Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

L’affaire libyenne, ou les contradictions de la diplomatie turque

Marc Semo

Texte intégral

1Le processus fut long et laborieux, plein de tâtonnements et de zigzags. Puis finalement, pour ne pas rester hors jeu, les autorités turques ont fini par reconnaître le Conseil national de transition (CNT) comme « représentant légitime du peuple libyen ». Le 3 juillet 2011, Ahmet Davutoğlu, le ministre des Affaires étrangères turc, était à Benghazi où l’avaient précédé depuis des semaines nombre de ses homologues européens. « La Libye et la Turquie ont une histoire commune et un avenir commun », lance alors ce professeur de Relations internationales, qui fut le conseiller du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan avant de prendre concrètement en main en 2009 la politique étrangère turque, bien décidé à affirmer pleinement son pays comme acteur régional majeur, voire global : la Turquie comme puissance bienveillante, médiatrice dans les crises et forte de son soft power, notamment économique. Le ministre était d’ailleurs venu accompagné d’une dizaine d’industriels d’entreprises pétrolières et aériennes.

  • 2 Voir « La Turquie tente de restaurer son influence en Libye », Lexpress.fr, 4 juillet 2011.
  • 3 « Libye : Erdoğan exclut une participation de la Turquie aux missions de combat », AFP, 22 mars 20 (...)

2Une visite éminemment symbolique mais bien tardive. « C’est une reconnaissance diplomatique [...] une indication claire que la politique turque qui traînait un peu les pieds a changé », notait ce jour-là Murat Yetkin, rédacteur en chef du Hürriyet Daily News2. Depuis le début du soulèvement en février contre le régime de Kadhafi, la diplomatie turque a eu pour le moins du mal à trouver sa voie dans la crise libyenne, s’affichant hostile à toute intervention militaire avant de se résigner à un service minimum, envoyant cinq bateaux et un sous-marin dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) pour faire respecter l’embargo sur les armes, tout en réitérant sans cesse sa volonté de « ne pas pointer d’armes contre le peuple libyen », selon les mots prononcés par Recep Tayyip Erdoğan le 22 mars3. L’engagement de la Turquie se voulait alors avant tout humanitaire, avec des évacuations de ressortissants étrangers coincés par les combats, puis de blessés. Elle tentait de s’affirmer comme médiatrice entre les parties. Ensuite, au fil des semaines et de l’isolement international croissant de Mouammar Kadhafi, Ankara a peu à peu changé d’attitude, réclamant d’abord à demi-mot, puis enfin explicitement début mai le départ du Guide. Ces hésitations et volte-face successives ont probablement écorné sa crédibilité aussi bien vis-à-vis du futur pouvoir libyen que de ses partenaires de l’OTAN. Mais la Turquie s’emploie désormais à regagner le terrain perdu. Nul ne doute qu’elle sera appelée à jouer un rôle crucial dans l’après-Kadhafi, aussi bien économiquement que politiquement. L’utilisation de ses réels atouts sur le terrain ne sera cependant possible que si elle est à nouveau au diapason de ses alliés occidentaux traditionnels.

  • 4 Voir D. Schmid et M. Semo, « Un “modèle turc” pour les révolutions arabes ? », Politique internati (...)
  • 5 Voir « “Turkey and Europe Need Each Other”, Spiegel Interview with Ahmet Davutoğlu », Der Spiegel,(...)
  • 6 Entretien, juillet 2011.
  • 7 Il existe en Turquie une petite communauté alaouite, principalement dans la région du Hatay, surno (...)
  • 8 Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française en 2007, la France (...)

3La crise libyenne a en effet été le révélateur des limites de la diplomatie turque qui a, comme les autres, été prise de court par les révolutions du « printemps arabe ». Après des flottements initiaux, et forts de l’attrait supposé du « modèle turc4 », Recep Tayyip Erdoğan et Ahmet Davutoğlu délivrent à chaque fois le même message : appeler les dirigeants à écouter leur peuple et à lancer les réformes. Une stratégie fondée sur la conviction que le changement est inéluctable mais qu’il doit se dérouler de façon pacifique. « Ces deux principes sont valables pour l’ensemble du Moyen-Orient », rappelait encore Ahmet Davutoğlu dans une interview au Spiegel début juin 20115. Son action à la tête de la diplomatie turque reposait depuis des années sur un double pilier : « Zéro problème avec les voisins » et l’ingénierie de sortie de crise – « La Turquie a une solution pour chaque problème ». Cette vision misant sur le statu quo ou sur une lente évolution des régimes a été déstabilisée par les révoltes arabes de 2011. « On ne peut pas avoir zéro problème avec des régimes qui ont des problèmes avec leurs peuples », résume Kadri Gürsel, chroniqueur du journal libéral Milliyet6. D’où l’embarras observé quand l’intensité du conflit ne laisse guère de place à la médiation. La difficulté est par exemple évidente avec la Syrie : l’impact des développements politiques y est crucial pour les Turcs, y compris sur le plan intérieur, en raison de la longue frontière commune (900 kilomètres), des risques d’extension des troubles dans la région kurde, voire d’une exportation du conflit sunnites/alaouites dans la région du Hatay (anciennement Alexandrette)7. Concernant la Libye en revanche, le problème est avant tout économique, la Turquie ayant investi quelque 15 milliards de dollars (11 milliards d’euros) dans le pays, même s’il fallait aussi tenir compte, dès avant les élections législatives du printemps 2011, de la pression d’une opinion turque très majoritairement hostile à toute intervention armée contre un pays musulman, comme le soulignaient à l’envi tous les éditorialistes. Surtout, la crise libyenne a cristallisé un malaise latent depuis plusieurs années dans les relations d’Ankara avec les structures euro-atlantiques, entraînant notamment un nouveau bras de fer avec Paris, sur fond de contentieux déjà lourd concernant le dossier européen8.

L’eldorado libyen

  • 9 Le point culminant du rapprochement turco-libyen fut la visite en Turquie du Premier ministre liby (...)

4La Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan, jadis provinces ottomanes, furent conquis en 1912 par les Italiens qui créèrent la Libye. Cette lointaine et désertique périphérie de l’empire resta dès lors à l’écart de l’imaginaire turc, comme en témoigne le très petit nombre de publications sur ce pays par ailleurs très faiblement peuplé – et bien peu de Turcs descendent de familles arrivées à l’époque de Libye pour fuir la conquête italienne. La révolution de 1969 ne changea guère la donne auprès des autorités turques, viscéralement hostiles aux tirades révolutionnaires et anti-impérialistes du Guide, qui n’eut son heure de gloire à Ankara qu’en 1975, quand il proposa un accord commercial permettant à une Turquie frappée de sanctions internationales pour l’invasion du Nord de Chypre de bénéficier d’approvisionnements pétroliers9.

  • 10 « Libya, Turkey Agree to Lift Visa Requirements, Improve Trade », Anatolia News Agency, 24 novembr (...)
  • 11 Pour un récit de l’épisode, voir P. Robins, « Turkish Foreign Policy under Erbakan », Survival, vo (...)

