis fondirent sur les Syriens. Ces derniers tinrent ferme et résistèrent aux Mongols. Mais soudain un vent violent se leva et poussa dans les yeux des Syriens quantité de graviers et de cailloux, en sorte qu’ils se virent hors d’état de combattre plus longtemps. Les Mongols tombèrent sur eux et en tuèrent la plus grande partie ; le reste prit la fuite. Les Mongols tuèrent un grand nombre d’habitants de Sinğār, et emmenèrent prisonniers femmes et enfants ; puis ayant revêtu les habits des Syriens et laissé pendre leurs cheveux à la manière des Kurdes, ils se dirigèrent vers Mossoul. Ils firent dire à Sendaġū qu’après avoir vaincu l’ennemi au matin et recueilli un butin immense, ils arriveraient demain dans tel costume. Le jour suivant à leur parution au voisinage de la ville, les habitants, persuadés que c’étaient les Syriens qui venaient à leur secours, sortirent au-devant d’eux avec des transports de joie. Les Mongols les enveloppèrent de toutes parts et n’en laissèrent pas un vivant32. »

Le pigeon transpercé par une flèche

  • 33 Comme le souligne Barthélemy de Glanville, livr. XII, chap. VII.
  • 34 Yāqūt, I, p. 114 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 481.
  • 35 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156.
  • 36 Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95.
  • 37 Ibn al-Qalānī, p. 170-171 ; trad. Gibb, p. 105-106 ; trad. Le Tourneau, p. 99 ; Matthieu d’Édesse, (...)
  • 38 Ibn al-Qalānisī, p. 171 ; trad. Gibb, p. 106 ; trad. Le Tourneau, p. 99 ; Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 (...)
  • 39 Ibn al-Aṯīr, X, p. 481 ; Grousset, I, p. 458.

17L’oiseau pouvait être aussi victime d’un trait, s’il volait bas : le pli confié à son instinct lui devenait fatal33. En 504/1110, le prince selğūkide d’Alep, Riḍwān b. Tutuš, croyant les Francs anéantis en passant l’Euphrate, résolut de retirer des mains de Tancrède, le régent d’Antioche, les terres que ce dernier lui avait naguère ôtées à l’est de l’Oronte. Tancrède avait pourtant défendu sa ville quelques mois plus tôt, mais dans l’anarchie, trêves et liens d’amitié se révélaient souvent frêles. Alerté, il investit, pour punir le traître, Aṯārib, une place proche d’Alep (près de 3 parasanges les séparaient, soit quelque 18 km)34, que les chroniques latines désignent sous diverses appellations : Cerepum, Cerep, Ceperon et Gerez, l’antique Litarba des Romains qui porte de nos jours le nom déformé de Terīb. Dressée sur une colline artificielle, elle commandait la route d’Antioche et formait une position militaire importante. Ses remparts furent ébranlés par les pierres des mangonneaux et les assauts furieux d’un énorme bélier dont le bruit néfaste résonnait dans le lointain : aussi les fines oreilles les entendaient à une demi-parasange (trois kilomètres). Riḍwān offrit à Tancrède 20 000 dinars, pour consentir à lever le siège ; mais il en réclama davantage : 30 000 qu’il prétendait avoir perdus, plus la liberté des chrétiens réduits en esclavage depuis qu’il était devenu le maître d’Antioche. Puis la situation empira : les Francs commencèrent à vaincre la résistance des murailles35 et le sommet de la citadelle, sous les coups des projectiles, finit par s’effondrer sur deux tours maîtresses36 ; finalement, comble d’infortune, le fonctionnaire commis à la garde du trésor emporta secrètement les derniers dinars et, comme tant de musulmans en temps de croisade et tant de transfuges en temps de guerre qui désertent les vaincus pour les vainqueurs, passa aux croisés. D’autres citadins s’empressèrent de quitter la ville qui semblait perdue pour se joindre aux Francs. La détresse s’empara alors de Cerep : un appel s’envola pour instruire Riḍwān des peines subies. Autrement dit, elle devait se rendre si elle ne recevait de prompt secours. Mais le pigeon qui emportait la lettre désespérée tomba dans le camp ennemi, transpercé par une flèche. Sa capture parut un signe de favorable augure à Tancrède qui y trouva joie et réconfort. Finalement, toute espérance abandonna la forteresse. Ses portes s’ouvrirent au régent d’Antioche : les habitants qui refusaient la soumission prirent le chemin de l’exil, abandonnant les citadins qui avaient choisi de rester37. La paix fut achetée par un tribut annuel de 20 000 dinars et dix chevaux. Il fallut, de plus, à Riḍwān rendre la liberté aux chrétiens qui l’avaient perdue dans les murs d’Alep38. Mais une version divergente fait état qu’un jeune Arménien aurait révélé à Tancrède le dessein des musulmans de se glisser, à la faveur du silence et de la nuit, par une secrète issue, une brèche dans la grosse muraille, pour le surprendre sous sa tente et lui enlever la vie. Aussi s’enfonça-t-il dans la cruauté et commit-il un massacre immense : 2 000 hommes furent tués à plein glaive et le reste réduit en esclavage39.

18Le récit du pigeon capturé n’est rapporté que par Ibn al-‘Adīm dans la chronique de la ville d’Alep, Zubdat al-Ḥalab fī ta‘rīḫ Ḥalab.

  • 40 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156. La traduction donnée dans RHC, Or., III, p. 597-598, est fort éloignée d (...)

« Il ne restait plus dans la citadelle qu’une somme de cent dinars. Le trésorier les emporta dans sa ceinture et s’enfuit auprès des Francs, comme d’autres musulmans. Une lettre fut écrite au souverain Riḍwān sur aile d’oiseau : elle lui donnait des nouvelles des rigueurs du siège, de l’insuffisance des ressources et des pertes subies. L’oiseau fut envoyé. Il s’abattit dans le camp des Francs ; l’un d’entre eux lui décocha une flèche et le tua.
« La lettre fut portée à Tancrède : il en fut réjoui et réconforté. Riḍwān offrit la somme réclamée, à condition qu’elle fût réglée par termes et garantie par otages, mais il n’en fit rien. Désespérant de recevoir du renfort, ceux qui se trouvaient à Aṯārib remirent à Tancrède la ville en ğumādā II. Ayant obtenu sauvegarde, ses habitants l’évacuèrent40. »

Le pigeon remis à l’ennemi

  • 41 Deschamps, II, p. 17, 120, 225 ; Prawer (1970), II, p. 183.
  • 42 Rey (1871), p. 143, 145 ; Guérin, III/II, p. 55, 56, 57 ; Conder et Kitchener, I, p. 187 ; Grousse (...)
  • 43 Mufaḍḍal, I, p. 539 [197].
  • 44 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 385 ; Ibn al-Furāt, éd. Lyons, I, p. 191/II, p. 151 ; Rey (1871), p. 150 ; G (...)
  • 45 Mufaḍḍal, I, p. 539 [197] ; Prawer (1970), II, p. 501.
  • 46 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 386 ; Nuwayrī, XXX, p. 333 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des Su (...)
  • 47 Mufaḍḍal, I, p. 542-543 [200-201] ; Prawer, II, p. 501.
  • 48 Comme les décrit Guérin, III/II, p. 54.
  • 49 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayrī, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit.
  • 50 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayrī, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73.
  • 51 Menko, p. 555 ; Röhricht (1884), p. 401.
  • 52 Elles devaient tardivement gagner Berlin, Rey (1871), p. 143.

19En 669/1271, après la prise du Crac des Chevaliers et de Gibelacar, Baybars investit le seul château que les Francs conservaient en Galilée : Qurayn. Juché sur une crête que de profonds ravins rendaient inabordable de tous côtés, comme disait son nom, Montfort (Mons fortis en latin, Starkenberg en allemand), qui avait évincé son appellation d’origine : Frans Chastiau (Château-Franc ou Château des Francs)41, il dominait l’étroite vallée du Wādī Qurn où serpente un limpide torrent avant de se décharger dans la mer et qui avait servi à le baptiser. Vendu en 1229 par les sires de Mandelée au grand maître, Hermann de Salza, un noble de Thuringe, il devint la place principale de l’Ordre teutonique qui en releva les ruines pour l’amplifier, abriter ses archives et son trésor42, ainsi que les chevaliers « sans femmes ni enfants43 », conformément à l’un des trois piliers de la règle qui imposait la chasteté. Le sulṭān l’avait déjà assailli sans fruit en 664/1266. Mais sa résistance l’ayant rebuté, il fut contraint de se retirer pour investir la forteresse des Templiers, Ṣafad, qu’il finit par emporter44. Comme il brûlait de chasser les derniers croisés du Levant, il revint l’arracher au joug indigne des chevaliers enfermés dans ses fortes murailles. Alors que les mangonneaux se dressaient en début du siège pour être mis en batterie et que les flancs abrupts de la colline rendaient la tâche ardue45, un pigeon libéré dans l’ombre passa à tire-d’aile. Baybars lui décocha un trait fatal qui aurait dû éclater contre les murs de Montfort et s’avérer inutile comme les flèches jetées sur les châteaux escarpés. Il emportait le billet qu’un traître dissimulé dans l’armée adressait aux chevaliers pour les renseigner sur le sulṭān. Le tout (messager et message) fut remis au chef des émissaires d’Acre que le hasard avait rendus spectateurs du tir. Il devait le transmettre aux assiégés : Baybars ne pouvait que se réjouir des nouvelles qu’on donnait de lui, sans même chercher dans les troupes l’espion qui avait peut-être été le témoin invisible et lointain de la scène : il était impossible, au demeurant, de le flairer pour lui infliger la dernière peine. Le sulṭān était, en effet, sûr de son triomphe : les abords et la barbacane furent tour à tour pris, puis une galerie souterraine fut creusée à même le roc46. Comme les pierres des murailles semblaient inébranlables, jointes par des crampons de fer soudés au plomb47, suivant une technique immémoriale, et qu’elles étaient par endroits colossales48, Baybars promit aux tailleurs de pierre mille dirhams pour chaque bloc arraché49. Finalement, les assauts des Mamelouks redoublant, les chevaliers estimèrent la lutte vaine et la partie perdue, et s’abandonnèrent au désespoir. Se résignant à la déchéance comme les derniers des lâches, ils offrirent à se rendre et s’abaissèrent à demander sauvegarde pour échapper aux bains de sang qu’essuyaient les preux combattant jusqu’au dernier soupir. Mais cette chute entraînait un départ sans retour : les vainqueurs bannirent les vaincus du château qui avait abrité pendant plus de quarante ans leur liberté. Ils le quittèrent, sans biens ni armes, suivant les sources arabes50, alors qu’ils avaient sauvé leur or, leur argent et tout ce qu’ils pouvaient emporter, comme l’assure une chronique occidentale51. Ils eurent même l’esprit de ne pas abandonner leurs précieuses archives que l’exode n’avait pas rendu à leurs yeux des papiers trop encombrants dont ils ne pouvaient plus recueillir que d’inutiles fruits52. Ainsi la domination franque disparaissait à jamais de Galilée.

  • 53 Mufaḍḍal, I, p. 542 [200] ; Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayri, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73 ; (...)

20Mais les chevaliers ne devaient pas s’acheminer vers un exil lointain : ils furent conduits à dos de dromadaire à quatre lieues (seize km) de Montfort, aux portes d’Acre53 qui renfermait dans ses murs le royaume latin de Jérusalem que le temps avait considérablement réduit. La ville leur offrit un libre asile qui se révéla provisoire : sa chute vingt ans plus tard, en mai 1291, après un siège sanglant, marqua la fin de la puissance chrétienne en Terre sainte.

  • 54 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayri, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73, 79
  • 55 Mufaḍḍal, I, p. 543 [201].
  • 56 Selon les Annales de Terre-Sainte, p. 455 B, il commença le 8 juin et la capitulation fut conclue (...)
  • 57 Burchardus de Monte Sion, p. 31, témoigne des ruines en 1283.

21Les étendards de soie jaune de la victoire que l’on vit de loin sur Montfort flotter dans l’air ne devaient cependant que brièvement y ondoyer ; le sulṭān abandonna les murs conquis pour les livrer à la démolition : ils ne devaient plus abriter de Francs54. Le démantèlement prit douze jours, alors que le siège n’en avait duré que quinze55 et peut-être moins56 : les vainqueurs ne laissaient que des restes pour servir de monument à la postérité57.

  • 58 Nuwayri, XXX, p. 332 ; Ibn al-Furāt, loc. cit. Récit évoqué par Reinaud dans Michaud (1829), IV, p (...)

22Le récit du pigeon abattu figure dans la biographie que consacre Ibn ‘Abd al-Ẓāhir à Baybars. Plusieurs sources devaient le reprendre58.

  • 59 Isbitār al-Alman, dans Ibn al-Furāt, I, p. 191, mais le dernier mot est altéré dans l’édition d’Ib (...)
  • 60 Ibn ‘Abd al-Zāhir, P. 385-386.

