Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

L’affaire de la flottille de Gaza dans les médias arabes : les enjeux politiques de la « nouvelle image de la Turquie »

Mohammed El Oifi

Texte intégral

1L’assaut de la marine de guerre israélienne le 31 mai 2010 contre le ferry turc Mavi Marmara, navire amiral d’une flottille humanitaire en partance pour Gaza, et la mort au cours de ces événements de neuf passagers turcs ont soulevé une large réprobation internationale.

  • 2 Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess, Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l’information (...)

2Dans le monde arabe en particulier, l’affaire de la flottille de Gaza ou « flottille de la liberté » a eu un retentissement médiatique considérable en raison tout d’abord de la centralité de la question palestinienne dans la culture et les jeux politiques locaux, de l’offensive de charme diplomatique menée par la Turquie vers le monde arabe depuis l’arrivée du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) au pouvoir en 2002, sans oublier l’effet de la libéralisation du champ médiatique arabe et d’une circulation plus intense des images et des discours2.

3De l’effort collectif contre le blocus de Gaza, seule la participation turque a été véritablement retenue par les médias arabes. Les images des humanitaires turcs tués par les soldats israéliens ont donné du crédit aux messages que les officiels turcs envoient vers le monde arabe depuis quelques années. La réception des activités humanitaires et diplomatiques turques par les opinions publiques arabes doit être comprise sur une toile de fond politique prérévolutionnaire, marquée par une délégitimation profonde des dirigeants et une perte de confiance dans leurs actions. Ainsi, l’invocation de la Turquie comme exemple, la mise en relief de son activisme diplomatique et du dynamisme de sa société civile par les médias permettent de répondre à des besoins multiples du côté des acteurs politiques et des leaders d’opinions dans le monde arabe. Dans l’imaginaire politique arabe, une nouvelle image de la Turquie éclipse progressivement celle d’hier, d’un État qui, en tournant le dos à l’Orient arabe, s’était enfermé dans ses options nationalistes, laïques et atlantistes.

  • 3 F. Huwaidi, « Istilam al Risala al-Turqiya Wajibu al Waqti » (La compréhension du message turc est (...)
  • 4 J. Marcou, « La Turquie de l’AKP : mutation politique et nouvelle donne diplomatique », in F. Char (...)

4L’accord existant entre la Turquie officielle et sa société civile sur la question palestinienne leur donne de ce point de vue un avantage certain. Les opinions publiques arabes célèbrent la « bravoure et le sens du sacrifice » des humanitaires turcs de la flottille de Gaza. Cependant, les gouvernements arabes voient dans la fermeté de l’État turc vis-à-vis d’Israël le reflet de leur propre impuissance3. Pour les acteurs arabes, la « nouvelle image de la Turquie » constitue ainsi une ressource politique, mais également une contrainte ; sa gestion permet d’améliorer le pouvoir de négociation ou de perturber les rapports de force locaux. Sur le plan idéologique, les mouvements islamistes et notamment les Frères musulmans, qui revendiquent des affinités avec l’AKP turc, ont mis sur la défensive les nationalistes et surtout les libéraux. Les nouvelles orientations de la diplomatie turque4, marquées par une prise de distance par rapport à la stratégie américaine au Moyen-Orient, notamment vis-à-vis de l’Iran, et par la critique de la politique israélienne, mettent également mal à l’aise les alliés arabes traditionnels de Washington, qu’il s’agisse de l’Arabie Saoudite ou de l’Égypte de l’ère Moubarak.

  • 5 M. El Oifi, « Faire de la politique par les médias dans le monde arabe », Maghreb-Machrek, no 204, (...)

5L’intensification des querelles autour de l’affaire de la flottille de Gaza a ainsi dynamisé le champ médiatique arabe. Sans jamais faire l’unanimité, la Turquie se retrouve prise dans le jeu politique interarabe ; d’acteur potentiel dans la région, elle devient un enjeu réel des rapports de forces discursifs entre les journalistes qui sont eux-mêmes, le plus souvent, le bouclier médiatique des acteurs politiques5. Mais la surenchère médiatique concernant le rôle et la place de la Turquie dans la région n’est qu’un épisode parmi d’autres du grand bouleversement qu’annoncent les révolutions arabes, auquel la nouvelle Turquie elle-même doit s’adapter.

La flottille de Gaza : une mobilisation humanitaire à visée politique

  • 6 Pour une première approche du dossier, voir T. Sommer-Houdeville, La Flottille. Solidarité interna (...)
  • 7 Très exactement : 380 Turcs, 38 Grecs, 32 Algériens, 31 Britanniques, 30 Jordaniens, 15 Koweïtiens (...)

6Loin d’être une simple mobilisation turque6, le convoi de la flottille de Gaza comptait huit navires, immatriculés dans différents États et appartenant à différents organisateurs. Six de ces navires ont été arraisonnés le 31 mai 2011, le septième, retardé, a été arraisonné le 5 juin, et le huitième a abandonné le voyage. Si le contingent turc, composé de 380 personnes, était majoritaire, le convoi comptait en tout 682 passagers originaires de 42 pays7.

7La fondation d’assistance humanitaire IHH (1nsan Hak ve Hürriyetleri ve 1nsani Yardım Vakfı – Fondation pour la liberté, les Droits de l’homme et l’assistance humanitaire) a joué un rôle fondamental dans cette opération qui a pris une tournure dramatique pour les participants turcs. L’IHH a été créée en 1992 ; son objectif initial est de fournir aide et assistance aux déshérités d’Istanbul. Elle s’est ensuite fixé pour but d’aider les musulmans en difficulté de par le monde, l’organisation intervenant aujourd’hui dans une centaine de pays. L’IHH a fait de la cause palestinienne une priorité, elle mène des actions humanitaires à Gaza et finance aussi des projets de reconstruction. En raison de liens supposés avec le Hamas, l’État d’Israël a interdit ses activités sur son territoire et dans les Territoires occupés.

  • 8 Voir M. Tusiray et M. Werz, What Is the İHH ? Issue Brief on the Foundation for Human Rights and F (...)