5Le cas libyen représente encore aujourd’hui une parfaite illustration de ces choix diplomatiques turcs difficilement soutenables d’un point de vue politique et s’expliquant avant tout par des priorités économiques. À la fin de novembre 2009, Recep Tayyip Erdoğan, accompagné de 150 entrepreneurs, effectue sa première visite officielle à Tripoli, où il est reçu en grande pompe par le colonel Kadhafi : deux heures trente d’entretien sous la tente et une promenade aux côtés du leader libyen dans les jardins de sa résidence de Bab al-Azizia10. Les deux hommes discutent des grands problèmes du monde, notamment du Moyen-Orient, d’autant que les prises de position du gouvernement islamo-conservateur turc à propos de Gaza, comme ses toujours plus virulentes critiques de la politique israélienne, plaisent à Kadhafi, qui a de son côté entamé depuis 2003 un rapprochement avec les pays occidentaux. Ce traitement avec tous les honneurs permet aussi de faire oublier les avanies subies par Necmettin Erbakan, dernier Premier ministre turc invité en Libye, dont la visite en 1996 avait été un fiasco total. Bravant les Américains et sa propre armée, le leader historique de l’islamisme politique turc – et ancien mentor de Recep Tayyip Erdoğan – voulait par ce voyage lancer son rêve d’un grand marché commun musulman dont la Turquie serait le cœur, en lieu et place d’une Union européenne (UE) dénoncée comme « un club de croisés ». Mais l’imprévisible colonel humilia alors publiquement Erbakan, pourfendant la fidélité turque à l’OTAN comme son alliance avec Israël, et poussant la provocation jusqu’à tresser les louanges de la guérilla kurde du PKK11. Quelques mois plus tard, Erbakan fut poussé à la démission par l’armée turque.

  • 12 Voir http://www.ihracatbilgiplatformu.gov.tr/ (accès octobre 2011).
  • 13 « Visite du Premier ministre Erdoğan en Libye », TRT-French, 30 novembre 2010.

6Le gel diplomatique dura ensuite des années, mais avant même la visite d’Erdoğan, les entrepreneurs turcs, toujours plus actifs dans le monde arabe et en Afrique du Nord, avaient pris la route de Tripoli qui n’était plus sous embargo international. À la veille du conflit, plus du quart des quelque 110 000 Turcs travaillant dans les pays arabes résidaient ainsi en Libye. Le montant des investissements dans le pays s’élevait à 15 milliards de dollars (11 milliards d’euros) et les exportations en 2009 atteignaient déjà quelque 1,8 milliard de dollars, en augmentation de 67 % par rapport à l’année précédente selon l’IGEME (Iracatı Geliştirme Etüd Merkezi, Centre d’études pour le développement des exportations12). En 2010, elles dépassèrent largement les 2 milliards de dollars et elles s’annonçaient encore plus florissantes pour 2011. Symbole du cours nouveau entre les deux pays, Recep Tayyip Erdoğan reçut en décembre 2010 le prix international Al-Kadhafi pour les Droits de l’homme pour « services éminents rendus à l’humanité13 ». Parmi les précédents récipiendaires de ce prix figurent Nelson Mandela (1989) ou les Peaux-Rouges (1991), mais aussi des personnalités plus controversées comme Louis Farrakahn (1996), Fidel Castro (1998) ou Hugo Chavez (2004).

Le choc de l’insurrection

  • 14 Elle fut ainsi le théâtre en 1996 d’une insurrection islamiste écrasée dans le sang.

7Moins d’une semaine après le départ du pouvoir de Hosni Moubarak, des manifestations éclatent en Cyrénaïque, dans l’Est de la Libye, une région traditionnellement tournée vers l’Égypte. Le 17 février 2011, à Benghazi, la foule attaque El Katiba, un ensemble de bâtiments abritant la direction centrale de la police nationale, des cellules et un palais privé pour accueillir les séjours du Guide ; puis les troubles s’étendent à toute la province, bastion de la défunte monarchie et restée toujours hostile au régime14. Dans l’Ouest, le djebel Nefoussa à majorité berbère, autre fief de l’opposition au régime, prend aussi les armes.

  • 15 S. Küçükkoşum, « Ankara Shows Tepid Reaction to Libya Deaths », Hürriyet Daily News, 20 février 20 (...)
  • 16 « Turkish Businesses Looted in Libya, Turks Evacuated », Reuters, 21 février 201. La Turquie s’est (...)
  • 17 « Turkey Warns Libya Against “Mistake” of Ignoring People », Hürriyet Daily News, 22 février 2011.

8Nul n’aurait imaginé un effet domino aussi immédiat des révolutions tunisienne et égyptienne sur un pays tenu d’une main de fer depuis 42 ans par un dictateur mégalomane et profitant d’autant plus largement de la rente pétrolière qu’il est peu peuplé. Ankara, comme les autres chancelleries, est pris de court : « Les événements ont pris une dimension inquiétante ; nous insistons sur la paix civile, la sérénité et la prospérité de notre pays frère la Libye avec qui nous partageons une histoire commune », souligne le 19 février un communiqué du ministère turc des Affaires étrangères15. La préoccupation première est pour les entrepreneurs et travailleurs turcs installés sur place, victimes de pillages et dans quelques cas de violences. Très rapidement, les évacuations commencent. En dix jours, les autorités turques rapatrient avec un pont maritime et aérien quelque 18 000 de leurs ressortissants – « tous ceux qui veulent partir », souligne le ministère – ainsi qu’un demi-millier d’étrangers. Ankara peut se féliciter d’avoir été sur ce plan la capitale la plus réactive et la plus efficace. « Nos priorités en Libye sont d’arrêter les affrontements fratricides, d’assurer le dialogue entre les parties et la sauvegarde de nos citoyens », explique Ahmet Davutoğlu en visite à Tunis, se gardant de critiquer le régime libyen16. Mis en cause par l’opposition de gauche pour la tiédeur de ses réactions face à la répression, Recep Tayyip Erdoğan, lors d’un discours devant le groupe parlementaire de l’AKP le 22 février, appelle pour la première fois les autorités libyennes « à ne pas commettre l’erreur d’ignorer les aspirations du peuple à la démocratie et à la liberté17 ». Mais alors même que Paris, Londres ou Washington haussent le ton contre le leader de la Jamahiriya et commencent à évoquer des sanctions, le gouvernement turc reste prudent.

  • 18 Voir « Libye : Ankara contre des sanctions », AFP, 24 février 2011.
  • 19 Pour le détail des déclarations de Nicolas Sarkozy, voir « Propos du président de la République, M (...)

