Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 13. Les missions des messagers à plumes

Texte intégral

1Les courriers volants avaient un double emploi, public et privé, qui n’était pas toujours distinct : tantôt, souverains et vizirs utilisaient les voyageurs ailés de leurs sujets et les réquisitionnaient au besoin ; tantôt, ils leur offraient l’usage des pigeons d’État et leur délivraient même les plis.

L’USAGE PUBLIC

2L’État a dû reprendre l’usage privé qui remonte dans la nuit des temps : les hommes n’ont sans doute jamais cessé de libérer les pigeons doués de faculté de retour pour transmettre les nouvelles sans nécessairement les charger de messages.

LE CALIFAT ABBASSIDE

  • 1 Mas‘ūdī, IV, §2809.

3Les deux premiers califes de Bagdad ont probablement méconnu les messagers ailés et les suivants, depuis Mahdī, n’ont dû s’en servir jusqu’au début du iiie/ixe siècle que par intervalles et peut-être même rarement : ils recevaient rapidement par la poste la correspondance de tous les côtés de leur vaste empire qui passait de relais en relais où les montures usées des courriers étaient remplacées par des montures fraîches. Aussi, les sources n’en révèlent l’emploi qu’en 222/837 : rendue au ciel à Barzand, dans la province lointaine d’Āḏarbayğān, une bande vola en même temps au même colombier de la capitale nouvellement bâtie sur les bords du Tigre, Samarra, pour apprendre à Mu‘taṣim la prise de Bābak, l’hérétique rebelle dont l’armée avait souffert et qui, pour éviter la mort, avait fui aux montagnes1. L’urgence en justifiait l’usage : ils ne pouvaient que distancer les plus prompts messagers, dont les mulets courtauds devaient lentement avancer par les rochers rapides qui s’offraient en chemin.

4Ce service dut graduellement s’étendre au courant du iiie/ixe siècle, malgré le profond silence des sources : un réseau aussi dispendieux que celui dont Ğāḥiẓ dévoile incidemment l’existence ne pouvait que régulièrement fonctionner, sinon il serait absurde de mener captifs les oiseaux par bateau, puis à dos d’homme, vers de lointaines prisons où ils seraient gratuitement retenus.

  • 2 Ibn al-Furāt en 306/918, Tuḥfa, p. 33 ; Sebüktigin en 363/973-974, Hamdāni, p. 214 ; le syndic des (...)
  • 3 Comme en 306/918, le retour du vizir à Bagdad, Miskawayh, I, p. 57/I, p. 62 ; ou en 329/940-941, l (...)
  • 4 En 299/912, un pigeon lâché de Bagdad vint apprendre à Basra l’arrestation d’Ibn al-Furāt, Tanūḫī, (...)
  • 5 Le meurtre de Bağkam en 329/941, Ṣūlī, p. 196/II, p. 16 ; celui d’Abū Yūsuf Barīdī en 332/ 943, Ta (...)
  • 6 En 219/834, Mu‘taṣim établit de Wāsiṭ à Bagdad des courriers à cheval pour recevoir des nouvelles (...)
  • 7 Comme en 302/914, pour relier Fusṭāṭ à Bagdad, ‘Arīb, p. 53.
  • 8 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 367/p. 467. Ce renseignement isolé est peut-être erroné : l’auteur a pu confond (...)
  • 9 Yāqūt, II, p. 912, le croyait près de Kūfa ; De Goeje, p. 97, n. 3, qu’il joignait le Nahr ‘īsā à (...)
  • 10 Miskawayh, I, p. 179/I p. 202.
  • 11 Précision d’Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 184.
  • 12 Miskawayh, I, p. 185/I, p. 208 ; Tuḥfa, p. 315-316 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 272 ; Ibn al-Aṯir, VII (...)

