Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil des récits

Chapitre 2. Du bon usage des coursiers de l’air

Texte intégral

DES PIGEONS ANNONCENT LE FRUIT DES NEGOCIATIONS

  • 1 Même Ibn al-‘Adīm, II, p. 141, l’ignore.

1C’est en 491/1098, lors de la première croisade, que l’Occident découvrit les messagers du ciel au fond de l’Orient. L’armée unifiée, qui venait d’arracher Antioche des mains du turc selğūkide Yāġī-Siyān, mit le siège devant le château de ‘Azāz que les chroniques latines désignent sous un nom aux formes indécises : Hasert, Hazert, Hazarth ou Hasart. Dressé sur une butte à 40 km au nord d’Alep, il commandait la route d’Édesse. Dans ses murs, régnait un obscur gouverneur (wālī) que les Francs avaient cru prince autonome, ‘Umar, dont la filiation n’est pas restée dans la mémoire des hommes1, si une ancienne condition servile ne l’en avait privée. Las des hostilités engagées contre l’émir Riḍwān b. Tutuš (qu’Albert d’Aix appelle Brodoan d’Alep) auquel il devait soumission, la haine féroce qu’il lui vouait le poussa à brandir l’étendard de la révolte et à tenter d’ébranler le trône voisin. Comme ce dernier rassemblait une armée innombrable pour investir ses murs et les emporter, il résolut de conclure un traité de paix avec Godefroi de Bouillon : il avait eu la sagesse d’ouvrir l’oreille au conseil salutaire d’un émir turc qui avait lui-même cédé aux insinuations de sa femme, une captive franque, veuve d’un illustre chevalier fraîchement péri. Il lui envoya donc un messager, un chrétien de Syrie, dans sa nouvelle conquête, Antioche, pour lui proposer une alliance. Mais le duc de Lorraine, flairant quelque piège tendu par la perfidie des Turcs, hésitait à traiter : pour dissiper ses défiances, ‘Umar lui livra son fils en otage et gage de serment. Il promit alors solennellement de lui donner du secours en toute adversité et de ne jamais l’abandonner. Dès l’alliance jurée non seulement des lèvres, mais sans doute aussi du cœur, un avis en fut dressé en double exemplaire, puis mis à la queue d’une paire de pigeons tirés du sein des envoyés où ils étaient cachés. A peine avaient-ils ouvert leurs mains que les oiseaux ouvrirent les ailes pour voler au même colombier où ils étaient ardemment attendus. Les témoins oculaires de la scène furent stupéfaits de cette voie ingénieuse de transmettre les nouvelles qu’ils observaient de leurs yeux pour la première fois en Orient, mais dont la rumeur leur était peut-être parvenue de l’autre côté de la mer en Occident.

2Le traité fut effectif : Godefroi ne manqua pas de parole au gouverneur de ‘Azāz et lui prêta secours, quand Riḍwān fondit au pied des murs avec une puissante armée de 40 000 turcs pour les livrer aux assauts des jours durant. Au bruit de l’arrivée des bataillons francs et à la vue des feux qui brûlaient dans leur camp comme des étoiles lointaines et des nuages de fumée qui s’élevaient en épais flocons dans le ciel, l’assaillant abandonna le siège sans offrir bataille et reprit le chemin qui allait vers Alep. Après cette retraite honteuse et rapide, ses troupes se rabattirent sur les pèlerins qui traînaient loin derrière l’armée chrétienne, rencontrés, par un hasard fatal, dans l’un des nombreux massifs de la région : elles leur lancèrent des grêles de traits, puis les assaillirent pour en tuer à plein glaive 600. Dès que le bruit lugubre parvint aux oreilles de Godefroi, l’armée prit des ailes dans les vallées où elle tomba sur les Turcs revenus de leur sanglante victoire. Ce fut une immense boucherie. Les rescapés s’enfuirent par monts et taillis.

  • 2 Riant, p. 183, CXV ; Grousset, I, p. 118-119 ; Runciman, I, p. 256-257 ; Richard, p. 74.

3Sitôt les Francs parus à l’horizon de ‘Azāz, son gouverneur sortit de l’enceinte. Descendant de cheval, il mit genou en terre devant son sauveur en se déclarant son vassal et son homme lige2 ; pour la première fois, un croisé recevait l’hommage d’un musulman. Le duc lui offrit un heaume précieux, incrusté d’or et d’argent, ainsi qu’une cuirasse recueillie sur la dépouille du noble chevalier Herebrand de Bouillon qui la portait toujours au combat.

4L’épisode des pigeons est relaté par deux historiens des croisades, Albert d’Aix et Guillaume de Tyr. Le fragment suivant est du premier auteur.

  • 3 Albert d’Aix, p. 438, trad. François Guizot dans p. 274-275, revue par Henri Bresc. Une traduction (...)

« Tandis que le duc s’engageait ainsi avec beaucoup de fermeté, les députés venus du château de Hasarth se livrèrent aux transports de la plus vive joie ; et tirant aussitôt de leur sein deux pigeons, oiseaux agréables et bien apprivoisés, qu’ils avaient apportés avec eux, ils prirent en même temps du papier, sur lequel ils inscrivirent la réponse et les fidèles promesses du duc, et, l’attachant avec un fil à la queue des pigeons, ils ouvrirent les mains et envoyèrent les deux pigeons porter ces heureuses nouvelles. Le duc, et tous ceux qui étaient auprès de lui, témoignèrent leur étonnement d’un pareil message, et les députés lui dirent aussitôt pour quels motifs ils se servaient de ces oiseaux : “Que notre seigneur duc et ses fidèles ne s’étonnent point de nous voir expédier ainsi ces pigeons ; ce n’est point par enfantillage, ni inutilement que nous les envoyons ainsi devant nous, mais afin que, dans leur vol rapide et non interrompu, ils portent promptement la nouvelle que tu as pris confiance en nous, et qu’ils donnent l’assurance des secours que tu nous promets, quels que soient d’ailleurs les obstacles que la fortune pourra nous faire rencontrer en chemin. Un autre motif encore nous a décidés à envoyer ces oiseaux en avant avec ces papiers, c’est afin d’éviter la mort, si quelques-uns de nos frères turcs nous rencontraient chargés de ces dépêches.” Mais déjà les pigeons s’étaient envolés avec leur message, et étaient fidèlement retournés au palais et sur la table du prince de Hasarth. Celui-ci, les recevant selon son usage avec bonté, détacha de leur queue les papiers qu’ils portaient ; et, apprenant les secrets du duc Godefroi, il fut instruit du jour où il marcherait à son secours, et sut combien il amènerait de milliers d’hommes pris dans l’armée chrétienne3. »

5La version de l’archevêque Guillaume de Tyr (1174-1186) diffère légèrement de celle d’Albert d’Aix : les messagers ne relâchèrent les oiseaux enfermés dans leur sein que parce qu’ils ne pouvaient plus entrer dans la place qu’ils avaient trouvée au retour investie.

