Version classiqueVersion mobile

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil des récits

Chapitre premier. Messagers et messages

Texte intégral

L’ADDUCTION DU PIGEON

1Le premier à décrire le dressage des voyageurs ailés, indifféremment promis au port des plis et aux courses de vitesse ou de fond, est Ğāḥiẓ, dans son Livre des animaux (Kitāb al-ḥayawān), dont la rédaction semble antérieure à 232/846. Il l’avait longuement observé en Iraq, où la colombophilie était répandue, d’abord à Basra où il vit le jour, ensuite à Bagdad, où il finit par se fixer. Aussi s’est-il étendu sur les goûts des deux villes et les motifs qui les justifiaient.

  • 1 Ğāḥiẓ, III, p. 274-275.

« Sache que les pigeons et les oiseaux ne conviennent pas tous aux lâchers lointains. Leur direction dépend de leur éducation et de leur adduction. En premier, le pigeon est sorti sur une terrasse au-dessus de laquelle il s’élèvera et on y plante une marque qu’il connaîtra. Son vol ne devra pas dépasser le lieu de son séjour. Matin et soir, on lui jette à manger sur cette terrasse, près de la marque plantée pour lui, jusqu’à ce qu’il se familiarise avec le lieu et s’habitue à y revenir. Seulement, il faut prendre garde à la matière dont la marque est faite : elle ne doit pas être noire, car aucune chose visible de loin n’est noire. Plus elle sera grande, plus elle servira de guide.
« Il ne faut également pas faire voler ensemble le mâle et la femelle : on arrache les rémiges de l’un et on laisse voler l’autre. On les sort tous deux sur la terrasse et on laisse voler le pigeon aux ailes entières qui brûle de rejoindre sa femelle. Lorsqu’il connaît l’endroit, qu’il y revient après avoir tournoyé et qu’il s’est familiarisé avec le lieu, on fait de même avec l’autre, dès que ses rémiges ont repoussé.
« Encore mieux est de les sortir sur la terrasse les rémiges coupées, jusqu’à ce qu’ils se familiarisent avec ce lieu. Puis on fait voler l’un avant son compagnon et l’on fait au second ce qu’on a fait au premier1. »

L’ENTRAÎNEMENT DU PIGEON

  • 2 Idem, III, p. 278-279.

« Lorsque le second pigeon atteint le degré du premier dans l’égalité du plumage et l’orientation vers la marque, on les fait voler ensemble et on leur interdit tout repos, sauf si on les suppose faibles ou las. Puis on leur fixe des étapes sur terre et sur eau, de sorte qu’ils aperçoivent en s’élevant dans l’air la direction, la même marque et les points les plus reculés qu’ils voyaient lorsqu’ils s’éloignaient dans leur tournoiement et leur tourbillon. S’ils reviennent de ce lieu plusieurs fois, on les lâche plus loin. On se plaisait à les lâcher de tous les lieux où on les avait conduits, tant qu’ils n’étaient pas éloignés, une fois, puis deux et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’ils parvinssent à destination...
« Sachez que les étapes les plus dures sont celles qui ont le moins de repères, comme les déserts et les mers.
« Les oiseaux diffèrent considérablement par la nature : il y en a de forts et de faibles, de lents et de rapides ; certains sont dépourvus de mémoire, alors que d’autres en sont doués, comme les uns n’offrent que peu de résistance à la soif, alors que d’autres en sont capables. Cela ne peut se dissimuler lors de l’éducation et de l’adduction par la rapidité de la réponse et la lenteur. Aussi n’éloignez pas les points de libération pour les pigeons faibles, sans mémoire ou incapables de résister à la soif, comme ne lâchez pas les pigeons grandis dans les pays chauds dans les pays froids, ou l’inverse, qu’après les y avoir accoutumés : ils ne peuvent supporter la durée du vol dans un autre climat que le leur que par la durée du séjour en ce lieu. Leur état n’égalera pas celui des pigeons qui ne dépassent pas les limites de leur climat ou d’un climat proche par la nature du leur2. »

CHOIX DU SEXE

  • 3 Idem, III, p. 223.

« Pour les lâchers d’un lieu déterminé, les gens de Bagdad choisissent les femelles et ceux de Basra les mâles. La raison des premiers est que le mâle en voyage qui n’a pas couvert depuis longtemps de femelle désire l’accouplement : aussi s’il voit sa compagne en chemin, il abandonne son but s’il s’est éloigné dans sa course ou son vol ou s’il a trouvé le bon chemin, par penchant pour la femelle. C’est là que réside tout le préjudice. « Mais l’habitant de Basra soutient : “Le mâle est plus attaché à sa demeure pour le séjour de sa femelle. Il est doué d’une force et d’une robustesse de corps plus grandes, comme d’un meilleur sens de direction. Aussi nous ne manquons pas de préférer la permanence de la nature à la chose qui peut ou non se produire.”3 »

LA GARANTIE DU RETOUR

  • 4 Idem, III, p. 278-279.

2Pour assurer la rentrée des courriers du ciel au nid, deux méthodes étaient employées. La première à paraître dans les sources sans être nécessairement la plus ancienne était la séparation momentanée des couples. Ğāḥiẓ en révèle l’emploi dans un bref passage. « L’un doit être retenu, si son compagnon est envoyé, pour qu’il s’en souvienne et revienne vers lui. Si l’on craint qu’il soit las de sa femme, on lui en présente une autre (avant lâcher). S’il l’a couverte une fois, on les sépare ce jour-là. Puis on la lui présente avant de l’emporter. S’il s’en approche, on l’en écarte. Puis on l’emporte vers le lâcher. Il deviendra plus rapide4. »

3Le voyageur bavarois Hans Schiltberger avait observé la même méthode en Égypte sous le règne du sultan mamelouk, Barsbāy (825/1422-841/1438) : on ne renvoyait toujours dans les cieux que le mâle, la femelle demeurant au nid.

  • 5 ‘Ariš, sur la Méditerranée.
  • 6 Schiltberger, p. 68-69.