5La vogue ne les répandit dans les vallées du Tigre et de l’Euphrate qu’au ive/xe siècle ou peut-être dès la fin du précédent, comme le suggèrent les indications qui se multiplient dans les manuscrits pour servir diverses fins : transmettre les ordres d’arrestation qu’il fallait aussitôt exécuter2, annoncer une arrivée3 ou un événement considérable sitôt accompli4, spécialement la mort des grands, émirs ou vizirs, violente ou subite, afin d’en instruire promptement l’empire5. Mais dès qu’une guerre ou des troubles éclataient, on les chargeait des plis confiés de coutume aux courriers à cheval6 ou dromadaire7. L’armée les emportait au besoin dans les régions menacées d’invasion, même si elles disposaient de relais postaux : elle demeurait ainsi en communication avec la capitale. Puis ces liaisons nouées par la guerre étaient rompues par la paix qui les rendait inutiles ou secondaires. En 313/925 ou un an plus tard, le secrétaire de la mère du calife, Ḫaṣībī, envoya des voyageurs ailés dans une province sur laquelle venait de fondre une calamité pour instruire d’heure en heure Muqtadir du progrès des troupes qui s’y étaient rendues. Ainsi prit-il soudain le chemin de la fortune et du vizirat dont il fut investi quand le calife émerveillé de la rapidité de transmission des nouvelles en apprit le mode improvisé8. Mais sa charge fut éphémère : il ne la garda que près de trois mois. En 315/927, comme le terrible chef carmathe du Bahrein, Ğannābī, marchait sur la capitale après avoir enlevé Anbār et franchi l’Euphrate, le vizir ‘Alī b. ‘Isā plaça cent hommes munis chacun d’un pigeon depuis la rive du canal de Zubārā9, à quelque deux parasanges (douze km), dont le pont de bateaux venait d’être coupé pour fermer le chemin de Bagdad. Par le retour des oiseaux au nid, coulait continûment un flot de renseignements intarissables sur la marée des troupes qui inondait l’autre côté de l’eau. Tel était le prix du salut de la capitale effarée des nouvelles extraordinaires apprises coup sur coup et confirmées par les vagues de fuyards qui déferlaient dans les murs : l’ennemi n’était pas seulement puissant (1 500 hommes, 700 cavaliers et 800 fantassins), mais traînait un ramassis de brigands attirés par l’espoir du pillage, jeunes que l’on avait coutume de flétrir par le terme infamant de ‘ayyārūn et prétendus soldats marchant dans sa poussière10. L’année suivante, comme les Carmathes s’avançaient sur Anbār, d’où la correspondance du gouverneur ne parvenait que par les courriers à mule de la poste, Ibn Muqla alors directeur des Domaines, y convoya une cinquantaine11 de messagers aériens. Il envoyait les dépêches tombées de moment en moment, au chambellan Naṣr qui les tendait au calife pour les lire. Cet éclair imprévu de l’esprit ouvrit le champ libre à sa fortune : il obtint la dignité de vizir12.

  • 13 Rūdrāwari, p. 40/p. 37.
  • 14 Comme celle du chef du Ḫūzistān, Aṣlān Takīn en 637/1239, Ibn al-Fuwaṭī, p. 128.
  • 15 Comme celui d’Irbil en 634/1236-1237, Ibn al-Fuwaṭī, p. 98.
  • 16 Comme les débâcles de l’armée abbasside face aux Mongols en 635/1238, Ibn al-Fuwaṭī, p. 113 ; et, (...)
  • 17 En 647/1249, ils apprirent leur retour, Ibn al-Fuwaṭī, p. 241.

6Cependant, l’oiseau ne supplanta que brièvement l’homme dans la transmission des nouvelles : la poste de terre évinça lentement la poste des airs sous les Būyides. Elle devint même si régulière sous ‘Aḍud al-Dawla que les retards sur l’horaire étaient châtiés : des courriers furent une fois sévèrement bâtonnés pour être revenus de Šīrāz à la capitale après l’heure accoutumée, par la faute de l’un d’eux qui avait osé différer leur départ pour porter un plat de riz à ses dents13. Finalement, les deux services furent suspendus des siècles durant. Mais si l’emploi des mules sans queue glissait vers sa fin, celui des pigeons fut ressuscité en 590/1194 par Nāṣir, alors que l’empire penchait vers sa ruine, pour leur confier couramment les funestes messages : la mort de chefs jadis fameux, mais tombés au cours du temps dans un oubli profond14, les sièges des villes15 et surtout les défaites16 qui devaient se multiplier à l’infini jusqu’à la chute de Bagdad en 656/1258. Aussi les éclaireurs emportaient souvent des voyageurs ailés en s’éloignant de la capitale pour instruire le calife des mouvements mongols17, même si l’armée était loin d’écraser les « ennemis de Dieu ».