  • 4 Guillaume de Tyr, I, p. 346, trad. François Guizot, I, p. 350-351, revue par Henri Bresc.

« Il n’y avait encore que cinq jours que Rodoan était arrivé sous les murs du château avec toute son armée, lorsque Godefroi sortit d’Antioche à la tête d’une multitude de fidèles de sa suite, et de beaucoup d’autres de ses compagnons qu’il avait invités à suivre son dessein, et se mit en marche sans attendre pour porter secours à son nouvel ami. Les messagers que ce dernier avait adressés au duc avaient reçu de lui toutes sortes de témoignages de bienveillance qu’ils furent chargés de rapporter à leur maître, et s’estimaient heureux d’avoir réussi dans leur mission, au-delà même de leurs vœux. Mais lorsqu’ils voulurent aller rendre compte à leur maître de ce succès, il leur fut impossible de parvenir jusqu’à lui, car l’armée ennemie avait investi le château de toutes parts, et il n’y avait plus aucun moyen d’y entrer ou d’en sortir. Ils prirent alors deux pigeons dressés à ce genre d’exercice, leur attachèrent à la queue deux billets dans lesquels ils eurent soin de rendre compte au gouverneur du résultat de leurs négociations et des promesses qu’ils avaient obtenues, et rendirent aussitôt la liberté aux deux oiseaux. Les deux pigeons retournèrent en un instant au lieu où ils avaient été élevés, et furent pris par celui qui les avait gardés et nourris ; on alla porter au gouverneur les billets détachés qu’ils avaient apportés. Cette lecture ranima son courage abattu ; tout à l’heure il redoutait la multitude des assiégeants, et désespérait de pouvoir leur résister plus longtemps ; maintenant il ne craint plus de les attaquer le premier, et les harcèle sans relâche4. »

DES PIGEONS ANNONCENT LES ARRIVÉES

6Par la voie du ciel, les Mamelouks (comme plus tard les Ottomans) prenaient soin d’avertir à l’avance la venue des personnages de rang : ainsi, on allait à leur devant et on s’apprêtait à les recevoir. En 711/1311, l’émir Arġūn survint à Damas par la poste, sans avoir été précédé d’une dépêche. Aussi, nul n’était parti à sa rencontre. La sombre fureur qui bouillonnait en lui se répandit en torrents d’injures : il prétendit avoir expédié un billet pour annoncer son arrivée, alors qu’il avait interdit de le faire. Ce récit n’est rapporté que par l’historien Ibn al-Dawādārī, dont le père était, comme assistant du vizir (šādd al-dawāwīn), chargé d’accueillir les hôtes de marque.

  • 5 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 214-215.

« Puis l’émir en charge de recevoir les visiteurs de rang [nā‘ib al-mihmandāriyya] dit : “L’émir Sayf al-Dīn Arġūn vient d’arriver de la cour du sultan par la poste victorieuse.” Mon père demanda alors : “Pourquoi les billets ne sont-ils pas arrivés pour nous en avertir ? – Je ne sais.” Et mon père de constater : “Ils ne peuvent le faire sans passer de relais en relais. – Seigneur [Ḫawand], nous ne les avons connus jusqu’à ce jour, que précédant l’arrivée de tout messager.” Mon père enfourcha sur-le-champ son cheval, accompagné du mamelouk. Nous gagnâmes le palais destiné à recevoir les hôtes de marque [mihmānḫāna] qui se trouve à l’extérieur du palais noir et blanc. Nous trouvâmes que l’émir Sayf al-Dīn Arġūn y était descendu. Mon père entra auprès de lui et le salua. Il se répandit en invectives contre mon père : “Nous venons vers vous, sans que nul ne se porte à notre rencontre pour nous accueillir. – Seigneur, nous ne le savions pas. – Je vous ai pourtant expédié un billet. – Rien ne nous est parvenu. – Un souci pour une surveillance malheureuse.”
« Il n’avait effectivement expédié aucun billet et il avait même défendu de le faire. Nous lui apportâmes, comme de coutume, le boire et le manger. Déclarant avoir une nausée, il demanda une cuvette et se mit à vomir. Nous le quittâmes pour aller trouver Karāy. “Ğamāl al-Dīn, demanda-t-il, comment un personnage du rang de l’émir Sayf al-Din Arġūn peut venir sans que vous nous en informiez ! – Seigneur, aucun billet ne nous est parvenu et nous n’avons appris sa venue qu’à son arrivée. – Appelle demain le gardien du colombier et corrige-le pour ces pigeons de malheur.”5 »

DES COLOMBES CHARGÉES DE CERISES

7Les ailes des pigeons pouvaient enlever dans le ciel de légers fruits (au lieu de plis), s’ils étaient emballés soigneusement dans du papier. Comme le calife fatimide ‘Aziz témoignait le désir d’aller à Damas goûter les premières cerises et se disposait à quitter Le Caire, son vizir, Ya‘qūb b. Killis, fut frappé d’une lumière soudaine pour lui épargner ce long voyage improvisé en ce temps où changer de place était une action fatigante même pour les grands de la terre : elles viendraient à lui, plutôt qu’il n’irait à elles. L’ordre fut emporté par des pigeons damascènes détenus au Caire et les fruits fraîchement cueillis par des pigeons cairotes retenus à Damas. De plus de cent vingt, il n’en manqua qu’un petit nombre : dix. Le calife avait, en effet, droit de réquisition sur les colombiers privés dont les propriétaires étaient connus des autorités. Bien qu’échanges et lâchers rendaient tout recensement impossible, il suffisait d’appeler les éleveurs de la capitale pour connaître le nombre d’oiseaux étrangers internés dans leurs colombiers et celui de leurs pigeons enfermés dans d’autres villes, ainsi que le nom des colombophiles qui les gardaient captifs. Trois ou quatre jours s’étaient seulement écoulés depuis le départ des billets et l’arrivée des cerises qu’un eunuque fut chargé d’offrir au calife sur un plateau d’or. Par cet éclair imprévu de génie qui avait mis Ibn Killis sur le chemin de la fortune pour lui ouvrir une haute destinée, son empire crût sur le calife.

