Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

Turquie/Iran : une rivalité stratégique continue

Mahan Abedin
Traduction de Gwen Gondry

Texte intégral

1L’Iran et la Turquie sont généralement considérés comme les deux puissances non arabes les plus importantes au Moyen-Orient. Les deux pays ont une histoire commune longue et complexe, et leurs relations bilatérales se déploient dans les champs géopolitique, économique et culturel. Le débat persiste sur la manière de définir ces relations en différents moments du passé, mais elles sont en tout cas d’une remarquable stabilité depuis le début du xxe siècle.

2On ne saurait trop souligner combien les liens qui unissent l’Iran et la Turquie sont à la fois solides et profonds. Ils sont le résultat de relations d’interdépendance et d’interactions économiques et socioculturelles innombrables, à l’échelle privée comme à celle des gouvernements. Il en est ainsi sans même tenir compte des dimensions politiques, sécuritaires et internationales, qui relèvent par définition des relations intergouvernementales.

3Preuve de leur force et de leur résilience, même lorsque l’organisation politique interne de l’un ou de l’autre pays a subi une mutation apparemment fondamentale, les rapports de bon voisinage n’en ont pas été durablement affectés. En effet, ni l’abolition de l’Empire ottoman en juillet 1923 (avec la proclamation de la République de Turquie), ni le renversement de la monarchie Pahlavi en février 1979 (et la formation de la République islamique d’Iran) n’ont redéfini de façon essentielle la relation turco-iranienne. En apparence tout du moins, les liens entre l’Iran et la Turquie sont trop profonds et trop complexes pour se défaire, même sous l’effet des événements politiques les plus dévastateurs.

4Au cours des dix dernières années, les relations se sont en fait régulièrement améliorées, comme en témoignent les échanges commerciaux, qui ont été multipliés par dix sur la période. La plupart des analystes et commentateurs expliquent d’abord cette tendance par l’arrivée au pouvoir en Turquie en 2002 du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP), d’origine islamiste. Cet héritage islamiste, doublé d’une approche novatrice en matière de politique étrangère (marquée essentiellement par la volonté de normaliser les relations avec les voisins immédiats), a sans nul doute exercé une influence positive sur les relations bilatérales.

5Le présent chapitre a pour but de saisir la nature intrinsèque des relations irano-turques, afin de comprendre les raisons de leur vigueur et de leur capacité à se maintenir malgré les tensions. Ceci nous fournira la base d’une analyse des points de convergence et de divergence entre les intérêts et les approches de l’Iran et de la Turquie, au Moyen-Orient et en Asie centrale. Il est particulièrement intéressant de voir dans quelle mesure (et avec quels moyens) les deux pays peuvent contester et même défier le système international en place pour soutenir leurs propres politiques, une démarche qui s’inscrit dans un effort plus large de redéfinition de ce système international, afin qu’il reflète mieux les valeurs et priorités des pays non occidentaux.

6La problématique sous-jacente de cette contribution est que l’image de concurrence amicale qui ressort des interactions publiquement nouées entre l’Iran et la Turquie masque en réalité une rivalité stratégique complexe dans la course à l’influence politique, culturelle et économique au Moyen-Orient et en Asie centrale. En outre, par la force de leur histoire, les deux pays produisent des discours de portée mondiale, ce qui les entraîne inévitablement à réclamer un rôle de la même envergure, quelle que soit leur capacité (ou leur incapacité) actuelle à jouer effectivement ce rôle.

Profils géopolitiques

7Iraniens et Turcs définissent souvent leur relation par référence à la longue histoire qui a donné sa forme à leur espace géopolitique, et plus largement à la région. La différence la plus marquée apparaît sur le plan ethnolinguistique, les Turcs descendant de tribus de conquérants nomades d’Asie centrale, tandis que les Iraniens sont issus de populations urbaines indo-européennes. On considère parfois que la dichotomie entre peuples « turciques » et « aryens » contribue à façonner certains aspects des profils géopolitiques de chacun des deux États.

  • 2 Voir « Country Profile : Iran », Library of Congress, Federal Research Division, mai 2008.
  • 3 Voir « Country Profile : Turkey », Library of Congress, Federal Research Division, août 2008.

8En réalité bien sûr, cette division ethnolinguistique supposée se manifeste de manière très complexe sur le terrain. L’Iran abrite par exemple une importante minorité turcophone, composée à la fois d’Azéris (qui représentent entre 15 % et 20 % de la population d’après la plupart des statistiques) et de groupes moins nombreux comme les Turkmènes, installés dans le Nord-Est du pays, et les Kachkaïs, dans le Sud et le Sud-Ouest2. La Turquie compte pour sa part un important groupe ethnolinguistique indo-européen, les Kurdes, implantés historiquement dans le Sud-Est du pays. Selon la plupart des estimations, les Kurdes représenteraient jusqu’à 17 % de la population turque, mais les chiffres varient sensiblement d’une étude à l’autre et sont fréquemment manipulés à des fins politiques3.

9Cela étant, même si l’on accepte le clivage entre Indo-Européens et Turciques comme un trait majeur des profils culturels contrastés que présentent les deux pays, il est important de noter que les tensions ethniques entre Iraniens et Turcs ne se sont que rarement (voire jamais) manifestées dans les relations bilatérales. Il existe certes des tensions à l’intérieur de ces pays, notamment en Turquie, où les efforts déployés depuis des décennies par la minorité kurde pour s’assurer des droits socioculturels et politiques ont conduit à un soulèvement majeur, mais rien d’approchant ne trouble les rapports bilatéraux.

10En effet, Turcs et Iraniens entretiennent globalement des relations excellentes et teintées d’un respect mutuel qu’étayent de nombreux points de proximité culturelle. Il est par exemple instructif de noter que Djalal-el-din Mohammed (aussi connu sous le nom de Mevlana ou Rumi), poète et mystique perse du xiiie siècle, est présenté par chacun des deux pays comme un symbole majeur de leurs cultures respectives. Bien qu’il soit né dans la province persanophone de Balkh (aujourd’hui en Afghanistan), Rumi passa une grande partie de sa vie dans la ville de Konya (aujourd’hui en Turquie), où il mourut en décembre 1273. Son mausolée figurait d’ailleurs sur le verso des billets turcs de 5 000 livres émis entre 1981 et 1994.