LES ROYAUMES D’ORIENT JUSQU’AUX MAMELOUKS

  • 18 Qāḍī Fāḍil repris dans Nuwayrī, X, p. 280 ; Ġuzūlī, II, p. 262 ; Suyūṭī, II, p. 316 ; Ṭawq, p. 65. (...)
  • 19 Selon la formule de Qāḍī Fāḍil reprise par Abū Šāma2, I, p. 521 ; Ġuzūlī, II, p. 262, 264 ; Suyūṭī (...)
  • 20 Que leur donna Ġuzūlī, II, p. 264.

7L’éclatement de l’Empire abbasside en maints États n’ayant souvent que des messagers à dromadaire pour organe de liaison provoqua l’essor des courriers du ciel. En raison du nombre de billets confiés à leurs ailes, un précieux secrétaire de Saladin, Qāḍī Fāḍil (mort en 596/1200), devait les désigner sous une métaphore : « oiseaux prophètes » ou littéralement « prophètes des oiseaux » (anbiyā al-ṭayr) ; en outre, il les comparait aux prédicateurs du peuple des airs : ils se perchaient sur les branches comme ces derniers sur les minbars18. Mais les messagers emplumés servaient d’abord les souverains. Aussi furent-ils appelés, en jouant sur les mots, « anges des rois » (malāikat al-mulūk), même s’ils étaient sinistres et de mauvais augure : ils descendaient sur eux du ciel, comme les êtres spirituels sur les Prophètes19 qui ne prenaient cependant jamais en Islam la forme de colombes, alors que les courriers de la poste lancés au galop devaient tardivement mériter le mélodieux surnom de « démons des sultans » (šayāṭīn al-salāṭīn)20 qu’inspirait leur infamie, malgré les grandes nouvelles et les secrets considérables dont ils les rendaient couramment dépositaires.

  • 21 Ainsi Mu‘aẓẓam apprit-il en 615/1218 à Naplouse la fin de ‘Ādil, Sibṭ, VIII/II, p. 596 ; Nuwayri, (...)
  • 22 Comme celle d’un émir à Sinğār en 660/1261, Ibn al-Fuwaṭī, p. 347.
  • 23 Comme le billet qui demandait en 539/1144 à Zengī de presser sa venue au siège d’Édesse dégarnie d (...)
  • 24 Comme Nābulusi du Caire au Fayyoum, Nābulusī, p. 3.
  • 25 Ainsi, en 491/1098, l’émir de ‘Azāz apprit le fruit des négociations auprès de Godefroi de Bouillo (...)
  • 26 En 637/1239, l’envoyé du sultan de Damas, Ṣāliḥ, emporte des volatiles en partant pour Baalbek, Si (...)
  • 27 Ainsi fut annoncée, en 615/1218, la flotte franque à Damiette, Maqrizī, I, p. 216 ; éd. Wiet, IV, (...)
  • 28 Saladin apprit de cette façon en 570/1174 le siège d’Alexandrie par la flotte sicilienne, Abū Šāma(...)
  • 29 En 443/1052, le vizir fatimide Yāzūrī confia au commandant de l’armée de nombreux pigeons pour l’i (...)
  • 30 Ainsi furent annoncés le siège d’Alep, après la chute de Homs, de Ḥamā et de šayzar en 382/992 (It (...)

8L’usage des pigeons s’étendit au cours du temps : ils pouvaient être porteurs des messages de mort21, qu’elle fût inattendue ou, au contraire, prévue pour les mourants qui traînaient longtemps avant de rendre le dernier souffle, ou annoncer de proches venues22, comme du temps des Abbassides ; ils permettaient également de hâter la marche lente de l’armée qui suivait à distance23, d’appeler un fonctionnaire24, d’annoncer l’issue des pourparlers de paix entamés avec l’ennemi, les promesses obtenues et les alliances nouées25 ou le fruit des missions confiées aux envoyés26, comme d’alerter rapidement l’armée dès que des voiles ennemies se dessinaient à l’horizon de la mer et parfois même avant que le peuple chrétien n’eût foulé le sol musulman27 ou dès qu’elles avaient assiégé un port28. Aussi les troupes en partance emmenaient-elles des cages pleines de messagers volants, dont le retour apportait, par bouffées, les nouvelles fraîches patiemment attendues29 ; victoires et défaites étaient divulguées le jour même, parfois quelques heures à peine étaient écoulées30. Ainsi pouvait-on fêter les unes et pleurer les autres, renforcer les défenses ou envoyer des secours.

