Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Conclusion

La Turquie entre orientalisme et réorientation

Dorothée Schmid

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, la Turquie apparaît comme ayant pris solidement pied au Moyen-Orient. Elle y est devenue en quelques années un partenaire économique naturel, un protagoniste important du débat politique et aussi un médiateur possible en cas de crise, aussi bien dans les conflits interétatiques qu’en cas de difficulté politique interne dans les pays de son voisinage. Ce rôle important que la Turquie a conquis sur la scène régionale couronne des efforts de fond et s’appuie sur des capacités réelles. On ne peut pour autant en inférer que la route sera facile dans les années à venir.

  • 1 L. al-Rashid et D. Schmid, « Moyen-Orient : la crise perpétuelle », in T. de Montbrial et P. Moreau (...)

2Le Moyen-Orient entre en effet manifestement dans une nouvelle phase d’instabilité majeure, à une échelle inconnue jusque-là, puisque toute la région est désormais concernée. Les révolutions arabes de 2011 ont en effet enclenché une transformation très rapide de la physionomie politique, stratégique et économique d’un monde décrit depuis des décennies comme inerte et réticent à entrer dans la mondialisation1. La nature dominante des régimes politiques arabes pourrait basculer de l’autoritarisme vers une forme de démocratie qui reste à qualifier. Certains pays traversent, ou pourraient bientôt connaître, des épisodes de guerre civile. Les relations israélo-arabes se dégradent à nouveau. L’ensemble de ces tensions affecte aussi les économies nationales et désorganise les courants d’échanges. En bref, le Moyen-Orient est plongé dans un complet maelstrom qui déroute les analystes et effraie plus d’un partenaire potentiel.

3La Turquie fera-t-elle figure d’exception ? Le courage et l’imagination n’ont certes pas manqué aux équipes du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) pour inventer de nouvelles méthodes de travail et faire progresser l’image de la Turquie dans la région. Il devient cependant beaucoup plus difficile, pour un pays encore en phase de rattrapage diplomatique, de mener une politique étrangère cohérente et constructive dans ce contexte hautement chaotique. Si l’on considère que le Moyen-Orient a été ces dernières années le laboratoire des succès de la diplomatie turque, il ne faudrait pas qu’il se transforme maintenant en piège.

Des succès de la politique étrangère turque au Moyen-Orient

4Peut-on à ce jour parler de succès de la diplomatie turque au Moyen-Orient ? Si l’on évalue ses résultats à l’aune de la rhétorique gouvernementale turque, la satisfaction est certes à peu près totale. Les partenaires occidentaux d’Ankara sont en revanche plus réservés, inquiets du flou de ses positions sur des dossiers brûlants, de la Libye à l’Iran en passant par la Syrie. Dans les faits, la situation est assez brouillée. Les Turcs sont sur tous les fronts, le triumvirat Gül/Erdoğan/Davutoğlu assurant une présence physique dans tous les pays de la région et une communication optimale tous azimuts ; mais l’image de la Turquie est éclatée, les messages émis sont souvent contradictoires, les équilibres instables, les retournements de situation trop fréquents pour assurer une perception claire de la ligne turque à moyen terme.

  • 2 J. Hubert-Rodier, « La Turquie à l’heure de vérité », Les Échos, 16 juin 2011.

5Le « printemps arabe » a certes été un test de haute volée, puisqu’il a bouleversé en un rien de temps les relations bilatérales hâtivement consolidées avec des régimes qui avaient surtout en commun un grand déficit de légitimité. Soucieuse de préserver ses acquis et d’assurer ses arrières au début de la crise, la politique étrangère turque est, dans un premier temps, surtout apparue comme une « diplomatie d’affairistes2 », davantage guidée par des considérations matérielles que par des principes et des valeurs, contrairement au discours dominant de l’équipe au pouvoir.