8L’opération humanitaire dont nous parlons ici est menée par l’IHH en partenariat avec le mouvement Free Gaza et de nombreuses organisations d’aide au peuple palestinien venues de divers pays. L’IHH bénéficie de l’aide financière et logistique des municipalités turques dirigées par l’AKP, même s’il n’existe apparemment pas de liens institutionnels au sens strict entre ces deux entités8.

9Le Mavi Marmara (« Marmara bleue ») a été spécialement acheté à la compagnie des transports fluviaux d’Istanbul pour le voyage à Gaza par l’IHH. Il a quitté Antalya le 22 mai 2010 pour rejoindre le reste de la flottille, transportant à son bord 581 passagers, en grande majorité des ressortissants turcs.

10La flottille refuse l’invitation faite par Israël de décharger sa cargaison à Ashdod afin de ne pas se soumettre au contrôle israélien ; les huit navires commencent leur voyage à partir de différents ports européens et tentent de se réunir le samedi 29 mai 2010 dans les eaux internationales près de Chypre.

11Le convoi appareille de Chypre le 30 mai 2010. La médiatisation de la flottille, d’abord faible, prend de l’ampleur lorsqu’Israël indique que les autorités ne permettront pas au convoi de rejoindre Gaza, même si cela devait impliquer l’utilisation de la force militaire. Les commandos israéliens donnent finalement l’assaut le 31 mai alors que la flottille se trouve dans les eaux internationales, à environ 150 kilomètres des côtes israéliennes. Cette opération, baptisée « Vent du ciel », fait neuf morts parmi les passagers du convoi humanitaire.

Le Mavi Marmara ou la célébration médiatique du retour de la Turquie

12Pendant plus d’un mois après les événements, la question de la flottille de Gaza a donné lieu à une grande mobilisation des médias arabes, comparable dans son intensité à celles que provoquent les guerres ou les soulèvements palestiniens. Les débats suscités par l’affaire ont rarement porté sur la pertinence de l’opération, sa légalité ou son efficacité ; elle n’a été le plus souvent que le prétexte pour s’interroger sur les implications de la nouvelle diplomatie turque dans les rapports de forces politiques interarabes.

  • 9 Selon un sondage du Pew Research Center publié en juin 2011, 78 % des Égyptiens et 72 % des Jordan (...)
  • 10 Voir la contribution d’Yves Gonzalez-Quijano dans cet ouvrage.
  • 11 Idriss Bouwano, Al ’Islamiyoun al ’Atrak… al’Uthmaniyoun al Judud, (Les Islamistes turcs… les néo- (...)
  • 12 A. Davutoğlu, Al ’Umq al’ Istratiji, Mawqi’u Turkya wa Dawruha fi al Saha al Dawliya (Profondeur s (...)
  • 13 Voir le compte rendu élogieux fait de cette cérémonie, « Le centre Al-Jazira pour les Études organ (...)

13L’affaire de la flottille déclenche et révèle à la fois l’enthousiasme des peuples arabes pour les nouvelles orientations de la diplomatie turque. La multiplication des drapeaux turcs dans les manifestations au Liban ou dans les Territoires palestiniens constitue un signe récent et très tangible de la nouvelle popularité de la Turquie dans le monde arabe9. Mais en dehors du succès des séries télévisuelles turques10, qui n’est pas forcément chargé de signification politique, l’intérêt pour la Turquie se manifeste également à travers la publication d’ouvrages11 et la tenue de conférences ou de séminaires dont le ton général est favorable aux nouvelles orientations de la politique turque. Ainsi, à l’occasion de la traduction en arabe de son ouvrage fondateur, Profondeur stratégique12, Ahmet Davutoğlu, le ministre des Affaires étrangères turc, a multiplié les interventions dans les médias arabes ; le 9 octobre 2010, une cérémonie spéciale a été organisée à Doha au Qatar pour la présentation de son livre13 à l’occasion de sa traduction en arabe.

  • 14 Les turcophiles ont tendance à louer l’« efficacité » de l’État turc et de la politique turque act (...)

14Mais les leaders d’opinions, qui expriment également des positions politiques, restent divisés. Les partisans enthousiastes (ottomanistes ou turcophiles14) d’un retour de la Turquie au Moyen-Orient reprochent aux sceptiques (plus américanophiles que turcophobes) leur incapacité à prendre des distances avec les stratégies américaines. Les sceptiques quant à eux mettent en cause la pertinence et la sincérité des intentions turques et appellent à une plus grande vigilance contre la domination de la région par une force non arabe. À égale distance des deux positions précédentes, un courant pragmatique accueille favorablement les nouvelles orientations diplomatiques turques et estime que les relations arabo-turques doivent être construites essentiellement sur la base d’intérêts concrets communs ; de ce point de vue, le pari sur les liens culturels, religieux ou historiques est considéré comme hasardeux, dans la mesure où ces liens n’ont pas résisté dans le passé aux conflits d’intérêts.

Les enthousiastes : la fraternité arabo-turque

  • 15 M. Azouz, « Safinat Mavi Marmara wa Tada’iyatuha al Arabiya. Al Arab wa al’Atrak Wajhù li Wajhi’ » (...)

15L’enthousiasme pour le rapprochement entre les Turcs et les Arabes est un courant dominant dans les médias arabes depuis que les dirigeants turcs multiplient les gestes qui marquent leur indépendance par rapport aux États-Unis et à Israël. Sentiment qu’exprime d’une manière explicite le journaliste tunisien Mahdi Azouz : « Dès le déclenchement de la crise entre Israël et la Turquie, cette dernière a pris l’initiative de tendre la main aux Arabes. La tenue de la cinquième rencontre arabo-turque le 11 et le 12 juin 2010 en Turquie, à laquelle ont assisté plus de 17 ministres des Affaires étrangères arabes, a été une tentative de rapprocher les points de vue. Dans son discours Erdoğan a déclamé des vers composés par l’auteur de l’hymne national turc : “Le Turc ne vit pas sans l’Arabe et l’Arabe ne vit pas sans le Turc, pour l’Arabe le Turc, c’est son œil et sa main droite.” Ahmet Davutoglu avait déjà affirmé que “la Turquie est la main droite des Arabes”. Je pense que le système arabe est aveugle et qu’il a besoin de l’œil turc, qu’il est également sans volonté et qu’il a besoin de la main droite turque. Ce rapprochement est un moment historique rare susceptible d’équilibrer les rapports de forces15. »

Le procès de l’impuissance des régimes arabes

  • 16 Le concept d’« État arabe modéré » (Dowal arabiya mu’tadila) est très utilisé dans les médias et l (...)
  • 17 M. Azouz, op. cit.
  • 18 M. Azouz, op. cit.