« Ce château de Qurayn appartenait aux Teutoniques allemands59 qui n’en avaient pas d’autre sur la côte. C’était l’un des plus imprenables et des plus résistants de Ṣafad. Lors de la conquête de cette ville, le sulṭān l’avait assailli, enviant pareil fort aux infidèles. Après la conquête de Ḥiṣn al-Akrād [Crac des Chevaliers] et de Ḥiṣn ‘Akkār [Gibelacar], il jugea bon de ne pas laisser ce château derrière lui : il se rendit à Ṣafad, d’où il prépara les mangonneaux, puis marcha sur Qurayn pour l’assiéger. Comme le sulṭān se tenait pour l’érection des mangonneaux, survinrent les envoyés d’Acre. Alors qu’il se disposait à lancer une flèche au château, un pigeon vint à passer. Il le tira : il portait le billet d’un espion dans l’armée renfermant des nouvelles du sulṭān. Et ce en présence du chef des envoyés ; il lui remit l’oiseau en tenant ce langage : “Emporte-le pour que les Francs le lisent. Ce billet vous a été écrit par vos espions et j’ai tiré l’oiseau avec ma flèche. Nous sommes heureux de ceux qui vous donnent de nos nouvelles60”. »

UNE RENCONTRE INOPINÉE

23Par le hasard le plus étrange, le voyageur ailé pouvait miraculeusement sauver celui qu’il devait perdre. En 269/882-883, les secrétaires de Samarra qui travaillaient à diffamer « l’homme aux deux vizirats » (Ḏū l-Wizāratayn), Ṣā‘id b. Maḫlad, projetèrent d’aviser Muwaffaq à Bagdad d’un énorme affermage qu’ils lui avaient injustement imputé. Mais le pigeon chargé de la dépêche mensongère s’abattit, d’aventure, brisé de fatigue, sur l’embarcation qui fendait promptement l’eau du Tigre pour conduire le vizir auprès de Muwaffaq : il n’eut qu’à lui porter le messager et le message imprévus qui venaient de lui tomber du ciel. Ce coup de providence qui l’avait lavé de la calomnie inventée par ses ennemis avant même qu’elle ne fût révélée au calife lui parut un don de Dieu en raison d’une large somme de 100 000 dirhams qu’il venait de répandre en aumône. Le singulier récit figurait probablement dans l’histoire des vizirs de Ṣūli, dont seul un fragment est arrivé jusqu’à nous : il le tenait de Mu‘allā, le fils de Ṣā‘id qui avait dû lui-même en recueillir le souvenir ébloui de la bouche de son père. Mais il n’est parvenu qu’indirectement jusqu’à nous par le truchement des compilations qui l’ont reproduit, dont la plus ancienne est l’histoire universelle d’Ibn al-Ğawzī.

  • 61 Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223. Un récit divergent est repris par Ṣafadī, XVI, p. 233-234.

« [...] Ils calomnièrent Ṣā‘id auprès de Muwaffaq et lui attribuèrent un affermage considérable. Ils mirent le billet sous la queue d’un oiseau qu’ils libérèrent. Mon père, ayant désapprouvé une chose de la part de Muwaffaq, résolut de lui porter 200 000 dirhams qui étaient chez lui. Puis il s’exclama : “Par Dieu ! Je ne le ferai et que je fasse aumône de 100 000 dirhams d’entre eux.” Il s’exécuta dans la matinée de ce jour où il prit un bateau. En chemin, un oiseau s’y abattit : il fut pris. On trouva sur lui un billet que Ṣā‘id lut : c’était une calomnie portée contre lui. Il sut que Dieu très haut l’avait soulagé à cause de son aumône. Entré auprès de Muwaffaq, il lui montra l’oiseau, il lui montra le billet et lui apprit ce qu’il avait fait. Il grandit à ses yeux et son rang s’éleva auprès de lui. “Dieu n’a fait cela pour toi, lui dit-il, que pour un bien qu’il t’a attribué !”61 »

DES NOUVELLES SUSPENDUES

  • 62 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 259.
  • 63 Il utilise le terme de ‘abd (serviteur) pour se désigner, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 258, et donne ce (...)

24Les communications coupées par la voie des airs n’annoncent pas fatalement la chute d’une place : en 712/1313, les dépêches de Raḥba (Mayyādīn), qui dominait l’Euphrate et bornait l’empire, continuaient à pleuvoir sur Damas, malgré le blocus des Mongols. Mais cette terrible grêle de sinistres nouvelles soudain s’interrompit : trompés par le silence imprévu, les Damascènes crurent la citadelle prise, alors qu’elle était devenue muette pour un autre motif : comme les réserves de pigeons devaient tirer à leur fin, on avait gardé les derniers captifs pour les sauver de la nuée des traits qui fendaient l’air. L’armée tatare s’était, en effet, divisée en sept cercles pour mieux envelopper la forteresse : si les oiseaux échappaient au premier, ils tombaient fatalement dans l’un des suivants. Finalement, le vent d’infortune cessa de souffler : les anneaux vivants lèvèrent honteusement le siège et fuirent, bride abattue, les murs qu’ils désespéraient de prendre. Le lendemain matin, survinrent à Damas des messagers volants qui annoncèrent la prompte retraite des « ennemis de Dieu » fatigués d’un long siège douteux. Un mamelouk du gouverneur confirma la nouvelle par sa voix avant les premières ombres du soir et délivra peut-être aussi un long message dans le sens des billets : les tambours furent aussitôt battus dans une capitale nageant dans la joie62. Mais la raison du grand silence de la place ne fut que tardivement connue, comme le rapporte l’historien Ibn al-Dawādāri qui figurait parmi les émirs partis pour Raḥba, et comme son gouverneur en avait instruit son père63.

  • 64 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 257, 258. Une version légèrement différente figure p. 260.

« Les billets parvenaient sur aile de pigeons de Raḥba apprenant les rigueurs du siège et l’ardeur du combat. Ils ne cessèrent d’arriver jusqu’à la dernière décade du mois de ramadan, où ils s’interrompirent. On crut la citadelle prise par les Mongols. Une douleur que Dieu connaît s’empara des gens.
« Les billets ne venaient plus de Raḥba en raison des Mongols qui l’avaient de sept anneaux cernée : dès que les pigeons s’envolaient de la citadelle, les maudits qui les guettaient leur décochaient des flèches ; s’ils sortaient indemnes du premier anneau, ils ne pouvaient échapper aux suivants. C’est ce qu’a raconté l’émir Badr al-Dīn b. al-Azkasī, gouverneur de Raḥba, à mon père et au restant des émirs partis pour en découvrir la situation64. »

LES BILLETS PERDUS OU REMPLACÉS

25Les messagers des airs ne ramenaient pas toujours des messages au nid : certains revenaient à vide, d’autres chargés d’un billet indéchiffrable ou falsifié.

Le billet trempé

  • 65 Valle, I, p. 244/I, p. 416.

26Comme la dépêche n’était généralement pas garantie de l’eau par une couche de cire65, l’encre pouvait s’effacer et devenir illisible si un orage avait fondu sur le messager, si la pluie l’avait assailli ou simplement s’il avait regagné la terre pour éteindre une soif ardente et se rafraîchir. Aussi, pour ne pas en déplorer l’inutile retour, il fallait avant de le délivrer, d’une part, l’abreuver et, d’autre part, prudemment sonder le ciel : s’il était lourd et sentait la pluie, le lâcher était suspendu jusqu’à l’heure favorable. En 1667, le père Antonius Gonzales emporta deux pigeons en quittant Alep pour Tripoli, où il était le supérieur de la résidence : ainsi ses amis seraient prévenus, si le voyage se déroulait sans incidents, malgré les bédouins pillards qui infestaient les chemins. Le troisième jour, il lâcha le premier, mais le billet échappa aux destinataires : le messager l’avait mouillé en redescendant du ciel tremper son bec dans quelque eau rencontrée au retour. Le second libéré deux jours plus tard devait les rassurer.

  • 66 Gonzales, trad. Charles Libois, II, p. 628.

« Au départ d’Alep, nous avions emporté avec nous deux pigeons pour prévenir nos amis que nous avions effectué notre voyage sans être inquiétés par les Arabes, qui guettent le voyageur en route. Le troisième jour, à environ trente lieues, nous en lâchâmes un. Mais nous avions oublié de lui donner à boire, et il s’était trempé en route ; ainsi nos amis n’arrivaient pas à déchiffrer le billet. Au cinquième jour, nous lâchâmes le second à environ cinquante lieues d’Alep, qu’il atteignit environ sept heures plus tard, si bien que nos amis comprirent à leur joie, que nous avions passé sains et saufs à travers la plupart des dangers66. »

  • 67 Hamdānī, p. 163. Le retour de l’oiseau est également mentionné par Iršād, III, p. 185, sans billet (...)

27Mais la dépêche mouillée n’était pas toujours perdue : un déchiffrement inespéré pouvait en révéler le contenu. En 338/949 ou l’année suivante, un gardien du colombier de Bagdad porta un billet à Muhallabī que Ṣaymarī, le vizir de l’émir būyide, Mu‘izz al-Dawla, avait pris pour substitut durant son absence avant de gagner Ğāmida, dans la province de Wāsiṭ. Il venait du campement, rapporté par l’un des voyageurs ailés de Bagdad que l’on y gardait captifs. Mais il était trempé : le ciel avait dû fondre en eau ou le messager descendre des airs pour se désaltérer sous le tourment de la soif. Ne parvenant à le saisir, il demanda au chef de la chancellerie, Abū Isḥāq Ṣābī, le fils de l’historien, Hilāl, de tenter de le lire. Péniblement, il finit par recomposer l’écriture effacée : Ṣaymarī venait d’expirer67. Si la mort subite du vizir affligea profondément Mu‘izz al-Dawla, elle flatta la haine secrète que lui vouait Muhallabī : il redoutait de périr de ses mains. Le sinistre oiseau lui avait apporté la délivrance.

Le billet fabriqué

  • 68 Jacques de Vitry, p. 70, 71.
  • 69 Barbariche note, dans le langage figuré du Tasse, Jérusalem délivrée, XVIII, 52.

28Bien que les pigeons fussent des agents aussi discrets que sûrs, ils pouvaient trahir la confiance de leurs maîtres et se prêter à l’envoi de fausses nouvelles pour devenir les messagers du mensonge, si l’ennemi les interceptait pour changer le billet dont ils étaient porteurs avant de les remettre au vent qui les emportait au nid. Les sources révèlent deux substitutions de plis expédiés par des musulmans et captés par des Francs qui disposaient d’hommes aptes à lire et falsifier les secrets écrits « en sarrasin » (in saraceno)68 dont les caractères insolites semblaient « barbares » aux yeux de l’Occident69, sans exciter de soupçons. Trois lustres seulement séparent les faits.

  • 70 Selon les termes de Raoul de Caen repris par Grousset, I, p. 337.
  • 71 Grousset, I, p. 345-352 ; Runciman, II, p. 60, 61, 62.
  • 72 Grousset, I, p. 304-305, 352-356 ; Runciman, II, p. 65-68 ; Deschamps, I, p. 294.
  • 73 Ibn al-Qalānisī, p. 161 ; trad. Gibb, p. 86 ; trad. Le Tourneau, p. 82 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 454 ; (...)
  • 74 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen (1983), p. 223 ; Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 91 ; trad. Le (...)

29La première ouvrit les portes de Tripoli (502/1109) (Triple, dans le langage franc). Depuis 495/1102, Raymond de Saint-Gilles « avait osé assiéger à lui tout seul70 » ses nobles murs et tenté de les enlever. Mais il mourut en 1105, dans sa forteresse du mont Pèlerin (Mons Peregrinus ou Peregrinorum) que les sources arabes désignent sous son nom, Qal‘at Ṣanğīl (château Saint-Gilles), la Tripoli de montagne qui n’avait jamais pu conquérir la Tripoli du port (al-mīna) (la Marine des croisés) qui mouillait ses murs dans la mer deux milles plus bas. Puis, son cousin, Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne dont les chroniques ennemies ont fait Sardānī, en poursuivit le blocus quatre ans durant71. Finalement, Bertrand de Saint-Gilles, dans la fleur de sa jeunesse, se rendit en Orient pour réclamer l’héritage de son père et s’emparer de l’imprenable cité. Il commandait une énorme armée de 4 000 chevaliers et sergents portée par une imposante flotte de 40 galères provençales et 40 ou 70 génoises, suivant les sources. D’autres Francs vinrent bientôt unir leurs forces aux siennes : Baudouin Ier, roi de Jérusalem, amenant 1 000 hommes, pour la moitié chevaliers et pour l’autre fantassins, puis trois hauts barons de Syrie conduisant la fleur de la chevalerie, Tancrède d’Antioche, Baudouin du Bourg, comte d’Édesse (le futur Baudouin II) et Josselin de Courtenay, sire de Turbessel (Tall Bāšir)72. Comme la ville souffrait de la disette et que les vivres menaçaient de s’épuiser, plus rien n’arrivant par la mer et presque rien par la terre, son maître, le cadi Faḫr al-Mulk b. ‘Ammār prit le chemin de Bagdad pour demander les oreilles du calife abbasside et du sulṭān selğūkide et les appeler contre les Francs. Mais le long voyage se révéla sans fruit : les deux souverains restèrent sagement indifférents tant à ses prières qu’au sort de Tripoli. Mettant à profit son absence, la population abandonna le roitelet qui ne savait la défendre ni la sauver : elle se tourna vers le proche Occident pour solliciter céréales, vivres et gouverneur du vizir fatimide Afḍal Šāhanšāh au Caire73. Une flotte gigantesque fut préparée à Damiette ; jamais l’Égypte n’en avait armé de pareille pour soutenir Tripoli et la ravitailler dans son extrême besoin en renforts et argent pour un an74. Des pigeons que les messagers avaient dû emporter en quittant le port assiégé furent libérés d’Afrique, soit de la capitale, soit de Damiette : Le Caire et Tripoli avaient cessé d’échanger les courriers volants, depuis que le cadi Amīn al-Dawla ‘Ammār, fondateur de la dynastie, s’était affranchi en 462/1070 du faible joug des califes lointains, et le gouverneur nouvellement arrivé d’Égypte n’avait pu établir des colombiers d’aller et retour. Mais les messages destinés à rallumer l’ardeur des assiégés tombèrent par malheur entre les mains des croisés qui avaient dû capturer les oiseaux à bout de course sur le chemin du nid, soit en volant entre le ciel et l’eau, soit en descendant des airs pour se reposer un moment sur un navire : ils furent remplacés par des faux qui, au lieu de rendre à la ville l’espérance qu’elle avait perdue, la plongèrent dans un sombre désespoir.

