Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil des récits

Introduction à la partie

Texte intégral

1Dans la première partie qui a promené le lecteur à travers l’espace et le temps, du fin fond d’un Orient lointain au proche Occident (les terres ibériques jadis musulmanes, puis redevenues chrétiennes), la réduction qu’impose une rédaction allégée pour les plaisirs de la lecture m’a interdit de présenter la foison des récits que j’ai goûtés à loisir au fil de mes recherches, comme on exprime le jus d’un fruit. Aussi, ai-je rassemblé, dans la seconde partie, pour tenter de réparer ces omissions forcées, certains récits qui méritaient d’être tirés de l’ombre pour illustrer les thèmes abordés, d’autant plus qu’ils sont souvent perdus dans des œuvres généralement méconnues, sinon oubliées de notre temps.

2Pour les sources arabes, les plus nombreuses, j’ai fourni une traduction aussi fidèle que la différence des langues le permet : ligne à ligne, mais non toujours mot à mot. Malgré ma vigilance, des contresens ont pu m’égarer : les manuscrits sont souvent discordants, altérés par des copistes ignorants ou distraits, les éditions incertaines ou fautives et certains récits truffés d’obscurités parfois volontaires, comme le long passage où ‘Imād al-Dīn Iṣfahānī sacrifie le sens à l’assonance dont la brume d’ennui dissipe par moments l’intérêt sans toujours soulever l’admiration. Aussi n’ai-je pu remédier à ces défauts. A l’exception d’un lambeau de l’autobiographie d’Usāma b. Munqiḏ qu’André Miquel a heureusement rendu en français, je n’ai pas daigné reprendre les traductions antérieures, les jugeant dans l’ensemble regrettables et dignes de l’oubli, même les plus consultées, comme celles du Recueil des historiens des Croisades, souvent infidèles sans avoir jamais passé pour belles : elles ont, en effet, coutume de s’éloigner de l’original, et d’en fuir les difficultés au lieu de les maîtriser, faute de les vaincre.

  • 1 Comme le souligne M. Zerner dans Croisades et pèlerinages, p. 502.

3Pour les autres langues, les traductions ne sont pas toujours inédites : les meilleures ont été reproduites et respectées, fussent-elles anciennes (hormis deux anonymes du xviiie siècle, l’une des Voyages de Pietro della Valle en réalité due à Étienne Carneau et François Le Comte, l’autre du Voyage en Arabie de Carsten Niebuhr, dont il m’a fallu rajeunir la graphie, lourdement pour la première, légèrement pour la seconde) ; les traductions de François Guizot, dont « le style fleuri » et « la grande fluidité » continuent à séduire1, méritaient d’être reprises et retouchées, plutôt que d’en offrir de nouvelles dont la rigueur risquait de les priver de saveur, si elle ne les condamnait à la fadeur : aussi, les trois fragments d’Albert d’Aix, de Guillaume de Tyr et de Raymond d’Aguilers ont été revus et rectifiés par Henri Bresc ; de même, le morceau de Rašīd al-Dīn traduit par Étienne Quatremère du persan a été vérifié et corrigé par Chahrayar Adle. Pour les textes qui n’avaient pas encore été rendus en français, j’ai confié le soin de combler cette lacune à l’obligeance d’un ami dont le nom figure toujours en note. S’il est absent (comme pour l’anglais et l’allemand), la traduction doit m’être attribuée. Cependant, l’inutile longueur de certains récits exigeait parfois des coupures qui m’ont réduit à trancher dans le vif pour sacrifier d’interminables digressions étrangères au sujet. Enfin, ces fragments d’inégale étendue offerts au lecteur méritaient des lumières : on ne peut abréger le cours des sources, en clair, les mutiler, sans les embrumer, ni présenter les plus lapidaires et les plus énigmatiques sans les expliquer et les situer sommairement dans le temps. Aussi ai-je pris soin de les éclairer par un commentaire dont l’ampleur souvent les dépasse.

Notes

1 Comme le souligne M. Zerner dans Croisades et pèlerinages, p. 502.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540