16Mais la célébration du modèle turc se fait rarement pour lui-même, le plus souvent elle donne l’occasion de critiquer les régimes arabes et notamment les alliés des États-Unis, désignés comme « les États arabes modérés16 ». Ainsi, « l’exemple turc nous fournit la preuve de l’ampleur de la dépendance arabe [par rapport à l’Occident], c’est une dépendance qui ne ressemble à aucune autre, on dirait qu’un président arabe cesse d’être arabe le jour où il arrive au pouvoir. Ni les complots, ni les embargos ou les guerres, les massacres, la destruction ne le font bouger. Avant d’être une crise de pouvoir ou de la gestion d’un État, la dépendance est une crise psychologique qui se manifeste dans la personnalité du dirigeant avec ses complexités et ses complexes17 ». Dans cette perspective, la fermeté des dirigeants et des humanitaires turcs avec les Israéliens est l’occasion de dénoncer la conduite du Processus de paix et des négociations avec Israël par les dirigeants arabes : « Cet événement en Méditerranée montre le traitement contrasté que la Turquie et l’Égypte font de la question palestinienne. Alors que la Turquie prend des décisions d’une manière indépendante, la diplomatie égyptienne reste l’otage des instructions et des diktats américains et israéliens18. »

Le peuple turc comme exemple

  • 19 Ibid.

17L’initiative de la flottille de Gaza émanant de la société civile et donc du peuple turc, elle permet aux commentateurs arabes de critiquer la façon dont les dirigeants arabes tiennent leurs peuples à l’écart des affaires. Mahdi Azouz dénonce ainsi : « On nous disait que les peuples n’avaient pas le sens des responsabilités et que les régimes seuls savaient comment évaluer les situations et gérer les affaires et que seuls les régimes connaissent mieux les intérêts des peuples (…) mais que peuvent-ils dire devant le cas turc ? Ce régime n’a-t-il pas des frontières et des engagements internationaux ? Pourquoi laisse-t-il l’initiative à son peuple et pourquoi n’a-t-il pas entravé ses efforts pour donner son argent et sa vie pour Gaza19 ? » Ici allusion est faite à la coopération sécuritaire entre les régimes arabes (Jordanie et Égypte) et Israël pour lutter contre les infiltrations dans les Territoires occupés, mais également au cas syrien car, en dépit de l’absence d’accord de paix entre les deux pays, la frontière syro-israélienne reste l’une des plus calmes de la région.

  • 20 Ibid.

18Le gouvernement turc ne fait que répondre aux aspirations du peuple : « En réalité la dynamique officielle turque n’était en grande partie qu’une réponse à la sensibilité de la rue turque qui n’a cessé de considérer Israël comme un corps étranger à la région, les Palestiniens comme les victimes du colonialisme et du sionisme et les Turcs comme une partie des forces de libération20. »

Les sceptiques : minoritaires mais influents

  • 21 M. El Oifi, « Discours médiatique saoudien et médias panarabes », Confluences Méditerranée, no 61, (...)

19L’influence des journalistes arabes qui jettent un regard critique non seulement sur l’opération de la flottille pour Gaza, mais d’une manière plus générale sur la nouvelle politique turque vis-à-vis du monde arabe, provient des positions de pouvoir qu’ils occupent. Une grande partie de la presse saoudienne ou panarabe à capitaux saoudiens21 est dirigée par des journalistes arabes libéraux favorables à l’alliance entre les États-Unis et l’Arabie Saoudite et qui considèrent que tout affaiblissement des États-Unis au Moyen-Orient est attentatoire à la sécurité des pays du Golfe.

  • 22 M. El Oifi, « Voyage au cœur des quotidiens panarabes », Le Monde diplomatique, décembre 2006.
  • 23 T. Al-Hamid, « La Taniqidu Isra’il Hadihi al Mara » (Ne sauvez pas Israël cette fois), Al-Chark al (...)

20Gênés par une couverture médiatique favorable et solidaire avec les humanitaires et les officiels turcs, certains éditorialistes arabes liés aux États dits modérés ont donc pris leurs distances avec ce qu’ils considèrent comme un enthousiasme naïf. Ainsi le Saoudien Tarek Al-Hamid, rédacteur en chef de l’influent quotidien panarabe saoudien édité à Londres Al-Chark al-Awsat22, met en cause ce qu’il considère comme le manque de professionnalisme des médias arabes : « J’ai préféré suivre la couverture télévisuelle que les médias occidentaux font du crime commis par Israël contre la flottille pour Gaza (…) au lieu de suivre les télévisions arabes qui mobilisent sans donner de l’information, qui font de la surenchère au lieu d’expliquer les conséquences de ce qui se passe23. » La disqualification, par un des leaders du courant libéral arabe, de la couverture de l’affaire par les médias arabes et notamment Al-Jazira, témoigne des luttes que se livrent différents courants et sensibilités dans le champ médiatique arabe pour faire prévaloir leur vision et défendre les intérêts de ceux qui les emploient.

L’ambiguïté de la politique turque

  • 24 A. Rahman Al Rashed, « Al Loghz al Turki wa al Arab » (L’énigme turque et les Arabes), Al-Chark Al (...)

21Abdel Rahman al-Rashed, éditorialiste dans Al-Chark Al-Awsat et chef de file des libéraux arabes, s’interroge sur le sens même qu’il convient de donner à l’action diplomatique turque : « La Turquie présente de multiples facettes et nous ne savons pas exactement quel visage elle a aujourd’hui. Est-ce la Turquie européenne qui souhaite instrumentaliser la région [le monde arabe] et l’utiliser pour s’imposer et devenir membre de l’union chrétienne [l’Union européenne], ce qui lui a été refusé à plusieurs reprises ? Ou bien s’agit-il de la Turquie musulmane et plus précisément sunnite, […] qui va contrebalancer l’Iran chiite ? Ou encore de la Turquie américaine, dans la mesure où elle est un membre important de l’OTAN […], ou est-ce la Turquie d’Erdoğan et de son parti islamiste ? Dans ce cas, nous serions devant une situation provisoire susceptible d’évoluer si un autre pouvoir concurrent, ne partageant pas les orientations d’Erdoğan, comme les kémalistes, parvenait au gouvernement24. »

  • 25 T. Al-Hamid, « Erdogan wa Nasrallah wa Sahb al Bisat » (Erdoğan et Nasrallah, comment tirer le tap (...)