  • 6 Anṣāri, p. 13/48 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 391 ; trad. dans Gaudefroy-Demombynes, p. 252.
  • 7 Ḫālīdī, fol. 105 v°.

8Des nombreux récits qui relatent le voyage des fruits par la voie des airs, le plus précis est narré par Maqrīzī dans sa géographie historique : il provient d’une chronique perdue qu’il omet de citer. Les autres évoquent seulement des pigeons du Caire rassemblés à Damas6 ou un ordre envoyé à son gouverneur (et non transmis par des oiseaux privés) : six cents voyageurs ailés auraient rapporté 1 200 cerises, une à chaque jambe enveloppée d’un petit sachet de soie et accompagnée d’une feuille verte encore fraîche7.

  • 8 Maqrīzī, II, p. 7.

« Voulant se rendre en Syrie à la saison des fruits dans la primeur, ‘Azīz ordonna à Ya‘qūb b. Killis de préparer l’équipement. “Mon maître, répondit le vizir, à chaque voyage un équipement adapté et quel est le but du vôtre ? – Je voudrais me promener à Damas pour manger des cerises. – J’entends et obéis”, fit le vizir en sortant. Il convoqua alors tous les propriétaires de pigeons pour s’enquérir des oiseaux du Caire alors à Damas et des noms de ceux qui les détenaient : il y en avait plus de 120. Puis il demanda nombre d’oiseaux de Damas alors au Caire et les fit venir. Il écrivit ensuite à son lieutenant à Damas pour lui donner le nombre d’oiseaux alors dans la ville et le nom de ceux qui les retenaient. Il lui ordonna de les appeler tous chez lui, de mettre des cerises dans chaque papier et de les attacher sur tous les oiseaux pour les lâcher le même jour. Trois ou quatre jours seulement passèrent et tous les pigeons rentrèrent, les ailes chargées de cerises, sauf dix environ qui manquèrent. Il tira [les fruits] des papiers et les plaça sur un plat d’or qu’il couvrit et fit porter par un eunuque au calife auprès de qui il se rendit pour lui présenter le don sur ces mots : “ô commandeur des croyants, nous vous avons fait venir les cerises que voici, si cette quantité vous satisfait ; sinon, nous en ferons venir d’autres.” ‘Azīz s’émerveilla du vizir et lui tint ces propos : “Un homme comme vous est vraiment le serviteur des rois !”8 »

L’ANNONCE AU CAIRE DE L’ARRIVÉE DES NAVIRES CHRÉTIENS AU PORT D’ALEXANDRIE

  • 9 Masālik, éd. Sayyid, p. 93. Sur la colline des vigies, voir Arnold von Harff, p. 78/p. 94 ; Thenau (...)
  • 10 Fabri, II, p. 724 ; III, p. 968 ; Arnold von Harff, loc. cit. ; Kiechel, loc. cit. ; Lubenau, p. 2 (...)
  • 11 Joos van Ghistele, loc. cit.
  • 12 Le Grand-Port, à l’est, et l’Eunostus (le Bon Retour), à l’ouest, Davis, I, p. 3. Les sources arab (...)
  • 13 Le nom « viez port » apparaît dans Guillaume de Machaut, p. 62, 67.
  • 14 Harant, II, p. 197/p. 271.
  • 15 Ghillebert de Lannoy, p. 102.
  • 16 Comme le notait Combe (1949), p. 105. Guillaume de Machaut, p. 76, l’appelle port « à senestre ».
  • 17 Adorno, p. 158-161 ; Bruce, p. 66.
  • 18 Masson (1896), p. 405.
  • 19 Fabri, II, p. 719.

9Depuis qu’un violent tremblement de terre en 702/1303 avait renversé l’antique phare dans la mer, l’immense horizon plat était surveillé par une grande tour carrée sur une haute colline9. Aux premières voiles jaillies, les vigies qui étaient les yeux de la ville donnaient l’alerte en élevant de petits drapeaux dont le nombre indiquait celui des navires10 et leur couleur de pays, peut-être11. Des préposés des douanes partaient aussitôt en reconnaissance : sautant sur le pont, ils privaient le bâtiment de voilure, s’enquéraient de sa nationalité, s’assuraient qu’il ne portait pas d’armes, inscrivaient les noms des passagers et visitaient les marchandises pour percevoir des frais souvent exorbitants. Après avoir dressé un rapport, ils conduisaient les navires dans l’un des deux ports indifféremment ouverts aux voiles et dont la fondation remontait aux Ptolémées12 : l’occidental (que l’Europe qualifiait couramment de « vieux »13), dont les bas-fonds ne pouvaient accueillir que les navires à faible tirant14, comme les galées plates et les fustes15 ; et l’oriental (abusivement dénommé « port neuf », bien qu’il fût en réalité le plus ancien)16, plus petit, mais à grand péril : d’une part, maints récifs, les uns dissimulés dans l’onde, les autres à fleur d’eau, en rendaient l’entrée ardue17, spécialement deux que les marins devaient baptiser de noms expressifs (mais d’origine inconnue) : le Diamant et la Girofle ; d’autre part, il était ouvert aux vents les plus impétueux de la mer18. Rondes comme des cirques, les deux rades étaient séparées par un môle muni d’un double mur fortifié de seize tours19 dont les pieds baignaient dans les flots. Dès que le gouverneur d’Alexandrie recevait le rapport de la douane, il en instruisait le sultan au Caire par la voie du ciel.

