Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 14. Les avantages de la poste aérienne

Texte intégral

LA VITESSE DE RETOUR

  • 1 Ğāḥiẓ, III, p. 270, 279 ; Ibn Sida, VIII, p. 170.
  • 2 En 366/977, la dépêche du premier arrivé fut portée par le chef du colombier à la famille du vizir (...)
  • 3 Valle, I, p. 244/I, p. 415, 416 ; Brémond, p. 121.
  • 4 Anṣārī, p. 13/48.
  • 5 Gonzales, p. 628.
  • 6 Ibn Buḫtīšū‘, fol. 39 v° ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Ṭawq, p. 28.

1Tous les pigeons n’ont pas la même rapidité : il y en a de lents, malgré leur vigueur, de prompts, malgré leur faiblesse1. Simultanément rendus au ciel, ils ne rentrent pas tous en même temps : l’oiseau de tête peut être suivi d’autres, à intervalles brefs2, et les retardataires, « traînards » ou « rossards » (langage de colombophile), finir par revenir longtemps plus tard, alors que l’on avait cessé de les espérer. Aussi les bruits qui couraient sur leur vitesse étaient-ils discordants : ils franchiraient en moins d’un jour la distance qui prend six jours de marche, d’après les uns3, vingt, d’après d’autres4, couvriraient 30 lieues (120 km) en quatre ou cinq heures5 et même, selon les sources, 300 parasanges (1 800 km) quotidiennement6.

  • 7 Chapuis, p. 223-228 ; La Villatte, p. 21 ; Thauziès (1898), p. 560 ; Benoist, p. 34, 37-38 ; Gérar (...)
  • 8 Chard, p. 34.
  • 9 Caustier, p. 94.
  • 10 1 100 à 1 200 m par minute, Gigot (1889), p. 86 ; Rosoor, p. 9 ; exceptionnellement 1 500, Wittouc (...)
  • 11 1 855 m à la min, Rodenbach, p. 125, 126. Thauziès (1898), p. 560, donne une vitesse similaire.
  • 12 Près de 2 km par minute, Caustier, p. 95 ; Palliez, loc. cit. ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, (...)
  • 13 Chard, p. 35.
  • 14 La vitesse des pigeons sur le parcours de Barcelone à Bruxelles (1 078,344 km par le ciel) n’était (...)
  • 15 En juillet 1894, un pigeon ne couvrit que 1 010 km en 12 jours, Fulton, p. 445.
  • 16 Selon Dusolier, p. 691, et Chard, p. 34, les pigeons ne dépassent pas 120 km/h sur des distances i (...)
  • 17 En 1933, un champion fit 151 km/h, Meinertzhagen, p. 100.
  • 18 En 1961, un pigeon des frères Beattie, libéré à Dungawan (Irlande du Nord), franchit 299 km à la v (...)
  • 19 Gigot (1904), p. 230. Des performances similaires ont été enregistrées au Royaume-Uni : en 1972, u (...)
  • 20 Meinertzhagen, p. 99.
  • 21 Gibault, p. 20.
  • 22 Mégnin, p. 350.

2Ces rumeurs étaient d’autant plus dénuées de fondement qu’aucun instrument ne permettait de calculer l’allure du pigeon qui varie considérablement, non seulement suivant les sujets et leur hâte à rentrer, mais encore en fonction de l’espace à parcourir, de la topographie de la région survolée, des conditions atmosphériques, en particulier la direction et la force du courant régnant. Aussi, pour les courtes et moyennes portées, elle peut n’être que de 707, 758, ou 80 km/h9 et même en atteindre 9010, voire 11011 ou 120, par temps calme12 ; alors que pour les voyages au long cours (à partir de 500 km), elle tombe autour de 6013 et même moins14. Mais si les plus faibles couvrent à peine 84 km par jour15, les plus rapides font 1 250, voire 1 320 m par minute. Quant aux champions qui jouissent des faveurs du temps et surtout du vent dont la direction leur permet d’accomplir leur trajet sans presque s’éloigner de la ligne droite, ils franchissent de 1 800 et 2 000 km (108 et 120 km/h)16 à 2 500 (150 km/h)17, 2 612 (156 km/h) et 2 953 (185 km/h)18, sur les petits et moyens parcours, nettement moins sur les grands, de 1 400 à 1 50019. En revanche, un vent hostile modère sensiblement leur allure pour en différer le retour : elle varie de 64 à 72 km/h, s’il est de côté, et de 48 à 56, si les voyageurs ailés le reçoivent dans la face20 pour tourner souvent autour de 5021. De même, la brume la réduit à 600 ou 700 m à la minute (soit 36 ou 42 km/h)22.

LA RAPIDITÉ DES LIAISONS TERRESTRES

  • 23 En 712/1312-1313, les pigeons annoncent le matin à Damas la fuite des Mongols de Raḥba, ce que con (...)
  • 24 Ragheb, « La transmission des nouvelles », p. 38.
  • 25 Maqdisi, p. 66 ; trad. Miquel, p. 144 ; Yāqūt, I, p. 37.
  • 26 Ibn Šaddād, p. 313 ; Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 95 ; Maqrizi, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 87 ; Sulūk, (...)
  • 27 Ibn Šaddād, loc. cit. ; Sauvaget (1941a), p. 77. En 726/1327, le courrier Aqqūš fit Le Caire-Alep (...)
  • 28 Anṣāri, p. 14/49.
  • 29 Comme Qurqmās en 839/1435, Ibn Ḥağar, VIII, p. 371.
  • 30 Ibn Baṭṭūṭa, loc. cit.
  • 31 Ibn Rusta, p. 180/p. 208 ; Ṭabarī, II, p. 1657. Mais d’après Ibn Rusta, la distance serait supérie (...)
  • 32 Ṭabarī, III, p. 802 ; Ğahšiyārī, p. 294 ; ‘Uyūn, III/I, p. 324-325 ; Ibn al-Aṯīr, VI, p. 245 ; Ibn (...)
  • 33 Dont 140 jusqu’à Nišāpūr, 70 au-delà, Qudāma, p. 201-202/155.
  • 34 Anṣāri, p. 14/48 ; Sulūk, I/II, p. 600 ; trad. Quatremère, I/II, p. 101 ; Sauvaget (1941a), p. 35- (...)
  • 35 Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 232 ; Sulūk, I/III, p. 664 ; trad. Quatremère, II/I, p. 3-4.

