Version classiqueVersion mobile

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil des récits

Chapitre 3. Les particuliers et les messagers des airs

Texte intégral

LES MESSAGERS DU MYSTÈRE : SECTES ET PIGEONS

  • 1 Et non cent ans plus tard, comme le prétendent ses biographes, S. M. Stern, EI2, 1, p. 49.

1Vers la seconde moitié du ii/viiie siècle1, le fondateur de l’ismā‘ilisme, ‘Abd Allāh b. Maymūn Qaddāḥ, recevait dans la région d’Ahwāz où il avait vu le jour une correspondance mystérieuse de ses disciples dispersés en différents points éloignés de la terre, qui tendaient l’oreille aux nouvelles pour l’en avertir secrètement. Aussi confondait-il ceux qui en étaient instruits par sa voix, avant que la renommée ne les informât : il leur faisait, en somme, croire qu’il les savait par révélation. Ces voies aériennes étaient alors extraordinaires dans la province reculée du Ḫūzistān (Susiane), sinon il n’aurait jamais pu inspirer le respect des crédules qui, Abūsés par ses lumières, tombaient dans le piège de ses paroles, puis dans l’illusion de sa doctrine. Le faux prophète n’eut probablement pas les moyens ni le temps de renouveler ses prodiges dans les deux villes étrangères où il était ensuite rapidement passé : ‘Askar Mukram et Baṣra. Mais il a peut-être rétabli son réseau à Salamiyya, en Syrie du Nord où il s’était finalement enfui pour s’éteindre à une date inconnue. Le récit des lettres secrètes qui lui permettaient de leurrer ceux qui l’approchaient est relaté par Ibn al-Nadīm dans son Fihrist.

  • 2 Bar Dīṣān (Bardesane), l’hérésiaque d’Édesse.
  • 3 Ibn al-Nadīm, I, p. 186-187. Un récit similaire figure dans Ibn al-Ğawzī, XII, p. 299.

« Maymūn et son fils étaient des disciples d’Ibn Dayṣān2. ‘Abd Allāh se prétendit longtemps prophète. Il créait l’illusion et déclarait que la terre roulait pour lui : aussi allait-il où il voulait dans la plus brève durée. Il informait des événements survenus dans des pays lointains. Il avait en maints lieux des agents qu’il s’était attachés par des bienfaits et qui favorisaient ses artifices. Ils avaient des oiseaux qu’ils libéraient de différents lieux vers le lieu où il se trouvait. Il informait alors ceux qui venaient le trouver de ce qui se passait et leur en imposait ainsi3. »

LES PIGEONS PRIVÉS AU SERVICE DE L’ÉTAT

  • 4 Mais une heure, selon Ibn ‘Inaba, p. 278.

2Les particuliers qui échangeaient des voyageurs ailés pouvaient transmettre rapidement les nouvelles à travers l’espace et en obtenir réponse : ainsi un descendant du Prophète, Abū l-Ḥasan Muḥammad b. ‘Umar (mort en 390/1009) gardait-il dans sa maison de Bagdad des pigeons provenant du colombier d’un ami à Kūfa, où ce dernier détenait des oiseaux originaires du pigeonnier du ‘alide à Bagdad. Quelques heures seulement séparaient le message de la réponse, alors que, d’une ville à l’autre, il fallait trois jours de chemin pour un cavalier, et autant pour en revenir4. Cette relation n’avait pas seulement surpris l’émir būyide, ‘Aḍud al-Dawla : elle émerveilla tant ses contemporains qu’elle fut insérée dans la biographie du personnage. Pourtant cette correspondance n’était guère extraordinaire : Kūfa était le relais de pigeons le plus proche de Bagdad : 165 ou 186 km seulement les séparaient par la voie de terre et 143 par la voie des airs. De plus, la ligne n’avait été que récemment abandonnée, si bien que son souvenir devait encore s’offrir aux mémoires. Ce récit est narré par Ibn al-Ğawzī dans ses annales.

  • 5 Ibn al-Ğawzi, XV, p. 22. Récit légèrement différent dans Ibn ‘Inaba, p. 278.

« Lorsque l’ambassadeur des Carmathes vint à Kūfa, ‘Aḍud al-Dawla ordonna à son vizir Mutahhar b. ‘Abd Allāh de prescrire au descendant du Prophète, Abū l-Ḥasan, d’écrire à ses adjoints de Kūfa de l’héberger et de l’honorer. Il prescrivit ceci secrètement à son ami. L’ordre s’envola sur un pigeon de Kūfa qui parvint à destination ; et la réponse, sur un pigeon de Bagdad. Son envoyé lui porta le billet : quelques heures s’étaient seulement écoulées. Le vizir lui dit alors : “‘Aḍud al-Dawla t’a donné un ordre dont tu as retardé l’exécution. Il faut te rendre à ta demeure pour écrire à tes adjoints, afin que la réponse arrive le sixième jour et que tu la lui présentes. — J’ai écrit, répliqua-t-il, et la réponse est venue.” Il la présenta au vizir qui entra auprès de ‘Aḍud al-Dawla et l’en informa : il en fut stupéfait5. »

LES MESSAGERS DES AMIS

  • 6 Bakrī, II, p. 705.

3Tunis et Kairouan pouvaient aisément échanger les pigeons pour transmettre les lettres6 : les villes ne sont distantes que de 125 km à vol d’oiseau. Cette liaison sauva nombre de Tunisois du carnage : un messager aérien les prévint promptement de l’ordre du souverain ziride, Bādīs (386/996-406/1016), de confisquer les biens et trancher la tête de ceux qui nourrissaient une haine pour lui, sur les conseils perfides de son vizir qu’il avait eu la faiblesse d’entendre, au lieu de lui fermer sagement ses oreilles. Sous l’impulsion du mystique, Muḥriz b. Ḫalaf, dont le nom était couramment accolé du surnom de Mu‘addib (le maître d’école), une lettre s’envola à tire-d’aile vers Kairouan pour dénoncer l’Abūs dont les Tunisois devaient être victimes. Touché de ce message imprévu que le saint avait daigné écrire, Bādīs accorda son pardon par la voie des airs et tourna sa fureur contre son vizir dont il fit arracher les dents. Comme le véloce porteur de nouvelles avait devancé d’une grande distance le messager du souverain, l’abolition de l’ordre parvint avant l’ordre même. Ce récit est relaté dans la monographie que Fārisī a consacrée aux prodiges du patron de Tunis.

  • 7 Fārisī, p. 144-147/314-316.