11Le profil géopolitique contemporain de la Turquie et de l’Iran est sans doute largement influencé par leur passé impérial respectivement ottoman et safavide, et particulièrement par les identités religieuses radicalement différentes que ces héritages ont engendrées. En effet, l’islam sunnite, pour la Turquie, et chiite, pour l’Iran, sont au cœur des identités nationales. Si chaque pays compte d’importantes minorités religieuses (les sunnites représentent quelque 10 % de la population iranienne tandis que les chiites duodécimains comptent pour 3 % de la population turque, et les alévis – une minorité quasi chiite –, bien plus nombreux, pourraient représenter jusqu’à 25 % des Turcs), la nature même de la formation des deux États-nations actuels est inextricablement liée à l’appropriation consciente par chacun d’entre eux d’un des deux principaux courants de l’islam.

12La longue expérience ottomane en Turquie (qui s’étale sur six siècles), au cours de laquelle l’Empire a émergé comme la première puissance du monde musulman, a fait naître chez les Turcs un vrai sentiment de propriété sur l’islam sunnite, et un désir concomitant d’être le leader du monde musulman sunnite. Chez le voisin iranien, on associe surtout les 235 années du règne safavide (1501-1736) à la conversion massive des populations du plateau iranien (ainsi que d’un grand nombre de contrées avoisinantes, notamment l’Irak) au chiisme duodécimain. Cette conversion a eu des répercussions géopolitiques profondes et posé les bases de l’État-nation iranien formé au xixe siècle. Le caractère majoritairement chiite de l’Iran, une caractéristique unique à l’échelle mondiale, est un héritage durable du règne safavide ; pour des raisons religieuses, géopolitiques et culturelles, il impose de veiller au bien-être et aux intérêts des minorités chiites à travers le monde musulman.

  • 4 Voir A. Maleki, « Iran’s New Asian Identity », in A. Novikova (dir.), Regional Security Issues, Er (...)

13Ce chapitre n’a pas vocation à exposer de manière exhaustive l’ensemble des facteurs qui définissent les profils géopolitiques actuels de l’Iran et de la Turquie. Il s’agit surtout de mettre en relief les faits essentiels, les éléments fondateurs clés des identités géopolitiques contemporaines et le comportement complexe qu’elles inspirent aux deux États. Pour conclure ce premier point, il est intéressant d’étudier l’influence de la géographie puisqu’elle est une composante majeure de l’analyse géopolitique. La proximité immédiate de la Turquie avec l’Europe (une petite partie du pays étant même située sur le continent européen) a encouragé l’émergence d’une identité européenne, laquelle influence les décideurs politiques et les stratèges turcs depuis des décennies, suscitant parfois la controverse sur sa compatibilité avec les valeurs asiatiques et islamiques du pays. L’Iran n’est quant à lui pas sujet à cette crise identitaire, puisqu’il se revendique comme une grande puissance au cœur de l’Asie4.

Politique et idéologie

  • 5 N. A. Özcan et Ö. Özdamar, « Uneasy Neighbours : Turkish-Iranian Relations since the 1979 Islamic (...)
  • 6 M. Mohammadi, « Barresiyeh Ravabeteh Iran va Torkiyeh dar Asiyayeh Markazi va Ghafghaz » (Les rela (...)

14Certains chercheurs considèrent que les relations irano-turques sont caractérisées par une « rivalité régionale structurelle », dont les manifestations découlent de dynamiques systémiques et sous-systémiques5. Cette approche systémique est également privilégiée par les chercheurs iraniens : ils envisagent la rivalité et les tensions entre la République islamique et la Turquie dans le cadre d’un système stable, et concluent tacitement que les deux puissances ont évité toute crise majeure dans leurs rapports ces dernières décennies justement grâce à cette stabilité systémique6.

15Si les experts occidentaux (et dans une moindre mesure turcs) ont tendance à surestimer la rivalité stratégique, tandis que les Iraniens la minorent, tous s’accordent généralement sur le fait que les systèmes politiques bien distincts qui caractérisent les deux pays, et les idéologies qui sous-tendent ces différences, ont une influence significative sur les relations bilatérales. L’idée serait ici qu’en dépit des divergences politiques et idéologiques qui ont affecté leurs relations tout au long du xxe siècle (et, dans une moindre mesure, au xixe siècle), une certaine stabilité dans les rapports irano-turcs créerait un équilibre entre les différentes variables qui affectent les relations bilatérales et assurerait à tout moment un niveau de coopération minimal.

16L’Iran et la Turquie se sont engagés sur des voies politiques divergentes à l’issue de la Première Guerre mondiale, qui a entraîné les bouleversements géopolitiques que l’on sait au Moyen-Orient. Pendant que Mustafa Kamal Atatürk proclamait la République en Turquie, après la dissolution de l’Empire ottoman, Reza Khan fondait en Iran la dynastie Pahlavi en 1925.

17À première vue, cette différence politique – république versus monarchie – peut sembler insignifiante pour les relations bilatérales, mais une analyse plus en profondeur donne une impression différente. Le point le plus important est ici la démocratie. Contrairement à l’Iran, la Turquie s’est engagée sur la voie démocratique à partir des années 1950.

18Comme tout système politique, les régimes iranien et turc procèdent d’idéologies sous-jacentes. La progression de la Turquie sur le chemin de la démocratie a été favorisée (parfois freinée) par une forte idéologie nationaliste. Née dans la sphère étatique – l’État était d’ailleurs le moteur de la démocratisation lors des premières décennies, cruciales, de ce processus –, cette idéologie a gagné progressivement tous les échelons de la société. Le dogme nationaliste a favorisé la démocratie en Turquie, dans la mesure où il a permis au pays de se détacher de son héritage ottoman et de s’aligner (au moins politiquement) sur les démocraties occidentales. D’un autre côté, ce dogme a été nuisible à la démocratie, car il a favorisé une culture militaire très interventionniste, qui a produit quatre coups d’État au xxe siècle. Il a en outre compliqué les relations interethniques dans le pays et a sans doute été le principal déclencheur de l’insurrection kurde en 1984.

