Version classiqueVersion mobile

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 15. Les avatars de la poste des airs

Texte intégral

LES LÂCHERS IMPOSSIBLES

1Malgré leurs avantages, les messagers volants offraient maints inconvénients. Tout d’abord, diverses raisons pouvaient leur fermer momentanément le chemin du ciel et retarder la transmission des nouvelles.

La mue (qarnaṣa)1

  • 1 Chapuis, p. 100-115 ; La Perre de Roo (1877), p. 167-170 ; Gobin, p. 109-110 ; Gigot (1889), p. 54 (...)
  • 2 La Perre de Roo (1877), p. 167.
  • 3 Chapuis, p. 103. Selon Wittouck, en p. 141 des deux éditions, la plus courte des dix primaires, en (...)
  • 4 Gigot (1889), loc. cit. ; Boeve (1898), p. 20 ; Zaepffel, p. 142.
  • 5 Selon la formule de La Perre de Roo (1877), p. 167.
  • 6 Chard, p. 116-117.
  • 7 Zaepffel, p. 143.

2En premier lieu, la mue les rive au colombier quelques jours par an : chez les adultes, cette opération commence, le plus souvent, au printemps (fin avril-début mai) par la chute de la plus courte des dix rémiges primaires, placée au milieu de l’aile, la première en comptant de dedans en dehors, de l’origine vers son extrémité2, mais la dernière dans le sens inverse, comme on calculait parfois jadis3. Cependant, ce changement varie selon l’état de santé du volatile, sa nature, le milieu dans lequel il vit et son régime alimentaire4 : aussi, il peut être précoce ou tardif pour ne se manifester qu’en juin. Détachant successivement les rémiges, à des intervalles allant de la décade au mois, il atteint son intensité maximale en août-septembre pour se terminer au milieu de l’automne (de la fin octobre à la fin novembre) par le renouvellement complet de la livrée. Il est toutefois graduel et suit un rythme défini : une penne ne tombe que lorsque la nouvelle voisine arrive à mi-longueur. Cependant, dès la perte de la cinquième rémige primaire, les oiseaux entrent en grande mue et semblent « en guenilles5 » ; puis, par celle de la dixième, ils ne peuvent effectuer de longs vols6. Aussi lâcher le messager dépouillé par cette fonction périodique qui le plonge en un état de souffrance et de langueur, sinon de colère, c’est le vouer à une perte infaillible. Il faut, au contraire, renoncer à tout entraînement et lui épargner tout vain effort7.

  • 8 Comme en 688/1289 au Caire, pour les pigeons de Ṣubayba, Maqrizī, II, p. 232.
  • 9 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 300.
  • 10 La Perre de Roo (1877), p. 169 ; Chard, p. 117.

3En terre d’Islam, le régime des pigeons qui changent de robe n’est évoqué que par allusions fugitives. Dans les relais de la poste mamelouke, les messagers étaient soumis à une pause temporaire et parfois gratuitement libérés, avant que la mue ne les déplumât8 ; dans les colombiers d’Akbar, dès la chute de la huitième rémige primaire, les pigeons étaient retirés du vol et mis au repos9, alors qu’ils pouvaient prendre encore les airs : seule la perte de la dixième, la dernière et la plus importante, devait leur interdire quelques jours l’accès du ciel10. Ils ne retrouvaient le chemin des nues que deux mois plus tard, après avoir troqué leurs vieilles plumes contre un plumage neuf.

Maux et frayeurs

  • 11 Chapuis, p. 150-154 ; Gigot (1889), p. 274-275 ; Rosoor, p. 145-148 ; Boeve (1893), p. 145-146 ; R (...)
  • 12 Wittouck (1898), p. 292.
  • 13 Blanchon, p. 170-171.
  • 14 Mégnin, p. 300.
  • 15 Blanchon, loc. cit.

4Les messagers aériens n’étaient pas à l’abri de l’invalidité, s’ils étaient blessés, livrés aux maladies ou surpris par le mal d’aile ou arthrite, tantôt acquis au retour d’un voyage immense ou par temps et vent hostiles11 et tantôt au cours d’une captivité prolongée dans un colombier étroit et mal ventilé12. Ce redoutable « feu13 ou fouet14 de l’aile » (comme on l’appelait jadis) les rive couramment au sol ; seuls quelques-uns parviennent à s’élever de quelques mètres15.

  • 16 Ğāḥiẓ, III, p. 283.

5Enfin, ils pouvaient déserter le chemin des cieux, si un rapace les avait plongés dans la terreur en fondant sur eux de la hauteur de son vol. Il fallait alors momentanément renoncer aux lâchers pour les laisser au nid : seuls les soins de la couvée promettaient de les guérir de la peur16.

LES LÂCHERS SUSPENDUS

La pause de la nuit

  • 17 Ṣāliḥ b. Yaḥyā, p. 35 ; Ḫālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans (...)
  • 18 Comme le souligne Ğāḥiẓ, III, p. 216. C’est à J.-A. Estopina, président de la Société royale colom (...)
  • 19 Rabaud, p. 89.
  • 20 Comme le recommande La Perre de Roo (1877), p. 240. De même, pour Benoist, p. 135, les pigeons ne (...)

6Les messagers volants n’étaient libérés que le jour17, n’ayant pas le don de percer les ténèbres : « s’ils pouvaient être envoyés la nuit, ils auraient pris les étoiles pour guides18. » Aussi les dernières nouvelles du soir ne s’envolaient qu’aux premiers rayons de l’aube, d’autant plus que le pigeon s’oriente plus rapidement le matin que l’après-midi19. Même les lâchers tardifs devaient être suspendus jusqu’au lendemain20: si le jour tire à sa fin pour interdire au messager de regagner son nid avant nuit close, on l’expose gratuitement aux vains dangers qui le guettent dans les ombres.

Le temps défavorable

  • 21 Benoist, p. 135.
  • 22 Tegetmeier (1868), p. 84 ; Wittouck (1898), p. 154 ; Wittouck (1901), p. 194.
  • 23 Thauziès (1910), p. 268.
  • 24 Wittouck (1898), p. 151 ; Wittouck (1901), p. 163 ; Rabaud, p. 93 ; Chamberlain, p. 195.

7Si l’urgence force à libérer les pigeons sans que l’état de l’atmosphère ne s’y prête, leur envol est incertain21 : une nappe de brouillard noyant la terre les retient souvent sur les toits du voisinage. Ils ne reprendront la route des airs que si la nature s’en délivre22, le vent la poussant ou le soleil la fendant comme un voile qui se déchire. Toutefois, certains s’envolent solitaires ou par petites bandes sans dépasser d’ordinaire 300 m d’altitude23, alors que d’autres émergent du lit de brume, s’il est bas et léger, pour gagner les champs sereins et découvrir le ciel24.

  • 25 Benoist, p. 135 ; Thauziès (1910), p. 269.
  • 26 Thauziès (1910), p. 268-269.
  • 27 Ḫālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)

8Une lourde pluie suspend également l’essor des courriers ailés25 ; mais, si elle est fine, les meilleurs gagnent les airs, après avoir longtemps flotté, abandonnant leurs compagnons de captivité sur les toits26. Aussi ses premiers symptômes pouvaient entraîner un long retard du message : dans les colombiers de la poste mamelouke, les voyageurs ailés n’étaient pas libérés sous un ciel aqueux27 et peut-être même seulement douteux ou menaçant, si bien que les gardiens devaient l’interroger avant de les y renvoyer ; si des nuages promettaient la pluie ou qu’un orage sourd couvait, l’heure de délivrer les messagers était probablement différée.

