Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie II. La Turquie et les grands dossiers politiques régionaux

La relation turco-américaine à l’épreuve du Moyen-Orient

Ömer Taşpinar
Traduction de Gwen Gondry

Texte intégral

1Pour analyser le rôle de la Turquie dans la vision américaine du Moyen-Orient, on doit adopter une approche globale : quelle vision stratégique les Américains ont-ils du Moyen-Orient ? Pour la politique étrangère américaine, ce qui est urgent prime souvent sur ce qui est important. Investis de responsabilités à l’échelle mondiale, les dirigeants américains passent la quasi-totalité de leur temps à faire du crisis management ou du damage control. Ils font quotidiennement face à des impératifs laissant peu de place à une réflexion stratégique de long terme. C’est sans doute pour cette raison que la Turquie n’apparaît que rarement en tête de la liste des priorités américaines de politique étrangère, les diplomates ne l’identifiant presque jamais à une situation d’urgence ou de crise. Et si d’aventure Ankara pose quelques difficultés, cela ne constitue jamais une menace pour les États-Unis comparable à la situation en Irak, en Iran, en Afghanistan ou en Russie autour du Caucase. Économiquement, la Turquie ne pèse pas non plus assez lourd pour être au cœur de la stratégie américaine au Moyen-Orient. En d’autres termes, Ankara n’exporte pas de pétrole, contrairement à l’Arabie Saoudite. La Turquie n’abrite évidemment pas de terroristes prêts à frapper les États-Unis ; elle ne présente pas non plus de risque de prolifération nucléaire comme le Pakistan ou la Corée du Nord.

La Turquie dans la vision stratégique américaine : Un changement de paradigme ?

  • 2 Voir S. Güvenç, S. Özel, et Ş. Yılmaz, « Rebuilding a Partnership : Turkish-American Relations for (...)
  • 3 Les dossiers concernant la Turquie étant gérés par les secteurs « Europe » de ces administrations.
  • 4 Voir M. Parris, « The Bush Legacy in US-Turkish Relations », Insight Turkey, vol. 10, no 4, octobr (...)

2Ce n’est donc qu’en cas de crise régionale, ou lorsqu’ils ont besoin d’aide sur un dossier urgent, que les dirigeants américains s’intéressent à la Turquie. En ce sens, il n’existe tout simplement pas de stratégie américaine claire et bien définie à son égard. Dès lors, il est rare que Washington pense d’entrée de jeu au rôle que pourrait tenir Ankara, et la politique américaine vis-à-vis de la Turquie découle de problèmes et de priorités plus pressants à l’échelle régionale2. Précisons en outre que dans la classification bureaucratique du département d’État et du Pentagone la Turquie tombe en plein dans le hiatus existant entre Europe et Moyen-Orient3. Comme le soulignait l’ancien ambassadeur américain en Turquie, Mark Parris, il existe un problème structurel dans la manière dont l’administration américaine aborde la Turquie : « La répartition inadéquate des responsabilités et du pouvoir entre les départements en charge de l’Europe d’une part, et du Moyen-Orient d’autre part, handicape depuis longtemps la gestion des relations entre les États-Unis et la Turquie4. » Depuis la fin de la guerre froide, et a fortiori depuis la seconde guerre du Golfe et les attentats du 11 septembre 2001, les dossiers les plus importants – et aussi les plus problématiques – de la relation turco-américaine ont surgi en dehors du périmètre européen. En fait, la majorité d’entre eux se présente dans des régions qui relèvent à Washington des départements en charge du Moyen-Orient, et plus précisément du Bureau des affaires du Proche-Orient (Bureau for Near East Affairs – NEA) du département d’État, du Commandement central (Central Command – CENTCOM) du Pentagone et de la direction du Proche-Orient et d’Asie du Sud du Conseil national de sécurité (National Security Council – NSC).

  • 5 Pew Research Center, 22 Nations Global Attitudes Survey, 17 juin 2010, p. 6.
  • 6 German Marshall Fund, Transatlantic Trends Survey, 15 septembre 2010, p. 12.

3Au-delà de tous ces éléments, il est important de noter que l’image de Washington s’est détériorée ces dernières années auprès de l’opinion publique turque. Dans une Turquie aujourd’hui à la fois plus démocratique et plus populiste, ceci pose un problème majeur aux dirigeants turcs et américains. De fait, on ne peut pas évaluer le rôle de la Turquie dans la vision stratégique des États-Unis au Moyen-Orient sans reconnaître avant tout que le partenariat entre Washington et Ankara, jadis stratégique et bien accepté, s’est beaucoup affaibli depuis l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003. En juin 2010, la Global Attitudes Survey (étude sur les attitudes mondiales) du Pew Research Center a révélé que les États-Unis ne recueillaient que 17 % d’opinions favorables au sein de la population turque, soit le taux le plus faible observé, avec le Pakistan et l’Égypte, parmi les 22 nations sondées5. La Transatlantic Trends Survey (étude des tendances transatlantiques) de l’organisation américaine German Marshall Fund a donné des résultats similaires en 2010 : seulement 6 % des Turcs considéraient qu’il était dans l’intérêt de la Turquie de coopérer avec Washington, et 14 % avaient une opinion favorable des États-Unis. Autre révélation de cette étude : le pourcentage de Turcs estimant qu’Ankara devrait renforcer la coopération avec les pays du Moyen-Orient sur les questions internationales a doublé entre 2009 et 2010, passant de 10 % à 20 %6.