19Dans l’Iran voisin, le régime monarchique s’est lui aussi appuyé sur une idéologie nationaliste, nettement plus modérée cependant et beaucoup moins néfaste pour les relations interethniques. Dans les deux pays, l’idéologie ambiante était globalement pro-occidentale, si ce n’est consciemment, au moins dans les choix politiques et stratégiques qui découlaient de ce nationalisme. En Iran toutefois, du fait de la distance géographique avec l’Europe (et du poids plus pesant des traditions), l’Occident ne remportait au mieux qu’une adhésion tiède et au final fondamentalement précaire, comme en témoigne la révolution islamique de 1979.

20Pour beaucoup, le renversement de la monarchie Pahlavi en février 1979 et son remplacement par la République islamique ont marqué un tournant décisif dans les relations entre l’Iran et le reste du monde, particulièrement avec ses voisins immédiats. Ce fut évidemment le cas avec la Turquie, non seulement du fait de l’importance que les élites et les masses iraniennes attachaient aux relations avec Ankara, mais aussi en raison de la fracture idéologique manifeste qui s’est produite après la victoire de la révolution islamique en Iran.

21Depuis sa proclamation, la République de Turquie a pris fait et cause pour la laïcité, l’avant-garde kémaliste et les hauts cadres de l’armée adoptant une mentalité et un discours laïques. Le contraste avec l’Iran est ici frappant. Après la révolution, les leaders postrévolutionnaires iraniens ont systématiquement projeté l’image d’un islamisme révolutionnaire et constamment répété que le progrès politique et socio-économique dans le monde musulman devait se faire dans le cadre des normes et des valeurs islamiques. Il est communément admis que les dirigeants iraniens refusent catégoriquement que le modèle de laïcité à l’occidentale puisse être appliqué à quelque pays musulman que ce soit.

22Sans surprise, des querelles verbales et rhétoriques ont agité les élites politiques et certains médias des deux pays, concernant le soutien présumé qu’apporterait l’Iran à des groupes islamiques radicaux en Turquie ou les activités présumées de lobbying anti-israélien de la République islamique en territoire turc.

  • 7 Pour un éclairage sur les activités antiturques (assassinats d’intellectuels laïques, soutien au P (...)

23Dans les années 1990, certains médias en Turquie ont accusé l’Iran de subventionner le Hezbollah turc ainsi que d’autres groupes islamistes radicaux de faible envergure7. À plusieurs reprises, des diplomates iraniens auraient en outre approché des autorités municipales en Turquie pour les inciter à commémorer la Journée mondiale d’Al-Quds (Jérusalem), célébrée le dernier vendredi du mois de ramadan. Une analyse sérieuse de ces allégations tend à indiquer que les services de renseignements iraniens auraient en fait eu recours à des agents sur place pour traquer les dissidents iraniens (notamment les membres et partisans de l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien, Mujahedin-e-Khalq) sur le territoire turc ; il ne s’agissait pas spécialement de compromettre la sécurité nationale de leur voisin. Du coup, les autorités turques semblent avoir été remarquablement tolérantes à l’égard de ces activités.

  • 8 J. Calabrese, « Turkey and Iran : Limits of a Stable Relationship », British Journal of Middle Eas (...)

24L’Iran a néanmoins été impliqué dans les événements survenus à Sincan en février 1997, lorsqu’un cortège de chars patrouilla dans les rues de ce quartier conservateur d’Ankara. Les généraux turcs ont déclaré que cette manœuvre était une riposte à la commémoration de la Journée d’Al-Quds organisée par la municipalité de Sincan. Immédiatement après cette affaire, un mémorandum militaire poussait vers la sortie le Premier ministre turc Necmettin Erbakan, issu d’un parti islamiste. L’importance des événements de Sincan ne serait donc pas négligeable, puisqu’ils auraient ainsi constitué le point d’orgue d’une insidieuse succession d’initiatives islamistes de plus en plus voyantes ; les ouvertures d’Erbakan envers l’Iran auraient finalement servi de prétexte aux généraux ultra-laïcistes pour le contraindre à démissionner8.

25D’un point de vue stratégique, il est important de noter que ces événements, qui auraient pu causer de graves troubles, n’ont pas entraîné de friction durable dans les rapports bilatéraux, et encore moins de rupture des relations – et ceci probablement grâce à la stabilité et à la résistance systémiques que nous avons évoquées plus haut.

  • 9 N. Özcan et Ö. Özdamar, op. cit., p. 104.

26De manière plus générale, si la plupart des commentateurs ont tiré des conclusions un peu hâtives de la fracture idéologique irano-turque des années 1980 et 1990, certains ont poussé l’analyse un peu plus loin et sont arrivés à la conclusion inverse, considérant au contraire que la réorientation idéologique de l’Iran après 1979 a eu des répercussions favorables sur les relations entre les deux pays. Absorbé par sa lutte contre l’influence des superpuissances et de toutes les autres puissances extérieures à la région, le nouveau régime iranien percevait en effet moins la Turquie comme une menace9.

27En tout état de cause, la fracture idéologique (si l’on peut d’ailleurs parler en ces termes) est devenue bien moins nette après l’arrivée au pouvoir en Turquie de leaders et de partis politiques d’inspiration islamiste à partir du milieu des années 1990. Globalement, la République islamique d’Iran a soutenu le mouvement islamiste turc, dont les origines et le développement sont intimement liés à la personnalité et à l’activisme missionnaire de Necmettin Erbakan, aujourd’hui décédé, et qui occupa brièvement le poste de Premier ministre turc entre juin 1996 et juin 1997.

  • 10 Il nous paraît important ici de faire la distinction entre les islamistes du parti Refah menés par (...)

28Mais il est important de ne pas tirer de conclusions trop larges de ce soutien nuancé et surtout rhétorique. Avant tout, rappelons que les visions iranienne et turque de l’islam politique divergent profondément et produisent des résultats politiques radicalement différents. Les Iraniens ont développé avec la révolution de 1979 un modèle islamique révolutionnaire qui dirige la plus grande partie de son énergie vers le domaine géopolitique, le but avoué étant de réduire le rôle des États-Unis et d’autres puissances occidentales au Moyen-Orient en général, et dans le golfe Persique en particulier. En Turquie, le modèle d’« islamisme modéré » développé par le parti AKP, tout en étant indéniablement attaché aux valeurs traditionnelles et opposé à certains aspects de la civilisation occidentale, a favorisé l’approfondissement de la démocratie et de la diversité socioculturelle – au moins au niveau interethnique10.