  • 20 P. 46-47, trad. anonyme dans Kamal, IV/II, p. 1192. Une traduction récente de Chr. Deluz figure da (...)

10Ces formalités sont décrites pour la première fois en 1323 par Symon Semeonis20, frère mineur au couvent de Clonmel, au sud de l’Irlande. Seulement, il croyait que les pigeons filaient directement d’Alexandrie au colombier de la citadelle. En 1384, Frescobaldi sera mieux informé : il avait eu vent des changements de messager plusieurs fois en chemin sans en connaître cependant le nombre, qui était de deux.

  • 21 Frescobaldi, p. 52.

« Dès que nous fûmes entrés dans le port d’Alexandrie, comme il est d’habitude, les Sarrasins qui ont la charge de surveiller le port accoururent au-devant de notre flotte, et ils montèrent à bord de notre navire sans en avoir demandé la permission à qui que ce fût ; ils amenèrent la voilure de notre bateau, et ils prirent par écrit nos noms, ainsi que les noms de tous les gens qui s’y trouvaient. Ils examinèrent avec la plus grande attention les marchandises et les autres richesses dont le navire était chargé, et, après avoir mis le tout par écrit, ils s’en retournèrent vers la ville, en nous conduisant avec eux, en ayant eu le soin de laisser à bord dudit navire deux gardiens ou surveillants ; puis ils nous firent arrêter entre la première et la seconde porte de ladite ville, et ils s’en allèrent trouver, dans l’intention de lui raconter ce qu’ils avaient fait, l’émir de la ville, sans la permission et sans l’agrément duquel personne ne peut entrer en venant de l’extérieur ou sortir, ou transporter des objets de valeur. Lesdits gardiens ne quittèrent pas le bord du navire avant qu’il ne fût entièrement déchargé, et ils s’arrangèrent de telle manière (et c’est ainsi qu’agissent ces gardiens dans quelque navire que ce soit) que l’on trouvât certains objets de prise qui, tout d’abord, n’avaient pas été inscrits sur leurs listes, parce que l’émir prend pour lui-même un certain pourcentage sur les objets que l’on trouve dans un navire et que l’on inscrit sur les listes, et, à la fin, il est tenu d’en rendre compte au Soudan.
« Dès que l’émir se fut enquis avec le plus grand soin de ce qu’avaient fait ses gens, immédiatement, il ne perdit pas un instant pour le porter à la connaissance du Soudan, en lui faisant porter une dépêche par un pigeon, comme telle en est l’habitude constante. Il faut, en effet savoir, qu’à Alexandrie, comme dans toutes les villes de l’Egypte de la domination du Soudan qui sont situées sur le rivage de la Méditerranée, il se trouve des pigeons apprivoisés, qui sont élevés dans la forteresse dudit Soudan, la forteresse du Caire, dans laquelle on les tient enfermés la plupart du temps. Continuellement, ces pigeons sont transportés de la forteresse du Caire jusque dans lesdites villes maritimes par des porteurs ou par d’autres courriers. Et lorsque les Sarrasins veulent prévenir le Soudan de quelque arrivée des chrétiens, ou de n’importe quel autre fait, ils lâchent un pigeon pour qu’il s’en aille au Caire, en lui ayant attaché une lettre sous la queue, et ce pigeon n’a point de repos jusqu’au moment où il s’en est revenu à la forteresse d’où on l’avait transporté dans l’un des ports susdits. C’est ainsi que des pigeons élevés dans diverses places fortes de l’empire du Soudan, sont transportés dans les villes, et réciproquement ; et c’est pourquoi, par le moyen de ces pigeons, le Soudan sait, presque chaque jour, tout ce qui est digne d’être porté à sa connaissance, dans toute l’étendue de son royaume, de telle façon qu’il sache, lui et l’émir d’Alexandrie, ce qu’ils doivent faire21. »

  • 22 P. 586.
  • 23 Pèlerinage, p. 102.
  • 24 P. 160, 161.
  • 25 III, p. 969.
  • 26 P. 34 et 74.
  • 27 P. 87.
  • 28 P. 76/p. 92.
  • 29 P. 370 a. Passage commenté par Pastré, p. 120.
  • 30 P. 43.
  • 31 Masson (1911), p. 599.

11Jusqu’à la chute des Mamelouks, les pigeons annoncèrent au Caire l’arrivée des voiles chrétiennes au port d’Alexandrie, comme en témoignent maints voyageurs : Nicolas de Martoni22, le pèlerin anonyme23, Adorno24, Fabri25, Bernard de Breydenbach26, Ariosto27 et Arnold von Harff28. Aucun ne semble cependant avoir vu les pigeons délivrés s’envoler vers le ciel ou filer à tire-d’aile vers la capitale ; mais un seul reconnaît rapporter seulement le bruit recueilli sans en confirmer la véracité : Hans Tucher29, en 1479. La conquête ottomane ne suspendit guère la liaison, comme le prouvent John Sanderson en 1584-160230 et Jouvin de Rochefort vers la moitié du xviie siècle qui en fut le dernier témoin : l’État l’abandonna sans doute peu après son passage31.

  • 32 Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

« Les pigeons que l’on envoie d’Alexandrie au Caire porter des nouvelles de quelque vaisseau arrivé, ou d’autres choses, font ce chemin en fort peu de temps, et sont instruits à cela si parfaitement qu’aussitôt qu’on leur a mis le papier ou la lettre sous leur aile, ils volent incessamment jusqu’au lieu où ils arrivent, qui est ordinairement à quelque guérite fort élevée, qu’on ferme aussitôt qu’on les y a vu entrer, pour leur prendre la lettre cachée sous leur aile ; ce qui me sembla tout à fait remarquable, bien que cela soit fort ordinaire en Égypte32. »

LES MESSAGERS AILÉS DU PORT D’ALEXANDRIE

  • 33 Nuwayrī, Ilhām, passage publié dans Sulūk, III/I, p. 416 ; Combe (1943), p. 59. Cette prise chanté (...)
  • 34 Sulūk, III/I, p. 104.
  • 35 Nicolas de Martoni, p. 587 ; Ghillebert de Lannoy, p. 101 ; Adorno, p. 158, 159 ; Fabri, II, p. 71 (...)
  • 36 Bruce, p. 67.
  • 37 Nicolas de Martoni, p. 586-587 ; Adorno, loc. cit. Ces deux ports sont également décrits par Ghill (...)
  • 38 Fabri, II, p. 787.