3Les pigeons les plus lents gagnent toujours de vitesse les montures lancées à fond de train23 : les messagers de la poste abbasside ne couvraient au galop qu’une moyenne quotidienne de 200 km sur les voies praticables24, peut-être un peu plus l’été quand l’ombre descend tardivement du ciel, un peu moins l’hiver quand le soir précoce rejoint rapidement la nuit. Mais ils devaient changer leur mule recrue pour une mule fraîche aux relais, dont l’éloignement différait suivant la région : tous les 12 km en pays de montagne (Syrie et Ḫurāsān), tous les 24 en terrain plat (plaines d’Iraq et déserts d’Arabie)25. Les courriers de la poste mamelouke en faisaient légèrement plus : pour gagner Le Caire, ils mettaient à cheval quatre jours de Damas26, éloigné de quelque 774 km ; cinq d’Alep27, à plus de 1 136 km, soit près de 227 par 24 heures, et même exceptionnellement quatre28, alors que le trajet en demandait seize aux émirs pressés qui voyageaient à dromadaire29 et trente aux caravanes30 qui l’allongeaient par leur lenteur. Cependant, ces allures furent parfois dépassées : en 120/738, sous les Omeyyades, trois hommes franchirent les 80 parasanges (480 km) qui séparaient Basra de Kūfa en un jour et une nuit : près de 20 km environ à l’heure. Ils n’avaient pu acquérir cette vitesse presque incroyable qu’en troquant en chemin, dans les relais de poste, leurs dromadaires (ğammāzāt) fourbus31 contre des dromadaires frais, sans goûter sommeil ni repos et peut-être même sans presque boire ni manger, malgré la fatigue qui devait les accabler. En 195/811, la poste abbasside galopa trois jours et trois nuits durant des environs de Rayy dans la province de Ğibāl à Marw dans le Ḫurāsān. Elle portait au vizir Dū l-wizāratayn (l’homme aux deux commandements) une grande nouvelle, l’atroce fin d’Ibn Māhān qui menait une expédition contre Ma’mūn : il ne fallait pas priver plus longtemps le calife du plaisir de la victoire. Mais pour voler par monts et par vaux, la poste avait dû changer de messager en même temps que de monture, tous les 12 km à chaque relais, contrairement à l’usage de le garder du départ à l’arrivée. Les sources prétendent qu’elle aurait parcouru quelque 250 parasanges (1 500 km), soit près de 500 km par jour environ32. Mais la distance a été gonflée : elle n’était que de 210 (1 260 km)33 et peut-être moins, si les courriers, pour abréger le chemin, avaient quitté les grandes voies pour des traverses : ils n’auraient donc fait que 420 km par 24 heures. Le galop infernal demeure exagéré : la raison pousse à le réduire aux exploits des cavaliers fulgurants de l’Empire mamelouk quand les affaires pressées leur donnaient des ailes : en 670/1271, la poste mit trois jours de Damas pour alerter Le Caire d’une incursion mongole et réclamer du renfort34, soit à une vitesse quotidienne de 257 km. Huit ans plus tard, dix-sept heures furent gagnées entre les deux villes, d’Afrique en Asie, pour annoncer l’avènement de Qalāwūn35.

  • 36 ‘Umarī, p. 248 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 243 ; Sauvaget (1941a), p. 35, 73.
  • 37 ‘Umarī, p. 260 ; Qalqašandī, XIV, p. 399 ; Sauvaget (1941a), p. 73.
  • 38 ‘Umarī, p. 248 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 243.
  • 39 Cette initiative fut prise par le chef de la chancellerie, qui n’était autre que ‘Umarī, par les s (...)
  • 40 Abu 1-Maḥāsin, XII, p. 180 ; XIII, p. 167.
  • 41 Idem, XIII, p. 167.
  • 42 Jugement de Michelet, p. 242.
  • 43 En 827/1424, un émir, parti de Damas à dromadaire un mercredi, parvint au Caire le mercredi suivan (...)

4Maints obstacles retardaient cependant les messagers : tout d’abord, les rudes montées que fuyaient « les ailes de l’aigle royal »36 autant que les voyageurs, notamment la redoutable côte de la Poste (‘aqabat al-barid) qui dominait Baysān37, aussi rapide qu’âpre à dévaler ou gravir ; puis le passage périlleux du Jourdain pour gagner Ṭayba, ou en revenir, que le cavalier devait franchir en bac, le cheval à la nage tiré sans doute par la bride pour soutenir sa tête jusqu’à la rive opposée, même si l’inclémence de l’hiver ou la violence de la crue le rendait fatal aux courriers38. Après bien des noyades dans les eaux du fleuve, le chemin abrégé fut abandonné en 741/134139 pour une route plus longue, mais plus praticable et plus sûre. Ce changement de trajet qui permit sans doute à la poste de gagner du temps favorisa peut-être l’éblouissante prouesse de l’extraordinaire Sūdūn : en 801/1399, il fit à bride abattue les quelque 774 km qui séparaient Le Caire de Damas en deux jours40, parcourant 387 km par 24 heures, à une vitesse horaire de plus de 16 km, s’il n’avait goûté aucun repos, mais davantage s’il s’était accordé de longs répits. Puis il rentra dans le même laps de temps. Ce voyage éclair (près de 1 548 km en quatre jours) lui valut le surnom d’al-Ṭayyār (le volant) : il avait pris des ailes pour passer d’une ville à l’autre41 et devenir le plus rapide cavalier de l’empire et probablement de la terre : les mamelouks furent longtemps regardés comme les premiers cavaliers du monde42. Cette incroyable furie de vitesse resta inégalée : la poste déclina quand Damas tomba en 803/1400-1401 sous la puissance de Tamerlan. Désormais, les deux capitales redevinrent lointaines : une semaine les séparait43.

  • 44 Rašīd al-Dīn, éd. Jahn, p. 275 ; Ohsson, IV, p. 403.
  • 45 Pasquet, p. 192.