29En résumé, l’Iran et la Turquie se sont rapprochés ces dix dernières années, non pas parce que leurs systèmes politiques (et les idéologies qui les sous-tendent) ont commencé à converger, mais parce que la nouvelle politique étrangère turque a des points communs avec la grande vision géostratégique de l’Iran. Le point le plus important est le désir de développer les capacités des pays musulmans – ou, plus exactement, du monde non occidental dans son ensemble – afin de favoriser l’émergence de sources alternatives de puissance à l’échelle mondiale. En ce sens, l’Iran et la Turquie travaillent tous les deux à réduire l’influence politique, économique et culturelle de l’Occident dans le monde.

  • 11 En 1992, la Turquie et l’Iran signaient un accord de sécurité autorisant « des mesures pour amélio (...)

30Enfin, un dernier point doit tenir une place importante dans notre analyse : le facteur kurde. Les deux pays ont lutté contre le nationalisme kurde surtout dans le but de consolider chez eux l’autorité centrale et aussi de contrôler leur environnement géopolitique immédiat. Étant donné cet objectif commun, on aurait pu s’attendre à une coopération étroite pour lutter contre les militants séparatistes kurdes. De façon générale, la coopération a été plutôt étendue, comme le montre l’accord de sécurité de 1992 autorisant les deux parties à poursuivre les militants de part et d’autre de leur frontière commune11. Des tensions et des récriminations se sont néanmoins exprimées, notamment du côté turc, où une partie de l’élite politique et militaire a accusé l’Iran de soutenir la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK) dans les années 1990.

  • 12 Agence France Presse, 29 avril 1997.
  • 13 M. M. Gunter, « Turkey and Iran Face off in Kurdistan », The Middle East Quarterly, mars 1998, p.  (...)

31Par exemple, début 1997, le général Kenan Deniz, chef du département de Sécurité intérieure de l’état-major des armées en Turquie, a accusé « l’Iran [d’utiliser] le terrorisme à des fins politiques [en] fournissant une aide logistique au PKK12 ». Quelques semaines auparavant, la commission d’enquête pour la sécurité des frontières du Parlement turc avait produit un rapport détaillé sur la localisation de camps d’entraînement et de soutien au PKK sur le territoire iranien, et rendu compte de présumées violations de frontière, attaques et poses de mines par des soldats du PKK qui se seraient infiltrés en Turquie depuis l’Iran13.

  • 14 G. Ali Chegani-Zadeh et M. Asr-Tamar, « Taharokateh Ghomiyeh Kordha va Amniyateh Melliyeh Torkiyeh (...)

32La nature du problème kurde fait également l’objet d’un désaccord. La plupart des spécialistes iraniens critiquent l’attitude de la Turquie envers les Kurdes et autres minorités ethniques et religieuses, et considèrent que la consolidation de l’État-nation turc s’est faite au détriment des minorités, notamment depuis les années 195014.

33Le combat séparatiste des Kurdes a été beaucoup plus intense en Turquie, où près de 40 000 personnes ont été tuées depuis 1984. En Iran la violence a été nettement moins étendue et moins meurtrière, notamment parce que l’État iranien (contrairement à l’État turc) n’est jamais allé jusqu’à nier ou tenter de faire disparaître l’identité culturelle kurde. Ce qui irrite la sensibilité des Iraniens, c’est plutôt ce que la plupart d’entre eux considéreraient comme des aspirations politiques trop ambitieuses de la part des Kurdes, en l’occurrence la recherche de l’indépendance, souvent camouflée en lutte pour une plus grande autonomie.

  • 15 Ibid, p. 211-215.

34Malgré ces différences, deux facteurs en particulier sont susceptibles d’encourager la coopération irano-turque sur la question kurde. Tout d’abord, l’exportation de l’idéologie du PKK en Iran, où la variante locale du Parti des travailleurs du Kurdistan est le Parti pour une vie libre au Kurdistan (Partiya Jiyana Azad a Kurdistane – PJAK). Le PJAK s’est imposé ces dernières années comme la plus puissante des organisations séparatistes kurdes qui s’opposent au gouvernement iranien. Ensuite, l’émergence, dans le Nord de l’Irak, du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), qui jouit d’une large autonomie, voire d’une quasi-indépendance sous certains aspects. Le territoire du GRK est ainsi devenu le centre des intérêts kurdes dans la région et la terre d’asile de tous les séparatistes. Les pays voisins comme l’Iran, la Turquie et la Syrie, sans parler du gouvernement central de Bagdad lui-même, voient de plus en plus le GRK comme une menace ; ceci pourrait entraîner une coopération transfrontalière accrue en matière de sécurité, ainsi qu’une coordination politique élargie à tous les niveaux15.

Enjeux sécuritaires et politiques au niveau régional et international

35À première vue, rien ne rapproche les positions de l’Iran et de la Turquie en matière de sécurité nationale. La Turquie fait partie intégrante du système de sécurité occidental et joue un rôle, sinon de premier plan, en tout cas déterminant au sein de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), qu’elle a rejointe en 1952, et dans l’ensemble des structures militaires et de sécurité occidentales ; l’Iran est un opposant avoué de ce même système et, selon toutes les sources crédibles, tente concrètement de contrecarrer les efforts politiques, voire militaires, des États-Unis et du camp occidental au Moyen-Orient.

  • 16 H. Ahmadi, « Torkiyeh, Pan-Turkism va Aseeyayeh Miyaneh » (Turquie, panturquisme et Asie centrale) (...)

36Certains chercheurs iraniens (et autant de responsables politiques) ont tendance à considérer différents traits idéologiques de la politique étrangère turque non comme des variables indépendantes mais comme des exhausteurs ou des multiplicateurs du désir fondamental et systémique de la Turquie de continuer à faire partie intégrante de la stratégie sécuritaire et militaire occidentale en Eurasie. Si l’on prend l’exemple du panturquisme, certains spécialistes iraniens estiment que la Turquie a réussi à utiliser son apparente proximité ethnoculturelle avec les nations d’Asie centrale nouvellement indépendantes pour convaincre l’Occident qu’elle pouvait à elle seule faire obstacle à l’influence croissante de la Russie et au « fondamentalisme » islamique dans ces régions16.