  • 75 Ibn al-Qalānisī, p. 163 ; trad. Gibb, p. 89 ; trad. Le Tourneau, p. 86 ; trad. Gabrieli, p. 49 ; I (...)
  • 76 Ragheb(1996), p. 189.
  • 77 Grousset, I, p. 305, 357.
  • 78 Suivant Mufaḍḍal, II, p. 528, 530 [364, 366] ; Ibn al-Furāt, VIII, p. 79. Mais seulement sept ans (...)
  • 79 Grousset, I, p. 305, 356-357.
  • 80 Au bruit de l’incendie, Ibn ‘Ammār fondit en larmes, Ibn Abi Ṭayyi’ dans Cahen (1983), p. 222-223.

30Quant à la flotte, les vents hostiles lui fermaient le chemin de la Syrie pour la refouler dans le port de Damiette75 : ils ne glissent longtemps vers l’Orient qu’au printemps (d’ordinaire début juin) ou en automne (octobre)76, mais dans l’ardent juillet, ils virent souvent au perfide. Comme les secours tardaient, les assiégés, réduits à l’extrémité, perdirent l’espérance d’être délivrés : le spectre de la faim les contraignit à remettre la ville entre les mains de Baudouin Ier et de Bertrand de Saint-Gilles77. Ainsi furent pris les remparts superbes que les tours roulantes et les béliers impuissants avaient longtemps battus sans pouvoir les renverser et que les pierres lancées par les catapultes avaient menacés sans jamais les percer : leur siège sans fin avait duré sept ans et quatre lunes78, mais le blocus permanent seulement six79. La ville inconnue fut ravagée, son Palais de la science que la rumeur mettait au nombre des merveilles du monde pour ses précieux manuscrits, livré à la rage du feu80 et les vaincus d’abord massacrés par les vainqueurs (vingt mille). Puis, la première soif de sang apaisée, le carnage inutile fut suspendu pour réduire le restant des habitants en esclavage.

  • 81 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, p. 163 ; trad. Gibb, p. 89-90 ; trad. Le T (...)

31Quant au gouverneur fatimide et une partie de l’armée, ils purent échapper au glaive de la victoire : après avoir quelques jours résisté dans les murs du palais où ils s’étaient enfermés, ils demandèrent sauvegarde et l’obtinrent ; bannis, ils gagnèrent les portes de Damas qui leur ouvrit son sein81.

  • 82 Foucher de Chartres, p. 533 n. o.
  • 83 Foucher de Chartres, p. 533 ; Grousset, I, p. 358 ; Runciman, II, p. 69.

32Bien que justifiées par la longueur infinie du siège, ces fureurs de la guerre auxquelles Tripoli fut livrée violaient la capitulation jurée solennellement sous la foi du serment et sanctionnée par le roi. Elles furent amèrement regrettées des Francs : « têtes perdues jamais rendues »82. Mais ces crimes furent commis, à l’insu des chefs, par la tourbe grouillante de la soldatesque génoise qui ne connut plus de frein : profitant des troubles, elle escalada les murailles au moyen de cordes et d’échelles pour semer la mort, l’esclavage et la ruine dans la ville étrangère83.

  • 84 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 91 ; trad. Le Tour (...)
  • 85 Et non à Ğubayl (le Gibelet, l’ancienne Byblos), comme le rapporte Ibn al-Qalānisī.
  • 86 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit.
  • 87 Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 90 ; trad. Le Tourneau, p. 87 ; trad. Gabrieli, p. 50 ; B (...)
  • 88 Ibn al-Aṯīr, X, p. 477 ; Buġya, X, p. 4533 ; Abū 1-Maḥāsini, loc. cit.

33Finalement, la furie du vent marin s’apaisa pour ouvrir à la flotte fatimide les portes de l’Orient et l’amener au port de Tyr, huit jours après la chute de Tripoli84. Elle ne pouvait même plus porter aux vaincus de secours, alors qu’elle les aurait peut-être libérés du péril suprême. Quant au cadi Faḫr al-Mulk, il pensa trouver la paix à Ğabala (que les sources latines appellent Gabula et les françaises Gebel, Gibel ou Zibel)85, au nord de Tortose dont la mer venait battre les murs. Son repos n’y fut cependant qu’éphémère : à quelque temps de là, Tancrède vint l’assaillir et le combattre. Il invoqua les princes d’alentour, mais n’en tira point de secours. Ses longues lettres déchirantes ne firent que « saigner les cœurs et pleurer les yeux » : elles restèrent sans réponse86. Il fut alors contraint de fuir pour gagner un proche exil : Damas lui donna refuge87. Mais il ne devait pas y traîner une fin de vie douloureuse, même s’il versait par moments des larmes sur sa patrie et sa fortune perdues : les concessions et les largesses dont il fut comblé lui permirent de nager longtemps dans l’opulence88.

  • 89 Wilbrand Oldenbourg, p. 168, trad. Henri Bresc. Une traduction anglaise est également donnée par E (...)

34La substitution des billets du siège de Tripoli que les historiens des croisades semblent méconnaître n’est évoquée que par Wilbrand d’Oldenbourg dans son pèlerinage en Terre sainte effectué en 1211. Il était alors chanoine à Hildesheim (il ne sera que plus tard évêque : de Paderborn en 1225, puis d’Utrecht en 1228). Sa source demeure inconnue : il n’était ni un contemporain, ni même une autorité sur ce temps. Tradition orale ? ou chronique perdue ? Le « Soudan » devait être Afḍal Šāhanšāh que l’on avait coutume d’appeler sulṭān, comme les derniers vizirs fatimides. « Le soudan et les siens leur renvoyèrent, après avoir réuni une très grande armée, des lettres d’encouragement par une colombe messagère, suivant la coutume de cette terre. Les nôtres les saisissant par hasard (si l’on peut appeler hasard ce qui arrive par la providence divine), et ayant pénétré les lettres et leurs secrets en attachèrent d’autres attribuées au soudan. Les colombes ainsi libérées portèrent découragement au lieu d’encouragement à leurs maîtres qui les attendaient, comme ceux qui, enfermés dans l’Arche, attendaient le rameau d’olivier89. »

  • 90 Prawer (1969), I, p. 307 ; Chéhab, I, p. 124, 153.
  • 91 A4C, p. 71.
  • 92 Grousset, I, p. 615.
  • 93 Selon les termes d’Ibn Ğubayr, p. 304/p. 357.
  • 94 AAC, p. 72 ; Grousset, I, p. 617-618 ; Prawer (1969), I, p. 308 ; Chéhab, I, p. 166-167.
  • 95 AAC, p. 71.
  • 96 Grousset, I, p. 614-615 ; Runciman, II, p. 170 ; Chéhab, I, p. 149-151.
  • 97 AAC, p. 72 ; Grousset, I, p. 616 ; Prawer (1969), I, p. 308 ; Chéhab, I, p. 160-163.

35La seconde falsification de dépêche eut lieu en 518/1124 : l’armée franque, bientôt grossie par les troupes fraîches du comte de Tripoli et par une immense escadre vénitienne, forte de plus de 200 navires, vinrent tenter un nouveau siège de Tyr, dont Baudouin Ier avait deux fois cerné les remparts (en 501/1107, puis en 505/1111-1112), sans y pouvoir entrer jamais. Mais désormais, la conjoncture semblait favorable : la puissance navale fatimide, la seule qui pût secourir l’antique « Reine des mers », était presque détruite par une victoire éclatante de Venise ; une flotte nombreuse qui mouillait, un an plus tôt, dans les eaux d’Ascalon fut assaillie, et les vaisseaux qui n’avaient pas sombré en mer furent pris90. Comme le siège traînait en longueur, la ville attaquée dans ses murailles où des brèches s’ouvraient à l’ardeur des Francs et des tours croulaient sous les coups des machines de guerre fut en proie à la détresse : les vivres commençaient à cruellement manquer91. Elle implora l’assistance de l’atabeg de Damas, Ṭugtakīn : les Fatimides lui avaient abandonné le soin de la défendre et de repousser l’ennemi92. Celui-ci les exhorta dans une dépêche à tenir ferme : il s’apprêtait à leur porter secours. Son message était cependant mensonger : en ranimant l’ardeur des troupes, il retardait seulement la chute de Tyr, ne pouvant sauver ceux qui l’avaient appelé. Mais l’oiseau qui l’avait emporté retomba vers la terre dans le camp des croisés. Il fut attrapé, et le pli changé : la cité devait capituler, l’atabeg ne pouvant rassembler une armée pour la tirer des mains de l’ennemi. En un mot, Damas lâchait Tyr. Toute espérance s’évanouit ; tourmentée par une faim horrible, l’antique capitale de la Phénicie ouvrit les deux portes dont elle se contentait, l’une vers la terre et l’autre vers la mer93, se livrant vaincue pour devenir la proie des Francs. Les fleuves de citadins qui s’écoulèrent de la ville s’acheminèrent vers l’exil, munis des richesses et des effets qu’ils pouvaient emporter, abandonnant les biens lourds et leurs compagnons d’infortune réduits par la maladie, la faiblesse, l’impotence et peut-être la misère au joug de l’occupant, ainsi que ceux qui, pour différentes raisons, refusaient l’exode. Les uns gagnèrent Damas qui leur offrit asile dans ses murs, les autres se dispersèrent dans divers pays94. Le siège commencé l’hiver (15 février) prit fin l’été (7 juillet) : bien que relativement court (moins de cinq mois), ses rigueurs l’avaient allongé : aussi la ville crut qu’il en avait frisé sept95. Toutefois, même si le billet n’avait pas été changé ou la fraude éventée, le secours était inutile, et la place d’avance perdue, malgré son triple cercle de solides murailles dont la faim finit par en ouvrir les portes : l’atabeg ne pouvait la délivrer du siège. Il avait même abandonné, à l’approche des Francs, les bords de la Qāsimiyya dont les eaux allaient une dizaine de kilomètres plus loin se jeter dans la mer pour fuir à Bāniyās (Panéas)96. Mais il devait regagner les rives du fleuve pour négocier la reddition et ne pas exposer les musulmans à la cruauté des chrétiens ni verser d’inutiles flots de sang97. La côte fut donc soumise par la force ouverte des Francs plutôt que par une ruse de guerre savamment ourdie. Aussi le mensonge paraît-il honorable.

36Cette substitution de messages est inconnue des sources arabes et latines qui s’étendent parfois sur la prise de Tyr : seul l’Édessénien anonyme en fait mention dans sa chronique syriaque rédigée vers 1240, longtemps après l’événement. Le récit doit faire usage d’une œuvre plus ancienne dont nous sommes privés aujourd’hui.

  • 98 AAC, trad. A. Abouna, p. 71. Une traduction anglaise figure dans Tritton et Gibb, p. 95.

« Leur correspondance se faisait par oiseaux, car il n’y avait pas moyen pour personne de sortir ou de rentrer. L’émir de Damas rassembla une grande armée pour venir à leur secours. Il leur envoya dire par le moyen d’un pigeon : “D’ici quelques jours j’arrive chez vous avec une nombreuse armée. Ayez donc courage et restez forts ; ne vous découragez pas.” Dieu voulut que le pigeon vienne se poser dans le camp des Francs. Ayant lu la lettre, ils en rédigèrent une autre à sa place, dans laquelle ils écrivirent : “Fils de Tyr, vous nous avez écrit de venir à votre secours ; nous vous faisons savoir que nous ne pouvons point venir et que nous n’avons pas à présent d’armée capable de tenir tête aux peuples rassemblés contre vous. N’espérez donc rien de nous. Prenez des serments pour la sauvegarde de vos vies et livrez la ville.” Ils accrochèrent le message au pigeon et l’envoyèrent. Quant la lettre arriva, ils la lurent et désespèrent de leur salut, du fait aussi qu’il ne leur restait plus de vivres98. »

  • 99 Ce fragment est publié en note dans Sanudo, p. 189.
  • 100 Ces clameurs ont inspiré la méfiance de Moore, p. 29-30, qui situe à tort l’incident à Ptolémaïs.
  • 101 D’après Estoire de Eracles, p. 574, et Guillaume de Tyr repris par Chéhab, I, p. 164. Mais suivant (...)