« [...] On rapporte de Bādīs que des membres de sa secte vinrent le trouver et prétendre que les Tunisois le haïssaient autant que sa dynastie. Il envoya alors à son gouverneur un courrier à dromadaire pour lui dire : “Saisis-toi des gens de science et du monde qui seront signalés, empare-toi de leurs biens et tranche-leur le cou.” Or, il y avait à Kairouan un sunnite qui aimait les Tunisois où il avait un ami. Il disposait de deux pigeons dressés, l’un à Tunis, l’autre à Kairouan. Il écrivait à son ami de Tunis les nouvelles répandues à Kairouan ; de même, celles qui couraient à Tunis s’envolaient pour Kairouan. Quand le kairouanais entendit ce bruit et ce que Bādīs avait expédié à Tunis, il écrivit une lettre et l’attacha à un pigeon qu’il envoya à son ami de Tunis. Lorsque l’oiseau lui parvint, il prit la lettre, l’apporta aux savants et la leur montra. En ayant vu le contenu, ils se dirent les uns aux autres : “Nous n’avons, en cette affaire, que le Mu’addib Muḥriz.” Ils se rendirent auprès de lui : il ordonna que la lettre lui fût lue. Lorsqu’il en entendit le contenu, il dit : “Écrivez : quelques hommes qui n’appartiennent pas aux gens du Livre déclarent être de faibles Tunisois dont on va s’emparer pour leur ôter vie et biens. Il incombe au sultan d’examiner ceci. Garde-toi des avis des vizirs du mal qui mangent tes dirhams et approchent ta chair, tes os et ton sang du feu de l’Enfer. Tu es sur le départ : songe au viatique. Que le salut soit sur celui qui suit la direction !”
« Il envoya la lettre avec le pigeon à l’homme de Kairouan. Celui-ci la prit et la porta à l’audience du cadi, où elle fut lue aux assistants. Les membres de l’audience et tous les gens présents convinrent d’écrire une lettre où le sultan serait glorifié. Lorsque leurs propos finirent par s’accorder sur ce point, l’un des membres de l’audience se leva pour déclarer : “Ô gens ! ne changez pas la lettre du šayḫ : ce qu’il a écrit, il savait pour qui il l’écrivait, et son destinataire saura qui l’a écrite.” La lettre fut portée à Bādis sans y rien changer. Lorsqu’on lui en donna lecture, son vizir déclara : “Abū Kusayya est toujours aussi haineux et hypocrite !” Mais Bādīs répondit : “Nous avons gagné, toi et moi, tant de prestige auprès de Muḥriz, qu’il nous a écrit. C’est un don que Dieu nous a offert !” Et il lui infligea un châtiment exemplaire : il ordonna de lui arracher les dents, puis il appela l’un de ses eunuques et lui dit : “Prends cette lettre et porte-la à Madame en lui disant : ‘Voici une lettre de Muḥriz b. Ḫalaf. Conserve-la précieusement. Peut-être que sa bénédiction rejaillira sur toi et sur nous !’” Lorsque la lettre parvint à Madame, elle la parfuma, l’enfila pour la porter sur elle. Elle était alors enceinte. Elle dit : “Peut-être que sa bénédiction rejaillira sur moi !” Elle rejaillit effectivement sur elle : elle donna le jour à Mu‘izz b. Bādīs. Puis Bādīs s’exclama : “Gloire à Dieu ! la lettre que nous avons envoyée à Tunis n’y est pas encore parvenue.” Il écrivit aussitôt à Tunis une lettre au messager qu’il avait envoyé punir les musulmans : “Le pardon vous a été accordé grâce à la bénédiction du message du Mu‘addib Muḥriz b. Ḫalaf.” Elle fut remise à l’homme qui lui avait apporté la lettre : il l’attacha à un pigeon qui arriva à Tunis avant le messager : tout cela en un seul jour. Lorsque le messager arriva, le gouverneur convoqua les habitants de la ville pour les instruire des ordres du sultan : ils vinrent le trouver avec la lettre. L’ayant vue, il se repentit et leur donna congé sans punir aucun : nul oppresseur ne s’empara d’eux. Louange à Dieu, Seigneur des mondes, pour le salut des musulmans !7 »

6. Lâchers de pigeons chargés de plis en Orient.

LA COLOMBE INVITE L’HÔTE AU DÉPART

  • 8 Selon les termes d’Usāma, p. 135.

4Dans ses souvenirs, le « gentilhomme syrien » Usāma b. Munqiḏ évoque les promesses faites en 533/1139 au vizir fatimide, Afḍal Riḍwān b. Walaḫšī, pour l’attirer à Damas. Il se trouvait alors à Ṣalḫad, à près de 120 km au sud de la capitale, où il avait trouvé un moment refuge après sa fuite d’Égypte, dont l’armée, à l’instigation du calife Ḥāfiẓ, s’était révoltée contre lui. Quand Usāma aurait préparé le palais damascène d’al-‘Aqīqī qui devait le recevoir, il lâcherait des pigeons emportés en quittant Ṣalḫad pour le prévenir, et se porterait à sa rencontre sur la route. Mais son dessein fut troublé lors du retour du vizir en Égypte ; dès qu’il en eut franchi les frontières, il fut trahi et dépouillé par les Turcs qui lui servaient d’escorte et peut-être de cortège ; puis le calife lui promit la vie sauve ; mais, dès son arrivée, il manqua à sa parole pour l’incarcérer avec son fils dans une demeure jouxtant le grand Palais. Cependant, grâce à la complicité d’un parent, il parvint à s’enfuir en 542/1148 pour rencontrer une fin tragique : un coup d’épée l’étendit par terre, baigné dans son sang, puis il reçut la mort de la main cruelle d’une troupe de Noirs ivres et « les gens du Caire se partagèrent sa chair, pour la manger et devenir braves. Cette histoire portait en elle un avertissement, une leçon, mais il fallait que la volonté divine s’accomplît8 ».

  • 9 Idem, trad. André Miquel, p. 133.

« J’eus de nombreux entretiens avec Riḍwān et, finalement, sa venue à Damas fut décidée. Il y recevrait trente mille dinars, moitié en espèces et moitié sous forme de fief, ainsi que le palais d’al-‘Aqīqī, tandis que ses compagnons percevraient une solde. Il m’enregistra tout cela de sa main, et il savait superbement écrire ! Puis : “Si tu veux, me dit-il, je partirai avec toi. – Non, répondis-je. Je partirai, moi, en emportant d’ici quelques pigeons. Quand je serai sur place, que j’aurai libéré la maison et tout mis en place, je lâcherai les pigeons vers toi et partirai sur l’heure, pour te rencontrer à mi-chemin et entrer à Damas en ta compagnie.” Ainsi fut-il décidé. Je pris congé de lui et m’en allai9. »

PIGEONS ET MARCHANDS

5À la fin du Moyen Âge (et sans doute avant, malgré l’absence de témoignages), les négociants eurent de précieux auxiliaires : les courriers du ciel qui leur annonçaient les richesses dont les vaisseaux étaient chargés. Dans le port d’Alexandrie, qui était alors la première bourse aux épices de la Méditerranée, sitôt que les voiles chrétiennes paraissaient à l’horizon, les vigies qui veillaient dans une grande tour carrée au sommet d’une colline les signalaient en hissant de petits drapeaux pour indiquer leur nombre et leur nationalité. À peine les signaux avisés, les marchands alexandrins dépêchaient des agents dans des chaloupes empruntées au gouverneur pour accoster les vaisseaux au large. S’étant enquis de la cargaison, ils s’empressaient de les informer par un lâcher de pigeons. Les nouvelles étaient ensuite transmises par la même voie, en cas de besoin, à Damiette et au Caire, où leurs correspondants pouvaient les recevoir avant même que les étrangers n’eussent quitté les navires et la mer. De tous les Occidentaux qui visitèrent Alexandrie, un seul relate cette liaison commerciale : le « Grand Voyageur » (titre qu’il devait mériter) flamand, Joos van Ghistele, en 1482-1483.

  • 10 Joos van Ghistele, trad. Renée Nauwens-Préaux, p. 123.

« Dès qu’ils ont la permission, ils mettent des hommes dans la barque et rament vers les grands bateaux qui sont encore loin en pleine mer, et ils emmènent avec eux un des pigeons apprivoisés. Arrivés aux bateaux, ils s’informent des marchandises que ceux-ci apportent et ils écrivent aussitôt une petite lettre qu’ils suspendent au cou du pigeon ou sous son aile et le laissent s’envoler ; le pigeon revient aussitôt à la maison où il a été élevé. Les marchands, qui l’attendent, l’attrapent, et examinent la lettre et, s’ils pensent que cela peut leur être utile, ils prennent aussitôt un autre pigeon et le font voler vers Le Caire ou vers Damiette pour avertir leurs collègues de l’arrivée des marchandises et pour qu’ils soient sur leur garde10. »

  • 11 II, p. 52.

