Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

L’Irak, nouvel espace de déploiement de la puissance turque

Julien Cécillon

Texte intégral

  • 2 En Turquie, 17 % de la population serait kurde, soit environ 13 millions de personnes, vivant en g (...)
  • 3 D. McDowall, A Modern History of the Kurds, Londres, I.B. Tauris, 1996, p. 190.
  • 4 En août 2002, le ministre turc de la Défense Sabahattin Cakmakoğlu déclarait par exemple que le No (...)

1Dans l’imaginaire politique turc, l’Irak évoque plusieurs dilemmes : sécuritaires, identitaires ou territoriaux, qui forment un continuum à la fois traumatisant et familier. La frontière turco-irakienne elle-même renvoie à un certain flou conceptuel : la commune présence de Kurdes de part et d’autre de la frontière2 entretient en partie l’idée d’une continuité territoriale entre la Turquie et l’Irak, mythe également ancré au cœur de l’histoire nationale turque. Au moment de la création de la Turquie moderne en 1923, Ankara revendiquait en effet l’ancienne province (vilayet) de Mossoul3 ; en dépit de l’accord turco-britannique de 1926 par lequel Ankara abandonna ses revendications, certains en Turquie considèrent toujours le Nord de l’Irak comme un territoire perdu4.

  • 5 Voir la note 10 en page 154 de cet ouvrage.

2La question kurde joue comme un filtre essentiel dans la vision turque de l’Irak. Enjeu fondamental car perçu comme menaçant directement la construction nationale et l’intégrité territoriale turque, le dossier kurde en Turquie se résume depuis trois décennies à la lutte sans merci menée contre la guérilla nationaliste du Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK). On estime que le conflit qui oppose l’armée au PKK, d’abord en Turquie, puis dans le Nord de l’Irak, a fait à ce jour près de 40 000 victimes. Sur fond de « syndrome de Sèvres5 », les activités du PKK font craindre aujourd’hui l’émergence d’un front commun entre Kurdes turcs et irakiens, qui lutteraient ensemble pour un État indépendant amputant territorialement la Turquie. Certains considèrent en outre ce scénario comme plus plausible depuis l’autonomisation progressive de la région du Kurdistan irakien, dans le sillage des guerres en Irak, en 1991 et 2003.

3Mais la difficulté ne s’arrête pas au Nord de l’Irak. La relation d’Ankara avec Bagdad est aussi traditionnellement compliquée. La construction de barrages sur le Tigre et l’Euphrate dans le Sud-Est turc à partir des années 1970 alimente une tension latente entre les autorités turques et irakiennes, ces deux fleuves constituant la principale source d’approvisionnement en eau de la région. Du point de vue politique, depuis la seconde guerre du Golfe en 1991 jusqu’à l’invasion américaine de 2003, en passant par la période des sanctions contre l’Irak dans les années 1990, la Turquie a systématiquement été associée à la stratégie américaine de containment du régime de Saddam Hussein ; la guerre de 2003 aura donné aux Turcs l’occasion de se distancier des Américains, pour défendre plus subtilement leurs intérêts en Irak.

4La scène irakienne est donc généralement perçue depuis la Turquie comme le lieu de tous les dangers, et plus rarement comme un espace possible de déploiement d’influence. L’approche turque de l’Irak relève avant tout d’une logique sécuritaire. Les Kurdes sont la priorité d’Ankara, car tout développement dans le Nord de l’Irak a des effets sur la question kurde en Turquie. Ce handicap pose en même temps la Turquie en intervenant presque naturel dans le contexte irakien. Le premier objectif est l’éradication du PKK ; il s’agit ensuite d’empêcher le Kurdistan irakien, déjà autonome, de devenir indépendant, en préservant un État central irakien fort dans ses frontières actuelles. Le maintien de Kirkouk dans le giron de Bagdad est aussi essentiel : le contrôle de cette enclave située dans le Nord de l’Irak, et qui recèle 13 % des réserves pétrolières irakiennes prouvées, donnerait en effet aux Kurdes irakiens les moyens financiers de l’indépendance. Enfin, l’Irak est un vaste champ d’opportunités économiques et énergétiques où la Turquie se veut très active. Le commerce local était déjà florissant pendant la guerre Iran-Irak, Ankara étant resté neutre dans le conflit. Les échanges ont repris entre 1991 et 2003, et se développent massivement depuis le début de la transition post-Saddam Hussein.

5La Turquie a adopté des stratégies successives pour concilier ces différents intérêts. Mais l’invasion américaine de l’Irak en 2003 a fondamentalement changé la donne et poussé Ankara à revoir ses positions. L’émergence d’un Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) quasi autonome dans le Nord de l’Irak et le regain d’activité du PKK créaient en effet une situation particulièrement critique. Contrainte de reconsidérer rapidement les bases de sa politique irakienne, la Turquie a su recomposer à son avantage les différents éléments du puzzle. Le point de départ de la nouvelle approche turque repose sur la normalisation de ses rapports avec le Kurdistan irakien. La détente ainsi acquise à permis d’intégrer pleinement la Turquie dans le jeu politique en Irak, où elle occupe désormais un rôle de premier plan, au même titre que l’Iran ou les États-Unis. Ce repositionnement entraîne des conséquences régionales inédites. La scène irakienne constitue désormais un tremplin pour Ankara, à partir duquel prennent forme ses ambitions de puissance retrouvées au Moyen-Orient.

Le Kurdistan irakien : ancienne menace, nouveau terrain d’action

6Longtemps confronté à des États qui niaient jusqu’à son existence, le peuple kurde connaît aujourd’hui un moment historique avec l’autonomisation du Kurdistan irakien et la mise en place du GRK. L’acceptation par Ankara de cette évolution est également un tournant majeur pour la politique étrangère turque.

Un retournement diplomatique progressif

  • 6 Dès 1983, les deux pays signaient un accord de sécurité et de coopération permettant à l’armée tur (...)
  • 7 Voir B. Park, Turkey’s Policy Towards Northern Iraq : Problems and Perspectives, Londres, Internat (...)