37Si l’on en croit une version divergente reprise par une chronique vénitienne anonyme de la première moitié du xve siècle99, puis par Marin Sanudo le Jeune (1466-1536), le messager des airs ne vint pas se poser dans le camp des croisés. Comme ils ne pouvaient en capturer le vol, ni le toucher dans le ciel par des traits d’arbalètes, ils eurent recours à un ingénieux stratagème : une clameur épouvantable s’éleva de l’armée franque, si bien que la colombe, sous l’empire de la panique, tomba du haut des nues comme une masse dans le camp100. Privée de secours, la « Reine des mers » fut contrainte de se rendre ; et l’on vit bientôt les bannières des vainqueurs gonflées par le vent ondoyer sur la ville : celle du roi de Jérusalem, Baudouin II, pourtant captif dans un sombre cachot du château de Hartpert, où l’émir artuqide, Balak, le retenait, fut hissée sur la tour la plus haute qui dominait la porte principale de la ville ; celle du doge de Venise flotta sur la tour Verte et celle du comte de Tripoli sur la tour de la Tannerie101. En voici le récit par Marin Sanudo dans Vita dei Dogi.

  • 102 Ṭuġtakīn.
  • 103 Sanudo, p. 187, trad. Henri Bresc. Ce fragment est connu de Juste-Lipse ainsi qu’en atteste une le (...)

« Pendant ce temps, Didichim102, seigneur de Damas, s’était préparé avec ses gens et vint jusqu’au fleuve : arrivé là, il libéra un pigeon, comme c’est leur usage, avec une lettre attachée à la patte, qu’il envoyait à ceux de la ville, les poussant à tenir ferme sans rien redouter, annonçant son arrivée avec les secours et assurant qu’il détruirait les chrétiens. Ceux du camp des chrétiens, ayant vu le pigeon, commencèrent à crier tous à haute voix de sorte que le pigeon se perdit et tomba dans le camp ; ayant pris et lu la lettre, ils en firent une autre, la lièrent à la patte du pigeon, les exhortant à se rendre, leur notifiant la venue de Didichim jusqu’au fleuve ; mais sachant quelles forces étaient dans le camp des chrétiens, il ne voyait pas comment leur porter secours : qu’ils capitulent donc aux meilleures conditions possibles. Le pigeon porta donc dans la ville cette lettre écrite en arabe qu’on y lut. La ville qui avait peu de ravitaillement et perdu l’espoir d’un secours commença de traiter avec les chrétiens. Elle envoya ses ambassadeurs au patriarche et au doge. La reddition fut convenue à cette condition : les habitants qui voudraient la quitter pouvaient sortir librement avec leurs biens. Ce fut ainsi transcrit par écrit. On ouvrit les portes : les chrétiens entrèrent et mirent la bannière à la Croix du roi de Jérusalem sur les tours, celle de Saint Marc sur la tour Verte et celle du comte de Tripoli sur la ville103. »

  • 104 CJ, § 90. Ces deux vers ne figurent pas dans l’édition de C. Hippeau et la traduction de Subrenat.
  • 105 CJ, § 90.
  • 106 CJ, § 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96 ; trad. Subrenat, p. 227-231. L’épisode est évoqué par Riant, (...)

38Cette substitution de billets semble avoir inspiré un passage de La Chanson de Jérusalem, probablement composée par Graindor de Douai à la fin du xiie siècle à partir du récit d’un croisé, Richard le Pèlerin, qui remonte aux années 1130-1135 : lors du siège de la ville sainte en 1099, Cornumaran, fils de Corbadas (forme altérée de Karbugā, le Corbaran de La Chanson d’Antioche), supplia Damas, Tyr et Tibériade de lui fournir un prompt secours, sur les conseils de son oncle, le vieux Lucabel. Sans renforts, Jérusalem est perdue. Plus de cent oiseaux de mauvais présage ont « les plumes arrachées devant près de la tête » (« Et si sont tout plumé ens es tiestes devant ») et « la teste plumée », signe que la ville est assiégée (« Çou est senefiance la vile est apressee »)104 ; scellées, les dépêches sont attachées à leur cou (« A cascun colon soit li cartre al col nöee ») et dissimulées dans une plume de la gorge, afin que les chrétiens, ces mécréants, ne remarquent rien (« Et par devant la gorge en la plume botee, Que François nes perçoivent – la pute gent dervee105 ! ») Mais ces caravanes aériennes qui prennent en commun dans le ciel le chemin du nord frappent les regards des Francs : Gratien d’Acre (nom également emprunté à La Chanson d’Antioche), un roi païen (entendre : émir musulman) que « Dieu avait converti » après sa capture leur révèle que ces foules emplumées qui emplissent l’horizon sont formées de messagers qui s’en vont appeler les armées d’Orient contre les Francs. Ils tombent sous les flèches et les jets des frondes qui volent en sifflant dans les airs, sauf trois : ils sont pris par des faucons lancés par Godefroi de Bouillon, Hugues le Maine et Robert de Flandre, puis confiés à l’évêque de Mautran. Aux messages de détresse, il substitue des missives mensongères qui rassurent les destinataires : « Jérusalem est invincible ; les malheureux Français sont réduits à la famine. » Les oiseaux sont alors relâchés et les guerriers dont les bras doivent sauver la ville sainte du siège se débandent. Au retour, les trois pigeons qui portent la réponse ardemment attendue survolent le camp français où Dieu les a conduits. Effrayés par des faucons, ils descendent se poser côte à côte auprès des tentes ; les billets sont remplacés par des plis décourageants : le sulṭān en colère refuse tout secours à Corbadas. Cette fureur fictive plonge dans la détresse les assiégés. Cruellement trompé par ces lettres feintes, Cornumaran sombre dans la douleur pour s’arracher cheveux et barbe. Nonobstant, il presse ses hommes à défendre la ville aux murs sacrés106.

  • 107 P. 334-335.
  • 108 II, p. 504-505, 529-530.

39L’épisode des billets changés pour abuser les musulmans a été repris par deux compilations, mais avec de légères différences : l’une espagnole connue sous le titre de La Gran Conquista de Ultramar qui remonte à la fin du xiiie siècle107 ; l’autre belge, Le Chevalier au cygne et Godefroid de Bouillon qui fut rédigée au xive siècle108.

  • 109 Selon Matthieu d’Édesse, p. 143.
  • 110 Matthieu d’Édesse, p. 143 ; AAC, p. 73-74.
  • 111 Matthieu d’Édesse, p. 143-144.
  • 112 Idem, p. 143.
  • 113 Idem, p. 143-144.
  • 114 Matthieu d’Édesse, p. 144-145 ; AAC, p. 75.
  • 115 Matthieu d’Édesse, p. 145.
  • 116 Idem, loc. cit.
  • 117 AAC, p. 75.
  • 118 1, p. 606 (XIII, 16).
  • 119 Ibn al-Aṯīr, X, p. 628.
  • 120 Guillaume de Tyr, I, p. 606.

40Quant aux musulmans, ils ne changèrent qu’une dépêche des Francs, mais sans fruit : envoyée en 519/1125 d’Antioche où ils se trouvaient réunis auprès de Josselin de Courtenay, comte d’Édesse et de Baudouin II, fraîchement tiré du fond de la prison où il avait perdu deux ans durant le souvenir du soleil et de la liberté, elle annonçait au château de Hasert (‘Azāz), sur la route d’Édesse, l’imminence de leur arrivée. Comme la place était étroitement assiégée par l’atabeg de Mossoul, Qāsim al-Dawla Āq-Sunqur (Gerfaut blanc) Bursuqī qui se flattait « insolemment de l’emporter d’assaut, et de fouler aux pieds avec mépris la puissance des chrétiens109 » et qu’aucun échange préalable de pigeons ne permettait d’établir la moindre correspondance avec le dehors, les renforts n’avaient pu être invoqués que grâce à un vaillant cavalier. Rassemblant son courage, il se lança d’un coup par-delà les rangs de fantassins et la profonde tranchée creusée autour de la place, emportant dans son sein l’oiseau destiné à ramener le message. Par cet effet de surprise, il trompa la vigilance des Turcs qui gardaient les abords de la porte. Sitôt alertée, Antioche promit du secours à la place assiégée et prit des ailes pour la gagner. Mais le courrier des airs qui portait le message tomba malheureusement dans le camp ennemi. Sa capture permit de substituer à l’original confié à sa garde un faux indétectable sous le nom de Josselin, destiné à briser la frêle espérance des Francs d’être sauvés et à les désoler : comme le roi repoussait une invasion fatimide de Palestine, il ne pouvait libérer leurs murs et les pressait de les livrer aux musulmans. Bien que fine, la ruse fut stérile : le billet réveilla le souvenir du pigeon de Tyr de l’année passée et mit la garnison en méfiance. Préférant la guerre à la honte, elle défendit courageusement sa liberté dans l’attente des secours extérieurs qui devaient la délivrer, malgré le manque d’eau, d’hommes, l’assaut des béliers et les coups de pierres lancés par d’énormes mangonneaux qui minaient les murailles. Ils déchiraient même le silence de la nuit qui de coutume suspend la guerre et sépare les combattants110 : sa prudence et sa constance la sauvèrent. Baudouin II survint à point porter secours au peuple chrétien : la citadelle n’offrait plus aux regards « qu’un monceau de ruines prêt à tomber entre les mains des infidèles111 ». Ses troupes, cependant, ne comptaient que 5 800 guerriers, 1 800 cavaliers, dont 1 300 francs et 500 arméniens, et 4 000 fantassins112, alors que l’ennemi menait une nuée d’hommes : 40 000, presque sept fois plus. Ces derniers les cernèrent et se ruèrent sur eux avec des cris terribles, « comme un aigle qui fond sur une troupe de colombes113 ». Mais une ruse favorisa le triomphe des chrétiens : une fuite fut simulée, puis une embuscade tendue aux musulmans. Ils fondirent sur les assaillants qu’ils avaient aux trousses114 et « les firent passer sous le tranchant du glaive », si bien qu’ils s’égaillèrent au loin sur la plaine. Josselin devint « pareil à un lion rugissant qui poursuit des bœufs, se jeta sur eux et se gorgea de sang115. » Le nombre des musulmans tombés dans la funeste bataille fut incalculable, sans parler des captifs. Mais il varie suivant les sources d’un à cinq, comme si les vainqueurs n’avaient pas compté les morts dont la terre avait bu le sang, les vaincus dressé la liste des absents érigés en martyrs. Les chrétiens ont certainement gonflé la masse des corps laissés sur place pour magnifier la victoire : 5 000, suivant Matthieu d’Édesse116, près de 2 000, suivant la chronique syriaque anonyme de 1234117, ou 2 000 seulement, suivant Guillaume de Tyr118. Mais les musulmans ont considérablement réduit les pertes pour dissimuler l’ampleur de la défaite : à peine plus de 1 000119. De même, les chrétiens ont minimisé le nombre des victimes pour voiler les calamités du jour sanglant : elle ne leur avait coûté que 24 hommes120.

  • 121 Matthieu d’Édesse, p. 145 ; AAC, p. 75.
  • 122 Ibn al-Aṯīr, X, p. 633-634 ; Ibn al-’Adīm, II, p. 234-235 ; Buġya, IV, p. 1969 ; Ibn Ḫallikān, I, (...)

41Lâchant ses lambeaux d’armée, Āq-Sunqur déserta le combat pour fuir le péril : il prit des ailes pour gagner Alep, échappant des mains des Francs qui se lancèrent à sa poursuite à bride abattue jusqu’au pied des murs sans parvenir à le rattraper121. Mais ce galop furieux ne prolongea que légèrement le cours de sa vie : l’année suivante, elle fut brusquement interrompue dans la vieille mosquée de Mossoul. Une poignée d’ismā‘iliens revêtus des habits de laine des ascètes et dont l’humble déguisement n’avait pas soulevé la méfiance de ceux qui le respectaient fondirent sur lui dans l’enceinte réservée (maqṣūra), à l’ombre du minbar. Ils sortirent les poignards cachés sous leur bure en les tirant probablement de leur sein pour les lui plonger sauvagement à travers sa cotte de mailles et au milieu de ses gardes : les assassins le punissaient d’avoir injustement arraché leurs compagnons à la vie et vengeaient leur mort dans son sang. Il fut porté dans sa demeure où il rendit, le jour même, son dernier soupir. Il aurait peut-être échappé aux coups fatals, s’il était resté au logis, comme ses familiers l’en avaient pressé, frappés par un présage après le rêve funeste qu’il leur avait conté : des chiens avaient sur lui fondu, et il en avait tué certains et blessé d’autres. Mais le conseil profond fut stérile et le songe même inutile : il ferma l’oreille à la voix de ses amis, refusant de manquer la prière du vendredi122.

42La substitution des billets est ignorée des sources arabes et latines : seule la chronique syriaque anonyme de 1234 en a transmis le souvenir. Elle a dû reprendre une œuvre plus ancienne, probablement la même dont fut tiré le changement des messages de Tyr l’année précédente.

  • 123 AAC, trad. A. Abouna, p. 74. Une traduction anglaise est également donnée dans Tritton et Gibb, p. (...)