12Malgré la vigilance des hommes de guet qui interrogeaient l’horizon de leur tour pour signaler les dangers sitôt jaillis, le roi de Chypre, Pierre de Lusignan, enleva en 767/ 1365 Alexandrie pour la livrer au pillage et aux flammes, puis l’abandonner pour repasser la mer sans recueillir de son exploit d’autres fruits : les habitants avaient pris les voiles ennemies pour la flotte amie de Venise venue, comme de coutume, embarquer les épices33. Pourtant une dépêche aérienne avait averti Le Caire de l’arrivée des navires34. Après cette croisade éclair, seul le port d’orient s’ouvrit à l’Occident chrétien : leurs voiles ne purent jamais plus mouiller dans le port ouest qui leur fut désormais interdit35, le vieux, qui devint réservé aux bâtiments de l’Islam et que l’Europe devait tardivement appeler le « port d’Afrique36 » ; celles qui s’y hasardaient couraient risque d’être saisies, ainsi que toutes leurs marchandises37, comme les promeneurs curieux qui s’aventuraient sur ses rives d’être assaillis et molestés38.

  • 39 Fabri, II, p. 791-792 ; III, p. 968.
  • 40 Idem, III, p. 968.
  • 41 Frescobaldi, p. 38.
  • 42 Idem, loc. cit.
  • 43 Sulūk, III/II, p. 487-488.

13Dès l’entrée en rade, les navires devaient amener les voiles pour honorer le sultan et le saluer39 (révérence qu’il fallait renouveler en sortant). Si les marins négligeaient de marquer leur déférence, des tirs partaient du fort40. Sitôt signalés par les vigies qui attachaient sur l’horizon un œil fixe, des agents prenaient des embarcations plates pour les accoster et les reconnaître : leur ayant enlevé voilure et gouvernail41, ils les conduisaient au mouillage et ne leur rendaient les pièces dont ils les avaient privés qu’après paiement des droits sur les biens (2 %) et un dinar par tête42. Mais cette pratique n’était pas scrupuleusement respectée : en 785/1383, des bateaux francs s’échappèrent du port après chargement. Le lendemain, les mamelouks les suivirent sur les eaux pour leur livrer un combat naval qui devint fatal à maints d’entre eux43.

  • 44 Suivant le pèlerin anonyme en 1419, Pèlerinage, p. 102.
  • 45 Son voyage est relaté par Brygg.

14Vers la fin du xive siècle, probablement après la croisade de Pierre de Lusignan, les agents des douanes qui se rendaient sur les voiles chrétiennes emportaient souvent des messagers ailés pour leur confier les rapports destinés au gouverneur, dont parfois le double s’envolait vers la capitale pour en instruire le sultan44. Comme ces courriers du port sont inconnus des sources arabes qui tendent à bannir le banal, on ignore la date de création du service qui semble avoir été, à l’origine, irrégulier : nombre d’Occidentaux qui débarquèrent ou embarquèrent d’Alexandrie ne les ont pas aperçus, non seulement ceux qui voyageaient sans regarder ou regardaient sans voir, mais également les observateurs attentifs dont les yeux et la mémoire ne laissaient rien échapper, entre autres : le florentin Leonardo Frescobaldi en 1384 qui décrit pourtant minutieusement son arrivée au port, ses deux compagnons, Simone Sigoli et Georgio Gucci, malgré les huit jours passés dans la ville, le châtelain de Guines qui devait devenir maire de Bordeaux et châtelain de Fronsac, Thomas de Swinburne en 139245 et Ogier VIII, seigneur d’Anglure, en 1395. Le premier à décrire les messagers des airs est le notaire italien, Nicolas de Martoni, en 1394. Mais comme Symon Semeonis, il avait naïvement cru qu’ils volaient directement de l’émir d’Alexandrie (entendre le gouverneur) vers le sultan au Caire : il ignorait les changements de pigeons dans deux relais intermédiaires.

  • 46 Nicolas de Martoni, p. 586, trad. Henri Bresc.

« Le vendredi 25 dudit mois de juillet à l’heure de tierce, nous arrivâmes au port d’Alexandrie, où nous trouvâmes dix navires ; et, aussitôt que nous arrivâmes, vinrent quatre sarrasins avec des pigeons. Après nous avoir demandé d’où étaient les navires et de quoi ils étaient chargés, aussitôt l’un d’eux écrivit une petite lettre et la lia sous l’aile des pigeons. Ceux-ci relâchés avec la lettre s’envolèrent d’abord jusque chez l’émir d’Alexandrie, puis au Caire où était le Soudan. C’est, en effet, la méthode suivie par les sarrasins pour tous les grands navires qui mouillent au dit port d’Alexandrie, et, comme je le vis faire, moi le notaire Nicolas, plusieurs fois, tant que nous séjournâmes dans ledit port, quand des navires venaient46. »

  • 47 Pèlerinage, p. 102.
  • 48 P. 160-161.
  • 49 P. 126-127.
  • 50 P. 110 b.
  • 51 P. 34/73-74.
  • 52 P. 76-77, 78/p. 92, 94.
  • 53 P. 233.

15Au rebours du xive siècle, les messagers du port furent régulièrement employés au suivant, comme le prouvent les nombreux témoignages de voyageurs qui les ont observés au port est d’Alexandrie : le pèlerin anonyme47 entre 1419 et 1425, le flamand Anselme Adorno48 en 1470, le patricien de Nuremberg, Sebald Rieter49, le frère Félix Fabri de l’Ordre des frères prêcheurs, Jean de Solms50 et Bernard de Breydenbach51 en 1483, le chevalier Arnold von Harff52 de Cologne en 1496 et le franciscain Francesco Suriano53 maintes fois de 1462 à 1503. Cependant, deux voyageurs n’en soufflent mot, comme s’ils n’avaient surpris le passage des messagers dans le ciel ou prêté l’ouïe aux bruits incroyables qu’ils suscitaient : le diplomate Ghillebert de Lannoy (1421-1423) qui s’étend pourtant sur les deux bassins du port et le tolédan Pero Tafur en 1436. De ces multiples descriptions, celle que donne Fabri dans la version latine de sa relation de voyage compte parmi les plus détaillées.