6L’approche turque reste en fait très expérimentale. Les changements en cours au Moyen-Orient y révèlent finalement que la Turquie a agi ces dernières années au coup par coup, se construisant pas à pas une aura de puissance bienveillante, sans être toujours attentive à la complexité d’enjeux qui ne la concernaient pas directement, puisque la guerre froide l’avait tenue à l’écart du sous-système régional. Ainsi, la Turquie est encore à la recherche d’une approche viable sur les sujets régionaux où elle a pris l’habitude de se positionner publiquement, comme le conflit israélo-palestinien. En revanche, ses propres objectifs nationaux interfèrent parfois à contretemps avec ses ambitions régionales. La question kurde, qui cimente depuis 2003 une alliance sécuritaire avec les États voisins, peut redevenir à tout moment un facteur de dissension. Le dossier chypriote n’est pas vraiment « exportable » : quels alliés non turcs pourraient s’impliquer sans faire défaut sur cette question aux côtés d’Ankara ?

7L’urgence et la complexité, deux paramètres que la diplomatie turque semblait avoir parfaitement intégrés et savoir gérer au mieux, ont monté d’un cran. Les révolutions du Moyen-Orient signent-elles pour autant la fin d’une ère davutoğlienne où tout semblait encore possible ? Les développements actuels confrontent évidemment le grand projet turc à la réalité ; mais paradoxalement, la région constitue plus que jamais le terrain de jeu idéal pour une diplomatie créative et qui se vante de trouver « pour chaque crise une solution ». Et rien ne dit que la poursuite des objectifs simultanés que sont l’influence politique, les bénéfices économiques et le rayonnement culturel sera fondamentalement contrariée par les turbulences présentes. Après tout, la Turquie a bien montré qu’elle sait parler à tout le monde – et s’accommoder des changements de régime, même si elle ne les a pas provoqués.

Les soucis de la puissance

  • 3 R. T. Erdoğan, « Turkey : The New Indispensable Nation », Hürriyet Daily News, 20 décembre 2010.

8Si le réinvestissement du Moyen-Orient par les Turcs est marqué par des faits et des comportements nouveaux, il se place en effet néanmoins dans une tendance de fond et satisfait de multiples logiques déjà connues. Le repli kémaliste, puis l’alignement sur le camp occidental, maintenus au xxe siècle au prix d’une rupture psychologique profonde avec l’environnement géographique immédiat de la Turquie, peuvent aujourd’hui apparaître comme une parenthèse historique relevant d’une époque où l’idéologie était encore autorisée à contraindre fortement la réalité. L’AKP, accueilli avec méfiance ou crainte par certains observateurs inquiets précisément d’une possible fermeture idéologique, a su quand il le fallait faire preuve au contraire d’ouverture et de pragmatisme. Une fois parvenu au gouvernement et maître de presque tous les leviers de la décision – à part l’armée –, ce parti politique mûri dans la culture de la clandestinité et a priori plutôt dépourvu de soutiens extérieurs a su mieux que ses prédécesseurs désenclaver la Turquie, tourner définitivement la page de la guerre froide et tenter une synthèse régionale à la mesure du désir de rattrapage national des Turcs. Au terme de plusieurs années d’efforts pour être reconnu par ses pairs comme un protagoniste de poids sur les grands dossiers internationaux, Recep Tayyip Erdoğan n’affirme-t-il pas que la Turquie est désormais la « nouvelle nation indispensable3 » ?

9Le retour des Turcs sur le terrain longtemps boudé qu’est le Moyen-Orient n’était ni naturel, ni nécessaire, ni simple. La Turquie reste, pour les Arabes, un acteur exotique, toujours à deux doigts d’être assimilé aux autres puissances étrangères à la région qui y exercent une influence continue depuis les décolonisations, et dont les « révoltés » arabes aimeraient clairement hâter le retrait. La fée Turquie n’est pas forcément la plus souhaitée au-dessus du berceau des révolutions arabes. Les Turcs valorisent généralement le passé ottoman comme une ère de paix, de tolérance politique et religieuse, et vilipendent à l’occasion le passé colonial des Français au Maghreb, dans un échange de bons procédés destiné à compenser d’autres frustrations bilatérales. Mais l’innocence n’est pas inscrite dans le génome oriental des Turcs, et pour réhabiliter la Turquie comme un acteur naturel au Moyen-Orient, il faudra sans doute à l’avenir ouvrir un dialogue sur les expériences historiques croisées. Le monde arabe s’empare enfin de son destin ; dans la confusion régnante, le débat politique fait feu de tout bois, et la Turquie offre certes des recettes et des pistes de réflexion utiles pour les nouvelles équipes politiques en formation. Le « modèle turc » présente en ce sens un intérêt, au même titre que d’autres qui seront peut-être discutés à d’autres moments de l’évolution des régimes. C’est en tout cas comme contributeur à ce débat, partenaire à égalité, que la Turquie est souhaitée, et non en tant que leader de substitution.