  • 17 G. Chegini-Zadeh et B. Khoshandam, « Taamol va Taghabol Piramoongerayee va Gharbgerayee dar Seeyas (...)

37De même, certains chercheurs iraniens estiment que les mutations de la politique étrangère turque datent du début des années 1990 (soit bien avant l’arrivée au pouvoir de partis d’inspiration islamique), quand la règle principale de la politique étrangère turque post-ottomane – l’orientation vers l’Occident – s’est trouvée contrebalancée par une attention croissante portée au voisinage régional immédiat. L’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990 et la modification de l’équilibre des pouvoirs qu’elle a entraînée au Moyen-Orient auraient incité la Turquie à diversifier ses orientations et ses objectifs en matière de politique étrangère17.

38Quelles qu’en soient les origines, on ne peut nier que l’arrivée au pouvoir de l’AKP a accéléré la mise en œuvre du « régionalisme » et de la fameuse stratégie du « Zéro problème avec les voisins » de la Turquie, issue de la réflexion du ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu.

  • 18 Pour d’autres éléments concernant les divergences d’approche et une possible rivalité entre l’Iran (...)

39La manifestation la plus précoce et la plus importante de ce choix turc du « régionalisme » a sans doute été le refus, par les députés turcs, d’autoriser les forces armées américaines à envahir l’Irak depuis leur pays au début de l’année 2003. Même si la Turquie et l’Iran percevaient de façon différente l’invasion et l’occupation de l’Irak par les États-Unis, le refus de la Turquie de jouer le rôle de facilitateur pour les projets américains a été accueilli avec soulagement à Téhéran. L’Irak est l’une des zones où les intérêts iraniens et turcs convergent en partie sur quelques questions clés, à savoir la restauration de l’État irakien, une volonté de préserver l’intégrité territoriale de l’Irak et un même souci de contenir les ambitions kurdes dans le Nord18.

40Mais c’est le dossier du nucléaire iranien qui apparaît depuis quelques années comme le paramètre potentiellement le plus important pour renforcer l’entente stratégique irano-turque. La Turquie a maintes fois exprimé son désaccord à l’égard de l’approche punitive des puissances occidentales face aux ambitions nucléaires iraniennes. Elle a pris ouvertement position contre le traitement du différend au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a imposé quatre séries de sanctions contre l’Iran depuis décembre 2006.

  • 19 « Iran Nuclear Programme “Solely Civilian” – Turkish PM », BBC, 16 mars 2010.

41En mars 2010, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré à la BBC qu’il ne croyait pas que l’Iran fabriquait des armes nucléaires19. Dans la même interview, il a affirmé que c’était le « droit le plus naturel » de l’Iran de développer un programme nucléaire à des fins civiles et a établi une comparaison avec l’hypocrisie dont on pourrait taxer l’Occident, qui tolère la possession d’armes nucléaires par Israël. Notons que cette rhétorique est remarquablement proche de celle qu’adoptent les leaders iraniens lorsqu’ils tentent de justifier leur programme nucléaire face à la vive opposition de la communauté internationale.

  • 20 « Turkey’s President Abdullah Gül : Iran must be More Transparent on Nuclear Program », The Christ (...)

42Le président turc Abdullah Gül a émis ce que l’on pourrait considérer comme un correctif à la position marquée d’Erdoğan, en déclarant à un journaliste du Christian Science Monitor qu’il ne saurait dire si l’Iran cherche ou non à fabriquer une bombe nucléaire, et en appelant la République islamique à davantage de transparence dans le cadre des accords techniques de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), basée à Vienne20. Mais le fait même que Gül ait insisté sur le rôle pivot de l’AIEA peut être vu comme une critique implicite de la « politisation » de cette question, portée devant le Conseil de sécurité de l’ONU. Souligner le caractère « technique » de l’AIEA, alors que le Conseil de sécurité est perçu comme un organe « politique », rejoint la rhétorique officielle iranienne, qui n’a eu de cesse de réclamer une résolution de ce différend au niveau de l’AIEA.

  • 21 Pour l’intégralité de l’accord, voir « Text of the Iran-Brazil-Turkey Deal », The Guardian, 17 mai (...)

43L’opposition turque aux efforts conduits par les États-Unis pour isoler et sanctionner l’Iran a atteint son point culminant en mai 2010 lorsque la Turquie a conclu, en tandem avec le Brésil, un accord avec l’Iran prévoyant l’échange de 1 200 kilogrammes d’uranium iranien faiblement enrichi contre du carburant pour un réacteur destiné à la recherche21. L’accord a immédiatement été accueilli avec scepticisme par les puissances occidentales et Israël, car il ne comportait aucune disposition visant à mettre un terme immédiat au programme d’enrichissement – la principale demande des pays occidentaux – et parce qu’il intervenait à la veille du quatrième train de mesures votées par le Conseil de sécurité de l’ONU contre l’Iran. Le 9 juin, la résolution 1 929 élargissait et renforçait en effet des sanctions déjà sévères à l’égard de la République islamique.

44Reste à savoir si la Turquie continuera d’apporter son soutien à l’Iran – ou au moins tentera encore d’assouplir la position des États-Unis et de leurs alliés – sur la question nucléaire au cours des mois et des années à venir, qui seront décisifs. Les calculs qui inspirent la position turque ne sont en outre pas complètement clairs. Est-ce une manifestation du nouveau régionalisme turc et une nette prise de distance avec les conceptions de l’Occident en matière de sécurité ou bien, comme l’estiment certains analystes, le reflet de la position idéologique des leaders de l’AKP comme Erdoğan et Gül, qui se sentiraient viscéralement solidaires des Iraniens ?

45La rhétorique de plus en plus inamicale de la Turquie à l’égard d’Israël semblerait suggérer que les stratèges de la politique étrangère de l’AKP ne sont pas entièrement animés par des calculs rationnels visant à servir les intérêts nationaux et qu’ils sont mus, dans une certaine mesure, par l’idéologie. L’opposition de la Turquie au siège israélien de la bande de Gaza et le dialogue qu’elle entretient avec le Mouvement de la résistance islamique palestinien (Hamas), qui contrôle ce territoire, marque une réorientation claire (quoique nuancée) vers la position de l’Iran, ouvertement hostile à l’État hébreu.