7Dans les années 1990, la Turquie adopte plusieurs tactiques successives par rapport au Kurdistan irakien, sans jamais accepter son autonomisation. À la suite de la guerre de 1991, sous la présidence de Turgut Özal (1989-1993), Ankara entreprend d’abord de se rapprocher des deux partis politiques dominant sur la scène kurde irakienne, le PDK (Partîya Demokrata Kurdistan – Parti démocratique du Kurdistan) et l’UPK (Yeketî Nishtîmanî Kurdistan – Union patriotique du Kurdistan), pour tenter de les détourner du PKK. Face à l’essor de ce dernier, Ankara se tourne ensuite vers Bagdad, avec qui elle avait l’habitude de traiter avant 19916. Vers le milieu des années 1990, alors que les forces politiques kurdes se déchirent dans le Nord de l’Irak, Ankara opte pour des bombardements et envoie environ 10 000 hommes sur place pour y combattre le PKK7. Cette présence sur le terrain lui permet de nouer des alliances de circonstances avec Bagdad ou le PDK, contre l’UPK et le PKK, mais surtout de prévenir toute velléité kurde d’indépendance.

  • 8 De nombreux Kurdes avaient été expulsés de Kirkouk lors de la campagne d’« arabisation » menée par (...)

8En mars 2003, l’opposition du Parlement turc au déploiement des forces terrestres américaines en Irak via le territoire turc remet en cause cette approche. S’étant de facto exclue des opérations, Ankara a vu à partir de ce moment ses « lignes rouges » irakiennes être franchies une à une. En avril, les peshmergas (combattants) kurdes sont entrés dans Kirkouk avant les Américains ; près de 100 000 Kurdes reviennent alors dans une ville qui avait été largement arabisée sous Saddam Hussein8. La Constitution irakienne de 2005 a ensuite fait de l’Irak un État fédéral et institutionnalisé le GRK. Pis, en 2004, profitant de l’instabilité générale, le PKK a mis fin à la trêve décrétée en 1999 après l’arrestation et l’incarcération en Turquie de son leader Abdullah Öcalan. Les attaques quasi quotidiennes perpétrées par la guérilla kurde en Turquie ont de nouveau créé un climat d’extrême tension.

  • 9 Voir P. Robins, « Confusion at Home, Confusion Abroad : Turkey Between Copenhagen and Iraq », Inte (...)

9Le vote du Parlement turc contre le passage de troupes américaines vers l’Irak constitue alors le point de départ d’un nouveau rapport turco-irakien. Ce vote historique n’est pas le résultat d’un choix clair et tranché. Traditionnellement perçue comme proaméricaine, l’armée turque n’est pas intervenue ici de façon décisive. Le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan soutenait les plans américains, mais la résolution présentée au Parlement a été in fine rejetée par la majorité des parlementaires du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP, au pouvoir depuis 2002), qui ont voté contre la volonté de leur propre gouvernement9.

  • 10 Voir « US Frees Turkish Soldiers, but the Relations Remain Strained », The New York Times, 7 juill (...)

10Cette péripétie a suscité hostilité et déception aux États-Unis, particulièrement dans les cercles militaro-sécuritaires de Washington, traditionnellement acquis à la cause de la Turquie et désormais décidés à marginaliser Ankara sur la scène irakienne. Les Turcs accusent quant à eux à cette époque les États-Unis de laisser le PKK opérer dans le Nord de l’Irak, voire de le soutenir. La Turquie n’hésite donc pas à envoyer des hommes sur place pour prendre ses intérêts en main, provoquant de nouvelles tensions avec Washington. En juillet 2003, l’arrestation par des soldats américains de 11 membres des forces spéciales turques, soupçonnés d’avoir tenté d’assassiner le gouverneur kurde de Mossoul, marque un des moments les plus houleux de l’histoire récente des relations turco-américaines10. La tension ne commence à s’apaiser que des années plus tard, après une réunion décisive le 5 novembre 2007 entre le président américain George W. Bush et Recep Tayyip Erdoğan. Face à l’instabilité ambiante en Irak, le rôle d’Ankara est devenu vital pour les États-Unis, désormais décidés à faire un geste pour les Turcs. La Turquie obtient alors le feu vert de l’administration américaine pour mener des bombardements ciblés sur les camps du PKK au Nord de l’Irak. Washington fournit même des renseignements sur les positions des rebelles, permettant des frappes turques plus précises, qui s’étalent de novembre 2007 à février 2008. Les autorités kurdistanaises, modérées par Washington, tempèrent leur réaction ; Ankara envisage symétriquement de reconsidérer son attitude face au GRK.

  • 11 Voir M. Ataman, « Özal Leadership and Restructuring of Turkish Ethnic Policy in the 1980s », Middl (...)
  • 12 Voir H. J. Barkey, Turkey’s New Engagement in Iraq : Embracing Iraqi Kurdistan, Washington, DC, Un (...)

11Pour la Turquie, renouer avec les autorités du Kurdistan irakien est à cette époque devenu acceptable, et même nécessaire pour pouvoir lutter efficacement contre le PKK. Il s’agit en quelque sorte d’un retour à la stratégie initiale d’Özal, combinant rapprochement avec les forces politiques kurdes irakiennes et ouverture vis-à-vis de la minorité kurde de Turquie11. Selon Henri Barkey, depuis 2007, un consensus inédit prévaut sur cette question entre le gouvernement, certaines personnalités clés du ministère turc des Affaires étrangères, les services de renseignements turcs et même le chef d’état-major12.

12Depuis le départ de Saddam Hussein, les Kurdes irakiens ont renforcé leur poids politique bien au-delà du GRK, jusqu’à Bagdad. Le bloc kurde PDK/UPK a obtenu près de 26 % des voix aux élections législatives de 2005, devenant la deuxième force politique d’Irak. Véritables faiseurs de coalitions, les Kurdes ont su négocier des postes clés au niveau national. Jalal Talabani, leader historique de l’UPK, est depuis 2005 président de la République et Hoshyar Zebari, ancien porte-parole du PDK, ministre des Affaires étrangères. En 2005, c’est aussi le faible score des partis turkmènes – la minorité turcophone irakienne sur laquelle Ankara misait pour contrer les ambitions kurdes – qui a scellé l’inévitable rapprochement avec le GRK. Après plusieurs visites officielles bilatérales, dont celle de Jalal Talabani en Turquie en mars 2008 et d’Erdoğan en Irak en juillet de la même année, la Turquie a progressivement reconnu l’existence du GRK. Un consulat turc a ouvert ses portes à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, en mars 2010, et Massoud Barzani, président du GRK et leader du PDK, s’est rendu en visite officielle en Turquie en juin de la même année. En mars 2011, Erdoğan s’est également rendu à Erbil, une première dans l’histoire pour un Premier ministre turc.