  • 54 Trad. R. P. J. Masson, II, p. 724-725.

« Dès qu’un navire est aperçu, un signal est donné par les gardes des murailles, afin d’en avertir le capitaine ou l’Amiral, préfet de la ville. Celui-ci prévenu de l’arrivée d’un ou de plusieurs navires, donne l’ordre d’apprêter une barque rapide et d’enfermer à fond de cale quatre ou cinq pigeons de son pigeonnier. Ceux qui partent en mission de reconnaissance les emportent avec eux dans la barque, et ils s’élancent au-devant des navires en approche ; ils décrivent ce dont il s’agit et renvoient les pigeons à leur maître avec un billet. Le préfet prend alors ses dispositions selon le contenu de la nouvelle reçue, ou bien il reste tranquille ou bien il s’agite, et envoie d’autres bateaux si les navires aperçus sont armés54. »

  • 55 Fabri, III, p. 969.

16Malgré sa brièveté, la version allemande fournit un détail supplémentaire : « S’ils apprennent encore quelque chose, ils lâchent un autre pigeon et le capitaine agit en conséquence55. »

  • 56 Fabri, I, p. 358.

17Une autre description offre un intérêt extrême : celle du maître Bernard de Breydenbach. Chanoine et camérier du chapitre de Saint-Martin, l’église métropolite de Mayence dont il devait devenir, bien que laïque, doyen, il accompagna Fabri au cours de son second pèlerinage en 1483. Mais sa délicatesse et sa faiblesse l’avaient contraint à voyager dans une corbeille à flanc de dromadaire56.

  • 57 Bernard de Breydenbach, trad. F. Larrivaz, p. 73-74.

« Pendant notre séjour encore les Alexandrins qui rôdaient sur mer voyant arriver un navire étranger fondirent sur lui, s’en saisirent, l’amenèrent au port et, comme des pirates, se partagèrent le butin. En effet, si les vaisseaux qui arrivent à Alexandrie ne sont pas puissamment armés, les Alexandrins les pillent avant qu’ils n’abordent ; mais s’ils peuvent gagner le port, ils sont en sûreté tant qu’ils y séjournent. Les sarrasins exercent une extrême vigilance pour garder leur port ; continuellement postés sur les deux montagnes artificielles qui sont dans l’intérieur de la ville pour surveiller la mer, ils informent l’amiral de toutes les voiles qu’ils aperçoivent au large. Celui-ci dépêche alors sur-le-champ une barque rapide qui va s’enquérir de la condition de ceux qui approchent. Et ici, bien que mon récit paraisse incroyable, il n’est que l’expression de la réalité. L’amiral a toujours chez lui des pigeons apprivoisés et dressés à revenir toujours au palais de l’amiral où qu’on les conduise. Les matelots envoyés au-devant des vaisseaux qui arrivent prennent donc avec eux deux ou trois de ces pigeons et les emmènent en mer jusqu’au lieu où ils peuvent facilement se renseigner ; alors ils attachent au cou du pigeon un billet contenant ce qu’il importe de savoir et ils le lâchent. Ce pigeon, volant à toute aile jusqu’à la table de l’amiral, lui porte ainsi tous les renseignements sur ceux qui avancent. S’il est nécessaire de faire connaître encore quelque chose à l’amiral, on lâche un deuxième ou même un troisième pigeon, et ainsi, longtemps avant que les vaisseaux n’arrivent au port, l’amiral est renseigné. On dit même qu’il a des pigeons qu’il envoie au sultan jusqu’au Caire, si par hasard quelque chose d’imprévu ou de difficile survient et dont il doive aussitôt l’avertir. Si les mariniers envoyés par l’amiral ne peuvent pas reconnaître les conditions des navires, ils le font savoir à l’amiral par le moyen de pigeons et celui-ci expédie aussitôt des fustes armées avec ordre de donner l’assaut, de dépouiller, de piller ceux qui arrivent ; et c’est ce qu’ils font à moins qu’ils ne se trouvent en face de plus forts, comme nous l’avons dit plus haut57. »

  • 58 P. 45.
  • 59 II, p. 27, 198/p. 34, 273.

18Ces pigeons qui rentraient de la mer au palais du gouvernement continuèrent à servir de messagers sous les Ottomans : deux voyageurs les signalent encore au xive siècle, l’allemand Christopher Fürer58 en 1565 et le tchèque Christophe Harant59 en 1598.

19Mais d’autres n’ont pas vu de courriers dans le ciel, ni même entendu les bruits qui couraient à leur sujet, comme Carlier de Pinon en 1579 et Michael Heberer von Bretten en 1585-1586. Le service fut probablement abandonné dans le courant du xviie siècle : le port jadis prospère était alors bien déchu. Puis son souvenir tomba dans un oubli profond : aussi, après le retour de l’Occident vers l’Orient, les savants de l’Expédition d’Égypte n’en soufflent mot.

LES MESSAGERS AILÉS DE DAMIETTE

  • 60 Les distances varient suivant les voyageurs. Les uns les donnent en milles : deux, pour Joos van G (...)
  • 61 Tafur, p. 56/68-69.
  • 62 Maqrizi, I, p. 223 ; éd. Wiet, IV, p. 74.
  • 63 Maqrizi, I, p. 224 ; ; éd. Wiet, IV, p. 74 ; Sulūk, I/II, p. 446 ; trad. Quatremère, I/I, p. 140-1 (...)
  • 64 Bretten, p. 150.
  • 65 Maqrizī, I, p. 224 ; éd. Wiet, IV, p. 74 ; Salmon, p. 85.
  • 66 Décrits par Coppin, p. 312.
  • 67 Coppin, p. 304.