« Ceux de l’intérieur furent en grande difficulté, personne ne pouvait ni entrer ni sortir. Alors un homme, pris d’une grand zèle, dit : “Avec l’aide de Dieu, je m’en vais porter la nouvelle de notre détresse au roi et hâter sa venue.” On lui promit que, s’il rentrait sain et sauf, on lui accorderait tel et tel bien. Cet homme rassembla son courage, monta un cheval robuste, prit en main une épée et mit un pigeon dans son sein, puis il sortit tout à coup, comme un éclair, par la porte. Il sauta sur les rangs des fantassins qui gardaient en groupes. Ils avaient creusé une tranchée profonde autour de la place. Le cheval sauta avec force au-dessus de la tranchée et passa de l’autre côté. Lorsque les ennemis l’aperçurent ils l’attaquèrent de toutes parts mais ils ne purent le saisir. Il vint donc à Antioche et informa le roi de la détresse des habitants de ‘Azāz. Les Francs, résolus et confiants en Dieu, se mirent en route pour s’y rendre. Ils envoyèrent par l’intermédiaire du pigeon un message disant : “D’ici à tel jour nous serons chez vous. Soyez forts et ne vous affaiblissez pas.” Mais lorsque le pigeon arriva, il tomba dans le camp des Turcs. Ils lurent le message et écrivirent à sa place, comme de la part de Josselin : “Rien à espérer de nous ; le roi est occupé avec les ennemis égyptiens qui l’entourent. Obtenez donc des serments pour la sauvegarde de vos vies et livrez la place.”
Quand ceux de l’intérieur lurent le message, ils eurent des doutes à son sujet et dirent : “Nous allons encore patienter, de peur qu’il ne nous arrive comme l’affaire de pigeon de Tyr et que la lettre ne soit fausse !” Ils se disposèrent à attendre tant qu’ils le pourraient, et à mourir plutôt que de se livrer123. »

43Si la falsification du billet des croisés par Āq-Sunqur fut vaine, celle qu’opéra deux ans plus tard Zengī, l’atabeg de Mossoul, lui permit de triompher par la perfidie. Résolu à soumettre la dynastie turque des Artuqides qui lui avait été souvent hostile, il marcha contre l’imposante Naṣībīn (l’antique Nisibe), en Haute-Mésopotamie (Ğazīra), aujourd’hui Nusaybin en Turquie, dont le Hirmās (devenu Ğaġğaġ) lavait le pied des murailles et dont la place stratégique contrôlait depuis des siècles le passage de la route d’Édesse. À peine le vit-on au lointain s’approcher des murs pour les environner que son émir Timurtāš b. īl-Ġāzī courut de Mārdīn, dont il était le seigneur, demander des secours à son cousin Rukn al-Dawla, l’émir de Ḥiṣn Kayfā, sur la rive droite du Tigre (l’actuel Ḥasan Keyf, en Turquie) : il s’offrit à l’aider et lui promit des renforts pour sauver la cité des mains de l’ennemi. Revenu à Mārdīn, il lâcha des messagers ailés pour annoncer l’arrivée imminente des troupes et les exhorter à défendre la ville encore cinq jours. Mais par un étrange hasard, le seul qui prit le chemin du nid quitta le ciel pour la terre avant d’en franchir les murs : il alla se reposer sur une tente ennemie face à celle de Zengī, alors qu’il ne pouvait être moulu par son voyage dans les airs, les deux villes n’étant qu’à moins d’une heure de distance (près de 50 km à tire-d’aile). Cette halte ultime permit de le capturer avant qu’il ne fût remonté au ciel. Le billet saisi fut changé : Naṣībīn devait résister et tenir encore plusieurs jours qui ne pouvaient en dépasser vingt (au lieu des cinq du message original). Par la ruse abusé, le peuple assiégé sombra dans un cruel désespoir : comme le secours promis parut tardif, il préféra ouvrir la ville à l’ennemi, plutôt que défendre sa liberté, ignorant qu’une armée rassemblée en hâte accourait pour délivrer ses murs. Ce récit est rapporté par Ibn al-Aṯīr.

  • 124 Ce surnom posthume devait abusivement désigner Zengī : il ne trouva pas la mort sur le champ d’hon (...)
  • 125 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646. Même récit dans Bāhir, p. 36 ; et Atabecs, p. 67-68. Substitution de bille (...)

« Puis Zengī marcha de Ğazīra sur Naṣībīn qui appartenait à Husām al-Dīn Timurtāš, le maître de Mārdīn. Lorsqu’il y mit le siège, Ḥuṣām al-Dīn se rendit auprès de son cousin Rukn al-Dawla Dāwūd b. Suqmān b. Artuq, maître entre autres de Ḥiṣn Kayfā. Il implora son aide contre l’atabeg Zengī : il la lui promit lui-même et rassembla ses troupes, alors que Timurtāš regagnait Mārdīn. Il envoya des billets sur ailes d’oiseaux à Naṣībīn : il informait les troupes qui s’y trouvaient que son cousin et lui viendraient vers eux avec de nombreuses troupes pour écarter d’eux ‘Imād al-Dīn et leur donnait l’ordre de défendre la ville pendant cinq jours.
« Alors que l’atabeg se trouvait dans sa tente, le pigeon s’abattit sur une autre en face d’elle. Il ordonna de le chasser : il vit sur lui un billet. Il le lut et en apprit le contenu, puis il ordonna d’en écrire un autre où il disait : “Je me suis rendu auprès de mon cousin Rukn al-Dawla. M’ayant promis aide, il rassemble les troupes et ne tardera plus de vingt jours à venir.” Il leur ordonnait de défendre la ville pendant ce temps jusqu’à leur arrivée. Zengī mit le billet sur l’oiseau et l’envoya : il regagna Naṣībīn. Lorsque ceux qui s’y trouvaient en lurent le contenu, ils sombrèrent dans le désespoir : ils savaient qu’ils ne pouvaient défendre la ville pendant ce temps. Ils envoyèrent au martyr124 un messager pour faire la paix et lui livrèrent la ville : ainsi le projet de Timurtāš et de Dāwūd se révéla vain. Cette chose est une les plus étranges qu’on puisse entendre125. »

LE PIGEON REMPLACÉ

  • 126 Sibṭ, VIII/II, p. 725, évoque l’échange sous le verbe yasriqu.
  • 127 Sibṭ, loc. cit., est le seul à rapporter cette histoire.
  • 128 Nuwayri, XXIX, p. 259-260 ; Ibn al-Dawādāri, VII, p. 336.
  • 129 Abū 1-Maḥāsin, VI, p. 312.

44Plus habile était de changer message et messager, autrement dit « le vol126 », comme l’avait fait en 637/1239, le maître ayyoubide de Baalbek, ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl : par des messages réitérés, son neveu, le souverain de Damas, Ṣāliḥ Nağm al-Dīn Ayyūb, pressait vainement son départ vers Naplouse pour lui prêter son bras et fournir des soldats à la guerre allumée contre son frère cadet, ‘Ādil, le sulṭān d’Égypte que l’on prit coutume de surnommer le Jeune (al-Ṣaġīr) pour le distinguer de son illustre grand-père. Mais il était lent à venir : aussi finit-il par lui dépêcher le médecin Sa‘d al-Dīn pour l’attirer au combat et lui confia une cage pleine de pigeons pour l’instruire des faits quotidiens. Comme l’envoyé était descendu chez le maître de Baalbek, ils furent, sur l’ordre du vizir, Ibn Ġazāl127, subrepticement troqués à son insu, contre d’autres originaires de Baalbek pour empêcher les secrets de la citadelle de s’envoler vers Naplouse. La vérité longtemps captive finit effectivement par éclater : le médecin ne tarda pas à surprendre les plans cachés de ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl qui le retenaient de rejoindre son neveu pour lui fournir des hommes contre le proche ennemi : il préparait la conquête de Damas que le départ de son souverain pour Naplouse avait laissée sans armée et faisait des levées à cet effet. De plus, il avait dans l’ombre dépêché des espions à son neveu ‘Ādil, pour lui confier son dessein et promettre allégeance : le sermon du vendredi et la monnaie battue en son nom, s’il arrachait la ville des mains de son oncle et l’y nommait gouverneur. Mais les billets du médecin, au lieu de prendre le chemin de Naplouse, gagnaient le proche colombier de la place : ils étaient alors remplacés par des faux messages annonçant l’imminence de la venue de ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl pour calmer l’impatience du neveu et l’endormir. Aussi, il semble n’avoir jamais flairé le mensonge. Cependant, suivant une version divergente128, l’ambassadeur remettait les dépêches entre les mains du gardien ; celui-ci, au lieu de les expédier, les tendait au vizir qui leur substituait des plis menteurs. Grâce à sa perfidie secrète, le maître de Baalbek trompa longtemps son oncle et recouvra Damas, dont il avait été naguère dépossédé. Mais Ṣāliḥ eut une meilleure fortune : il devint, l’année même, sulṭān d’Égypte. Il chassa du trône son frère ‘Ādil pour le bannir de la lumière dans la prison de la citadelle du Caire où il traîna pendant près d’une décennie. Ses jours furent finalement abrégés en 645/1248 : on publia qu’il s’y était pendu, alors qu’on l’avait dans l’ombre étranglé129. Mais nombre d’oreilles durent restées fermées à ces bruits de ville. Des nombreux historiens qui narrent l’étrange tromperie secrètement ourdie, Ibn Wāṣil livre le récit le plus clair :

  • 130 Ibn Wāṣil, V, p. 220-222. Une traduction infidèle de ce passage a été donnée par Blochet, ROL, X, (...)

« Comme Malik Ṣālih ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl, l’oncle paternel de Malik Ṣāliḥ Nağm al-Dīn, tardait à venir, il lui dépêcha le médecin Sa’d al-Dīn Dimašqī pour presser son arrivée à Naplouse. Il lui confia une cage contenant des pigeons pour l’instruire des nouvelles au jour le jour. Mais il arriva une histoire extraordinaire dont on ne connaissait pas d’équivalent : lorsque Sa‘d al-Dīn le médecin parvint à Baalbek, Malik Ṣālih Ismā‘īl le fit descendre chez lui et remplaça les pigeons de sa cage par des pigeons de la citadelle de Baalbek, sans que Sa‘d al-Dīn s’en aperçût. Malik Ṣāliḥ Ismā‘īl se mit à préparer la prise de Damas en rassemblant solennellement hommes et troupes pour s’emparer de la ville. Sa‘d al-Dīn réalisa ce qu’il faisait : il écrivait alors des dépêches à son maître, Malik Ṣālīh Nağm al-Dīn Ayyūb, pour lui révéler ce qu’il voyait de la trahison de Malik Ṣāliḥ ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl et ses efforts pour s’emparer de Damas, qu’il attachait aux ailes des pigeons qui regagnaient leur colombier. Le gardien les en détachait pour les porter à Malik Ṣāliḥ Ismā‘īl ; celui-ci ordonnait alors de les remplacer par d’autres au nom de Sa‘d al-Dīn qu’on attachait aux ailes des pigeons qui se trouvaient dans sa cage : il y affirmait que le maître Malik Ṣāliḥ ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl était soucieux de rejoindre en personne l’armée victorieuse à Naplouse et que son arrivée auprès du sulṭān ne saurait tarder. Les pigeons parvenaient au sulṭān Malik Ṣāliḥ Nağm al-Dīn qui, rassuré, attendait la venue de son oncle paternel Malik Ṣāliḥ. Grâce à cette manœuvre, Malik Ṣāliḥ Ismā‘īl accomplit ce qu’il voulait en rassemblant hommes et troupes pour s’emparer de Damas130. »

UNE TROMPERIE DÉJOUÉE PAR LA FUREUR DU VENT

  • 131 Iḍris, I, p. 355.
  • 132 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 90/p. 555 ; Iḍris, I, p. 348.
  • 133 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125/p. 562, 563 ; Nuwayri, XXIV, p. 247 ; Abū l-Fidā, III, p. 19 ; Iḍris, I, p (...)

45Il n’était pas nécessaire de falsifier la dépêche si le pigeon était pris avant d’être mis en liberté : on pouvait alors lui confier un billet authentique portant un faux bruit. En 543/1148, Roger II arma une impressionnante flotte de galères (šīnī) (de 150 à 350, suivant les sources)131 qui fendit la vague pour enlever Mahdiyya. Le roi de Sicile violait cependant le traité de paix renouvelé en 536/1140-1141 : il n’expirait que dans deux ans132. Mais l’occasion semblait propice à l’invasion : depuis 537/1141-1142, une aridité effroyable s’était emparée de l’ensemble du Maghreb, si bien que soufflait le vent sec de la disette qui atteignit son paroxysme en 542/1147. Les campagnes devinrent des déserts : aussi la faim chassa-t-elle des flots d’infortunés vers la Sicile qui leur ouvrit son sein pour la calmer. Puis l’hiver fut si rude que des hommes consumés par la famine furent réduits à dévorer des chairs humaines133.

  • 134 Ibn al-Aṯīr, X, p. 612/p. 548 ; Iḍris, I, p. 335.
  • 135 Tiğānī, p. 340 ; Wazīr, I/II, p. 475.
  • 136 Iḍris, I, p. 353.
  • 137 Salāmat al-muslimīn min al-qatl wa l-isr hayr ilayya min al-mulk wa l-qasr, tels furent ses propos (...)
  • 138 Sur sa prise par les Normands, voir Iḍris, I, p. 350-352.
  • 139 Ibn ‘Idārī, I, p. 313/I, p. 471.