  • 31 Suivant les termes de Jacques de Vitry, HO, p. 148 ; repris par Vincent de Beauvais, col. 1188, li (...)
  • 32 Comme l’affirment les émissaires de l’émir de ‘Azāz à Godefroy de Bouillon, Albert d’Aix, p. 438 ; (...)
  • 33 Jean de Mandeville, p. 89.
  • 34 En 491/1098, les messagers ne pouvant pas regagner ‘Azāz investie, ils libèrent deux pigeons pour (...)

9Lors des guerres qui opposèrent les musulmans aux Francs, les pigeons devinrent indispensables pour délivrer la correspondance quand les courriers n’osaient franchir les terres de leurs ennemis31, craignant pour leur vie, si l’on découvrait le papier dangereux qu’ils emportaient caché32 ; au cours des sièges ils étaient les seuls moyens pour les villes et les châteaux d’aller vers les renforts au-dessus des contrées que fuyaient les messagers pour échapper à la mort33 ou simplement les seuls liens avec le dehors, nul ne pouvant sortir ou rentrer des murs investis34.

  • 35 Wilbrand d’Oldenbourg, p. 168 ; Edgington, p. 170-171.
  • 36 Ibn al-‘Adīm, n, p. 156 ; Röhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95,155
  • 37 AAC, p. 71 ; Tritton et Gibb, p. 95 ; chronique vénitienne anonyme publiée en note dans Sanudo, p. (...)
  • 38 AAC, p. 74 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877 ; Deschamps, III, p. 155.
  • 39 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36.
  • 40 Ibn al-Ḫazrağī, fol. 165 r° ; Eddé, p. 344.

10Toutefois, le courrier des airs tombait souvent dans le camp ennemi, sa liberté à peine rendue avant de s’élever au ciel ou au retour en plongeant du haut des nuées vers son nid. Ces captures se renouvelaient parfois dans les sièges : Tripoli en 502/110935, Cerep (Aṯārib) l’année suivante36, Tyr en 508/112437, Hazert (‘Azāz), un an après38, Naṣībīn en 521/112739, enfin Homs en 646/124840. Encore ne sont-ce que les prises révélées par les sources : d’autres demeurent inconnues, jamais signalées ou perdues comme l’œuvre qui en évoquait le souvenir.

  • 41 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 245, 280, 286/p. 211, 216, 244, 250 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abu šâma1, (...)
  • 42 ‘Imād al-Dīn, p. 240.
  • 43 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 135-136 ; passage traduit par Gab (...)
  • 44 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250.
  • 45 Idem, p. 240/p. 211.
  • 46 Sibṭ, VIII/I, p. 404.
  • 47 Nawādir, p. 170 ; passage traduit par Gabrieli, p. 247 ; Runciman, III, p. 50.
  • 48 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 136 ; passage traduit par Gabriel (...)

