Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie I. La diplomatie turque au Moyen-Orient : inspiration et moyens

Une réorientation de l’économie turque vers le Moyen-Orient ?

Rémi Bourgeot

Texte intégral

1La stabilisation de l’économie turque au cours des premières années du gouvernement du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP), après une décennie de crises politico-économiques à répétition, présageait un itinéraire en ligne droite vers l’intégration européenne. Les liens économiques entre la Turquie et l’Europe occidentale, déjà anciens, avaient été au cœur de l’industrialisation du pays, qui semblait ainsi appartenir, de facto, à l’espace économique européen. La nouvelle stabilité monétaire de la Turquie, sur fond de stabilité politique et d’engagement du gouvernement en faveur de l’adhésion à l’Union européenne (UE), entraînait un flot d’investissements européens qui semblait sceller l’européanisation de son économie.

2Une crise économique mondiale plus tard, doublée d’une stagnation des négociations d’adhésion, les commentaires sont désormais à l’« orientalisation » de l’économie turque. En effet, l’intensification des relations commerciales entre la Turquie et la plupart des pays du Moyen-Orient, dans un contexte de fléchissement durable des débouchés européens, a pu suggérer une réorientation générale de l’économie turque. Certains ont d’ailleurs vu dans cette tendance le signe d’une volonté politique turque de substituer aux liens historiques avec l’Europe un nouvel axe économique moyen-oriental.

3Pour autant, l’étude des intérêts économiques turcs et de la nature des échanges en jeu suggère une réalité plus complexe. Si la montée en puissance du Moyen-Orient dans les échanges économiques de la Turquie est une réalité (ou, du moins, l’a été jusqu’au « printemps arabe »), est-ce pour autant le résultat d’une volonté politique turque déterminée, visant à réorienter son économie de l’Europe vers le Moyen-Orient ? Et si l’activisme turc au Moyen-Orient menait véritablement à une réorientation, quelles en seraient les conséquences pour le modèle économique turc ? En particulier, dans la diversité des échanges économiques entre la Turquie et le Moyen-Orient, la question de la stratégie énergétique émerge comme un élément central dont il convient d’éclairer la relation à la question de l’éventuelle réorientation économique.

Ancrage européen et décollage des relations avec le Moyen-Orient

4Si la question d’une réorientation vers le Moyen-Orient occupe tant les esprits, c’est parce que l’économie turque est d’abord massivement tournée vers l’Europe. En effet, au cœur du virage libéral pris par l’économie turque dans les années 1980, se trouve l’UE, en tant que débouché commercial principal. En 1996, la Turquie allait même jusqu’à entrer en union douanière avec l’UE. Au-delà de l’aspect quantitatif, le marché européen n’a pas été une simple cible d’exportations de produits turcs mais, bien plus, un pôle structurant de l’industrialisation du pays. Ainsi, l’industrie automobile, qui est le pilier de l’économie manufacturière turque, s’est constituée autour de joint-ventures avec des marques européennes, qui perdurent et continuent à se développer aujourd’hui, en particulier dans la ville industrielle de Bursa.

  • 2 Organisation mondiale du commerce, Trade Profiles, mars 2011, http://stat.wto.org/CountryProfile/W (...)
  • 3 « Changes in Turkey’s Export Markets, 1996-2009 », Istanbul Notes, 9 novembre 2010.
  • 4 « Exports by Country Groups », Turkstat, 2011, http://turkstat.gov.tr (accès juillet 2011).

5Cependant, si les exportations vers l’UE représentent encore aujourd’hui environ la moitié des exportations et environ 40 % des importations turques2, force est de constater que la tendance est au déclin, pour des raisons liées notamment à la baisse de régime économique en Europe. On a effectivement constaté, au cours de la crise mondiale de 2008-2009, une diminution de la part de l’UE dans les exportations turques, d’un niveau proche de 60 %3 pendant toute la première partie de la décennie 2000-2010 à moins de 50 % en 20104. L’ensemble des exportations turques a été affecté par la crise, chutant brutalement d’un niveau historique de 132 milliards de dollars en 2008 à 102 milliards pour l’année 2009. Néanmoins, il apparaît que les débouchés européens ont connu une chute plus brutale que les autres.

  • 5 L’économie turque a été, dans un premier temps, particulièrement affectée par la crise mondiale, a (...)

6Au cours du plongeon économique de 20095, la part des exportations turques vers le Moyen-Orient arrivait à se maintenir autour de 20 % (malgré une chute en volume) et, sur la décennie écoulée, ces mêmes exportations sont passées d’un niveau de 10 % vers ce nouveau palier qui se situe désormais autour de 20 %. Il est certainement tentant de parler d’un phénomène de substitution d’exportations vers le Moyen-Orient aux exportations vers l’Europe, mais la réalité semble être quelque peu différente. En effet, que ce soit à la baisse ou à la hausse, les exportations vers les deux régions ont évolué, par phases, dans le même sens, mais avec une amplitude différente.

7Dans le contexte de stagnation du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE et de renforcement des liens politiques avec ses voisins moyen-orientaux, l’augmentation du poids du Moyen-Orient dans les échanges économiques de la Turquie est souvent présentée comme le simple versant économique d’un phénomène plus large de réorientation géostratégique. Bien que l’intensification de ces échanges économiques ait été soutenue par diverses initiatives politiques (accords de libre-échange ou de libre circulation, entre autres), il convient de comprendre plus précisément la nature de cette évolution.

8En effet, la stagnation des débouchés européens relève d’un phénomène qui touche l’ensemble du monde développé. Au cours des dernières années, on a ainsi parlé de « réorientation économique » pour beaucoup de pays, qui auraient fait le choix de délaisser les débouchés européens ou américains. Dans l’UE, ce fut notamment le cas de l’Allemagne, dont les décideurs politiques et économiques ont affiché la volonté de sauvegarder leur modèle ultra-exportateur en visant la demande chinoise. On n’a pas, pour autant, évoqué une quelconque « sinisation » de l’économie allemande. Par ailleurs, dans tous les cas qui ont pu être traités sur ce mode, le problème est resté celui de la taille de la cible alternative vers laquelle réorienter les exportations pour pallier la diminution des débouchés dans les pays développés.