« On doit aussi noter que le roi Soudan envoie des pigeons avec des lettres là où il veut, quand il a de grands ennemis, car il craint qu’ils n’interceptent ses messagers. Ils sont le plus souvent envoyés d’Erchey5 vers Damas, que sépare un grand désert. On doit aussi noter comment cela se fait : dans n’importe quelle ville où le roi Soudan désire les envoyer, on doit élever deux jeunes, sucrer leur nourriture et leur donner suffisamment à manger, mais il ne faut pas les laisser s’échapper pour voler. Lorsqu’ils se sont bien connus, on apporte le mâle au roi Soudan en gardant la femelle et on marque le mâle afin de savoir de quelle ville il provient. On le met ensuite dans un local spécialement affecté à cet usage, où il est privé de femelle. On ne lui donne plus autant à manger comme avant, ni de sucre sur la nourriture, pour qu’il se languisse du lieu où il a été élevé et le regagne rapidement. Lorsqu’on veut l’expédier, on attache la lettre sous son aile et on le lâche : il vole alors d’une traite vers la ville et la maison où il a été élevé. Quand on le voit, on le capture et on lui prend la lettre qui est ensuite délivrée au lieu auquel elle est destinée6. »

4Le médecin et botaniste italien, Prospero Alpino (dont les Français ont fait Prosper Alpin) qui a séjourné au Caire plus de trois ans (1581-1584) donne une version différente de celle de Hans Schiltberger dans son Historia Ægyptiaca naturalis (Histoire naturelle de l’Égypte) : on lâchait tantôt le mâle et tantôt la femelle. Le sexe avait perdu son importance.

  • 7 Trad. R. de Fenoyl, I, p. 86.

« Mais, puisque nous parlons de messagers, nous ne pouvons pas ne pas mentionner un usage des Égyptiens, très ancien, digne de mémoire et encore en vigueur : il s’agit des pigeons que l’on utilise en guise de messagers. En effet, on élève des pigeons dans une tour de la citadelle du Caire et, avec autant de soin, dans un autre endroit où les messagers parviennent en trois jours. On sépare les pigeons qui s’aiment, c’est-à-dire les mâles et les femelles, mettant un mâle d’un côté et sa femelle de l’autre. Ils sont si bien dressés que, si on lâche la femelle, elle se dirige aussitôt vers la tour où est le mâle qu’elle aime ; et, si le mâle est lâché de l’autre tour ou s’il est mis hors de la tour, il vole d’une traite et très rapidement à l’endroit où se trouve son épouse bien-aimée. Ainsi, on utilise comme messagers beaucoup de pigeons dressés.
« Si un messager parvient à l’endroit, situé à trois jours du Caire, où sont enfermées des pigeonnes séparées de leurs mâles, immédiatement le chef de poste attache sous l’aile d’une pigeonne un petit feuillet sur lequel il annonce qu’un messager est arrivé ; la pigeonne est lâchée et vole tout de suite vers l’autre tour, où est le pigeon qu’elle aime. Ainsi, l’arrivée d’un messager est toujours annoncée à l’avance et les vice-rois se trouvent rarement pris au dépourvu7. »

  • 8 Suivant Chesneau, p. 18, qui l’avait vu quelques années plus tôt.

5Dans une lettre rédigée au Caire, le 7 mars 1616, l’illustre voyageur romain, Pietro della Valle, contredit Prosper Alpin : seuls les mâles gagnaient la liberté. La ville à six journées de la capitale qu’il omet de nommer pourrait être Gaza : le dernier relais d’Égypte, Qaṭyā, n’en était éloigné que de quatre8.

  • 9 Garde.
  • 10 Trad. d’Étienne Carneau et François Le Comte, I, p. 415-417.

« Une autre curiosité, que j’ai remarquée il y a peu de jours, est la belle façon dont ils se servent encore aujourd’hui en ces quartiers, de donner des avis en diligence, dans des lieux écartés ou inaccessibles, par le moyen des pigeons, tout comme le Tasse le décrit dans son Poème de la Jérusalem délivrée. Et Pline même, entre plusieurs anciennes histoires, en rapporte une arrivée en Italie parmi les Romains pendant le siège de Modène. Ces jours passés un Chiaoux9 eut ordre de la part du premier Visir, qui demeure à Alep, d’aller au Caire pour demander des troupes au Bacha, afin de grossir et fortifier l’armée qu’ils ont dans la Perse ; mais le Chiaoux demeura malade dans une ville à six journées d’ici ; et ne pouvant aller plus loin, il envoya les lettres au Bacha par un Arabe qui y alla à pied ; et en même temps le gouverneur du lieu envoya les nouvelles au même Bacha par un pigeon, qui y arriva en un jour, et sut d’abord ce qui se passait ; c’est-à-dire, la substance de ce que le messager portait. Cet homme cependant, qui devait arriver en six jours, (parce que cela est réglé ; six journées d’un homme de pied vont toujours pour une d’un pigeon), je ne sais par quel accident demeura deux jours davantage sur le chemin avec ses lettres, tellement qu’on ne l’attendait presque plus ; à la fin néanmoins arriva : et comme j’avais été présent à tout ceci, je voulus par curiosité savoir à fond cette histoire. On me dit, qu’ils ont partout des colombiers exprès, et que celui du Caire est dans le château où demeure le Bacha. Ces colombiers sont sous la conduite de quelques hommes qui en ont soin, et qui y nourrissent plusieurs couples de pigeons, mâles et femelles, appariés depuis quelques mois ; mais de temps en temps ils les séparent, tantôt les uns, et tantôt les autres ; et retenant les femelles dans le colombier, ils envoient les mâles dans des cages deçà et delà, en plusieurs villes, d’où ils peuvent espérer quelquefois des nouvelles ; et là ils sont conservés par ceux qui en ont soin : et quand les affaires obligent à donner quelque avis au Caire, ou à quelque autre ville, on prend un de ces pigeons mâles désappariés, parce que l’homme qui les gouverne connaît fort bien quel est celui du colombier du Caire, et quel est celui du colombier d’une autre ville, où il faut porter la nouvelle ; et ayant écrit succintement le sujet de cette ambassade sur un petit morceau de papier, on le plie adroitement : et pour se précautionner contre la pluie, ou les autres eaux qui pourraient ruiner leurs desseins, ils le couvrent de cire, le lient ensuite sous l’aile du pigeon, et le matin suivant, après lui avoir donné du grain tout son saoul, de peur qu’il ne s’arrête ailleurs, ils le lâchent, et s’en va droit au colombier où est sa femelle. Et, comme je vous ai dit, il fait en un jour le trajet qu’un homme de pied ne saurait faire qu’en six, et ne se repose jamais. Si le chemin est plus long, il se repose lorsque les forces lui manquent, mais enfin il va toujours, et ne manque point d’arriver à point nommé dans cet espace de temps. Étant parvenu au colombier, celui qui en a soin, et qui le visite souvent, reconnaît le pigeon d’abord ; et l’ayant pris, à quelque heure qu’il le trouve, sans oser le visiter davantage, il le porte immédiatement au Bacha, ou au gouverneur de la ville qui y sera, ou enfin à celui qui commande dans le lieu, lequel coupe le filet, lit le papier, et donne ordre que le pigeon soit remis dans le colombier, jusqu’à ce qu’on le renvoie dehors une autre fois, afin que dans une semblable occasion il puisse rapporter des nouvelles. Je me suis un peu étendu à vous décrire exactement cette histoire, parce qu’elle est curieuse ; et c’est ce que j’ai vu, et ce que j’ai appris de ceux mêmes qui en ont le soin10. »

LE PIGEON PRIVÉ DE COUVÉE OU DE NICHÉE

  • 11 Suivant Niebuhr, II, p. 196.
  • 12 Suivant la formule d’Isidore de Séville, Loutchitskaja, p. 105-106.
  • 13 Foucher de Chartres, p. 776, parle effectivement de lettres liées au-dessus du croupion.

