Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

Turquie/Syrie : de rapprochements en désillusions

Ayşegül Sever
Traduction de Julien Cécillon

Texte intégral

  • 2 L’ouvrage d’Ahmet Davutoğlu, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu (Profondeur stra (...)

1La relation turco-syrienne fait partie de celles sur lesquelles la diplomatie turque a le plus investi ces dix dernières années. Mobilisant des niveaux de coopération inédits, le rapprochement entre la Turquie et la Syrie constitue un bon exemple pour comprendre jusqu’où Ankara est allée pour améliorer ses relations avec ses voisins moyen-orientaux, particulièrement depuis l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) en 2002. La relation turco-syrienne est également fondamentale pour appréhender les grandes lignes de la « nouvelle » vision diplomatique turque fondée sur le « Zéro problème avec les voisins », une diplomatie dynamique s’appuyant sur l’idée d’un soft power turc. La mise en œuvre des principes de « profondeur stratégique » tels qu’énoncés dans l’ouvrage majeur de l’actuel ministre des Affaires étrangères turc, Ahmet Davutoğlu, vise en effet, en s’appuyant sur les caractéristiques géographiques et historiques de la Turquie, à en faire un pays « central », à même d’exercer une influence dans son environnement régional2. Après des années de tensions, les relations turco-syriennes ont ainsi connu une phase d’intense rapprochement dont les facteurs internes et externes seront ici analysés. La qualité de ces relations est cependant aujourd’hui menacée, à la suite du mouvement de révolte contre le régime qui s’est exprimé en Syrie depuis le printemps 2011, et qui a été sévèrement réprimé par Bachar Al-Assad.

Rappel historique : les relations turco-syriennes avant le rapprochement de 1998

  • 3 Le roman historique de Falih Rıfkı Atay, Zeytindağı, est un bon exemple de la déception ressentie (...)

2Jusqu’à la fin des années 1990, les relations turco-syriennes sont caractérisées par de fortes rancœurs historiques et de lourds contentieux bilatéraux. Bien que toutes deux nées du démembrement de l’Empire ottoman, la Turquie et la Syrie ont connu des trajectoires divergentes après la Première Guerre mondiale, et leur passé commun n’a guère contribué à encourager leurs relations. De chaque côté, le passé ottoman a en effet été interprété de manière différente et suscité de nombreux débats. Pour les nationalistes syriens, la période ottomane ne fut qu’exploitation et temps perdu pour les Arabes. Malgré son désir de repartir sur de nouvelles bases après 1923, la Turquie n’était pas non plus exempte de ressentiments et de préjugés envers le monde arabe, les Turcs présentant toujours la révolte arabe contre l’Empire comme un coup de poignard dans le dos3.

  • 4 Pour plus d’information concernant la dispute territoriale du Hatay et les relations turco-syrienn (...)
  • 5 Après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres signé en 1920 prévoyait une partition des t (...)

3En plus de cet héritage historique peu favorable, les relations turco-syriennes sont passées au xxe siècle par une série de conflits alimentant une hostilité et une tension permanentes entre les deux pays. La cession de la province d’Alexandrette (Hatay en turc) à la Turquie par la France en 1939 a profondément froissé la Syrie, qui jusqu’à très récemment présentait cet acte comme illégal4. Pour Damas, la question de la frontière entre les deux pays n’était pas considérée comme réglée officiellement et ce n’est qu’après la visite de Bachar Al-Assad en Turquie en 2004 que la délimitation actuelle fut entérinée (voir plus loin). Pendant la guerre froide, la Turquie et la Syrie s’étaient engagées dans des camps opposés, respectivement du côté des États-Unis et de l’Union soviétique. Sous l’emprise du parti Baas, Damas développait une rhétorique antioccidentale, entretenue notamment par la création de l’État d’Israël et les guerres israélo-arabes qui s’ensuivirent. L’occidentalisation était au contraire ancrée au cœur de la culture de l’État turc. Dès la fin de la guerre d’indépendance, Ankara rétablit donc les relations avec les puissances occidentales, pourtant anciens ennemis de la Turquie5.

  • 6 Pour plus de détails sur les enjeux politiques de l’exploitation hydraulique du Tigre et de l’Euph (...)
  • 7 Y. Sezgin, « The October 1998 Crisis in Turkish-Syrian Relations : A Prospects Theory Approach », (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Ş. Elekdağ, « 2 ½ War Strategy », Perceptions : Journal of International Affairs, vol. 1, no 1, ma (...)