20La liaison aérienne du premier port d’Égypte a dû inspirer celle du second. Des pigeons signalaient l’arrivée des vaisseaux à Damiette la neuve, à plusieurs kilomètres du lieu où le Nil court à la mer60 : elle était particulièrement vulnérable, sans murs ni forteresses61 ; hormis la mosquée, la vieille Damiette fut rasée en 648/1250, pour ne plus devenir la proie des Francs62 ; puis, en 659/1260-1261, sur ordre du sultan Baybars, l’embouchure fut obstruée par des blocs de pierre pour fermer l’accès du fleuve aux navires de haut bord et mettre la cité à l’abri des flottes et des incursions chrétiennes63. Comme la faible profondeur de l’eau risquait de leur être fatale, ils furent contraints de mouiller au large sur une rade ouverte à tous vents, malgré le danger d’une côte sans abri64 ; ils devaient ensuite décharger sur des bateaux plats qui se nommaient (et se nomment toujours) en arabe ğarm, ğurūm65, d’où les voyageurs français ont formé le nom de « germes » ou « djermes »66. Ils voguaient ensuite sur la branche orientale du Nil, conduits par des pilotes jusqu’au bord de la ville67. Le premier voyageur à signaler cette liaison des airs est le tolédan Pero Tafur en 1436.

  • 68 Tafur, p. 56, trad. Jean-Pierre Molénat. Ce passage a été rendu en anglais par Cobham, p. 33, et L (...)

« J’ai vu là-bas pour la première fois les colombes qui portent les lettres dans une plume de la queue. On les convoie du lieu où elles ont été élevées vers un autre, on leur met la lettre et on les lâche : elles regagnent alors leur domicile. On fait cela pour connaître rapidement les nouvelles des gens qui viennent par terre et par mer, afin que les habitants ne soient pris par surprise, eux qui vivent sans forteresses ni mur68. »

  • 69 P. 44-45.
  • 70 II, p. 27/p. 34.
  • 71 Neitzschitz, p. 342.

21Les pigeons continuèrent d’assurer le service de la mer à la ville, sous les Ottomans, comme l’attestent quelques voyageurs : l’allemand Christopher Fürer69 en 1565, le tchèque Christophe Harant en 1598 au retour de Terre sainte70 et le père Jean Coppin qui séjourna près de quatre ans (1643-1646) à Damiette, comme consul de France et d’Angleterre. Puis les messages annonçant l’arrivée des voiles chrétiennes s’envolaient vers Le Caire en changeant deux fois d’aile en chemin. La liaison qui fonctionnait encore en 163671 fut finalement suspendue à une date inconnue.

  • 72 Mu‘allim, le maître de la douane.
  • 73 Boġāz, mot turc que l’on donnait à l’embouchure du Nil célèbre par ses naufrages dont la barre emp (...)
  • 74 Apprivoisés.
  • 75 Coppin, p. 330.

« Monsieur de Saint Jean & son compagnon pendant quelques jours qu’ils restèrent encore chez moy furent plus retenus à se promener, & se divertissoient des fenestres de ma salle à regarder le Nil qui estoit presque toûjours bordé de barques en cet endroit. Ils entendirent parler des pigeons que le Malhem72 tenoit au Bogas73 pour l’avertir des voilles qui y arrivoient, & comme ils s’émerveilloient que pour si peu de distance on se servit de cette invention, mon Assem Chelibi trouva moyen d’en prendre un qu’il apporta avec un billet encore attaché sous l’aîle. Pour entendre la maniére dont cecy se fait, il faut sçavoir qu’on envoye des pigeons privés74 que l’on oste de dessus leurs petits aux lieux dont on veut recevoir des nouvelles, & bien qu’il n’y aye rien à mander on les laisse retourner aprés qu’on les a tenus un certain tems ; de sorte qu’il faut aller prendre garde s’ils portent quelque chose quand ils arrivent ; ils traversent avec tant de diligence l’espace qu’il y a du Bogas à Damiette que les bâtiments sont à peine mouillez que le Malhem en reçoit l’avis. On a la précaution de dépêcher plusieurs de ces messagers volants pour le même sujet, & on s’en sert principalement d’Alexandrete à Alep qui sont distantes de trois grandes journées l’une de l’autre, ce que les pigeons font d’ordinaire en six heures, suivant les frequentes remarques qui en ont esté faites75.

  • 76 Monconys, p. 170.

22Peu après Coppin, un autre voyageur français, Balthasar de Monconys, Conseiller du Roi puis Lieutenant criminel au siège présidial de Lyon, donne une description légèrement différente des courriers ailés qu’il avait aperçus à Damiette en octobre 1647, avant d’accomplir son pèlerinage en Terre sainte. « ... Sitôt que les vaisseaux y sont arrivés, on lâche des pigeons avec des billets où sont écrits le nom, le lieu, et la marchandise des vaisseaux qui arrivent, et puis ces pigeons s’en vont à leurs colombiers que j’ai vus : quelquefois les faucons en prennent par le chemin ; et l’on m’a dit qu’un de ces pigeons étant un jour poursuivi par un faucon, jugeant qu’il ne pouvait aller à Damiette sans être pris, retourna à Bougas dans sa cage76. »

  • 77 P. 172.

23D’autres voyageurs qui avaient eu vent des messagers volants de Damiette espéraient les voir passer dans le ciel. Mais ils n’étaient pas toujours exaucés : Jean Palerne Forésien77 attendit en vain leur apparition quatre jours durant en 1581, avant de s’embarquer pour Jaffa accomplir son pèlerinage.

Notes

1 Même Ibn al-‘Adīm, II, p. 141, l’ignore.

2 Riant, p. 183, CXV ; Grousset, I, p. 118-119 ; Runciman, I, p. 256-257 ; Richard, p. 74.

3 Albert d’Aix, p. 438, trad. François Guizot dans p. 274-275, revue par Henri Bresc. Une traduction anglaise figure dans Edgington, p. 167-168.

4 Guillaume de Tyr, I, p. 346, trad. François Guizot, I, p. 350-351, revue par Henri Bresc.

5 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 214-215.

6 Anṣāri, p. 13/48 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 391 ; trad. dans Gaudefroy-Demombynes, p. 252.

7 Ḫālīdī, fol. 105 v°.