6La seconde méthode destinée à garantir un prompt retour consistait à priver le pigeon de ses œufs ou de ses petits. Cette forme de séparation restera cependant inconnue des sources arabes, bien qu’elle fût répandue en terre d’Islam et qu’elle finît même par y triompher, notamment en Iraq11. Elle est signalée pour la première fois par un historien des croisades, l’annaliste allemand, Arnold de Lübeck (maître d’école, puis abbé) : dans sa Chronique des Slaves, il commente au cours des événements de 1197 ce mode de transmission des messages que les Francs avaient rapidement emprunté aux « Gentils », terme qui désignait alors les musulmans dépourvus de religion ou « restés comme ils sont nés12 ». Le pli était attaché sous « l’ombilic » (entendre le croupion, les oiseaux étant dépourvus de nombril)13.

  • 14 La citation de la Bible à laquelle l’auteur fait référence provient de l’Évangile, Luc 16, 8.
  • 15 Arnold de Lübeck, p. 206-207, trad. Ségolène Demougin.

« Je vais parler maintenant d’un usage non pas ridicule, mais ridiculement emprunté par les chrétiens aux Gentils qui, plus sages dans la conduite de leurs affaires que les fils de la lumière14, inventent beaucoup de choses que nous ne connaîtrions pas, si nous ne les avions apprises d’eux par hasard. Quand ils sortent pour quelque affaire, ils emportent toujours des colombes qui ont chez eux ou des œufs ou des petits frais éclos. Si, en chemin, ils veulent par hasard annoncer une nouvelle, ils attachent habilement une lettre sous l’ombilic d’une colombe et la lâchent. Comme l’oiseau se hâte de rejoindre ses petits, il apporte promptement aux amis le message désiré15. »

  • 16 Frescobaldi, p. 52.

7La séparation du pigeon de sa couvée était également usitée en Égypte mamelouke16 et ottomane. Le père Henry Castela tenait cette information de la bouche d’un chef turc qu’avait interrogé à sa demande le consul de Venise en janvier 1601, lors de son passage au Caire : il avait été stupéfait par un voyageur ailé qui, lâché à Bilbays (Beluets), avait battu de 48 heures un courrier rapide. Les deux messagers, celui des airs comme celui de terre, portaient le même ordre : préparer des réjouissances publiques pour célébrer la prise d’une province de Hongrie qu’il appelle Canitie (entendre Kanicha que le grand vizir Ibrāhīm pacha venait effectivement d’enlever).

  • 17 Ceux qu’ils avaient commencé d’appâter.
  • 18 Aussitôt.
  • 19 Castela, p. 190-191.

« [...] on accoustumoit ainsi plusieurs colombes à porter des lettres de divers lieux loingtains, en les prenant de leurs nids, un peu de temps après qu’ils estoient esclos des œufs, & les faisant porter devers les lieux, dont ils esperent recepvoir au plustost advertissemens & nouvelles d’importance, lesquelles attachant par dessous les aisles des susdits animaux, qui sont tousjours comme tristes d’avoir esté contraincts d’abandonner avant le temps, ceux qui les avoient commencés d’apasturer17, ils ne manquent point de retourner dans le mesme lieu qu’ils les ont delaissez, où le Bacha entretient à ces fins un homme expres, pour remarquer s’il y vient quelqu’un de tels oyseaux, & luy en faire soudain18 le rapport, s’il voyoit qu’ilz apportent quelques papiers ou lettres attachées sur eux à la façon susdicte. Ce que je ne pouvois bonnement croire, sans l’authorité du Consul de la Seigneurie de Venise, qui m’en asseura19. »

  • 20 P. 330.
  • 21 P. 121.

8La séparation du pigeon de sa progéniture fut également observée à Damiette en 1638-1646 par Jean Coppin20 ; et, en 1643-1645, par le marseillais Gabriel Brémond au Caire : « Ils font principalement ce transport lorsqu’ils ont des petits, afin que l’amour les instruise plus facilement au retour21. »

  • 22 P. 66, 67.
  • 23 P. 275.

9La même méthode était employée pour les messagers ailés d’Alep et d’Alexandrette, comme le révèlent divers témoignages à travers le temps, depuis le calabrais Don Aquilante Rocchetta (1598)22 jusqu’à Volney dans la moitié du xviiie siècle23 en passant par le chevalier marseillais, Laurent d’Arvieux (1635-1702) qui avait été nommé consul de France dans la grande cité marchande de Syrie du Nord en 1679.

  • 24 Arvieux, V, p. 496.

« Il y a longtemps que l’on se sert de pigeons pour envoyer des lettres d’Alep à Alexandrette, et d’Alexandrette à Alep. Pour cet effet, on porte d’une de ces villes à l’autre des pigeons que l’on retire de dessus leurs petits, et quand on veut s’en servir pour porter des lettres, après les avoir fait boire et manger, on leur attache les lettres sous les ailes, on les tourne du côté de la ville où sont leurs petits, ils prennent leur vol, et en trois ou quatre heures, ils font les quarante lieues qu’il y a d’une ville à l’autre, se rendent dans leur colombier où l’on va les décharger de leurs petits paquets24. »

  • 25 II, p. 196.

10La séparation du messager de ses petits régnait également en Iraq, comme l’a noté le voyageur allemand, Carsten Niebuhr, en 1765 : « Les pigeons qui ont laissé des jeunes à la maison vont le plus sûrement25. »

LES DOUCEURS QUI INCITENT AU RETOUR

11Comme l’on avait cru découvrir chez les pigeons un penchant pour les douceurs (alors qu’ils perçoivent faiblement les saveurs sucrées), elles étaient parfois ajoutées à la nourriture de fond reçue au nid. En Sicile, on avait coutume d’imprégner de miel le froment servi, suivant l’historien Gaufredo Malaterra, pour en adoucir probablement les graines amères. Aussi dès qu’un message les avait rendus libres, ils volaient droit au ciel rejoindre leur colombier et goûter le plaisir du blé miellé dont on les avait sevrés en captivité.