46Si la Turquie entretient des rapports diplomatiques avec Israël et a longtemps maintenu les liens commerciaux, technologiques et de défense noués essentiellement dans les années 1990, ses leaders politiques n’en ont pas moins tenté de s’ériger en porte-parole, voire en conscience du monde musulman sur la question palestinienne. Ce rôle nouveau a été mis en relief par l’incident de la flottille de Gaza, le 31 mai 2010, lorsqu’un commando israélien a attaqué et tué neuf activistes propalestiniens à bord du ferry turc Mavi Marmara. L’incident a sévèrement endommagé les relations turco-israéliennes, et a conduit à une nouvelle crise en septembre 2011. Suite à la publication du rapport Palmer des Nations unies, Israël a refusé de s’excuser pour la mort des activistes pro-palestiniens turcs. La Turquie a réagi en expulsant l’ambassadeur israélien et en annonçant qu’elle allait renforcer sa présence navale en Méditerranée orientale. En dépit de ces tensions, on peut légitimement exclure, au moins dans un avenir proche, que la Turquie suive l’exemple de l’Iran et s’engage dans une joute verbale et une guerre par procuration contre Israël, via ses alliés palestiniens et libanais.

47Les conceptions stratégiques iranienne et turque semblent aussi s’accorder sur un autre sujet : il s’agit de leur vision de la mondialisation ou, plus précisément, dans le domaine géopolitique, de l’émergence de nouvelles puissances et de la perte d’influence progressive de l’Occident à l’échelle globale. La République islamique d’Iran a développé un discours global complexe et cohérent depuis la révolution islamique en février 1979. Les Iraniens s’appuient sur leur riche histoire politique, qu’ils combinent avec leur éthique et leur idéologie islamiques révolutionnaires spécifiques, pour élaborer un projet fort et une feuille de route qui doivent in fine leur permettre d’assumer un rôle mondial.

48On peut aussi considérer que la politique étrangère turque dite « néo-ottomane » – étroitement liée à la réflexion stratégique du ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, qui pense en termes de régionalisme, veut réactiver les anciennes connections ottomanes et surtout rétablir la puissance géopolitique de la Turquie – est un moyen d’accéder à un rôle d’envergure mondiale. Cette apparente convergence idéologique en matière de politique étrangère pourrait suggérer une plus grande coopération irano-turque ; au moins dans le but d’ébranler les principales fondations intellectuelles et idéologiques de la puissance globale des Occidentaux.

Liens économiques

  • 22 « Turkey Aims to Triple Iran trade, Despite International Sanctions », The Wall Street Journal, 17 (...)
  • 23 « Iran, Turkey Aim to Triple Trade to $30 Billion », Voice of America, 7 février 2011.

49D’après les statistiques, les relations commerciales entre l’Iran et la Turquie sont en plein essor, le volume des échanges ayant été quasiment décuplé en l’espace d’une décennie, pour atteindre désormais quelque 10,7 milliards de dollars. En septembre 2010, le Premier ministre turc a annoncé qu’Ankara projetait de tripler les volumes d’échanges pour atteindre les 30 milliards de dollars d’ici cinq ans, déclaration qui a fait l’effet d’une bombe22. Selon Erdoğan, l’augmentation se ferait dans le cadre d’un « accord commercial préférentiel ». Ce souhait a été confirmé par le ministre des Affaires étrangères iranien par intérim, Ali Akbar Salehi, lors de la 22e assemblée annuelle économique conjointe qui s’est tenue en février 2011 à Téhéran23.

  • 24 « Iran-Turkey Trade Hits $7.5 », Press TV, 8 décembre 2010.

50Autre signe de développement rapide des liens commerciaux, l’ambassadeur d’Iran en Turquie, Bahman Hosseinpour, aurait déclaré que l’Iran souhaitait accroître les échanges via les ports turcs et « transférer une partie importante de ses échanges depuis les ports du golfe Persique vers les ports turcs sur la mer Noire et la Méditerranée24 ».

  • 25 H. et B. Nowrouzi, « Barresi Zamineh Hamkarihayeh Tejari beyneh Iran va Torkiyeh dar Jahateh Enegh (...)

51Mais à y regarder de plus près, tout ne va pas si bien dans les échanges irano-turcs. Dans l’une des études sans doute les plus détaillées des liens commerciaux entre l’Iran et la Turquie – reposant sur une analyse mathématique exhaustive, prenant en compte tous les faits et données disponibles –, l’Institute for Commercial Studies and Research de Téhéran conclut que le principal obstacle à la mise en place d’un accord commercial préférentiel (scénario largement privilégié par Recep Tayyip Erdoğan) est l’existence de tarifs douaniers dissuasifs, notamment du côté iranien25.

  • 26 Ibid.

52Selon la même étude, si l’on s’en tient aux échanges hors pétrole et gaz, la Turquie parvient bien mieux que l’Iran à valoriser son potentiel commercial et la balance commerciale penche finalement en sa faveur26. Bien que l’étude ne le dise pas explicitement, il est largement admis en Iran que cette disparité tient à la nature des industries turques – plus sophistiquées et plus avancées – et aux pratiques globalement plus efficaces côté turc en matière économique, commerciale et de gestion des échanges.

53Dans le secteur crucial de l’énergie, et plus particulièrement en ce qui concerne les exportations de gaz naturel d’Iran vers la Turquie, les relations sont volatiles, signe de la difficulté qu’ont les partenaires à consolider leur rapport commercial. Les premières exportations de gaz naturel font suite à la signature d’un accord pour la construction d’un gazoduc de 2 577 kilomètres entre Tabriz et Ankara, en août 1996, durant le mandat de Necmettin Erbakan. Le gazoduc a officiellement été mis en service en juillet 2001.

  • 27 E. Kinnander, The Turkish-Iranian Gas Relationship : Politically Successful, Commercially Problema (...)

54Les livraisons de gaz naturel iranien sont, depuis, l’objet de désaccords et d’arbitrages successifs. La signature d’un nouveau protocole d’accord en novembre 2008 n’a pas permis de stabiliser la relation. Le dossier du gaz naturel démontrerait ainsi que les deux pays trouvent plus facilement un accord sur l’aspect politique de la question énergétique que sur les détails commerciaux dont le règlement est indispensable pour faire avancer la relation27.