6Les pigeons continuèrent à délivrer les dépêches commerciales d’Alexandrie au Caire au moins jusqu’à l’orée du xviie siècle : le voyageur Fynes Moryson (mort en 1629)11 en avait eu vent, mais résista d’abord à prêter foi au fait qu’il tenait pour fable. Les marchands anglais d’Alep devaient plus tard lui en confirmer la véracité. Puis cette liaison fut suspendue quand les navires d’Occident détournèrent leurs voiles du port déchu. Après Alexandrie, la coutume d’utiliser les pigeons pour le commerce apparaît en 1574 à l’île dépouillée d’Ormuz que l’on tenait alors pour le vestibule de l’Inde et le plus grand emporium du monde. Depuis 1514, elle n’appartenait plus aux Safavides : pour sa position dominante à l’entrée du golfe Persique, Alphonse d’Albuquerque, dit le Grand, avait rendu au Portugal sa conquête fraîchement perdue en 1507, après une mutinerie, pour l’intégrer à l’empire colonial.

  • 12 Ragheb (1996), p. 191.
  • 13 Comme Balbi est seul à le révéler, p. 108 ; repris par Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 14 Masson (1896), p. 372-373.
  • 15 Précision de Balbi, loc. cit.
  • 16 Harant, p. 27/p. 35.
  • 17 Relation, § 13 ; passage repris par Ibn al-Faqīh, p. 11/p. 14 ; Ragheb (1996), p. 184.
  • 18 Iṣṭaḫrī, p. 32 ; Ibn Hawqal, p. 46/I, p. 44 ; Maqdisī, p. 12/p. 34-35 ; Ragheb (1996), p. 202.
  • 19 Ragheb (1996), p. 190.
  • 20 Sur ce trajet, voir Dannenfeldt, p. 119-121.
  • 21 Masson (1896), p. 372.

7Dès que les vents de fin d’année (novembre et décembre) emportaient les navires chargés d’épices de l’océan Indien12 vers ses côtes nues, des pigeons étaient délivrés de prison pour gagner la liberté de l’air : en rejoignant leur nid, ils annonçaient à Baṣra l’arrivée des produits attendus13. Les marchands qui recevaient les messages tombés du ciel confiaient à leur tour les nouvelles aux ailes de la vitesse : elles gagnaient Bagdad, qui était alors l’entrepôt général des marchandises de l’Asie centrale et de l’Extrême-Orient14, où les négociants étaient avertis des cours des richesses des Indes15 dans l’espace d’un jour16 ou peut-être deux, si le retour des messagers volants avait été retardé par le temps, ou le lâcher suspendu aux premières ombres du soir. Mais comme ces biens n’étaient pas destinés à la vente sur place, ils prévenaient certainement à leur tour leurs correspondants qui pouvaient spéculer longtemps avant leur arrivée : il fallait, en effet, les transborder dans des bateaux à plus faible tirant d’eau, les gros bâtiments risquant de sombrer dans les hauts-fonds17, surtout dans le gouffre perfide de Ğannāba, s’ils étaient surpris par la tempête en furie18, souvent terrible de la fin de l’été à la fin de l’automne. Ils voguaient d’abord lentement sur le golfe Persique qu’ils pouvaient remonter toute l’année, sauf une quarantaine de jours en juin-juillet, où ils essuyaient la rage des vents qui les entraînait vers le cap de Musandam au sud19. Puis ils remontaient encore plus lentement le Šaṭṭ al-‘Arab et le Tigre, où les marchands bravaient maints dangers : tourbillons, canicule, air fétide, mortels vents chauds, lions et surtout brigands infestant les marais et les îles disséminées dans la foison des canaux qui jaillissaient des forêts de roseaux pour dépouiller les voyageurs20, sans parler des passages parfois interdits par le sultan ottoman ou le šāh de Perse et des guerres qui les opposèrent du temps de ‘Abbās (1589-1628)21.

  • 22 Itinéraire décrit par Ibn Ḫurradāḏba, p. 61-62/42. Jusqu’à Sīrāf, depuis des siècles démolie, on c (...)
  • 23 Willcoks, p. 30.
  • 24 Idem, p. 27.
  • 25 Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 26 15 jours, suivant Plaisted, p. 127 ; près de 30, suivant Beawes, p. 25.
  • 27 Harant, II, loc. cit.
  • 28 Rauwolf, p. 214/p. 145.
  • 29 Tavernier, I, p. 304.
  • 30 Idem, I, p. 189.
  • 31 Idem, I, p. 304.
  • 32 Idem, I, p. 189, 303-304.
  • 33 Wood, p. 162 ; Sauvaget (1941b), p. 202.
  • 34 Masson (1896), p. 373.

8Ce trajet n’était pas seulement périlleux, mais extravagant (près de 1 861 km) : quelque 1 056 km (176 parasanges) d’Ormuz à Baṣra22, dont 100 km de Fāw, où le fleuve verse son tribut à la mer23, puis 805 jusqu’à Bagdad24. Aussi il était long : de l’île portugaise à Baṣra, les bateaux mettaient environ 12 jours25, puis de Baṣra à Bagdad, ils pouvaient en prendre 15, 3026, 3827 ou 4028, sinon davantage : 60 (ou moins)29, 7030 et même plus de 9031. Le halage à bras ou à col d’homme sur le Šaṭṭ al-‘Arab, puis sur le Tigre, leur imposait le rythme de 10 km par journée32. Mais il pouvait être considérablement ralenti par les vents souvent féroces qui repoussaient les coques. Parvenus à la capitale, les marchands itinérants gagnaient les emplacements préparés par leurs correspondants dans les terrains vides hors la ville, dès la réception des billets tombés des nues. Ils y dressaient leur tente et emballaient la marchandise qu’emportaient de lents navires du désert, les uns par la Turquie, probablement vers Smyrne, le plus fréquenté de ses ports33, les autres peut-être par la Syrie en prenant sans doute soin de fuir Alep, où des droits de douane exorbitants les frappaient34.

9La liaison de Baṣra à Bagdad est décrite pour la première fois par le fameux botaniste et médecin d’Augsbourg, Leonhardt Rauwolf, en 1574.

  • 35 Rauwolf, p. 214-215.

« Ainsi il arriva précisément que pendant le temps de mon séjour là-bas, le 2 décembre de l’année 74, vinrent vingt-cinq navires chargés d’épices et autres matières précieuses par la mer des Indes en route d’Ormutz à Balsara. Dans cette ville appartenant au grand Turc et située aux frontières les plus éloignées qu’il ait du côté sud-est à environ six jours de voyage de là-bas, ils chargent leurs marchandises dans de petits bateaux pour les porter à Bagadet, trajet qui, au dire de certains, leur prend jusqu’à 40 jours. Mais comme le passage sur terre et sur eau appartient aux deux rois d’Arabie et de Perse (qui ont également dans les environs villes et forts) et que ceux-ci peuvent aisément l’interdire, ils élèvent des pigeons, spécialement à Balsara, pour qu’on puisse, en cas de besoin, avoir de bonnes informations d’un lieu à l’autre. Ils sont aussitôt lâchés pour porter des lettres à Bagadet. Lorsque les bateaux chargés arrivent à Bagadet, les marchands (spécialement ceux qui apportent les épices à transporter à travers les déserts de Turquie) ont leur emplacement particulier dans les champs ouverts à l’extérieur de la cité de Ctésiphon, où chacun fixe sa tente pour y mettre en dessous ses épices en sacs et les garder en sûreté jusqu’à ce que le désir leur vienne de partir par caravanes entières. De telle sorte que, de loin, on pourrait croire que des combattants y sont logés plutôt que des marchands et qu’ils cherchent des armes plutôt que des marchandises. Ainsi pensai-je moi-même avant de m’approcher d’assez près que je pusse sentir l’odeur forte et agréable35. »

AVIS SECRETS SUR LE COURS DES ÉPICES

  • 36 II, p. 27/p. 34-35, sous la formule « et retour ».