4Le niveau du ressentiment exprimé contre Washington révèle un changement de paradigme dans les relations turco-américaines après la guerre froide. Certes, l’antiaméricanisme existait déjà en Turquie auparavant, mais il se cantonnait alors essentiellement aux milieux de gauche ; il n’a rencontré un écho massif dans l’ensemble de la société turque qu’à partir des années 1990. Comme nous le verrons, la question kurde a changé la donne, l’attitude des États-Unis étant perçue comme favorable aux Kurdes. Deux problèmes fondamentaux ont en fait contribué à dégrader les relations turco-américaines depuis la chute de l’Union soviétique. Le premier, et aussi le plus important, est l’absence d’ennemi commun. Dans le nouvel ordre mondial et régional postsoviétique, la Turquie et les États-Unis ne partagent plus la perception de menaces communes. Si les deux pays ont bien identifié le terrorisme comme un danger, le concept reste très générique. Pour les Turcs, il est principalement associé au problème kurde et au Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK), traduisant une vision ethnique du terrorisme. Pour les responsables de l’establishment sécuritaire américain, en revanche, la principale préoccupation est le terrorisme idéologique, et plus précisément Al-Qaida. Il va sans dire que ces deux formes de terrorisme sont des phénomènes distincts, relevant d’origines et de contextes très différents. Trop général, le concept de lutte contre le terrorisme ne produit pas le sentiment d’urgence, les objectifs et la discipline indispensables pour nouer un réel « partenariat stratégique » reposant sur la nécessité de contenir, décourager et vaincre un ennemi commun. Le terrorisme n’est pas un substitut assez puissant si on le compare au poids de la menace nucléaire soviétique qui planait sur Washington et Ankara pendant la guerre froide.

Le Moyen-Orient entre obsession américaine et méfiance turque

5Le second problème, qui découle du nouvel équilibre postsoviétique, est le déplacement du centre de gravité des relations turco-américaines de l’Eurasie vers le Moyen-Orient. Pour les États-Unis, la menace vient désormais des « États voyous » tels que l’Iran, l’Irak et la Syrie, qui ont tous une frontière commune avec la Turquie.

  • 7 C. Haberman, « Mideast Tensions : Turkish Leader Is Said to Favor Sending Troops to Saudi Arabia » (...)

6Au cours de la première guerre du Golfe, le partenariat turco-américain a survécu en grande partie grâce à Turgut Özal, qui était alors président de République de Turquie. Mais même à l’époque, les militaires turcs se montraient très réticents à soutenir pleinement l’action des États-Unis. Le désaccord entre Özal, qui souhaitait soutenir militairement les Américains, et le chef d’état-major des armées de l’époque, le général Necip Torumtay, qui était opposé à ce soutien, a poussé ce dernier à la démission7. En 2003, l’invasion de l’Irak par les États-Unis s’est révélée bien plus lourde de conséquences pour les relations turco-américaines, puisque le Parlement turc a refusé à l’armée américaine le droit de transiter par le pays. Le constat était clair : les États-Unis étaient de plus en plus impliqués dans des conflits dans le voisinage immédiat de la Turquie, et celle-ci ne partageait pas leur perception de la menace.

  • 8 Pour les aspects régionaux de la question kurde, voir G. Stansfield et L. Robert (dir.), The Kurdi (...)

7En effet, un autre facteur rendait les choses encore plus compliquées : depuis la fin de la guerre froide, la Turquie se concentrait sur une menace complètement différente, le séparatisme kurde. Alors que Washington cherchait à stigmatiser l’Irak, l’Iran et la Syrie comme les principales menaces régionales, la Turquie restait une puissance de statu quo, ne souhaitant pas déstabiliser la zone. En fait, Ankara avait plus que jamais besoin de l’aide, du partenariat et de la stabilité de ses voisins du Moyen-Orient. Pour contenir la nouvelle menace existentielle du PKK, il lui fallait forger un partenariat régional de sécurité avec la Syrie, l’Irak et l’Iran, ces trois pays abritant de vastes minorités kurdes et se montrant aussi déterminés que la Turquie à étouffer leurs aspirations nationalistes8.

  • 9 M. Rajan et E. Wimbush, Is The United States Losing Turkey ?, New York, Hudson Institute, 25 mars (...)
  • 10 Le traité de Sèvres, qui consacre le démembrement territorial de l’Empire ottoman, fut signé le 10 (...)

8Après 1991, la mise en place par l’armée de l’air américaine d’une zone d’exclusion aérienne au nord de l’Irak a alimenté en Turquie des rumeurs de complot sur un soutien américain au séparatisme kurde et la création d’un État kurde indépendant9. Bien que les États-Unis aient aidé la Turquie à lutter contre le terrorisme, une majorité de Turcs estimait que Washington était favorable aux aspirations nationales kurdes. Aux yeux d’Ankara, Washington apparaissait comme la puissance protectrice des Kurdes, une perception renforcée après l’invasion irakienne de 2003. En effet, dans l’Irak post-Saddam Hussein, les Kurdes étaient devenus les meilleurs alliés des États-Unis, tout en poursuivant une logique d’expansion territoriale, avec des revendications sur la province de Kirkouk, riche en pétrole et située dans le Nord de l’Irak. C’en était trop pour une opinion publique turque hantée par le spectre du démembrement – le fameux syndrome de Sèvres10.

9Bien entendu, la politique militaire répressive menée par la Turquie depuis le début des années 1980 à l’égard des Kurdes n’arrangeait en rien la situation et provoquait de violentes réactions régionales. Dès le milieu des années 1990, une grande partie de l’armée turque combattait l’insurrection kurde dans le Sud-Est de l’Anatolie. Ainsi, dans un contexte post-guerre froide, non seulement Ankara et Washington ne faisaient plus front commun contre une même menace mais, aux yeux de la plupart des Turcs, les États-Unis eux-mêmes étaient devenus le principal soutien de l’ennemi existentiel de la Turquie : le mouvement séparatiste kurde. Rien de surprenant, dès lors, à ce qu’un changement de paradigme radical se produise dans les relations turco-américaines, avec une défiance croissante de l’opinion publique turque à l’égard des États-Unis.

  • 11 La Turquie compte actuellement un contingent de 1 700 hommes au sein de la FIAS. En 2009, pour la (...)

10La coupure entre les États-Unis et la Turquie provoquée par l’invasion américaine en Irak contrastait pourtant avec les réactions observées au lendemain des attentats d’Al-Qaida sur le territoire américain. Tout comme la France, Ankara s’est rangé du côté des États-Unis après le 11 septembre et a énergiquement soutenu la riposte américaine en Afghanistan. La Turquie a également été la première à assurer l’armée américaine de son soutien pour une mission de maintien de la paix après la chute des Talibans, avant de devenir, début 2002, le premier pays à prendre le commandement de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN)11. Lorsque, un peu plus tard dans l’année, Washington a placé l’Irak dans sa ligne de mire, la Turquie a cependant exprimé sa ferme désapprobation. Pour les Turcs, une invasion américaine en Irak risquait de donner naissance, dans le Nord, à une entité kurde indépendante qui pourrait alimenter les aspirations séparatistes au sein de la population kurde de Turquie. La population turque, qui n’avait pas oublié la première guerre du Golfe, la vague de réfugiés qu’elle avait entraînée et son coût économique, était résolument opposée à un second conflit.