9« Il n’est pas correct d’agir à la hâte dans ce genre de situation et des sanctions puniront la population », explique le Premier ministre turc dans une interview à l’AFP à la veille d’une visite en Turquie de Nicolas Sarkozy, le 25 février18. Cette visite, qui a officiellement lieu dans le cadre de la présidence française du G20, dure moins d’une journée, ce qui agace profondément les Turcs. On y parle bien sûr de la Libye. Dans la conférence de presse finale conjointe tenue par Nicolas Sarkozy et son homologue turc Abdullah Gül, le président français évoque très diplomatiquement les positions clairement divergentes entre les deux capitales sur la crise libyenne : « Je ne suis pas sûr qu’il y ait sur ce sujet un désaccord entre la Turquie et la France ; chaque pays doit tenir compte de sa sensibilité et de son histoire et doit jouer un rôle complémentaire19. » Puis, tout en assurant « comprendre la sensibilité turque sur la question libyenne », il réaffirme haut et fort la position française : « Monsieur Kadhafi doit partir ; les violences répétées, systématiques contre le peuple libyen sont inacceptables et feront l’objet d’enquêtes et de sanctions. » Et il assure avoir parlé avec le président américain Barack Obama pour le persuader de saisir le Conseil de sécurité de des Nations unies. Le 26 février, le Conseil de sécurité vote effectivement la résolution 1 970, qui impose des sanctions ciblées et une saisine de la Cour pénale internationale pour les crimes commis en Libye.

  • 20 « Turkey’s PM Speaks out Against Libya Sanctions », Hürriyet Daily News, 26 février 2011.
  • 21 I. Kalın, « Towards a New Era in Libya », Today’s Zaman, 4 mai 2011.

10La Russie et la Chine ont laissé faire ; la Turquie continue de temporiser. « Toute intervention rendra la situation encore plus difficile. Cela frapperait non pas le gouvernement mais le peuple libyen. Vous ne pouvez pas assurer la paix dans le monde en ayant recours à des sanctions à chaque incident », affirme dans un discours télévisé le Premier ministre turc avant de lancer : « Nous appelons la communauté internationale à traiter la Libye en ayant à l’esprit non pas ses préoccupations concernant le pétrole mais les valeurs universelles et la justice [...] et à travailler pour trouver les moyens de faire cesser les souffrances du peuple libyen20. » Le bain de sang annoncé par le Guide, qui promet l’extermination des rebelles, fait encore monter l’indignation en Occident. On évoque la création d’une « zone d’exclusion aérienne ». La Ligue arabe relaie cette demande, qui est aussi celle des insurgés, afin de clouer au sol l’aviation de Kadhafi. Ankara reste jusque-là ferme dans son refus de toute intervention. Ibrahim Kalın, conseiller diplomatique de Recep Tayyip Erdoğan, explique dans une tribune que « depuis le début de la crise en Libye, la Turquie s’est préoccupée avant tout du risque d’une longue guerre civile et d’une partition du pays. Les deux scénarios seraient désastreux pour la Libye et entraîneraient des années de conflit, de sang et de destructions », justifiant ainsi les refus du gouvernement turc de sanctions et d’opérations armées. Il fustige dans le même texte « l’interventionnisme occidental au Moyen-Orient et [...] ses conséquences dévastatrices21 ».

  • 22 « Ankara souffle le chaud et le froid », AFP, 19 mars 2011.
  • 23 M. Semo, « La surenchère anti-israélienne d’Ankara navre la Turquie laïque », Libération, 6 juille (...)
  • 24 Débat particulièrement aigu aux États-Unis ; voir par exemple M. Steyn, « Who Lost Turkey ? Today’ (...)

11Le 17 mars 2011, le Conseil de sécurité vote la résolution 1 973, autorisant notamment le recours à la force pour éviter les massacres des populations civiles et instaurant la « no fly zone ». La résolution est présentée conjointement par la France, le Liban et le Royaume-Uni ; outre la Russie et la Chine, des membres non permanents du Conseil de sécurité, l’Inde, le Brésil et l’Allemagne, s’abstiennent lors du vote. Pilier de l’OTAN sur son flanc sud-est, Ankara devient l’une des capitales symboles du refus de la guerre. Recep Tayyip Erdoan s’indigne encore : « Combien de gens vont être tués, massacrés ? Nous ne pouvons rester silencieux et les bras croisés », martèle le lendemain le leader de l’AKP22. La rhétorique est porteuse, dans un pays où l’opinion est devenue massivement antiaméricaine depuis 2003 et la guerre en Irak. Les législatives turques du 12 juin sont d’ailleurs largement remportées par l’AKP qui, en enlevant plus de 50 % des voix, augmente encore son score pour cette troisième victoire consécutive. Mais l’opposition d’Ankara à l’intervention se greffe sur un fond de tensions croissantes avec ses alliés occidentaux : refus répétés de renforts en Afghanistan, où la Turquie met en scène son statut de seul membre musulman de l’Alliance atlantique, et ne s’engage dans aucune mission où elle pourrait être amenée à faire usage de ses armes ; positions de plus en plus affirmées au Proche-Orient, où le gouvernement de l’AKP s’oppose crescendo aux Israéliens depuis l’opération « Plomb durci » de décembre 2009. La diplomatie turque d’Ahmet Davutoğlu discute avec le Hamas et n’hésite pas à afficher sa différence sur le dossier du nucléaire iranien. Kadri Gürsel parle ainsi d’un « véritable tournant idéologique, une tentative de lier la politique étrangère à la politique intérieure en allant vers des références toujours plus explicites à l’islam23 ». La crise libyenne semble bien être une nouvelle confirmation de ce tournant et d’une dérive « néo-ottomane » qui inquiète les capitales occidentales hantées par la question : « A-t-on perdu la Turquie24 ? »

Poussée de fièvre franco-turque

  • 25 N. Nougayrède, « Rendez-vous raté à Tripoli », Le Monde, 6 juillet 2011.

12Avant de lancer les premières frappes en Libye, Nicolas Sarkozy réunit à Paris les pays engagés dans la coalition ou soutenant l’intervention. Ce sommet-déjeuner qui se tient à l’Élysée vise à montrer qu’il ne s’agit pas d’une intervention de l’Occident contre le monde arabe ; des représentants de nations arabes sont donc là nombreux, depuis le ministre irakien des Affaires étrangères, représentant le pays qui préside à ce moment-là la Ligue arabe, ou encore le secrétaire général de cette organisation, Amr Moussa, jusqu’au Premier ministre du Qatar et au ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU), dont les pays participeront à l’intervention de façon symbolique, en évitant les missions de combat. Il y a là la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et les principaux dirigeants européens, David Cameron, Silvio Berlusconi, la chancelière allemande Angela Merkel aussi, dont le pays est pourtant vent debout contre l’intervention. Mais il n’y aucun représentant turc. À Ankara, au ministère des Affaires étrangères et au cabinet du Premier ministre, on assure ne pas avoir été invité… et le fait de ne pas avoir été convié à Paris est ressenti comme une offense. Un diplomate américain confie au quotidien Le Monde que « les Français ont complètement détruit leur relation avec la Turquie en omettant de l’inviter [...] ; c’est une erreur que nous avons cherché en vain à corriger25 ».

  • 26 F. Özerkan, « Alliance of the Unaligned Split on Libya Intervention », Hürriyet Daily News, 21 mar (...)
  • 27 « Libye : la Turquie exclut de participer », AFP, 22 mars 2011.
  • 28 C. Recknagel, « Libyan Operation Spurs Debate on Limits to Intervention », Radio Free Europe, 23 m (...)