8 Maqrīzī, II, p. 7.

9 Masālik, éd. Sayyid, p. 93. Sur la colline des vigies, voir Arnold von Harff, p. 78/p. 94 ; Thenaud, p. 23 ; Kiechel, p. 39. Elle fut tardivement appelée Kawm al-naẓūra, Combe (1945), p. 100-101.

10 Fabri, II, p. 724 ; III, p. 968 ; Arnold von Harff, loc. cit. ; Kiechel, loc. cit. ; Lubenau, p. 223 ; Joos van Ghistele, p. 122.

11 Joos van Ghistele, loc. cit.

12 Le Grand-Port, à l’est, et l’Eunostus (le Bon Retour), à l’ouest, Davis, I, p. 3. Les sources arabes les appellent mina ġarbiyya et mina šarqiyya, voir le passage de l’Ilmām de Nuwayrī, publié par Combe, « Ba‘ḍ muntaḫabāt... », p. 123, 124, et traduit par Combe (1948), p. 62.

13 Le nom « viez port » apparaît dans Guillaume de Machaut, p. 62, 67.

14 Harant, II, p. 197/p. 271.

15 Ghillebert de Lannoy, p. 102.

16 Comme le notait Combe (1949), p. 105. Guillaume de Machaut, p. 76, l’appelle port « à senestre ».

17 Adorno, p. 158-161 ; Bruce, p. 66.

18 Masson (1896), p. 405.

19 Fabri, II, p. 719.

20 P. 46-47, trad. anonyme dans Kamal, IV/II, p. 1192. Une traduction récente de Chr. Deluz figure dans Croisades et pèlerinages, p. 972.

21 Frescobaldi, p. 52.

22 P. 586.

23 Pèlerinage, p. 102.

24 P. 160, 161.

25 III, p. 969.

26 P. 34 et 74.

27 P. 87.

28 P. 76/p. 92.

29 P. 370 a. Passage commenté par Pastré, p. 120.

30 P. 43.

31 Masson (1911), p. 599.

32 Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

33 Nuwayrī, Ilhām, passage publié dans Sulūk, III/I, p. 416 ; Combe (1943), p. 59. Cette prise chantée par Guillaume de Machaut a fait l’objet de divers études : Kahle ; Atia, p. 345-378 ; Combe, « Le texte de Nuwairi... », p. 99-110 ; et « Ba‘ḍ muntaḫabāt », p. 119-129.

34 Sulūk, III/I, p. 104.

35 Nicolas de Martoni, p. 587 ; Ghillebert de Lannoy, p. 101 ; Adorno, p. 158, 159 ; Fabri, II, p. 718 ; Thenaud, p. 23, 174 ; Atiya, p. 192-193, 225. Le souvenir de la croisade de Pierre de Chypre s’évanouit au cours du temps : on croyait tardivement que l’ancien port était interdit aux chrétiens pour les empêcher de découvrir les femmes musulmanes lorsqu’elles prenaient le frais, le soir, à leurs fenêtres, Bruce, p. 67.

36 Bruce, p. 67.

37 Nicolas de Martoni, p. 586-587 ; Adorno, loc. cit. Ces deux ports sont également décrits par Ghillebert de Lannoy, p. 101-102 ;Suriano (de 1462 à 1503), p. 198 ; Carrier de Pinon (1579), p. 143, qui qualifie l’un de « levantin » et l’autre de « ponentin » ; Trevisan, p. 174-175 ; Bretten, p. 23-24 ; Kiechel, p. 41 ; Harant, p. 197/p. 271-272 ; Huntington, p. 180-181 ; Bruce, p. 66-67 ; Masson (1896), p. 405 ; Combe (1943), p. 55.

38 Fabri, II, p. 787.

39 Fabri, II, p. 791-792 ; III, p. 968.

40 Idem, III, p. 968.

41 Frescobaldi, p. 38.

42 Idem, loc. cit.

43 Sulūk, III/II, p. 487-488.

44 Suivant le pèlerin anonyme en 1419, Pèlerinage, p. 102.

45 Son voyage est relaté par Brygg.

46 Nicolas de Martoni, p. 586, trad. Henri Bresc.

47 Pèlerinage, p. 102.

48 P. 160-161.

49 P. 126-127.

50 P. 110 b.

51 P. 34/73-74.

52 P. 76-77, 78/p. 92, 94.

53 P. 233.

54 Trad. R. P. J. Masson, II, p. 724-725.

55 Fabri, III, p. 969.

56 Fabri, I, p. 358.

57 Bernard de Breydenbach, trad. F. Larrivaz, p. 73-74.

58 P. 45.

59 II, p. 27, 198/p. 34, 273.

60 Les distances varient suivant les voyageurs. Les uns les donnent en milles : deux, pour Joos van Ghistele, p. 173 ; cinq, Coppin, p. 305 ; douze, Monconys, p. 170 ; les autres en lieues : deux et demie, Villamont, p. 178 ; trois, Veryard, p. 76 ; Gonzales, I, p. 64.

61 Tafur, p. 56/68-69.

62 Maqrizi, I, p. 223 ; éd. Wiet, IV, p. 74.

63 Maqrizi, I, p. 224 ; ; éd. Wiet, IV, p. 74 ; Sulūk, I/II, p. 446 ; trad. Quatremère, I/I, p. 140-141 ; Heyd, I, p. 425 ; Röhricht (1884), p. 369 ; Salmon, p. 85.

64 Bretten, p. 150.

65 Maqrizī, I, p. 224 ; éd. Wiet, IV, p. 74 ; Salmon, p. 85.

66 Décrits par Coppin, p. 312.

67 Coppin, p. 304.

68 Tafur, p. 56, trad. Jean-Pierre Molénat. Ce passage a été rendu en anglais par Cobham, p. 33, et Letts, p. 68-69.

69 P. 44-45.

70 II, p. 27/p. 34.

71 Neitzschitz, p. 342.

72 Mu‘allim, le maître de la douane.

73 Boġāz, mot turc que l’on donnait à l’embouchure du Nil célèbre par ses naufrages dont la barre empêchait les vaisseaux d’arriver jusqu’à Damiette.

74 Apprivoisés.

75 Coppin, p. 330.

76 Monconys, p. 170.

77 P. 172.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540