  • 12 Hilmi Özkök, le chef d’état-major des forces armées, déclarait que le 4 juillet avait causé une « (...)

11Enfin, le malaise entre la Turquie et les États-Unis à propos de l’Irak s’est encore approfondi le 4 juillet 2003, lorsque les forces armées américaines postées dans le Nord du pays ont placé en détention 11 membres des forces spéciales turques suspectés de vouloir participer à l’assassinat d’un homme politique local kurde. Bien que les deux parties aient finalement déploré cet incident dans un communiqué conjoint, pour de nombreux Turcs le 4 juillet est devenu le symbole de l’hostilité américaine à l’égard de la Turquie, tout comme le 1er mars – jour où le Parlement turc a refusé à l’armée américaine de transiter par la Turquie – symbolise, pour de nombreux membres du gouvernement Bush, le manque de soutien d’Ankara aux États-Unis12.

  • 13 Voir « Remarks by Ambassador Ross Wilson Concerning the Visit by Hamas Leaders to Turkey », Ankara (...)
  • 14 Cité dans Ü. Enginsoy et B. E. Bekdil, « Hamas Chief’s Visit Tests Turk-U. S. Ties », Defense News (...)

12Au cours du second mandat de George W. Bush à la Maison-Blanche, plusieurs autres épisodes ont exacerbé les tensions bilatérales. En février 2006, la Turquie a été le premier pays à recevoir le leader du Hamas, Khaled Meshaal, après la victoire de son parti aux élections palestiniennes. Évitant de critiquer publiquement une rencontre qui sapait pourtant les efforts américains déployés pour isoler le Hamas, le gouvernement Bush préféra appeler la Turquie à faire passer un « message de renonciation au terrorisme, de reconnaissance du droit à l’existence d’Israël et d’adhésion aux engagements pris par l’Autorité palestinienne13 ». En dehors des cercles officiels, la réaction de certains Américains fut toutefois moins tempérée, y compris parmi les groupes juifs qui avaient soutenu Ankara en tant qu’ami d’Israël et s’inquiétaient de plus en plus des échos d’antisémitisme en provenance de Turquie. Des représentants de l’American Jewish Committee qualifièrent ainsi l’entrevue d’« erreur tragique », qui aurait de « sérieuses répercussions au sein des gouvernements des démocraties occidentales, de la communauté juive des États-Unis et du monde entier, ainsi qu’auprès des amis de la Turquie14 ».

  • 15 « Turkish PM Condemns “New Culture of Violence” in Mideast », Agence France Presse, 31 juillet 200 (...)
  • 16 Q. Peel, « Anti-West Backlash is Gathering Pace, Warns Turkish Minister », Financial Times, 20 jui (...)

13Les relations avec les États-Unis se dégradèrent encore à l’été 2006, lorsque les leaders turcs dénoncèrent l’échec de Washington à imposer un cessez-le-feu durant la guerre entre Israël et le Hezbollah au Liban. Pour le Premier ministre Erdoğan, il était « impensable de rester silencieux face à cette nouvelle conception du pouvoir, cette nouvelle culture de la violence qui [bafouait] le sens de la justice », et la guerre « [alimentait] la violence et [renforçait] le terrorisme15 ». Le ministre des Affaires étrangères, Abdullah Gül, mettait en garde les États-Unis contre l’opposition croissante que leur soutien à Israël pourrait soulever chez les Turcs et d’autres peuples du Moyen-Orient. « Des gens modérés et libéraux [en Turquie] sont en train de devenir antiaméricains et anti-UE », lança-t-il. « Si notre population, qui est jeune, active, dynamique et éduquée, devient amère, si ses sentiments et son attitude changent, ce n’est pas bon. Le regard qu’elle porte sur ces politiques mondiales et sur les enjeux stratégiques ne sera plus le même. C’est dangereux16. »

  • 17 En 2007, l’armée turque et les milieux kémalistes ont refusé qu’Abdullah Gül soit élu à la préside (...)

14Dans ce climat déjà tendu, les crises politiques internes traversées par la Turquie en 2007 n’ont rien fait pour rapprocher les deux pays17. Dans la querelle qui a opposé kémalistes et AKP lors de la campagne présidentielle cette année-là, chaque camp a accusé les États-Unis de ne pas défendre les principes les plus chers à ses yeux : la démocratie pour l’AKP et la laïcité pour les kémalistes.

  • 18 Pour des déclarations de George W. Bush et Condoleeza Rice sur la Turquie comme « modèle », voir « (...)
  • 19 M. B. Altunışık, « The Turkish Model and Democratization in the Middle East », Arab Studies Quarte (...)
  • 20 Voir M. B. Altunışık, op. cit. Pour les remarques de Sezer, voir « Address of H. E. President Ahme (...)

15Ces derniers reprochaient à Washington de témoigner une sympathie indue au gouvernement de R. T. Erdoğan. Il est vrai que, depuis les attentats du 11 septembre, les États-Unis avaient tendance à considérer la Turquie comme un modèle démocratique dont devait s’inspirer le Moyen-Orient18. À vanter l’exemplarité de l’AKP pour le monde musulman et qualifier la Turquie de « pays islamique modéré », le gouvernement Bush n’a fait qu’attiser l’irritation des kémalistes contre l’Occident. Ces derniers voyaient dans l’attitude de Washington une incitation à islamiser la Turquie. En désignant la Turquie comme une « république islamique » en 2004, l’ancien secrétaire d’État Colin Powell renforçait la paranoïa laïciste déclenchée par les éloges du président Bush, et alimentait de nombreuses critiques et de nouvelles rumeurs de complot en Turquie19. Pour une grande partie de l’establishment séculariste, les États-Unis incitaient la Turquie à jouer le rôle du « bon musulman » contre les « mauvais musulmans » dans le monde arabe, une position qui ancrerait le pays dans le Moyen-Orient islamique plutôt que dans l’Europe laïque. L’ancien président turc Ahmet Necdet Sezer réagissait alors en affirmant que « la Turquie [n’était] ni une république islamique, ni un modèle d’islam modéré20 ». Les intentions américaines préoccupaient d’autant plus les milieux kémalistes que Fethullah Gülen, le leader du mouvement islamique le plus influent de Turquie, est réfugié aux États-Unis depuis 1998.