4À partir des années 1980 et jusqu’à la fin des années 1990, les relations turco-syriennes sont au plus bas du fait des différends sur le partage des eaux et du soutien apporté par les Syriens au Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK), une organisation nationaliste kurde en rébellion contre l’État turc depuis le début des années 1980. Le Projet de développement de l’Anatolie du Sud-Est (Güneydoğu Anadolu Projesi – GAP), projet turc de développement industriel et agricole du Sud-Est, mis en œuvre à partir des années 1970, exploite les eaux de l’Euphrate en amont de la Syrie, menaçant une des principales sources d’approvisionnement de celle-ci en eau6. Pour contrer cette initiative et mettre Ankara sous pression, Damas a commencé à jouer la carte kurde en soutenant le PKK. La Syrie hébergeait son leader, Abdullah Öcalan, et avait autorisé l’établissement de camps d’entraînement du PKK sur son territoire. Le problème de l’eau et celui des Kurdes devenaient dès lors interdépendants. En 1987, la Turquie signait un protocole garantissant à la Syrie un débit annuel de l’Euphrate de 500 mètres cubes d’eau par seconde. En échange la Syrie s’engageait à mettre fin à son soutien au PKK. Des protocoles du même type ont été signés en 1992 et 1993 sans aucun effet, la Syrie continuant de laisser opérer le PKK sur son territoire. Dans le protocole de 1992 la Syrie reconnaissait le PKK comme « organisation illégale » (mais non comme organisation terroriste) et s’engageait à lui « interdire l’usage de son territoire et à extrader vers la Turquie tout membre de l’organisation illégale qui serait arrêté7 ». En 1993 le protocole était renouvelé, la Syrie qualifiant cette fois-ci le PKK d’« organisation terroriste » et renouvelant son engagement à lutter contre lui, encore une fois en vain8. Tout au long des années 1990, la Syrie a donc été perçue du côté turc comme un pays entretenant une menace sécuritaire majeure. En 1996, dans un article fameux intitulé « La stratégie des deux guerres et demie », l’ancien ambassadeur turc Şükrü Elekdağ exposait clairement cette perception. Il y suggérait qu’Ankara mette en place « un programme de défense reposant sur “deux campagnes et demie”, c’est-à-dire en conduisant deux opérations de grande ampleur simultanément le long de la mer Égée [contre la Grèce] et sur le front sud [contre la Syrie], tout en se préparant à une “semi-guerre” à l’intérieur du pays [contre le PKK]9 ». À la lumière de ces tensions, le réchauffement des relations turco-syriennes à partir de la fin des années 1990 constitue un changement majeur dans les relations entre les deux pays.

Un rapprochement précoce, avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir : 1998-2002

  • 10 Voir Ü. Özdağ, Türkiye, Kuzey Irak ve PKK (La Turquie, le Nord de l’Irak et le PKK), Ankara, ASAM, (...)
  • 11 Y. Sezgin, op. cit., p. 62.

5Cette perception sécuritaire des enjeux syriens débouche sur une phase de diplomatie coercitive en octobre 1998. Le nombre de morts et de blessés causé par les attaques du PKK en Turquie tout au long des années 1990 y suscite en effet l’indignation générale, obligeant le gouvernement et l’armée à chercher de nouvelles solutions, au-delà des opérations militaires qui se poursuivent en vain sur le territoire turc. D’autres facteurs poussent la Turquie à privilégier l’usage de la force. Les principales factions kurdes en Irak (le Parti démocratique du Kurdistan – Partîya Demokrata Kurdistan – et l’Union patriotique du Kurdistan – Yeketî Nishtîmanî Kurdistan) se réconcilient à Washington en septembre 1998, et signent un accord prévoyant la création d’institutions intérimaires dans le Nord de l’Irak. Cet accord ravive la peur turque de voir se constituer un État kurde indépendant à ses frontières et pousse Ankara à afficher sa détermination contre un tel scénario10. Au même moment, les communautés kurdes émigrées en Europe accélèrent leurs campagnes politiques en faveur de la cause kurde : un « Parlement des Kurdes » est créé à Rome en septembre et une conférence nationale kurde est organisée à Londres début octobre11. Précisons aussi que l’accord de défense militaire passé avec Israël en 1996 donne à Ankara une assise régionale solide dans un contexte post-guerre froide où la Syrie ne peut plus se prévaloir de la protection soviétique. Enfin, l’entente entre l’armée turque et le gouvernement de coalition rassemblant le Parti de la mère patrie (Anatavan Partisi – ANAP) et le Parti de la gauche démocratique (Democratik Sol Partisi – DSP) a également été décisive pour déterminer la stratégie militaire antisyrienne de 1998.

  • 12 Voir R. Hinnebusch, « Globalization and Generational Change : Syrian Foreign Policy Between Region (...)