  • 13 L’« autodétermination » est certes parfois évoquée par la classe politique kurde irakienne, mais l (...)
  • 14 D. Romano, « Turkish and Iraqi Kurdish Rapprochement Ominous for PKK », Terrorism Focus, vol. 5, n(...)
  • 15 Comme Barzani le déclarait lui-même en 2008 : « Le temps où les Kurdes se battaient les uns contre (...)

13De façon symétrique, le dialogue avec la Turquie est également devenu une nécessité pour le GRK. La Turquie est en effet la seule véritable fenêtre vers l’extérieur et surtout vers l’Occident, pour un pouvoir kurde cerné géographiquement par la Syrie à l’ouest, les régions sunnites irakiennes au sud et l’Iran à l’est. Après tout, la Turquie est membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et reste l’alliée des États-Unis. Erbil et Ankara se rejoignent en outre sur une conception laïque de l’Irak. La seule véritable difficulté, non négligeable, qu’Erbil devait rencontrer dans ses relations avec la Turquie concerne le sort du PKK et plus généralement des Kurdes de Turquie. L’idéal pankurde apparaît cependant désormais comme une chimère un peu trop datée pour lui sacrifier la sécurité, la prospérité, voire l’avenir politique du Kurdistan irakien13. Finalement, la présence du PKK sur son territoire est en un sens devenue un atout pour le GRK : Ankara ne peut pas faire l’impasse sur Erbil. Conséquence de cette convergence officielle turco-kurde, les approvisionnements du PKK au Kurdistan irakien ont été partiellement bloqués, ses partis/vitrines politiques fermés et sa capacité de mouvement limitée14. En revanche, le GRK s’est jusqu’à présent refusé à s’attaquer directement aux camps de l’organisation, dans la région des monts Kandil15.

Les implications en Turquie des relations avec le GRK

  • 16 Voir D. Schmid, La République : visions franco-turques. Interview avec Baskın Oran, Paris, Ifri, m (...)

14L’expérience du GRK, qui constitue la forme la plus avancée de l’autonomisation administrative pour une population kurde, est très suivie en Turquie, où vit la plus grande communauté kurde du Moyen-Orient. Baskın Oran note qu’avec le Kurdistan irakien, les Kurdes de Turquie « ont entrevu la possibilité d’une alternative16 ». Les contacts entre les Kurdes de Turquie et ceux d’Irak sont fréquents, comme en témoigne l’ouverture à Erbil en juillet 2010 d’un bureau du BDP (Barı Şve Demokrasi Partisi – Parti pour la paix et la démocratie), le parti prokurde en Turquie. Ainsi, quand Ankara se rapproche du GRK, des retombées positives peuvent être espérées en Turquie même pour la gestion de la question kurde. L’AKP a forgé en partie ses victoires électorales depuis 2002 sur sa capacité à capter l’électorat kurde aux dépens des partis kurdes traditionnels. Les quelques avancées symboliques obtenues ces dernières années par les Kurdes de Turquie (lancement d’une télévision nationale diffusant en kurde, décision de créer des départements de langue kurde à l’université, etc.) avaient pour but de fidéliser cet électorat kurde et marginaliser dans le même temps le PKK. Les liens économiques aujourd’hui tissés avec le Kurdistan irakien contribuent aussi au développement économique des régions défavorisées du Sud-Est turc, affaiblissant l’une des racines de la rébellion kurde de Turquie.

  • 17 En octobre 2009, le gouvernement turc propose une sorte de « paix des braves », offrant à des comb (...)
  • 18 A. Hasanoğlu, « Turkish, Kurdish Resound in State Minister’s Arbil Speech », Today’s Zaman, 15 avr (...)

15Les dirigeants du GRK ont soutenu les initiatives politiques de l’AKP sur la question kurde, notamment la fameuse « ouverture kurde » qui a fait long feu17. Chaque déclaration d’un Barzani ou d’un Talabani condamnant la violence armée constitue aujourd’hui une aubaine pour Ankara, car elle décrédibilise un peu plus la stratégie nationaliste kurde en Turquie. Signe des temps, les ministres de l’AKP n’hésitent plus en retour à prononcer quelques mots en kurde lorsqu’ils visitent des villes du GRK, espérant par là même se rendre sympathiques à une audience kurde à la fois en Irak et en Turquie18.

Les corollaires du rapprochement : économie et influence

  • 19 S. Kalkan, The Transformative Power of the Turkish Private Sector in Iraqi Kurdistan, TEPAV, mars (...)
  • 20 « Turkey Starts Study on Iraq Gas Pipeline », Hürriyet Daily News, 30 janvier 2008.
  • 21 Voir H. Gülerce, « Turkish Schools in Northern Iraq », Today’s Zaman, 15 novembre 2007.

16Cette proximité nouvelle entre Ankara et le GRK a également permis à la Turquie de s’imposer comme un acteur économique très puissant sur place. En quelques années, elle est devenue le premier partenaire commercial du GRK et le premier investisseur dans la région. L’essentiel des quelque 6 milliards de dollars d’exportations turques vers l’Irak en 2010 cible le Kurdistan irakien19. Ce sont des compagnies turques qui ont construit les aéroports des deux plus grandes villes du GRK, Erbil et Souleimaniye ; deux compagnies aériennes turques, Turkish Airlines et Atlas Jet, assurent des vols réguliers entre Erbil et Istanbul. L’énergie est évidemment au centre des échanges. De nombreuses compagnies turques sont sur les rangs pour exploiter les ressources énergétiques du GRK, pétrole ou gaz20. Un quart de la production irakienne de pétrole transite par le pipeline installé entre Kirkouk et le port turc méditerranéen de Ceyhan. La Turquie est aussi présente à travers le réseau éducatif de Fethullah Gülen, qui a pris pied dans le Nord de l’Irak en 1993 et ouvert de nombreuses écoles depuis 2003, et même une université à Souleimaniye21.

17L’interdépendance économique croissante entre Ankara et Erbil a des effets politiques importants. Pour Ankara, plus les échanges se développent, plus l’hypothèse d’une confrontation ouverte – dont l’efficacité n’a d’ailleurs jamais été prouvée, ni pour éliminer le PKK, ni pour empêcher l’autonomisation de la région – s’éloigne. Pour le GRK les échanges avec la Turquie sont vitaux, d’où la nomination de Sinan Chalabi, un Kurde ayant la double nationalité turque et irakienne, comme ministre du Commerce et de l’Industrie.