13Quelques heures plus tard, l’opération « Aube de l’Odyssée » démarre : des avions français bombardent les blindés de Kadhafi fonçant sur Benghazi. Dans la nuit, des tirs massifs de missiles Tomahawk de l’US Navy commencent à détruire les défenses aériennes, les radars, les aéroports et les avions des forces loyalistes, afin de faire respecter la no fly zone. Dès le lendemain, le représentant turc à l’OTAN monte au créneau, s’inquiétant des possibles pertes civiles liées aux bombardements et demandant à ce que l’on réexamine le rôle de l’Alliance atlantique dans la mise en œuvre de la résolution 1 973. « Il nous est difficile de comprendre pourquoi la France se donne ainsi le premier rôle », note alors le ministre turc de la Défense Vecdi Gönül26. « Notre position de principe est que nous ne chercherons jamais à pointer un fusil sur une nation amie dans un contexte de combat », clame au même moment Ahmet Davutoğlu27. Le Premier ministre confirme le 22 mars que la Turquie ne tournera jamais une arme contre le peuple libyen, soulignant que « le changement en Libye doit intervenir par des dynamiques propres à ce pays et non avec des interventions étrangères28 ». Tout en excluant des missions de combat, il annonce cependant que la marine turque pourrait participer aux missions de « contrôle » au large des côtes libyennes, pour faire respecter l’embargo. Le 24 mars, le Parlement turc – l’AKP mais aussi le Parti républicain du peuple (Cumhuriyet Halk Partisi – CHP), la principale force de l’opposition – vote effectivement en faveur de l’envoi de cinq navires et d’un sous-marin dans le cadre « de contributions multidimensionnelles aux efforts internationaux visant à rétablir la stabilité et la sécurité en Libye ». On ne peut être plus prudent dans le choix des mots.

  • 29 Voir « Turkey Warns Against Coalition “Hidden Agenda” on Libya », BBC News, 23 mars 2011.

14Pour réaffirmer son statut de puissance régionale autant que par crainte de rester isolée, et surtout pour avoir son mot à dire sur la suite des événements, la Turquie est donc entrée sur la pointe des pieds dans l’opération. Un bras de fer commence aussitôt avec Paris, la capitale la plus en pointe. « Même des pays qui étaient jusqu’à hier les plus proches de ces dictateurs et provoquaient le mécontentement de leur peuple agissent aujourd’hui de façon excessive ; [...] leur action provoque des soupçons sur des intentions cachées », lance le 23 mars devant des journalistes le président de la République Abdullah Gül, en général très urbain29. S’il ne donne aucun nom, ses propos visent clairement la France mais aussi l’Italie de Silvio Berlusconi, désormais très engagée après des hésitations initiales. La question est celle du rôle de l’OTAN dans « Aube de l’Odyssée ». L’entrée en lice de l’Alliance atlantique en tant que telle pour diriger l’opération aurait selon Paris un effet dissuasif sur les pays arabes susceptibles de rejoindre la coalition. D’où la proposition française d’un commandement franco-britannique avec l’OTAN en soutien ; mais Londres fait rapidement marche arrière. Washington ne veut pas s’engager dans une opération d’ampleur dans le monde musulman après l’Afghanistan et l’Irak et souhaite passer la main rapidement. Pour la première fois dans son histoire, l’OTAN va ainsi servir de paravent à un effacement militaire américain. Le Canada, l’Italie et les petits pays soutenant « Aube de l’Odyssée » réclament la désignation rapide de l’OTAN comme pilote de la coalition. C’est devenu aussi la position de pays comme la Turquie et l’Allemagne au début hostiles à tout engagement de l’Alliance atlantique dans cette opération en Afrique du Nord qu’ils jugent aventureuse, estimant pouvoir ainsi limiter les dégâts.

  • 30 Voir E. Kart « France Likely to Drag Feet over “Political Command” on Libya », Today’s Zaman, 28 m (...)
  • 31 M. Sailhan, « La Libye provoque une nouvelle poussée de fièvre entre Paris et Ankara », AFP, 25 ma (...)

15Un accord de principe est finalement trouvé le 24 mars. « L’opération est complètement transférée à l’OTAN et il y aura un seul commandement et contrôle », se félicite Ahmet Davutoğlu. Alain Juppé obtient néanmoins la création d’un « comité de pilotage politique » pour les opérations et ce « groupe de contact » au fil des semaines aura un rôle croissant. Ankara n’en crie pas moins victoire. « Paris commence à être hors circuit et je trouve très positif que Paris reste hors circuit en particulier dans le processus en cours en Libye », se félicite le lendemain devant la presse Recep Tayyip Erdoğan, pourfendant « les amis occidentaux qui brouillent les esprits au sujet de l’opération en Libye et emploient des expressions très déplacées telle que “ croisade”, ce qui provoque des interrogations30 ». Une allusion aux propos du ministre de l’Intérieur français Claude Guéant qui quelques jours plus tôt louait Nicolas Sarkozy « pour avoir pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité ». En visite dans la capitale turque, le secrétaire d’État au Commerce extérieur Pierre Lellouche, plutôt apprécié à Ankara, tente de calmer le jeu, affirmant espérer que « le gouvernement turc nous aidera ainsi que le reste de la communauté internationale parce qu’il a une forte influence en Libye31 ».

L’impossible médiation

  • 32 « Libya’da Yaşananlar Avrupa’dan Önce Afrika ve Arap Ülkelerini İlgilendiriyor », site de la prési (...)

16Entrée à reculons et a minima dans l’opération, Ankara continue à faire entendre sa différence. « La Turquie a considéré qu’il était un peu bizarre de commencer à tirer sans avoir prévu une stratégie de sortie de crise » remarque ainsi Abdullah Gül en visite au Gabon ; le président relève que « le destin de la Libye concerne avant tout les Libyens, ensuite les Africains et les Arabes, beaucoup plus en tout cas que les pays européens32 ». Il appelle certes aussi, sans insister, Kadhafi « à autoriser le changement et pour permettre ce changement à se retirer ». La diplomatie turque se veut à ce moment-là au diapason de l’Union africaine (UA), qui depuis le début de la crise s’active pour fabriquer un compromis, notamment le président sud-africain Jacob Zuma, qui n’a pas oublié le soutien donné jadis à l’African National Congress (ANC) par Kadhafi.

  • 33 S. Milne, « Turkey Offers to Broker Libya Ceasefire as Rebels Advance on Sirte », The Guardian, 27 (...)
  • 34 Voir « Allies Disagree over Arming Libyan Rebels », Hürriyet Daily News, 30 mars 2011.
  • 35 Voir « Turkish Foreign Policy : Erdogan’s Lament », The Economist, 7 avril 2011.
  • 36 J. Marcou, « Action humanitaire et initiatives politiques : la Turquie tente de reprendre la main (...)