10En 1580, six ans après Leonhardt Rauwolf, le joaillier vénitien, Gasparo Balbi, décrit également ces courriers qui s’envolaient d’Ormuz vers Baṣra et de Baṣra vers Bagdad. Par ce mode de transmission qui lui avait paru incroyable, les marchands de la capitale étaient avertis de loin du cours des épices qu’apportaient les navires du bout du monde pour les jeter dans le port, si bien que les initiés pouvaient spéculer à loisir, longtemps avant l’arrivée des produits. En 1598, le voyageur tchèque Christophe Harant36 résume ce passage de Balbi en appelant curieusement l’île, alors possession portugaise, Amara (‘Amāra), ville d’Iraq qu’abreuve le Tigre, pourtant éloignée par le nom et le lieu ; il ajoute que les marchands envoyaient également des lettres dans le sens inverse. Ce détail précieux qu’il est le seul à fournir doit provenir des « témoignages similaires... rapportés par ceux qui décrivent l’Inde et les pays orientaux » qu’il évoque sans livrer le nom des auteurs qui les évoquaient, soit qu’il jugeait inutile d’en instruire le lecteur, soit que sa mémoire l’avait trahi en le noyant dans l’oubli.

11En 1622, quand l’île redevint persane, reprise par ‘Abbās Ier sur les Portugais, les messagers ailés cessèrent de gagner le ciel d’Ormuz. Si les lâchers ne furent pas suspendus, ils ne purent s’effectuer que du continent : de Gamru (que les Anglais avaient coutume d’appeler Gombroon) auquel le šāh attacha bientôt son nom, Bandar ‘Abbās pour en faire le premier port de l’empire.

NAVIGATION DE BALSARA PAR L’ÎLE D’ORMUS

  • 37 Balbi, p. 108, trad. Henri Bresc.

« Il ne me paraît pas hors de propos, avant que je laisse les choses notables de Balsara, d’en raconter une presque incroyable, et qui est pourtant vraie ; et c’est que certains marchands, qui ont une correspondance de Balsara à Babylone, se font porter des colombes de Babylone, qui sont élevées dans cette ville, et, en se les faisant porter dans une cage, ne leur font pas voir trop de lumière ; arrivées à Balsara, ils les enferment dans une chambre, et, quand vient l’occasion d’avertir ceux de Babylone, que le prix des épices à Balsara a baissé ou crû, ils leur écrivent une lettre et la lient sous les ailes du pigeon, ou de plusieurs, selon la peur qu’ils ont que les pigeons n’y aillent pas ou ne retournent pas dans la maison où ils ont été élevés, puis les portent à un ou deux milles hors de la ville et les laissent ; et ces pigeons, le jour même, regagnent leur maison à Babylone, et dès que les propriétaires des maisons les aperçoivent, le soir même, ils les prennent et lisent les lettres, de telle manière qu’en un seul jour ils avisent ceux de Babylone de ce qu’ils ont à faire sans aucune dépense et secrètement, chose très utile à ces marchands ; et la même chose se fait aussi d’Ormissa à Balsara37. »

LES MESSAGERS AILÉS D’ALEP

  • 38 Bugnon, p. 117 ; Masson (1896), p. 371-372 ; Wood, p. 30 ; Sauvaget (1941b), p. 201.
  • 39 En 1583, Fitch débarque à Tripoli pour gagner Alep et y embarque en 1591 pour rentrer à Londres, R (...)
  • 40 Cartwright, p. 6.
  • 41 Le firman date du 13 février 1592, Berchet, p. 71 ; Braudel, I, p. 58, 513.
  • 42 Masson (1896), p. 381.
  • 43 Selon les termes de Volney, p. 277.
  • 44 Wood, p. 76.
  • 45 Idem, p. 24.
  • 46 Masson (1896), p. 380.

12Sise entre l’Euphrate et la mer, Alep devint sous les Ottomans, non seulement une halte obligée pour les richesses d’Orient drainées par les caravanes du golfe Persique vers la Turquie, mais également la plus grande place de commerce du Levant : elle dépassait par l’importance Alexandrie depuis longtemps déchue et même Istanbul38 pourtant prospère. Sa porte fut longtemps Tripoli39, le port syrien le plus hanté par les marchands d’Europe, ragusois, vénitiens, florentins, génois, siciliens, marseillais et anglais40. Puis Venise, à la demande du consul Tommaso Contarini, obtint en 1592 de la Sublime Porte contre 10 000 sequins l’autorisation de transférer son escale à Alexandrette41 : elle était à deux journées de cheval d’Alep contre cinq pour Tripoli, et sa rade était plus sûre42. Mais ce pauvre ramassis de cahutes ne changea pas d’apparence en changeant de vocation : elle n’apparut jamais aux yeux de l’Occident « qu’un hameau sans murailles, peuplé de plus de tombeaux que de maisons43 ». Les autres vaisseaux de la chrétienté désertèrent ensuite la vieille échelle pour la nouvelle, notamment les Anglais44, qui y bâtirent un entrepôt de pierre en 159745, puis les Français dès 1612 pour fuir la tyrannie du pacha de Tripoli46.

  • 47 Volney, loc. cit.
  • 48 Masson (1896), p. 380.
  • 49 Volney, p. 277-278.
  • 50 Masson (1896), p. 270, 379.
  • 51 Wood, p. 76.

13Outre sa proximité qui la destinait à devenir le port d’Alep, Alexandrette était le seul bassin naturel de Syrie qui offrît un mouillage propice par un fond qui tenait « solidement l’ancre des vaisseaux, sans couper les câbles47 ». Mais elle présentait quelques désavantages : comme la plage était sans défense (alors que de solides tours gardaient les approches de Tripoli), elle devenait la proie des brigands : les corsaires assaillaient impunément les navires à l’ancre dans la baie et s’enfuyaient par les flots, les Tripolitains y débarquaient pour écumer magasins et douane et les chevaliers de Malte français la pillaient sans vergogne48 ; si l’hiver les navires n’y redoutaient plus l’assaut des tempêtes, ils étaient soumis à des vents enragés qui se précipitaient du ciel sur la terre pour les repousser trois ou quatre mois durant et leur refuser l’entrée du port, notamment le terrible Raguier (langage de marins) qui « tombant comme un torrent des sommets neigeux des montagnes » les tourmentait longuement pour les chasser « sur leur ancre pendant des lieues entières » ; l’été, des vapeurs pestilentielles émanaient des marais voisins, engendrant des fièvres qui décimaient le tiers des équipages ; enfin, toute l’année, des bandes de kurdes, pillards consommés, infestaient le chemin d’Alep par la plaine d’Antioche pour détrousser les caravanes. Aussi les marchands devaient-ils s’armer49 et demander à l’aga d’Alexandrette une escorte de janissaires50. Malgré ces graves inconvénients, la proche Alexandrette fut préférée à la lointaine Tripoli. Aussi, lorsqu’en 1609, la Sublime Porte ferma le premier port pour ramener le commerce au second qui menaçait de tomber en léthargie si la navigation y tarissait, sommant les consulats anglais, français et vénitien d’y retourner, l’opposition fut si vive que l’échelle d’Alexandrette fut rouverte en 161351.