22Jeter le doute sur l’engagement, le sérieux et la sincérité de la politique de la Turquie est une autre manière de marquer son scepticisme. Ainsi l’éditorialiste saoudien Tarek Al-Hamid écrit-il : « Hassan Nasrallah [le secrétaire général du Hezbollah libanais] et de nombreux Arabes qui ont brandi le drapeau turc n’ont pas prêté attention au fait que les déclarations turques après l’affaire de la “flottille de la liberté” ont été nombreuses et contradictoires. Un dirigeant turc fait de la surenchère et l’autre calme le jeu. Alors que le vice-Premier ministre affirme que les accords militaires et économiques entre son pays et Israël vont être revus, le ministre de la Défense turc déclare que son pays ne gèlera aucun accord militaire avec Israël, surtout que l’un des accords les plus importants, qui a été signé au début de l’année, portait sur des équipements militaires que l’armée turque utilise pour bombarder les positions kurdes25. »

Contre l’intrusion de puissances non arabes

  • 26 H. al Husseini, « Turkiya Sahabat min’Iran Waraqat Ghaza », (La Turquie prive l’Iran de la carte d (...)

23Pour les sceptiques, l’intérêt que montrent l’État et les ONG turcs pour la question palestinienne n’est qu’un moyen de prendre pied dans le monde arabe et de servir leurs propres intérêts. Ainsi Houda al-Husseini, éditorialiste libanaise, estime-t-elle que « la question palestinienne est redevenue un outil entre les mains des États non arabes du Moyen-Orient qui ont pour objectif de contrôler la région. […] Mais l’affaire de la “flottille de la liberté” a ruiné la volonté de l’Iran de se présenter comme le premier défenseur de la cause palestinienne, car le défi est venu du côté de la Turquie, l’autre puissance importante dans la région [...]. Cette compétition autour de Gaza montre que ces deux États, l’Iran et la Turquie, exploitent la situation pour servir leurs propres intérêts26. »

L’ombre des Frères musulmans

  • 27 S. al-Qalabb, « Wazifat al Hujum al Isra’ili ala Safinat Marmara al Turkiya » (La fonction de l’at (...)
  • 28 A. Salem, « ’Ayatuha al Hurriya. Kam min al Qawafil ’Irtukiba bi’ismiki » (Toi liberté : combien d (...)

24En dehors de l’Iran, c’est la confrérie des Frères musulmans qui est accusée de tirer profit de l’affaire de la flottille de Gaza pour mettre en difficulté les gouvernements arabes modérés27. Ali Salem, un écrivain égyptien favorable à l’ouverture culturelle de l’Égypte sur Israël, se réjouit de la rapidité avec laquelle l’armée israélienne a libéré les humanitaires égyptiens pris sur le Mavi Marmara, privant ainsi les Frères musulmans de l’occasion de vilipender le gouvernement de Hosni Moubarak : « Nous avons découvert que parmi les humanitaires détenus figuraient deux parlementaires égyptiens membres de la confrérie des Frères musulmans, ils ont été les premiers libérés [par Israël] [...] et après un léger interrogatoire, ils ont été conduits hors du port, où le consul égyptien les a accueillis avec une voiture qui les a conduits au Caire [...]. En réalité la confrérie des Frères a été privée du plaisir, durant les mois à venir, d’attaquer le gouvernement égyptien pour avoir échoué à faire libérer les deux médecins28. »

La remise en cause de l’ordre américain

25Pour les libéraux arabes parrainés par les Saoudiens, le gouvernement et le président américains sont les vraies victimes des manœuvres autour de l’affaire de la flottille : « Je peux affirmer que le gouvernement extrémiste israélien trouve dans les extrémistes de la région ses meilleurs alliés. Les deux parties poursuivent le même objectif : faire échouer le projet d’Obama. Israël pense que le crime d’hier [l’assaut contre la flottille de Gaza] va pousser à une réaction violente qui accentuera son emprise sur les Palestiniens. [...] L’Iran et ses alliés font la même analyse et estiment que le scandale d’hier va mettre sous pression les États arabes modérés et les gênera sur le plan politique et fera ainsi avorter le nouveau projet américain de négociation [entre Israéliens et Palestiniens]. »

  • 29 Soldat israélien capturé par le Hamas le 25 juin 2006 et libéré le 18 octobre 2011 à la suite d’un (...)
  • 30 A. Rahman al-Rashed, « Limadha ’Irtakabat Isra’il al Jarima » (Pourquoi Israël a-t-il commis le cr (...)

26Pour conclure, Abdel Rahman al-Rashed, qui est proche du premier cercle du pouvoir en Arabie Saoudite, s’aligne tout simplement sur les positions américaines et israéliennes, affirmant que « ces derniers événements ont montré que le camp des extrémistes [conduit par l’Iran] possède une capacité extraordinaire d’exciter les foules, de provoquer des luttes verbales et d’imposer par la suite son agenda politique. Mais il sait que les flottilles ne briseront pas le blocus, et que cela est facile s’il le souhaite, il suffit de libérer le soldat israélien Gilad Shalit29 dont le maintien en détention ne mérite pas le prix payé chaque jour par un million de Palestiniens. Mais ils [les extrémistes] ne veulent pas libérer Gilad dans la mesure où cela va mettre fin à la tension, il n’y aura plus de blocus, plus d’affrontement et plus de cause qu’on brandit pour servir d’autres desseins30 ». L’auteur suggère ici que les affrontements entre Palestiniens et Israéliens ont commencé avec la capture du soldat Gilad Shalit. En réalité, les éditorialistes saoudiens sont gênés par l’affaire car toute action contre Israël, qu’elle soit de nature pacifique, militaire ou terroriste, provoque de nouvelles tensions qui risquent de mettre les États-Unis en difficulté et d’obliger les autorités saoudiennes à justifier leur proximité avec Washington. Depuis le plan de paix saoudien de 2002, les négociations ont été entérinées comme le seul moyen légitime de régler le conflit ; or l’opinion publique saoudienne considère que celles-ci ne débouchent sur aucun résultat concret. L’une des missions des éditorialistes est de gérer cette contradiction.