17Tout au long des semaines suivantes, les dirigeants turcs tenteront inlassablement de se poser en arbitres. Dès le 28 mars, Recep Tayyip Erdoğan offre sa médiation. Il a parlé avec le Premier ministre libyen ; le ministère des Affaires étrangères turc est en contact avec la rébellion. « Nous craignons un nouvel Irak ou un nouvel Afghanistan où l’on disait que tout serait terminé en quelques jours », affirme-t-il dans une interview au quotidien britannique The Guardian33. Et les officiels turcs de citer un vieux proverbe anatolien : « Celui qui s’est brûlé avec sa soupe souffle sur son yaourt. » Être arbitre implique la neutralité ou du moins l’équidistance entre les parties. Recep Tayyip Erdoğan, dont les navires participent au contrôle de l’embargo sur les armes pour le régime, prend publiquement position contre toute livraison de matériel militaire aux rebelles, soulignant à Londres le 31 mars que cela changerait la donne et « pourrait créer un environnement favorable au terrorisme et renforcer Al-Qaida34 ». À Benghazi c’est l’indignation et des manifestants scandent des slogans anti-AKP, une réaction inédite dans le monde arabe où le parti est généralement très populaire35. Mais Ankara ne se décourage pas. Après la visite d’un émissaire de Tripoli, le vice-ministre des Affaires étrangères Abdellatif Laabidi, Ahmet Davutoğlu annonce qu’il travaille à une solution qui tiendra compte des demandes politiques du peuple libyen36.

  • 37 « Les contradictions turques en Libye », Zaman France, 6 avril 2011.
  • 38 La feuille de route turque est détaillée dans « Turkey Seeks International Support for Its Road Ma (...)

18Alors que les pays du groupe de contact rappellent haut et fort que le départ de Kadhafi est une exigence première, les autorités turques restent dans le flou. Egemen Bağış, ministre des Affaires européennes, de passage à Paris, déclare que le plus urgent est de parvenir à un cessez-le-feu pour que le sang cesse de couler, avant de parler de la suite37. En parallèle avec les initiatives de l’UA, le gouvernement de l’AKP se lance dans l’élaboration de sa propre « feuille de route » pour mettre fin au conflit, alors que nombre de capitales occidentales et le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen reconnaissent la nécessité d’une « solution politique ». Présenté le 8 avril par Recep Tayyip Erdoğan, le plan turc se concentre sur trois points : 1) cessez-le-feu immédiat et retrait des forces kadhafistes des villes qu’elles assiègent ; 2) création d’« espaces humanitaires sûrs » pour l’acheminement de l’aide aux victimes des affrontements ; 3) lancement d’un « vaste processus de transformation démocratique » qui débouchera sur des élections libres38. Les propositions d’Ankara ne sont pas inconciliables avec des propositions déjà évoquées au sein du groupe de contact, sauf un point crucial : Paris, Londres ou Washington et la majorité des pays du groupe de contact considèrent le départ de Kadhafi comme la condition sine qua non de l’ouverture d’une transition politique réunissant toutes les parties. Or sur ce point les dirigeants turcs restent vagues. La crédibilité du projet est en outre affaiblie par les incohérences, voire les ambiguïtés de la position du gouvernement turc depuis le début de la crise ; celle-ci est considérée avec toujours plus de méfiance par les rebelles comme par les Occidentaux.

  • 39 Y. Doğan, « Analyst Bacık Says Ankara’s Active Stance Would Please Arabs who Expect More from Turk (...)

19Les critiques sur cette stratégie se font de plus en plus nombreuses en Turquie même. « Une position pacifiste sur la Libye n’est pas bonne pour la Turquie, ni même à long terme pour le peuple libyen. Son silence ne peut qu’irriter les peuples arabes qui attendent plus d’elle : il lui faut montrer qu’elle est prête à prendre des responsabilités et un rôle leader, y compris en temps de crise, et dans une guerre », affirmait déjà fin mars Gökhan Bacık, du Centre d’étude sur le Moyen-Orient de l’université Zirve de Gaziantep, dans une interview au quotidien en langue anglaise Today’s Zaman, proche du pouvoir. L’expert évoque le risque que la Turquie passe « pour seulement obsédée par ses intérêts commerciaux et préférant se taire dans les moments difficiles39 ».

  • 40 C. Aktar, « Foreign Policy Horizon », Hürriyet Daily News, 1er avril 2011.
  • 41 « Turkish “Zero Problem” Policy Hampered by Arab Revolts », Al-Arabiya News, 1er avril 2011.
  • 42 S. İdiz, « Why Is the AKP Lenient on Libya and Syria ? », Hürriyet Daily News, 25 avril 2011.
  • 43 J. Marcou, « La feuille de route turque pour la Libye peine à convaincre », Blog de l’OVIPOT, 11 a (...)

20Au début assez isolées, ces voix commencent à être écoutées. Des éditorialistes de renom se déchaînent dans la presse turque. « Il n’y a pas de posters d’Erdoğan à Benghazi et les Occidentaux considèrent de plus en plus la Turquie comme le porte-parole des pays musulmans au sein de l’Alliance atlantique », résume Cengiz Aktar, universitaire et éditorialiste du quotidien turc Radikal40, soulignant l’irritation croissante des alliés de l’OTAN face à une différence turque toujours plus affirmée. Le célèbre anchorman de CNN Türk Mehmet Ali Birand est tout aussi cinglant : « La politique du “Zéro problème” a été balayée par la vague de démocratie dans les pays arabes, il faut tout renouveler et les diplomates turcs avancent à tâtons41 ». Semih 1diz, du quotidien Milliyet, parle de « biais idéologique », soulignant que « le gouvernement de l’AKP, qui est prompt à dénoncer en toute occasion Israël sur Gaza, a peu à dire sur les images d’atrocités arrivant de Syrie ou de Libye42 ». Présentée lors du sommet du groupe de contact à Doha mi-avril, la feuille de route d’Ahmet Davutoğlu reçoit un accueil poli mais personne ne la prend vraiment au sérieux43. Pour Ankara, l’heure est venue de revoir ses fondamentaux dans la gestion de la crise libyenne.

La volte-face

  • 44 « Turkey Urges Gadhafi to Leave Libya, Approaches Benghazi », Hürriyet Daily News, 3 mai 2011.
  • 45 « Libye : Moscou demande le départ de Kadhafi », Lexpress.fr, 27 mai 2011.

21Après des attaques « spontanées » de foules le 1er mai à Tripoli contres les ambassades italienne et britannique, Ankara décide de fermer sa représentation diplomatique. Deux jours plus tard, Recep Tayyip Erdoğan appelle pour la première fois clairement Kadhafi à quitter le pouvoir et la Libye. « Kadhafi, au lieu d’écouter nos conseils en faveur d’un arrêt de l’effusion de sang, a choisi l’oppression, la souffrance et les attaques contre son propre peuple », affirme-t-il pour justifier le tournant44. Désormais, la Turquie est à l’unisson du groupe de contact. C’est le résultat des efforts des États-Unis et surtout du Qatar, le pays arabe le plus engagé dans la coalition, qui a de bonnes relations avec le gouvernement turc. Mais la volte-face s’explique surtout par la crainte de se trouver hors jeu dans une nouvelle donne libyenne en train de se dessiner alors que le régime de Kadhafi est de plus en plus isolé. Même la Russie appelle quelques jours plus tard le leader libyen à quitter le pouvoir, lors du sommet du G8 à Deauville45.