14À une date indéterminée mais qui avait dû suivre de quelques années le transfert de l’échelle de Tripoli en 1592, les négociants d’Alep firent emploi de messagers ailés qui les prévenaient immédiatement des navires frais mouillés sur rade d’Alexandrette. Le premier à décrire ces coursiers de l’air fut le calabrais Don Aquilante Rocchetta, lors de son passage en 1598, avant de gagner la Terre sainte où le Pape l’avait autorisé à se rendre. Il est aussi le seul à révéler les perfides manœuvres que leurs promptes ailes favorisaient et que les victimes regardaient tardivement comme de vraies duperies.

  • 52 Rocchetta, p. 66-67, trad. Henri Bresc.

« Il m’est paru bon d’expliquer ici précisément l’usage que l’on fait à Alep des pigeons, qui est merveilleux, et très véridique, selon ce que j’ai vu moi-même de mes yeux, et de nombreux auteurs le mentionnent. Il existe donc à Alep certains pigeons, différents des pigeons ordinaires, à la fois parce qu’ils sont plus grands, et aussi parce qu’ils portent un signe blanc sous le bec. Ces pigeons aiment beaucoup leurs petits, de manière que, si on les emporte d’Alep, où est le nid de leurs fils, à Alexandrette, ou ailleurs, au loin, et que longtemps après on les libère, ils lèvent leur vol si haut qu’on les perd de vue (car, non seulement ils ont un vol très rapide, mais également très endurant) ; et ainsi ils volent en tournoyant à cette hauteur dans le ciel, pour pouvoir découvrir et voir tout le pays environnant. Quand ils aperçoivent la cité d’Alep, ils tombent avec rapidité, et comme à la verticale, dans ce quartier et dans cette maison où ils se rappellent avoir laissé leurs petits dans le nid. « La même chose arrive si on porte ces pigeons d’Alexandrette ou d’une autre cité de ces régions. Ils ont l’habitude, avant de les libérer, de leur attacher sous l’aile une lettre ou une petite feuille, qu’ils envoient à leurs amis à Alep ou dans d’autres régions, parce que ces pigeons, arrivés à Alep, où ils ont leurs petits, se laissent prendre par ceux-ci, qui, recevant la lettre ou petite feuille, peuvent aussitôt répondre par d’autres pigeons. Mais ils s’en servent particulièrement pour l’expédition de leurs affaires marchandes : car, Alexandrette étant, comme nous l’avons dit, distante d’Alep d’environ cent milles, de nombreux navires viennent dans son port de bien des pays pour acheter à Alep de ces produits qu’on apporte à Alep des Indes et d’autres régions ; il arrive donc que, quand les navires tardent à venir à Alexandrette, les marchands d’Alep craignant que leurs marchandises, à force de temps, ne demeurent sans clientèle, volontiers les vendent bon marché si quelqu’un veut les acheter. Mais alors que l’on n’a aucune nouvelle des navires, certains Allepins sont avertis par pigeons par certains amis et correspondants qu’ils tiennent à Alexandrette que ces derniers ont découvert que des navires y arrivent, ou bien qu’ils sont déjà arrivés. Dès qu’ils sont avisés, avant que ne survienne un autre avis (car les pigeons volent plus vite qu’aucune autre information ou nouvelle), ils s’accordent vite avec ces marchands et achètent bon marché à faible prix, d’ordinaire avec peu d’argent comptant, en promettant le reste à quelques jours. Mais, cela fait, il ne se passe guère de jours avant qu’arrive l’avis de la venue des navires, et ces pauvres marchands se trouvant joués et roulés, se repentent et se le reprochent en vain52. »

  • 53 Sauvaget (1941b), p. 202.
  • 54 Blunt, p. 95 ; Masson (1896), p. 375.

15Malgré son commerce déchu, Alep demeura jusqu’à la fin du xviiie siècle un important marché pour l’importation et la distribution des produits d’Europe, comme pour l’exportation des matières provenant du Taurus et du Kurdistan53 ou de régions plus lointaines comme la Perse et les Indes54. Aussi ses négociants continuèrent-ils à employer les messagers des airs pour obtenir rapidement les nouvelles d’Alexandrette et se livrer avec fruit aux spéculations. Mais instruits par l’expérience, ils ne vendaient plus au rabais pour ne plus déplorer les tromperies subies quand les rapaces initiés apprenaient l’arrivée des navires d’Occident. En 1631, le belge Vincent Stochove décrit longuement les messagers ailés qui portaient les nouvelles de la mer à la ville.

  • 55 Stochove, p. 253-254. Sa description a été copiée mot à mot par son compagnon de voyage et plagiai (...)

« Ils pratiquent une chose très curieuse et remarquable à Alexandrette, pour donner avis à ceux d’Alep lorsqu’il y arrive quelque navire : les marchands qui demeurent en Alep sachant qu’il doit partir quelque vaisseau de la chrétienté, ils envoient des pigeons à Alexandrette, où le navire qu’ils attendent étant arrivé, ceux qui ont des pigeons leur attachent un billet au-dessous de l’aile et laissent envoler leur pigeon, il gagne aussitôt le haut des montagnes d’où l’on croit qu’il peut découvrir la ville d’Alep, puis d’un vol se rend à ladite ville, qui en est éloignée d’environ vingt-quatre lieues : il fait ce chemin en une heure et demie, ou au plus en une heure et trois quarts : nous eûmes bien de la peine à croire cette rareté, mais en ayant vu l’expérience, et puis conféré avec ceux d’Alep, nous en demeurâmes étonnés : ces prompts avis servent beaucoup aux marchands, car avec l’arrivée du vaisseau on leur mande les marchandises qu’il apporte, et celles qui pour le retour sont les plus profitables, et suivant ces avis ils font leurs affaires qu’on sache ce qui s’y passe55. »

16Un autre voyageur, le père Antonius Gonzales (belge, malgré son nom) décrit les pigeons d’Alep qu’il découvrit en 1667.

  • 56 Gonzales, trad. Charles Libois, II, p. 628.

« Les marchands qui attendent des bateaux expédient vers Alexandrette un pigeon, élevé à Alep ou qui y a laissé ses pigeonneaux. On le gardera enfermé pour quelques jours ; si l’attente se prolonge, on le relâche, quitte à en envoyer un autre. À l’arrivée du bateau, on écrit un billet qu’on attache sous l’aile. Le pigeon s’envole à haute altitude, pour reconnaître la direction qu’il doit prendre. Sitôt rentré dans son pigeonnier, il se met à roucouler ; on le retire et, d’après le billet, on peut savoir quelles sont les marchandises que le bateau apporte ou dont il a besoin. Le marchand peut en tirer un profit substantiel. Ces pigeons, plus grands que les pigeons ordinaires, ont de gros becs et ils volent à grande vitesse : environ trente lieues en quatre ou cinq heures56. »

  • 57 Dallam, p. 32.
  • 58 Wood, p. 75.
  • 59 Teonge, p. 93, 97, 106.
  • 60 Sauvaget (1941b), p. 200.
  • 61 Wood, p. 163.