18Pour Ankara, ce rapprochement entraîne d’autres retombées diplomatiques positives – à commencer par un renforcement de l’influence turque à Bagdad.

La Turquie, acteur politique en Irak. Les bases de la présence turque à l’échelle nationale

  • 22 K. Yıldırım, « Turkish PM Visits Iraq », The Journal of Turkish Weekly, 11 juillet 2008.

19Au-delà du GRK, la Turquie a en effet largement investi le terrain irakien dans son ensemble. Elle dispose aujourd’hui de trois consulats, à Mossoul, Erbil et Bassorah, en plus de son ambassade à Bagdad. Les trois dernières visites d’Erdoğan dans le pays (en 2008, 2009 et 2011) ont permis de poser les fondements d’un cadre de coopération bilatéral solide, avec la création d’un Conseil de coopération stratégique, qui réunit trois fois par an les ministres des Affaires étrangères, de l’Énergie, de l’Intérieur et du Commerce, et deux fois par an les Premiers ministres22. En 2009, 48 accords de coopération portant sur la sécurité, l’eau ou encore les échanges énergétiques ont été signés.

  • 23 M. Babacan, « Whither an Axis Shift : A Perspective from Turkey’s Foreign Trade », Insight Turkey,(...)
  • 24 « Iraqi Oil Reserves Estimated at 143B Barrels », CNN World, 4 octobre 2010 et « Iraq Signs Gas De (...)
  • 25 Sur les stratégies énergétiques turques au Moyen-Orient, voir la contribution de Rémi Bourgeot dan (...)

20L’explosion des échanges économiques constitue la base de la nouvelle présence turque dans le pays. L’Irak est devenu en 2011 le cinquième partenaire commercial de la Turquie23. À Bassorah, l’hôtel Sheraton, le Palais des Congrès et le stade de la ville ont été construits par des compagnies turques ; un consortium turc est même impliqué dans un projet de rénovation du quartier chiite de Sadr City à Bagdad. Les autorités des deux pays sont en phase sur les priorités de développement : le pétrole est central pour leur avenir économique. D’après les experts, l’Irak abrite la deuxième réserve mondiale de pétrole après l’Arabie Saoudite, et la cinquième réserve de gaz de la région24. Dépourvue de ressources énergétiques, la Turquie est un consommateur important et un lieu de transit idéal dans l’optique d’un acheminement du pétrole irakien vers l’Europe, notamment via le projet Nabucco25.

  • 26 M. Gordon, « Meddling Neighbors Undercut Iraq Stability », The New York Times, 5 décembre 2010.

21Forte de son poids économique, la Turquie se fait aussi entendre sur la scène politique irakienne. Elle s’est ainsi beaucoup impliquée dans les négociations pour la formation d’un gouvernement après les élections de mars 2010. Les deux atouts essentiels de la stratégie d’entrisme turc en Irak sont la carte turkmène et la proximité avec les sunnites. Lors d’une rencontre avec le secrétaire d’État américain à la Défense Robert Gates, rendue publique par WikiLeaks, Jalal Talabani décrivait ainsi les canaux de l’influence turque : « Tous les voisins de l’Irak ont interféré [dans les négociations pour former le gouvernement], mais de manière différente : le Golfe et l’Arabie Saoudite avec de l’argent, l’Iran avec de l’argent et de l’influence politique et les Syriens par tous les moyens. Les Turcs sont polis dans leurs interférences, mais ils continuent d’essayer d’influencer la communauté turkmène et les sunnites à Mossoul26. » L’activisme des Turcs est d’autant plus notable qu’il est relativement bien admis par l’ensemble des acteurs politiques irakiens, y compris par les groupes pro-iraniens.

La traditionnelle carte turkmène

  • 27 I. Sirkeci, « Conflict and International Migration : Iraqi Turkmen in Turkey », XXV IUSSPP Interna (...)
  • 28 G. Jenkins, Turkey and Northern Iraq : An Overview, Washington, DC, Jamestown Foundation, 29 févri (...)

22Les Turkmènes d’Irak sont issus des descendants des soldats, fonctionnaires et marchands turcs restés sur place après la chute de l’Empire ottoman. Cette communauté compte vraisemblablement 500 000 âmes, même si certaines organisations turkmènes avancent des chiffres allant jusqu’à 3 millions27. C’est à partir des années 1990 que la Turquie a redécouvert l’existence des Turkmènes d’Irak et tenté de les coopter pour défendre ses priorités, au Kurdistan irakien surtout, et particulièrement à Kirkouk, où les Turkmènes sont le plus densément présents. Un Front turkmène irakien (FTI) a ainsi été créé en 1995 sous les auspices et avec l’aide financière d’Ankara. Ces dernières années, beaucoup d’articles et de travaux universitaires sont parus en Turquie concernant les Turkmènes, exagérant à la fois leur importance en Irak et leur lien avec la Turquie28. En réalité, divisés entre chiites et sunnites, parfois même kurdifiés, les Turkmènes irakiens n’ont pas complètement embrassé les ambitions d’Ankara, et leur poids reste marginal sur la scène politique irakienne : le FTI n’a récolté que 0,7 % des voix aux élections de 2005.

23La Turquie privilégie donc désormais des perspectives plus réalistes. Sans trop insister sur la communauté de destin qui lierait Turkmènes et Turcs, le gouvernement turc s’érige en défenseur de l’identité turkmène à Kirkouk. Il s’agit ici de mettre l’accent sur le caractère pluriethnique de la ville pour empêcher son rattachement au GRK.

Le pari Allaoui

24La Turquie est également proche des sunnites irakiens. Lors des élections législatives de 2010, Ankara a fait ouvertement part de sa préférence pour la liste menée par Iyad Allaoui, un chiite laïque et ancien Premier ministre par intérim (2004-2005). La liste du Mouvement national irakien (Al-Iraqiyya), qu’il dirigeait, rassemblait les principaux mouvements nationalistes sunnites irakiens et constituait la première force d’opposition à la liste chiite du Premier ministre en place, Nouri Al-Maliki.

  • 29 Feridun Sinirlioğlu, un diplomate turc, l’aurait même qualifié d’« incontrôlable ». Voir B. Yinanç (...)