  • 21 Pour plus de détails sur le e-memorandum de 2007, voir Ö. Taşpınar, « Old Turks’ Revolt : When Rad (...)

16L’AKP pour sa part a déploré l’absence de fermeté du gouvernement Bush en 2007, au moment où planait la menace d’un coup d’État militaire visant à renverser un gouvernement élu. Washington estimait en effet qu’il était dans l’intérêt des États-Unis de préserver une bonne communication avec les généraux turcs, même si cela se faisait aux dépens de la démocratie turque21.

  • 22 Office of the Press Secretary, Washington, DC, Maison-Blanche, 17 octobre 2007.
  • 23 Voir « Press availability with Foreign Minister Ali Babacan », 2 novembre 2007, http://hyelog.blog (...)

17C’est cependant le mécontentement croissant provoqué en Turquie par la gestion du dossier kurde qui a le plus contribué à tendre les liens américano-turcs. Lorsque la violence du PKK reprit en 2004 après plusieurs années d’accalmie, les États-Unis furent pointés du doigt par un nombre croissant de Turcs pour avoir provoqué le séparatisme kurde en envahissant l’Irak, et n’avoir pas fait davantage ensuite pour le juguler. En octobre 2007, la Turquie commença à masser des troupes à la frontière irakienne, pilonnant régulièrement les sites présumés des bases du PKK et affirmant qu’en l’absence de mesures énergiques à l’encontre de ce parti de la part de Washington ou des leaders kurdes d’Irak, l’armée turque prendrait elle-même les choses en main. Le 17 octobre, le Parlement turc autorisa, à une majorité écrasante, une incursion militaire en Irak. Les Américains, craignant que cette opération ne déstabilise la seule région relativement calme d’Irak, s’y opposèrent vigoureusement. George W. Bush déclarait alors, non sans ironie : « Nous indiquons clairement à la Turquie qu’il n’est pas dans son intérêt d’envoyer des troupes en Irak22. » Au mois de novembre, le refus des États-Unis de soutenir une action militaire turque dans le Nord de l’Irak n’était plus tenable du point de vue des relations turco-américaines. Washington finit alors par durcir le ton et adopta une ligne plus ferme sur le PKK. Lors d’un discours prononcé à Ankara le 2 novembre, la secrétaire d’État Condoleezza Rice qualifia le terrorisme du PKK de « menace commune » pour les États-Unis et la Turquie. Quelques jours plus tard, le président Bush annonçait au Premier ministre Erdoğan que les services de renseignements américains partageraient davantage d’informations avec la Turquie23.

18Au mois de décembre, après une série d’attentats particulièrement violents du PKK, au cours desquels 40 civils et militaires turcs trouvèrent la mort, Washington cessa de s’opposer aux opérations transfrontalières turques et apporta un soutien politique et opérationnel – en fournissant des « informations en temps réel » – aux frappes aériennes et aux raids d’Ankara sur les positions du PKK.

  • 24 E. Knickmeyer et J. Partlow, « Turkish Warplanes Again Cross Border to Bomb in N. Iraq : Strike ag (...)

19Cette aide des États-Unis fut appréciée par Ankara, et commentée en ces termes par le président Abdullah Gül : « Nous aurions dû en arriver là bien avant24. » Les relations entre les forces armées des deux pays se sont lentement améliorées après ces incidents, le Pentagone commençant enfin à partager des informations utiles avec l’état-major turc. Un an plus tard, en 2008, Ankara commençait à travailler à l’amélioration de ses relations diplomatiques avec les Kurdes d’Irak, eux-mêmes alarmés par la détermination du nouveau gouvernement Obama à hâter le retrait militaire américain du pays.

  • 25 Voir « Media Roundtable with Secretary of Defense Robert Gates », 27 février 2008. Après avoir obs (...)

20Bien que le climat se soit largement détendu depuis 2007, la question du PKK et le statut en suspens de Kirkouk peuvent encore déstabiliser les relations trilatérales entre Turcs, Kurdes et Américains. Et l’embellie des relations américano-turques a été de courte durée. Le soutien accru apporté par Washington à la Turquie n’a pas suffi à effacer les doutes sur les intentions américaines : bon nombre de Turcs sont en effet restés persuadés que les États-Unis sont favorables aux aspirations nationalistes kurdes, et soutiendraient en dernier ressort la création d’un État kurde indépendant. Les États-Unis ont de nouveau alimenté ces soupçons en 2008, en faisant pression sur la Turquie, qui venait de lancer une nouvelle offensive, pour qu’elle limite ses opérations en Irak à « une semaine ou deux », selon les termes du secrétaire de la Défense Robert Gates, et en exhortant le pays, par la voix de responsables militaires comme le lieutenant général Ray Odierno, commandant des forces armées en Irak, à « discuter et négocier avec ces éléments terroristes [le PKK]25 ».

  • 26 Amiral William Fallon, « Testimony before the House Armed Services Committee », 5 mars 2008.

21Le 5 mars 2008, peu après la fin de l’incursion militaire turque, l’amiral William Fallon, alors à la tête du CENTCOM, a déclaré lors d’une audition du comité des forces armées du Congrès que, selon lui, le problème du PKK ne pourrait être résolu sans conclure « une forme d’arrangement » avec l’organisation26. Pendant près de 50 ans, malgré des différences parfois marquées, les États-Unis et la Turquie avaient pensé pouvoir compter sur l’autre, au nom d’intérêts stratégiques communs. La fracture américano-turque sur les questions irakienne et kurde – doublée de différends majeurs au sujet d’Israël, du Liban, de l’Iran et de la Syrie – a semblé marquer la fin de cette ère.