6Le 2 octobre 1998, le président turc Süleyman Demirel affirme fermement que la Turquie a perdu patience et que la Syrie va bientôt payer le prix de son soutien au PKK. L’armée turque déploie alors un important contingent militaire à la frontière turco-syrienne, ce qui conduit Damas à revoir ses positions. Le 20 octobre 1998, le protocole d’Adana est signé par les deux pays, la Syrie promettant de cesser toute assistance au PKK. Au-delà des menaces militaires, qui ont certainement joué un rôle, tant la détermination de la Turquie était forte, il est communément admis que les difficultés de Hafez Al-Assad, accaparé par le transfert du pouvoir à son fils Bachar dans un contexte intérieur compliqué, ont poussé Damas à satisfaire les revendications turques12. Öcalan fut rapidement expulsé du territoire syrien et finalement arrêté au Kenya par les services secrets turcs en 1999.

  • 13 Voir M. Mufti, « Special Policy Forum Report : Turkey-Syrian Rapprochement : Causes and Consequenc (...)

7À partir de ce moment les relations turco-syriennes prennent une dimension beaucoup plus positive. La présence du président turc Ahmet Necdet Sezer aux funérailles de Hafez Al-Assad en 2000 constitue un signe remarquable de ce changement d’ère. Au cours de cette visite, les signes d’une volonté commune de développer les relations et de dépasser les tensions du passé se multiplient. Deux mois plus tard, un accord de coopération sur la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et le crime organisé est signé entre les deux pays. D’autres contacts suivront, aboutissant notamment à la facilitation des passages à la frontière et à une augmentation du commerce bilatéral13. Le rapprochement turco-syrien était donc déjà enclenché avant l’arrivée de l’AKP au pouvoir en Turquie. Toutefois, les relations bilatérales allaient connaître un développement sans précédent après 2002.

Sous l’AKP : développement des relations turco-syriennes et implications régionales

  • 14 Voir A. Davutoğlu, « Turkey’s Foreign Policy Vision : An Assessment of 2007 », Insight Turkey, vol (...)

8L’amélioration des relations turco-syriennes est rapidement devenue une remarquable illustration des ambitions diplomatiques de l’AKP, visant à faire de la Turquie une puissance influente au Moyen-Orient en poursuivant une politique de « Zéro problème avec [ses] voisins ». À partir de 2002, la diplomatie turque se démarque des concepts classiques réalistes des relations internationales, tels que les concepts de « puissance », d’« équilibre des puissances » ou de « jeux à somme nulle ». Ankara continue à percevoir son environnement régional comme une zone de conflit, instable et sous-développée, mais tente désormais de faire évoluer son approche. Au lieu d’en rester éloignée, la Turquie a désormais pour objectif d’apporter stabilité et sécurité à la région, en améliorant ses liens avec les pays arabes, qu’ils soient d’anciens ennemis ou des rivaux14. L’objectif est de dépasser les contentieux historiques qui ont longtemps handicapé la relation turque avec le monde arabe.

9Au même moment, les avancées de la candidature turque à l’Union européenne (UE) assurent un contexte favorable au rapprochement d’Ankara avec ses voisins, en faisant de la Turquie un pays attractif, susceptible de devenir un interlocuteur idéal entre l’Europe et le Moyen-Orient.

10De plus, la Turquie se trouvant en première ligne face aux grands enjeux sécuritaires mondiaux, tels que la prolifération nucléaire, le terrorisme, le conflit israélo-arabe ou la poudrière irakienne, il est presque naturel qu’elle développe ses relations avec le Moyen-Orient. De nombreuses questions régionales de nature non directement sécuritaire, comme la baisse des ressources hydrauliques, les déplacements de populations ou les questions énergétiques, entrent aussi directement dans le champ des intérêts turcs. Enfin, les problématiques d’ordre politique et social peuvent prendre le pas sur les questions militaires et produire des effets sur la politique et la société en Turquie même ; c’est évidemment le cas de la question kurde, qui fait partie des grands enjeux nationaux, tout en ayant des ramifications dans la région. La complexité de ces intérêts oblige la Turquie à s’engager avec ses voisins, pour désamorcer les tensions. La dégradation de la situation en Irak a ainsi été un moteur essentiel du rapprochement turco-syrien.

11En outre, dans le sillage de l’occupation américaine de l’Irak et de la montée des tensions israélo-arabes, le Moyen-Orient est devenu une région où la Turquie peut déployer ses ambitions. La décision du Parlement turc le 1er mars 2003 de refuser aux États-Unis le droit de passage des troupes américaines pour envahir l’Irak a considérablement contribué à relever l’image de la Turquie, longtemps considérée comme l’instrument de Washington au Moyen-Orient. Dans un contexte de fort antiaméricanisme, la crédibilité de la Turquie auprès des États arabes a sensiblement augmenté, en Syrie comme ailleurs.