5En Orient, seuls les Mongols pouvaient lutter de vitesse avec les mamelouks en changeant aux relais leurs chevaux fourbus contre des chevaux frais : les dépêches urgentes des commandants de Ġāzān (694/1295-703/1304) franchissaient couramment 60 parasanges (360 km) par 24 heures et parvenaient du Ḫurāsān à Tabriz en trois ou quatre jours, alors que les courriers n’en mettaient jamais moins de six44, à fond de train. La Chine devait tardivement les battre : en 1767, les messagers de la poste qing pouvaient dépasser 500 ou 600 li (250 ou 300 km) journaliers pour transmettre la correspondance militaire incessante dans le Yunnan, et même en atteindre 800 (400 km environ)45 : plus de 16 km à l’heure.

  • 46 Anṣāri, p. 13/48 ; Qalqasandī, XIV, p. 400.

6Le vol du pigeon était donc environ quatre fois plus rapide que le train du dromadaire ou du cheval de course, fût-il furieux : le premier fendait l’air à 70 km à l’heure, le deuxième ne pouvait en atteindre que 20 et le dernier que 16. En outre, les routes du ciel sont plus directes que les routes de la terre, dont elles ignorent obstacles et détours. Seule la télégraphie optique l’emportait par la vitesse sur les voyageurs ailés46. Mais son usage discontinu s’est toujours réduit à une fraction de l’empire.

  • 47 Marrākušī, p. 253/p. 299 ; Ragheb, « La transmission des nouvelles », p. 44.

7Le premier réseau remontait aux Fatimides, s’il n’était plus ancien, pour mettre leur empire à l’abri des incursions chrétiennes. Des tours bâties à l’usage du feu faiblement éloignées l’une de l’autre longeaient les côtes d’Afrique ; sitôt des voiles ennemies découvertes au loin sur la mer, l’alerte passait à la tour prochaine qui la transmettait au relais suivant et gagnait de proche en proche Alexandrie : de Tripoli, elle parvenait en trois ou quatre heures, malgré la distance (1 590 km), soit à la prodigieuse vitesse horaire de 400 à 500 km. Mais quand les Zirides s’affranchirent du joug fatimide vers 440/1048, les bédouins chassèrent les occupants de ces tours de signaux pour les raser ; seules quelques-unes échappèrent à la démolition47.

  • 48 Maqdisī, p. 177/p. 209-210 ; Ragheb, loc. cit.

8Un deuxième réseau fut ensuite implanté par les Fatimides sur les rives de Palestine quand sa conquête fut accomplie : dès qu’un navire suspect se montrait dans l’horizon lointain, des trompes sonnaient l’alarme ; puis des fumées le jour et des feux la nuit alertaient la capitale, Ramla, en moins d’une heure48. Cette signalisation à la fois visuelle et auditive fut suspendue quand les croisades déplacèrent les limites de l’empire.

  • 49 ‘Umari, p. 259 ; trad. Hartmann, p. 504 ; Qalqašandī, I, p. 127 ; XIV, p. 398-400 ; trad. Gaudefro (...)
  • 50 Anṣārī, p. 13/47.

9Finalement, un dernier réseau fut organisé par les Mamelouks au sommet des montagnes et des bâtiments élevés pour annoncer les nouvelles par des colonnes de fumée pendant le jour, de flammes pendant la nuit : il s’étendait de Gaza sur la côte jusqu’à la vallée que fécondait l’Euphrate, Bīra au nord et Raḥba à l’est, en passant par Damas. Dès que l’horizon s’envolait par grandes poussières pour signaler l’approche des nuées mongoles avant même d’en distinguer les ombres, l’alerte passait par les hauteurs ; d’Alep, elle gagnait Bilbays en un jour, sinon moins. De là, les pigeons l’emportaient au Caire : ainsi la capitale était prévenue des dangers surgis sur les rives de l’Euphrate, avant le soir, s’ils étaient advenus le matin, et dès le matin s’ils étaient survenus la nuit49. Mais ce système fut abandonné quand le péril mongol s’évanouit50. Ces signes éphémères offraient cependant deux inconvénients majeurs : d’une part, ils étaient imparfaits : ils ne faisaient qu’alerter, les lettres narratives et explicatives étaient ensuite délivrées par messager ; d’autre part, le temps pouvait les rendre vains : le vent les emporter, la pluie les brouiller ou les dérober à la vue, une nappe imprévue de brume les voiler, si bien que les feux semblaient éteints, d’autant plus aisément qu’ils étaient lointains.

  • 51 Sibṭ, VIII/II, p. 646 ; Eddé, p. 300, n. 758.

10Enfin, des signaux convenus infiniment plus discrets étaient parfois émis par des agents secrets, comme ceux que les femmes des cavaliers musulmans lançaient d’Acre retombée dans les mains des croisés pour signaler l’imminence d’un péril aux vigies du mont Carmel : si une expédition était préparée, elles ouvraient une fenêtre de leur maison et en indiquaient la direction (Ḥawrān, Damas ou Naplouse) ; si les troupes se montaient à cent hommes, elles allumaient une bougie, à deux cents, deux51. Mais comme les fumées et les flammes, ces signaux soumis au caprice du temps étaient perdus, si la brume ou la pluie les escamotait.

LA RAPIDITÉ DES LIAISONS AÉRIENNES

  • 52 Ğāḥiẓ, I, p. 96-97 ; repris par Ṯa‘ālibī, p. 370. En 332/943, une dépêche de Bagdad tomba le même (...)
  • 53 Suivant Ibn al-Ğawzī, XV, p. 22 ; mais une heure seulement, d’après Ibn ‘Inaba, p. 278. La seconde (...)
  • 54 Ibn al-Ğawzī, loc. cit.

11Grâce aux pigeons, la rapidité des communications fut de tout temps prodigieuse. Dans l’Empire abbasside, les événements survenus le matin à Kūfa volaient de bouche en bouche avant le soir à Basra (365 km par la voie des airs), et les bruits des deux villes couraient dans l’espace d’un jour à Bagdad, Mossoul et même à Raqqa, malgré l’immense éloignement : 660 km à tire-d’aile, de Basra52, si toutefois le ciel en laissant présager orage ou pluie n’avait ajourné l’envoi, ou un temps hostile surpris le messager pour en retarder le retour. Sous les Bûyides, la réponse d’une lettre de Bagdad à Kūfa était obtenue en quelques heures53 (143 km seulement à vol d’oiseau), alors qu’aller et retour exigeaient des courriers six jours sinon davantage au pas lent de caravane54.