  • 28 Benoist, p. 135.
  • 29 Thauziès (1910), p. 268.

9Enfin, un vent féroce est également défavorable au lâcher28. S’il est debout ou oblique, les pigeons sont condamnés à voler bas et louvoyer29.

LES LÂCHERS MANQUÉS

  • 30 Reynaud (1896), p. 645-646 ; Hinnenberger, p. 28.
  • 31 Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458-459 ; Ḥamdāni, p. 116.
  • 32 Qāḍī Idris, p. 286 ; Dachraoui, p. 316.
  • 33 Maqrīzī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 (...)
  • 34 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 35 Balbi, p. 108.

10Même par temps propice, la liberté risque de ne plus tenter les captifs, notamment s’ils ont perdu le goût du nid dans les ténèbres de la prison où ils ont langui, bien qu’ils puissent en garder mémoire six mois durant et les sujets d’élite le retrouver, cinq ou six ans après en avoir été banni30. En 328/940, l’oiseau lâché sous main par le secrétaire de Bağkam ne monta pas au ciel après avoir été privé de sa lumière, préférant la proue du bateau qui le berçait sur le Tigre31. En 333/949, les deux pigeons successivement libérés par le commandant fatimide, Ḫalīl b. Isḥāq, assiégé dans son palais de Kairouan, ne prirent pas le chemin du colombier : l’un se percha sur un palmier voisin, l’autre redescendit dans la demeure32. En 688/1289, des dix messagers qui s’envolèrent du Caire vers Ṣubayba, après un long passage à l’ombre, deux s’abattirent en ville, où ils furent livrés à la risée publique, puis renvoyés aux gardiens qui les avaient délivrés33 : on les avait peut-être un peu trop enfermés dans l’oubli. Aussi les pigeons de Basse-Égypte étaient-ils prudemment éloignés du sombre séjour de la citadelle du Caire sous les Mamelouks, sous peine d’y revenir, et acheminés dans la direction du nid au nord de la capitale : s’ils emportaient les plis pour Alexandrie, ils n’étaient rendus au ciel qu’à Munyat ‘Uqba, à l’occident ; mais s’ils étaient chargés de dépêches pour Damiette, ils ne redevenaient libres qu’à Baysūs (au nom changé par le temps : Bāsūs, près de Šubrā), légèrement plus à l’est ; quant à ceux qui regagnaient l’orient (la province de Šarqiyya), ils prenaient la route des airs plus près du levant, non loin de l’oratoire de Tibr, dans le quartier de Maṭariyya34. De même, les pigeons chargés d’instruire Bagdad du cours des épices débarquées dans l’île d’Ormuz ne retrouvaient la liberté du ciel qu’à un ou deux milles de Basra35.

LES OBSTACLES DU RETOUR

  • 36 Benoist, p. 135 ; Lamarche, p. 94 ; Chamberlain, p. 196.
  • 37 Gigot (1889), p. 98 ; Wittouck (1898), p. 154-155 ; Wittouck (1901), p. 195.
  • 38 Chamberlain, p. 196.
  • 39 Wittouck (1898), p. 154-155 ; Wittouck (1901), p. 195.
  • 40 Wittouck (1898), p. 154 ; Wittouck (1901), p. 194 ; Chamberlain, p. 195 ; Thauziès (1910), p. 270  (...)
  • 41 Lamarche, p. 94.
  • 42 Chamberlain, p. 195.
  • 43 En Angleterre, les éleveurs ne conservent que les oiseaux aptes à voguer dans la brume, Reynaud (1 (...)
  • 44 Thauziès (1898), p. 560 ; Chamberlain, p. 196 ; Gibault, p. 17.
  • 45 Lamarche, p. 94 ; Van der Linden, p. 156.
  • 46 Gibault, p. 18.
  • 47 Thauziès (1910), p. 270 ; Gibault, p. 16.

11Sur le chemin du nid, le mauvais temps pouvait surprendre les messagers volants et en retarder le retour. D’abord, la pluie drue, dont le rideau opaque les empêche de retrouver les points de repère qui guident leur voyage et dont le courant descendant les alourdit et les paralyse ; leur plumage ruisselant ne les protégeant plus, ils sont contraints de regagner la terre pour s’abriter du ciel dans un asile passager36 ; pour remonter vers les nues, ils en attendent plus qu’un répit : le séchage de leurs plumes dégouttant de pluie37. Toutefois, si elle n’est pas drue, les oiseaux nantis de la meilleure livrée continuent à battre des ailes pour filer au nid38. De même, le premier orage éclos oblige les messagers à descendre des airs pour trouver refuge contre la fureur du ciel39. Ensuite, un brouillard profond voile non seulement l’œil des pigeons et en trouble l’orientation40, mais les engourdit41. Les uns s’en délivrent en gagnant les espaces limpides de l’atmosphère ; d’autres plongent sur la terre pour remonter au ciel dès l’embellie42 ; certains, toutefois, fendent les flots de brume43. Si la majorité en devient la proie44 et perd le chemin du retour45, souvent égarée par une légère nappe qui réduit l’horizon à quelques mètres46, seule une minorité particulièrement tenace revient après des heures, voire des jours d’absence, quand les vapeurs s’envolent en lambeaux et l’air redevient limpide47.

12Enfin, un vent hargneux, torride ou glacé trouble le retour des voyageurs, même s’ils l’ont en poupe, surtout si une brume de sable remplit le ciel pour dégénérer en mur. Il s’acharne contre eux pour les freiner, les aveugler et les altérer au point de les obliger à rejoindre la terre pour calmer l’ardeur qui les dévore et chercher un asile momentané. Ils revoleront aux cieux dès son courroux suspendu.

LES RETOURS TARDIFS

  • 48 Ibn Sīda, VIII, p. 170.

13Malgré leur vitesse, les courriers volants n’étaient pas à l’abri des retards qui déprécient les dépêches, s’ils ne les rendent vaines. Le mauvais temps pouvait les assaillir : égarés par la brume, maltraités par l’orage, flagellés par le vent, morfondus dans la pluie, transis de froid, ils étaient condamnés à tarder ; si certains volaient au ralenti, la majorité devait chercher un lieu propice qui leur prêtât asile et prendre du repos, peut-être un colombier de hasard qui s’était offert en chemin et risquait de les retenir quelque temps. Aussi pouvaient-ils ne revenir que le lendemain, le surlendemain, voire longtemps plus tard, quand le ciel était redevenu serein. Même si les éléments n’en avaient pas troublé le retour et que le vent l’avait favorisé, ils s’oubliaient parfois dans un désert pour savourer leur liberté momentanément rendue ou pour quelque autre raison, de domestiques, redevenus sauvages, et perdaient l’avance gagnée ; puis, après des mois d’absence, ils rentraient soudain au nid qui leur était remonté à la mémoire48, surtout si la faim et la soif l’avaient rafraîchie. La dépêche emportée risquait alors d’être dépassée. Si une correspondance avait été confiée simultanément à la poste, elle pouvait largement la précéder, même en allant lentement par les voies.

LES MESSAGERS PERDUS

  • 49 Maqrīzī, II, p. 7.

14Mais le pire était de ne pas revenir : les chances du retour diminuent avec la distance. Si les pertes devaient être relativement faibles sur les petits et moyens trajets, elles ne pouvaient qu’augmenter sur les voyages au long cours, sans être cependant considérables : des cent vingt pigeons libérés à Damas pour ramener des cerises au calife ‘Azīz, dix jamais ne revirent leur famille au Caire49, soit près de 8 %.