11Mais pour assurer les futurs lâchers, il fallait sortir de la ville avant qu’elle ne fût investie, aux premières hostilités nouées, tous les pigeons voyageurs qui volaient en liberté dans ses murs pour les détenir dans la place correspondante et y mener captifs ceux qui y seraient libérés, puis ravitailler les colombiers avant l’épuisement des réserves. Ces approvisionnements ne pouvaient s’effectuer que sous main par voie de terre, exceptionnellement par voie de mer : lors du siège d’Acre en 586/1190, le premier port du royaume latin de Jérusalem que les croisés d’Occident étaient venus arracher à son nouveau maître, Saladin, de vigoureux nageurs introduisaient, à la faveur de l’obscurité, les oiseaux qui y seraient bientôt rendus au ciel et emportaient ceux qui étaient promis au retour41, après un internement d’imprévisible durée. Sans cet échange de prisonniers, les relations de la cité avec les troupes de Saladin tour à tour campées sur de lointaines collines n’auraient pu s’établir. Mais ces plongeons sous les vaisseaux, dans les ondes glacées de l’hiver que le printemps et l’été devaient légèrement tiédir, n’étaient pas sans péril : si des nageurs échappaient maintes fois à l’ennemi, sauvés par la nuit, d’autres, en revanche, étaient perdus par la mer : engloutis avec les dépôts commis à leurs soins42. Lorsque l’armée ne reçut pas le pigeon que l’un des messagers nocturnes avait coutume de lâcher pour la rassurer, sitôt arrivé à bon port, sans peut-être le munir d’un billet, elle s’inquiéta, en fermant l’oreille aux murmures soulevés par son absence : il aurait fui avec l’or confié en ses mains. L’angoisse des troupes était fondée : la nuit avait voilé sa mort, comme elle en avait voilé les trajets ; la mer rejeta bientôt son corps sur le rivage nu du port. Il gardait encore à la ceinture des lettres dans des toiles cirées et trois escarcelles contenant 2 000 dinars : il avait rendu après son trépas le dépôt reçu de son vivant et devint le seul homme à s’acquitter d’une livraison posthume43. Dieu l’avait disculpé des calomnies dont on l’avait chargé et lavé des soupçons d’infamie44. En dépit de ces prouesses nocturnes, les nageurs n’étaient guère promus au rang de héros et leur disparition dans les flots profonds, à la fleur des ans, ne leur conférait pas la dignité de martyrs : ils passaient simplement pour des indigents réduits par la misère à braver les dangers, et les noyés emportés au fil de l’eau ne poussaient pas les messagers qui avaient échappé aux flots à déserter le péril45. Finalement, ces voyages secrets furent surpris par la flotte ennemie, et les courriers invisibles pris par d’invisibles filets46 que les croisés d’Occident relevaient ensuite pour les priver de vie ou de liberté et saisir l’or et les plis dont ils étaient dépositaires. Toutefois, ces captures ne suspendirent pas ces liaisons de l’onde et de l’ombre : les nageurs continuèrent à fendre l’obscurité des flots : le 17 ğumādā II 587/12 juillet 1191, la veille du jour où la ville retomba au pouvoir des Francs et où les bannières furent arborées au sommet des tours, un messager embrassa la mer pour délivrer les lettres ultimes47. Mais il était sans pigeon : l’imminence de la chute du port rendait tout espoir superflu et les réserves d’oiseaux étaient probablement épuisées. Aux messages transmis par la voie des airs avaient finalement succédé des messages transmis par la voie des eaux, que d’intrépides nageurs portaient à la ceinture en des toiles cirées48.

  • 49 AAC, p. 74 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877.
  • 50 Arnold de Lübeck, p. 207 ; Michaud (1825-1829), III, p. 39-40 ; Röhricht (1898), p. 675.
  • 51 Estoire de Eracles, p. 261 ; Ernoul, p. 357 ; Röhricht (1898), p. 691.
  • 52 Chronicle of Holyrood, p. 176 ; Macquarrie, p. 54.