9Dans le cas précis de la Turquie, on ne peut guère, par exemple, comparer les flux d’exportations vers une économie de 3 300 milliards de dollars comme l’économie allemande à ceux dirigés vers une économie de 80 milliards de dollars comme l’économie irakienne, ou même de 360 milliards de dollars comme l’économie iranienne. En d’autres termes, même dans un régime de faible croissance sur le long terme, les débouchés européens offrent en volume des opportunités de croissance des exportations turques plus importantes que les alternatives envisagées actuellement.

10Il convient donc d’étudier l’intensification des relations économiques entre la Turquie et le Moyen-Orient, au-delà des slogans, du point de vue des intérêts concrets des acteurs concernés, qu’ils soient étatiques ou entrepreneuriaux.

  • 6 « Syrian Shoppers Bring Turkish Delights », Financial Times, 12 mai 2010.

11En premier lieu, l’intensification de ces liens est observable au simple niveau humain des relations commerciales. Une ville turque comme Gaziantep, dans le Sud du pays, à quelques kilomètres de la frontière syrienne, offre un exemple particulièrement frappant de ce phénomène. Au cours des dernières années, un nombre croissant de Syriens ont pris l’habitude de venir profiter des opportunités économiques de ses centres commerciaux, si bien qu’ils ont fini par représenter presque un quart de la clientèle du principal centre commercial de la ville6. Ces nouveaux clients viennent s’approvisionner tant en biens de consommation locaux qu’en biens proposés par de grandes enseignes internationales, comme Marks & Spencer, avec un budget moyen de 120 dollars par client. Ces flux de clientèle ont naturellement été encouragés par la levée réciproque des visas en septembre 2009, mesure entrant dans le cadre d’une politique généralisée tendant à faciliter la circulation des personnes.

12Par ailleurs, Gaziantep est progressivement devenu, au cours des deux dernières décennies, un pôle régional de production, en particulier dans le secteur du ciment, à destination notamment des marchés syrien et irakien. Il est à noter que cette région du Sud de la Turquie est éloignée du cœur industriel du Nord-Ouest du pays et qu’elle souffre traditionnellement d’un retard notable dans le développement de ses infrastructures et de ses activités manufacturières.

  • 7 G. Sak, « Turkey Belongs to Europe », TEPAV, 25 juin 2011.

13Apparaît ainsi finalement une sorte de rupture de trajectoire économique suivant des lignes géographiques7. Il est intéressant, à ce titre, de comparer deux pôles industriels comme Gaziantep et Bursa. Bursa, cœur de l’industrie automobile turque, s’est toujours développée en visant les marchés européens, au contraire de Gaziantep qui se développe dans un contexte d’échanges avancés avec l’Irak et la Syrie. Ce développement du Sud est avant tout bénéfique : il offre du travail aux populations issues de l’exode rural et permet le développement des infrastructures et plus généralement de l’activité d’une région longtemps restée à la traîne.

  • 8 Les exportations high-tech ne représentent que 2 % des exportations de biens manufacturés turcs, s (...)
  • 9 La livre turque a connu une période prolongée de surévaluation. Or, les performances à l’exportati (...)

14L’industrialisation du Nord-Ouest de la Turquie et donc de Bursa ne peut certes être érigée en référence incontournable, car elle n’a pas mené à une montée en gamme totalement satisfaisante de la production manufacturière turque8. Dans le secteur automobile en particulier, les sites turcs remplissent essentiellement une fonction de sous-traitance pour des marques étrangères et ne sont pas encore véritablement impliqués dans la conception des produits et le marketing industriel. Néanmoins, la base industrielle solide qui s’est constituée de cette façon devrait permettre le déploiement d’une activité à plus forte valeur ajoutée, capitalisant le savoir-faire et le niveau de qualification important des acteurs impliqués dans les centres de production historiques. Ce redéploiement pourrait notamment être rendu possible dans un contexte de taux de change plus favorable à l’industrie turque9.

15Le modèle suivi par Gaziantep est différent. Le degré de sophistication de sa production est bien moins élevé et ne correspond pas, pour l’instant, à l’enracinement d’une structure manufacturière avancée. Il s’agit donc véritablement d’une bifurcation entre deux modèles de développement turcs, l’un dans le Nord, l’autre dans le Sud.

  • 10 G. Sak, Notes on Turkish Transformation Experience and the Role of Chambers of Commerce in the PSD (...)
  • 11 « Europe Crisis Gives Worries to Exporters », Hürriyet Daily News, 18 juillet 2011.

16La montée en puissance du Sud dans les exportations turques et la diversification des cibles d’exportations s’accompagnent ainsi également, dans l’ensemble, d’une baisse du degré de sophistication des exportations turques depuis 200710, après une période de hausse continue depuis 1996. Sur la base de ce constat fondamental, on ne peut se contenter de parler de réorientation ; il se produit sans doute, au-delà, une transition au sein même du modèle économique turc. Comme on l’a dit précédemment, il n’y a pas de raison apparente pour que les relations économiques avec le Moyen-Orient viennent se substituer à celles avec l’UE. Mais le fait est que le processus de développement du Sud turc se produit en même temps que la stagnation des débouchés européens, avec une part donc de coïncidence historique. Autant le développement des relations avec le Moyen-Orient dépend, il est vrai, d’initiatives gouvernementales en termes économiques mais aussi politiques, compte tenu du contexte, autant la stagnation des débouchés européens relève de la pure contingence économique11. Étant donné la différence de nature économique entre les deux pôles de développement, il ne peut clairement y avoir une volonté politique de désengager l’économie turque de l’UE pour la réorienter vers le Moyen-Orient, car une telle politique reviendrait en réalité à freiner volontairement le développement économique de la Turquie.

17Il s’agit donc, bien plus, de saisir à bon escient des opportunités de développement en lien avec le Moyen-Orient pour développer des territoires laissés économiquement à la traîne et, à l’échelle nationale, tenter de pallier, en termes de volume, la stagnation des débouchés européens.