  • 50 Ibn Sīda, loc. cit.
  • 51 Les proportions de pertes imputables au mauvais temps n’excèdent pas en moyenne 4 à 5 %, Zaepffel, (...)
  • 52 Thauziès (1910), p. 274-275 ; Maurain, p. 234-237 ; Rabaud, p. 89 ; Gibault, p. 24 ; Keeton, Larki (...)

15Ces disparitions avaient de multiples raisons : quelques oiseaux n’avaient plus la force du retour50 ; d’autres se perdaient dans le ciel, malgré leur perception du magnétisme terrestre qui les oriente, même par temps couvert ou la nuit, surtout s’ils avaient été battus par la pluie51, déportés par des vents latéraux ou troublés par des orages magnétiques qui les avaient condamnés à errer désespérément dans les airs sans parvenir à retrouver la route du nid52 ; d’autres encore désertaient la bande, attirés par un colombier en chemin et gardaient la dépêche confiée à leurs ailes.

  • 53 Samuel Hannagīd, p. 105 ; ‘Abbāsī, p. 184 ; Fabri, II, p. 482.
  • 54 Du Puy de Podio, p. 123 ; Meinertzhagen, p. 82.
  • 55 Du Puy de Podio, p. 123.
  • 56 Benoist, p. 132.
  • 57 Du Puy de Podio, p. 122, 123.
  • 58 Ğāğhiz, III, p. 220, 222 ; Qazwīnī, p. 410-411 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 277 ; Masālik (...)
  • 59 Everett, p. 49.
  • 60 60 miles, Meinertzhagen, p. 82.
  • 61 Idem, loc. cit. La vitesse d’un faucon pèlerin qui hibernait sur la cathédrale de Cologne a été ex (...)
  • 62 Ğāḥiẓ, III, p. 220 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Masālik, loc. cit. ; Nuzha, p. 97/p. 68.
  • 63 Ğāḥiẓ, III, p. 220 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Masālik, loc. cit. ; Damīri, I, p. 258/1, p. 590 ; Ṭawq, (...)
  • 64 Ğāḥiẓ, III, p. 219 ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 270 ; Qalqasandī, II, p (...)
  • 65 Qazwīnī, p. 410.
  • 66 Ğāḥiẓ, III, p. 187.
  • 67 Idem, II, p. 54.
  • 68 Roux et Terrasse, p. 74.
  • 69 Ğāḥiẓ, III, p. 187.
  • 70 Masālik, éd. Ḥamdān, p. 88 ; Qazwīnī, p. 410. Élien rapporte une tradition similaire : les cris de (...)
  • 71 Comme ce pigeon poursuivi par un faucon qui préféra plutôt regagner sa cage que son nid à Damiette (...)

16Enfin, quelques infortunés succombaient, victimes d’un accident de parcours. Le plus souvent, ils rencontraient la mort dans le ciel, ravis par un rapace53. Mais ils ne deviennent généralement vulnérables que brisés par un long voyage54, affaiblis par la mue55, pris par frayeur ou surprise56, notamment s’ils regagnent la terre pour se reposer, glaner dans un champ ou se percher sur un arbre57, car sur tous les chasseurs des airs, ils l’emportent par la rapidité, s’ils ne piquent vers le sol comme un roc58 : ils couvrent en moyenne de 75 à 150 km/h, alors que les oiseaux de proie n’en font que de 40 à 5059. Même le faucon pèlerin (šāhīn) ne semble jamais en friser 10060. Seulement, il atteint, par éclairs, des vitesses de pointe fulgurantes : dans la poursuite accélérée, il fond, ailes pliées, quasi plaquées au corps, à 70-75 m/s, soit à 252 à 270 km/h, voire davantage en fin de piqué, à 290 km/h, et même, selon certains, à 90 m/s (324 km/h)61. Aussi le pigeon redoute-t-il le terrible pirate des cieux, autant que la brebis le loup62, l’âne le lion, la souris le chat63, et bien plus que tous les autres rapaces64 : aigle royal (‘uqāb), malgré l’effroi qu’il lui inspire65, autour des palombes (bāzī) qui plonge parfois sur sa victime66, sacre (dont le nom reprend fidèlement l’arabe)67 ou épervier (bāšaq). Il ne peut, d’ordinaire, en esquiver l’assaut que par un habile crochet68. Sa vue le terrifie comme la vue « d’un poison mortel et pénétrant »69 ou « de la mort rouge », alors que l’énorme vautour fauve (nasr) ne l’alarme guère, malgré son envergure démesurée, discernant d’instinct les mangeurs de mort des mangeurs de vie : la brebis craint le loup, alors que le dromadaire et l’éléphant ne lui insufflent aucune frayeur, malgré leur taille70. Toutefois, les messagers des airs se hâtaient parfois de rebrousser chemin pour réintégrer la cage dont ils venaient d’être élargis, dès qu’ils découvraient un faucon planant lentement dans le ciel71. Autrement dit, ils étaient réduits à regagner les ténèbres de la prison où ils avaient subi une détention passagère pour échapper aux serres des pirates du ciel, préférant la captivité à la mort.

  • 72 Fabri, II, p. 482-483.
  • 73 Dans la Chanson de Jérusalem, Godefroi de Bouillon et Robert de Flandre lancent des faucons affait (...)

17Ces prédateurs aériens ne dépeçaient cependant pas sur place la proie promise à leur faim : ils l’égorgeaient ou la plumaient, puis l’emportaient dans leur aire pour nourrir leurs petits et la dévorer en paix. Mais s’ils chassaient au profit du maître, ils la rapportaient au fauconnier, sitôt rappelés. Elle était alors promptement fouillée pour chercher un billet72 qu’ombrageait l’aile ou la queue. Même les croisés qui en avaient adopté la coutume guettaient parfois le passage des courriers des airs pour les intercepter au moyen de faucons dressés, et capter les dépêches secrètes dont ils étaient chargés73. Cependant, ils ne parvenaient d’ordinaire à les prendre qu’au lâcher ou au retour : en plein voyage, les messagers se perdaient souvent dans le ciel profond où ils échappaient à la vue ; et même si les yeux parvenaient à les voir, les volées de traits ne pouvaient les toucher, car ils filaient aussi vite que vent.

  • 74 Barthélemy de Glanville, livre XII, chap. VII.
  • 75 Ğāḥiẓ, III, p. 219.
  • 76 Gigot (1889), p. 122 ; Van der Linden, p. 152. Du Puy de Podio, p. 23, estime que le pigeon vole d (...)
  • 77 Les yeux ne pouvaient plus voir les pigeons lâchés d’Alexandrette, Rocchetta, p. 66 ; Troilo, p. 6 (...)
  • 78 Comme ceux qu’Ibn Sīda, VIII, p. 170, appelle samāwiyyāt (célestes). Ils volent souvent au-dessus (...)
  • 79 Reynaud (1896), p. 647.
  • 80 Pour Benoist, p. 36, l’altitude du pigeon est de 400 à 500 ; pour Claparède, p. 166, de 300 à 400. (...)
  • 81 Gibault, p. 19.
  • 82 2 800 pieds et même 8 000, Meinertzhagen, p. 109.
  • 83 Benoist, loc. cit.
  • 84 Gigot (1889), p. 122 ; Zaepffel, p. 49 ; Van der Linden, p. 152.