Nouveaux espoirs et déceptions mutuelles de l’ère Obama

  • 27 Remarks by President Obama to the Turkish Parliament, Washington, DC, Maison-Blanche, 24 août 2011

22Les relations turco-américaines ont toutefois connu une nette amélioration avec l’arrivée au pouvoir de Barack Obama. Désireux de remettre sur pied les relations stratégiques après la période trouble de 2003-2007, le président Obama a choisi la Turquie comme destination pour l’une de ses premières visites à l’étranger et décrit la relation avec Ankara comme un « partenariat modèle » dans un discours prononcé devant le Parlement turc en avril 200927. Sans surprise, l’opinion publique turque a salué le « changement » dans la politique étrangère américaine incarné par ce premier président noir, qui compte des musulmans dans sa famille et se montre beaucoup plus engageant dans ses contacts avec le monde islamique que ses prédécesseurs. Pour autant, après des débuts prometteurs, les relations turco-américaines ont rapidement glissé de nouveau dans la frustration. L’année 2010 a en effet été celle de tous les défis pour l’axe Washington-Ankara. Pour le gouvernement Obama, la plus grande déception est sans nul doute venue de la politique turque à l’égard de l’Iran, et notamment du « non » turc au durcissement des sanctions financières contre Téhéran lors du vote au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU), en juin.

  • 28 Selon l’accord signé par l’Iran, la Turquie et le Brésil, Téhéran devait livrer 1 200 kilogrammes (...)

23Pour Washington, le plus frustrant a été de subir ce revers alors même que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité – y compris la Russie et la Chine – avaient voté en faveur des sanctions. Ce refus de la Turquie a durement rappelé au gouvernement Obama que Washington ne pouvait plus faire confiance à la Turquie concernant certaines questions stratégiques et de sécurité de la plus haute importance. L’épisode a directement mis à mal à la fois une partie de la capacité d’influence des Turcs à Washington et la bonne volonté des Américains. De leur côté, les Turcs étaient frustrés de constater que Washington ne voulait pas donner une chance à l’accord de Téhéran, négocié par la Turquie et le Brésil avec le régime iranien, avant le vote du Conseil de sécurité de l’ONU sur les sanctions28.

  • 29 Les télégrammes diplomatiques rendus publics par WikiLeaks révèlent qu’en octobre 2009, lors d’une (...)

24Peu de temps après la crise iranienne, en juin 2010, les relations entre Ankara et Washington se sont dégradées un peu plus avec l’incident de la flottille de Gaza et le refus du gouvernement Obama de condamner l’action israélienne dans ce contexte. La tension entre Israël et la Turquie a en effet atteint son paroxysme lorsque l’armée israélienne a arraisonné une flottille d’aide humanitaire dans les eaux internationales et tué neuf Turcs (dont un citoyen américain) après s’être heurtée à la résistance de militants sur le navire Mavi Marmara. La querelle avec Israël et la rhétorique populiste employée par les Turcs après l’affaire de la flottille ont miné les relations entre Ankara et Washington. S’ajoutant à l’exaspération provoquée par le « non » surprise de la Turquie aux sanctions contre l’Iran, l’incident a beaucoup contribué à envenimer les relations turco-américaines29.

  • 30 Tom Friedman estimait qu’Ankara était en train de rejoindre « la résistance Hamas-Hezbollah-Iran c (...)

25Outre ces difficultés sur l’Iran et sur Israël, un autre facteur a aussi contrarié Washington, et plus particulièrement le département d’État : le refus de la Turquie de ratifier les protocoles signés en octobre 2009, qui devaient aboutir à une réouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie (fermée depuis 1993) et à l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays. En bref, 2010 a été une année bien difficile pour les relations turco-américaines. De vifs débats ont eu lieu aux États-Unis concernant l’« islamisation » de la politique d’Ankara au Moyen-Orient. La question, devenue cliché, du « Qui a perdu la Turquie ? » est restée d’actualité durant la majeure partie de l’année. Les officiels américains qui suivent la Turquie de près semblaient d’accord pour parler d’un « changement d’axe » dans la politique étrangère turque, en direction de l’Orient et du monde islamique. De grands éditorialistes, comme Tom Friedman du New York Times, ont alors rejoint la cohorte des pessimistes30.

  • 31 « Clinton Says Turkey Can Be Model for Emerging Democracies », site Internet de l’ambassade améric (...)

26Il est cependant intéressant de constater que le pessimisme se fait plus rare aux échelons de décision plus élevés. Le conseiller à la Sécurité nationale, le secrétaire d’État, le secrétaire à la Défense et, sans nul doute, le président des États-Unis semblent bien moins inquiets au sujet de la Turquie que les agents présents aux échelons intermédiaires de l’administration américaine, qui élaborent quotidiennement la politique américaine sur la Turquie. À titre d’exemple, Barack Obama et la secrétaire d’État Hillary Clinton ont tous deux chanté les louanges de la démocratie et de la politique étrangère turques lors de leurs visites en Turquie. En juillet 2011, Hillary Clinton a souligné que les progrès réalisés par la Turquie sur les plans démocratique et économique au cours de ces dernières décennies étaient « remarquables » et que le pays pouvait servir d’« exemple » à ses voisins du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, qui mènent actuellement leurs propres réformes31.

27Ce paradoxe requiert une explication. Il renvoie en partie à une différence dans l’angle d’analyse. Aux yeux des dirigeants de très haut niveau, dont les perspectives et les compétences couvrent l’ensemble du monde, la Turquie se porte plutôt bien. C’est un pays musulman doté d’un système laïque, démocratique et capitaliste. Comparée au reste du monde islamique, la Turquie est une success story. Elle présente une croissance économique forte, une démocratie qui fonctionne et un gouvernement fort qui assure une gouvernance honorable. Et malgré sa popularité récemment acquise dans le monde islamique, le pays demeure fermement ancré dans l’alliance transatlantique incarnée par l’OTAN. Le soutien apporté par la Turquie au nouveau concept stratégique de l’Organisation lors du sommet de Lisbonne en décembre 2010, puis l’adhésion d’Ankara au programme de défense antimissile de l’OTAN en sont autant d’illustrations. Pour résumer, comme on l’a énoncé au début de ce chapitre, la Turquie est loin de contrarier autant Washington que tous les grands problèmes que doit affronter quotidiennement la diplomatie américaine.