  • 55 Šāfi‘ b. ‘Alī, p.411/p.416.
  • 56 Maqrīzī, II, p. 232. Cependant, les oiseaux du Caire claustrés à Damas furent plus lents : chargés (...)
  • 57 Selon Frescobaldi, p. 52.
  • 58 Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyûtī, II, p. 313.
  • 59 Sur le régime des vents en Egypte, voir Clerget, I, p. 71.
  • 60 Ibn Šaddād, p. 313.
  • 61 Goitein, I, p. 289-290.

12Dans l’Empire mamelouk, les messagers volants supprimaient également les distances : moins d’une heure à vol battu séparait les relais les plus proches, à peine deux, les plus lointains, si l’on écarte les relais éphémères des bords sud d’Égypte, Assouan et ‘Ayḏāb. Aussi les messages reçus d’Afrique gagnaient-ils rapidement les confins d’Asie : ils arrivaient en un jour du Caire à Damas55, malgré la longueur du trajet (620 km à travers l’espace) et le temps perdu en douze stations pour remplacer les messagers. Au galop, la route demandait deux ou trois jours aux fabuleux cavaliers et quatre aux courriers de la poste qui passaient dans les voies avec la rapidité des ailes de l’oiseau. Même sans escale, les nouvelles parvenaient dans une durée proche : les pigeons de fond rentrèrent d’une volée à Ṣubayba le jour même de leur lâcher au Caire56. D’Alexandrie à la capitale, les dépêches parvenaient en une demi-journée57, malgré deux brefs changements d’aile : les vents dominants, nord, nord-ouest et nord-est qui les portaient au nid en hâtaient le retour. Mais dans le sens inverse, le voyage était plus long : il fallait près d’une heure pour mener les pigeons jusqu’au village de Munyat ‘Uqba, où ils recouvraient leur liberté58 ; puis ils devaient souvent lutter contre le vent qui en freinait l’allure. Il ne leur devenait propice en les poussant du sud au nord que deux mois par an : décembre et janvier59. Néanmoins, les voyageurs ailés battaient de loin les cavaliers les plus rapides : d’une ville à l’autre, les plis mettaient deux jours, s’ils étaient emportés par le vol d’un cheval ardent de la poste60 ; et davantage par les courriers privés magnifiquement payés : trois jours et demi pour les plus pressés, sinon quatre ou cinq, comme du temps des Fatimides61.

  • 62 Lithgow, p. 120 ; Moore, p. 29 ; Volney, p. 275.
  • 63 Plusieurs durées de voyage ont été relevées par Carruthers, p. xviii, xxxiv-xxxv. À la fin du xixe(...)
  • 64 Tavernier fit le trajet en 65 jours, I, p. 188 ; Rousseau en 66 (18 octobre-23 décembre 1808), Voy (...)
  • 65 Masson (1896), p. 376.
  • 66 Sur la vitesse du pigeon en montagne, voir Gigot (1889), p. 95, 99.
  • 67 Tavernier, I, p. 178.
  • 68 Tavernier, I, p. 177, 178 ; Troilo, p. 612.
  • 69 Troilo, p. 611.
  • 70 Selon Arvieux, loc. cit., mieux informé que Thévenot, p. 73, qui réduit la distance à 22 lieues. L (...)
  • 71 D’après Troilo, p. 612.
  • 72 Pétis de la Croix, p. 78.
  • 73 Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 254.
  • 74 Russell, II, p. 203, n. 30.
  • 75 Teonge, p. 97.
  • 76 Ainsi, pour Arvieux, V, p. 496, le trajet était couvert en trois ou quatre heures ; pour Dallam, p (...)
  • 77 Quatre ou cinq heures, suivant Tavernier, I, p. 177. Durée exagérée pour Masson (1896), p. 379, n. (...)
  • 78 Moins de six heures, pour Thévenot, p. 73 ; mais six, pour Coppin, p. 330, et Volney, p. 275.
  • 79 Harant, II, p. 27/p. 35.

13Dans l’Empire ottoman, le voyage d’Alep à Bagdad (730 km à tire-d’aile) n’exigeait que deux jours par le ciel62, alors que les messagers et la poste en mettaient d’ordinaire de 13 à 15, les petites caravanes près de 25, et les grandes, lourdement chargées, de 28 à 36 pour franchir les sables déserts, sinon 4063, et même plus de deux mois64, leur lenteur pouvant en doubler la durée, sans parler des périls du chemin qui en rendaient la durée incertaine65. Le trajet Alexandrette-Alep (100 km à tire-d’aile) ne demandait aux voyageurs ailés que quelques heures, parfois moins, malgré l’Amanus qui troublait leur orientation et ralentissait leur allure en les obligeant à régler leur altitude sur des cimes culminant de 1 200 à 2 400 m66, alors que la route prenait aux cavaliers bien montés deux journées67, et même trois petites68 ou quatre69 pour les autres, pour en couvrir les 40 lieues (160 km)70. Ces délais variaient cependant suivant l’oiseau et le temps, comme le prête à croire la divergence des sources : moins d’une heure et parfois même une demi-heure71 pour les plus prompts, spécialement si le vent les rapportait au nid ; mais généralement deux72, tantôt légèrement moins (une et demie ou au plus trois quarts d’heure)73, tantôt un peu plus (deux et demie74 ou moins de trois75), sauf si le temps devenait hostile : ils pouvaient alors mettre trois, quatre76, cinq77 et même six heures78. Enfin les billets qui s’envolaient d’Ormuz tombaient en un jour à Bagdad, alors que le trajet en coûtait cinquante par voie d’eau, douze de l’île à Baṣra, puis trente-huit de Baṣra à Bagdad79.

  • 80 Un pigeon ne peut couvrir 300 parasanges (1 800 km) en un jour, comme le prétend Ibn Buhtīsu‘, fol (...)
  • 81 Thauziès(1898), p. 560.
  • 82 A. Gérard, FC, 11e année, n° 6, vendredi 8 février 1929, p. 82. Au début du siècle, Dusolier, p. 6 (...)
  • 83 Van der Linden, p. 156. Tegetmeier (1868), p. 96 ; Thauziès (1898), p. 560 ; Reynaud (1899), p. 43 (...)
  • 84 Thauziès (1913), p. 808 ; Gibault, p. 16 ; Hinnenberger, p. 53, 54.
  • 85 Palliez, p. 29-30.
  • 86 Walcott, Gould et Kirschnik ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 66,71. Mais il peut s’agir de t (...)