  • 15 D. Jung, « Turkey and the Arab World : Historical Narratives and New Political Realities », Medite (...)

12Enfin, l’avènement de l’AKP, un parti issu de l’islamisme politique turc et qui met en avant l’identité et le patrimoine musulmans turcs, a permis une meilleure acceptation de la Turquie au niveau régional. Lorsque Turgut Özal était président, Ankara avait déjà tenté de jouer la carte ottomane et islamique, mais avec bien moins de succès et d’efficacité15. Ces dernières années, de nouveaux travaux universitaires et la relecture de documents d’archives jusqu’ici négligés ont ouvert la voie à de nouvelles interprétations du passé ottoman, contribuant à modifier des perceptions réciproques longtemps négatives.

  • 16 Voir B. Eligür, « Are Former Enemies Becoming Allies ? Turkey’s Changing Relations with Syria, Ira (...)
  • 17 Voir A. George, « The Syrian-Turkish Marriage of Convenience », intervention lors d’une conférence (...)
  • 18 Sur la situation des Kurdes en Syrie, voir K. Yıldız, The Kurds in Syria : The Forgotten People, L (...)
  • 19 Dans le cadre de cette initiative, les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, de (...)

13L’amélioration des relations turco-syriennes est en partie le résultat de considérations régionales. La crise irakienne a été un facteur essentiel. L’intervention américaine de 2003 en Irak a été vivement critiquée à Ankara comme à Damas, ce qui a contribué à faire converger les positions syriennes et turques sur la nécessité de conserver l’intégrité politique et territoriale de l’Irak et sur le danger que constituerait l’émergence d’un Kurdistan irakien autonome. Par un intéressant renversement de circonstances, la question kurde, qui a longtemps été le principal problème entre la Turquie et la Syrie, est ainsi devenue un sujet de coopération16. D’après Alan George, Damas comme Ankara sont très préoccupées par le fait « qu’un État kurde soit en cours de constitution dans le Nord de l’Irak17 », une perspective qui inquiète d’autant plus la Syrie que sa propre minorité kurde est de plus en plus active18. Ces inquiétudes concernant l’Irak expliquent en partie le rôle qu’ont joué la Turquie et la Syrie dans la « plate-forme des pays voisins de l’Irak », initiée par la Turquie avant le lancement des opérations américaines de 2003, et qui visait à empêcher un nouveau conflit en Irak19.

14Pour la Turquie, le rapprochement avec la Syrie est également un moyen de potentialiser son influence dans la région, plus particulièrement sur des dossiers tels que le conflit israélo-arabe ou les enjeux libanais. La Syrie est un pays qui dispose en effet d’un statut et d’une influence particuliers dans le monde arabe du fait de son histoire séculaire, et aussi du rôle qu’elle a pu jouer dans les différents projets panarabes au xxe siècle. Grâce aux nouveaux liens noués avec Damas, Ankara a pu s’impliquer plus sérieusement sur de nombreux dossiers moyen-orientaux.

15Au Liban par exemple, la Turquie a pris position en faveur du retrait des troupes syriennes en 2005. Respectant un strict principe de neutralité vis-à-vis des différents groupes politiques libanais, Ankara s’est engagé dans la deuxième FINUL (Forces intérimaires des Nations unies au Liban) et soutient la mise en place d’un tribunal spécial pour juger les assassins de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Aucune de ces prises de position n’a entraîné de tension avec Damas.

  • 20 « ABD : Suriye’ye Bastırın », Radikal, 15 mars 2005.
  • 21 Voir E. Zisser, « Bashar’s Syria and Prospects for Change », été 2009, disponible sur www.jewishpo (...)

16Pour la Syrie en effet, la relation avec la Turquie est devenue quasiment vitale. Si Bachar Al-Assad a rapidement réussi à s’imposer en Syrie après la mort de son père, le pays a dû faire face dès 2004 à d’intenses pressions internationales liées à son implication au Liban, au soutien qu’il apporte au Hamas palestinien, ainsi qu’au flux de combattants étrangers passant par la Syrie pour attaquer les forces américaines en Irak. Pour Damas, la relation avec Ankara a été un moyen efficace de contrer son isolement international. Par exemple, en 2005, malgré les forts soupçons qui planaient sur un éventuel rôle de la Syrie dans l’assassinat de Rafic Hariri, le président turc Ahmet Necdet Sezer n’a pas hésité à maintenir sa visite officielle dans le pays, au grand dam des États-Unis20. En ce sens, on peut dire que la Syrie accorde plus d’importance à la relation bilatérale que la Turquie. Les différentes administrations américaines – y compris celle d’Obama – ont continuellement sanctionné économiquement et militairement la Syrie depuis le Syria Accountability Act de 2004, qui interdit toute exportation vers le pays, à l’exception des médicaments et des produits alimentaires. Les relations avec l’UE ne se sont jamais vraiment développées non plus : les négociations en vue d’un accord d’association, qui ont commencé en 2004, n’ont jamais été menées à terme. Enfin, même au niveau régional, des pays comme l’Arabie Saoudite ou l’Égypte ont critiqué Damas pour son rôle au Liban ou sur le dossier du nucléaire iranien21. Ayant peu d’amis sur la scène internationale, la Syrie était donc particulièrement intéressée à améliorer ses relations avec la Turquie. D’une certaine manière, Ankara a aidé Damas à sortir de son isolement politique et économique et lui a permis de changer l’image du pays afin d’attirer d’indispensables capitaux étrangers.