55Cependant, envisagés de façon globale, les liens économiques et commerciaux entre l’Iran et la Turquie sont la composante la plus solide et la plus prometteuse des relations turco-iraniennes. Les deux pays ont maintenu des liens commerciaux forts depuis plusieurs décennies, et même la guerre Iran-Irak (1980-1988) ne les a pas altérés. On a assisté à une augmentation massive des échanges au cours de la dernière décennie, et les deux parties parlent désormais de les multiplier encore par trois dans les cinq prochaines années.

56La question des sanctions internationales contre l’Iran mise à part, on constate que, malgré l’absence d’un côté comme de l’autre d’obstacles politiques à une expansion des échanges, l’incapacité manifeste à régler les détails de la relation commerciale et la persistance de multiples entraves au commerce (douanes, corruption, bureaucratie inefficace, etc.) sont des défis de taille face aux aspirations partagées des deux pays pour intensifier leurs rapports économiques et commerciaux.

Une rivalité stratégique continue ?

  • 28 B. Amir-Ahmadian, « Torkiyeh az Zaafeh Diplomasiyeh Iran Sood Meebarad » (La Turquie profite des f (...)
  • 29 S. Assadollah Athari et M. Visi, Torkiyeh dar Moogheyeeateh Jadideh Mantagheh Pass az Soghooteh Re (...)

57En conclusion, malgré les éléments que nous venons d’évoquer, il faut rester prudent sur les perspectives de renforcement des relations irano-turques. Les experts et chercheurs iraniens sont notamment très sceptiques et voient d’un mauvais œil le rôle régional et international croissant de la Turquie, estimant qu’une partie du terrain gagné par Ankara ces derniers temps a été conquis aux dépens d’une diplomatie iranienne « faible28 ». Certains spécialistes iraniens vont même plus loin, attribuant l’ascension de la Turquie à son exploitation de la révolution islamique iranienne de 1979, qui a détruit les liens entretenus par l’Iran avec les États-Unis et l’Occident29. Le risque de malentendu, voire de verser dans une analyse strictement émotionnelle, semble donc considérable.

58Les Iraniens comme les Turcs rappellent volontiers qu’ils ne se sont pas fait la guerre depuis plus de 300 ans, comme pour mettre en évidence le caractère largement amical de leurs relations. La profondeur et la maturité de ces relations ne font en effet aucun doute, tout comme leur stabilité et leur résistance systémiques. Une dégradation politique sévère de leurs liens bilatéraux est dès lors presque impensable.

59Cependant, si l’on tient compte de leurs histoires respectives et des profils géopolitiques qui en résultent, renforcés par des différences politiques et idéologiques majeures, il est peu probable que les deux pays surmontent leur rivalité stratégique et adoptent une posture beaucoup plus coopérative. Malgré leur volonté partagée de réduire les interférences politiques de puissances extérieures au Moyen-Orient et de contenir parallèlement l’influence russe, américaine et chinoise en Asie centrale, les deux pays auront du mal à travailler main dans la main pour atteindre ces objectifs stratégiques à long terme.

60La Turquie et l’Iran aspirent au leadership du monde musulman et disposent tous deux d’atouts et de ressources uniques pour servir cette ambition. L’Iran peut indiscutablement se prévaloir d’une idéologie islamique révolutionnaire qui lui donne une indépendance politique et une capacité à concevoir et mettre en œuvre des politiques jugées peu bénéfiques, voire franchement hostiles, par les principales puissances occidentales. La Turquie, pour sa part, peut se vanter de sa réussite économique et industrielle, de son processus de démocratisation et de sa position géostratégique unique au carrefour de l’Asie et de l’Europe.

61La quête d’influence dans le monde arabe et en Asie centrale sera certainement au cœur de la dynamique stratégique entre l’Iran et la Turquie pour les décennies à venir. Les convulsions politiques généralisées qui ont saisi le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord en 2011, et que les médias du monde entier ont appelées le « printemps arabe », ont révélé de façon très nette les différences d’approche des deux pays dans leurs perceptions régionales. Les dissensions les plus fortes se manifestent au sujet de la Syrie, alliée stratégique de l’Iran depuis le début des années 1980. Du point de vue turc, la position des dissidents et des activistes syriens renvoie à celle de leurs homologues égyptiens et tunisiens, dans la mesure où leurs griefs sont légitimes. L’Iran rejette cette interprétation et voit dans les révoltes la main de l’Occident.

62Alors que la Turquie semble prudemment saluer la réforme démocratique dans la région, avec le dessein évident d’étendre son influence politique et économique en profitant de la nouvelle donne politique arabe, l’Iran adopte une approche plus sélective. Concernant le printemps arabe, la République islamique ne voit pas nécessairement d’un mauvais œil l’émergence de systèmes plus démocratiques, sous réserve que les nouveaux régimes n’encouragent pas l’influence occidentale dans la région et adoptent des positions très fermes à l’égard d’Israël.

  • 30 « Iran’s Absence and Turkey’s Active Public Diplomacy in the Region », Fars News Agency (proche de (...)

63De façon plus générale, les médias et les élites politiques iraniens sont de plus en plus inquiets de la rapidité avec laquelle le prestige de la Turquie semble s’étendre au-delà du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. L’impression se répand que ce prestige n’est pas mérité ou, pis, qu’il a été gagné aux dépens de l’Iran. Ainsi, certains médias iraniens, notamment ceux qui sont proches de l’establishment sécuritaire, ont décrit dans des termes peu amènes la visite du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan en août 2011 à Mogadiscio, la capitale somalienne ravagée par la guerre. Selon eux, l’Iran aurait fait beaucoup plus que la Turquie pour porter secours à une population somalienne dont la situation est de plus en plus désespérée, et notamment aux personnes les plus touchées par la sécheresse et la famine. Mais la diplomatie iranienne, contrairement à celle d’Ankara, échouerait à récolter les fruits politiques ou en termes d’image de son assistance aux nations musulmanes vulnérables et marginalisées30.