18Mais le péril pouvait jaillir de terre : ils couraient le risque d’être abattus par une flèche ennemie74 ou une boule de boue tirée à l’arbalète75, s’ils avaient plongé des nuées vers leur nid ou rejoint le sol pour tromper une faim et une soif de plusieurs heures qu’ils avaient contractées dans le ciel, car il est difficile de toucher une cible qui passe comme un éclair dans l’espace, à raison d’un kilomètre à la minute et, de plus, en altitude : si le pigeon bénéficie des faveurs du temps et du vent, il vogue à 200 ou 300 m76 ; mais, parfois, il disparaît de la vue77, s’élevant au-dessus des nues pour se fondre dans les cieux78. Il atteint alors 40079, 50080, 70081 et peut-être 800 ou 2 438 m82. Son altitude ne descend que par brume et pluie ou s’il doit lutter contre la rage des vents83 : il poursuit alors son chemin à 100-125 m de la terre84.

  • 85 En 504/1110, le pigeon envolé de Cerep est abattu par les Francs, Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 ; Rôhri (...)
  • 86 En 669/1271, le pigeon libéré par un espion dans l’armée de Baybars, lors du siège de Montfort, es (...)
  • 87 Deux pigeons se posèrent sur une tente ennemie : l’un au retour, en 521/1127, lors du siège de Naṣ (...)
  • 88 En 659/1261 ou l’année suivante, lors du blocus de Mossoul par les Mongols, l’oiseau qui prévient (...)
  • 89 Les pigeons de Paris qui regagnaient le colombier de la rue Simon-Lefranc avaient coutume de se po (...)
  • 90 Chronique vénitienne anonyme publiée dans Sanudo, p. 189 ; Sanudo, p. 187 ; Juste-Lipse, p. 55-56. (...)

19Aussi, les courriers ailés ne tombaient fatalement aux mains de l’ennemi que s’ils voguaient bas, comme en temps de siège, au lâcher avant de s’envoler aux nues85 ou au retour avant de rentrer au nid86, surtout lors d’une dernière halte (tente87 ou mangonneau88), sans que la fatigue ne le justifiât89. Mais s’ils volaient dans le haut du ciel, aucune flèche jaillie du sol ne pouvait les percer et seule une imagination fertile parvenait à les prendre par un habile subterfuge : lors de l’ultime siège de Tyr en 518/ 1124, les croisés ne purent capturer le messager surpris dans l’air fuyant de ses ailes la ville investie que par un ouragan de bruit : ils poussèrent une clameur infernale, si bien que l’oiseau effaré piqua dans le camp comme une pierre90.

  • 91 Troilo, p. 612.
  • 92 Ğāḥiẓ, III, p. 218-219. Le pigeon peut tomber dans un piège, Samuel Hannagīd, p. 105. Sur l’oisela (...)
  • 93 Ainsi, le messager qui rentrait à Nasībīn en 521/1127 alla se reposer sur une tente face à celle d (...)
  • 94 Raymond d’Aguilers, p. 135-136/p. 114 ; récit traduit par Edgington, p. 169-170 ; Fabri, II, p. 48 (...)
  • 95 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 ; Röhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95, 1 (...)
  • 96 Rašīd al-Dīn, éd. Karimi, II, p. 730 ; éd. et trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 (...)

20Cependant, le courrier volant devenait parfois une proie facile : s’il redescendait des airs pour étancher sa soif ou assouvir sa faim, il pouvait tomber dans les serres d’un rapace ou les mains d’un chasseur91, comme se laisser prendre au piège ou à la glu perfide92 ; de même, s’il avait rencontré un abri momentané pour se mettre à couvert de la pluie et de l’orage, ou s’il s’était reposé, lors d’une dernière escale près du nid, sur le premier point culminant s’offrant au vol93, recru de fatigue ou meurtri par un rapace, il risquait d’être capturé par l’ennemi confondu. La dépêche interceptée sur un voyageur ailé devenait un signe prémonitoire de succès : en 1099, les croisés présagèrent la conquête future de Jérusalem pour délivrer le saint tombeau après la découverte d’un billet sur un pigeon miraculeusement échappé des serres d’un épervier et recueilli par l’évêque d’Apt, « puisque les oiseaux même ne pouvaient traverser les airs pour leur faire du mal, et venaient au contraire leur livrer les secrets de leurs ennemis » ; il démasquait effectivement le gouverneur d’Acre qui invitait celui de Césarée à combattre la « race canine » (entendre les Francs), malgré la soumission promise après la chute de la ville sacrée94 ; en 504/1110, lors du siège d’Aṯārib (Cerep), le régent d’Antioche, Tancrède, montra joie et réconfort par la saisie du pli de détresse expédié par la place sur un messager abattu d’un trait95 ; de même, en 660/1261, lors du blocus de Mossoul, le commandant mongol pressentit sa fortune en lisant la dépêche trouvée sur un oiseau fraîchement pris qui prévenait les assiégés de l’arrivée des renforts de Sinğār96, dont les murs n’étaient guère éloignés : cette capture inespérée augurait la chute prochaine de la ville qui n’ouvrit cependant ses portes qu’au bout de neuf mois de siège, réduite à une horrible faim.

LES MESSAGERS CAPTURES

  • 97 Ibn al-Aṯīr, X, p. 489 ; RHC, Or., I, p. 285 ; Röhricht (1898), p. 93-94 ; Grousset, I, p. 263 ; R (...)
  • 98 Rašīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 ; Ohss (...)

21Malgré leur fidélité, les pigeons pouvaient violer les secrets confiés à leur garde pour en instruire l’ennemi si ce dernier parvenait à les prendre sur le chemin du nid. En 505/1111, lors du second siège de Tyr, un messager des airs attrapé sur un navire dans les eaux de la ville révéla aux croisés le lieu où l’atabeg de Damas devait fournir le vaisseau chargé d’embarquer les soldats commandés. Baudouin Ier y envoya un bâtiment portant des transfuges musulmans : trompés par l’arabe qu’ils parlaient, les guerriers y montèrent ; tombés dans les griffes ennemies, ils furent emmenés en captivité et livrés aux Francs, puis à la mort97. Mais le hasard qui servit le roi ne lui donna pas la victoire : las de cette guerre interminable, il finit par abandonner la triple muraille qui défendait Tyr. Lors du siège de Mossoul en 660/1261, un pigeon capturé sur un mangonneau communiqua aux Mongols une lettre précieuse qui leur découvrit le chemin suivi par l’armée mamelouke de Syrie aux approches de Sinğār pour délivrer les murs investis. Ils tombèrent dans une embuscade dressée par la perfidie de l’ennemi ; puis, comble d’infortune, un vent furieux s’éleva : il arracha du sol des cailloux qui les aveuglèrent, favorisant le triomphe des Mongols qui quittèrent leurs habits pour mettre ceux des morts et laissèrent leur chevelure flotter négligemment sur les épaules pour marcher sur Mossoul. Dans le nuage de poussière qui encombrait l’horizon, la ville les prit pour des Kurdes de l’armée mamelouke qui accouraient à son secours98.

  • 99 Ibn al-Gawzī, XII, p. 223 ; Ṣafadī, XVI, p. 233-234.
  • 100 Ibn Šaddād, p. 270.