14Quant aux voyages au long cours, comme Pergame-Basra (2 011 km à vol battu), Constantinople-Baṣra (2 080 à tire-d’aile) ou Tunis-Le Caire (dix de plus par le ciel), qui étaient depuis longtemps réduits au souvenir de leur souvenir, si bien que la mémoire en était confuse et la date oubliée, leur durée demeure inconnue : au mieux deux jours80, au plus deux semaines, car la vitesse du retour diminue avec la distance : le 13 juillet 1897, des 717 pigeons lâchés à Lisbonne, les premiers ne reparurent à leur colombier de Charleroi que le 26 ; le 18 juillet du même mois de la même année, de 414 libérés à Madrid (à 1 343 km), deux seulement rentrèrent dans la journée du 20, les autres, les jours suivants81 ; en 1901, un voyageur français revint en 16 jours de Grafton (Virginie) à Denver (Colorado) ; en 1928, un oiseau de fond en mit 12 pour franchir les 1 890 km qui séparent La Havane de Washington. Mais, en 1916, 2 717 km furent couverts en 22 jours 8h 22min ; et en 1924, 2 850 en 23 jours, 7h 54min82. Ces délais varient non seulement en fonction de la direction du vent et des conditions atmosphériques, mais aussi suivant les escales qui allongent le retour que la nuit ne suspend pas toujours83 ; le pigeon vole dans les ténèbres sans le secours des yeux, s’il n’est plus éclairé que par les étoiles qui le guident par ciel dégagé : seule la lumière crue des lunes pleines trouble sa direction84. Son allure n’en est que légèrement modérée : malgré la cécité qui le frappe dans l’ombre, il peut faire un kilomètre par minute85. Il suit son chemin grâce à un aimant formé d’aiguilles ferrugineuses, dont le magnétomètre a révélé la présence dans différentes régions de la tête ou du cou, et le microscope électronique la composition86. Ce vol en aveugle ne provoque pas de collisions fatales : le voyageur de nuit fait sa route dans le haut des airs.

LES DISTANCES PARCOURUES

  • 87 De 700 à 900 km, Merkès, p. 41 ; de 800 à 900, Dusolier, p. 692 ; Poulain, p. 12 ; de 804 à 965 (5 (...)

15Les pigeons au long cours couvrent couramment en un jour 800 à 1 000 km, lors des voyages de retour87. Aussi des volées d’envergure comme Damas-Le Caire (620 km) ou Alep-Bagdad (730 km) sont loin d’être extraordinaires, bien que tous les voyageurs ailés ne puissent les effectuer : pour parcourir de si grandes étapes, souvent sans escale, l’effort fourni est immense : les rameurs, qui ignorent les repos passagers des planeurs, sont condamnés à regagner la terre, s’ils cessent de fouetter l’air du battement régulier de leurs ailes.

  • 88 Chard, p. 35.
  • 89 Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 270 ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Damīri, I, p. 258/1, p. 59 (...)
  • 90 Ğāḥiẓ, III, p. 215.
  • 91 Bakri, I, p. 433, 434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Anṣāri, p. 14/48 ; Qalqašandī, II, p. 90, 97  (...)
  • 92 Bakrī, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 390,391 ; trad (...)
  • 93 Anṣārī, p. 14/49 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 253.
  • 94 Comme l’avait déjà noté Rocchetta, p. 66.
  • 95 Gigot (1904), p. 314.

16Mais les oiseaux de fond hors ligne sont aptes à franchir des distances prodigieuses : jusqu’à 1 500 km sur un terrain dépourvu d’obstacles montagneux88, sans atteindre toutefois 1 000 ou 3 000 parasanges (6 000 ou 18 000 km), comme le répètent nombre de sources arabes89, suivant la coutume orientale d’enfler artificiellement les bruits. Les merveilleux retours que le calame a daigné reprendre sont infiniment plus modestes, même ceux des pigeons de Basra que l’on délivrait de la captivité après un long voyage : dès le début du iiie/ixe siècle et peut-être même dès la fin du précédent, plusieurs avaient fendu le ciel de leurs ailes pour rentrer de Syrie du Nord et même de Pergame dans l’Empire byzantin, pourtant à 2 011 km par la voie du ciel90 ; un peu plus tard, d’autres étaient retournés de Fusṭāṭ, où le cadi Bakkār b. Qutayba leur avait donné l’envolée, parcourant 1 610 km91 ; enfin, à une date profondément oubliée et quasi impossible à déterminer, un voyageur ailé était revenu de Constantinople, malgré l’immense distance (2 080 km à tire-d’aile) que la nature avait mise entre les deux mondes92. Ces prouesses furent même dépassées entre 442/1050 et 450/1058 par un prodigieux oiseau du Caire : lâché à Tunis par le vizir Yāzūrī, il couvrit 2 090 km pour regagner son colombier93 en franchissant des sites nouveaux à ses yeux, notamment les vastes solitudes de Libye et d’Égypte aux sables souvent plus déserts que la mer où une soif ardente avait dû le dévorer. Encore ne sont-ce là que les voies fictives (les routes réellement suivies restent toujours inconnues) ; le pigeon ne rejoint pas toujours son nid par le plus court chemin, comme on le calcule sur une carte de la terre : à peine libre, il monte droit dans l’air comme une flèche et tournoie quelques minutes pour s’orienter94. Puis, s’il connaît bien la région, il retourne directement au colombier. Mais s’il l’ignore, il décrit de multiples circonvolutions, zigzags ou spirales, comme il peut vagabonder longtemps dans l’espace avant de retrouver sa route. Enfin, il décrit dans l’air maintes paraboles dont les formes et l’ampleur sont impossibles à déterminer95. Aussi les distances franchies par ces voyageurs ailés devaient-elles être plus importantes : lâchés de sites jamais visités, ils avaient survolé des pays inconnus, où l’absence de repères visuels offerts par les déserts et la mer risquait de les égarer.