12À l’instar des musulmans, les croisés utilisèrent les voyageurs ailés au Levant surtout en temps de guerre, comme le suggèrent les indications, relativement rares, cependant, des sources. En 1125, lors du siège de ‘Azāz (Hazert) par l’atabeg de Mossoul, Āq-Sunqur Bursuqī, un vaillant cavalier s’en échappa, franchissant d’un bond les rangs de fantassins turcs qui veillaient à la porte à l’ombre des murailles nues et même la profonde tranchée creusée pour envelopper la place. Il allait réclamer l’assistance d’Antioche et l’inviter à la bataille, emportant dans le sein l’oiseau destiné à ramener un message49. En 1197, Bohémond III, qui venait de rejoindre l’armée chrétienne, expédia un céleste courrier pour instruire les habitants de sa capitale, Antioche, des ultimes conquêtes des soldats de la croix : Saïda (dont ils avaient transformé le nom en Sidon ou Sayette) qui n’offrait plus qu’un champ désert de ruines et Beyrouth qui regorgeait de prodigieuses richesses, d’armes et de vivres50. En 1203-1204, un pigeon fut lâché vers Acre quand Amaury II de Lusignan eut franchi le Jourdain ; comme il était sans message, le fil rouge qu’il arborait au cou parut d’un sinistre augure et répandit un voile de tristesse sur la ville : les croisés « cuiderent que ce fust senfiance de bataille ou de sanc espandu » ; mais quand le roi repassa le fleuve sur la voie du retour, un second messager reprit le chemin des airs, chargé d’une lettre pour rassurer les Francs : Amaury était vivant et sain51. En 1266, les Hospitaliers de Saint-Jean renvoyèrent dans les cieux un pigeon pour communiquer aux frères de l’Hôpital une grande nouvelle : l’immense butin pris la nuit sur l’armée mamelouke. Mais la joie des vainqueurs fut éphémère. Ils tombèrent soudain dans la tristesse et le deuil : les fruits de la victoire furent perdus lors d’une embuscade tendue dans quelques monts où ils n’avaient pas flairé de danger ; elle leur coûta 252 chevaliers environ (sur 7 000 combattants), bien que le nombre exact des victimes demeurât inconnu52.

  • 53 Jacques de Vitry, p. 64, 65 ; Edgington, p. 173 ; Grousset, III, p. 200, n. 1 ; Deschamps, III, p. (...)
  • 54 Jacques de Vitry, p. 68, 69.
  • 55 Pour reprendre sa terminologie, p. 60, 61.
  • 56 Idem, p. 62, 63.

13Mais l’usage des voyageurs ailés ne se bornait pas aux sièges et aux incursions ; les croisés en libéraient pour conjurer le péril, s’ils n’osaient, par « crainte des païens », envoyer des messagers quand ils devaient en traverser les terres chargés d’un message secret : ils risquaient par fidélité d’en mourir. Aussi, l’évêque de Saint-Jean-d’Acre, Jacques de Vitry, en 1217, avant de quitter Tripoli, demanda par la voie du ciel au Crac des Chevaliers dont il suivait le chemin une escorte armée qui protégeât son passage près du territoire d’une secte devenue la terreur des Francs : celle des ismā‘īliens appelés « Assassins »53 qui versaient indifféremment le sang des chrétiens et des sarrasins54. En parcourant « les ténèbres de l’Orient » syrien, où il semait « la parole divine »55 pour réveiller les courages endormis et prêcher la croisade nouvelle, il n’avait alors envoyé que des messagers pour obtenir des guerriers destinés à l’escorter en pays hostile56.

  • 57 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 386 ; Nuwayri, XXX, p. 332-333 ; Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 191 (...)

14Enfin, un prompt moyen d’obtenir les secrets de l’ennemi était de remettre des pigeons aux espions à la solde des places, comme l’avaient fait les chevaliers teutoniques de Montfort (Qurayn). Mais l’oiseau lâché lors du siège du château en 669/1271 fut abattu d’un trait rapide par Baybars alors qu’il survolait le camp mamelouk ; le sultan le remit aux députés d’Acre, assorti du billet que le traître venait de tracer. Ils devaient les transmettre aux assiégés : l’imminence de leur chute rendait le message vain57.

L’OCCIDENT

  • 58 Nuwayrī, XXIV, p. 133 ; Talbi, p. 295.
  • 59 Ibn ‘Idārī, I, p. 164/1, p. 228 ; Dachraoui, p. 316.
  • 60 Qādī Idrīs, p. 286 ; Dachraoui, loc. cit.
  • 61 Carmen Pisanorum dans Jehel, p. 27 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 166/p. 487 ; Idris, I, p. 288 ; II, p. 527 (...)
  • 62 Carmen Pisanorum dans Jehel, p. 28 ; Ibn al-Aṯīr, loc. cit.
  • 63 Tiğānī, p. 331, 341, 377 ; Wazīr, I/II, p. 476.
  • 64 Ibn al-Aṯīr, X, p. 166/p. 487-488.
  • 65 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 121/p. 561 ; Idris, I, p. 354 ; II, p. 527.