  • 22 Voir A. Sever, « Turkey and the Syrian-Israeli Peace Talks in the 1990s », MERIA Journal, vol. 5, (...)

17En retour, la Syrie a soutenu certaines initiatives régionales turques. En 2008, par exemple, Ankara a joué le rôle de médiateur en chef pour les négociations secrètes entre la Syrie et Israël. Pour la première fois, la Turquie jouait ainsi un rôle majeur dans le contexte du conflit israélo-arabe. Le contraste est saisissant par rapport aux années 1990, époque à laquelle la Turquie était plutôt hostile aux négociations syro-israéliennes, car elle craignait d’être forcée à fournir plus d’eau à la Syrie afin de faciliter la conclusion d’un accord sur le partage des eaux du Golan22. Ainsi, bien que les contacts entre Israël et la Syrie sous patronage turc aient pris fin à la suite de l’offensive israélienne sur Gaza en 2008, la présence des Turcs sur ce dossier marque un changement fondamental du rôle joué par Ankara dans la région.

L’apogée des relations turco-syriennes, 2004-2011

  • 23 Ö. Tür, « Turkish-Syrian Relations-Where Are we Going ? », UNISCI Discussion Papers, 23 mai 2010.

18À l’instar de la visite du président turc Sezer en 2000, celle de Bachar Al-Assad en Turquie en janvier 2004 constitue un deuxième tournant dans la relation bilatérale. Non seulement il s’agissait là de la première visite dans l’histoire d’un président syrien en Turquie, mais cet événement marque également le début d’un développement sans précédent des échanges entre les deux pays. Au cours de son séjour, le président syrien a reconnu officiellement que la région du Hatay faisait partie intégrante du territoire turc, enterrant par là même une dispute presque centenaire23. De nombreuses coopérations futures ont été évoquées lors de la visite, dans le domaine militaire, économique et politique, l’intensification du commerce bilatéral constituant une première étape pour avancer dans la relation.

19Les enjeux sécuritaires ont été également abordés, notamment concernant l’Irak, les deux pays affirmant leur commune opposition au processus de dé-baasification. Ankara et Damas faisaient alors état de leur convergence de vues sur les enjeux irakiens, notamment sur le maintien de l’intégrité territoriale de l’Irak et l’opposition à l’incorporation de la ville de Kirkouk dans le territoire contrôlé par le Gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK).

  • 24 Ö. Tür, op. cit. En mars 2008, la Turquie, la Syrie et l’Irak ont décidé de se doter d’un institut (...)
  • 25 Voir H. Sabbagh, « Syrian-Turkish Relations : A Growing Desire for Boosting Bilateral Relations »,(...)
  • 26 R. H. Haydarian, « Iran-Turkey-Syria : An Alliance of Convenience », Foreign Policy in Focus, 19 j (...)
  • 27 Proclamée en 1983 suite à l’intervention militaire turque à Chypre en 1974, la RTCN n’est à ce jou (...)
  • 28 Voir S. Moubayed, « Turkish-Syrian Relations : The Erdoğan Legacy », SETA Policy Brief, octobre 20 (...)