46La flotte parvint à Qawṣara (Pantelleria) qui n’était plus un bout d’Afrique au cœur de la Méditerranée, depuis que Roger II l’avait prise et pillée en 517/1123134 pour la rattacher à la Sicile qui lui fait face par-delà la mer. Elle s’empara d’un navire de la capitale ziride rencontré dans ses eaux : la conquête normande n’avait pas suspendu les relations, et des traversées devaient continuer à lier l’île au continent africain. On découvrit à bord des messagers que l’on avait omis de sauver de l’ombre et de la captivité pour les empêcher de servir les desseins de l’ennemi. L’amiral Georges d’Antioche somma le préposé de tracer de sa main une dépêche pour égarer le maître de l’Ifriqiya en prétendant l’éclairer et lui faire accroire que tout danger était dissipé : l’escadre normande avait mis le cap à l’est vers les îles de Constantinople, alors qu’elle cinglait sur la proche Afrique à deux journées de voile et peut-être moins, s’il soufflait au voyage un bon vent. Par cette nouvelle mensongère qu’emporta l’oiseau sur la mer, il espérait endormir la vigilance du souverain pour enlever la ville abandonnée au sommeil avant que la lumière ne remplaçât les ténèbres. Mais un imprévu troubla son dessein. Aussi, il ne put devancer l’aurore et l’effet de surprise qui promettait la victoire la fit avorter : un vent cruel soudain s’éleva (contraire aux chrétiens, mais propice aux musulmans qui le crurent par le ciel soulevé, si bien qu’ils auraient pu le qualifier de « vent divin » ou « vent d’Allah »), le terrible sirocco, qui repoussa violemment les galères. Il fallut dérober les voiles à sa furie et mettre les rames aux flots. Aussi, la ville les découvrit de loin après l’aube nouvelle. Comme la violence du vent d’Afrique leur fermait le chemin du port135, Georges d’Antioche envoya un messager pour dissimuler son dessein et forger un fallacieux prétexte : il était venu demander quelque secours pour venger leur allié, le jeune émir de Gabès, Muhammad b. Rušayd, et le remettre au trône laissé par son père, dont son affranchi Yūsuf l’avait chassé. L’usurpateur s’était pourtant empressé d’offrir ses services à Roger II136. Mais la cause inventée du voyage fut loin d’abuser le maître de Mahdiyya. Comme la ville n’avait qu’un mois de vivres, toute résistance parut vaine : le souverain préféra sauver les musulmans de l’esclavage et de la mort plutôt que de jouir de son royaume et de son palais137 : le souvenir du cruel carnage de la proche Tripoli, la Tripoli de Barbarie en 541/1146 n’était pas mort dans sa mémoire ; deux ans n’avaient pu en effacer la victoire chrétienne achetée au prix de torrents de sang138. Lorsque le vent perdit sa fureur et que la flotte put aborder le port, les Normands en quittant les navires et la mer trouvèrent les murs de la ville vides d’habitants : ils les occupèrent sans rencontrer âme qui vive ni verser une goutte de sang et les pillèrent deux heures durant. La guerre finit avant même de commencer : le courage est inutile si la bataille est d’avance perdue et les résistants vaincus. Cette prise de Mahdiyya fut enregistrée gravement dans les chroniques et les annales sous le titre de « catastrophe du jour du lundi » (kā‘inat yawm al-iṯnayn)139.

  • 140 Ibn af-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayri, XXIV, p. 249 ; Abu 1-Fidà, III, p. 19 ; Iḍris, I, p. 357 (...)
  • 141 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayri, XXIV, p. 249 ; Wazīr, I/II, p. 476 ; Iḍris, I, p. 358.
  • 142 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayrī, XXIV, p. 249 ; Abū l-Fidā, III, p. 20 ; Wazīr, I/II, p. (...)
  • 143 Ibn Ḫaldūn, VI, p. 344 ; Histoire des Berbères, II, p. 38.

47Mais cette ville désertée n’était que mirage : nombre de musulmans avaient refusé l’exode et s’étaient cachés, les uns chez des chrétiens, les autres dans les églises ; les concubines du souverain fugitif furent découvertes au sein du palais140. Dès le jour qui suivit la paisible invasion, les cœurs des musulmans furent conquis de bienfaits et de justice : les premiers surgis dans les murs et les bédouins des environs reçurent or et blé141. Puis les habitants qui avaient cru trouver leur salut dans la fuite se hasardèrent à revenir, tourmentés par la soif, épuisés de faim, dès l’arrivée du sauf-conduit envoyé par l’amiral et des montures destinées à ramener les enfants142. Telle était la politique de Roger II dans ses conquêtes des bords d’Afrique : il laissait les vaincus dans les cités prises qu’il réduisait en provinces de Sicile en leur donnant pour gouverneur un des leurs143.

48Ce fut le début de la fin des Zirides, dont la dynastie avait dépassé 182 années lunaires. Mais les Normands devaient abandonner douze ans plus tard les murs conquis sans gloire et la terre étrangère d’Afrique où ils n’avaient jamais été que des étrangers : en 555/1160, le calife almohade ‘Abd al-Mu‘min les ôta de leurs mains pour arracher les musulmans du joug de la servitude et leur rendre l’ancienne capitale que les chrétiens leur avaient enlevée.

  • 144 K. al-ğam‘ wa l-bayān fi aḫbār al-Qayrawān..., M. Talbi, EI2, III, p. 958 (Ibn Shaḍḍād). À ne pas (...)

49Ce récit ample et copieux provient de la chronique perdue de Kairouan d’Ibn Šaddād144. Allié aux Zirides, il était à même de narrer les événements qui avaient dû se passer en partie sous ses yeux. Sa relation a été reprise par divers auteurs, et en premier lieu par Ibn al-Aṯīr.

  • 145 La version de Nuwayri, XXIV, p. 248, reproduit une phrase omise par Ibn al-al-Aṯīr : « Nous voulon (...)
  • 146 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125-126. Trois traductions ont déjà été données : la première dans RHC, Or., I (...)

« La flotte quitta la Sicile et parvint à l’île de Qawṣara, entre Mahdiyya et la Sicile, où elle tomba sur un navire venu de Mahdiyya. Ceux qui se trouvaient à bord furent pris et amenés à Georges d’Antioche, le commandant de la flotte, qui les interrogea sur l’état de l’Ifrīqiya. Une cage de pigeons fut découverte sur le navire. Il leur demanda s’ils en avaient déjà envoyé un : ils jurèrent que non. Il somma alors l’homme commis à leur soin d’écrire de sa main : “Parvenus à l’île de Qawṣara, nous y avons trouvé des navires de Sicile. Nous étant enquis de la flotte hérétique, on nous apprit qu’elle a fait voile pour les îles de Constantinople.”
Le pigeon libéré parvint à Mahdiyya : l’émir Ḥasan et son peuple s’en réjouirent. Voulant les surprendre, Georges leva l’ancre : il estimait aborder Mahdiyya au point du jour pour l’investir avant la sortie des habitants. Si cela s’accomplissait, nul ne devait en réchapper. Mais Dieu très haut décréta d’envoyer contre eux un vent violent qui contraria leur marche : ils ne purent avancer qu’à l’aviron. Le jour se leva le 2 ṣafar cette année avant leur arrivée. Les hommes les virent. Voyant son coup manqué, Georges envoya dire à l’émir Ḥasan : “Je n’amène cette flotte que pour demander vengeance pour Muhammad b. Rušayd, le maître de Gabès, et lui rendre son trône. Quant à toi, des traités et une alliance nous lient encore145. Nous voulons de toi des troupes qui nous accompagnent”146. »

UNE FAUSSE NOUVELLE NE TROMPE PAS TOUJOURS LE DESTINATAIRE

  • 147 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344, semble le seul à en signaler l’existence.
  • 148 Ibn Ḥağar, III, p. 151.
  • 149 En 727/1327, deux ponts enjambaient le Tigre, Ibn Baṭṭūṭa, II, p. 105 ; et bien davantage sous les (...)
  • 150 Décrit par Valle, I, p. 372/11, p. 219. Il ne pouvait tenir sans les deux gros bateaux de la rive (...)
  • 151 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1174 ; Ibn Ḥağar, III, p. 157 ; Manhal, I, p (...)
  • 152 Aubin, p. 304.

50Un premier billet véridique pouvait continuer à donner du soupçon, même si le second venait à le démentir. Ainsi, en šawwāl 795/août 1393, la dépêche qui annonçait positivement un danger pressant en prévenant le sulṭān ğalāyiride, Aḥmad b. Uways, de l’avance fulgurante de Tamerlan sur Bagdad fut suivie d’une autre qui la rectifiait : les immenses tourbillons de poussière qui souillaient l’horizon n’étaient pas produits par les troupes mongoles en marche, mais par les troupeaux des Turcomans entraînés dans leur fuite de l’ennemi de ce côté. Elle émanait des gens du lieu : le fidèle émissaire qui avait emporté en s’éloignant des messagers volants l’avait trahi pour passer à l’ennemi, comme les reconnaissances envoyées pour éclairer les chemins de la capitale147. La lettre destinée à tromper infailliblement le maître de Bagdad fut cependant sans fruit : le sulṭān la prit en méfiance, écoutant d’instinct la vraie alarme et fermant l’oreille à la fausse nouvelle. Aussi résolut-il de quitter le trône pour l’exil. Sa prudence sauva ses jours : se jetant dans le Tigre, il atteignit à la nage la rive opposée148. Pour protéger sa fuite, il coupa le seul pont qui joignait encore les deux côtés de la ville149, un immense pont flottant (ğisr) jeté sur de gros pontons reliés par des chaînes de fer150, que la violence des crues pouvait rompre sans détruire, alors qu’elle emportait les arches de pierre (qanṭara) ; il coula quelques-uns des bateaux qui le formaient et groupa le restant sur la berge droite. Mais le Tigre n’arrêta pas les Mongols : ils passèrent de l’autre côté à la nage151, malgré son lit immense qui frise 250 m. Blessé par sa fuite, Tamerlan lâcha finalement l’ombre d’un regret en laissant tomber ces mots dans l’intimité : « Si dès l’instant de ma venue, je m’étais jeté à l’eau pour traverser le fleuve, le sultan Aḥmad eût été pris152. »

  • 153 Manhal, I, p. 233 ; Ṣayrafi, I, p. 363-364.
  • 154 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1174 ; Ibn ‘Arabšāh, (...)
  • 155 Ibn ‘Arabšāh, p. 123-124.
  • 156 Aubin, p. 303.
  • 157 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Sulūk, III/II, p. 788 ; Manhal, I, p. 232-233 ; Ṣayrafi, loc. cit.
  • 158 Ibn al-Furāt, IX/II, loc. cit. ; Ibn Ḥağar, III, p. 156 ; Ibn Iyās, I/II, p. 461.

51L’ennemi poursuivit le sultan fugitif trois jours durant à bride abattue et l’atteignit à Hilla, où il fut battu, ses biens pillés, ses femmes violées et capturées, et la majorité de ses compagnons tués ou réduits en captivité. Mais il parvint à s’échapper, avec une poignée de fidèles nus jusqu’aux pieds153. Après avoir franchi l’Euphrate, il rompit le chapelet des bateaux qui conduisait d’une rive à l’autre pour interdire aux Mongols de passer les eaux1154, comme il avait coupé le passage du Tigre. Mais cette nouvelle barrière ne les freina pas plus : ils poussèrent leurs chevaux dans l’onde jusqu’à la tête ; comme le terrain venait à manquer sous leur pied, ils les firent nager en leur compagnie. Ainsi, le fleuve fut hardiment franchi, à la faveur de la décrue de la fin d’été : la montée du printemps aurait tranché le chemin des Mongols ; ils auraient peut-être péri dans les eaux. Malgré l’audace et l’adresse dont ils brillaient, ils ne purent saisir le sultan déchu155 qu’ils devaient prendre mort ou vif156, pour libérer la capitale du funeste tyran : elle avait invité Tamerlan, après la prise de Tabrīz, à pousser ses conquêtes jusqu’à Bagdad157 et lui avait même ouvert les murs pour qu’il pût s’en emparer sans effusion de sang humain158. En clair, elle avait appelé les mains ennemies pour assouvir l’éternelle haine qu’elle gardait au cruel despote.

  • 159 Ibn al-Furāt, loc. cit. ; Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1084, 1174 ; Ibn ‘Arabšā (...)
  • 160 Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084, 1175 ; Ibn Ḥağar, II (...)
  • 161 Ibn Duqmāq, I, p. 288, 289, 290, 291 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 345-346, 349 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 10 (...)

52Par un galop furieux, le fuyard parvint au mausolée de ‘Alī à Nağaf à trois jours de la capitale159. Puis il remonta vers le nord pour gagner la Syrie : Raḥba160 et Alep pour un bref séjour. Finalement, il s’en fut dans une cité lointaine : Le Caire, où le sulṭān Barqūq le combla de bienfaits et d’honneurs161.