22Mais le messager du ciel pouvait aussi sauver celui qu’il devait perdre si un hasard providentiel le jetait dans ses mains. Ces coups imprévus tenaient cependant du miracle ; on pourrait les qualifier d’uniques, si deux hommes n’en avaient été favorisés dans l’espace et le temps. En 269/882-883, le vizir abbasside Ibn Maḫlad recueillit un voyageur ailé qui s’abattit, harassé, sur son bateau qui battait l’eau du Tigre à Bagdad : il lui livra une lettre hostile des secrétaires de Samarra au calife Muwaffaq qui avaient inventé un mensonge pour le calomnier99. En 657/1258 ou l’année suivante, avant de monter au trône, Baybars ramassa de fortune un pigeon rompu tombé à ses pieds : il portait un billet du souverain ayyoubide Amğad (que la mort devait enlever à Damas en 669/1271) sommant le gouverneur de Naplouse dont il avait pris le chemin de l’arrêter. Il tourna aussitôt bride pour regagner la citadelle de Karak, à l’est de la mer Morte, dont le maître lui avait un moment témoigné sa faveur : grâce à l’oiseau fatidique, il échappa par miracle au complot ourdi100.

LES MESSAGES PERDUS

  • 101 G. Claudin, La Petite Presse, 18 janvier 1875, cité par Gobin, p. 137-138.
  • 102 ‘Abbāsī, p. 184.
  • 103 Idem, loc. cit.
  • 104 Le pèlerin belge Gonzales, p. 628, rapporte que le billet destiné à rassurer ses amis d’Alep après (...)
  • 105 Ḥamdānī, p. 163. Le retour du pigeon est signalé dans Iršād, III, p. 185, mais la dépêche mouillée (...)

23Cependant, le retour du messager devenait parfois sans fruit. En premier lieu, s’il revenait sans dépêche : soit qu’inquiet, il s’était défait à coups de bec du corps étranger lié au sien101 ; ou que mal fixée, elle était tombée du ciel102. Ensuite, il pouvait la ramener, effacée par la pluie qui l’avait trempé103, notamment si un orage avait crevé sur lui, ou par l’eau dans laquelle il avait plongé en buvant104 s’il n’avait pu échapper à la soif, car on négligeait parfois d’enduire la lettre de cire pour la garantir de l’humidité. Elle était alors d’ordinaire perdue ; toutefois, si les mots n’étaient que troubles, des esprits clairs parvenaient à les deviner : en 338/949, le chef de la chancellerie, Ṣābī‘, déchiffra, lettre à lettre, un pli dont l’eau avait effacé l’encre : il apprenait la mort foudroyante de son ennemi secret, le vizir Ṣaymarī105.

LES MESSAGES CAPTÉS ET REMPLACÉS

24Le billet pouvait être changé, si le messager était intercepté sur le chemin du nid. Les croisés furent les premiers à se livrer à ces substitutions de pli. Par l’ingénieux artifice, ils purent emporter deux cités qui baignaient le pied de leurs murs dans la mer et que l’on estimait imprenables depuis la nuit des temps.

  • 106 Wilbrand d’Oldenbourg, p. 168 ; Deschamps, I, p. 98 ; Edgington, p. 171.

25L’une précipita la chute de Tripoli en 502/1109, après un siège de plus de sept ans, et un blocus de six : les messages annonçant l’arrivée de la flotte qui amenait d’Égypte vivres et renforts tombèrent, par une fortune extraordinaire, entre les mains des Francs qui avaient dû capturer les messagers ; ils furent remplacés par des faux qui, au lieu de ranimer l’ardeur dans les murs, y portèrent la désolation ; désespérant d’un secours lointain, la ville livra ses portes106.

  • 107 AAC, p. 70-73 ; Tritton et Gibb, p. 95 ; chronique anonyme publiée en note dans Sanudo, p. 189 ; i (...)

26L’autre ouvrit Tyr aux Francs en 518/1124 que Baudouin Ier avait assiégée inutilement deux fois : le billet de l’atabeg, Ṭugtakīn, qui annonçait l’imminence de sa venue fut capté et substitué par un autre qui les invitait à céder : il ne pouvait lever d’armée pour les tirer du péril ; autrement dit, Damas délaissait Tyr. Tourmentés par la faim et privés de toute espérance de secours, les habitants qui tremblaient dans les murs finirent par capituler107.

  • 108 AAC, p. 73-75 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877 ; Deschamps, III, p. 155.
  • 109 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36 ; Cahen (1935), p. 243.

27L’année suivante, les musulmans imitèrent les chrétiens, mais sans fruit : la dépêche qui annonçait à ‘Azāz (Hazert) l’arrivée prochaine des croisés d’Antioche fut interceptée par l’atabeg de Mossoul, Āq-Sunqur Bursuqī, qui l’assiégeait étroitement, et changée par un faux pli qui laissa la place sans espérance d’être jamais secourue. Subtilité aussi perfide que vaine : loin de prendre, le mensonge remua la cendre du souvenir et remit à la mémoire des Francs le remplacement du message à Tyr l’année précédente, si bien qu’ils nourrirent des doutes sans se livrer au désespoir, préférant mourir que se rendre. Par leur constance et leur lucidité, ils furent miraculeusement sauvés du péril : l’âpre bataille fut suspendue, quand l’armée chrétienne vint libérer les remparts108. Mais en 521/1127, le changement du message lors du siège de Naṣībīn entraîna sa chute : le pigeon qui avertissait de la proche venue des renforts au cinquième jour s’abaissa du haut des nues pour tomber sur une tente face à l’atabeg Zengī ; il fut capturé avant que ses ailes ne l’eussent emporté au ciel et la missive confiée à sa garde fut substituée par un prétendu billet qui demandait à la ville de tenir tête à l’ennemi jusqu’à l’arrivée des troupes qui ne sauraient tarder plus de vingt jours. Ne pouvant résister si longtemps, elle capitula, alors qu’une armée hâtivement réunie marchait à son secours109.

  • 110 Sibṭ, VIII/II, p. 725 ; Ibn Wāṣil, V, p. 220-221 ; Nuwayri, XXIX, p. 259-260 ; Abu l-Fidā, III, p. (...)

28Ces ruses pouvaient fleurir sans siège ni guerre : des esprits perfides opéraient des substitutions frauduleuses d’oiseaux et de plis pour parvenir à leurs fins. Les plus extraordinaires furent effectuées en 637/1239 par le maître ayyoubide de Baalbek, ‘Imād al-Dīn Ismā‘īl : il commença par détourner les pigeons de Naplouse qui accompagnaient le médecin dépêché par son neveu exaspéré par la longueur du temps qu’il mettait à venir et les remplaça par d’autres de sa forteresse. Ce vol lui permit de faire coup double : dérober les billets que ces derniers lui ramenaient et les changer par des faux, chargés de trompeuses nouvelles confiés aux messagers de Naplouse110. Ainsi put-il longtemps abreuver son neveu de mensonges habiles qu’il prenait pour vérité venue du ciel.

LES FAUX BRUITS

  • 111 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125-126/p. 563-564 ; passage traduit dans Ibn Ḫaldūn, Histoire des Berbères, I (...)