  • 31 T. Al-Hamid, op. cit.

27Ainsi, Tarek Al-Hamid avertit : « Ce qui est demandé aux Arabes en ce moment [après l’assaut israélien contre le Mavi Marmara] et surtout aux groupes qui ont perdu toute raison [référence au Hamas et autres groupes islamistes] et à ceux qui les manipulent [l’Iran, la Syrie et le Hezbollah libanais], est de ne commettre aucune stupidité [une action armée contre Israël] au nom de la défense des Palestiniens ou des Arabes [...] et de rendre ainsi service aux Israéliens en faisant oublier au reste du monde le crime qu’ils ont commis31. »

  • 32 M. El Oifi, « Les opinions publiques arabes comme enjeu des relations internationales », Maghreb-M (...)

28Les points de vue exposés dans la presse panarabe saoudienne à propos des implications de la flottille de Gaza résument l’attitude des États arabes modérés qui, à une époque qui précède les révoltes arabes, vivent encore les initiatives diplomatiques turques comme une menace pour un ordre régional qu’ils ont mis 20 ans à construire conjointement avec l’administration américaine. Le refus de se solidariser avec les humanitaires turcs induit un coût certain en termes de popularité et de légitimité, mais il est vrai qu’avant le « printemps arabe », les dirigeants aussi bien arabes qu’américains ou israéliens étaient convaincus de l’incapacité des opinions publiques ou de la « rue arabe » à transformer la donne politique ; leur point de vue ne comptait dans ces conditions que d’une manière très marginale32.

Les pragmatiques : comment cultiver les intérêts communs ?

  • 33 Les sceptiques s’expriment le plus souvent sur Al-Arabiya, la chaîne d’information en continu saou (...)
  • 34 Vidéo Al-Jazira :
    http://www.youtube.com/watch?v=KqqY-A1aBE8&feature=relmfu (accès octobre 2011).
  • 35 Vidéo Al-Jazira :
    http://www.youtube.com/watch?v=pNyBQYnjXDo&feature=related (accès octobre 2011).
  • 36 Vidéo Al-Jazira :
    http://www.youtube.com/watch?v=UWR1XcUqEXk&feature=related (accès octobre 2011).
  • 37 Vidéo Al-Jazira :
    http://www.youtube.com/watch?v=KqqY-A1aBE8&feature=relmfu (accès octobre 2011).

29Deux discours ont cohabité dans la couverture de l’affaire de la flottille par la chaîne d’information qatarie Al-Jazira33. Deux journalistes de la chaîne, Abass Nacer et Jamal Elshayyal, étaient embarqués sur le bateau ; l’avancée de la flottille a ainsi été suivie minute par minute. Lorsque l’assaut israélien a été lancé contre le Mavi Marmara34, Abass Nacer a pu faire vivre l’événement en direct aux téléspectateurs35. L’émission « Ma Wa’a al Khabar » (« Décryptage de l’information ») a été consacrée aux témoignages de plusieurs victimes, pour la plupart blessées par les soldats israéliens36. De nombreux reportages ont aussi rendu compte de la réaction de colère des citoyens turcs à cette « agression » israélienne ; un manifestant turc interviewé devant l’ambassade israélienne à Istanbul déclarait ainsi : « Si Erdoğan ne prend pas des mesures disciplinaires contre Israël, nous ne serons pas contents de lui, ça sera sa fin, il faut qu’il coupe les relations avec cette entité criminelle37. » L’enthousiasme et la colère dominaient, avec la multiplication des débats entre des hommes politiques et des invités turcs, notamment pendant les journaux télévisés.

  • 38 Sur l’ottomanisme, voir C. E. Dawn, From Ottomanism to Arabism : Essays on The Origins of Arab Nat (...)
  • 39 Émission « Fi al Umq » (En profondeur), invité Azmi Bishara, « Al Arab wa Turkiya » (Les Arabes et (...)

30Pourtant un autre discours émergeait en parallèle. Défendue essentiellement par l’homme politique et intellectuel palestinien Azmi Bishara, une approche pragmatique dans l’interprétation des motivations et des implications de l’affaire laisse entrevoir une troisième sensibilité arabe, entre l’enthousiasme et le scepticisme. En effet, Azmi Bishara considère que la Turquie agit avant tout au nom de son intérêt national et que c’est dans ce cadre qu’il convient d’interpréter aussi bien sa nouvelle politique envers le monde arabe que sa mobilisation pour Gaza : « Je pense que nous parlons d’un parti très pragmatique et patriote turc qui veut gouverner le pays, il possède une vision. Il a appliqué cette vision à l’économie turque qui est devenue performante. » Refusant une interprétation néo-ottomaniste38, il affirme que « ce parti [l’AKP] ne veut pas être le leader des Arabes, mais celui de la Turquie, son objectif est de gagner les élections turques. Il ne souhaite pas conduire un front du refus arabe, c’est un parti turc [...]. Il a de nombreuses préoccupations, il a pris des positions excellentes en ce qui concerne la question palestinienne, mais qu’il n’avait pas planifiées auparavant, elles sont le résultat d’une dynamique évolutive. Mais le parti avait bien planifié d’occuper une position qui reflète le poids stratégique de la Turquie, et dans cette perspective améliorer les relations avec les Arabes était nécessaire ». Ainsi, « regarder vers l’est est un bon investissement, de façon pragmatique c’est favorable à l’économie turque, qui n’est pas compétitive aux États-Unis ou en Extrême-Orient. En fin de compte, l’espace naturel de la Turquie, c’est ici [au Moyen-Orient]39. »

La nouvelle image de la Turquie à l’épreuve des révolutions arabes

L’évolution de la situation

31Après les révolutions arabes, le paysage régional est devenu plus complexe et la position turque moins confortable ; la gestion de la nouvelle image de la Turquie par les acteurs arabes est aussi plus délicate.