  • 12 En ce qui concerne les investissements européens en Turquie, ils avaient été fortement encouragés (...)

18Par ailleurs, l’incertitude sur la stabilité politico-économique des voisins moyen-orientaux de la Turquie fait désormais planer le doute sur la viabilité de cette réorientation. Le développement de divers liens économiques avec le Moyen-Orient a été le fait d’initiatives entrepreneuriales privées mais aussi de décisions politiques, en particulier en matière de libre circulation et de libre-échange. Plus généralement, autant on ne peut attribuer la diminution du poids de l’UE dans les exportations turques à une décision politique12, autant, de l’autre côté, les échanges avec le Moyen-Orient ont été encouragés par des initiatives gouvernementales, avec de nombreuses visites d’État à des fins notamment commerciales (promotion des exportations turques vers les pays concernés, accords pour de grands projets d’infrastructures et l’importation d’hydrocarbures). Or, beaucoup de mesures mises en place pour faciliter les échanges avec le Moyen-Orient voient leur efficacité contrariée par l’instabilité politique.

  • 13 « Visa Versa : Why Turks Want New Allies », Financial Times, 1er décembre 2010.
  • 14 Le nom « Cham » désignant Damas en arabe et en turc.

19Au cours des dernières années, un effort particulier a été fait concernant la politique des visas. Des accords de libre circulation ont ainsi été signés et mis en œuvre avec la Syrie, le Liban et la Jordanie. En décembre 2010, le Premier ministre Erdoğan a même été jusqu’à évoquer l’équivalent d’une zone Schengen avec ses voisins du Moyen-Orient qui pourrait aller jusqu’à une forme d’union économique13. On peut noter ici combien la fabrication d’un imaginaire économique avec le Moyen-Orient, jusque dans l’invention d’un nom hybride, Şamgen14, pour décrire cet espace de libre circulation, s’inspire de l’UE.

20L’expérience européenne récente a pu montrer la faiblesse d’un certain type de constructions économiques – notamment en ce qui concerne l’euro – lorsqu’elles font abstraction des contraintes politiques. Dans le cas de la région économique moyen-orientale, les divergences sont encore plus grandes. Si, par exemple, une entente relative a pu se développer entre la Turquie et le régime de Bachar Al-Assad en Syrie, permettant un décollage de leurs relations économiques, c’est une tout autre chose que d’imaginer une union économique, au sens d’un fédéralisme, même de faible intensité. L’intégration économique implique nécessairement une harmonisation politique et le traitement, tôt ou tard, de la question monétaire, même sans aller jusqu’à imaginer une monnaie unique. Dans tous les cas, l’union implique un degré d’homogénéité qui ne semble pas sur le point d’être atteint dans la région. Encore une fois, bien que l’intensification de ces échanges économiques moyen-orientaux soit inéluctable, malgré des fluctuations plus ou moins importantes en fonction des évolutions politiques, il semble qu’une étape ait été sautée en ce qui concerne la conceptualisation de cette relation.

21Pour se placer sur le terrain de l’union économique, au sens de l’UE, il conviendrait de se projeter sur une échelle de temps de l’ordre de plusieurs décennies. À cet horizon effectivement, dans un contexte de relative harmonie des systèmes politico-économiques en question, l’ensemble pourrait tout à fait être pertinent.

22Toutefois, l’évaluation du degré de convergence entre ces différents systèmes dépend d’un certain nombre de paramètres, notamment politiques, tellement incertains qu’il serait particulièrement hasardeux d’établir un pronostic sur l’avènement d’une telle union. En particulier, pour que celle-ci puisse fonctionner, il faudrait que soient assurés, chez tous les éventuels partenaires de la Turquie, un certain nombre de standards en matière de libertés individuelles – la liberté d’entreprise entre autres, mais pas seulement. L’union économique entre un pays démocratique et un pays soumis à un régime autoritaire pose la question de la stabilité et de la pérennité des règles de coopération. En effet, le régime autoritaire peut, en particulier s’il est instable et si sa légitimité est contestée, recourir à tout moment à des mesures d’exception largement incompatibles avec un accord d’échanges et de coopération et plus généralement avec une exigence élémentaire en termes de stabilité économique nationale ou régionale.

23Au-delà de la réalité de l’intensification des relations économiques, ce « passage à la limite » conceptuel d’une union économique peut notamment trouver sa motivation dans certaines considérations de politique énergétique, comme nous le verrons plus loin. Mais il convient, pour l’instant, de se faire une idée plus précise de la nature des relations industrielles de la Turquie avec ses différents voisins au Moyen-Orient.

Vers la constitution d’un hinterland manufacturier ?

  • 15 Turkish Investment Doubled 20 Times Over 3 Years, Industrial Development Authority of Egypt, 2010, (...)
  • 16 Egypt’s QIZs Attract Apparel Investment From Turkey, Textile and Clothing Trade Information, 21 no (...)
  • 17 « Business Talks Likely to Boost Egypt-Turkey Trade », Hürriyet Daily News, 6 avril 2010.
  • 18 « Turkey Signs FTA With Egypt », The Daily News Egypt, 28 décembre 2005.

24Pour approcher cette question, le cas de l’Égypte est particulièrement intéressant. En 2010, 295 entreprises turques étaient présentes dans le pays et y employaient 59 000 Égyptiens. L’activité de ces entreprises est assez largement concentrée dans le secteur du textile, mais aussi de l’automobile et de la construction15. Les entreprises turques viennent profiter en Égypte d’une main-d’œuvre qualifiée, mais surtout beaucoup moins chère que sur le territoire national. Un employé égyptien dans une usine de textile gagne au mieux 140 dollars par mois ; il coûte ainsi environ deux fois moins cher à une entreprise textile turque de produire en Égypte plutôt qu’en Turquie16. Des rencontres bilatérales fréquentes, aussi bien entre gouvernements qu’entre associations patronales, encouragent ces investissements17. Un accord de libre-échange a été conclu dès 200518, dans un contexte plus large visant à libéraliser les échanges à l’échelle de la Méditerranée et, en 2009, les investissements turcs en Égypte ont dépassé pour la première fois 1,5 milliard de dollars, pour un volume total d’échanges commerciaux de l’ordre de 3,5 milliards de dollars.