29Mais il n’était pas toujours nécessaire de remplacer un pli pour répandre le mensonge. Il suffisait de fabriquer une dépêche et de la fixer sur un pigeon captif que l’on avait imprudemment omis de libérer pour priver l’ennemi de son usage : l’escadre normande tomba en 543/1143 sur des messagers oubliés en cage dans un navire de Mahdiyya fraîchement capturé dans les eaux de Pantelleria. L’Afrique ne s’était pas isolée de l’île depuis sa conquête en 517/1123, après avoir été la proie du fer. L’amiral Georges d’Antioche somma d’écrire un faux avis, destiné à tromper le souverain africain, que les ailes d’un pigeon enlevèrent dans le ciel : la flotte maudite appareillait pour l’Orient lointain, Constantinople, alors qu’elle voguait vers l’Occident prochain, Mahdiyya. Il espérait devancer les pas du jour pour surprendre la ville endormie et la prendre sans laisser aux habitants le temps de fuir. Mais son projet s’en alla en fumée : le bon vent qui portait les galères à la poupe changea soudain d’humeur ; un sirocco se leva en furie du sud pour les chasser ; sa violence ne leur laissa d’autre ressource que baisser la voilure pour avancer à l’aviron. Aussi, la flotte parut dans l’extrême lointain sous les premiers feux du soleil d’été. Georges d’Antioche dut inventer une fable pour justifier son apparition dans les eaux de la capitale : son expédition pacifique réclamait du renfort pour rendre au jeune émir de Gabès le trône usurpé par son affranchi. Mais le mensonge improvisé n’abusa pas le souverain ziride qui, malgré l’angoisse, demeurait lucide : il devina le motif secret du voyage. Comme la cité ne pouvait tenir plus d’un mois, les vivres diminuant effroyablement, il préféra le déshonneur à la guerre pour ne pas verser inutilement le sang des musulmans et les réduire en servitude : il abandonna royaume et palais, comme les habitants leurs foyers, pour ne laisser aux chrétiens que le vain trophée d’une ville déserte. Quand le vent tomba pour ouvrir à la flotte le chemin du port, Mahdiyya n’offrait plus que des monuments en proie à l’ennemi, qui entra dans sa nouvelle conquête sans coup férir111. Pour la première fois en Afrique, les Normands triomphaient sans siège ni bataille.

  • 112 Décrit par Valle, I, p. 372/II, p. 219-220.
  • 113 Yazdī, I, p. 449-452 ; Mīr-Ḫwānd, VI, p. 215 ; Howorth, III, p. 663 ; Aubin, p. 303-304.
  • 114 Suivant l’image de Ṣayrafi, I, p. 363.
  • 115 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Sulūk, III/II, p. 788 ; Manhal, I, p. 232-233 ; Ṣayrafi, I, p. 363.
  • 116 Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 345-346 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084 ; Sulūk, III/ II, (...)
  • 117 Ibn Duqmāq, I, p. 289, 290, 291 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 349 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084, 1175 ; Sul (...)
  • 118 Manhal, I, p. 240 ; Abū l-Mahàsin, XIII, p. 181 ; Saḫāwī, I, p. 245 ; Aubin, p. 309 ; Huait, p. 33 (...)
  • 119 Huart, p. 323, 338.

30Mais le mensonge ne trompait pas toujours ou, du moins, ne dissipait pas toujours les alarmes suscitées par un premier billet. Le destinataire pouvait en être abusé, comme il pouvait concevoir des doutes : le sultan ğalāyiride, Aḥmad b. Uways, se défia en 795/1393 du faux message lui assurant que le formidable nuage de poussière qui couvrait l’horizon n’était pas remué par l’armée de Tamerlan qui hâtait sa marche sur Bagdad, comme l’en avait alerté la dernière dépêche des habitants, mais par les troupeaux des Turcomans que l’approche des Mongols avait chassés de ce côté. Aussi sorti du Tigre au rivage, après l’avoir franchi à la nage, malgré son immense largeur, il coupa le pont qui l’enjambait, le seul qui reliait encore les deux côtés de la ville : comme il était formé de barques attachées par une chaîne de fer112, il en coula quelques-unes et tira les autres sur la rive opposée113 afin que le fleuve le séparât du terrible ennemi qui lui assombrissait la vue comme « une nuit noire » (ẓalām aswad)114. Cette fuite lui sauva la vie : les Mongols brûlaient de le saisir, les habitants de la capitale ayant engagé Tamerlan, après la prise de Tabriz, à marcher sur Bagdad pour les affranchir de la tyrannie sous laquelle ils gémissaient115. Mais le Tigre n’était pas une barrière invincible à la fougue des Mongols : ils entrèrent dans les eaux pour gagner l’autre rive à la nage, puis s’élancèrent avec furie sur les traces du fugitif qui galopait à bride abattue vers un ciel étranger. À nouveau, il échappa aux masses hostiles de l’ennemi. Avec biens, enfants et près de 300 cavaliers, il gagna Alep116, puis l’Égypte : la capitale lui ouvrit ses bras et le sultan Barqūq l’honora117. Le tyran déchu devait revenir de son exil lointain pour remonter au trône dont il était tombé après la mort du conquérant (807/1405). Malgré des flots de sang injustement répandus, il parvint à sévir six années : finalement, en 813/1410, le chef turcoman lentement promu souverain, Qarā Yūsuf, ordonna de le capturer et de l’étrangler en châtiment de ses crimes odieux118, malgré le serment solennel qui les avait jadis liés en Égypte où ils avaient trouvé refuge, s’ils recouvraient les terres dont Tamerlan les avait dépouillés119. Fin méritée, bien que tardive, comme celle des tyrans longtemps impunis.

Notes

1 Chapuis, p. 100-115 ; La Perre de Roo (1877), p. 167-170 ; Gobin, p. 109-110 ; Gigot (1889), p. 54 ; Wittouck (1898), p. 140-148 ; Wittouck (1901), p. 138-149 ; Castagnet, p. 11-14 ; Zaepffel, p. 142-143 ; Poulain, p. 55 ; Chard, p. 116-117.

2 La Perre de Roo (1877), p. 167.

3 Chapuis, p. 103. Selon Wittouck, en p. 141 des deux éditions, la plus courte des dix primaires, en comptant de dehors en dedans, tombe la première.

4 Gigot (1889), loc. cit. ; Boeve (1898), p. 20 ; Zaepffel, p. 142.

5 Selon la formule de La Perre de Roo (1877), p. 167.

6 Chard, p. 116-117.

7 Zaepffel, p. 143.

8 Comme en 688/1289 au Caire, pour les pigeons de Ṣubayba, Maqrizī, II, p. 232.

9 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 300.

10 La Perre de Roo (1877), p. 169 ; Chard, p. 117.

11 Chapuis, p. 150-154 ; Gigot (1889), p. 274-275 ; Rosoor, p. 145-148 ; Boeve (1893), p. 145-146 ; Rodenbach, p. 192-193 ; Boeve (1898), p. 92-93 ; Mégnin, p. 300-305 ; Wittouck (1898), p. 288-301 ; Wittouck (1901), p. 301-309 ; Renaudet, p. 236-238 ; Brechemin, p. 75-76 ; Zaepffel, p. 130-132 ; Chard, p. 121.

12 Wittouck (1898), p. 292.

13 Blanchon, p. 170-171.

14 Mégnin, p. 300.

15 Blanchon, loc. cit.

16 Ğāḥiẓ, III, p. 283.

17 Ṣāliḥ b. Yaḥyā, p. 35 ; Ḫālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

18 Comme le souligne Ğāḥiẓ, III, p. 216. C’est à J.-A. Estopina, président de la Société royale colombophile de Valence (Espagne) que revient le mérite de découvrir le pouvoir d’orientation nocturne du pigeon voyageur : il fit établir en 1909 un colombier dans l’enceinte de l’Exposition régionale de Valence et procéda à 23 lâchers de nuit, Thauziès (1913), p. 807, 808 ; puis il en fit la démonstration en 1916 dans quinze pigeonniers du front, Gibault, p. 7 ; Castagnet, p. 40 ; Delcroix, p. 20 ; Cœlenbier, p. 94.