  • 46 « Visite du président du CNT libyen en Turquie », TRT-French, 24 mai 2011.
  • 47 I. Kalın, « Turkey and the Arab Spring », Today’s Zaman, 23 mai 2011.

22Pour les autorités turques, il s’agit dès lors de regagner le terrain perdu du côté des rebelles, déjà traités par un nombre croissant de capitales comme le nouveau pouvoir. Le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, ex-ministre de la Justice de Kadhafi, effectue sa première visite à Ankara les 22 et 23 mai. Lors d’une conférence de presse commune, le président turc Abdullah Gül répète qu’il n’y a « plus de place en Libye pour l’ancienne administration ». Le président du CNT assure pour sa part soutenir la feuille de route turque, mais précise bien que cette dernière endosse les demandes du peuple libyen, avec en premier lieu le départ de Kadhafi et de sa famille46. Ibrahim Kalın parle alors d’une « discrète diplomatie de coulisse menée par Recep Tayyip Erdoğan […] pour assurer une transition pacifique vers l’ère post-Kadhafi47 ». Fin mai se tient à Istanbul, avec la bénédiction des autorités, une réunion d’une centaine de membres éminents de la tribu Warfalla, l’une des plus puissantes de Libye, notamment au sein des organes de sécurité et dans l’armée, dont certains ont choisi le camp rebelle à la suite de leur chef Mansour Khalaf, ancien soutien du régime. Recep Tayyip Erdoğan propose peu après de donner des « garanties » à Kadhafi s’il quitte le pouvoir.

  • 48 « La Libye au cœur de plusieurs rencontres diplomatiques à Ankara », Lexpress.fr, 5 juillet 2011.
  • 49 I. Yezdani, « Libyan Opposition Seeks Funds at Istanbul Meeting », Hürriyet Daily News, 15 juillet (...)

23Le 3 juillet, Ahmet Davutoğlu, en visite à Benghazi, annonce la reconnaissance du CNT comme « représentant légitime du peuple libyen ». Le réalignement est désormais total. Ankara rappelle définitivement son ambassadeur à Tripoli et annonce mettre enfin en œuvre le gel des avoirs et les sanctions ciblées contre Kadhafi et ses proches prévues par la résolution 1 970 de l’ONU. Publiée au Journal officiel, la mesure vise notamment la Libyan Foreign Bank qui détient 62,3 % des parts de la banque turco-libyenne A & T Bank48. La quatrième réunion du groupe de contact se tient à Istanbul à la mi-juillet. Alors que les opérations se poursuivent en Libye, une trentaine de pays et d’organisations internationales sont là pour jeter les bases de l’après-Kadhafi et décider des moyens d’aider le CNT à se préparer à gouverner. Lors de cette réunion, le ministre des Affaires étrangères turc se fait même le plus fervent avocat des requêtes du CNT pour le déblocage des aides humanitaires, proposant de transférer quelque 3 milliards de dollars provenant des avoirs libyens gelés en Turquie, sous le contrôle de l’ONU49.

Récupérer le terrain perdu

  • 50 « Change in Libya Should Be a Lesson for Region’s Leaders, Says Davutoğlu », Today’s Zaman, 22 aoû (...)
  • 51 L. Marchand, « La Turquie fait la cour aux nouvelles autorités libyennes », Le Figaro, 25 août 201 (...)

24Le rapide dénouement de la guerre avec la prise de Tripoli par les insurgés et l’effondrement du régime n’ont pas vraiment pris par surprise les dirigeants turcs qui s’activaient depuis deux mois pour rétablir aux yeux du CNT une crédibilité mise à mal par leurs errements du début. Ils mettent depuis les bouchées doubles. « Ce qui s’est passé en Libye est une leçon pour les leaders de la région et cela montre que les leaders qui ne veulent pas écouter leurs peuples ne peuvent rester au pouvoir », affirmait ainsi à la télévision publique turque Ahmet Davutoğlu le 22 août, quand l’insurrection prenait le contrôle de la capitale50. Dès le lendemain, il arrivait à Benghazi pour sa deuxième visite en deux mois auprès des nouvelles autorités, leur remettant dans un sac 100 millions de dollars en liquide. « C’est une nouvelle méthode pour transférer l’argent, c’est la méthode turque », a plaisanté Moustapha Abdeljalil, qui a un besoin crucial d’argent pour payer les salaires des fonctionnaires et subvenir à des besoins de première urgence, alors qu’une grande partie des fonds libyens est à l’époque toujours gelée51. Lors de la conférence de presse commune dans la capitale rebelle, le ministre turc assure les autorités révolutionnaires du « soutien entier de la population turque », et surtout affirme que « l’appui en matière de sécurité de l’OTAN continuera jusqu’à ce que la sécurité soit pleinement rétablie en Libye ». Deux jours plus tard, il insiste à nouveau sur le déblocage des fonds et l’urgence de « rendre aux Libyens ce qui leur appartient », lors d’une réunion du groupe de contact au niveau ministériel à Istanbul, prônant la reconnaissance par les instances internationales du nouveau régime et de son drapeau. Ankara est devenu l’un des plus fervents porte-parole du CNT et d’« Aube de l’Odyssée ». Le tournant est total.

  • 52 Entretien, juillet 2011.
  • 53 L. Caracciolo, « La trappola dell’intervento » (« Le piège de l’intervention »), La Repubblicca, 8 (...)

25« C’est par son réalignement que la Turquie peut maintenant utiliser à plein ses atouts et la profondeur de son enracinement en Libye pour y jouer un rôle économique et politique », souligne Kadri Gürsel52. Les entrepreneurs turcs espèrent récupérer leurs positions d’avant-guerre, notamment dans le bâtiment et les infrastructures. Même si les Français ou les Britanniques, qui ont joué un rôle leader dans l’intervention, sont en bonne posture pour se tailler la part du lion dans les contrats de l’après-guerre, l’offre libyenne est suffisamment grande. Le rôle d’Ankara devrait en outre être plus large. L’après-Kadhafi s’annonce en effet pour la coalition aussi difficile, voire plus, que le conflit lui-même. La « feuille de route pour un processus démocratique » préconisée par le groupe de contact tient de la gageure pour des raisons à la fois structurelles et conjoncturelles : il s’agit désormais d’ancrer la démocratie dans une société largement tribale, sortant de 42 ans d’une dictature atypique, qui a éradiqué les quelques ébauches de structures politiques mises sur pied après la Seconde Guerre mondiale sous la houlette des Britanniques. Lucio Caracciolo, directeur de la revue italienne de géopolitique Limes, rappelait juste avant le début de l’intervention de l’OTAN que le risque est celui d’un chaos somalien sur les rives de la Méditerranée53. Après l’arrêt des combats, il sera nécessaire d’assurer la sécurité en évitant pillages et règlements de comptes généralisés comme en Irak en 2003. Or les armes circulent largement sur place, entre celles des tribus restées fidèles au Guide et celles parvenues aux insurgés, y compris par les parachutages occidentaux. Paris, Londres ou Washington mais aussi Ankara sont d’accord pour mettre l’ONU en première ligne afin de mener à bien ce qui s’annonce comme une longue et délicate opération de state building. La Turquie, pays musulman et pilier de l’OTAN qui n’a pas participé aux missions de combats, aurait toutes les cartes en main pour y jouer un rôle actif, même si le CNT semble encore méfiant.