  • 26 Le terme chartulis désigne plutôt le parchemin que le papier. Mais les billets devaient être tracé (...)
  • 27 Malaterra, p. 50, trad. Henri Bresc.

« C’est la coutume des Sarrasins de nourrir des pigeons avec du froment trempé dans du miel de sorte que, quand ils doivent aller vers un lieu assez lointain, ils portent avec eux les mâles enfermés dans de petits paniers. Quand le hasard leur présente quelque nouvelle dont ils veulent instruire leur cité, ils consignent l’événement sur des petits papiers26 qu’ils attachent au cou de l’oiseau ou sous son aile. Les oiseaux lâchés dans les airs se hâtent de notifier à leur famille pleine de souci à la maison si tout se passe bien concernant leurs amis voyageurs. Le petit oiseau, attiré par la douceur du grain miellé qu’il avait l’habitude de déguster assez souvent à la maison, se hâte de rentrer et présente les papiers à ceux qui connaissent sa fonction27. »

LES PIGEONS DE BAGDAD

12Les voyageurs ailés de la capitale de l’Iraq passaient tardivement pour la fleur des messagers de l’air. Dans une lettre d’Ispahan rédigée le 22 avril 1619, puis augmentée le 8 mai, Pietro della Valle déclare en attendre quelques paires commandées pour les introduire à Rome à la mémoire du Tasse. Si l’espérance de l’illustre voyageur ne fut pas accomplie, d’autres parvinrent à rapporter en Europe dans un lointain indéterminé des voyageurs ailés de la métropole déchue : les bagadais (leur nom fut par le temps corrompu) qui ne forment plus qu’une race dégénérée impropre aux voyages.

  • 28 Trad. d’Etienne Carneau et François Le Comte, IV, p. 316-317.

« J’attends de la province de Babylone, où j’ai déjà écrit pour avoir quelques paires de ces pigeons qui portent les lettres de côté et d’autre, selon la nécessité des affaires, et dont mon beau-frère a une race exquise et incomparable, et que le Tasse nomme messagers volants, dont on s’est servi de tout temps jusqu’à présent dans l’Asie. Je les fais venir de ce quartier-là, parce que la seule race qui se trouve dans Bagdad, est estimée la meilleure de toutes les autres de l’Asie et de l’Égypte. Si j’en reçois, comme je l’espère, j’en élèverai, et en conserverai en mon logis autant que je pourrai ; et, selon moi, ce sera quelque chose de curieux et de rare en Italie. Mais il y a trop de chemin à faire, pour espérer d’y en transporter de vivants ; néanmoins, pour honorer la mémoire du poète, dont on ceignit le front de choux et de poirée, si on a pu conduire jusque dans Rome un éléphant vivant du temps de Léon X, pourquoi ne pourrait-on pas y transporter quelques paires de ces pigeons, pour servir des poètes, qui méritent peut-être de plus belles couronnes ?28 »

NUR AL-DĪN ET LES PIGEONS MESSAGERS

  • 29 ‘Umari, p. 257 ; Qalqašandī, XIV, p. 390.
  • 30 Sanā, p. 62 ; Ibn al-Aṯīr, XI, p. 375 ; RHC, Or., I, p. 585-586 ; Bāhir, p. 159 ; Atabecs, p. 289  (...)
  • 31 ‘Umarī, loc. cit. ; repris par Qalqasandi, loc. cit. ; Ẓāhirī, p. 117.

13Dans son empire accru de tous côtés, le souverain zengide organisa un réseau de colombiers sans doute renouvelé du réseau abbasside pour le repos des frontières qu’il ne put cependant entièrement assurer. Des voyageurs ailés qu’on aurait importés de Mossoul29 furent répartis dans les stations et confiés au soin de gardiens qualifiés, les uns pour les convoyer et les soigner, les autres l’œil au guet pour surveiller le ciel. Dès qu’un billet tombait au nid, un messager frais l’emportait au colombier. Ainsi, la correspondance volait d’étape en étape jusqu’à destination en survolant parfois les territoires des Francs qui risquaient pourtant d’abattre l’oiseau, s’ils le surprenaient dans les airs près de la terre. Les sources ne conviennent pas de l’année précise où ce réseau fut créé : la tradition la plus suivie et la plus vraisemblable30 la met en 567/1171, alors que la tradition la plus éloignée par le temps31 la reporte un peu avant, en 565/1169. La différence est mince et la date secondaire : l’organisation de la poste des airs a dû s’étendre sur une longue période : deux ans, sinon trois.

14L’une des descriptions les plus détaillées du réseau de Nūr al-Dīn est fournie par Abu Šāma : le premier paragraphe provient du Kāmil d’Ibn al-Aṯīr, le dernier d’un fragment perdu du Barq al-šāmī de ‘Imād al-Dīn Iṣfahānī qui vivait alors dans l’ombre du souverain comme secrétaire. Quant au deuxième, il semble de la main d’Abū Šāma, s’il ne l’a emprunté à une source qui a maintenant péri.

  • 32 Abū Šāma2, 1, p. 520-521. Une traduction partielle figure dans RHC, Or., II/II, p. 289.