32En effet, la popularité des dirigeants turcs et notamment de Recep Tayyip Erdoğan se nourrissait essentiellement de l’impopularité des régimes arabes, particulièrement en Égypte. Or la chute de Hosni Moubarak, sous la pression conjuguée du peuple égyptien et de l’armée, a été célébrée d’une manière presque unanime par les peuples arabes. La possibilité d’un retour diplomatique de l’Égypte sur la scène régionale relativise la force du modèle turc, car cela rendrait la Turquie moins essentielle pour remplir le vide stratégique que le retrait égyptien des affaires arabes a créé depuis les années 1980.

33Les hésitations de la Turquie devant le soulèvement libyen, en raison de ses intérêts économiques dans ce pays, mais également de ses réticences face à toute intervention militaire de l’OTAN, ont aussi soulevé de nombreuses interrogations chez les partisans des révolutions dans le monde arabe. En revanche, la fermeté de ton relative contre la répression des manifestants en Syrie a fait craindre chez les uns le retour à l’interventionnisme ottoman, mais a été saluée par d’autres comme l’affirmation d’un leadership régional de la Turquie.

  • 40 M. Mohamed al Hajiri, « Turkiya Faqadat’… al Thiqa » (La Turquie a perdu… la confiance), Al Ra’i ( (...)

34On constate désormais une radicalisation du discours défavorable aux initiatives diplomatiques turques, notamment dans la presse panarabe saoudienne. Cette tendance traduit les inquiétudes saoudiennes et d’une partie des élites du Golfe concernant l’attitude turque vis-à-vis de la politique américaine au Moyen-Orient, et la crainte d’un rapprochement potentiel avec les Frères musulmans, non seulement en Égypte mais également en Syrie et en Jordanie. Abdel Rahman Al Rashed résume ainsi cet état d’esprit : « Je plains les crédules de notre nation qui, chaque fois qu’une déclaration émane de la capitale turque, l’acclament et expriment leur joie, croyant que son auteur est le sultan ottoman “Mehmet le conquérant”. Je ne leur en veux pas, [...] ils n’ont pas compris que les politiciens turcs sont les brillants élèves de l’école des Frères musulmans et qu’ils pratiquent un jeu détestable dont le principe est que la fin justifie les moyens40. »

  • 41 « Al Diplomasiyya al Turkiya wa al Ghira al Arabiya » (La diplomatie turque et la jalousie arabe),(...)

35Mais cette argumentation est désignée par d’autres journalistes arabes comme de la « jalousie arabe vis-à-vis de la Turquie ». Après le voyage organisé par le Premier ministre turc, accompagné de sa femme et de plusieurs ministres, en Somalie le 19 août 2011 pour venir en aide aux victimes de la sécheresse, l’éditorialiste palestinien Abdel Bari Atwan, proche du courant nationaliste arabe, répond ainsi à Abdel Rahman al Rashed que « l’intense activité diplomatique turque dans les zones de crise dans le monde arabe suscite la colère de certains gouvernements arabes qui s’expriment à travers des campagnes féroces contre le Premier ministre turc Erdoğan [...], les gouvernements arabes et plus particulièrement saoudien voient dans cette visite d’Erdoğan [en Somalie] et dans celle de son ministre des Affaires étrangères à Benghazi [le 3 juillet 2011] une tentative de consacrer le leadership de la Turquie au détriment des gouvernements arabes [...]. Nous avons du mal à comprendre leurs craintes [...], et ces gouvernements arabes se trompent en croyant que Monsieur Erdoğan va leur demander la permission pour aller à Mogadiscio, lui et sa femme41. »

  • 42 Sur demande turque, l’ONU a mis en place une commission chargée d’enquêter sur les incidents surve (...)
  • 43 F. Huwaidi, « Istilam al Risala al-Turqiya Wajibu al Waqti » (La compréhension du message turc est (...)

36Dans cette lutte médiatique autour de l’appropriation ou du rejet de la nouvelle image de la Turquie, Fahmi Huwaidi, l’influent éditorialiste égyptien proche des courants islamistes et l’un des journalistes arabes les plus turcophiles, joue un rôle essentiel. Mais sa turcophilie est encore une fois avant tout une manière de critiquer son propre gouvernement. En effet, si la préparation d’une nouvelle flottille en 2011 est passée pratiquement inaperçue, celle de 2010 semble avoir eu un impact durable sur les esprits, comme le montre la controverse autour du rapport Palmer ou l’expulsion le 2 septembre 2011 de l’ambassadeur d’Israël en Turquie après le refus du gouvernement israélien de présenter ses excuses pour les morts turcs du Mavi Marmara42. Commentant la mort de cinq policiers égyptiens le 18 août 2011, tués par des soldats israéliens à la frontière entre les deux pays, Fahmi Huwaidi compare l’attitude de l’Égypte à celle de la Turquie : « On ne peut que comparer la force et l’audace de la position turque vis-à-vis d’Israël et la faiblesse et la modestie de celle de l’Égypte, qui ressemble plus à une absence de prise de position. [...] La Turquie nous donne une nouvelle leçon dont la substance est que le gouvernement qui tire sa légitimité de la confiance du peuple et de son soutien dispose d’une source de puissance qui lui permet de défier les maîtres de l’arrogance43. »

Le défi de l’image turque

  • 44 Accueillant le Premier ministre turc en tournée dans les pays du printemps arabe, Isam al Aryan, v (...)