25Outre la proximité culturelle qu’implique l’appartenance partagée à la communauté sunnite, l’intérêt d’Ankara pour Al-Iraqiyya dépasse les simples affinités religieuses, et se nourrit de calculs politiques complexes. La Turquie souhaite tout d’abord que le gouvernement installé à Bagdad soit le plus unitaire possible. Elle craint en effet que la chasse aux sorcières antibaasiste menée par Al-Maliki n’entraîne un retour de la violence, avec un possible effet de contagion sur le territoire turc. Or la liste Allaoui prône précisément la réintégration des sunnites dans le processus politique. En outre, la Turquie se méfie des tendances autoritaires d’Al-Maliki29.

26Al-Iraqiyya pouvait aussi servir à équilibrer les ambitions kurdes en rassemblant les sunnites dans les territoires disputés du Nord de l’Irak, principalement les provinces de Ninewa, Diyala et Kirkouk. Dans ces zones, les Kurdes, généralement majoritaires, cohabitent avec des sunnites et parfois des Turkmènes. La liste Al-Iraqiyya de la province de Kirkouk, qui réunissait Turkmènes et sunnites, a ainsi obtenu six sièges en 2010, devenant un obstacle aux ambitions du bloc kurde, qui compte lui aussi six députés. Signalons qu’Iyad Allaoui prône comme Ankara un statut spécial pour Kirkouk, avec maintien de l’autorité de Bagdad mais davantage d’autonomie et une répartition équitable du pouvoir entre les différents groupes ; Al-Maliki, au contraire, dont les soutiens chiites sont éloignés géographiquement du GRK, est plus enclin à faire des concessions aux Kurdes et a fini par accepter en 2010 la plupart des conditions posées par le bloc kurde en échange de son soutien. Parmi ces conditions figurent notamment le droit pour le GRK d’exploiter ses propres ressources énergétiques et l’application de l’article 140 de la Constitution, qui prévoit entre autres la mise en place d’un référendum à Kirkouk pour déterminer son rattachement ou non au GRK.

27Arrivée en tête des élections de 2010 avec 24,7 % des voix contre 24,2 % pour la liste d’Al-Maliki, la liste Al-Iraqiyya n’a pas pu former de gouvernement, faute de majorité. Les négociations ont duré près de sept mois et abouti à la constitution d’une équipe gouvernementale menée par Al-Maliki et composée de personnalités issues de chacune des principales listes en lice, Al-Iraqiyya compris. En contrepartie, Allaoui devait prendre la tête d’un « conseil stratégique » censé équilibrer le gouvernement, mais dont les compétences restent floues à ce jour. Si la Turquie a vu son poulain échouer, elle a cependant contribué aux pressions internationales permettant d’intégrer certains membres de la liste Al-Iraqiyya dans le gouvernement, ce qu’Al-Maliki refusait au départ.

La piste sadriste

  • 30 A. Shadid, « Resurgent Turkey Flexes Its Muscles Around Iraq », The New York Times, 4 janvier 2011 (...)

28Désormais en bons termes avec les Kurdes et les sunnites, la Turquie s’est récemment rapprochée du mouvement sadriste en Irak. Son leader, Moqtada Al-Sadr, est le fils du grand Ayatollah Mohammad Sadeq Al-Sadr, un religieux chiite très populaire dans les années 1990, mort assassiné par les hommes de Saddam Hussein en 1999. Le mouvement sadriste rassemble les franges les plus pauvres des chiites irakiens, notamment à Bagdad, dans le quartier de Sadr City. Leurs positions sont assez volatiles et le mouvement lui-même n’est pas très structuré. Proche de l’Iran sans lui être totalement inféodé, reprenant le dogme politique édifié par son père – un gouvernement islamique en Irak, indépendant des puissances étrangères –, Moqtada Al-Sadr se fait surtout remarquer par ses prises de positions radicales et violentes contre l’occupation américaine. L’armée du Mahdi, la milice des militants sadristes, s’est ainsi régulièrement affrontée aux forces américaines depuis 2003. En 2010, les listes politiques sadristes ont obtenu 40 sièges au Parlement, devenant un acteur clé dans le gouvernement Al-Maliki, où elles ont obtenu six ministères. Si le radicalisme sadriste est a priori difficilement conciliable avec la méthode turque, qui allie compromis et soft power, la proximité d’Ankara avec les sadristes démontre la portée de l’implication turque dans le jeu politique irakien. Moqtada Al-Sadr lui-même a rencontré les dirigeants turcs en mai 2009 au cours d’un « sommet chiite » qui rassemblait 70 dignitaires religieux et leaders politiques à Istanbul. La plupart des représentants sadristes ont également suivi des cours de protocole en Turquie30.

29Politiquement, cette convergence s’explique avant tout par des similitudes de vues sur les grands enjeux irakiens. Concentrés majoritairement à Bagdad, les sadristes sont opposés à une trop forte fédéralisation de l’Irak, qui limiterait leur accès au pouvoir et aux revenus liés au pétrole. Comme Ankara, ils militent donc pour le maintien d’un État irakien fort, géré depuis Bagdad. Dans la même logique, ils souhaitent que la ville de Kirkouk et ses ressources restent sous contrôle du gouvernement central, dans lequel ils sont bien représentés.

Les limites de l’influence turque dans le jeu politique irakien

30L’activisme turc en Irak est donc avant tout motivé par la défense de positions traditionnelles : trouver des alliés au Kurdistan irakien et à Bagdad pour lutter contre le PKK, empêcher l’émergence d’un Kurdistan irakien indépendant, maintenir un État central fort à Bagdad et bloquer le rattachement de Kirkouk au GRK. La véritable nouveauté est l’exceptionnel engagement turc avec toutes les forces politiques irakiennes, chiites compris. Comparée à l’Arabie Saoudite, qui n’a pas d’ambassade à Bagdad, ou à l’Iran, un pays hostile à Iyad Allaoui, la Turquie apparaît comme l’intermédiaire obligé dans un réseau relationnel très complet.

  • 31 M. Gordon, op. cit.
  • 32 S. Kara, « Turkey Learns Rules of the Game in Iraq », Asia Times, 1er avril 2011.