  • 19 « Turkish Textile Makers May Gain from Egypt Unrest, Milliyet Says », Bloomberg, 6 février 2011.
  • 20 « Turkey : Egypt a Mixed Blessing ? », Financial Times, 2 février 2011.

25On a ainsi vu se mettre en place un processus de délocalisation au sein du secteur textile turc, au profit de l’Égypte ; aujourd’hui la baisse d’activité due à la révolution égyptienne pourrait renforcer la production turque, en permettant une relocalisation de l’activité19. Cependant, le commerce avec l’Égypte reste à un niveau très faible20 comparé aux volumes d’échanges globaux de la Turquie, de l’ordre de 300 milliards de dollars. Le phénomène se fait donc à la marge mais nous intéresse en ce qu’il est probablement révélateur de la nature des relations économiques de la Turquie avec une partie du Moyen-Orient.

26Le premier constat est que les échanges se font surtout dans des secteurs à faible valeur ajoutée et à faible teneur technologique, le textile en l’occurrence. Cependant, on a aussi vu se développer des coopérations dans le secteur automobile, ce qui indique une véritable densité dans les échanges. Bien que ceux-ci soient encouragés par les gouvernements dans le cadre notamment d’accords de libre-échange, la dynamique émane aussi clairement des entrepreneurs, dans les deux pays. En Turquie, on voit là la marque des fameux « tigres anatoliens », entreprises extrêmement réactives qui ont pu développer leurs activités de façon accélérée à la faveur de la politique pro-business de l’AKP et d’un socle éducatif de qualité.

27Du point de vue de la psyché entrepreneuriale, le fait d’installer des usines à l’étranger, avec des investissements massifs, révèle très certainement une étape supplémentaire dans la modernisation du tissu capitalistique turc, avec une recherche constante de faibles coûts de production et de nouveaux marchés, simultanément. La montée de ces investissements à l’échelle moyen-orientale montre effectivement la constitution d’une zone économique régionale. Néanmoins, il s’agit moins, à ce stade, des prémisses d’une union économique que de la constitution d’un hinterland manufacturier.

28La formation d’une telle base arrière de production peut révéler une avancée vers l’édification d’une puissance économique, déléguant à la périphérie la production à faible valeur ajoutée, à moindre coût du travail notamment. Ce scénario serait pertinent dans le cas où le centre, la Turquie en l’occurrence, irait substituer à la production à faible valeur ajoutée une production de biens technologiquement plus avancés. Il se peut que ce soit le cas dans une logique de plus long terme mais, à ce jour, la Turquie n’a pas encore pu construire une économie à forte valeur ajoutée. Comme on l’a vu plus haut, dans le cas de l’industrie automobile, l’économie turque n’arrive pas encore à capter une part importante de valeur dans les processus de production industrielle.

29Ainsi, on a pu assister à un début de délocalisation vers des pays à moindre coût de production comme l’Égypte, alors que la Turquie sert elle-même de base de délocalisation aux entreprises européennes, notamment dans le secteur automobile. Il s’agit donc peut-être de l’amorce d’une structuration économique à l’échelle euroméditerranéenne, dans laquelle la Turquie tiendrait un rôle intermédiaire dans la chaîne de production.

  • 21 U. Sahbaz, « De-industrialization : A Dangerous Trend in Turkish Economy », TEPAV Articles, 30 mar (...)
  • 22 Source : Turkstat.

30Naturellement, le phénomène est mis en pointillé par l’incertitude politique qui imprègne aujourd’hui la région, mais il est d’ores et déjà possible de s’interroger sur les opportunités en termes de modèle pour la Turquie. En effet, si l’industrie turque reste cantonnée dans un rôle de sous-traitance dans les grands secteurs technologiques, tout en délocalisant les activités dans les secteurs moins technologiques comme le textile, le processus conduira inévitablement à une perte d’activité et à une accélération du processus de désindustrialisation21. Le fait que le chômage soit resté si élevé au cours des dernières années (à plus de 10 %22), malgré des taux de croissance post-crise tout à fait spectaculaires (supérieurs à 8 %), indique un éventuel déséquilibre dans le modèle industriel turc. Si, au contraire de ce schéma, la Turquie fait monter en gamme son industrie, capitalisant ses acquis déjà considérables, et développe des marques à forte valeur ajoutée, on pourrait alors tout à fait imaginer l’édification d’un système de développement plus robuste.

La question énergétique, pivot des relations avec le Moyen-Orient

31Le cas de l’Égypte est certes un peu particulier, et les relations économiques de la Turquie avec la plupart des pays moyen-orientaux relèvent en effet moins de la mise en place d’une structure industrielle intégrée. À l’échelle régionale, c’est la question énergétique qui apparaît finalement comme un moteur absolument essentiel de la réorientation des échanges turcs, tant avec les pays arabes qu’avec l’Iran.

  • 23 Turkey-Libya Economic and Trade Relations, ministère turc des Affaires étrangères, 2011, http://ww (...)
  • 24 « Turkey-Libya Ties : A Unique History of Complexity, Intrigue », Hürriyet Daily News, 23 février (...)

32Le cas de la Libye avant la guerre civile illustre ainsi un mode de coopération avec la Turquie à la fois très poussé et en même temps moins intégré du point de vue du processus productif. L’implication des entreprises turques est principalement passée par le domaine de la construction. La Libye a été jusqu’à représenter le deuxième marché extérieur des entreprises de BTP turques, avec 200 de ces entreprises impliquées dans des projets en Libye, dont le montant total s’élève à 15,3 milliards de dollars. En retour, les exportations libyennes vers la Turquie sont entièrement constituées de pétrole23. La relation économique turco-libyenne est donc stratégique du point de vue énergétique pour la Turquie. Ces échanges ont été gérés principalement au niveau gouvernemental, que ce soit pour les importations de pétrole ou pour ce qui concerne la politique de grands contrats d’infrastructure en Libye. À la suite d’une visite du Premier ministre Erdoğan en novembre 2009, les visas ont été abolis entre les deux pays et 15 milliards de dollars en projets d’infrastructures ont été attribués à des entreprises turques24.