20Le réchauffement des relations turco-syriennes s’est poursuivi avec la visite du Premier ministre turc Erdoğan en Syrie en décembre 2004, visite au cours de laquelle il a été conjointement décidé que la question du partage des eaux ne devait pas constituer un obstacle dans la relation politique entre les deux pays, et serait désormais abordée sous l’angle purement technique. Au cours d’une conférence de presse organisée sur place, Erdoğan déclarait : « À partir de maintenant nous nous sommes mis d’accord. Notre objectif est le développement et la coopération. Les autres problèmes sont oubliés24. » C’est également au cours de cette visite qu’a été signé l’accord bilatéral de libre-échange, entré en vigueur en 2007. Les deux pays ont aussi décidé de mettre en place un programme de coopération régionale visant au développement des relations techniques, économiques, culturelles, commerciales et scientifiques entre les deux pays. En dix ans la Turquie est devenue le premier investisseur en Syrie et un partenaire commercial essentiel pour Damas25. En 2009, les exportations turques en Syrie atteignaient ainsi 1,4 milliard de dollars, contre 328 millions de dollars d’exportations syriennes en Turquie26. Si ces montants sont plutôt négligeables pour la Turquie, cela représente en revanche pour la Syrie une part importante de ses échanges et une source de revenus essentielle. Les échanges turco-syriens ont ensuite été stimulés par plusieurs initiatives importantes : la suppression des visas entre les deux pays en 2009, le projet d’une banque commune, la construction d’une voie ferrée transfrontalière à grande vitesse et la décision de connecter les réseaux nationaux de transport de gaz. Le lancement d’une liaison maritime entre le port syrien de Lattakieh et Chypre Nord constituait également un signe politique fort, dans un contexte d’isolement de la République turque de Chypre Nord (RTCN)27. Un conseil de coopération stratégique a également été créé en 2009 ; il est composé des deux Premiers ministres et de plusieurs ministres des deux pays. Des réunions ministérielles conjointes ont été instaurées. Sur le plan militaire, les deux pays ont signé en avril 2009 un accord de coopération, et des manœuvres militaires conjointes ont été organisées à la frontière turco-syrienne, qui a été déminée par la même occasion. Plusieurs rencontres d’officiers ont également eu lieu. De nombreux contacts se sont noués au niveau des sociétés civiles, notamment à travers les mouvements de populations entre villages frontaliers, mais également par les visites d’hommes d’affaires et les échanges universitaires. Enfin, le succès des séries télévisées turques en Syrie aide aussi au rapprochement entre les deux sociétés28.

Les relations turco-syriennes à l’épreuve des révoltes en Syrie

21C’est au printemps 2011, au moment où les relations turco-syriennes atteignaient un niveau de stabilité et de prospérité exceptionnel, que les révoltes anti-régime ont commencé à éclater en Syrie. La Turquie, comme tous les autres acteurs de la région, a été prise de court par les événements. La réaction turque aux manifestations en Syrie a été profondément différente de celle que l’on a pu observer face à la situation en Tunisie ou en Égypte. L’ampleur des liens établis avec le régime syrien l’explique : la Syrie est le pays arabe avec lequel la Turquie s’est le plus engagée au cours des dix dernières années. Il y avait peu d’enjeu pour Ankara en Tunisie et en Égypte ; la Turquie s’est donc s’est prononcée sans trop de difficultés pour le départ de Ben Ali et de Moubarak. La situation en Libye était déjà plus délicate, au vu du nombre de travailleurs turcs présents sur place et des contrats forts rentables passés par des entreprises turques avec le régime de Kadhafi. Mais le dossier libyen se limitait grosso modo à cette dimension économique et la situation en Libye ne présentait pas du tout la même complexité et les mêmes risques pour la Turquie que les événements de Syrie. C’est ce qui explique la lenteur avec laquelle Ankara a réagi.

  • 29 « Sessiz Kalmamız Mümkün Değil » (Nous ne pouvons pas rester silencieux), Sabah, 28 mars 2011.
  • 30 Voir « Türkiye-Suriye İlişkilerinde İpler Kopma Noktasında » (Le point de rupture des relations tu (...)
  • 31 « Istanbul’da Suriye Ulusal Kurtuluş Konferansı Düzenlendi » (La conférence de libération national (...)
  • 32 « Suriye ve Libya için Kritik Açıklamalar » (Des commentaires critiques pour la Lybie et la Syrie) (...)

22En effet, lorsque les premières manifestations ont été organisées à Deraa, la réaction turque est restée modérée. En mars 2011, Erdoğan annonçait certes qu’il était « impossible de rester silencieux face à ces événements », mais ajoutait qu’il espérait que Bachar Al-Assad adopterait une « approche positive, réformiste » afin d’éviter de se retrouver dans une situation comparable à celle de la Libye29. En avril, le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu rencontrait le leader syrien à Damas et proposait l’assistance de la Turquie pour mettre au point un programme général de réforme. Mais l’augmentation du nombre de victimes civiles a fini par épuiser la patience de l’AKP. En mai 2011, Erdoğan a déclaré qu’il ne voulait pas « assister à un nouveau massacre comme celui de Hama30 ». Peu après, une conférence réunissant des membres de l’opposition syrienne était organisée à Antalya en Turquie ; elle a été suivie d’une autre en juillet, qui a réuni près de 350 dissidents syriens31. Le 28 août 2011, le président turc Abdullah Gül a déclaré qu’il avait « perdu espoir en la Syrie » et que la situation avait « atteint un point où tout changement serait considéré comme trop tardif et insuffisant32 ». Le contraste entre le contenu de ces déclarations et les dix années de coopération qui les précèdent est saisissant. En quelques mois, les gains retirés par les deux parties dans la relation turco-syrienne semblent s’être évaporés.