31Certaines ententes restent cependant fragiles. L’absence de solution crédible à la question kurde en Turquie même et le blocage du dossier de Kirkouk laissent ainsi planer une ombre permanente sur les relations entre Ankara et les Kurdes irakiens. En 2010, la Turquie aurait milité en coulisse pour que Tareq Al-Hashemi, un sunnite venant d’Al-Iraqiyya, remplace le Kurde Talabani à la présidence de l’Irak ; on avait déjà observé ce double jeu au moment des élections régionales de 2009, où Ankara aurait soutenu clandestinement le rassemblement Al-Habda, une liste sunnite antikurde, dans la province de Ninewa31. Par ailleurs, une trop forte proximité avec les sunnites pourrait aussi affaiblir Ankara : la Turquie apparaîtrait alors comme une simple puissance sunnite de plus dans l’équation irakienne. En 2010, plusieurs leaders chiites avaient ainsi fait connaître leur mécontentement concernant le soutien turc à la liste pro-sunnite d’Al-Iraqiyya32. De façon plus générale, l’influence turque au Kurdistan irakien et la cooptation systématique des Turkmènes peuvent susciter l’hostilité des nationalistes irakiens de tous bords, plutôt réfractaires à l’idée du retour de l’imperium turc dans la région.

  • 33 N. Raphaeli, Water Crisis in Iraq : The Growing Danger of Desertification, Washington, DC, Middle (...)

32La gestion des ressources hydrauliques pourrait également ternir l’embellie bilatérale. En mai 2009, le Parlement irakien a refusé d’approuver l’accord de libre-échange avec la Turquie faute de garantie sur les approvisionnements en eau du Tigre et de l’Euphrate. Une loi irakienne prévoit que la question de l’eau soit soulevée lors de chaque rencontre bilatérale officielle33. Pour le moment, la Turquie a accepté de doubler le débit autorisé vers l’Irak, afin d’éviter toute vaine détérioration de la situation ; mais l’eau reste pour Ankara un moyen de pression, sur l’Irak comme sur les autres pays du Moyen-Orient.

Les conséquences régionales du positionnement turc en Irak

33Loin d’être pacifié, l’Irak est aujourd’hui un terrain d’affrontement par procuration des forces politiques régionales. Pour la Turquie, le pays est devenu un lieu d’expérimentation de politique étrangère. Le terrain irakien permet ainsi de se faire une idée de l’avancement de la problématique kurde, mais aussi de l’intégration de la Turquie dans le jeu régional, ou encore de l’état des relations turco-américaines.

Une gestion régionale du problème kurde à partir de l’Irak

  • 34 Voir Human Rights Watch, Group Denial : Repression of Kurdish Political and Cultural Rights in Syr (...)

34Après trois décennies d’efforts infructueux pour éradiquer la guérilla kurde, Ankara a enfin réussi à créer une alliance informelle contre le PKK incluant Téhéran, Bagdad et Damas sur le front du Kurdistan irakien. La Syrie et l’Iran s’inquiètent en effet depuis 2003 des conséquences sur leurs propres minorités kurdes de l’autonomisation du GRK et du regain d’activité du PKK. Un surgeon syrien du PKK, le Parti de l’union démocratique (Partiya Yekiti ya Demokratîk – PYD), est apparu en 2003 et plusieurs mouvements de révolte ont été signalés en 2004 chez les Kurdes de Syrie, qui sont environ 2 millions. Au même moment, le PJAK iranien (Partiya Jiyana Azad a Kurdistane – Parti de la liberté au Kurdistan), créé sur le modèle du PKK et lui aussi délocalisé au Kurdistan irakien, lançait des opérations en Iran, où vivent 5 à 6 millions de Kurdes. Téhéran et Damas ont alors rejoint Ankara dans sa stratégie antiterroriste : plusieurs bombardements conjoints turco-iraniens ont eu lieu au Kurdistan irakien depuis 2006, tandis que la Syrie réprimait sévèrement l’agitation kurde sur son propre sol34.

  • 35 Voir « The United States and Turkey : A Model Partnership », Hearing Before the Subcommittee on Eu (...)

35Suite à un intense travail de lobbying diplomatique, la Turquie peut compter aujourd’hui sur un cercle assez large de soutiens régionaux dans sa lutte contre le PKK, depuis la Ligue arabe jusqu’aux États-Unis. De fait, la question du PKK, et plus généralement le processus d’autonomisation du GRK et ses conséquences régionales, sont devenus des enjeux fondamentaux pour la stabilisation de l’Irak lui-même. La question kurde et les préoccupations d’Ankara sont donc désormais durablement intégrées dans les calculs stratégiques américains35.

Un atout dans la relation turco-américaine

  • 36 Statement of Dan Fata, Deputy Assistant Secretary, European and NATO affairs, U. S. Department of (...)

36La Turquie reste un allié essentiel des États-Unis au Moyen-Orient et fait aujourd’hui figure de relais potentiel dans la stratégie américaine de retrait d’Irak. Si le vote du Parlement turc en 2003 a pris tout le monde de court et instillé une bonne dose de ressentiment à Washington, l’instabilité et la violence quotidienne qui se perpétuaient en Irak ont néanmoins poussé les États-Unis à revenir vers les Turcs. Après tout, Ankara et Washington partagent la même vision d’un Irak stable, unifié et à même d’exporter régulièrement ses ressources pétrolières, si possible via la Turquie. Ankara est aussi une pièce indispensable du puzzle militaire en Irak : la base américaine d’Incirlik dans le Sud-Est turc est un atout logistique précieux pour les déploiements aériens dans le ciel irakien36. Une grande partie des besoins en carburant et en électricité de l’armée américaine transite par le territoire turc, particulièrement pour les divisions stationnées dans le Nord de l’Irak.

  • 37 S. Dagher, « Iraq Presses U. S. on Pact with Sunnis in Turkey », The New York Times, 23 juillet 20 (...)
  • 38 M. Gordon, op. cit.

37Le retrait d’Irak étant devenu une priorité pour Washington, le rôle d’Ankara est maintenant vital pour la stabilisation politique du pays. En ce sens le rapprochement turc avec le GRK, principal îlot proaméricain en Irak, a été déterminant dans la réhabilitation de la Turquie aux yeux des États-Unis. La Turquie s’est aussi associée aux efforts américains pour inclure toutes les forces politiques sunnites dans le processus politique, y compris les groupes d’insurgés37. Selon les télégrammes diplomatiques révélés par WikiLeaks, Ankara a joué un rôle « positif » dans l’accord de sécurité sur le retrait des troupes américaines avant la fin 201138. La Turquie est favorable au maintien d’une partie du contingent américain en Irak, qui pourrait continuer à alimenter l’armée turque en renseignements sur les positions du PKK.

  • 39 Voir S. Kane, The Coming Turkish-Iranian Competition in Iraq, Washington, DC, United States Instit (...)