17Les trois factoreries d’Alep utilisèrent également les messagers volants : l’anglaise fut probablement la première à le faire, dès 159957 et peut-être même légèrement plus tôt après sa fondation en 15 8658 ; les deux autres ensuite à une date inconnue, bien avant 1675 où l’usage est finalement attesté59. Elles étaient pourtant plus anciennes : la vénitienne fut établie en 1548, après le transfert définitif du consulat et de la résidence principale de la colonie de Tripoli, et la française en 156260. Puis elles ont progressivement abandonné l’emploi des courriers ailés, l’anglaise, probablement la dernière, au début du xviiie siècle, longtemps avant sa fermeture en 179161. Pat. Russell, l’éditeur de The Natural History of Aleppo d’Alexander Russell, qui lui avait succédé en 1753 comme médecin dans ce comptoir du Levant, après l’avoir secondé des années durant, put toutefois recueillir quelques renseignements précieux d’un gentleman anglais qui avait eu vent de ces oiseaux qui revenaient de la mer à la ville, sans probablement les avoir jamais vus filer dans le ciel comme une flèche ni claquer des ailes au sein des colombiers ou alentour.

  • 62 Russell, p. 203-204, n. 30.

« Ces pigeons étaient jadis employés par la factorerie anglaise pour transmettre les nouvelles d’Alexandrette de l’arrivée des navires de la compagnie en ce port. Le nom du navire, l’heure d’arrivée et toute autre information pouvant tenir dans un format réduit étaient écrits sur un bout de papier qu’on mettait à l’abri sous l’aile du pigeon de manière à ne pas gêner son vol. Ses pieds étaient baignés dans du vinaigre en vue de les garder frais et d’empêcher que, tenté par la vue de l’eau, il n’atterrît, le voyage pouvant être alors prolongé ou le billet perdu. Cette pratique est tombée en désuétude depuis grand nombre d’années, mais je l’ai entendue confirmée par un gentleman anglais, au temps duquel elle existait encore ; il avait appris que les pigeons faisaient le voyage en deux heures et demie. Le messager qui avait une tendre couvée à Alep était convoyé dans une cage découverte à Alexandrette, d’où il se hâtait de retourner à son nid, sitôt mis en liberté. Il était de coutume qu’à la saison de l’arrivée des navires annuels d’envoyer des pigeons pour être prêts au port ; et, au dire de tout le monde, si l’oiseau restait absent plus d’une quinzaine, il oubliait facilement ses jeunes, et, par conséquent, n’était plus digne de confiance. Comme je m’enquérais de la manière dont le pigeon était dressé pour ce service, j’appris de certains qu’il était tout de suite envoyé à Alexandrette en cage, mais j’incline plutôt à croire ce que d’autres m’ont affirmé : il était graduellement éduqué à voler à partir de distances plus courtes sur la route d’Alexandrette.
« L’éditeur a été informé que les pigeons lâchés d’Alexandrette, au lieu de prendre la direction des hautes montagnes qui entourent la plaine, montaient sur-le-champ directement au-dessus, s’élevant dans les airs presque toujours perpendiculairement jusqu’à perte de vue, comme pour surmonter immédiatement les obstacles qui leur dérobaient la vue du lieu de leur destination62. »

  • 63 Bugnon, p. 117, en atteste encore l’usage.
  • 64 Maillet, p. 142, dont l’ouvrage a vu le jour en 1735 les évoque sous l’expression d’« il n’y a pas (...)

18Ces oiseaux cessèrent de servir de messagers aux marchands à une date indécise que l’on doit situer entre 170863 et 173564, et non vers la moitié du xviiie siècle, comme le rapporte Volney, qui en place l’abandon trente à quarante ans avant son séjour en Syrie en 1783. Il fut provoqué par les vols impunis des Kurdes qui infestaient les routes pour dépouiller les caravanes issues des rives d’Alexandrette : ils s’ingéniaient à tuer les pigeons qui filaient au nid pour connaître le détail des marchandises et mieux combiner leurs coups. Les armes des pillards (pistolets et fusils) les abattaient plus aisément que les traits ailés des brigands médiévaux, même s’ils passaient comme des flèches, à peine visibles.

  • 65 Volney, p. 275.

« Tout le monde a entendu parler des pigeons d’Alep, qui servent de courrier pour Alexandrette et Bagdad. Ce fait, qui n’est point une fable, a cessé d’avoir lieu depuis trente à quarante ans, parce que les voleurs Kourdes se sont avisés de tuer les pigeons. Pour faire usage de cette espèce de poste, l’on prenait des couples qui eussent des petits, et on les portait à cheval au lieu d’où l’on voulait qu’ils revinssent, avec l’attention de leur laisser la vue libre. Lorsque les nouvelles arrivaient, le correspondant attachait un billet à la patte des pigeons, et il les lâchait. L’oiseau, impatient de revoir ses petits, partait comme un éclair, et arrivait en six heures d’Alexandrette, et en deux jours de Bagdad. Le retour lui était d’autant plus facile, que sa vue pouvait découvrir Alep à une distance infinie. Du reste, cette espèce de pigeons n’a rien de particulier dans la forme, si ce n’est les narines qui, au lieu d’être lisses et unies, sont renflées et raboteuses65. »

19Des convoyages encore plus immenses permettaient aux marchands de La Mekke d’informer leurs correspondants d’Alep des articles fraîchement reçus des Indes afin d’en tirer profit. Trois mois à l’avance, ils savaient ceux dont ils devaient se défaire, avant que l’arrivée des caravanes n’en provoquât la chute du cours, et ceux qu’ils devaient conserver jusqu’à leur envolée, bientôt engendrée par leur future pénurie. Ces spéculations ne sont révélées que par William Parry, dans un récit paru en 1601, où il relate le voyage de sir Anthony Sherley qu’il avait accompagné.

  • 66 Parry, p. 109.

« [...] S’ils désirent recevoir des nouvelles ou des informations d’une région reculée de leur pays en toute vitesse (comme nous disons : “sur les ailes du vent”), ils ont des pigeons éduqués et dressés à voler avec des lettres attachées par un cordon près du corps sous l’aile qui renferment toutes les informations relatives aux événements ou autre chose attendue de cette région : de là, s’ils les envoyaient par chameaux (pour cela, autrement, ils devaient le faire), ils n’en n’auraient été informés que dans un quart d’année, car ils auraient été aussi longtemps en voyage continu. Par exemple : si une marchandise doit arriver des Indes orientales à La Mekke ou à un autre lieu à distance similaire, des pigeons sont préalablement convoyés de La Mekke ou d’Alep, qui se trouve à un quart d’année de distance. Puis ils attachent (comme déjà mentionné) lesdites lettres aux pigeons afin d’informer leurs agents des articles qu’ils ont, et de ceux qui peuvent se révéler comme les plus profitables. De cette manière, d’où leurs chameaux mettent trois mois à venir, ils savent la marchandise qu’il convient de garder et celle dont il faut se défaire66. »

CONSULATS ET PIGEONS

  • 67 Sauvaget (1941b), p. 201.
  • 68 Masson (1896), p. 380.

20Comme les factoreries, nombre de consulats d’Alep avaient adopté l’emploi des messagers volants. Le premier fut peut-être celui de France établi dès 156267 : il était ainsi rapidement informé des vaisseaux chrétiens qui se montraient à l’horizon d’Alexandrette avant même d’accoster, comme le rapporte Jean-Baptiste Tavernier en 1638. Les avis étaient expédiés par les vice-consuls qui ne pouvaient y résider qu’un certain nombre d’années : les émanations fétides que dégageaient les marais bordant la plage quand le climat devenait brûlant leur étaient à la longue mortelles. En 1692, quand le vice-consul fut emporté par une sorte de jaunisse baptisée safran pacha ou safran Bassia qui engendrait la fièvre et paralysait les membres, le consul d’Alep proposa dans une lettre de ne pas le remplacer pour ne plus sacrifier de Français68 dans ce lieu de torture dont les eaux mortes étaient l’antichambre du cimetière. Mais on ignore s’il fut écouté.

  • 69 Tavernier, I, p. 176-177.