  • 162 Manhal, I, p. 240 ; Abū l-Maḥāsini, XIII, p. 181 ; Saḫāwī, I, p. 245 ; Aubin, p. 309 ; Huart (1876 (...)
  • 163 Huait (1876), p. 323, 338.
  • 164 Dūna aqall al-qurā, selon les termes de Maqrīzī, Sulūk, IV/III, p. 1176 ; Aubin, p. 309.

53La mort de Tamerlan en 807/1405 devait ramener le tyran féroce de son long exil, traîné de ville en ville. Il reprit à Bagdad son trône perdu, mais ne le garda que six ans : sa soif de sang finit par lui être fatale quand l’Orient devint las de ses crimes. Capturé en 813/1410, il fut étranglé sur l’ordre du souverain de Tabrīz, Qarā Yūsuf162, qui avait pourtant vécu à l’ombre du tyran en Egypte : il violait ainsi le serment et la promesse qui les liaient depuis ce temps où ils goûtaient les fruits amers de l’exil s’ils venaient à recouvrer les terres dont Tamerlan les avait dépouillés163. Ainsi finit la dynastie des Ğalāyirides : environ deux ans plus tard, la capitale tomba sous le joug des Turcomans, les Qarā-Qoyunlus (« Moutons noirs »), qui l’entraîna dans un long déclin. En 843/1439, l’ancien nombril du monde qui comptait jadis plus d’habitants que certains royaumes du temps, mais qui n’avait dû retenir de ses lointaines splendeurs que des ruines, était tombé plus bas que le dernier des villages164. L’Orient lui refusait le nom de ville.

54Le récit du faux avis est narré dans l’histoire de Tamerlan de Yazdī.

  • 165 Yazdī, I, p. 449-452, trad. Chahrayar Adle. Une version légèrement différente figure dans Mīr-Ḫwān (...)

« Le vendredi 13 šawwāl 795, Tamerlan partit pour la conquête de Bagdad. Parvenu au tombeau d’Ibrāhīm Yaḥyā connu sous le nom de Buq‘eh-ye Ibrāhīm-i Lak, l’émir demanda aux habitants du lieu s’ils avaient envoyé un pigeon. Ils répondirent : “Oui, en voyant la poussière soulevée par les troupes, nous avons lâché un pigeon pour annoncer son arrivée.” Le Maître des Conjonctions des étoiles demanda un second pigeon et leur commanda de rédiger un autre message en y précisant que “la poussière que nous avons vue de loin s’est révélée, après investigation, avoir été soulevée par des bêtes des Turcomans qui avaient fui les troupes pour venir de ce côté.” Le message fut attaché à l’aile de l’oiseau qu’on lâcha. Lorsqu’il atteignit Bagdad, le sultan Aḥmad fut sur le coup quelque peu rassuré, sans lui faire cependant entièrement confiance. S’appuyant sur la nouvelle apportée par le premier pigeon, il continua à faire traverser le fleuve à ses équipements...
« Tamerlan, après avoir parcouru d’un seul trait les 27 parasanges légales qui séparent le mausolée d’Ibrāhīm de Bagdad, arriva le samedi 21 du mois mentionné à Bagdad. Après le passage du Tigre, le sultan Aḥmad avait coupé le pont et coulé les barques. Il s’enfuit en voyant Tamerlan arriver sur l’autre rive ; ce dernier franchit les eaux et alla s’installer dans la demeure du sultan Aḥmad165. »

Notes

1 Sur ces événements, voir Dachraoui, p. 171-172.

2 Qādī Iḍris, p. 286. Ce récit est également évoqué par Dachraoui, p. 316.

3 Maqrīzī, II, p. 232. Ce passage a été également traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 n.

4 Maillet, in ses mémoires publiés de son vivant par l’abbé Le Mascrier, p. 143-144.

5 Fabri, trad. R. P. J. Masson, II, p. 482-483.

6 Terme tantôt rendu par épervier, et tantôt par faucon, que l’on appelait falco, Fabri, III, p. 1000.

7 Comme le prédateur qui avait poursuivi une colombe à l’intérieur du collège où Faḫr al-Dīn Rāẓī dispensait son enseignement à Ḫwārizm, Ibn Ḫallikān, IV, p. 251 ; repris par Damīri, I, p. 261.

8 Ce ne semble pas devoir être Laugier d’Agoult : tardivement rallié à la première croisade vers 1102, il ne deviendra évêque d’Apt qu’autour de 1130, Cartulaire, p. 23.

9 Aguilers, p. 135-136, trad. François Guizot, CMHF, XXI, p. 358-359, revue par Henri Bresc. Une traduction a été également donnée par Hill et Hill, p. 114-115 ; une autre, partielle, par Edgington, p. 170. Récit également évoqué par Fabri, II, p. 482-483 ; Michaud (1825-1829), I, p. 398-399 ; Riant, p. 195, CXXX ; Runciman, I, p. 276. Cet épisode de la colombe recueillie aux environs de Césarée a été immortalisé par Le Tasse dans un admirable passage de La Jérusalem délivrée, chant XVIII (49-53), où l’évêque d’Apt est devenu Godefroi de Bouillon.

10 Ṣafadī, X, p. 77 ; M. Canard, EI2, I, p. 891 (Badjkam).

11 Miskawayh, II, p. 10/II, p. 10 ; Hamdānī, p. 121-122 ; ‘Uyūn, IV/II, p. 354 ; Ibn al-Ğāwzī, XIV, p. 13 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 371 ; Ḏahabī (an. 321-330), p. 64. Mais M. Canard, EP, I, p. 891 (Badjkam), prétend que ces Kurdes étaient des brigands qui l’avaient assailli : une telle ineptie est indigne d’un si grand savant.

12 Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458-459. Passage résumé par Hamdānī, p. 116.

13 Grousset, I, p. 261 ; Chéhab, I, p. 76, 77.

14 Chéhab, I, p. 73-74.

15 Guillaume de Tyr, II, p. 791, XVII, 22 ; trad. Zerner, p. 638 ; Prawer (1969), I, p. 306,408.

16 Chéhab, I, p. 61-63.

17 Comme le déclarait Ibn Ğubayr, p. 304/p. 356.

18 Guillaume de Tyr, I, p. 591-592, XIII, 5 ; trad. Zerner, p. 572.

19 Ville décrite par maintes sources, voir notamment Guillaume de Tyr, p. 591-592 ; trad. Zerner, p. 572-573 ; AAC, p. 71 ; Ibn Ğubayr, p. 304-305/p. 357.

20 Chéhab, I, p. 84-85.

21 Grousset, I, p. 261 ; Chéhab, I, p. 77.

22 Chéhab, I, p. 79, 80.

23 « In grandine sagittarum », Albert d’Aix, Chéhab, I, p. 79.

24 Chéhab, I, p. 77.

25 Idem, I, p. 85.

26 Sur les différentes dates, voir Chéhab, I, p. 92-93, 94, 95. Sur ce siège de Tyr, voir Grousset, I, p. 261-264 ; Chéhab, I, p. 76-96.

27 Chéhab, I, p. 95.

28 Grousset, I, p. 264 ; Chéhab, I, p. 96.

29 Ibn al-Aṯīr, X, p. 489. On dispose de deux traductions, l’une dans RHC, Or., I, p. 285, l’autre dans Chéhab, I, p. 86. Récit évoqué par Röhricht (1898), p. 93-94 ; Grousset, I, p. 263 ; Runciman, II, p. 94.

30 Les pigeons parisiens qui rentraient au colombier de la rue Simon-Lefranc se posaient couramment sur la tour Saint-Jacques ; ceux qui regagnaient la rue de Clichy, sur l’Arc de triomphe. Une fois, un messager fourbu s’abattit sur la statue de Hoche au jardin du Carrousel. Comme la foule cherchait à s’en emparer, il alla se reposer sur l’épaule de Masséna, Mallet, p. 106-107.

31 Ohsson, III, p. 373-374 ; Amitai-Preiss, p. 60.

32 Rāšīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; trad. Quatremère revue par Chahrayar Adle, p. 387. Une version abrégée situant l’événement l’année d’après est reprise par Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348. Ce récit est également évoqué par Ohsson, III, p. 372-373.

33 Comme le souligne Barthélemy de Glanville, livr. XII, chap. VII.

34 Yāqūt, I, p. 114 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 481.

35 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156.

36 Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95.

37 Ibn al-Qalānī, p. 170-171 ; trad. Gibb, p. 105-106 ; trad. Le Tourneau, p. 99 ; Matthieu d’Édesse, p. 95 ; Bar Hebraeus, p. 243 ; Cahen (1940), p. 259 ; Runciman, II, p. 118.

38 Ibn al-Qalānisī, p. 171 ; trad. Gibb, p. 106 ; trad. Le Tourneau, p. 99 ; Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 ; Grousset, I, p. 458.

39 Ibn al-Aṯīr, X, p. 481 ; Grousset, I, p. 458.

40 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156. La traduction donnée dans RHC, Or., III, p. 597-598, est fort éloignée du texte. Le récit figure également dans Röhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95, 155.

41 Deschamps, II, p. 17, 120, 225 ; Prawer (1970), II, p. 183.

42 Rey (1871), p. 143, 145 ; Guérin, III/II, p. 55, 56, 57 ; Conder et Kitchener, I, p. 187 ; Grousset, III, p. 658 ; Dean, p. 6 ; Deschamps, II, p. 17, 138, n. 5 ; Hubatsch, p. 183-184, 186-187.

43 Mufaḍḍal, I, p. 539 [197].

44 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 385 ; Ibn al-Furāt, éd. Lyons, I, p. 191/II, p. 151 ; Rey (1871), p. 150 ; Guérin, III/II, p. 57 ; Conder et Kitchener, I, p. 188.

45 Mufaḍḍal, I, p. 539 [197] ; Prawer (1970), II, p. 501.

46 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 386 ; Nuwayrī, XXX, p. 333 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des Sultans Mamelouks, I/II, p. 87, n. 108 ; Ibn al-Furāt, éd. Lyons, I, p. 192/II, p. 151 ; ‘Aynī, II, p. 73, 79 ; Prawer, II, p. 501.

47 Mufaḍḍal, I, p. 542-543 [200-201] ; Prawer, II, p. 501.

48 Comme les décrit Guérin, III/II, p. 54.

49 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayrī, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit.

50 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayrī, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73.

51 Menko, p. 555 ; Röhricht (1884), p. 401.

52 Elles devaient tardivement gagner Berlin, Rey (1871), p. 143.

53 Mufaḍḍal, I, p. 542 [200] ; Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayri, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73 ; Dean, p. 10 ; Prawer (1970), II, p. 502.

54 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Nuwayri, loc. cit. ; Ibn al-Furāt, loc. cit. ; ‘Aynī, II, p. 73, 79.

55 Mufaḍḍal, I, p. 543 [201].

56 Selon les Annales de Terre-Sainte, p. 455 B, il commença le 8 juin et la capitulation fut conclue le 12.

57 Burchardus de Monte Sion, p. 31, témoigne des ruines en 1283.

58 Nuwayri, XXX, p. 332 ; Ibn al-Furāt, loc. cit. Récit évoqué par Reinaud dans Michaud (1829), IV, p. 527 ; Röhricht (1884), p. 401 ; Röhricht (1898), p. 959 ; Deschamps, I, p. 99 ; Hubatsch, p. 188.

59 Isbitār al-Alman, dans Ibn al-Furāt, I, p. 191, mais le dernier mot est altéré dans l’édition d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 385 : al-Arman (Arméniens). Sur cette appellation des chevaliers teutoniques, voir R. Stephen Humphreys, EI2, Supplément, p. 205 (Dāwiyya et Isbitāriyya).

60 Ibn ‘Abd al-Zāhir, P. 385-386.

61 Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223. Un récit divergent est repris par Ṣafadī, XVI, p. 233-234.

62 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 259.

63 Il utilise le terme de ‘abd (serviteur) pour se désigner, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 258, et donne celui d’al-wālid à son père.

64 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 257, 258. Une version légèrement différente figure p. 260.

65 Valle, I, p. 244/I, p. 416.

66 Gonzales, trad. Charles Libois, II, p. 628.

67 Hamdānī, p. 163. Le retour de l’oiseau est également mentionné par Iršād, III, p. 185, sans billet trempé.

68 Jacques de Vitry, p. 70, 71.

69 Barbariche note, dans le langage figuré du Tasse, Jérusalem délivrée, XVIII, 52.

70 Selon les termes de Raoul de Caen repris par Grousset, I, p. 337.

71 Grousset, I, p. 345-352 ; Runciman, II, p. 60, 61, 62.

72 Grousset, I, p. 304-305, 352-356 ; Runciman, II, p. 65-68 ; Deschamps, I, p. 294.

73 Ibn al-Qalānisī, p. 161 ; trad. Gibb, p. 86 ; trad. Le Tourneau, p. 82 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 454 ; RHC, Or., III, p. 535 ; Nuwayrī, XXVIII, p. 265 ; Ibn Muyassar, p. 78 ; Ibn al-Furāt, VIII, p. 78 ; Itti‘āẓ, III, p. 42 ; Grousset, I, p. 350 ; Runciman, II, p. 64.

74 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen (1983), p. 223 ; Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 91 ; trad. Le Tourneau, p. 87.