37L’affaire de flottille de Gaza a marqué sur le plan médiatique le retour de la Turquie dans l’imaginaire politique arabe. Ce retour rencontre des réticences mais soulève également des espoirs. Les humanitaires turcs « morts pour la Palestine » ont consacré la « nouvelle image de la Turquie » différente de celle d’hier, et que les acteurs arabes doivent gérer au mieux de leurs intérêts. Pour les uns, la Turquie est devenue un modèle et pour d’autres un véritable repoussoir ; mais étant donné l’immense popularité dont jouit le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, comme le montrent les sondages, il est clair que les valeurs et les positions de la Turquie actuelle séduisent les opinions publiques dans le monde arabe. Le succès du voyage d’Erdoğan en Égypte, le 13 septembre 2011, et sa rencontre avec les représentants de la Ligue arabe confirment cette analyse. Ce tropisme turc préfigure sans doute les transformations que pourraient connaître les politiques étrangères arabes dans le futur lorsqu’elles seront elles-mêmes soumises à l’empire des opinions publiques et non plus à la seule volonté de dirigeants non élus. Si la popularité des dirigeants turcs dans le monde arabe se nourrit de l’impopularité des dirigeants arabes, les initiatives diplomatiques et la politique de communication d’Ankara amplifient la crise politique profonde que connaissent les régimes arabes. À titre d’exemple, les allusions du Premier ministre turc à la possibilité de faire escorter de futures flottilles humanitaires pour Gaza par des navires de guerre exercent sur les dirigeants arabes une pression insoutenable. Même les Frères musulmans égyptiens, gênés par le volontarisme des Turcs et leurs audaces, ont exprimé des réserves et de l’appréhension44.

Notes

2 Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess, Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l’information dans le monde arabe, Arles, Actes Sud, 2009.

3 F. Huwaidi, « Istilam al Risala al-Turqiya Wajibu al Waqti » (La compréhension du message turc est l’obligation du moment), Aljazeera.net, 6 septembre 2011. L’article a été publié également dans un quotidien égyptien et deux quotidiens du Golfe.

4 J. Marcou, « La Turquie de l’AKP : mutation politique et nouvelle donne diplomatique », in F. Charillon (dir.), Afrique du Nord-Moyen-Orient, Paris, La Documentation française, 2009.

5 M. El Oifi, « Faire de la politique par les médias dans le monde arabe », Maghreb-Machrek, no 204, 2007.

6 Pour une première approche du dossier, voir T. Sommer-Houdeville, La Flottille. Solidarité internationale et piraterie d’État au large de Gaza, Paris, La Découverte, 2011.

7 Très exactement : 380 Turcs, 38 Grecs, 32 Algériens, 31 Britanniques, 30 Jordaniens, 15 Koweïtiens, 12 Indonésiens, 11 Suédois, 11 Américains, 11 Allemands, 11 Malaisiens, 9 Français, 9 Australiens, 7 Irlandais, 7 Marocains, 6 Italiens, 5 Belges, 4 Arabes israéliens, 4 Syriens, 4 Tchèques, 4 Yéménites, 4 Bahreïniens, 3 Canadiens, 3 Libanais, 3 Égyptiens, 3 Macédoniens, 3 Norvégiens, 3 Mauritaniens, 3 Pakistanais, 2 Bulgares, 2 Néerlandais, 2 Azerbaïdjanais, 1 Serbe, 1 Kosovar, 1 Omanais, 1 Néo-Zélandais, 1 Sud-Africain et 1 Bosniaque.

8 Voir M. Tusiray et M. Werz, What Is the İHH ? Issue Brief on the Foundation for Human Rights and Freedoms and Humanitarian Relief, Washington, DC, Center for American Progress, juillet 2010.

9 Selon un sondage du Pew Research Center publié en juin 2011, 78 % des Égyptiens et 72 % des Jordaniens font confiance au Premier ministre turc Erdoğan contre seulement 9 % des Israéliens. Voir
http://pewresearch.org/pubs/2016/turkey-public-opinion-erdogan-europeanunion-muslim (accès octobre 2011).

10 Voir la contribution d’Yves Gonzalez-Quijano dans cet ouvrage.

11 Idriss Bouwano, Al ’Islamiyoun al ’Atrak… al’Uthmaniyoun al Judud, (Les Islamistes turcs… les néo-ottomans), Damas, Al-Rissala éd., 2005.

12 A. Davutoğlu, Al ’Umq al’ Istratiji, Mawqi’u Turkya wa Dawruha fi al Saha al Dawliya (Profondeur stratégique : la position internationale de la Turquie), Markaz al-Jazeera li al Dirasat et Dal al Arabiya lil ’Ulum, 2005. Ce livre n’est pas traduit en anglais à ce jour.

13 Voir le compte rendu élogieux fait de cette cérémonie, « Le centre Al-Jazira pour les Études organise une conférence autour de l’ouvrage La Profondeur stratégique », 20 octobre 2010,
http://www.aljazeera.net/NR/exeres/B785D531-ABCE-4307-9FBA-EBAD92A49E8C.htm (accès octobre 2011).

14 Les turcophiles ont tendance à louer l’« efficacité » de l’État turc et de la politique turque actuelle sans vraiment montrer un attachement particulier à l’histoire commune entre les Arabes et les Turcs ou encore à la religion. Les ottomanistes, eux, ont pour objectif de réhabiliter le passé ottoman comme héritage commun aux Arabes et aux Turcs.

15 M. Azouz, « Safinat Mavi Marmara wa Tada’iyatuha al Arabiya. Al Arab wa al’Atrak Wajhù li Wajhi’ » (Le ferry Mavi Marmara et ses implications arabes, Arabes et Turcs en face-à-face), 2 septembre 2010, Aljazeera. net. Voir http://www.aljazeera.net/NR/exeres/44958C84-0826-45E8-B754-E45EF03A27B6.htm (accès octobre 2011).

16 Le concept d’« État arabe modéré » (Dowal arabiya mu’tadila) est très utilisé dans les médias et la littérature politique arabes. L’expression a été forgée non pas pour désigner la modération dans le domaine politique, religieux ou économique mais uniquement en ce qui concerne la politique étrangère. D’une manière schématique, elle désigne les États arabes qui ne contestent pas publiquement l’« hégémonie » américaine.

17 M. Azouz, op. cit.

18 M. Azouz, op. cit.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 M. El Oifi, « Discours médiatique saoudien et médias panarabes », Confluences Méditerranée, no 61, 2007.

22 M. El Oifi, « Voyage au cœur des quotidiens panarabes », Le Monde diplomatique, décembre 2006.

23 T. Al-Hamid, « La Taniqidu Isra’il Hadihi al Mara » (Ne sauvez pas Israël cette fois), Al-Chark al-Awsat, 2 juin 2010, no 11 509.

24 A. Rahman Al Rashed, « Al Loghz al Turki wa al Arab » (L’énigme turque et les Arabes), Al-Chark Al-Awsat, 31 mai 2010, no 11 507.