« Le même jour sur le soir, le vent s’étant tourné à l’ouest-nord-ouest, nous arrivâmes à la plage d’Alexandrette, où on jeta l’ancre environ à un quart de lieue de terre. Sur les avis qu’on a de la Chrétienté de la charge des vaisseaux, dès que ceux d’Alexandrette en découvrent un, et qu’ils en ont reconnu le pavillon, le vice-consul de la nation d’où est le vaisseau, ne manque pas d’en avertir aussitôt le consul d’Alep par un billet qui lui est porté en quatre ou cinq heures, quoi qu’il y ait plus de deux journées de cheval. On attache ce billet sous l’aile d’un pigeon qu’on a instruit à faire promptement ce voyage, et qui va droit au lieu d’où il a été apporté. Pour plus de sûreté on en envoie d’ordinaire deux, afin que si l’un s’égare quand l’air est obscur, ce qui est arrivé quelquefois, l’autre puisse suppléer à ce défaut69. »

21En 1670 (soit 32 ans après le passage de Jean-Baptiste Tavernier), l’orientaliste français, François Pétis de la Croix, dans la fleur de sa jeune saison (16 ans à peine) est envoyé dans le Levant par le grand Colbert, notamment pour s’y perfectionner dans l’étude de l’arabe. Le 10 novembre, un navire le porte à l’échelle d’Alexandrette. Pour annoncer au consulat d’Alep son arrivée, il lâche un pigeon reçu du consul.

  • 70 Les citadelles de Baylān et de Baġrās (Pagrae).
  • 71 Pétis de la Croix, p. 78.

« Sitôt que je fus à Alexandrette, M. Dupont, consul d’Alep, avec qui j’étais venu de France, me remit un de ces pigeons qu’on appelle messagers, pour l’envoyer à cette ville-là, donner avis de l’arrivée de notre vaisseau : après lui avoir lié un billet sous l’aile, j’allai sur une terrasse où je le lâchai ; il s’éleva jusqu’au haut de la montagne de Bailan ou Bogras70, et quand je fus à Alep, j’appris qu’on y avait eu de nos nouvelles deux heures après que le pigeon était parti d’Alexandrette, quoiqu’elle en soit éloignée de vingt-deux lieues. Ces pigeons ont un gros bec rouge et des pattes de la même couleur71. »

22Ces oiseaux permettaient aux Français d’Alep de se porter à la rencontre des compatriotes frais débarqués au port d’Alexandrette, comme le rapporte une lettre adressée de Baṣra le 19 octobre 1675 par un missionnaire jésuite à M. Savary, agent général des affaires de Mantoue en France.

  • 72 Lettres édifiantes, I, p. 198.

« Le 21, nous arrivâmes à Alep, accompagnés d’un grand nombre de Français qui étaient venus au-devant de nous. Ils avaient appris l’arrivée de notre vaisseau à Alexandrette par des pigeons qu’on avait lâchés avec un billet sous l’aile, et qui s’en étaient retournés à Alep, d’où on les apporte dans des cages. Ces messagers volants sont fort communs dans ce pays ; ils vont même de Bassora à Bagdad, qui en est éloigné de plus de cent lieues72. »

  • 73 Et non au début du xviie siècle, d’après Masson (1896), p. 379 : le premier consul mourut en 1586, (...)
  • 74 Wood, p. 75.
  • 75 Wood, p. 162.

23Le consulat d’Angleterre probablement installé vers 158373, après son transfert de Tripoli74, usait également de pigeons pour le transport des messages, comme le révèle le récit de Laurent d’Arvieux qui gagnait alors Alep en 1679 pour y devenir consul de France, fonction qu’il devait conserver jusqu’en 1686. Mais cet usage fut sans doute abandonné au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, bien avant la fermeture du consulat en 178375.

  • 76 V, p. 495-496.

« Mais M. Beste vice-consul des Anglais à Alexandrette, dont le nom répondait fort bien à l’esprit, ne se contenta pas de mes raisons. Il s’imagina qu’il y allait de l’honneur du roi son maître et de sa nation, à se ressentir de l’affront que j’avais fait à leur pavillon. Il dépêcha des pigeons à Alep, avec des lettres qui trouvèrent des gens aussi bêtes que celui qui les avait écrites. Ils donnèrent à corps perdu dans ses idées, et renvoyèrent d’autres courriers porter des défenses à leurs vaisseaux de me saluer quand je débarquerais76. »

PIGEONS ET CARAVANES

24Des courriers ailés survolaient également l’ardente immensité des déserts, malgré la soif horrible qui les déchirait souvent dans le ciel : ils permettaient aux caravanes de prévenir les émirs d’Arabie de leur arrivée. Ces trajets étaient les plus ardus par l’absence de repères et d’eau. Ce système de relais n’est révélé que par la description de Didier Bugnon dans un opuscule paru en 1708 : malgré son intérêt, elle verse dans la confusion.

  • 77 Pietro della Valle.
  • 78 Bugnon, p. 114-117.

« Les caravanes font passer l’avis de leurs marches aux souverains arabes avec qui elles sont entrées en alliance, par des pigeons à qui on met un billet sous l’aile ; mais avant que d’expliquer comment cela se fait, il est bon de savoir que tous marchands alliés aux souverains arabes, ne doivent entrer dans l’Arabie que par un certain nombre d’endroits ; par exemple ; deux pour y aborder venant de l’Égypte ; deux pour y aborder venant des Indes ; et deux pour y aborder venant de la Turquie ; et les mêmes routes pour y revenir.
« On sait précisément le temps de leur départ, à un jour près on envoie un pigeon par un émissaire de chaque turme dans le premier lieu habité, qui confine au désert, par où doit passer la caravane, qui envoie aussi un autre émissaire au même endroit, elle en est précédée de quelques jours dans la marche afin de pouvoir avertir au moins trois jours auparavant qu’elle fasse son entrée dans le désert. Cet émissaire étant arrivé au lieu où il trouve le pigeon, qu’on lui a destiné, lui met son billet sous l’aile, lequel ne manque jamais de s’en retourner à la turme, avec d’autant plus de rapidité, qu’il a d’impatience de retrouver le lieu où il a été nourri et élevé, on en voit souvent d’exposés sur les sables le ventre à l’air, et la gorge bayante après la rosée, pour s’en rafraîchir, reprendre vigueur, et s’aider à passer chemin. Ce sont ces courriers arabes que Pierre de la Vallée77 a encore fort mal décrit et auxquels il attribue une diligence dont un homme n’est point capable. Il pouvait cependant ne pas ignorer que ces pigeons sont ces courriers, puisqu’ils sont fort en usage dans l’Arabie, et fort communs de la pointe de l’île de Cipre aux Sallines, qui sont le port d’Alep, et de ces sallines à Alep même, quoiqu’il soit distant de la mer de trois grandes heures de cheval en course : un pigeon lâché des Sallines avec un billet sous l’aile, a plus tôt averti le correspondant de l’arrivée d’un vaisseau, pour son compte, que le vaisseau lui-même n’est amarré ; ce qui fait toute la commodité et toute la diligence d’Alep, étant d’ailleurs fort avantageusement situé pour le commerce à cause de sa proximité de la mer et de l’Euphrate, qui sont l’un et l’autre comme le véhicule du commerce d’Alep, et de celui que l’on fait dans le Levant78. »

25Les marchands d’Iraq utilisaient toujours des pigeons au xviiie siècle, comme l’avait observé l’explorateur allemand Carsten Niebuhr lors de son séjour à Baṣra en 1765.