38Enfin, la présence et l’influence turques en Irak sont importantes pour Washington, car elles équilibrent le jeu iranien. L’approche d’Ankara, qui privilégie un Irak fort et laïque avec une préférence pour les sunnites, contraste clairement avec celle de Téhéran, qui souhaite plutôt un Irak faible, islamisé et dominé par une coalition de mouvements chiites à sa solde39. Dès lors, à long terme, un axe Ankara-Bagdad pourrait servir de contrepoids à Téhéran pour stabiliser le golfe Persique.

Un tremplin de la puissance turque dans la région

39Le positionnement turc en Irak a ainsi des conséquences régionales plus larges. Face au discours révolutionnaire chiite iranien ou au conservatisme sunnite incarné par Riyad, la Turquie offre un modèle alternatif : pro-business et laïque, mais tout de même musulman, redécouvrant sa culture et son histoire avec l’AKP depuis 2002. La Turquie ne s’identifie aujourd’hui ni aux puissances arabes, ni à l’Iran, et a su installer depuis 2003 un rapport de distance négocié avec les États-Unis.

  • 40 S. Kara, « Turkey Learns Rules of the Game in Iraq », AsiaTimesOnline, 1er avril 2011. Kerbala est (...)
  • 41 Voir la contribution de Jean Marcou dans cet ouvrage.

40Située géographiquement et ethniquement à la marge du monde arabo-musulman, elle tente de s’imposer sur la scène régionale à travers l’Irak. Elle s’est notamment positionnée sur le terrain religieux où, paradoxalement, son caractère laïque et non arabe rend son discours plus acceptable. Lors de sa visite en Irak en mars 2011, Erdoğan fut ainsi le premier leader d’un pays sunnite à visiter le sanctuaire de l’imam Ali à Najaf, principale ville de pèlerinage pour les chiites. Il a également rencontré sur place le grand ayatollah Ali Sistani, un des dignitaires les plus suivis. Lors de cette rencontre, les deux hommes ont parlé de l’intervention saoudienne à Bahreïn, une affaire qu’Erdoğan lui-même avait précédemment qualifiée de « nouveau Kerbala », avant de se rétracter40. Lors de cette visite, le Premier ministre turc n’a pas hésité à prier dans des sanctuaires chiites, donnant ainsi une dimension religieuse à sa démarche, très médiatisée en Turquie et dans toute la région. Ce comportement s’inscrit dans la désormais classique approche inclusive de l’AKP41, qui vise entre autres à montrer que la Turquie sait dépasser le clivage chiites/sunnites, en Irak et au-delà.

Dans la cour des « grands » ?

41L’Irak joue aujourd’hui le rôle de levier de la puissance turque. La réconciliation réussie avec le Kurdistan irakien a transformé ce territoire, hantise historique des Turcs, en réservoir de développement économique, tout en permettant d’entrevoir une solution au problème du PKK. Malgré une complicité plus marquée avec les sunnites, la Turquie parvient pour le moment à se maintenir au-dessus de la mêlée sur la scène politique irakienne. Elle y a trouvé de multiples alliés pour défendre ses priorités traditionnelles et se pose en puissance régionale, à même de rivaliser un jour avec l’Iran.

42Lieu de déploiement tous azimuts des ambitions turques, l’Irak offre, en plus, un concentré des rapports turco-arabes. Ancienne province ottomane, le pays présente en effet pléthore d’enjeux toujours essentiels dans la relation turco-arabe : problème kurde, questions hydrauliques et pétrolières, liens avec les États-Unis ou l’Iran, relations avec l’Arabie Saoudite et la Syrie, division sunnites/chiites, etc. L’Irak constitue ainsi pour les Turcs une plateforme de travail centrale où travailler une palette d’objectifs très complète. De fait, la guerre de 2003 a été le premier grand dossier diplomatique traité par l’AKP ; ce baptême du feu a conditionné l’apprentissage international de la nouvelle élite postislamiste turque. La diplomatie turque a puisé dans cette expérience, entre autres, son caractère inclusif, aujourd’hui systématiquement mis en avant par le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu. Mais si la Turquie a bien intégré le camp des « grands » en Irak, son influence reste à confirmer sur la durée dans un pays où la situation reste incertaine et, au-delà, dans un Moyen-Orient en pleine reconfiguration.

Notes

2 En Turquie, 17 % de la population serait kurde, soit environ 13 millions de personnes, vivant en grande partie dans le Sud-Est turc. En Irak, les Kurdes formeraient entre 15 % et 20 % de la population, soit entre 4 et 5 millions, concentrés dans le Nord du pays, région connue comme le « Kurdistan irakien ». Voir « Country Profile : Turkey » et « Country Profile : Iraq », Library of Congress, Federal Research Division, août 2008 et août 2006.

3 D. McDowall, A Modern History of the Kurds, Londres, I.B. Tauris, 1996, p. 190.

4 En août 2002, le ministre turc de la Défense Sabahattin Cakmakoğlu déclarait par exemple que le Nord de l’Irak avait été « séparé de force » de la Turquie, qu’il s’agissait d’une « terre turque » car la région abrite une minorité turkmène et qu’Ankara ne la « sacrifierait » pas. Voir International Crisis Group, « Turkey and Iraqi Kurds : Conflict or Cooperation ? », Middle East Report, no 81, 13 novembre 2008, p. 17.

5 Voir la note 10 en page 154 de cet ouvrage.

6 Dès 1983, les deux pays signaient un accord de sécurité et de coopération permettant à l’armée turque des incursions militaires jusqu’à 5 kilomètres à l’intérieur du territoire irakien. Voir W. Hale, Turkey, the US and Iraq, Londres, Saqi Books, 2007, p. 32-37.

7 Voir B. Park, Turkey’s Policy Towards Northern Iraq : Problems and Perspectives, Londres, International Institute for Strategic Studies, 2005, « Adelphi Paper », no 374.

8 De nombreux Kurdes avaient été expulsés de Kirkouk lors de la campagne d’« arabisation » menée par Saddam Hussein. Voir « Iraq : Allaying Turkey’s Fears over Kurdish Ambitions », Middle East Report, no 35, 26 janvier 2005, p. 2-3.

9 Voir P. Robins, « Confusion at Home, Confusion Abroad : Turkey Between Copenhagen and Iraq », International Affairs, vol. 79, no 3, mai 2003.