28Dans ces circonstances, comment expliquer le pessimisme des fonctionnaires qui s’occupent de la Turquie au jour le jour ? En partie par la structure des administrations en charge de la Turquie, à savoir les départements européens des agences gouvernementales. Les agents du département d’État et du Pentagone chargés de la Turquie sont souvent des spécialistes de l’Europe de l’Ouest, de l’OTAN, de la Russie, de l’UE et de la Méditerranée. Le niveau de leurs attentes est élevé et les habitudes contractées durant la guerre froide les poussent à considérer la Turquie exclusivement comme un membre de l’Alliance atlantique et comme un État occidental. Leur déception est donc très forte lorsque la Turquie déroge aux normes transatlantiques et occidentales. C’est d’autant plus souvent le cas que la Turquie a revu son rôle et ses ambitions à la hausse au Moyen-Orient et dans le monde islamique au sens large. Ainsi, toute déviation par rapport aux normes transatlantiques est souvent interprétée comme une islamisation – d’où le débat sur l’« islamisation » et la sempiternelle question : « Qui a perdu la Turquie ? ».

La Turquie et le « printemps arabe » dans la vision stratégique américaine

  • 32 Les relations entre Ankara et Moscou ont considérablement progressé au cours de ces dix dernières (...)

29Le « printemps arabe » est survenu alors que les relations de la Turquie avec les États-Unis, Israël et l’Europe traversaient, nous l’avons vu, une période particulièrement agitée. Les alliés occidentaux d’Ankara semblaient de plus en plus préoccupés par une « islamisation » de sa politique étrangère. Après 2010, alors que les relations de la Turquie étaient plus tendues que jamais avec Israël et Washington, la Syrie, la Russie et l’Iran apparaissaient comme ses nouveaux alliés dans la région32.

30Quelle différence de ton après quelques mois ! Le discours tenu par les États-Unis à propos de la Turquie a totalement changé avec le printemps arabe. Plutôt que de demander « Qui a perdu la Turquie ? » et de se lamenter sur l’islamisation supposée de la politique étrangère turque, la plupart des analystes occidentaux s’affairent désormais à déterminer si les nouveaux régimes arabes auront la chance de suivre les traces du « modèle turc ». Pays musulman le plus démocratique et laïque de la région, la Turquie apparaît désormais sous un jour bien plus favorable.

31L’avantage comparatif du modèle turc est qu’il fournit un exemple politique et démocratique bien plus attrayant que les autres, à la fois pour les sécularistes et pour les islamistes de la région. Il faudrait en fait parler plutôt de deux modèles différents. Le modèle qui nous est le plus familier est celui de l’évolution pacifique et démocratique de l’islam politique turc, symbolisé par l’émergence d’un mouvement islamique modéré, l’AKP, dont la priorité est d’assurer la bonne gouvernance du pays. Le second modèle théorise la contribution de l’armée dans le façonnage du système politique turc. En Égypte comme en Tunisie, l’armée continue de jouer un rôle crucial dans les transitions postautoritaires. Il n’y a donc rien de surprenant à ce que le modèle turc s’impose dans les esprits lorsque l’armée devient le principal acteur pesant sur l’environnement politique. Après tout, l’armée turque a joué un rôle déterminant dans la formation de la République et est devenue la gardienne autoproclamée du régime kémaliste en Turquie depuis 1923. Néanmoins, l’évolution récente des relations entre civils et militaires confirme l’adhésion du pays à la norme occidentale de la suprématie civile.

32Avec son appel au changement démocratique en Égypte et en Syrie ainsi que son soutien – une fois passée la réticence initiale – à l’action militaire de l’OTAN en Libye, la Turquie est en tout cas désormais largement perçue comme un acteur jouant un rôle positif dans le sens du changement démocratique au Moyen-Orient. L’une des questions les plus débattues désormais dans les médias arabes est de savoir si les mouvements islamiques actifs en Égypte, en Tunisie, au Yémen, en Libye, en Syrie et dans d’autres États arabes pourront donner le jour à des partis politiques aussi modérés que le Parti de la justice et du développement de Recep Tayyip Erdoğan. Les mêmes questions ont été posées aux États-Unis à propos de la Turquie peu de temps après le début des soulèvements populaires en Tunisie, en Égypte et au Yémen.

  • 33 Pour une analyse de ces nouvelles dimensions, voir Ö. Taşpınar, « The Three Strategic Visions of T (...)

33La rapidité avec laquelle le débat s’est détourné de la question « Qui a perdu la Turquie ? », pour vanter désormais un « modèle turc » pouvant être donné en exemple, montre la confusion qui règne aux États-Unis dans l’analyse de ce pays important. L’une des plus graves erreurs commises par les analystes à propos de la politique étrangère turque est d’établir une distinction entre « pro-occidental » et « islamique ». Cette erreur de jugement est compréhensible. La Turquie est presque entièrement musulmane et l’AKP, d’origine islamiste, a remporté trois victoires électorales consécutives. De nombreux dirigeants, analystes et chercheurs assimilent donc la distance prise par rapport à l’Occident – cette crainte de « perdre la Turquie » – à un renouveau islamique, ou une islamisation. Si la place grandissante de la religion en Turquie ne doit pas être négligée, une approche plus nuancée de la politique étrangère turque devrait prendre en considération de nouvelles dynamiques, telles que le néo-ottomanisme et l’ascension d’une forme de « gaullisme » à la turque. Dans les deux cas, ce n’est pas d’une politique étrangère islamiste qu’il s’agit mais plutôt d’une orientation stratégique plus nationaliste, assurée, indépendante, confiante en soi et autocentrée – en un mot, une variante turque du « gaullisme ». À l’instar de la politique antiaméricaine et anti-OTAN menée par le général de Gaulle dans les années 1960, une Turquie gaulliste pourrait à terme remettre en question la participation d’Ankara à la structure militaire de l’OTAN ou reconsidérer le bien-fondé de décennies d’attentes pour une adhésion très improbable à l’UE. Désormais en quête d’indépendance et de souveraineté complète, d’un poids stratégique accru et, plus important encore, de gloire et de grandeur, une Turquie gaulliste pourrait choisir d’avoir sa propre force de frappe – une force de dissuasion nucléaire – et de mener sa propre Realpolitik avec des pays tels que la Chine, l’Inde et la Russie33.

  • 34 Pour prendre deux exemples parmi tant d’autres, voir J. W. Walker, « Return of the Turks as Middle (...)
  • 35 Voir http://wikileaks.ch/cable/2009/10/09DAMASCUS759.html (accès août 2011).