  • 79 Ḥilla, ville sur l’Euphrate, à mi-chemin entre Kūfa et Bagdad.
  • 80 Lamlūm, ville sur l’Euphrate.
  • 81 Ville sur le Tigre, au-dessus de Kūt al-‘Amāra. Je n’ai pu l’identifier et en rétablir le nom corr (...)
  • 82 Niebuhr, II, p. 195-196.

« Quelques voyageurs ont fait mention de la poste aux pigeons, qui a été en usage dans le temps ancien aux pays orientaux. On en trouve encore plusieurs en différentes villes : mais il ne faut pas s’imaginer que l’on puisse envoyer ces pigeons à diverses contrées, comme d’autres messagers ; mais comme on ne connaît point ici de poste, qui aille à un temps fixe, d’une ville à l’autre, les marchands ont dressé de pareils pigeons, pour pouvoir donner à leur famille des nouvelles de l’heureux retour de quelque voyage. Je trouvais à Baṣra un marchand de Bagdad, qui avait coutume de se servir de cette poste à pigeons, dans tous ses voyages : le pigeon avait été élevé dans sa propre maison, et accoutumé, à avoir toujours son manger à un certain endroit ; d’ailleurs il pouvait voler partout, et apprendre à connaître les contrées des environs : au premier voyage, il l’avait pris avec [lui] jusqu’à Helle79, au second jusqu’à Lemlum80, au troisième jusqu’à Ardsje81, et enfin jusqu’à Baṣra même, d’où il l’avait relâché avec un petit billet (qu’il lui avait attaché) et d’où il avait pris directement le chemin de la maison. Les pigeons, qui ont laissé des jeunes à la maison vont le plus sûrement. On prétend, que les meilleurs pigeons, pour être employés à ce genre de poste, se trouvent à Bagdad, et qu’ils sont d’une espèce particulière. Mais je ne doute pas, que nos pigeons en Europe, ne puissent être dressés aussi bien, que ceux-là ; si quelqu’un s’en voulut donner la peine. On m’a encore voulu assurer, qu’un Italien s’en servait aussi, pour savoir plus tôt que ses concitoyens, quels numéros s’étaient tiré de la loterie des nombres : d’ailleurs nous n’en avons pas si fort besoin, puisque nous pouvons partout envoyer des lettres assez vite et à peu de frais82. »

Notes

1 Et non cent ans plus tard, comme le prétendent ses biographes, S. M. Stern, EI2, 1, p. 49.

2 Bar Dīṣān (Bardesane), l’hérésiaque d’Édesse.

3 Ibn al-Nadīm, I, p. 186-187. Un récit similaire figure dans Ibn al-Ğawzī, XII, p. 299.

4 Mais une heure, selon Ibn ‘Inaba, p. 278.

5 Ibn al-Ğawzi, XV, p. 22. Récit légèrement différent dans Ibn ‘Inaba, p. 278.

6 Bakrī, II, p. 705.

7 Fārisī, p. 144-147/314-316.

8 Selon les termes d’Usāma, p. 135.

9 Idem, trad. André Miquel, p. 133.

10 Joos van Ghistele, trad. Renée Nauwens-Préaux, p. 123.

11 II, p. 52.

12 Ragheb (1996), p. 191.

13 Comme Balbi est seul à le révéler, p. 108 ; repris par Harant, II, p. 27/p. 35.

14 Masson (1896), p. 372-373.

15 Précision de Balbi, loc. cit.

16 Harant, p. 27/p. 35.

17 Relation, § 13 ; passage repris par Ibn al-Faqīh, p. 11/p. 14 ; Ragheb (1996), p. 184.

18 Iṣṭaḫrī, p. 32 ; Ibn Hawqal, p. 46/I, p. 44 ; Maqdisī, p. 12/p. 34-35 ; Ragheb (1996), p. 202.

19 Ragheb (1996), p. 190.

20 Sur ce trajet, voir Dannenfeldt, p. 119-121.

21 Masson (1896), p. 372.

22 Itinéraire décrit par Ibn Ḫurradāḏba, p. 61-62/42. Jusqu’à Sīrāf, depuis des siècles démolie, on comptait 120 parasanges (720 km), Relation, p. 7.

23 Willcoks, p. 30.

24 Idem, p. 27.

25 Harant, II, p. 27/p. 35.

26 15 jours, suivant Plaisted, p. 127 ; près de 30, suivant Beawes, p. 25.

27 Harant, II, loc. cit.

28 Rauwolf, p. 214/p. 145.

29 Tavernier, I, p. 304.

30 Idem, I, p. 189.

31 Idem, I, p. 304.

32 Idem, I, p. 189, 303-304.

33 Wood, p. 162 ; Sauvaget (1941b), p. 202.

34 Masson (1896), p. 373.

35 Rauwolf, p. 214-215.

36 II, p. 27/p. 34-35, sous la formule « et retour ».

37 Balbi, p. 108, trad. Henri Bresc.

38 Bugnon, p. 117 ; Masson (1896), p. 371-372 ; Wood, p. 30 ; Sauvaget (1941b), p. 201.

39 En 1583, Fitch débarque à Tripoli pour gagner Alep et y embarque en 1591 pour rentrer à Londres, Ryley, p. 48, 191.

40 Cartwright, p. 6.

41 Le firman date du 13 février 1592, Berchet, p. 71 ; Braudel, I, p. 58, 513.

42 Masson (1896), p. 381.

43 Selon les termes de Volney, p. 277.

44 Wood, p. 76.

45 Idem, p. 24.

46 Masson (1896), p. 380.

47 Volney, loc. cit.

48 Masson (1896), p. 380.

49 Volney, p. 277-278.

50 Masson (1896), p. 270, 379.

51 Wood, p. 76.

52 Rocchetta, p. 66-67, trad. Henri Bresc.

53 Sauvaget (1941b), p. 202.

54 Blunt, p. 95 ; Masson (1896), p. 375.

55 Stochove, p. 253-254. Sa description a été copiée mot à mot par son compagnon de voyage et plagiaire, Gilles Fermanel, p. 261, qui devait devenir conseiller au parlement de Rouen.

56 Gonzales, trad. Charles Libois, II, p. 628.

57 Dallam, p. 32.

58 Wood, p. 75.

59 Teonge, p. 93, 97, 106.

60 Sauvaget (1941b), p. 200.

61 Wood, p. 163.

62 Russell, p. 203-204, n. 30.

63 Bugnon, p. 117, en atteste encore l’usage.

64 Maillet, p. 142, dont l’ouvrage a vu le jour en 1735 les évoque sous l’expression d’« il n’y a pas encore longtemps ».

65 Volney, p. 275.

66 Parry, p. 109.

67 Sauvaget (1941b), p. 201.

68 Masson (1896), p. 380.

69 Tavernier, I, p. 176-177.

70 Les citadelles de Baylān et de Baġrās (Pagrae).

71 Pétis de la Croix, p. 78.

72 Lettres édifiantes, I, p. 198.

73 Et non au début du xviie siècle, d’après Masson (1896), p. 379 : le premier consul mourut en 1586, Sauvaget (1941b), p. 201.

74 Wood, p. 75.

75 Wood, p. 162.

76 V, p. 495-496.

77 Pietro della Valle.

78 Bugnon, p. 114-117.

79 Ḥilla, ville sur l’Euphrate, à mi-chemin entre Kūfa et Bagdad.

80 Lamlūm, ville sur l’Euphrate.

81 Ville sur le Tigre, au-dessus de Kūt al-‘Amāra. Je n’ai pu l’identifier et en rétablir le nom corrompu.

82 Niebuhr, II, p. 195-196.

Table des illustrations

Légende 6. Lâchers de pigeons chargés de plis en Orient.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search