26Si la Turquie a in fine réussi à rétablir ses positions, les leçons de la crise libyenne n’en sont pas moins amères pour la diplomatie de l’AKP, jusque-là grisée par ses succès régionaux, du moins en termes d’image. On peut en tirer un triple enseignement.

  • 54 Voir I. Villelabeita, « Turkey Eyes Political Role, Deals in Libya », Reuters, 25 août 2011.

27Premièrement, la politique du « Zéro problème avec les voisins » incarnée par Ahmet Davutoğlu a montré ses limites dès lors que les voisins en question commencent à avoir de sérieux problèmes internes, et que l’espace de médiation disparaît, face à un régime dictatorial prêt à tout pour se maintenir au pouvoir. « Le cas libyen comme le cas syrien montrent que le “zéro problème avec les voisins” signifiait surtout un “ zéro problème” avec les régimes en place et que la politique étrangère de la Turquie était soumise à ses intérêts économiques », relève ainsi l’analyste Sinan Ülgen54. En Libye comme en Syrie, les gouvernants turcs, malgré leur audience arabe et les bonnes relations revendiquées avec les pouvoirs en place, n’ont pu réellement influencer les événements en convainquant les régimes dont ils se vantaient d’avoir l’oreille d’amorcer des réformes.

  • 55 S. İdiz, « Turkey Reaches Out to the New Middle East », Hürriyet Daily News, 4 juillet 2011.

28Deuxièmement, les tensions des premiers mois entre Ankara et ses alliés occidentaux sur le dossier libyen ont illustré l’hubris de la diplomatie turque et l’impasse à laquelle celle-ci mène. La feuille de route proposée en avril par Recep Tayyip Erdoğan n’a pas eu beaucoup d’écho hors de Turquie et l’activisme diplomatique de l’Afrique du Sud, restée jusqu’au bout hostile à l’intervention, a été, par exemple, autrement plus visible sur la scène internationale, d’autant qu’il était relayé par l’UA. Malgré ses efforts et son prestige croissant, Ankara peine encore à s’affirmer comme un acteur global, comme l’avait déjà montré sa tentative infructueuse de compromis, en tandem avec le Brésil, sur le dossier du nucléaire iranien. « Clairement la période d’idéalisme dans la politique étrangère d’Ankara, représentée par les excessives ambitions d’Ahmet Davuto lu dans sa vision régionale, ont pris fin avec les événements de Syrie et de Libye », constatait Semih 1diz au début du mois de juillet dans un éditorial, soulignant que pour la diplomatie turque l’heure est maintenant au réalisme55. Elle n’a retrouvé une réelle capacité d’action et de médiation qu’en étant au diapason de ses alliés traditionnels américains et européens.

  • 56 S. Idiz, « Turkey Pushing for Interests in Libya », Hürriyet Daily News, 25 août 2011.

29Troisièmement, les six mois de crise libyenne ont montré encore une fois la force du pragmatisme de la diplomatie turque, capable de changer complètement de cap face à l’évidence d’une impasse. Hostile au début à l’intervention, comme l’Allemagne, la Turquie n’en a pas moins aussitôt accepté d’y participer a minima afin d’être « dans le coup ». Et si Ankara n’a reconnu le CNT que le 3 juillet, soit près de trois semaines après l’Allemagne, elle a su le faire savoir et capitaliser ce tournant. « La position française a clairement agi comme un signal de réveil pour Ankara », reconnaissait Semih 1diz à l’automne, rappelant que l’un des grands atouts turcs est le gouvernement de l’AKP, fort de son ascendant psychologique sur le monde arabe, notamment auprès des masses sunnites56. L’argument culturalo-religieux est de plus en plus explicitement mis en avant : « Étant donné que le “bedding with Westerners” [« coucher avec les Occidentaux »] reste un tabou social dans le monde islamique, ce facteur pourra constituer un avantage pour la Turquie dans la nouvelle Libye », écrit-il.

30Lors de la conférence de Paris des « amis de Libye » le 1er septembre 2011, la quasi-totalité des Européens étaient représentés par leur chef d’État ou de gouvernement, la Turquie seulement par son ministre des Affaires étrangères. Comme les États-Unis. C’était une manière de rappeler à Paris que les relations bilatérales n’étaient toujours pas pacifiées. Mais surtout une manière de marquer clairement sa différence.

Notes

2 Voir « La Turquie tente de restaurer son influence en Libye », Lexpress.fr, 4 juillet 2011.

3 « Libye : Erdoğan exclut une participation de la Turquie aux missions de combat », AFP, 22 mars 2011.

4 Voir D. Schmid et M. Semo, « Un “modèle turc” pour les révolutions arabes ? », Politique internationale, no 131, printemps 2011.

5 Voir « “Turkey and Europe Need Each Other”, Spiegel Interview with Ahmet Davutoğlu », Der Spiegel, 9 juin 2011.

6 Entretien, juillet 2011.

7 Il existe en Turquie une petite communauté alaouite, principalement dans la région du Hatay, surnommée les « alévis arabes » (Arap Alevi en turc, ou encore Nusayrī). Les doctrines alaouites sont cependant différentes de l’alévisme, même si les deux communautés ont en commun des références à l’islam chiite.

8 Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République française en 2007, la France s’oppose à la candidature turque à l’Union européenne et privilégie l’alternative du « partenariat privilégié ». Certains chapitres de la négociation d’adhésion sont bloqués, entre autres, par la France. Voir « La Turquie veut-elle toujours adhérer à l’Union européenne ? », Rapport d’information au nom de la commission des Affaires européennes sur l’évolution des relations entre l’Union européenne et la Turquie, 28 juin 2011.

9 Le point culminant du rapprochement turco-libyen fut la visite en Turquie du Premier ministre libyen’Adb-al-Salaam Jalud en janvier 1975, durant laquelle cinq accords de coopération furent signés. Le Premier ministre turc, Sadi Irmak, déclarait alors : « La Turquie a gagné un nouvel ami et un frère. [...] Nous mettrons à disposition notre main-d’œuvre qualifiée, et la Libye mettra à notre disposition son pétrole. » Voir A. Liel, « The Special Relationship with Libya », in Turkey in the Middle East : Oil, Islam, and Politics, Boulder, CO, Lynne Rienner, 2001, p. 178.

10 « Libya, Turkey Agree to Lift Visa Requirements, Improve Trade », Anatolia News Agency, 24 novembre 2009.

11 Pour un récit de l’épisode, voir P. Robins, « Turkish Foreign Policy under Erbakan », Survival, vol. 39, no 2, 1997.

12 Voir http://www.ihracatbilgiplatformu.gov.tr/ (accès octobre 2011).

13 « Visite du Premier ministre Erdoğan en Libye », TRT-French, 30 novembre 2010.