10 Voir « US Frees Turkish Soldiers, but the Relations Remain Strained », The New York Times, 7 juillet 2003.

11 Voir M. Ataman, « Özal Leadership and Restructuring of Turkish Ethnic Policy in the 1980s », Middle Eastern Studies, vol. 38, no 4, 2002, p. 123-142.

12 Voir H. J. Barkey, Turkey’s New Engagement in Iraq : Embracing Iraqi Kurdistan, Washington, DC, United States Institute of Peace, mai 2010, « Special Report », no 237.

13 L’« autodétermination » est certes parfois évoquée par la classe politique kurde irakienne, mais le choix d’un ancrage dans l’État fédéral irakien est cependant considéré comme la seule perspective raisonnable pour le moment. Voir « Kurdish State ’Unrealistic,’ Iraqi President Says », Hürriyet Daily News, 21 octobre 2010.

14 D. Romano, « Turkish and Iraqi Kurdish Rapprochement Ominous for PKK », Terrorism Focus, vol. 5, no 19, 13 mai 2008.

15 Comme Barzani le déclarait lui-même en 2008 : « Le temps où les Kurdes se battaient les uns contre les autres est révolu », in R. Olson, Blood, Beliefs and Ballots : The Management of Kurdish Nationalism in Turkey, 2007-2009, Costa Mesa, Mazda Publishers, 2009, p. 84.

16 Voir D. Schmid, La République : visions franco-turques. Interview avec Baskın Oran, Paris, Ifri, mai 2011, « Note franco-turque », no 6, p. 12.

17 En octobre 2009, le gouvernement turc propose une sorte de « paix des braves », offrant à des combattants repentis du PKK basés au Kurdistan irakien de rentrer en Turquie. L’opération n’a pas eu le succès politique escompté : le retour triomphal de deux groupes d’ex-rebelles dans le Sud-Est turc a créé un violent émoi et profondément choqué les familles de soldats turcs tombés dans des affrontements avec le PKK, remettant toute l’initiative en cause. Le processus a été interrompu, certains combattants ont finalement été arrêtés en Turquie, d’autres repassant la frontière dans l’autre sens. L’autre volet de « l’ouverture kurde », concernant les droits culturels, a eu davantage de succès.

18 A. Hasanoğlu, « Turkish, Kurdish Resound in State Minister’s Arbil Speech », Today’s Zaman, 15 avril 2011.

19 S. Kalkan, The Transformative Power of the Turkish Private Sector in Iraqi Kurdistan, TEPAV, mars 2011, « Evaluation Note », no 201 125.

20 « Turkey Starts Study on Iraq Gas Pipeline », Hürriyet Daily News, 30 janvier 2008.

21 Voir H. Gülerce, « Turkish Schools in Northern Iraq », Today’s Zaman, 15 novembre 2007.

22 K. Yıldırım, « Turkish PM Visits Iraq », The Journal of Turkish Weekly, 11 juillet 2008.

23 M. Babacan, « Whither an Axis Shift : A Perspective from Turkey’s Foreign Trade », Insight Turkey, vol. 13, no 1, 2011, p. 152.

24 « Iraqi Oil Reserves Estimated at 143B Barrels », CNN World, 4 octobre 2010 et « Iraq Signs Gas Deal with Turkish Firm », Hürriyet Daily News, 5 juin 2011.

25 Sur les stratégies énergétiques turques au Moyen-Orient, voir la contribution de Rémi Bourgeot dans cet ouvrage.

26 M. Gordon, « Meddling Neighbors Undercut Iraq Stability », The New York Times, 5 décembre 2010.

27 I. Sirkeci, « Conflict and International Migration : Iraqi Turkmen in Turkey », XXV IUSSPP International Population Conference, Tours, France, 18 au 18 juillet 2005, p. 3-4.

28 G. Jenkins, Turkey and Northern Iraq : An Overview, Washington, DC, Jamestown Foundation, 29 février 2008, « Occasional Paper », p. 14-15.

29 Feridun Sinirlioğlu, un diplomate turc, l’aurait même qualifié d’« incontrôlable ». Voir B. Yinanç, « Turkey Seeks to Continue Political, Economic Role in Iraq », Hürriyet Daily News, 3 janvier 2011.

30 A. Shadid, « Resurgent Turkey Flexes Its Muscles Around Iraq », The New York Times, 4 janvier 2011 ; J. Healy, « Cleric’s Anti-U. S. Forces Poised for Gains in Iraq », The New York Times, 19 décembre 2010.

31 M. Gordon, op. cit.

32 S. Kara, « Turkey Learns Rules of the Game in Iraq », Asia Times, 1er avril 2011.

33 N. Raphaeli, Water Crisis in Iraq : The Growing Danger of Desertification, Washington, DC, Middle East Media Research Institute (MEMRI), 24 juillet 2009, « Inquiry and Analysis », no 537.

34 Voir Human Rights Watch, Group Denial : Repression of Kurdish Political and Cultural Rights in Syria, novembre 2009.

35 Voir « The United States and Turkey : A Model Partnership », Hearing Before the Subcommittee on Europe of the Committee of Foreign Affairs, House of the Representatives, Serial no 111-16, 14 mai 2009.

36 Statement of Dan Fata, Deputy Assistant Secretary, European and NATO affairs, U. S. Department of Defense, in « U.S.-Turkish Relations and the Challenges Ahead », Hearing before the Subcommittee on Europe of the Committee on Foreign Affairs, House of Representatives, Serial no 110-30, Washington, Government Printing Office, 15 mars 2007, p. 16.

37 S. Dagher, « Iraq Presses U. S. on Pact with Sunnis in Turkey », The New York Times, 23 juillet 2009.

38 M. Gordon, op. cit.

39 Voir S. Kane, The Coming Turkish-Iranian Competition in Iraq, Washington, DC, United States Institute of Peace, juin 2011, « Special Report », no 276.

40 S. Kara, « Turkey Learns Rules of the Game in Iraq », AsiaTimesOnline, 1er avril 2011. Kerbala est le nom de la ville où l’imam Hussein fut tué dans la bataille entre les chiites et les armées du calife Yazid Ier, en 680.

41 Voir la contribution de Jean Marcou dans cet ouvrage.

Auteur

Diplômé de Sciences Po Grenoble en 2009 et d’un master en « Middle East and Mediterranean Studies » du King’s College London en 2010. Dans le cadre de ses études, il a effectué un séjour académique à l’université de Galatasaray à Istanbul. Il est actuellement assistant de recherche du programme « Turquie contemporaine » de l’Ifri.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search