23Alors que la relation avec la Syrie était un point de force de la nouvelle politique étrangère turque au Moyen-Orient, elle constitue désormais un défi majeur pour la Turquie. À partir de la fin des années 1990, la Turquie avait réussi à établir un cadre de coopération clair avec Damas, notamment sur la question kurde. Les liens avec la Syrie étaient également un moyen de catalyser l’influence turque au Moyen-Orient et de pousser la Turquie comme interlocuteur indispensable entre l’Orient et l’Occident. Mais la proximité avec un régime illégitime et auquel le soutien populaire fait défaut ne pouvait garantir une coopération stable sur le long terme. Si le rapprochement turco-syrien a prouvé qu’aucune confrontation n’est irréversible, le renversement de la situation a aussi montré combien il est difficile d’établir une relation solide si les régimes en place ne sont pas des démocraties. Certes, depuis qu’elle s’implique davantage dans la région, Ankara a plusieurs fois évoqué la question des Droits de l’homme et la nécessité de l’État de droit, mais ces considérations démocratiques n’ont jamais été systématiques et ne sont pas au cœur de la relation entre la Turquie et ses voisins. L’expérience syrienne peut en ce sens être utile à la politique étrangère turque, en l’encourageant à s’engager plus du côté des sociétés et moins avec les régimes, ou à fréquenter davantage les gouvernements démocratiquement élus et non les dictatures.

Notes

2 L’ouvrage d’Ahmet Davutoğlu, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu (Profondeur stratégique : la position internationale de la Turquie), Istanbul, Küre Yayınları, 2001, est le véritable programme de la politique étrangère turque de ces dix dernières années. Avec le soutien du parti et du Premier ministre Erdoğan, A. Davutoğlu est devenu le principal stratège de la politique étrangère de l’AKP, d’abord en tant que conseiller du Premier ministre dès 2002, puis en tant que ministre des Affaires étrangères depuis 2009. Voir aussi G. Zengin, Hoca Türk Dış Politikası’nda Davutoğlu Etkisi (Hodja – l’influence de Davutoğlu dans la politique étrangère turque), Istanbul, İnkilap Yayınları, 2010, p. 91.

3 Le roman historique de Falih Rıfkı Atay, Zeytindağı, est un bon exemple de la déception ressentie par les Turcs face au comportement des Arabes pendant la Première Guerre mondiale. Voir F. R. Atay, Zeytindağı (Le mont des Oliviers), Istanbul, Bateş, 1981.

4 Pour plus d’information concernant la dispute territoriale du Hatay et les relations turco-syriennes pendant la guerre froide, voir A. K. Sanjian, « The Sanjak of Alexandretta (Hatay) : Its impact on Turkish-Syrian Relations (19391956) », Middle East Journal, vol. 10, 1956, p. 379-384 ; A. Sever, « The Compliant Ally ? Turkey and the West in the Middle East 1954-1958 », Middle Eastern Studies, vol. 34, no 2, avril 1998, p. 73-90.

5 Après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres signé en 1920 prévoyait une partition des territoires de l’Empire ottoman entre la France, l’Italie, la Grèce et la République d’Arménie. C’est en réaction à cette partition que Mustafa Kemal lança une guerre nationale d’indépendance, qui aboutit à la libération du territoire actuel de la Turquie moderne – le Hatay excepté – entérinée par le traité de Lausanne en 1923.

6 Pour plus de détails sur les enjeux politiques de l’exploitation hydraulique du Tigre et de l’Euphrate, voir M. Dolatyar et T. S. Gray, Water Politics in the Middle East, Londres, Macmillan Press Ltd., 2000.

7 Y. Sezgin, « The October 1998 Crisis in Turkish-Syrian Relations : A Prospects Theory Approach », Turkish Studies, vol. 3, no 2, automne 2002, p. 48.

8 Ibid.

9 Ş. Elekdağ, « 2 ½ War Strategy », Perceptions : Journal of International Affairs, vol. 1, no 1, mars-mai 1996, p. 46-52.

10 Voir Ü. Özdağ, Türkiye, Kuzey Irak ve PKK (La Turquie, le Nord de l’Irak et le PKK), Ankara, ASAM, 1999 ; S. Süzal, « Türkiye Şaşırtıyor » (La Turquie est prise par surprise), Sabah, 28 septembre 1998.