19 Rabaud, p. 89.

20 Comme le recommande La Perre de Roo (1877), p. 240. De même, pour Benoist, p. 135, les pigeons ne doivent pas être libérés après seize heures.

21 Benoist, p. 135.

22 Tegetmeier (1868), p. 84 ; Wittouck (1898), p. 154 ; Wittouck (1901), p. 194.

23 Thauziès (1910), p. 268.

24 Wittouck (1898), p. 151 ; Wittouck (1901), p. 163 ; Rabaud, p. 93 ; Chamberlain, p. 195.

25 Benoist, p. 135 ; Thauziès (1910), p. 269.

26 Thauziès (1910), p. 268-269.

27 Ḫālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

28 Benoist, p. 135.

29 Thauziès (1910), p. 268.

30 Reynaud (1896), p. 645-646 ; Hinnenberger, p. 28.

31 Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458-459 ; Ḥamdāni, p. 116.

32 Qāḍī Idris, p. 286 ; Dachraoui, p. 316.

33 Maqrīzī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 n.

34 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 61 (où l’oratoire de Tibr est devenu celui des figues [masğid al-tin] hors de Qarāfa).

35 Balbi, p. 108.

36 Benoist, p. 135 ; Lamarche, p. 94 ; Chamberlain, p. 196.

37 Gigot (1889), p. 98 ; Wittouck (1898), p. 154-155 ; Wittouck (1901), p. 195.

38 Chamberlain, p. 196.

39 Wittouck (1898), p. 154-155 ; Wittouck (1901), p. 195.

40 Wittouck (1898), p. 154 ; Wittouck (1901), p. 194 ; Chamberlain, p. 195 ; Thauziès (1910), p. 270 ; Gibault, p. 25 ; Van der Linden, p. 156.

41 Lamarche, p. 94.

42 Chamberlain, p. 195.

43 En Angleterre, les éleveurs ne conservent que les oiseaux aptes à voguer dans la brume, Reynaud (1896), p. 649.

44 Thauziès (1898), p. 560 ; Chamberlain, p. 196 ; Gibault, p. 17.

45 Lamarche, p. 94 ; Van der Linden, p. 156.

46 Gibault, p. 18.

47 Thauziès (1910), p. 270 ; Gibault, p. 16.

48 Ibn Sīda, VIII, p. 170.

49 Maqrīzī, II, p. 7.

50 Ibn Sīda, loc. cit.

51 Les proportions de pertes imputables au mauvais temps n’excèdent pas en moyenne 4 à 5 %, Zaepffel, p. 91-92. Même en mer, elles n’ont jamais dépassé 8 sur 10, Reynaud (1899), p. 447.

52 Thauziès (1910), p. 274-275 ; Maurain, p. 234-237 ; Rabaud, p. 89 ; Gibault, p. 24 ; Keeton, Larkin, Windsor, p. 100, 101 ; Walcott, Gould et Kirschnik, p. 1027 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 71. En 1966, de 1 352 pigeons lâchés à Tours, seuls 16 avaient reparu au colombier : les autres divaguèrent des heures dans le ciel, Chard, p. 38-39.

53 Samuel Hannagīd, p. 105 ; ‘Abbāsī, p. 184 ; Fabri, II, p. 482.

54 Du Puy de Podio, p. 123 ; Meinertzhagen, p. 82.

55 Du Puy de Podio, p. 123.

56 Benoist, p. 132.

57 Du Puy de Podio, p. 122, 123.

58 Ğāğhiz, III, p. 220, 222 ; Qazwīnī, p. 410-411 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 277 ; Masālik, éd. Ḥamdān, p. 88 ; Damīrī, I, p. 258/1, p. 590 ; Fākihī, fol. 90 v°. Meinertzhagen, p. 82, devait le confirmer. Auparavant, on estimait le martinet et l’hirondelle plus rapides que le pigeon, Du Puy de Podio, p. 122-123, 127. Mais la vitesse du premier semblait exagérée, Dusolier, p. 692.

59 Everett, p. 49.

60 60 miles, Meinertzhagen, p. 82.

61 Idem, loc. cit. La vitesse d’un faucon pèlerin qui hibernait sur la cathédrale de Cologne a été exactement mesurée en plongeant sur les pigeons : elle variait de 70 et 80 m à la seconde, Brūll, p. 198 ; Grzimek et Fontaine, VII, p. 424. Les estimations de certains ornithologues sont plus modérées : le faucon qui fond en piqué n’atteint que 150 km/h, Everett, p. 67, sans dépasser les 200, Roux et Terrasse, p. 73.

62 Ğāḥiẓ, III, p. 220 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Masālik, loc. cit. ; Nuzha, p. 97/p. 68.

63 Ğāḥiẓ, III, p. 220 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Masālik, loc. cit. ; Damīri, I, p. 258/1, p. 590 ; Ṭawq, p. 28.

64 Ğāḥiẓ, III, p. 219 ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 270 ; Qalqasandī, II, p. 59 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 590 ; Fākihī, fol. 90 v°. Les rapaces les plus redoutables sont, en effet, l’autour des palombes et le faucon pèlerin, Van der Linden, p. 151. Les bisets s’enfuient instinctivement à la vue du dernier, Grzimek et Fontaine, VIII, p. 236.

65 Qazwīnī, p. 410.

66 Ğāḥiẓ, III, p. 187.

67 Idem, II, p. 54.

68 Roux et Terrasse, p. 74.

69 Ğāḥiẓ, III, p. 187.

70 Masālik, éd. Ḥamdān, p. 88 ; Qazwīnī, p. 410. Élien rapporte une tradition similaire : les cris des aigles et des vautours n’effraient guère les pigeons, alors que ceux des faucons et des aigles de mer les terrifient, Characteristics, I, p. 350, 351 [V. 50 (1)].

71 Comme ce pigeon poursuivi par un faucon qui préféra plutôt regagner sa cage que son nid à Damiette, selon un récit rapporté à Monconys, p. 170.

72 Fabri, II, p. 482-483.

73 Dans la Chanson de Jérusalem, Godefroi de Bouillon et Robert de Flandre lancent des faucons affaités à l’assaut des cent pigeons envolés de Jérusalem vers Damas, Tibériade et Tyr : ils en prennent trois. Les messagers volants qui rapportent la réponse sont interceptés de la même manière, CJ, § 92, 93, 94 ; trad. Subrenat, p. 229, XX, 230, XXI.

74 Barthélemy de Glanville, livre XII, chap. VII.

75 Ğāḥiẓ, III, p. 219.

76 Gigot (1889), p. 122 ; Van der Linden, p. 152. Du Puy de Podio, p. 23, estime que le pigeon vole de 250 à 300 m ; de même, Zaepffel, p. 49, à 250 m. Cependant, pour certains, il ne vogue qu’à 150 m, La Perre de Roo (1877), p. 196 ; La Perre de Roo (1883), p. 266. De même, Gérardin, p. 20, réduit l’altitude du pigeon à 100 ou 150 m.

77 Les yeux ne pouvaient plus voir les pigeons lâchés d’Alexandrette, Rocchetta, p. 66 ; Troilo, p. 611. Ils semblaient surmonter les montagnes qui leur dérobaient la vue d’Alep, Russell, II, p. 204 n. 30.