« Ibn al-Aṯīr a dit : “En l’année 567, Malik ‘Ādil Nūr al-Dīn donna l’ordre d’adopter l’usage des pigeons doués de sens de direction : les pigeons de souche qui volent des contrées lointaines vers leur nid. Aussi furent-ils utilisés dans tous ses pays. En voici la raison : ses pays s’étaient étendus et son royaume allongé, de la frontière de Nubie jusqu’aux portes de Hamadān, sans que la continuité n’en fût interrompue que par les États des Francs. Ces derniers – que Dieu les maudisse ! assiégeaient parfois quelques places frontières ; avant que la nouvelle ne lui en fût venue et qu’il eût marché sur eux, ils avaient en partie atteint leur objectif. Il en donna alors l’ordre et le transmit par écrit à tous ses pays. Il leur assigna des fonds, ainsi qu’à leurs éleveurs. Il y trouva un immense repos (et une grande utilité aux musulmans)”.
« Les nouvelles lui venaient sur-le-champ : il avait dans chaque place frontière des employés qui détenaient des pigeons de la ville voisine. S’ils voyaient ou entendaient parler d’une affaire importante, ils la consignaient sur-le-champ dans une lettre qu’ils attachaient à un oiseau qu’ils lâchaient aussitôt vers la ville dont il était originaire. Là, le billet passait à un autre pigeon de la ville voisine dans la direction où se trouvait Nūr al-Dīn ; et ainsi de suite, jusqu’à ce que les nouvelles lui fussent parvenues. Les places frontières furent ainsi gardées : si un groupe de Francs en assiégeait une, la nouvelle lui venait le jour même. Il écrivait alors aux troupes de la place frontière voisine de se rassembler, de marcher rapidement et de fondre sur l’ennemi. Ils s’exécutaient et emportaient la victoire : les Francs se croyaient en sécurité en raison de l’éloignement de Nūr al-Dīn. Dieu prenne en miséricorde Nūr al-Dīn et l’agrée ! Avec quel soin il veillait sur sujets et pays ! ‘Imād al-Dīn dit : “Nūr al-Dīn ne demeurait jamais en ville le printemps ni l’été pour garder les places frontières, conserver les contrées et défendre les pays par l’épée contre l’ennemi. Il était attentif aux nouvelles d’Egypte et à sa situation, comme au rétablissement de son équilibre en dissipant ses maux. Aussi avait-il jugé bon d’adopter l’usage des pigeons de souche et de les faire graduellement voler pour lui porter des lettres avec des nouvelles des pays. Il m’ordonna de rédiger des diplômes pour leurs maîtres et d’en honorer les chefs, alors qu’il se trouvait à l’extérieur de Damas, dans le campement de Wādī Lawān. Nous partions au secours en ce temps, hostiles aux agresseurs ; ceci le dix-sept de ḏū l-qada de l’année.”32 »

LES COLOMBIERS DE LA POSTE MAMELOUKE

  • 33 Fabri, II, p. 488, qui attribue faussement l’aqueduc à Saladin.

15Nulle part dans le monde, les relais aux pigeons ne furent plus répandus que dans l’Empire mamelouk. De cet immense réseau, la citadelle du Caire qui contenait à la fois le siège du gouvernement et le palais du sultan devint le pôle. Elle ramassait plusieurs colombiers peuplés de milliers d’oiseaux provenant de villes différentes, sans parler du pigeonnier solitaire hors la ville, à Barqiyya, destiné au service du Fayyoum et des tours proches des écuries du sultan dans la vaste plaine qui servait de champ de manœuvre, à l’ombre des hautes arches de l’aqueduc33 que Nāsir Muhammad b. Qalāwn érigea pour amener l’eau du Nil à la forteresse et qui la dominent encore par endroits de leur immense construction. Dans sa géographie historique de l’Egypte, l’historien Maqrīzī leur consacre une longue notice qui reprend un fragment du livre perdu d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir (mort en 692/1292), Tamā‘im al-ḥamāim.

  • 34 Maqrīzī, II, p. 231. Une traduction en a été donnée par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, (...)

« Dans la citadelle, il y avait des colombiers destinés aux pigeons qui portent les billets. Suivant les dires d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir dans le livre des Amulettes des pigeons, leur nombre s’élevait à 1 900 jusqu’à la fin de ğumādā II l’année 687. Il y avait également plusieurs chefs, dont chacun dirigeait un secteur déterminé. Les oiseaux mentionnés sont toujours dans les colombiers de la citadelle, à l’exception d’un groupe qui était dans un colombier de Barqiyya hors du Caire, connu sous le nom de colombier du Fayyoum. Établi par l’émir Faḫr al-Dīn ‘Utmān b. Qizil, le maître du palais (ustādār) de Malik Kāmil, le fils de Malik ‘Ādil Abu Bakr b. Ayyūb, il fut ainsi baptisé, car la province entière faisait partie des concessions (iqtā‘) d’Ibn Qizil. Les billets lui parvenaient du Fayyoum dans ce colombier et de là, il les y envoyait du Caire. Aussi il continua de garder ce nom.
« Chaque relais dans les différentes régions du royaume, en Égypte comme en Syrie, depuis Assouan jusqu’à l’Euphrate renfermait des pigeons. Aussi on ne pouvait dénombrer ceux qui se trouvaient dans les places frontières ou les routes de Syrie et d’Égypte. Les oiseaux étaient tous convoyés et transportés de la citadelle vers le restant des directions. Ils disposaient de mulets de charge des écuries du sultan. Les salaires des gardiens et le fourrage étaient versés par les greniers du sultan. Aussi la dépense s’élevait à des sommes qu’on ne pouvait dénombrer. La ration de grain assignée à chaque centaine d’oiseaux était d’un quart de wayba de féveroles par jour.
« Suivant la coutume, le billet n’était porté que par l’aile de l’oiseau ; ce pour plusieurs motifs, entre autres pour le protéger de la pluie et pour la force de l’aile. Puis il fut mis dans la queue.
« Suivant la coutume, si les billets étaient expédiés de la citadelle de la montagne vers Alexandrie, l’oiseau n’était lâché qu’à Munyat ‘Uqba à Guiza, le premier relais ; s’il l’était vers Šarqiyya, il n’était libéré que de l’oratoire de Tibr, hors du Caire ; vers Damiette, que dans la région de Baysūs. Les gardiens étaient accompagnés de gardes pour les conduire jusqu’à ces lieux. Telle était la coutume dans tout royaume : cheminer pour éloigner le lâcher du séjour des pigeons. Le but était de les empêcher de regagner de près leur colombier.
« Les oiseaux du sultan recevaient pour marques des empreintes au fer rouge aux pattes et sur le bec que les plaisantins appelaient “signe technique”. Quand le pigeon s’abattait avec un billet, il n’était coupé que par la main du sultan, sans autre intermédiaire. L’oiseau était objet de grands soins, si bien que s’il s’abattait pendant le repas du sultan, sans différer jusqu’à son achèvement, il déliait lui-même le billet et cessait de manger. De même, s’il dormait, on le réveillait sans différer. Ibn ‘Abd al- Ẓāhir a dit : “C’est ce que nous avons vu de nos rois. De même, dans les cortèges et les jeux de polo, car en un clin d’œil les affaires importantes passent sans pouvoir être rattrapées : arrivant, fuyard ou nouvelle des places frontières.”34 »

LE SOLDAT COLOMBOPHILE

  • 35 Sibṭ, VIII/I, p. 404.
  • 36 Nawādir, p. 170 ; passage traduit par Gabrieli, p. 247 ; Runciman, III, p. 50.