11 Y. Sezgin, op. cit., p. 62.

12 Voir R. Hinnebusch, « Globalization and Generational Change : Syrian Foreign Policy Between Regional Conflict and European Partnership », The Review of International Affairs, vol. 3, no 2, hiver 2003, p. 196 ; Y. Sezgin, op. cit., p. 57-59.

13 Voir M. Mufti, « Special Policy Forum Report : Turkey-Syrian Rapprochement : Causes and Consequences », 21 juin 2002, disponible sur www.ciaonet.org/pbei/winep/policy_2002/2002_630.html (accès août 2011).

14 Voir A. Davutoğlu, « Turkey’s Foreign Policy Vision : An Assessment of 2007 », Insight Turkey, vol. 10, no 1, 2008, p. 77-96.

15 D. Jung, « Turkey and the Arab World : Historical Narratives and New Political Realities », Mediterranean Politics, vol. 10, no 1, mars 2005, p. 10.

16 Voir B. Eligür, « Are Former Enemies Becoming Allies ? Turkey’s Changing Relations with Syria, Iran and Israel since the 2003 Iraqi War », Middle East Brief, no 9, août 2006.

17 Voir A. George, « The Syrian-Turkish Marriage of Convenience », intervention lors d’une conférence sur « La Turquie et le Moyen-Orient » organisée à l’université Sabancı à Istanbul les 2 et 3 mai 2008.

18 Sur la situation des Kurdes en Syrie, voir K. Yıldız, The Kurds in Syria : The Forgotten People, Londres, Pluto Press, 2005.

19 Dans le cadre de cette initiative, les ministres des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, de l’Iran, de la Syrie, de la Jordanie et de l’Égypte se sont réunis à Istanbul le 23 janvier 2003 autour du ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül, et ont appelé Saddam Hussein à coopérer avec les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

20 « ABD : Suriye’ye Bastırın », Radikal, 15 mars 2005.

21 Voir E. Zisser, « Bashar’s Syria and Prospects for Change », été 2009, disponible sur www.jewishpolicycenter.org/835/bashars-syria-and-prospects-forchange (accès octobre 2011).

22 Voir A. Sever, « Turkey and the Syrian-Israeli Peace Talks in the 1990s », MERIA Journal, vol. 5, no 3, septembre 2001.

23 Ö. Tür, « Turkish-Syrian Relations-Where Are we Going ? », UNISCI Discussion Papers, 23 mai 2010.

24 Ö. Tür, op. cit. En mars 2008, la Turquie, la Syrie et l’Irak ont décidé de se doter d’un institut commun travaillant sur l’eau, afin de mener des recherches sur les ressources hydrauliques de la région. Selon Alan George, la Turquie « a adopté une position équitable sur le partage des eaux présentes sur son territoire, qui satisfait la Syrie ». Voir A. George, op. cit.

25 Voir H. Sabbagh, « Syrian-Turkish Relations : A Growing Desire for Boosting Bilateral Relations », SANA, 14 mai 2009.

26 R. H. Haydarian, « Iran-Turkey-Syria : An Alliance of Convenience », Foreign Policy in Focus, 19 juillet 2010.

27 Proclamée en 1983 suite à l’intervention militaire turque à Chypre en 1974, la RTCN n’est à ce jour reconnue que par la Turquie.

28 Voir S. Moubayed, « Turkish-Syrian Relations : The Erdoğan Legacy », SETA Policy Brief, octobre 2008.

29 « Sessiz Kalmamız Mümkün Değil » (Nous ne pouvons pas rester silencieux), Sabah, 28 mars 2011.

30 Voir « Türkiye-Suriye İlişkilerinde İpler Kopma Noktasında » (Le point de rupture des relations turco-syriennes), Sabah, 7 août 2011. En février 1982, l’armée syrienne a bombardé la ville de Hama pour mettre fin à la rébellion menée par des groupes islamiques sunnites syriens contre le régime de Hafez Al-Assad. L’opération aurait fait entre 10 000 et 40 000 morts. Voir M. Landler, « Unrest in Syria and Jordan Poses New Test for U. S. Policy », The New York Times, 26 mars 2011.

31 « Istanbul’da Suriye Ulusal Kurtuluş Konferansı Düzenlendi » (La conférence de libération nationale se prépare à Istanbul), Hürriyet, 17 juillet 2011.

32 « Suriye ve Libya için Kritik Açıklamalar » (Des commentaires critiques pour la Lybie et la Syrie), Hürriyet, 28 août 2011.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/12367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 678k

Auteur

Professeur de Relations internationales à l’université Marmara à Istanbul, spécialiste des relations entre la Turquie et le Moyen-Orient. Elle est l’auteur de nombreux articles parus dans les revues Middle Eastern Studies, Turkish Review of Middle East Studies, Journal of South Asian and Middle Eastern Studies et Middle East Review of International Affairs.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search