  • 25 « Turks in Libya : Fleeing Gaddafi », Financial Times, 23 février 2011.

33Mais les liens économiques ont été particulièrement affectés par la guerre. En 2010, 25 000 Turcs travaillaient en Libye, principalement pour des entreprises de construction25. Ils ont dû être évacués en masse au début du soulèvement par les autorités turques, par air depuis Tripoli et par mer depuis Benghazi. Cet épisode a probablement entraîné une prise de conscience accrue en Turquie de la précarité des relations avec des pays instables.

34Le cas de l’Irak révèle également, et dans des proportions plus importantes, le poids de la question énergétique dans les relations économiques avec le Moyen-Orient.

  • 26 Source : Turkstat, Ülkelere Göre Dış Ticaret (Commerce extérieur par pays), http://www.tuik.gov.tr (...)
  • 27 S. Kalkan, « The Transformative Power of the Turkish Private Sector in Iraqi Kurdistan », TEPAV, m (...)
  • 28 « Turkey to Deepen Trade Ties with Iraq », Hürriyet Daily News, 6 juin 2010.
  • 29 « Resurgent Turkey Flexes its Muscles Around Iraq », The New York Times, 4 janvier 2011.

35Les exportations vers l’Irak ont progressivement pris de l’ampleur depuis l’occupation américaine et la fin de l’embargo (qui, dès sa mise en place, avait entraîné l’effondrement d’échanges commerciaux auparavant importants), ce pays devenant progressivement la cinquième cible d’exportation turque après l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie et la France, et la première hors UE, avec un volume de 6 milliards de dollars d’exportations en 201026. En termes d’investissements et d’échanges commerciaux, la relation est surtout étroite avec le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), région de loin la plus stable d’Irak et frontalière de la Turquie, à tel point que plus de 20 000 Turcs travaillent actuellement au Kurdistan irakien et que 740 entreprises turques y opèrent27. À l’échelle de l’Irak entier, plus de la moitié des entreprises étrangères présentes dans le pays sont turques28. Ces entreprises sont particulièrement actives dans le secteur du bâtiment, pour la reconstruction, mais aussi dans l’industrie de l’acier. Les exportations de produits agro-alimentaires sont également importantes, les produits turcs rencontrant un fort succès en Irak. Naturellement, les entreprises turques sont également très actives dans le secteur pétrolier : elles sont quatre actuellement à opérer dans le pays, contre 11 par exemple pour les États-Unis. Au bout du compte, la Turquie reçoit presque 25 % des exportations totales de pétrole irakien29, grâce à l’oléoduc reliant Kirkouk (au Kurdistan irakien) à Ceyhan (dans le Sud méditerranéen turc), ce qui lui permet ainsi de diversifier ses sources d’approvisionnement.

  • 30 En 2010, le commerce bilatéral entre les deux pays ne s’élevait encore qu’à 4,6 milliards de dolla (...)

36Les exemples libyen et irakien montrent bien que la Turquie fait preuve d’un activisme tout à fait remarquable pour se rapprocher des pays riches en hydrocarbures. Les visites de délégations turques s’enchaînent en fait dans tous les pays exportateurs de gaz et de pétrole de la région, suivant un schéma économique précis, consistant à conquérir les marchés des biens de consommation et de la construction de ces pays, et à en importer, d’une certaine manière en retour, d’importantes quantités d’hydrocarbures. Le message du « Zero problem with neighbours », qui est le slogan du ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoğlu, est à chaque fois délivré avec une habileté méthodique et suscite au final l’enthousiasme des éventuels partenaires économiques. En février 2011, le ministre turc de l’Industrie et du Commerce regrettait par exemple explicitement, lors d’une visite officielle en Arabie Saoudite, que ce pays importe biens de consommation, machines et véhicules des États-Unis, du Japon et de Chine ; le ministre affirmait alors son souhait de trouver de nouveaux débouchés sur place pour la production turque30, en commençant, comme toujours, par abolir les visas et instaurer un accord de libre-échange.

  • 31 La Turquie a tenté de jouer le rôle de médiateur et de trouver une alternative aux sanctions propo (...)
  • 32 Source : Turkstat.
  • 33 « Turkish-Iranian Economic Ties Flourish », Eurasia Daily Monitor, vol. 8, 18 février 2011.
  • 34 « Turkey’s Economic Relations with the Middle East », Reuters-Factbox, 24 juin 2010.

37Avec l’Iran, le gouvernement turc a mené une politique active de rapprochement économique, capitalisant les acquis de sa « diplomatie nucléaire » à l’égard de Téhéran31. Le commerce bilatéral a atteint les 10 milliards de dollars en 201032, mais il est à noter que la Turquie accumule un important déficit commercial vis-à-vis de l’Iran, puisqu’elle n’exporte qu’à hauteur de 3 milliards de dollars vers son voisin, qui mène une politique relativement protectionniste33. La Turquie a surtout trouvé en Iran une source d’approvisionnement très prometteuse en hydrocarbures : les importations de gaz, maintenant aussi de pétrole, atteignent les 7 milliards d’euros. Le gaz iranien couvre annuellement jusqu’à 30 % de la consommation intérieure turque34.

38Encore une fois, la Turquie vise à développer ses exportations vers le pays pour compenser ses importations de plus en plus importantes de gaz et de pétrole, grâce à l’abolition bilatérale des visas, au développement de zones économiques frontalières et à l’abaissement des tarifs douaniers. Pour l’Iran, la relation avec la Turquie est en outre très importante dans un contexte d’embargo et de difficulté croissante à faire transiter ses échanges commerciaux par les Émirats.

39Il apparaît ainsi que le développement des échanges avec une grande partie des voisins moyen-orientaux de la Turquie entre dans le cadre d’une logique générale de politique énergétique. Il nous faut aussi expliciter cette logique, en étudiant les besoins énergétiques de la Turquie et sa situation stratégique particulière.

  • 35 M. Bilgin, « Energy and Turkey’s Foreign Policy : State Strategy, Regional Cooperation and Private (...)
  • 36 M. Bilgin, op. cit.