16Lors des sièges, les courriers ailés devenaient le seul moyen de communiquer avec le dehors. Cependant, les cités n’en élevaient pas toujours à ce dessein, malgré le spectre de la guerre qui planait au temps des croisades. Ainsi, le soldat d’Acre qui dressait les pigeons étonnait à l’origine par son étrange manie. Mais quand les croisés d’Occident vinrent en 586/1190 reprendre la ville récemment perdue, son étroit blocus le rendit vite indispensable, comme le révèle un précieux passage (dans les deux sens du terme) du styliste ‘Imād al-Dīn Iṣfahānī (mort en 597/1201), qui servait alors de secrétaire à Saladin, après avoir un moment prêté sa voix et son calame à Nūr al-Dīn. Sous le couvert de la mer et la complicité de la nuit, des nageurs hardis plongeaient dans les flots, puis remontaient à la surface entre les vaisseaux : ils délivraient aux assiégés les secours d’argent et les pigeons captifs qu’ils devaient libérer et emportaient ceux qu’un message allait ramener au port. Malgré les noyades des messagers des ombres dont la mer rapportait les dépouilles à la côte et leur capture comme des poissons par des filets cachés35 que l’ennemi ramenait dans les navires, les chemins secrets de la nuit ne furent pas abandonnés et les missions insolites suspendues. Les nageurs ne cessèrent d’exposer au péril leur courage : le dernier plongea dans la mer des ténèbres la veille du jour (17 ğumādā II 587/12 juillet 1191) où la ville fut arrachée à son maître éphémère, Saladin36. Mais il n’emportait pas de pigeons sur les flots pour une correspondance future : les convoiements marins avaient cessé, faute de messagers ailés.

  • 37 Je préfère à harādi, dont le sens m’échappe, la leçon d’un autre manuscrit que l’on retrouve dans (...)
  • 38 ‘Imad al-Dīn Iṣfahānī. 239-240/p. 211. Curieusement, le début du passage est absent de la traducti (...)

« Les nageurs savaient qu’ils gagnaient à nager. S’ils s’en tiraient, ils se mettaient à jubiler : aussi ils emportaient à la ceinture la solde des troupes, bravant la mort, malgré leur prudence. Ils partaient et revenaient avec lettres et pigeons ; la correspondance s’échangeait sur aile d’oiseau dans la langue convenue du secret des affaires. On confiait par écrit ce qu’on avait tu pour révéler des choses cachées et voilées.
« Un soldat s’était mis à faire tournoyer des pigeons sur sa tente et à les faire descendre là où il était descendu. Il leur fit un pigeonnier en bois avec des repères37 en roseaux et les entraîna à voler de loin. Pour les rassasier et les désaltérer, il apportait le meilleur grain et la plus douce eau. Aussi nous disions : “Quelle folie de l’inutile et quelle manie du futile !” Mais quand vint l’événement d’Acre, les pigeons devinrent profitables : ils étanchèrent sûrement la soif, portant librement des lettres explicites et apportant les clefs de l’inconnu par la bonne nouvelle annoncée.
« Nous nous mîmes à combler le maître des oiseaux d’éloges et lui adresser louanges et félicitations, lui ordonnant de multiplier (les pigeons) que nous lui demandions nuit et jour, si bien qu’ils manquèrent à force d’envois. Ils nous apprenaient l’évidence des faits. Nous savions que Dieu lui avait enseigné cette œuvre pie et lui avait révélé ce secret, connaissant bien ce à quoi les gens de l’islam étaient poussés. Aussi pour défendre le territoire sacré, Il les guida par la bonne direction des pigeons ; ils sont, en effet, dépositaires des secrets, garants des nouvelles, tenaces dans les campagnes, dignes des honneurs dus aux nobles, protégés parmi les oiseaux, hardis dans les dangers, libres de fautes, comptant au nombre des biens précieux et chéris comme l’élite.
« Les pigeons de la ville nous étaient portés par les nageurs et les nœuds des sacs sur eux déliés. On ne désavoue pas le nécessiteux de nager avec les bienfaits : son secours est de se prémunir contre l’égarement et de se dissimuler sous le voile des ténèbres. Le besoin porte à endurer le mal, la jeunesse pousse à se lancer dans le risque, la pauvreté invite à courir le danger. Certains nageurs échappèrent maintes fois à l’ennemi : aussi ils s’enhardirent et s’accoutumèrent à nager, alors que d’autres périrent pour la remise des dépôts.
Mais les survivants ne renoncèrent pas [à la nage] et ne dirent pas qu’ils subiraient ce que leurs compagnons avaient subi38. »

LES MESSAGERS DES VICTOIRES

17En 443/1052, le vizir fatimide Yāzūrī s’était retiré au sein de son palais du Caire, oppressé par l’inquiétude. Il attendait le messager céleste qui devait lui apporter des nouvelles des troupes parties soumettre la tribu bédouine des Banū Qurra en Basse-Égypte qui avait élevé sa rébellion contre le calife. Il avait confié aux gardiens du colombier le soin de scruter l’horizon et de lui porter l’oiseau, dès son retour. Comme il traversait le jardin pour aller se purifier par des ablutions et prier, il avisa un billet flottant sur l’eau d’une rigole. Il le cueillit pour en tirer augure : il portait un fragment de dépêche expédiée par un commandant à Ḥākim qui lui avait confié l’armée. Elle annonçait la défaite d’Abū Rakwa, l’émir omeyyade chassé d’Andalus qui s’était présenté comme anticalife et dont la sédition avait troublé le califat deux ans durant. Elle était datée du jour et de l’heure même de la découverte, mais suivant l’usage des messages transmis par la voie des airs, l’année était omise. Au fait, la victoire était ancienne : elle remontait à 396/1006. Cette trouvaille imprévue prédit un événement heureux : la débâcle de la tribu dont la révolte n’était qu’un trouble passager. Elle fut confirmée par l’oiseau revenu, sitôt le vizir sorti de sa prière. Il prit le chemin du palais pour y conter l’apparition miraculeuse du billet sur l’onde du jardin. Ce singulier hasard confondit le calife Mustanṣir : deux victoires fatimides étaient tombées le même jour, la même heure, mais à quarante-sept années lunaires de distance ; de plus, la nouvelle était venue du fond du ciel. Le récit suivant est tiré de la chronique que l’historien Maqrizī a consacrée aux Fatimides, Itti‘āz al-ḥunafā’ qui l’a emprunté à des annales du temps, maintenant perdues, dont il ne révèle pas le titre ni le nom de l’auteur.

  • 39 Périphrase qui désigne le calife fatimide.
  • 40 Maqrīzī, II, p. 220-221. Un récit légèrement plus bref, mais plus ancien, figure dans Ibn al-Ṣayra (...)