  • 96 Chapuis, p. 221.
  • 97 Tegetmeier (1871), p. 27, 42.
  • 98 Caustier, p. 95 ; Thauziès (1898), p. 559 ; Dusolier, p. 691. Les autres records enregistrés ne dé (...)
  • 99 Le 13 juillet 1897, des 177 pigeons lâchés à Lisbonne, plusieurs regagnèrent Charleroi (1 601 km e (...)
  • 100 Chapuis, p. 184-185.
  • 101 Dusolier, loc. cit.
  • 102 Reynaud (1896), p. 646.
  • 103 Aussi Dusolier, p. 691, écrivait : « Jamais un pigeon voyageur n’a traversé, ni ne traversera l’At (...)
  • 104 Le premier trajet fut couvert en 22 jours 8 h 22 min ; le second en 23 jours 7 h 54 min, A. Gérard (...)
  • 105 D’Edmonton (Canada) à San Antonia, A. Gérard, FC, 12e année, n° 27, vendredi 27 juin 1930, p. 421.
  • 106 Ce retour avait été effectué par montagne, désert et lacs, de Manitoba (Canada) au Texas, en 43 jo (...)
  • 107 De Vanceboro à San Antonia, A. Gérard, FC, 12e année, n° 27, vendredi 27 juin 1930, p. 421.
  • 108 Cet exploit n’est mentionné que par Chard, p. 35.
  • 109 Martin, p. 90-91.
  • 110 Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 270 ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Damiri, I, p. 258/I, p. 59 (...)

17Ces exploits ne furent approchés, puis égalés, que dans la seconde moitié du xixe siècle : en 1868, quelques pigeons envolés de Rome rentrèrent en Belgique (1 448 km par le ciel), dont le nombre diverge suivant les sources : 10 sur 180, suivant les uns96, 20 sur 200, suivant d’autres97 ; en 1884, quatre volatiles du comte Karolyi revinrent de Budapest à Paris (1 293 km à tire-d’aile) en sept heures98 ; à diverses dates, des champions retournèrent de Madrid ou de Lisbonne à Liège, Bruxelles ou Anvers, couvrant 1 300 à 1 600 km en ligne droite99 ; un pigeon évadé des côtes d’Afrique regagna Anvers100 ; aux États-Unis, des distances de 1 950 et 2 119 km furent même franchies101. Ces prouesses furent ensuite largement dépassées en Europe et en Amérique, grâce au progrès des cultures de fond : des oiseaux auraient quitté le Nouveau Monde pour regagner leur ancien nid de Belgique102. Mais ils n’ont pu traverser l’Atlantique (environ 6 000 km de large) dont les espaces infinis confinent toujours à l’horizon qu’à la faveur des navires qui les avaient successivement recueillis et portés : les retours de lâchers en mer deviennent incertains s’ils dépassent 400 km103. D’autres pigeons avaient retrouvé leur colombier, malgré la prodigieuse longueur du voyage : 2 717 km en 1916, 2 850 en 1924104, 2 934 en 1923105, 3 218 aune date indéterminée, bien que relativement proche106, enfin 3 226,500 en 1927107. Au-delà, les exploits aériens plongent dans le doute, comme ce record mondial de 1931 : l’oiseau aurait mis 24 jours pour aller d’Arras à Saïgon, couvrant quelque 11 500 km108 d’un continent à l’autre. Comme cette incroyable prouesse demeure invérifiable (les historiens sont plus sceptiques que les ornithologues), il est préférable de ne pas en tenir compte. Les pigeons dont le vol excède 4 000 km sont voués à périr en chemin, comme ce champion du duc de Wellington qui mourut d’épuisement à moins d’un mille (1,6 km) du nid, 55 jours après lâcher : il était revenu de l’extrémité de la terre, de l’île d’Ichabo, au sud de la Namibie, sur la côte des Pingouins, où il était redevenu libre et voyageur, avec une bande d’oiseaux d’élite de même origine pour continuer sa route solitaire vers son nid du Royaume-Uni. Il aurait parcouru au moins 8 689 km, avant de succomber, mais en réalité davantage ; il n’avait pas dû longuement voler en ligne droite pour faire un immense détour de plus de 1 609 km et fuir l’enfer du Sahara, où il ne pouvait éteindre la faim et la soif ardentes qui l’auraient brûlé dans le ciel. Aussi avait-il peut-être même couvert, suivant certains, 11 263 km, soit près de 204 par jour109. Mais nul pigeon n’a jamais franchi 3 000 parasanges (18 000 km), comme les sources arabes se plaisent à le répéter110.

Notes

1 Ğāḥiẓ, III, p. 270, 279 ; Ibn Sida, VIII, p. 170.

2 En 366/977, la dépêche du premier arrivé fut portée par le chef du colombier à la famille du vizir Ibn Baqiyya qui venait d’être arrêté : ils prirent aussitôt la fuite ou se cachèrent, Miskawayh, II, p. 375/II, p. 411. Si « l’oiseau béni » de la poste mamelouke rentrait seul, on cherchait son « compagnon » dans le ciel ou les parages, Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.

3 Valle, I, p. 244/I, p. 415, 416 ; Brémond, p. 121.

4 Anṣārī, p. 13/48.

5 Gonzales, p. 628.

6 Ibn Buḫtīšū‘, fol. 39 v° ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Ṭawq, p. 28.

7 Chapuis, p. 223-228 ; La Villatte, p. 21 ; Thauziès (1898), p. 560 ; Benoist, p. 34, 37-38 ; Gérardin, p. 61 ; Palliez, p. 41.

8 Chard, p. 34.

9 Caustier, p. 94.

10 1 100 à 1 200 m par minute, Gigot (1889), p. 86 ; Rosoor, p. 9 ; exceptionnellement 1 500, Wittouck(1898), p. 199-200.

11 1 855 m à la min, Rodenbach, p. 125, 126. Thauziès (1898), p. 560, donne une vitesse similaire.

12 Près de 2 km par minute, Caustier, p. 95 ; Palliez, loc. cit. ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76.

13 Chard, p. 35.

14 La vitesse des pigeons sur le parcours de Barcelone à Bruxelles (1 078,344 km par le ciel) n’était que de 900,76 m à la minute, Chard, p. 21.

15 En juillet 1894, un pigeon ne couvrit que 1 010 km en 12 jours, Fulton, p. 445.

16 Selon Dusolier, p. 691, et Chard, p. 34, les pigeons ne dépassent pas 120 km/h sur des distances inférieures à 200 km. Mais le 10 avril 1932, l’épreuve Clermont-Denain fut remportée à la vitesse de 147,840 km à l’heure, soit 2 464,70 m par minute ou 41,078 par seconde, Merkès, p. 47.