64En dernière analyse, quelle que soit l’évolution de ces dynamiques stratégiques et politiques, et quel que soit le pays qui en sorte gagnant – si l’un des deux parvient à gagner un jour –, l’Iran et la Turquie s’attacheront de toute façon à renforcer leur coopération économique, et l’on peut s’attendre à ce que leurs rapports s’intensifient dans les années et les décennies à venir.

Notes

2 Voir « Country Profile : Iran », Library of Congress, Federal Research Division, mai 2008.

3 Voir « Country Profile : Turkey », Library of Congress, Federal Research Division, août 2008.

4 Voir A. Maleki, « Iran’s New Asian Identity », in A. Novikova (dir.), Regional Security Issues, Erevan, Amrost Group, 2007.

5 N. A. Özcan et Ö. Özdamar, « Uneasy Neighbours : Turkish-Iranian Relations since the 1979 Islamic Revolution », Middle East Policy, vol. 17, no 3, automne 2010, p. 101-117.

6 M. Mohammadi, « Barresiyeh Ravabeteh Iran va Torkiyeh dar Asiyayeh Markazi va Ghafghaz » (Les relations turco-iraniennes en Asie centrale et dans le Caucase), Iras, no 31, octobre-novembre 2010.

7 Pour un éclairage sur les activités antiturques (assassinats d’intellectuels laïques, soutien au PKK, etc.) menées par l’Iran dans les années 1990, voir S. Cağaptay and D. Yegenoğlu, « The Myth of 1639 and Kasrı Şirin », Bitterlemons International, 18 mai 2006.

8 J. Calabrese, « Turkey and Iran : Limits of a Stable Relationship », British Journal of Middle Eastern Studies, vol. 25, no 1, mai 1998, p. 81.

9 N. Özcan et Ö. Özdamar, op. cit., p. 104.

10 Il nous paraît important ici de faire la distinction entre les islamistes du parti Refah menés par Erbakan, Premier ministre de Turquie en 1996-1997, déposé par l’armée en partie pour ses politiques radicales, et l’AKP, un mouvement lui-même issu du noyau dur du Refah mais qui s’est depuis recentré sur l’échiquier politique turc.

11 En 1992, la Turquie et l’Iran signaient un accord de sécurité autorisant « des mesures pour améliorer la sécurité à la frontière et prévenir toute activité terroriste de groupes dissidents ». Voir Deutsche Presse-Agentur, 11 janvier 1995.

12 Agence France Presse, 29 avril 1997.

13 M. M. Gunter, « Turkey and Iran Face off in Kurdistan », The Middle East Quarterly, mars 1998, p. 33-40.

14 G. Ali Chegani-Zadeh et M. Asr-Tamar, « Taharokateh Ghomiyeh Kordha va Amniyateh Melliyeh Torkiyeh » (Sécurité nationale en Turquie et dynamiques ethniques kurdes), Foreign Affairs Quarterly, vol. 1, no 12, été 2009, p. 187.

15 Ibid, p. 211-215.

16 H. Ahmadi, « Torkiyeh, Pan-Turkism va Aseeyayeh Miyaneh » (Turquie, panturquisme et Asie centrale), Central Eurasian Studies, vol. 2, no 5, hiver 2009, p. 5.

17 G. Chegini-Zadeh et B. Khoshandam, « Taamol va Taghabol Piramoongerayee va Gharbgerayee dar Seeyasateh Kharejiyeh Torkiyeh » (Convergence et divergence entre régionalisme et Occident dans la politique étrangère turque), Strategic Quarterly, vol. 19, no 55, été 2010, p. 192.

18 Pour d’autres éléments concernant les divergences d’approche et une possible rivalité entre l’Iran et la Turquie en Irak, voir la contribution de Julien Cécillon dans cet ouvrage.

19 « Iran Nuclear Programme “Solely Civilian” – Turkish PM », BBC, 16 mars 2010.

20 « Turkey’s President Abdullah Gül : Iran must be More Transparent on Nuclear Program », The Christian Science Monitor, 30 septembre 2010.

21 Pour l’intégralité de l’accord, voir « Text of the Iran-Brazil-Turkey Deal », The Guardian, 17 mai 2010.

22 « Turkey Aims to Triple Iran trade, Despite International Sanctions », The Wall Street Journal, 17 septembre 2010.

23 « Iran, Turkey Aim to Triple Trade to $30 Billion », Voice of America, 7 février 2011.

24 « Iran-Turkey Trade Hits $7.5 », Press TV, 8 décembre 2010.

25 H. et B. Nowrouzi, « Barresi Zamineh Hamkarihayeh Tejari beyneh Iran va Torkiyeh dar Jahateh Eneghadeh yek Movafeghatnameh Tejarateh Tarjeeheeyeh Dojanebeh » (Évaluation des possibilités de coopération commerciale turcoiranienne en vue d’établir un accord commercial préférentiel), Economic Research Magazine, vol. 9, no 1, été 2009, p. 114.

26 Ibid.

27 E. Kinnander, The Turkish-Iranian Gas Relationship : Politically Successful, Commercially Problematic, Oxford, Oxford Institute for Energy Studies, janvier 2010, « NG 38 », p. 19.

28 B. Amir-Ahmadian, « Torkiyeh az Zaafeh Diplomasiyeh Iran Sood Meebarad » (La Turquie profite des faiblesses diplomatiques de l’Iran), Iranian Diplomacy, juillet 2011.

29 S. Assadollah Athari et M. Visi, Torkiyeh dar Moogheyeeateh Jadideh Mantagheh Pass az Soghooteh Regime Saddam Hussein (La Turquie et son nouveau rôle régional après la chute du régime de Saddam Hussein), Téhéran, Research Institute for Strategic Studies, 2003, p. 13.

30 « Iran’s Absence and Turkey’s Active Public Diplomacy in the Region », Fars News Agency (proche des gardes révolutionnaires iraniens), août 2011.

Auteur

Chercheur, universitaire et journaliste d’origine irano-britannique, affilié au New Delhi-based Institute for Defence Studies and Analysis. Il a collaboré avec de nombreux think tanks dont la Jamestown Foundation à Washington et le Centre for the Study of Terrorism à Londres. Il a également écrit pour le quotidien Daily Star de Beyrouth et l’AK News Agency à Erbil, où il était le rédacteur en chef des éditions en anglais et en farsi.

Gwen Gondry (Traducteur)

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search