« Lorsque l’armée voulut partir de Guiza sous la conduite de Nāṣir al-Dawla, Yāzūri établit à leur rencontre le cinquième jour de šawwāl un messager qui l’en informerait et lui confia maints pigeons pour l’instruire de ce qui arrivait au jour le jour.
« Lorsque vint ce jour qui était celui du jeudi, il s’assit dans son palais. Son angoisse s’accrut et son inquiétude augmenta au sujet de l’armée. Il s’esquiva, rongé par son secret et s’assit pour attendre l’oiseau. Il demeura ainsi jusqu’à la cinquième heure de la journée. Il se leva alors pour renouveler ses ablutions et traversa le jardin où l’onde avait été libérée dans les rigoles. Ayant vu une feuille passer à la surface de l’eau, il la prit pour en tirer un bon présage : il y trouva le début d’une lettre parvenue du commandant Fadl à Ḥākim bi-amr Allāh, dont le haut et l’adresse étaient partis, mais dont le commencement subsistait : “Écrit par le serviteur de notre maître l’imām Ḥākim bi-amr Allāh, commandeur des croyants du camp victorieux dans la cinquième heure de la journée du jeudi de sawwāl, alors que Dieu puissant et grand l’a fait vaincre l’ennemi de Dieu très haut et de la présence purifiée39, Abū Rakwa le maudit qui compte parmi les captifs pris. Dieu soit loué, Seigneur des mondes !” Ayant lu cela, il s’agenouilla pour remercier Dieu très haut, émerveillé par la coïncidence du jour, du quantième de šawwāl et de l’annonce de la victoire. Puis il se prépara à la prière. A peine achevée, l’oiseau tomba : les Banū Qurra étaient battus et défaits. Dieu lui avait accordé la faveur d’une victoire sur eux ! Il prit alors lettre et pigeon pour se rendre à cheval au Palais. Il entra auprès de Mustanṣir et lui montra la lettre qui le réjouit. Puis lui faisant voir l’oiseau, il lui dit : “Ceci est encore plus merveilleux, ô commandeur des croyants !” Il conta alors le récit [de la feuille retrouvée] au calife qui s’émerveilla de la coïncidence40. »

FORME DU BILLET

18Les multiples collections de papyrus disséminées dans le monde ne renferment aucune dépêche transmise par un messager du ciel que la terre aurait par bonheur rendue. Aussi leur forme n’est-elle connue que par les descriptions de quelques auteurs attachés à la chancellerie mamelouke. L’historien Ibn ‘Abd al-Ẓāhir (mort en 692/1292) leur consacre un passage de ses Amulettes des pigeons, que devait reprendre Maqrīzī, dans sa monographie de géographie historique.

  • 41 Fragment du Coran (III, 167/173) qui couramment clôt les documents mamelouks.
  • 42 Maqrizī, II, p. 231 -232. Une version légèrement différente est reprise dans Suyūṭī, II, p. 314.

« Les billets doivent être rédigés sur le papier dit “papier d’oiseau”. J’ai vu que les Anciens n’écrivaient pas au début d’invocation à la divinité. Ils sont datés de l’heure et du jour, sans l’année. Mais moi, je les date de l’année. On ne s’étend pas sur les qualificatifs du destinataire, comme on fuit les termes superflus pour ne rédiger que la moelle et la crème des mots. Il faut écrire que “l’oiseau et son compagnon ont été lâchés” : aussi, si l’un s’attarde, son retour sera épié ou recherché. Dépourvus de marge et de pompe, les billets sont clos par la formule “Dieu me suffit ! quel excellent protecteur !41” L’adresse n’est mise que si le billet doit être transmis, comme envoyé de loin au sultan. On lui donne alors une forme brève, afin que nul n’ouvre le pli. Tout gouverneur qui le reçoit écrit au dos qu’il lui est parvenu et qu’il l’a transmis, afin qu’il parvienne scellé à destination42. »

19Dans la seconde moitié du viiie/xive siècle, un dignitaire de l’État, Ibn Nāẓir al-Ğayš, qui travailla près de trois décennies dans la chancellerie d’Égypte, s’est étendu sur la forme des dépêches expédiées par la voie des airs : elles avaient profondément changé et même perdu leur laconisme primitif pour s’imprégner de l’écriture ampoulée alors au goût du jour.

  • 43 A savoir le paraphe du sultan.
  • 44 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124-125. Ce passage est repris par Qalqašandī, VII, p. 234-235.

Sur les exemplaires des feuilles des billets :
« Les billets se divisent en deux catégories : avec noble paraphe43 et sans paraphe.
« Dans les premiers, le noble paraphe couvre environ deux tiers de ligne des feuilles des billets. Leur forme est la suivante : on écrit en tête de la feuille mentionnée, dans le juste milieu, le noble nom, et au-dessous, tout près sans blanc, une ligne complète de la droite de la feuille sans marge ce qui sera mentionné plus loin. Puis, après avoir laissé pour la “maison du paraphe” l’espace de quatre doigts pliés, on écrit la suite du texte en lignes rapprochées conformément à la première et sans marge du début jusqu’à la fin. « Ce qu’on écrit à la droite de la feuille : “Dieu qui dirige ! On a lâché l’oiseau béni et son compagnon – que Dieu très haut les dirige ! à telle heure, tel jour de tel mois de telle année vers sa seigneurie généreuse ou élevée l’émir un tel, ou vers tel gouverneur de tel lieu, pour l’informer que l’affaire est la suivante : notre commandement qui lui est adressé est qu’il ordonne ceci et cela. Qu’il sache cela et fasse fond sur lui. Dieu assiste par Sa bonté et Sa générosité, si Dieu très haut le veut ! Dieu me suffit ! Quel excellent protecteur !” Mais on n’écrit pas : “Suivant le noble commandement.”
« Si les billets sont dépourvus de paraphe, on écrit en tête de feuille au milieu à l’emplacement du noble nom : “Dieu qui dirige par Sa générosité !” ; puis en lignes rapprochées de la droite de la feuille, sans laisser de marge ni d’espace pour la “maison du paraphe” : “Le commandement du noble ordre élevé du maître le sultan royal un tel – que Dieu très haut l’élève et l’anoblisse ! est qu’on lâche cet oiseau béni et son compagnon – que Dieu les dirige ! à telle date”, et on complète conformément à ce qui a été mentionné précédemment. “Dieu qui assiste ! Suivant le noble commandement, si Dieu très haut le veut ! Dieu nous suffit, quel excellent protecteur !”
« Si l’affaire exige que le billet soit transporté de ce lieu vers un autre, comme de Bilbays à Qaṭyā, on écrit après la mention du commandement : “Qu’il ordonne de transporter ce billet vers un tel pour qu’il fasse fond de son contenu et s’y conforme.” S’il doit être transporté vers un troisième lieu, on écrit après cela : “Puis qu’il soit transporté vers un tel pour qu’il fasse également fond de son contenu et se conforme à ses exigences. Qu’il sache cela et fasse fond sur lui !” La fin est conforme à ce que nous avons exposé44. »

DES BILLETS ROUGES DE SANG

  • 45 Ibn al-Aṯīr, X, p. 197/p. 502-503 ; Nuwayri, XXIV, p. 382 ; Idris, I, p. 283.
  • 46 Ibn al-Aṯīr, X, p. 198/p. 503 ; Nuwayri, XXIV, p. 382 ; Idris, I, p. 284.