40On aura compris, à partir de ce qui précède, que la Turquie n’est pas un pays riche en hydrocarbures. Elle importe 93 % de son pétrole et 97 % de son gaz35. La Turquie est particulièrement dépendante de ses importations en gaz, 55 % des volumes étant affectés à la génération d’électricité ; il s’agit d’une spécificité qui s’avère particulièrement coûteuse. Une dépendance préoccupante s’est ainsi développée vis-à-vis de la Russie, qui approvisionne de plus en plus massivement la Turquie pour faire face à l’augmentation importante de sa consommation en gaz depuis les années 1990 : plus de 60 % des importations turques de gaz viennent actuellement de Russie36. Du point de vue stratégique, il devient donc vital pour le pays de s’assurer une certaine diversité d’approvisionnements.

41Il est également important de noter que le fardeau énergétique vient peser sur une balance extérieure turque déjà structurellement déficitaire, avec un déficit des comptes courants qui dépasse régulièrement les 5 % du PIB. Cette propension déficitaire a fortement contribué, depuis 20 ans, à une série de crises monétaires récurrentes qui ont mis fin à des épisodes de forte croissance, dans un contexte de demande intérieure très dynamique. La question des importations énergétiques, qui représentent un quart du total des importations turques, ne peut donc être considérée simplement comme un paramètre de baisse des coûts et d’économie budgétaire. Le dossier énergétique est d’un intérêt bien plus crucial que cela pour la Turquie, puisque la stabilité de son modèle de développement en dépend en fait très directement.

  • 37 « Oil Spike : Turkish Shares Down », Financial Times, 25 février 2011.
  • 38 E. Deliveli, « A Phantom MENAce to Turkey », Hürriyet Daily News, 27 février 2011.
  • 39 Ibid.

42Selon les calculs de Capital Economics, chaque augmentation de 10 dollars du prix du baril de pétrole entraîne une hausse de 0,5 point de PIB au déficit commercial37. De la même façon, selon la Banque centrale turque, chaque hausse de 10 dollars du prix du baril entraîne une hausse de l’inflation turque de 0,4 point38. La vulnérabilité de l’économie turque au printemps arabe ne résulte ainsi pas tant de la mise en danger de débouchés et de capacités de production dans les pays concernés (dont le poids dans les échanges turcs reste relativement faible) que de la hausse conséquente des prix du pétrole39.

  • 40 « Energy and Energy Security : Turkey’s Role », présentation du sous-secrétaire Selahattin Cimen à (...)

43C’est en tenant compte de cette fragilité structurelle que les responsables turcs défendent une stratégie visant à faire de la Turquie un grand hub de transit régional pour les hydrocarbures. Cette stratégie repose sur le fait que 72 % des réserves mondiales de gaz et 73 % de celles de pétrole se trouvent dans la périphérie turque au sens large (Moyen-Orient, Russie, Caucase, Asie centrale)40. La Turquie est effectivement géographiquement située entre, d’un côté, les principales sources d’approvisionnement en hydrocarbures de la planète et, de l’autre, l’Europe, deuxième marché mondial pour le gaz et le pétrole.

44Les autorités turques entendent donc développer le réseau de transport des hydrocarbures sur le territoire national, en particulier sous forme de gazoducs et d’oléoducs, en impliquant de surcroît dans leurs projets la plupart de leurs voisins, en particulier ceux du Moyen-Orient.

  • 41 B. Uyan, « Threats for The Energy Policy of Turkey », sous-secrétariat turc au Trésor, p. 12, http (...)

45Le projet de gazoduc baptisé « Arab Gas Pipeline » s’appuie ainsi sur un gazoduc déjà existant entre l’Égypte et la Syrie, qu’il s’agirait d’étendre jusqu’au Sud de la Turquie, sur une longueur totale de 1 200 kilomètres, de façon à pouvoir éventuellement réexporter vers l’Europe, notamment par la Méditerranée ou, à terme, via des réseaux terrestres, comme Nabucco. Le projet de gazoduc Nabucco devrait en effet, dans une première phase, relier l’Europe à la Caspienne par l’intermédiaire de la Turquie. Il s’agit principalement pour l’UE de tenter de diversifier ses fournisseurs et de réduire ainsi sa dépendance au gaz russe. Néanmoins, la viabilité du projet, qui devait voir le jour à l’horizon 2014, est mise en doute, notamment pour des raisons d’approvisionnement. Afin que l’approvisionnement soit suffisamment important pour rentabiliser les frais de construction et de fonctionnement, la Turquie souligne la nécessité d’intégrer l’Iran dans le projet, ainsi que l’Irak41, en construisant de nouveaux gazoducs entre ces deux pays et la Turquie. Un gazoduc relie déjà Tabriz à la Turquie ; en ce qui concerne l’Irak, un oléoduc relie Kirkouk dans le Nord du pays à Yumurtalık dans le Sud de la Turquie, servant à la fois à l’approvisionnement du marché intérieur turc et à la réexportation, à partir du port méditerranéen de Ceyhan.

  • 42 M. Bilgin, « Turkey’s Energy Strategy : What Difference Does it Make to Become an Energy Transit C (...)

46Ceyhan figure ainsi dans les divers projets turcs en matière de transport d’hydrocarbures comme un centre intégré, à la fois de réexportation mais aussi de raffinage. Cette perspective d’un centre intégré, qui permettrait à la Turquie de dépasser le simple statut de zone de transit, est essentielle. C’est là que se concrétise le principe même du hub d’hydrocarbures : il ne s’agit pas simplement de collecter un droit de passage, mais bien d’extraire une partie de la valeur ajoutée des flux qui traversent le territoire, en disposant aussi d’une capacité de stockage, et donc de la possibilité de s’approprier, d’une certaine façon, la distribution des flux. Si toutes ces conditions étaient réunies, la Turquie pourrait même devenir un centre énergétique42.