34La politique étrangère américaine semble lentement dépasser la dichotomie islam/laïcité ou Est/Ouest dans l’analyse de la Turquie, et c’est une bonne nouvelle. Bien que le néo-ottomanisme et le gaullisme à la turque ne soient pas encore entrés dans le discours américain sur ce pays, la confiance retrouvée, l’indépendance, le nationalisme et le sentiment d’hubris de la Turquie sont de plus en plus clairement analysés dans les rapports produits par les think tanks et les analyses des médias34. Il ne fait aucun doute que les diplomates américains se sentent frustrés lorsque l’assurance et les prétentions exagérées de la Turquie créent des problèmes dans les relations turco-israéliennes ou entraînent des divergences à propos de l’Iran. La Turquie est cependant prise beaucoup plus au sérieux qu’il y a dix ans, grâce à la réussite économique de l’AKP et aux inlassables efforts diplomatiques du ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu pour jouer les médiateurs dans les conflits régionaux, dans le cadre de sa politique de « Zéro problème avec les voisins ». Enfin, il est important de noter que la Turquie et les États-Unis sont aujourd’hui remarquablement en phase sur les événements de Syrie. Avant même que la crise n’éclate, un télégramme diplomatique divulgué par WikiLeaks révélait que la Turquie était considérée par le gouvernement Obama comme « le meilleur espoir de soustraire la Syrie à l’influence de Téhéran35 ». En ce sens, on peut dire qu’avec le printemps arabe, les dirigeants américains ont considérablement réévalué le rôle stratégique que pourrait jouer la Turquie dans la région. Il reste évidemment à voir si Ankara saura saisir cette occasion et remplir ce rôle.

Notes

2 Voir S. Güvenç, S. Özel, et Ş. Yılmaz, « Rebuilding a Partnership : Turkish-American Relations for a New Era », Tusiad Report, avril 2009.

3 Les dossiers concernant la Turquie étant gérés par les secteurs « Europe » de ces administrations.

4 Voir M. Parris, « The Bush Legacy in US-Turkish Relations », Insight Turkey, vol. 10, no 4, octobre-décembre 2008.

5 Pew Research Center, 22 Nations Global Attitudes Survey, 17 juin 2010, p. 6.

6 German Marshall Fund, Transatlantic Trends Survey, 15 septembre 2010, p. 12.

7 C. Haberman, « Mideast Tensions : Turkish Leader Is Said to Favor Sending Troops to Saudi Arabia », The New York Times, 5 décembre 1990.

8 Pour les aspects régionaux de la question kurde, voir G. Stansfield et L. Robert (dir.), The Kurdish Policy Imperative, Londres, Chatham House, 2010.

9 M. Rajan et E. Wimbush, Is The United States Losing Turkey ?, New York, Hudson Institute, 25 mars 2007.

10 Le traité de Sèvres, qui consacre le démembrement territorial de l’Empire ottoman, fut signé le 10 août 1920. Il prévoyait notamment la création d’un « territoire autonome des Kurdes » (articles 62 à 64) et d’une « République indépendante d’Arménie », ainsi que l’intégration progressive au Royaume de Grèce de certains territoires de la côte égéenne, dont Smyrne, tandis que la France et l’Italie obtenaient des zones d’influences respectivement en Cilicie et autour d’Adana. Les provinces arabes de l’Empire étaient placées sous contrôle français (Liban, Syrie) et britannique (Irak, Palestine). Ce traité, jamais ratifié, fut révisé en 1923 par le traité de Lausanne qui fixe les frontières de la Turquie actuelle, incluant l’Anatolie et la Thrace orientale. La mythologie de Sèvres continue cependant d’alimenter en Turquie une « peur atavique d’un nouveau démembrement, toujours imputable à des étrangers, que les minorités (Arméniens, Grecs, Kurdes) continueront un temps d’incarner sur le sol turc ». C’est cette peur que l’on appelle « syndrome de Sèvres » ou « paranoïa de Sèvres ». Voir D. Schmid, « Introduction », dossier « Turquie : enjeux internes et choix diplomatiques », Politique étrangère, vol. 75, no 1, printemps 2010, p. 10-11.

11 La Turquie compte actuellement un contingent de 1 700 hommes au sein de la FIAS. En 2009, pour la troisième fois depuis 2001, la Turquie en a assumé le commandement à Kaboul. Le commandement turc a supervisé des forces venant d’Albanie, d’Azerbaïdjan, de la République tchèque, de Croatie et de Géorgie. La Turquie dirige également la Provincial Reconstruction Team de la province de Wardak. Pour plus de détails, voir
http://www.turkishcoalition.org/issues-information/tca-issue-papers/turkey-tolead-isaf-for-third-time-261.htm (accès octobre 2011).

12 Hilmi Özkök, le chef d’état-major des forces armées, déclarait que le 4 juillet avait causé une « crise de confiance historique » entre les États-Unis et la Turquie. Voir « US Arrest of Soldiers Infuriates Turkey », The Guardian, 8 juillet 2003.

13 Voir « Remarks by Ambassador Ross Wilson Concerning the Visit by Hamas Leaders to Turkey », Ankara, 16 février 2006, sur le site
http://turkey.usembassy.gov/amb_021606.html (accès octobre 2011).

14 Cité dans Ü. Enginsoy et B. E. Bekdil, « Hamas Chief’s Visit Tests Turk-U. S. Ties », Defense News, 27 février 2006.

15 « Turkish PM Condemns “New Culture of Violence” in Mideast », Agence France Presse, 31 juillet 2006.

16 Q. Peel, « Anti-West Backlash is Gathering Pace, Warns Turkish Minister », Financial Times, 20 juillet 2006.

17 En 2007, l’armée turque et les milieux kémalistes ont refusé qu’Abdullah Gül soit élu à la présidence de la République. La fonction présidentielle est traditionnellement présentée en Turquie comme un garant de la laïcité. Selon les militaires et certains kémalistes, ce statut ne convenait pas au profil de Gül, qui est un ancien cadre du parti islamiste Refah et dont la femme porte le voile. L’armée a publiquement exprimé son point de vue à travers un « e-memorandum » mis en ligne sur son site Internet, finalement sans effet. En juillet 2007, l’AKP remportait 47 % des voix aux élections législatives anticipées, et Gül était élu président de la République par le nouveau Parlement au mois d’août.