17 En 1933, un champion fit 151 km/h, Meinertzhagen, p. 100.

18 En 1961, un pigeon des frères Beattie, libéré à Dungawan (Irlande du Nord), franchit 299 km à la vitesse de 2 612 m par minute, soit 156 km/h ; en 1965, il fut dépassé dans une course de 64 km dans l’East Anglia par un oiseau qui couvrit 2 953 par minute (près de 185 km/h), Martin, p. 89 ; soit aussi rapidement qu’un biset, Grzimek et Fontaine, VIII, p. 236.

19 Gigot (1904), p. 230. Des performances similaires ont été enregistrées au Royaume-Uni : en 1972, un pigeon franchit 859 km à la vitesse de 1 451 m par minute, soit autour de 80 km/h, Martin, p. 89 ; l’année précédente, un autre l’avait battu de peu : sur un parcours de 1 052 km pour regagner Dorchester, il avait fait 1 466 m par minute, Martin, p. 90.

20 Meinertzhagen, p. 99.

21 Gibault, p. 20.

22 Mégnin, p. 350.

23 En 712/1312-1313, les pigeons annoncent le matin à Damas la fuite des Mongols de Raḥba, ce que confirme le messager de la poste l’après-midi, Ibn al-Dawādāri, IX, p. 259.

24 Ragheb, « La transmission des nouvelles », p. 38.

25 Maqdisi, p. 66 ; trad. Miquel, p. 144 ; Yāqūt, I, p. 37.

26 Ibn Šaddād, p. 313 ; Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 95 ; Maqrizi, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 87 ; Sulūk, I/II, p. 446 ; trad. Quatremère, I/I, p. 142 ; Sauvaget (1941a), p. 10, 76.

27 Ibn Šaddād, loc. cit. ; Sauvaget (1941a), p. 77. En 726/1327, le courrier Aqqūš fit Le Caire-Alep en cinq jours. Ce n’était guère un exploit, comme le croyait Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 164-165, accoutumé au pas lent de caravane.

28 Anṣāri, p. 14/49.

29 Comme Qurqmās en 839/1435, Ibn Ḥağar, VIII, p. 371.

30 Ibn Baṭṭūṭa, loc. cit.

31 Ibn Rusta, p. 180/p. 208 ; Ṭabarī, II, p. 1657. Mais d’après Ibn Rusta, la distance serait supérieure de cinq parasanges (30 km).

32 Ṭabarī, III, p. 802 ; Ğahšiyārī, p. 294 ; ‘Uyūn, III/I, p. 324-325 ; Ibn al-Aṯīr, VI, p. 245 ; Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 295/p. 367.

33 Dont 140 jusqu’à Nišāpūr, 70 au-delà, Qudāma, p. 201-202/155.

34 Anṣāri, p. 14/48 ; Sulūk, I/II, p. 600 ; trad. Quatremère, I/II, p. 101 ; Sauvaget (1941a), p. 35-36.

35 Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 232 ; Sulūk, I/III, p. 664 ; trad. Quatremère, II/I, p. 3-4.

36 ‘Umarī, p. 248 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 243 ; Sauvaget (1941a), p. 35, 73.

37 ‘Umarī, p. 260 ; Qalqašandī, XIV, p. 399 ; Sauvaget (1941a), p. 73.

38 ‘Umarī, p. 248 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 243.

39 Cette initiative fut prise par le chef de la chancellerie, qui n’était autre que ‘Umarī, par les soins du préfet de Damas, Alṭunbuġā ‘Alā’ī, ‘Umarī, p. 248-249 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 243 ; Sauvaget (1941a), p. 73.

40 Abu 1-Maḥāsin, XII, p. 180 ; XIII, p. 167.

41 Idem, XIII, p. 167.

42 Jugement de Michelet, p. 242.

43 En 827/1424, un émir, parti de Damas à dromadaire un mercredi, parvint au Caire le mercredi suivant. Il avait mis une semaine, ou six jours, en ne comptant pas le jour du départ ni celui de l’arrivée, Sayrafi, III, p. 45. Le même mois, une nouvelle fut également transmise d’une ville à l’autre par la même voie dans le même laps de temps, Ibn Ḥağar, VIII, p. 39.

44 Rašīd al-Dīn, éd. Jahn, p. 275 ; Ohsson, IV, p. 403.

45 Pasquet, p. 192.

46 Anṣāri, p. 13/48 ; Qalqasandī, XIV, p. 400.

47 Marrākušī, p. 253/p. 299 ; Ragheb, « La transmission des nouvelles », p. 44.

48 Maqdisī, p. 177/p. 209-210 ; Ragheb, loc. cit.

49 ‘Umari, p. 259 ; trad. Hartmann, p. 504 ; Qalqašandī, I, p. 127 ; XIV, p. 398-400 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 258-261 ; Anṣāri, p. 12-13/47 ; Sauvaget (1941a), p. 39-41, 77 ; Ragheb, loc. cit.

50 Anṣārī, p. 13/47.

51 Sibṭ, VIII/II, p. 646 ; Eddé, p. 300, n. 758.

52 Ğāḥiẓ, I, p. 96-97 ; repris par Ṯa‘ālibī, p. 370. En 332/943, une dépêche de Bagdad tomba le même jour à Mossoul, Tanūḫī, III, p. 23.

53 Suivant Ibn al-Ğawzī, XV, p. 22 ; mais une heure seulement, d’après Ibn ‘Inaba, p. 278. La seconde version paraît moins crédible que la première.

54 Ibn al-Ğawzī, loc. cit.

55 Šāfi‘ b. ‘Alī, p.411/p.416.

56 Maqrīzī, II, p. 232. Cependant, les oiseaux du Caire claustrés à Damas furent plus lents : chargés de cerises, ils regagnèrent leur nid trois ou quatre jours après l’ordre envoyé à Damas, selon Maqrīzī, II, p. 7. Mais Qalqasandī (II, p. 97 ; XIV, p. 391 ; trad. dans Gaudefroy-Demombynes, p. 252) prétend qu’un jour avait suffi pour obtenir les fruits.