47La question de la viabilité de cette hypothèse dépasse le cadre géographique de notre étude, puisque le réseau de transport d’hydrocarbures ici envisagé s’étend en fait sur trois continents. Il est néanmoins certain que le dynamisme dont les décideurs turcs ont fait preuve au Moyen-Orient ces dernières années entre bien dans le cadre de l’édification de ce réseau centré sur la Turquie, et vise également à renforcer le statut du pays dans une telle grille. À l’évidence, les négociations, sur les prix du gaz en particulier, dépendent directement d’initiatives politiques et de négociations d’État à État. La politique régionale d’influence de la Turquie vise donc à établir un équilibre des forces politiques qui lui permettrait de peser favorablement sur de telles négociations, en profitant de son statut de centre géographique, mais aussi et surtout en devenant un centre politique incontournable.

48Dans le cas où cette stratégie de hub énergétique se mettrait en place, conformément aux attentes des autorités turques, la Turquie pourrait effectivement réduire son fardeau énergétique.

49Le développement de revenus pétroliers et gaziers entraîne en général chez les pays producteurs un effacement de l’activité industrielle au profit du secteur des hydrocarbures. C’est ce qu’on appelle une stratégie de rente énergétique. Étant donné le poids des importations énergétiques dans le déficit commercial chronique que connaît la Turquie, sa stratégie énergétique ne saurait cependant s’assimiler à une véritable recherche de rente, dans un premier temps. En effet, le pays ne vise pas tant à générer des rendements élevés hors secteur manufacturier qu’à abaisser, à bon escient, la facture énergétique de sa croissance productive.

  • 43 Les institutions financières du Golfe s’intéressent particulièrement aux entreprises turques dans (...)

50Tout dépendra in fine du niveau de valeur que la Turquie finira par capter sur le chemin des grandes routes d’hydrocarbures. Le pays s’est déjà, par ailleurs, engagé dans un processus d’industrialisation remarquable mais qui a notamment souffert d’un manque d’investissement lié à des déséquilibres macroéconomiques. Ces déséquilibres et cette faiblesse en termes d’investissement contraignent le pays à attirer constamment des capitaux qui proviennent en bonne partie d’Europe, mais aussi, et de plus en plus, des Émirats arabes unis43.

51Une fois développé le réseau énergétique que nous venons de décrire, la Turquie se trouverait, en termes stratégiques, au croisement de deux chemins, avec d’un côté la tentation de construire une rente énergétique qui se substituerait à l’activité économique réelle, et de l’autre une stratégie idéale qui viserait à utiliser ces revenus au service de l’activité économique réelle justement, pour pallier le manque d’investissement dans l’activité productive. Étant donné la force structurelle de sa demande intérieure, qui est au cœur des différents booms qu’a expérimentés son économie, la Turquie se retrouverait, si elle parvenait à mettre en place cette dernière stratégie, dans une configuration tout à fait optimale. En effet, il lui serait alors possible de maintenir une croissance économique forte mais aussi de développer une structure industrielle davantage créatrice d’emplois.

52L’orientation donnée aux relations entre la Turquie et le Moyen-Orient est, à ce titre, cruciale. Comme on l’a vu, le Moyen-Orient ne peut servir de substitut à l’Europe comme source de débouchés à la production turque. Néanmoins, les échanges avec la région ont constitué un extraordinaire moteur de développement pour des zones périphériques de la Turquie, jusqu’alors déconnectées du cœur moderne de l’économie nationale. En retour, les échanges avec la Turquie offrent des opportunités très appréciables à ses partenaires moyen-orientaux, en particulier pour leur décollage industriel. Les pays qui s’arriment à la structure industrielle turque, comme l’Égypte, peuvent en attendre une accélération de leur développement manufacturier, tandis que les voisins exportateurs d’hydrocarbures voient l’acheminement de leurs exportations vers les grandes zones de consommation facilité par de nouvelles routes passant par le territoire turc.

53Entre une demande intérieure extrêmement dynamique, un cœur industriel arrimé à l’Europe et une position géographique particulièrement stratégique en matière d’hydrocarbures, la Turquie a ainsi à sa disposition des atouts considérables pour mener à bien sa stratégie de puissance économique. Son succès en termes de croissance mais aussi de stabilité dépendra de son habileté à orchestrer ces différents atouts et, dans un environnement particulièrement incertain, à réinventer en permanence son propre modèle.

Notes

2 Organisation mondiale du commerce, Trade Profiles, mars 2011, http://stat.wto.org/CountryProfile/WSDBCountryPFView.aspx?Country=TR&Language=E (accès juillet 2011).

3 « Changes in Turkey’s Export Markets, 1996-2009 », Istanbul Notes, 9 novembre 2010.

4 « Exports by Country Groups », Turkstat, 2011, http://turkstat.gov.tr (accès juillet 2011).

5 L’économie turque a été, dans un premier temps, particulièrement affectée par la crise mondiale, avec un pic de récession du PIB à - 14 % au premier trimestre 2009, en rythme annuel, dû à un effondrement des exportations et au rapatriement des capitaux étrangers investis en Turquie. Source : Turkstat.

6 « Syrian Shoppers Bring Turkish Delights », Financial Times, 12 mai 2010.

7 G. Sak, « Turkey Belongs to Europe », TEPAV, 25 juin 2011.

8 Les exportations high-tech ne représentent que 2 % des exportations de biens manufacturés turcs, selon la Banque mondiale,
http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/TX.VAL.TECH.MF.ZS (accès juillet 2011).

9 La livre turque a connu une période prolongée de surévaluation. Or, les performances à l’exportation de l’économie turque montrent une réactivité importante à la dépréciation du taux de change. Voir « Lira Decline Supports Turkish Exports », Hürriyet Daily News, 2 juillet 2011.

10 G. Sak, Notes on Turkish Transformation Experience and the Role of Chambers of Commerce in the PSD Agenda, présentation de l’Institut économique TEPAV, Ankara, 20 juin 2011. Voir : http://www.tepav.org.tr/upload/files/haber/1309264678-6.
GUVEN_SAK_Notes_on_Turkish_transformation_experience_and_the_role_of_Chambers_in_the_PSD_agenda.pdf (accès juillet 2011). Pour comparaison, d’autres pays « émergents », comme l’Inde, ont récemment connu une période de baisse dans la sophistication de leurs importations, mais la Chine a connu une phase continue de hausse sur la même période (1996-2007).