10C’est pourtant sur ce mode du leadership que la Turquie a « joué » récemment son rapport à Israël. Or, si la rationalité commande peut-être aujourd’hui aux Turcs de se distancier d’Israël pour valoriser le reste de leurs avancées régionales, la rhétorique de la guerre désormais en vogue ne présage rien de bon. Le discours du soft power trouve ici ses limites : de puissance bienveillante, œuvrant en faveur de la stabilité régionale, la Turquie bascule brusquement vers la démonstration ostentatoire de puissance et le hard power. Mais le Moyen-Orient est un terrain sans pitié pour la compétition de puissances. La Turquie ne semble pas encore de taille à faire la différence face au nationalisme arabe renaissant, à l’appétit expansionniste des Iraniens ou à la détermination israélienne. À ce stade, elle peut en outre difficilement agir seule sur des dossiers lourds. L’affaire libyenne a montré à l’été 2011 qu’elle était pour le moment plus efficace lorsqu’elle travaillait en coordination avec ses alliés occidentaux. Ayant pleinement intégré la mondialisation, la Turquie doit désormais en jouer le jeu, car le « cavalier seul » n’a pas encore les moyens de ses ambitions. Pour tenir durablement son rôle dans la nouvelle distribution régionale, la Turquie devra non seulement clarifier sa stratégie extérieure, mais aussi consolider les appuis internes sur lesquels repose sa capacité de projection. À cet égard, la maîtrise de l’outil militaire par le pouvoir politique, qui est l’enjeu des règlements de comptes en cours entre le gouvernement et l’armée, est évidemment cruciale. La soutenabilité de la croissance économique turque à moyen terme soulève également quelques interrogations, dans un contexte de crise financière européenne qui pourrait entraîner un tarissement progressif des sources de financements extérieurs.

Le sens de la politique étrangère turque : entre « réorientation » et « orientalisation »

  • 4 Voir la note 4 en page 14 de cet ouvrage.

11Certains commentateurs estiment que la « tentation orientale4 » de la Turquie découle de l’échec provisoire de sa quête d’intégration européenne. Au vu des intérêts en jeu, il semble pourtant difficile de raisonner en termes de substitution, ou même de simple rééquilibrage : Ahmet Davutoğlu évoque lui-même toujours une complémentarité, dans la logique de sa diplomatie « à 360 degrés ». Si l’on suit sur plusieurs décennies le travail d’ancrage économique des Turcs dans la région et l’évolution de leurs priorités stratégiques, on constate en fait que l’option orientale se développe en parallèle de la négociation avec l’Europe et qu’elle a sa propre rationalité.

12Un rapprochement avec le Moyen-Orient ne peut en outre compenser la perte d’une perspective européenne, ni du point de vue économique, du fait de l’interdépendance Union européenne/Turquie, ni du point de vue politique – à ce titre, la possibilité de l’adhésion renforce en réalité la capacité d’influence d’Ankara au Moyen-Orient. Les Turcs sont ainsi contraints à un jeu d’image extrêmement subtil, valorisant d’un côté leur diplomatie orientale pour convaincre les Européens qu’ils sont le chaînon manquant d’une éventuelle politique étrangère commune, et se présentant de l’autre côté à leurs partenaires arabes et iranien comme un pays déjà au seuil de l’Europe. Or, sur fond de blocage des négociations d’adhésion, les ambitions orientales de la Turquie pourraient altérer à l’avenir cette ambivalence subtile. Entre réorientation et orientalisation, la diplomatie turque pourrait franchir insensiblement le pas qui la ferait sortir du périmètre historique européen.