20Les seules dépêches écrites en lettres de sang émanaient du comte de Sicile, Roger Ier. Attachées à des pigeons découverts dans des paniers parmi le gros butin tiré en 461/1068 de la bataille de Misilmeri, elles portèrent la désolation dans les murs de Palerme où les lamentations retentirent : ainsi les habitants apprirent la victoire normande sur Ayyūb, que son père, le souverain ziride Tamīm b. Mu‘izz, leur avait envoyé en 455/1063, à la tête d’une armée45 et qui devait repasser les eaux pour retrouver l’Afrique l’année même de la défaite46. Mais la ville ne fut prise qu’en 1072, après des mois de siège et de famine, et l’île entièrement soumise qu’en 484/1091, après la capitulation de la dernière cité musulmane, Noto. Comparée à la conquête aglabide qui mit 75 années solaires (827-902) ou deux de plus en années musulmanes composées de lunes plus brèves (212-289) pour arracher la Sicile, morceau par morceau, des mains de Byzance, la conquête normande fut relativement rapide : elle ne prit que trente ans (1060-1091) pour enlever l’île à ses maîtres musulmans, malgré les guerres suspendues qui l’avaient retardée.

  • 47 Malaterra, p. 50, trad. Henri Bresc.

21Le récit des lugubres messagers qui portèrent à Palerme la sinistre nouvelle n’est rapporté que par Malaterra. Il omet cependant d’indiquer si le sang provenait des guerriers tombés sur le champ de bataille ou de bêtes égorgées. « Le comte, ayant trouvé des paniers semblables dans le reste du butin, libère les oiseaux avec des lettres écrites de sang et envoie aux Palermitains la nouvelle de leur triste fortune. La ville tout entière en est ébranlée ; les voix pleines de larmes des enfants et des femmes s’élèvent dans l’air jusqu’au ciel. C’est la joie qui naît chez les nôtres, la tristesse chez eux47. »

Notes

1 Ğāḥiẓ, III, p. 274-275.

2 Idem, III, p. 278-279.

3 Idem, III, p. 223.

4 Idem, III, p. 278-279.

5 ‘Ariš, sur la Méditerranée.

6 Schiltberger, p. 68-69.

7 Trad. R. de Fenoyl, I, p. 86.

8 Suivant Chesneau, p. 18, qui l’avait vu quelques années plus tôt.

9 Garde.

10 Trad. d’Étienne Carneau et François Le Comte, I, p. 415-417.

11 Suivant Niebuhr, II, p. 196.

12 Suivant la formule d’Isidore de Séville, Loutchitskaja, p. 105-106.

13 Foucher de Chartres, p. 776, parle effectivement de lettres liées au-dessus du croupion.

14 La citation de la Bible à laquelle l’auteur fait référence provient de l’Évangile, Luc 16, 8.

15 Arnold de Lübeck, p. 206-207, trad. Ségolène Demougin.

16 Frescobaldi, p. 52.

17 Ceux qu’ils avaient commencé d’appâter.

18 Aussitôt.

19 Castela, p. 190-191.

20 P. 330.

21 P. 121.

22 P. 66, 67.

23 P. 275.

24 Arvieux, V, p. 496.

25 II, p. 196.

26 Le terme chartulis désigne plutôt le parchemin que le papier. Mais les billets devaient être tracés sur le second support alors commun en terre d’Islam.

27 Malaterra, p. 50, trad. Henri Bresc.

28 Trad. d’Etienne Carneau et François Le Comte, IV, p. 316-317.

29 ‘Umari, p. 257 ; Qalqašandī, XIV, p. 390.

30 Sanā, p. 62 ; Ibn al-Aṯīr, XI, p. 375 ; RHC, Or., I, p. 585-586 ; Bāhir, p. 159 ; Atabecs, p. 289 ; Abu Šāma2, 1, p. 251 ; Abū l-Fidā, III, p. 52 ; Sulūk, I/I, p. 50 ; Suyūṭī, II, p. 313.

31 ‘Umarī, loc. cit. ; repris par Qalqasandi, loc. cit. ; Ẓāhirī, p. 117.

32 Abū Šāma2, 1, p. 520-521. Une traduction partielle figure dans RHC, Or., II/II, p. 289.

33 Fabri, II, p. 488, qui attribue faussement l’aqueduc à Saladin.

34 Maqrīzī, II, p. 231. Une traduction en a été donnée par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118-119 n. ; reprise par Casanova, p. 596-597.

35 Sibṭ, VIII/I, p. 404.

36 Nawādir, p. 170 ; passage traduit par Gabrieli, p. 247 ; Runciman, III, p. 50.

37 Je préfère à harādi, dont le sens m’échappe, la leçon d’un autre manuscrit que l’on retrouve dans Abū Šāma1, II, p. 152 : hawādi.

38 ‘Imad al-Dīn Iṣfahānī. 239-240/p. 211. Curieusement, le début du passage est absent de la traduction d’Henri Massé. Fragment abrégé par Abu Sàma1, II, p. 152 ; RHC, Or., IV, p. 442.

39 Périphrase qui désigne le calife fatimide.

40 Maqrīzī, II, p. 220-221. Un récit légèrement plus bref, mais plus ancien, figure dans Ibn al-Ṣayrafī, p. 42-43.

41 Fragment du Coran (III, 167/173) qui couramment clôt les documents mamelouks.

42 Maqrizī, II, p. 231 -232. Une version légèrement différente est reprise dans Suyūṭī, II, p. 314.

43 A savoir le paraphe du sultan.

44 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124-125. Ce passage est repris par Qalqašandī, VII, p. 234-235.

45 Ibn al-Aṯīr, X, p. 197/p. 502-503 ; Nuwayri, XXIV, p. 382 ; Idris, I, p. 283.

46 Ibn al-Aṯīr, X, p. 198/p. 503 ; Nuwayri, XXIV, p. 382 ; Idris, I, p. 284.

47 Malaterra, p. 50, trad. Henri Bresc.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search