15Comme en Orient, les pigeons de l’Ifrīqiya devaient être les messagers des morts et des venues, des victoires et des défaites, même s’ils n’apparaissent que rarement dans les sources. Sous les Aġlabides, elles n’en révèlent qu’un seul emploi en 280/894 pour annoncer à Kairouan la reddition de Tunis58. Sous les Fatimides, elles n’en signalent que deux : en 298/912 pour instruire Mahdī alors à Raqqāda de l’exécution d’un chef de la tribu berbère de Kutāma à Tripoli59 ; puis en 333/944, le commandant Ḫalīl libère tour à tour deux pigeons de son palais de Kairouan qu’assiège le berbère Abu Yazīd. Mais ils ne prennent pas le chemin de Mahdiyya prévenir Qā’im : après quelques coups d’aile vers le ciel, l’un préfère au nid lointain un palmier proche du colombier d’internement, l’autre la cour du palais60. Sous les Zirides, les indications des sources croissent légèrement en nombre, sans peut-être attester une plus grande vogue. Les messagers ailés s’en allaient par les airs alerter des dangers, même d’un continent à l’autre sur les flots de la mer : en 480/1087, l’île de Pantelleria (encore réduite en province d’Afrique) prévint d’abord Mahdiyya d’un péril pressant : les flottes ennemies que le vent marin poussait vers les rivages africains61 ; puis elle annonça le nombre de combattants (génois et pisans grossis de guerriers amalfitains et romains), ainsi que la prise de la citadelle après un siège62. Mais l’alarme tombée du ciel fut inutile : elle n’empêcha pas les chrétiens de jeter l’ancre et leurs flots d’inonder le rivage, ni ne sauva la capitale et son faubourg Zawīla du pillage et des flammes dont ils devinrent la proie : les deux villes jumelles que les sources du temps englobent parfois sous le nom des « deux Mahdiyya » (al-Mahdiyyatān)63 ne présentaient aucune défense ; la flotte d’Afrique, de plus, ne refoula pas l’Europe ; quant aux troupes, elles mataient au loin une révolte armée64. Les pigeons pouvaient également instruire le souverain des incidents survenus hors du royaume : en 542/1147, l’ambassadeur de Hasan b. ‘Ali gagna Palerme pour délivrer un courrier à Roger II. Sur le vaisseau qui le portait aux bords de l’Afrique, il lâcha un pigeon de Mahdiyya pour révéler à son maître les blâmes proférés à son égard par le messager de Yūsuf, l’émir de Gabès, qui venait de prendre un navire différent pour regagner sa patrie. Ces injures qu’il avait osé vomir au loin le perdirent : il était loin de soupçonner l’orage près de fondre sur lui par le chemin des eaux. Il fut devancé par les événements : le bruit du blâme jeté sur le souverain alluma tant sa fureur qu’il dépêcha aussitôt une troupe. Elle se saisit de lui comme on capture un brigand, au mépris de son rang, et l’amena dans sa capitale. Accusé d’avoir livré la terre d’Islam aux Francs et flétri le nom du ziride, il fut promené par la ville juché sur un dromadaire, coiffé d’un bonnet à clochettes, puis mourut écrasé à coups de pierres dont la furie du peuple l’avait accablé65.

  • 66 En 479/1086 Rāḍī avise son père Mu‘tamid qu’Algésiras vient de se livrer à Yūsuf b. Tāšfīn, Ibn al (...)
  • 67 Mu‘tamid apprend la victoire de Zallāqa à son fils, Ibn al-Sammāk, p. 63 ; trad. Huici Miranda, p. (...)
  • 68 Ainsi, Algésiras correspondait avec Gibraltar lors du blocus d’Alphonse le Savant en 677/ 1279, Ib (...)
  • 69 Ibn al-Qādī, I, p. 78 ; Allouche, p. 130, 137-138 ; Arié, p. 213.

16En Andalus, comme dans l’Empire abbasside, puis les divers royaumes d’Orient et l’Ifrīqiya, les voyageurs ailés avaient coutume d’annoncer les nouvelles d’importance66, notamment les victoires67 ; de même, ils permettaient aux villes étroitement investies pour empêcher les assiégés de faire des sorties, de recevoir des nouvelles du dehors68 : ainsi, en 709/1309, Alméria apprit la fin de ses longues épreuves ; Jaime II d’Aragon, humilié, acceptait de traiter moyennant tribut et levait le long siège inutile qui avait frisé six mois69.