75 Ibn al-Qalānisī, p. 163 ; trad. Gibb, p. 89 ; trad. Le Tourneau, p. 86 ; trad. Gabrieli, p. 49 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 475-476 ; Sibṭ, VIII/I, p. 27 ; Ṣafadī, XXII, p. 107 ; Ittiāẓ, III, p. 43-44 ; Grousset, I, p. 357 ; Runciman, II, p. 68-69. Mais selon Abu l-Maḥāsin, V, p. 179, elle était refoulée par la flotte franque.

76 Ragheb(1996), p. 189.

77 Grousset, I, p. 305, 357.

78 Suivant Mufaḍḍal, II, p. 528, 530 [364, 366] ; Ibn al-Furāt, VIII, p. 79. Mais seulement sept ans d’après Ibn al-Dawādāri, VI, p. 472.

79 Grousset, I, p. 305, 356-357.

80 Au bruit de l’incendie, Ibn ‘Ammār fondit en larmes, Ibn Abi Ṭayyi’ dans Cahen (1983), p. 222-223.

81 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, p. 163 ; trad. Gibb, p. 89-90 ; trad. Le Tourneau, p. 86 ; trad. Gabrieli, p. 49 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 476 ; Buġya, X, p. 4532 ; Sibṭ, VIII/I, p. 27-28 ; Nuwayri, XXVIII, p. 266-267 ; Ṣafadī, XXII, p. 107 ; Abu 1-Maḥāsin, V, p. 180 ; Grousset, I, p. 358 ; Runciman, II, p. 69.

82 Foucher de Chartres, p. 533 n. o.

83 Foucher de Chartres, p. 533 ; Grousset, I, p. 358 ; Runciman, II, p. 69.

84 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit. ; Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 91 ; trad. Le Tourneau, p. 87 ; Ibn ai-Aṯīr, X, p. 476 ; Sibṭ, VIII/I, p. 28 ; Nuwayri, XXVIII, p. 267 ; Itti‘āẓ, III, P- 44.

85 Et non à Ğubayl (le Gibelet, l’ancienne Byblos), comme le rapporte Ibn al-Qalānisī.

86 Ibn Abī Ṭayyi’ dans Cahen, loc. cit.

87 Ibn al-Qalānisī, p. 164 ; trad. Gibb, p. 90 ; trad. Le Tourneau, p. 87 ; trad. Gabrieli, p. 50 ; Buġya, X, p. 4532-4533 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 476 ; Sibṭ, VIII/I, p. 28 ; Nuwayrī, XXVIII, p. 267 ; Abū 1-Maḥāsini, V, p. 180 ; Deschamps, III, p. 35, 55, 335 ; Runciman, II, p. 64.

88 Ibn al-Aṯīr, X, p. 477 ; Buġya, X, p. 4533 ; Abū 1-Maḥāsini, loc. cit.

89 Wilbrand Oldenbourg, p. 168, trad. Henri Bresc. Une traduction anglaise est également donnée par Edgington, p. 171. Récit évoqué par Deschamps, I, p. 98, qui ne s’interroge guère sur l’identité du sultan.

90 Prawer (1969), I, p. 307 ; Chéhab, I, p. 124, 153.

91 A4C, p. 71.

92 Grousset, I, p. 615.

93 Selon les termes d’Ibn Ğubayr, p. 304/p. 357.

94 AAC, p. 72 ; Grousset, I, p. 617-618 ; Prawer (1969), I, p. 308 ; Chéhab, I, p. 166-167.

95 AAC, p. 71.

96 Grousset, I, p. 614-615 ; Runciman, II, p. 170 ; Chéhab, I, p. 149-151.

97 AAC, p. 72 ; Grousset, I, p. 616 ; Prawer (1969), I, p. 308 ; Chéhab, I, p. 160-163.

98 AAC, trad. A. Abouna, p. 71. Une traduction anglaise figure dans Tritton et Gibb, p. 95.

99 Ce fragment est publié en note dans Sanudo, p. 189.

100 Ces clameurs ont inspiré la méfiance de Moore, p. 29-30, qui situe à tort l’incident à Ptolémaïs.

101 D’après Estoire de Eracles, p. 574, et Guillaume de Tyr repris par Chéhab, I, p. 164. Mais suivant Grousset, I, p. 617, et Prawer (1969), I, p. 308, la bannière du comte de Tripoli flottait sur la tour Verte et celle de saint Marc sur la tour de la Tannerie.

102 Ṭuġtakīn.

103 Sanudo, p. 187, trad. Henri Bresc. Ce fragment est connu de Juste-Lipse ainsi qu’en atteste une lettre à Nicolas Micaulto de 1599, p. 55-56.

104 CJ, § 90. Ces deux vers ne figurent pas dans l’édition de C. Hippeau et la traduction de Subrenat.

105 CJ, § 90.

106 CJ, § 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96 ; trad. Subrenat, p. 227-231. L’épisode est évoqué par Riant, p. 196-197, CXXXI ; Deschamps, III, p. 99 n. 1.

107 P. 334-335.

108 II, p. 504-505, 529-530.

109 Selon Matthieu d’Édesse, p. 143.

110 Matthieu d’Édesse, p. 143 ; AAC, p. 73-74.

111 Matthieu d’Édesse, p. 143-144.

112 Idem, p. 143.

113 Idem, p. 143-144.

114 Matthieu d’Édesse, p. 144-145 ; AAC, p. 75.

115 Matthieu d’Édesse, p. 145.

116 Idem, loc. cit.

117 AAC, p. 75.

118 1, p. 606 (XIII, 16).

119 Ibn al-Aṯīr, X, p. 628.

120 Guillaume de Tyr, I, p. 606.

121 Matthieu d’Édesse, p. 145 ; AAC, p. 75.

122 Ibn al-Aṯīr, X, p. 633-634 ; Ibn al-’Adīm, II, p. 234-235 ; Buġya, IV, p. 1969 ; Ibn Ḫallikān, I, p. 242-243.

123 AAC, trad. A. Abouna, p. 74. Une traduction anglaise est également donnée dans Tritton et Gibb, p. 97. Le récit est résumé par Grousset, II, p. 877 ; Deschamps, III, p. 155.

124 Ce surnom posthume devait abusivement désigner Zengī : il ne trouva pas la mort sur le champ d’honneur, mais au fond de son lit en 541/1146, où il avait sombré dans l’ivresse, et fut sauvagement poignardé dans son sommeil par un esclave d’origine franque.

125 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646. Même récit dans Bāhir, p. 36 ; et Atabecs, p. 67-68. Substitution de billet évoquée par Cahen (1935), p. 243.

126 Sibṭ, VIII/II, p. 725, évoque l’échange sous le verbe yasriqu.

127 Sibṭ, loc. cit., est le seul à rapporter cette histoire.

128 Nuwayri, XXIX, p. 259-260 ; Ibn al-Dawādāri, VII, p. 336.

129 Abū 1-Maḥāsin, VI, p. 312.

130 Ibn Wāṣil, V, p. 220-222. Une traduction infidèle de ce passage a été donnée par Blochet, ROL, X, 1903-1904, p. 317 en note. Un récit légèrement divergent figure dans Sibṭ, VIII/II, p. 725 ; et un abrégé dans Abu 1-Fidā, III, p. 164 ; Sulūk, I/II, p. 285 ; trad. Blochet, ROL, X, 1903-1904, p. 316. Il est également évoqué par Humphreys, p. 256 ; Eddé, p. 343-344.

131 Iḍris, I, p. 355.

132 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 90/p. 555 ; Iḍris, I, p. 348.

133 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125/p. 562, 563 ; Nuwayri, XXIV, p. 247 ; Abū l-Fidā, III, p. 19 ; Iḍris, I, p. 355.

134 Ibn al-Aṯīr, X, p. 612/p. 548 ; Iḍris, I, p. 335.

135 Tiğānī, p. 340 ; Wazīr, I/II, p. 475.

136 Iḍris, I, p. 353.

137 Salāmat al-muslimīn min al-qatl wa l-isr hayr ilayya min al-mulk wa l-qasr, tels furent ses propos, recueillis par Ibn Šaḍḍād, puis repris par Tigānī, p. 341, et Wazīr, I/II, p. 476. On les retrouve, légèrement différents, dans Ibn al-Aṯīr, XI, p. 126/p. 564 ; Nuwayrī, XXIV, p. 248 ; Iḍris, I, p. 357.

138 Sur sa prise par les Normands, voir Iḍris, I, p. 350-352.

139 Ibn ‘Idārī, I, p. 313/I, p. 471.

140 Ibn af-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayri, XXIV, p. 249 ; Abu 1-Fidà, III, p. 19 ; Iḍris, I, p. 357-358.

141 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayri, XXIV, p. 249 ; Wazīr, I/II, p. 476 ; Iḍris, I, p. 358.

142 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 127/p. 565 ; Nuwayrī, XXIV, p. 249 ; Abū l-Fidā, III, p. 20 ; Wazīr, I/II, p. 476.

143 Ibn Ḫaldūn, VI, p. 344 ; Histoire des Berbères, II, p. 38.

144 K. al-ğam‘ wa l-bayān fi aḫbār al-Qayrawān..., M. Talbi, EI2, III, p. 958 (Ibn Shaḍḍād). À ne pas confondre avec ses deux homonymes d’Orient, ‘Izz al-Dīn et Bahā’ al-Dīn.

145 La version de Nuwayri, XXIV, p. 248, reproduit une phrase omise par Ibn al-al-Aṯīr : « Nous voulons de toi des traités et des alliances pour longtemps. »

146 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125-126. Trois traductions ont déjà été données : la première dans RHC, Or., I, p. 462-463 ; la deuxième par de Slane, dans l’appendice d’Ibn Ḫaldūn, Histoire des Berbères, II, p. 582 ; la troisième par Fagnan, Annales du Maghreb et de l’Espagne, p. 563-564. Le récit a été repris dans Nuwayri, XXIV, p. 247-248 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 433. Voir aussi Amari, III, p. 415 ; Chalandon, II, p. 163-164 ; Iḍris, I, p. 356 ; II, p. 527.

147 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344, semble le seul à en signaler l’existence.

148 Ibn Ḥağar, III, p. 151.

149 En 727/1327, deux ponts enjambaient le Tigre, Ibn Baṭṭūṭa, II, p. 105 ; et bien davantage sous les Abbassides, voir Ḫaṭīb, I, p. 115-116 ; éd. et trad. Salmon, p. 71-72/159-160 ; trad. Lassner, p. 105 ; Ibn Hawqal, p. 241/I, p. 234 ; Manāqib, p. 20 ; Ibn Ğubayr, p. 225/p. 257, 258 ; Baghdad, p. 177-185 ; Massignon, II, p. 88-90 ; Canard (1951), I, p. 159, 161, 168, 169.

150 Décrit par Valle, I, p. 372/11, p. 219. Il ne pouvait tenir sans les deux gros bateaux de la rive orientale, Ibn Abī Uṣaybi‘a, I, p. 179 qu’on appelait zabzabiyyatān, plutôt que zanbarītān, Gilde-meister, p. 439.

151 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1174 ; Ibn Ḥağar, III, p. 157 ; Manhal, I, p. 233 ; Ṣayrafi, I, p. 363 ; Ibn Iyās, I/II, p. 461 ; Howorth, III, p. 663.

152 Aubin, p. 304.

153 Manhal, I, p. 233 ; Ṣayrafi, I, p. 363-364.

154 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1174 ; Ibn ‘Arabšāh, p. 123. Pont décrit par Ibn Baṭṭūṭa, II, p. 97.

155 Ibn ‘Arabšāh, p. 123-124.

156 Aubin, p. 303.

157 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Sulūk, III/II, p. 788 ; Manhal, I, p. 232-233 ; Ṣayrafi, loc. cit.

158 Ibn al-Furāt, IX/II, loc. cit. ; Ibn Ḥağar, III, p. 156 ; Ibn Iyās, I/II, p. 461.

159 Ibn al-Furāt, loc. cit. ; Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1083, 1084, 1174 ; Ibn ‘Arabšāh, p. 124.

160 Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084, 1175 ; Ibn Ḥağar, III, p. 157 ; Sayrafī, I, p. 364 ; Ibn Iyās, I/II, p. 460.

161 Ibn Duqmāq, I, p. 288, 289, 290, 291 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 345-346, 349 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084, 1175 ; Sulūk, III/II, p. 789, 798, 799, 800, 801 ; Ibn Ḥağar, III, p. 157 ; Abū 1-Maḥāsin, XII, p. 261 ; Manhal, I, p. 232, 233 ; Ṣayrafi, I, p. 375, 376, 377 ; Saḫāwī, I, p. 244-245 ; Ibn Iyās, V II, p. 464-465, 466.

162 Manhal, I, p. 240 ; Abū l-Maḥāsini, XIII, p. 181 ; Saḫāwī, I, p. 245 ; Aubin, p. 309 ; Huart (1876), p. 339.

163 Huait (1876), p. 323, 338.

164 Dūna aqall al-qurā, selon les termes de Maqrīzī, Sulūk, IV/III, p. 1176 ; Aubin, p. 309.

165 Yazdī, I, p. 449-452, trad. Chahrayar Adle. Une version légèrement différente figure dans Mīr-Ḫwānd, VI, p. 215. Le récit est relaté par Howorth, III, p. 663 ; Aubin, p. 303-304.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540