11 « Europe Crisis Gives Worries to Exporters », Hürriyet Daily News, 18 juillet 2011.

12 En ce qui concerne les investissements européens en Turquie, ils avaient été fortement encouragés politiquement par les perspectives d’adhésion à l’UE, mais aussi par les engagements pro-business de l’AKP (baisses d’impôts et privatisations), ainsi que par la lutte pour la stabilité monétaire. Du fait du blocage du processus d’adhésion, les investissements ont finalement suivi une dynamique plus directement liée à la conjoncture économique : chute importante pendant la première phase de la crise puis hausse, mais surtout sous forme d’investissements de portefeuille, lors du vif rebond de la croissance turque.

13 « Visa Versa : Why Turks Want New Allies », Financial Times, 1er décembre 2010.

14 Le nom « Cham » désignant Damas en arabe et en turc.

15 Turkish Investment Doubled 20 Times Over 3 Years, Industrial Development Authority of Egypt, 2010, http://www.ida.gov.eg/egypt_turkey2010_en.html (accès juillet 2011).

16 Egypt’s QIZs Attract Apparel Investment From Turkey, Textile and Clothing Trade Information, 21 novembre 2006,
http://www.emergingtextiles.com/?q=art&s=061121Egypt&r=free&n=1 (accès juillet 2011).

17 « Business Talks Likely to Boost Egypt-Turkey Trade », Hürriyet Daily News, 6 avril 2010.

18 « Turkey Signs FTA With Egypt », The Daily News Egypt, 28 décembre 2005.

19 « Turkish Textile Makers May Gain from Egypt Unrest, Milliyet Says », Bloomberg, 6 février 2011.

20 « Turkey : Egypt a Mixed Blessing ? », Financial Times, 2 février 2011.

21 U. Sahbaz, « De-industrialization : A Dangerous Trend in Turkish Economy », TEPAV Articles, 30 mars 2011.

22 Source : Turkstat.

23 Turkey-Libya Economic and Trade Relations, ministère turc des Affaires étrangères, 2011, http://www.mfa.gov.tr/turkey_s-commercial-and-economicrelations-with-libya.en.mfa (accès juillet 2011).

24 « Turkey-Libya Ties : A Unique History of Complexity, Intrigue », Hürriyet Daily News, 23 février 2011.

25 « Turks in Libya : Fleeing Gaddafi », Financial Times, 23 février 2011.

26 Source : Turkstat, Ülkelere Göre Dış Ticaret (Commerce extérieur par pays), http://www.tuik.gov.tr/VeriBilgi.do?tb_id=12&ust_id=4 (accès juillet 2011).

27 S. Kalkan, « The Transformative Power of the Turkish Private Sector in Iraqi Kurdistan », TEPAV, mars 2011.

28 « Turkey to Deepen Trade Ties with Iraq », Hürriyet Daily News, 6 juin 2010.

29 « Resurgent Turkey Flexes its Muscles Around Iraq », The New York Times, 4 janvier 2011.

30 En 2010, le commerce bilatéral entre les deux pays ne s’élevait encore qu’à 4,6 milliards de dollars, cf. « Turkey, Saudi Arabia Hopeful on Further Cooperation », Hürriyet Daily News, 13 février 2011.

31 La Turquie a tenté de jouer le rôle de médiateur et de trouver une alternative aux sanctions proposées contre l’Iran dans le dossier de son éventuel développement d’une capacité nucléaire militaire. À l’occasion d’une démarche commune avec le Brésil, le gouvernement turc avait proposé, en 2010, un accord sur l’enrichissement d’uranium à vocation civile.

32 Source : Turkstat.

33 « Turkish-Iranian Economic Ties Flourish », Eurasia Daily Monitor, vol. 8, 18 février 2011.

34 « Turkey’s Economic Relations with the Middle East », Reuters-Factbox, 24 juin 2010.

35 M. Bilgin, « Energy and Turkey’s Foreign Policy : State Strategy, Regional Cooperation and Private Sector Involvement », Turkish Policy Quarterly, vol. 9, no 2, été 2010, p. 83.

36 M. Bilgin, op. cit.

37 « Oil Spike : Turkish Shares Down », Financial Times, 25 février 2011.

38 E. Deliveli, « A Phantom MENAce to Turkey », Hürriyet Daily News, 27 février 2011.

39 Ibid.

40 « Energy and Energy Security : Turkey’s Role », présentation du sous-secrétaire Selahattin Cimen à la 28e conférence annuelle sur les relations turco-américaines, Washington, DC, 1er juin 2009,

http://www.the-atc.org/events/c09/content/presentations/A2-Cimen-Selahattin-MinistryOfEnergy.pdf (accès juillet 2011).

41 B. Uyan, « Threats for The Energy Policy of Turkey », sous-secrétariat turc au Trésor, p. 12, http://www.hazine.org.tr/en/energypaper.pdf (accès juillet 2011).

42 M. Bilgin, « Turkey’s Energy Strategy : What Difference Does it Make to Become an Energy Transit Corridor, Hub or Center ? », UNISCI Discussion Papers, no 23, mai 2010, p. 113-128.

43 Les institutions financières du Golfe s’intéressent particulièrement aux entreprises turques dans les secteurs de la santé, de l’agroalimentaire, des télécommunications et de l’immobilier. La banque turque Akbank s’est ainsi investie dans la mise en contact d’entreprises turques avec l’Abu Dhabi Investment Agency, le plus gros fonds souverain de la région. Voir « Turkey Focuses on Gulf for Two-Way Ties », Financial Times, 21 juin 2010.

Auteur

Économiste. Spécialiste des pays émergents et d’économie monétaire, il termine actuellement une thèse à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris. Ses recherches portent sur les crises monétaires, en particulier sur celle de l’euro ainsi que celles des pays émergents au cours des 20 dernières années. Il coopère régulièrement avec le programme « Turquie contemporaine » de l’Ifri et exerce, par ailleurs, dans le secteur financier.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search