25 T. Al-Hamid, « Erdogan wa Nasrallah wa Sahb al Bisat » (Erdoğan et Nasrallah, comment tirer le tapis sous les pieds), Al-Chark Al-Awsat, 6 juin 2011, no 11 513.

26 H. al Husseini, « Turkiya Sahabat min’Iran Waraqat Ghaza », (La Turquie prive l’Iran de la carte de Gaza), Al-Chark Al-Awsat, 10 juin 2010, no 11 517.

27 S. al-Qalabb, « Wazifat al Hujum al Isra’ili ala Safinat Marmara al Turkiya » (La fonction de l’attaque israélienne contre le ferry turc Mavi Marmara), Al-Chark Al-Awsat, 10 juin 2010, no 11 517.

28 A. Salem, « ’Ayatuha al Hurriya. Kam min al Qawafil ’Irtukiba bi’ismiki » (Toi liberté : combien de flottilles sont commises en ton nom !), Al-Chark Al-Awsat, 6 juin 2010, no 11513.

29 Soldat israélien capturé par le Hamas le 25 juin 2006 et libéré le 18 octobre 2011 à la suite d’un accord prévoyant la libération de 1 027 Palestiniens et Arabes israéliens jusqu’alors détenus dans les prisons israéliennes.

30 A. Rahman al-Rashed, « Limadha ’Irtakabat Isra’il al Jarima » (Pourquoi Israël a-t-il commis le crime ?), Al-Chark Al-Awsat, 1er juin 2010, no 11 508.

31 T. Al-Hamid, op. cit.

32 M. El Oifi, « Les opinions publiques arabes comme enjeu des relations internationales », Maghreb-Machrek, no 204, été 2010.

33 Les sceptiques s’expriment le plus souvent sur Al-Arabiya, la chaîne d’information en continu saoudienne, dans la presse panarabe saoudienne ou dans les médias égyptiens avant la chute du régime Moubarak. Si la presse koweïtienne et notamment les journaux Al-Watan et Al-Siyassa leur ouvrent leurs colonnes, ils restent assez discrets dans les médias jordaniens en raison de la sensibilité particulière des questions liées à la Palestine dans ce pays.

34 Vidéo Al-Jazira :
http://www.youtube.com/watch?v=KqqY-A1aBE8&feature=relmfu (accès octobre 2011).

35 Vidéo Al-Jazira :
http://www.youtube.com/watch?v=pNyBQYnjXDo&feature=related (accès octobre 2011).

36 Vidéo Al-Jazira :
http://www.youtube.com/watch?v=UWR1XcUqEXk&feature=related (accès octobre 2011).

37 Vidéo Al-Jazira :
http://www.youtube.com/watch?v=KqqY-A1aBE8&feature=relmfu (accès octobre 2011).

38 Sur l’ottomanisme, voir C. E. Dawn, From Ottomanism to Arabism : Essays on The Origins of Arab Nationalism, Chigaco/Londres, University of Illinois Press, 1973.

39 Émission « Fi al Umq » (En profondeur), invité Azmi Bishara, « Al Arab wa Turkiya » (Les Arabes et la Turquie), 4 juillet 2010.

40 M. Mohamed al Hajiri, « Turkiya Faqadat’… al Thiqa » (La Turquie a perdu… la confiance), Al Ra’i (Koweït), 30 août 2011.

41 « Al Diplomasiyya al Turkiya wa al Ghira al Arabiya » (La diplomatie turque et la jalousie arabe), Al-Quds Al-Arabi (Londres), 23 août 2011.

42 Sur demande turque, l’ONU a mis en place une commission chargée d’enquêter sur les incidents survenus sur le Mavi Marmara. Cette commission était présidée par l’ancien président néo-zélandais Geoffrey Palmer et composée de l’ancien président colombien Alvaro Uribe et de deux autres représentants, l’un nommé par la Turquie, l’autre par Israël. La sortie du rapport de la commission Palmer a été plusieurs fois reportée. Rendu public le 2 septembre 2011, il affirme que « le blocus de Gaza est légal » et ne viole pas le droit international ; voir le texte dans le New York Times, 1er septembre 2011. Point de vue contesté par d’autres experts : voir par exemple S. Sur, « Israël a commis un acte indiscutablement contraire au droit international », Le Monde, 10 juin 2010. La Turquie a rejeté les conclusions du rapport. Réclamant des excuses au gouvernement israélien, Ankara a finalement réduit ses relations diplomatiques avec Israël au niveau minimal, et les accords militaires entre les deux pays ont été suspendus.

43 F. Huwaidi, « Istilam al Risala al-Turqiya Wajibu al Waqti » (La compréhension du message turc est l’obligation du moment), Aljazeera.net, 6 septembre 2011.

44 Accueillant le Premier ministre turc en tournée dans les pays du printemps arabe, Isam al Aryan, vice-président du parti égyptien Liberté et justice, émanation de la confrérie des Frères musulmans, a ainsi déclaré : « Nous souhaitons la bienvenue à la Turquie et à Erdoğan en tant que l’un des dirigeants distingués de la région. Cependant, nous estimons que ni Erdoğan ni son pays ne peuvent à eux seuls fixer l’avenir de la région. [...] Les pays arabes n’ont pas besoin de projets qui viennent de l’extérieur [ici : de Turquie], ils doivent provenir des régimes arabes eux-mêmes, surtout qu’avec le déclenchement des révolutions arabes les régimes seront démocratiques », Al-Quds Al-Arabi (Londres), 15 septembre 2011.

Auteur

Politologue, maître de conférences à Sciences Po Paris, spécialiste des médias et des opinions publiques arabes. Il est l’auteur de nombreuses publications sur ce thème, notamment sur la chaîne Al-Jazira, dans Politique étrangère, Politique américaine, Maghreb-Machrek, Confluences Méditerranée, Moyen-Orient. Parmi ses derniers articles parus : « Que reste-t-il de l’esprit du Caire ? La réception du discours d’Obama dans le monde arabe », Politique américaine, no 18, hiver 2010-2011 ; « La politique d’Obama au Moyen-Orient : une hégémonie fragilisée », Annuaire français des relations internationales (AFRI), juillet 2010.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search