57 Selon Frescobaldi, p. 52.

58 Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyûtī, II, p. 313.

59 Sur le régime des vents en Egypte, voir Clerget, I, p. 71.

60 Ibn Šaddād, p. 313.

61 Goitein, I, p. 289-290.

62 Lithgow, p. 120 ; Moore, p. 29 ; Volney, p. 275.

63 Plusieurs durées de voyage ont été relevées par Carruthers, p. xviii, xxxiv-xxxv. À la fin du xixe siècle, la route prenait en voiture de 22 à 25 jours, Baedeker, p. 402.

64 Tavernier fit le trajet en 65 jours, I, p. 188 ; Rousseau en 66 (18 octobre-23 décembre 1808), Voyage de Bagdad, p. 1, 164.

65 Masson (1896), p. 376.

66 Sur la vitesse du pigeon en montagne, voir Gigot (1889), p. 95, 99.

67 Tavernier, I, p. 178.

68 Tavernier, I, p. 177, 178 ; Troilo, p. 612.

69 Troilo, p. 611.

70 Selon Arvieux, loc. cit., mieux informé que Thévenot, p. 73, qui réduit la distance à 22 lieues. La route carrossable comportait toujours au xixe siècle 165 km, mais le chemin cavalier seulement 120, Baedeker, p. 353.

71 D’après Troilo, p. 612.

72 Pétis de la Croix, p. 78.

73 Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 254.

74 Russell, II, p. 203, n. 30.

75 Teonge, p. 97.

76 Ainsi, pour Arvieux, V, p. 496, le trajet était couvert en trois ou quatre heures ; pour Dallam, p. 32, en quatre.

77 Quatre ou cinq heures, suivant Tavernier, I, p. 177. Durée exagérée pour Masson (1896), p. 379, n. 4. Voir aussi Carruthers, p. xx-xxi.

78 Moins de six heures, pour Thévenot, p. 73 ; mais six, pour Coppin, p. 330, et Volney, p. 275.

79 Harant, II, p. 27/p. 35.

80 Un pigeon ne peut couvrir 300 parasanges (1 800 km) en un jour, comme le prétend Ibn Buhtīsu‘, fol. 39 v°.

81 Thauziès(1898), p. 560.

82 A. Gérard, FC, 11e année, n° 6, vendredi 8 février 1929, p. 82. Au début du siècle, Dusolier, p. 691, estimait qu’il fallait 15 jours au pigeon pour couvrir 1 500 km, un mois pour 2 000.

83 Van der Linden, p. 156. Tegetmeier (1868), p. 96 ; Thauziès (1898), p. 560 ; Reynaud (1899), p. 437, pensaient que le pigeon cherche le soir un gîte, se repose sur les toits ou les arbres pour s’envoler aux premiers rayons ; Claparède, p. 148-149, qu’il éprouve le besoin de dormir, la nuit venue, bien qu’il puisse s’orienter dans les ténèbres. Mais l’expérience les a démentis : lors de certains concours, des oiseaux reviennent à la clarté des étoiles, Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 68.

84 Thauziès (1913), p. 808 ; Gibault, p. 16 ; Hinnenberger, p. 53, 54.

85 Palliez, p. 29-30.

86 Walcott, Gould et Kirschnik ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 66,71. Mais il peut s’agir de tissus contaminés par le fer, Teyssèdre, p. 126.

87 De 700 à 900 km, Merkès, p. 41 ; de 800 à 900, Dusolier, p. 692 ; Poulain, p. 12 ; de 804 à 965 (500 à 600 milles), Levi, p. 595, § 1157 ; plus de 1 200, Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76.

88 Chard, p. 35.

89 Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 270 ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Damīri, I, p. 258/1, p. 590 ; Ṭawq, p. 27, 28.

90 Ğāḥiẓ, III, p. 215.

91 Bakri, I, p. 433, 434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Anṣāri, p. 14/48 ; Qalqašandī, II, p. 90, 97 ; XIV, p. 390, 391 ; trad. dans Gaudefroy-Demombynes, p. 251, 252. Sous les Ottomans, certains pigeons faisaient un millier de milles (1 609 km), ce qui confondait Van Linschoten, p. 16.

92 Bakrī, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 390,391 ; trad. dans Gaudefroy-Demombynes, p. 251-252 ; Ḫālīdī, fol. 105 r°.

93 Anṣārī, p. 14/49 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 253.

94 Comme l’avait déjà noté Rocchetta, p. 66.

95 Gigot (1904), p. 314.

96 Chapuis, p. 221.

97 Tegetmeier (1871), p. 27, 42.

98 Caustier, p. 95 ; Thauziès (1898), p. 559 ; Dusolier, p. 691. Les autres records enregistrés ne dépassent guère 1 200 km, Fulton, p. 445 ; Palliez, p. 41 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76.

99 Le 13 juillet 1897, des 177 pigeons lâchés à Lisbonne, plusieurs regagnèrent Charleroi (1 601 km en ligne droite) ; quatre jours plus tard, Le Progrès de Liège en libérait 414 à Madrid (1 343 à tire-d’aile), dont certains rentrèrent, Thauziès (1898), p. 560. Voir aussi Dusolier, loc. cit.

100 Chapuis, p. 184-185.

101 Dusolier, loc. cit.

102 Reynaud (1896), p. 646.

103 Aussi Dusolier, p. 691, écrivait : « Jamais un pigeon voyageur n’a traversé, ni ne traversera l’Atlantique. »

104 Le premier trajet fut couvert en 22 jours 8 h 22 min ; le second en 23 jours 7 h 54 min, A. Gérard, FC, 11e année, n° 6, vendredi 8 février 1929, p. 82.

105 D’Edmonton (Canada) à San Antonia, A. Gérard, FC, 12e année, n° 27, vendredi 27 juin 1930, p. 421.

106 Ce retour avait été effectué par montagne, désert et lacs, de Manitoba (Canada) au Texas, en 43 jours et 10 heures, Martin, p. 90.

107 De Vanceboro à San Antonia, A. Gérard, FC, 12e année, n° 27, vendredi 27 juin 1930, p. 421.

108 Cet exploit n’est mentionné que par Chard, p. 35.

109 Martin, p. 90-91.

110 Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 270 ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 v° ; Damiri, I, p. 258/I, p. 590 ; Ṭawq, p. 28.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540