18 Pour des déclarations de George W. Bush et Condoleeza Rice sur la Turquie comme « modèle », voir « The Pentagon Talks Turkey », The American Prospect, vol. 13, no 16, 9 septembre 2002.

19 M. B. Altunışık, « The Turkish Model and Democratization in the Middle East », Arab Studies Quarterly, hiver-printemps 2005.

20 Voir M. B. Altunışık, op. cit. Pour les remarques de Sezer, voir « Address of H. E. President Ahmet Necdet Sezer at the Opening Session of the Turkish Grand National Assembly (22nd Term, 3th [sic] Legislative Year) », site Internet de la présidence de la République de Turquie, 1er octobre, 2004,
http://www.tccb.gov.tr/ahmet-necdet-sezer-konusmalari/495/56644/addreb-ofhis-excellency-president-ahmet-necdet-sezer-at-the-opening-sebion-of-the-turkish-grand-nat.html (accès août 2011).

21 Pour plus de détails sur le e-memorandum de 2007, voir Ö. Taşpınar, « Old Turks’ Revolt : When Radical Secularism Endangers Democracy », Foreign Affairs, novembre-décembre 2007.

22 Office of the Press Secretary, Washington, DC, Maison-Blanche, 17 octobre 2007.

23 Voir « Press availability with Foreign Minister Ali Babacan », 2 novembre 2007, http://hyelog.blogspot.com/2007/11/press-availability-with-turkishforeign.html (accès août 2011) ; et « President Bush and Prime Minister Erdoğan Discuss Global War on Terror », Washington, DC, Maison-Blanche, Office of the Press Secretary, 5 novembre 2007,
http://www.turkishcoalition.org/files/news/pdf/whitehouse.pdf (accès août 2011).

24 E. Knickmeyer et J. Partlow, « Turkish Warplanes Again Cross Border to Bomb in N. Iraq : Strike against Rebel Kurds Is at Least 3rd in 10 Days : White House Urges Restraint », The Washington Post, 27 décembre 2007.

25 Voir « Media Roundtable with Secretary of Defense Robert Gates », 27 février 2008. Après avoir observé que le soutien américain aux opérations turques « a beaucoup aidé à améliorer les relations entre les États-Unis, la Turquie et le gouvernement irakien », R. Odierno ajoutait : « Je crois aussi que la solution sur le long terme en Irak du Nord n’est pas militaire. Il faut évidemment que des pressions soient faites sur eux, pour qu’on puisse discuter et négocier avec ces éléments terroristes » ; « Special Defense Department Briefing with Lieutenant General Ray Odierno », 4 mars 2008.

26 Amiral William Fallon, « Testimony before the House Armed Services Committee », 5 mars 2008.

27 Remarks by President Obama to the Turkish Parliament, Washington, DC, Maison-Blanche, 24 août 2011.

28 Selon l’accord signé par l’Iran, la Turquie et le Brésil, Téhéran devait livrer 1 200 kilogrammes d’uranium faiblement enrichi en Turquie et aurait obtenu en échange le droit de recevoir environ 120 kilogrammes d’uranium enrichi à 20 % à usage civil. Voir D. Sanger and M. Slackman, « US is Skeptical on Iranian Deal for Nuclear Fuel », The New York Times, 17 mai 2010.

29 Les télégrammes diplomatiques rendus publics par WikiLeaks révèlent qu’en octobre 2009, lors d’une réunion avec Feridun Sinirlioğlu, le sous-secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères turc, l’ambassadeur américain James Jeffrey a vivement critiqué les remarques prêtées au Premier ministre turc Erdoğan, qui aurait qualifié les ambitions nucléaires iraniennes de « rumeurs ». Voir T. Lister, « Leaked Cables Point to Vital, Volatile U. S. Relationship with Turkey », CNN, 29 novembre 2010.

30 Tom Friedman estimait qu’Ankara était en train de rejoindre « la résistance Hamas-Hezbollah-Iran contre Israël ». Il ajoutait : « Il est choquant de voir aujourd’hui le gouvernement islamiste turc occupé à rejoindre la Ligue arabe – la résistance Hamas-Hezbollah-Iran contre Israël – plutôt que l’Union européenne. » Voir « Letter from Istanbul », The New York Times, 15 juin 2010.

31 « Clinton Says Turkey Can Be Model for Emerging Democracies », site Internet de l’ambassade américaine à Ankara, disponible sur http://www.usembassy-ankara-turkey/clinton-says-turkey-can-be-model-for-emergingdemocracies/10150240610021925 (accès octobre 2011).

32 Les relations entre Ankara et Moscou ont considérablement progressé au cours de ces dix dernières années. En mai 2010, le président russe Dmitri Medvedev s’est rendu en Turquie pour signer de nombreux accords commerciaux et supprimer les visas entre les deux pays. Les accords ont pour objectif de faire progresser les échanges entre les deux pays de 38 milliards de dollars (en novembre 2007) à 100 milliards d’ici les cinq prochaines années. Les relations de la Turquie avec la Russie prouvent que les ambitions de la politique étrangère turque sont d’avoir de meilleures relations économiques et politiques avec tous ses voisins, et pas seulement avec l’Union européenne.

33 Pour une analyse de ces nouvelles dimensions, voir Ö. Taşpınar, « The Three Strategic Visions of Turkey », US-Europe Analysis, no 50, 8 mars 2011.

34 Pour prendre deux exemples parmi tant d’autres, voir J. W. Walker, « Return of the Turks as Middle East Kingmaker », Foreign Policy, 3 février 2011 ; A. Shadid, « Can Turkey Unify the Arabs », The New York Times, 28 mai 2011.

35 Voir http://wikileaks.ch/cable/2009/10/09DAMASCUS759.html (accès août 2011).

Auteur

Professeur à l’U.S. National War College et directeur du département Turquie à la Brookings Institution à Washington. Ses recherches portent principalement sur les relations de la Turquie avec les États-Unis et l’Union européenne et sur la politique américaine au Moyen-Orient. Il est l’auteur de deux ouvrages : Political Islam and Kurdish Nationalism in Turkey, New York/Londres, Routledge, 2005 et, avec Philip H. Gordon, Winning Turkey : How America, Europe and Turkey can Revive a Fading Partnership, Washington, DC, Brookings Institution Press, 2008.

Gwen Gondry (Traducteur)

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search