14 Elle fut ainsi le théâtre en 1996 d’une insurrection islamiste écrasée dans le sang.

15 S. Küçükkoşum, « Ankara Shows Tepid Reaction to Libya Deaths », Hürriyet Daily News, 20 février 2011.

16 « Turkish Businesses Looted in Libya, Turks Evacuated », Reuters, 21 février 201. La Turquie s’est distinguée par l’efficacité des opérations de rapatriement menées en Libye. De nombreux non-Turcs, notamment européens, ont également bénéficié de ces opérations. Ankara a aussi procédé par la suite à des évacuations de civils libyens blessés, amenés en Turquie pour y être soignés. Voir « Guardian Editor Grateful for Turkish Help in Rescue of Journalist », Today’s Zaman, 19 mars 2011 et T. Seibert, « Turkey Sends Ship to Rescue 230 Wounded from Libya », The National, 5 avril 2011.

17 « Turkey Warns Libya Against “Mistake” of Ignoring People », Hürriyet Daily News, 22 février 2011.

18 Voir « Libye : Ankara contre des sanctions », AFP, 24 février 2011.

19 Pour le détail des déclarations de Nicolas Sarkozy, voir « Propos du président de la République, M. Nicolas Sarkozy, lors de la conférence de presse conjointe avec le président de la République de Turquie, M. Abdullah Gül, 25 février 2011 », http://www.consulfrance-istanbul.org/spip.php? article1969 (accès octobre 2011).

20 « Turkey’s PM Speaks out Against Libya Sanctions », Hürriyet Daily News, 26 février 2011.

21 I. Kalın, « Towards a New Era in Libya », Today’s Zaman, 4 mai 2011.

22 « Ankara souffle le chaud et le froid », AFP, 19 mars 2011.

23 M. Semo, « La surenchère anti-israélienne d’Ankara navre la Turquie laïque », Libération, 6 juillet 2010.

24 Débat particulièrement aigu aux États-Unis ; voir par exemple M. Steyn, « Who Lost Turkey ? Today’s “Young Turks” Revere Islam, Not NATO », The Washington Times, 4 juin 2010.

25 N. Nougayrède, « Rendez-vous raté à Tripoli », Le Monde, 6 juillet 2011.

26 F. Özerkan, « Alliance of the Unaligned Split on Libya Intervention », Hürriyet Daily News, 21 mars 2011.

27 « Libye : la Turquie exclut de participer », AFP, 22 mars 2011.

28 C. Recknagel, « Libyan Operation Spurs Debate on Limits to Intervention », Radio Free Europe, 23 mars 2011.

29 Voir « Turkey Warns Against Coalition “Hidden Agenda” on Libya », BBC News, 23 mars 2011.

30 Voir E. Kart « France Likely to Drag Feet over “Political Command” on Libya », Today’s Zaman, 28 mars 2011 ; D. Strauss, « Turkey Attacks France on Libya “Crusade” », Financial Times, 24 mars 2011.

31 M. Sailhan, « La Libye provoque une nouvelle poussée de fièvre entre Paris et Ankara », AFP, 25 mars 2011.

32 « Libya’da Yaşananlar Avrupa’dan Önce Afrika ve Arap Ülkelerini İlgilendiriyor », site de la présidence de la République, 25 mars 2011, http://www.tccb.gov.tr/haberler/170/79295/libyada-yasananlar-avrupadan-onceafrika-ve-arap-ulkelerini-ilgilendiriyor.html (accès octobre 2011).

33 S. Milne, « Turkey Offers to Broker Libya Ceasefire as Rebels Advance on Sirte », The Guardian, 27 mars 2011.

34 Voir « Allies Disagree over Arming Libyan Rebels », Hürriyet Daily News, 30 mars 2011.

35 Voir « Turkish Foreign Policy : Erdogan’s Lament », The Economist, 7 avril 2011.

36 J. Marcou, « Action humanitaire et initiatives politiques : la Turquie tente de reprendre la main en Libye… », Blog de l’OVIPOT, 6 avril 2011.

37 « Les contradictions turques en Libye », Zaman France, 6 avril 2011.

38 La feuille de route turque est détaillée dans « Turkey Seeks International Support for Its Road Map on Libya », Hürriyet Daily News, 8 avril 2011.

39 Y. Doğan, « Analyst Bacık Says Ankara’s Active Stance Would Please Arabs who Expect More from Turkey », Today’s Zaman, 28 mars 2011.

40 C. Aktar, « Foreign Policy Horizon », Hürriyet Daily News, 1er avril 2011.

41 « Turkish “Zero Problem” Policy Hampered by Arab Revolts », Al-Arabiya News, 1er avril 2011.

42 S. İdiz, « Why Is the AKP Lenient on Libya and Syria ? », Hürriyet Daily News, 25 avril 2011.

43 J. Marcou, « La feuille de route turque pour la Libye peine à convaincre », Blog de l’OVIPOT, 11 avril 2011.

44 « Turkey Urges Gadhafi to Leave Libya, Approaches Benghazi », Hürriyet Daily News, 3 mai 2011.

45 « Libye : Moscou demande le départ de Kadhafi », Lexpress.fr, 27 mai 2011.

46 « Visite du président du CNT libyen en Turquie », TRT-French, 24 mai 2011.

47 I. Kalın, « Turkey and the Arab Spring », Today’s Zaman, 23 mai 2011.

48 « La Libye au cœur de plusieurs rencontres diplomatiques à Ankara », Lexpress.fr, 5 juillet 2011.

49 I. Yezdani, « Libyan Opposition Seeks Funds at Istanbul Meeting », Hürriyet Daily News, 15 juillet 2011.

50 « Change in Libya Should Be a Lesson for Region’s Leaders, Says Davutoğlu », Today’s Zaman, 22 août 2011.

51 L. Marchand, « La Turquie fait la cour aux nouvelles autorités libyennes », Le Figaro, 25 août 2011.

52 Entretien, juillet 2011.

53 L. Caracciolo, « La trappola dell’intervento » (« Le piège de l’intervention »), La Repubblicca, 8 mars 2011.

54 Voir I. Villelabeita, « Turkey Eyes Political Role, Deals in Libya », Reuters, 25 août 2011.

55 S. İdiz, « Turkey Reaches Out to the New Middle East », Hürriyet Daily News, 4 juillet 2011.

56 S. Idiz, « Turkey Pushing for Interests in Libya », Hürriyet Daily News, 25 août 2011.

Auteur

Historien de formation, Marc Semo est rédacteur en chef adjoint et responsable du service « monde » du quotidien Libération. Correspondant à Rome entre 1978 et 1988, il a été ensuite grand reporter, couvrant notamment l’Europe de l’Est et les guerres dans l’ex-Yougoslavie mais aussi l’Irak et le conflit kurde. Il a consacré de nombreux reportages et enquêtes à la Turquie. Il est l’auteur de La Révolution du Bosphore, Paris, Éditions du Cygne, 2009.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search