13En ce moment de recomposition régionale, la Turquie apparaît en effet comme doublement mise à distance, à la fois par ses alliés occidentaux qui la poussent sur la ligne de front en tant que « modèle » alternatif pour une région où leur audience est devenue pratiquement nulle, et par un public arabe qui l’accueille comme un sauveur inattendu, mais refuse aussi l’empathie forcée. À en croire les sondages et l’audience de ses productions culturelles, la Turquie serait proche d’être réhabilitée dans l’imaginaire arabe. Le motif turc est affectivement de plus en plus présent dans le débat politique intra-arabe, où il joue finalement un peu le rôle des « turqueries » en Europe au xviiie siècle : la Turquie est devenue la référence extérieure qui permet par comparaison de régler abstraitement des comptes avec son propre système de valeurs – le constat final des éditorialistes arabes lorsqu’ils invoquent la Turquie étant quasiment toujours celui d’une perte de pertinence ou d’efficacité de leurs propres régimes.

  • 5 K. Gürsel, « Democracy or Authoritarianism ? », Hürriyet Daily News, 9 mars 2011.

14Quelques voix critiques se font enfin entendre en Turquie même, fustigeant les réflexes autoritaires d’un gouvernement turc qui n’aurait rien à envier à ses anciens partenaires arabes5. La synthèse politique incertaine qui se joue désormais au Moyen-Orient pourrait aussi avoir des effets en retour sur le régime turc lui-même. La circulation de l’influence se fait-elle donc vraiment dans le sens attendu ?

Dépasser le Moyen-Orient ?

15Leur neutralité méthodologique et une insertion tardive dans le jeu international avaient jusqu’ici protégé les Turcs des retombées des conflits régionaux ; cette protection n’existe plus. Des brouilles peuvent désormais survenir avec certains voisins. Le rapport turco-syrien n’est pas réglé, et l’évolution des relations avec l’Iran relève désormais d’un fine tuning constant. Le dossier kurde reste un abcès de fixation qui n’a pas reçu un début de traitement crédible. La multiplication des crises rend impossible leur maîtrise simultanée, à moins d’opter pour une stratégie de containment régional désormais très difficile à mettre en œuvre. La gestion de l’épisode des réfugiés syriens, au printemps 2011, a bien montré la vulnérabilité d’une Turquie qui maintient la posture politique de l’ouverture tout en s’efforçant de contrôler proprement, mais en hâte, les mouvements de population problématiques.

16Le Moyen-Orient a permis à Ankara de mettre en scène son savoir-faire diplomatique ; il ne doit pas devenir aujourd’hui un lieu de confinement. Pour acquérir le statut de puissance internationale reconnue auquel elle aspire, la Turquie devra finalement se sortir de façon convaincante de l’épreuve de force moyen-orientale et se projeter au-delà, dans d’autres régions, comme en Afrique où elle a déjà pris pied économiquement, ou dans les enceintes multilatérales où elle est très active – son rôle dans le G20, aux Nations unies, mais aussi sa relation future avec l’UE sont dans cette perspective essentiels.

Notes

1 L. al-Rashid et D. Schmid, « Moyen-Orient : la crise perpétuelle », in T. de Montbrial et P. Moreau Defarges (dir.), RAMSES 2010. Crise mondiale et gouvernance globale, Paris, Ifri/Dunod, 2009, p. 165-167.

2 J. Hubert-Rodier, « La Turquie à l’heure de vérité », Les Échos, 16 juin 2011.

3 R. T. Erdoğan, « Turkey : The New Indispensable Nation », Hürriyet Daily News, 20 décembre 2010.

4 Voir la note 4 en page 14 de cet ouvrage.

5 K. Gürsel, « Democracy or Authoritarianism ? », Hürriyet Daily News, 9 mars 2011.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search