78 Comme ceux qu’Ibn Sīda, VIII, p. 170, appelle samāwiyyāt (célestes). Ils volent souvent au-dessus des nuages, suivant Masālik, éd. Ḥamdān, p. 87.

79 Reynaud (1896), p. 647.

80 Pour Benoist, p. 36, l’altitude du pigeon est de 400 à 500 ; pour Claparède, p. 166, de 300 à 400. Mais pour Gigot (1889), p. 123, il ne doit pas s’élever à 500 pour disparaître dans le ciel.

81 Gibault, p. 19.

82 2 800 pieds et même 8 000, Meinertzhagen, p. 109.

83 Benoist, loc. cit.

84 Gigot (1889), p. 122 ; Zaepffel, p. 49 ; Van der Linden, p. 152.

85 En 504/1110, le pigeon envolé de Cerep est abattu par les Francs, Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 ; Rôhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95, 155. En 712/1312-1313, les oiseaux lâchés de Raḥba tombent sous les flèches mongoles, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 258, 260.

86 En 669/1271, le pigeon libéré par un espion dans l’armée de Baybars, lors du siège de Montfort, est abattu par le sultan, alors qu’il regagne le château, Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 385-386 ; Nuwayri, XXX, p. 332-333 ; Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 191-192 ; II, p. 151-152 ; Michaud (1829), IV, p. 527 ; Röhricht (1884), p. 401 ; Röhricht (1898), p. 959 ; Deschamps, I, p. 99.

87 Deux pigeons se posèrent sur une tente ennemie : l’un au retour, en 521/1127, lors du siège de Naṣībīn, Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36 ; l’autre au lâcher, en 646/1248, lors du blocus de Homs, Ibn al-Ḫazrağī, fol. 165 r° ; Eddé, p. 344.

88 En 659/1261 ou l’année suivante, lors du blocus de Mossoul par les Mongols, l’oiseau qui prévient les assiégés de l’arrivée des renforts est cueilli sur un mangonneau, Rašīd al-Dīn, II, p. 730 ; Ibn al-Fuwaṭī, II, p. 347-348 ; Ohsson, III, p. 372.

89 Les pigeons de Paris qui regagnaient le colombier de la rue Simon-Lefranc avaient coutume de se poser sur la tour Saint-Jacques ; ceux qui rentraient rue de Clichy, sur l’Arc de triomphe, Mallet, p. 106-107.

90 Chronique vénitienne anonyme publiée dans Sanudo, p. 189 ; Sanudo, p. 187 ; Juste-Lipse, p. 55-56. Ce récit est repris par Moore, p. 29-30, qui le place à tort lors du siège d’Acre (Ptolémaïs).

91 Troilo, p. 612.

92 Ğāḥiẓ, III, p. 218-219. Le pigeon peut tomber dans un piège, Samuel Hannagīd, p. 105. Sur l’oiselage à la glu, voir Meier, p. 273-274 ; Viré, (1973).

93 Ainsi, le messager qui rentrait à Nasībīn en 521/1127 alla se reposer sur une tente face à celle de Zengī qui assiégeait la ville : il fut capturé, Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36. En 659/1261, celui qui revenait de Sinğār à Mossoul se posa sur le mangonneau de l’armée mongole, Rašīd al-Dīn, II, p. 730 ; trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 ; Ohsson, III, p. 372.

94 Raymond d’Aguilers, p. 135-136/p. 114 ; récit traduit par Edgington, p. 169-170 ; Fabri, II, p. 482-483 ; Michaud (1825-1829), I, p. 398-399 ; Riant, p. 195, CXXX ; Runciman, I, p. 276.

95 Ibn al-‘Adīm, II, p. 156 ; Röhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95, 155.

96 Rašīd al-Dīn, éd. Karimi, II, p. 730 ; éd. et trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 ; Ohsson, III, p. 372-373.

97 Ibn al-Aṯīr, X, p. 489 ; RHC, Or., I, p. 285 ; Röhricht (1898), p. 93-94 ; Grousset, I, p. 263 ; Runciman, II, p. 94 ; Chéhab, I, p. 85-86.

98 Rašīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 ; Ohsson, III, p. 372-373.

99 Ibn al-Gawzī, XII, p. 223 ; Ṣafadī, XVI, p. 233-234.

100 Ibn Šaddād, p. 270.

101 G. Claudin, La Petite Presse, 18 janvier 1875, cité par Gobin, p. 137-138.

102 ‘Abbāsī, p. 184.

103 Idem, loc. cit.

104 Le pèlerin belge Gonzales, p. 628, rapporte que le billet destiné à rassurer ses amis d’Alep après un périlleux voyage était devenu illisible : comme on avait omis d’abreuver l’oiseau avant lâcher, il l’avait trempé en se désaltérant.

105 Ḥamdānī, p. 163. Le retour du pigeon est signalé dans Iršād, III, p. 185, mais la dépêche mouillée passée sous silence.

106 Wilbrand d’Oldenbourg, p. 168 ; Deschamps, I, p. 98 ; Edgington, p. 171.

107 AAC, p. 70-73 ; Tritton et Gibb, p. 95 ; chronique anonyme publiée en note dans Sanudo, p. 189 ; idem, p. 187 ; Juste-Lipse, p. 55-56.

108 AAC, p. 73-75 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877 ; Deschamps, III, p. 155.

109 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36 ; Cahen (1935), p. 243.

110 Sibṭ, VIII/II, p. 725 ; Ibn Wāṣil, V, p. 220-221 ; Nuwayri, XXIX, p. 259-260 ; Abu l-Fidā, III, p. 164 ; Ibn al-Dawādāri, VII, p. 336 ; Sulūk, I/II, p. 285 ; trad. Blochet, ROL, X, 1903-1904, p. 316 ; Humphreys, p. 256 ; Eddé, p. 343-344.

111 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125-126/p. 563-564 ; passage traduit dans Ibn Ḫaldūn, Histoire des Berbères, II, p. 582-583 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 433 ; Wazīr, I/II, p. 476 ; Amari, III, p. 415 ; Chalandon, II, p. 163-164 ; Idris, I, p. 356-357 ; II, p. 527.

112 Décrit par Valle, I, p. 372/II, p. 219-220.

113 Yazdī, I, p. 449-452 ; Mīr-Ḫwānd, VI, p. 215 ; Howorth, III, p. 663 ; Aubin, p. 303-304.

114 Suivant l’image de Ṣayrafi, I, p. 363.

115 Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Sulūk, III/II, p. 788 ; Manhal, I, p. 232-233 ; Ṣayrafi, I, p. 363.

116 Ibn Duqmāq, I, p. 288 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 345-346 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084 ; Sulūk, III/ II, p. 789 ; Ibn Ḥağar, III, p. 157 ; Abū 1-Maḥāsin, XII, p. 261 ; Manhal, I, p. 232, 233 ; Ṣayrafī, I, p. 364 ; Ṣaḫāwī, I, p. 244.

117 Ibn Duqmāq, I, p. 289, 290, 291 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 349 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 1084, 1175 ; Sulūk, III/II, p. 798, 799, 800, 801 ; Manhal, I, p. 233 ; Ṣayrafi, I, p. 375, 376, 377 ; Saḫāwī, I, p. 244-245 ; Ibn Iyās, I/II, p. 464-465, 466.

118 Manhal, I, p. 240 ; Abū l-Mahàsin, XIII, p. 181 ; Saḫāwī, I, p. 245 ; Aubin, p. 309 ; Huait, p. 339.

119 Huart, p. 323, 338.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search