  • 70 Fath b. Ḫāqān, p. 51 ; Ibn al-Abbār, II, p. 84 ; Pérès, p. 244-245.
  • 71 Mu‘tamid, p. 62 ; Pérès, p. 244.
  • 72 Mu‘tamid, p. 46 ; Pérès, loc. cit.
  • 73 Mu‘tamid, p. 59 ; Pérès, loc. cit.
  • 74 Dans le poème adressé à Ma‘mūn, Mu‘tamid, p. 46 ; Pérès, loc. cit.
  • 75 Al-murāsala maa hudā al-ḥamām, Maqqari, IX, p. 72.
  • 76 Témoin ce vers d’Ibn al-Ḫaṭīb, IV, p. 466, repris par Maqqarī, IX, p. 157, d’un poème composé en 7 (...)

17Mais l’usage n’était pas seulement militaire : à rebours de l’Orient, les pigeons servaient souvent de messagers d’amour ou d’amitié aux « rois des partis » qui leur confiaient des vers à leurs proches, que les sources ont parfois repris. Ainsi le tuğībide d’Alméria, Mu‘taṣim (443/1051-484/1091), imprégna-t-il d’un capiteux parfum le billet doux qui s’envola vers sa favorite demeurée au palais dont le souvenir venait de lui revenir à l’esprit alors qu’un voyage l’en avait éloigné70 ; le ‘abbādide de Séville, Mu‘tamid (461/1069-487/1095), envoyait également par la voie des airs des messages rimés à ses familiers, comme le vizir Abu l-Walīd b. Mu‘allim71 ou son fils Ma‘mūn72 ; de même, des vers amoureux lui tombaient du ciel : témoin le distique d’une concubine qu’il évoque dans le poème envoyé en retour probablement à travers l’espace : « les oiseaux qui avaient garde de ton secret sont arrivés, ô toi, secret de tout royaume » (sirr kull mulk)73. Aussi pouvait-il précieusement qualifier les plumes du messager ailé de « plumes de l’affection » (rīš al-wadād)74. Malgré la pénurie des témoignages, cette « correspondance par pigeons doués de sens de direction »75 devait être commune et même banale, sinon les poètes ne l’auraient pas évoquée76.

L’EMPIRE MAMELOUK

  • 77 Muhimmāt sulṭāniyya, Sulūk, II/II, p. 517 ; Muhimmāt al-sulṭān, Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, (...)
  • 78 Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 82 ; Sauvaget (1941a), p. 16 ; Ibn Iyās, I/I, p. 332.
  • 79 Ibn Nāẓir al-Gays, p. 121-123 ; Qalqasandī, VII, p. 231-233 ; XI, p. 112, 125, 128, 233. Stern ren (...)
  • 80 Les bêtes avaient tant souffert de leurs abus que des contrôles furent effectués en 741/1340, Sulū (...)
  • 81 Il remit des pigeons de Homs à des voyageurs qui prenaient une caravane se rendant à Qārā. Ces der (...)

18Contrairement à la poste aérienne des Abbassides qui s’ouvrait au service des grands jusqu’à leur délivrer les messages, la poste aux pigeons mamelouke (comme la poste aux chevaux) était exclusivement réservée aux « affaires du sultan »77. Nul ne pouvait en utiliser un volatile sans un ordre exprès, comme nul en monter un cheval sans un document écrit (marsūm) du souverain78, la « feuille de route » (waraq al-ṭarīq)79, bien que la règle fût couramment violée par marchands et bédouins qui les empruntaient en voyage80. Cependant, le sultan pouvait, au besoin, offrir l’usage des pigeons d’État aux particuliers pour l’intérêt public, comme Ašraf Ḫalīl en 660/1261 : les billets confiés à leurs ailes permirent de purger le désert de Qārā et Homs des brigands errants qui l’infestaient en quête de caravanes à détrousser81.

  • 82 Comme l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl en 693/1293, Nuwayri, XXXI, p. 271 ; ‘Aynī, III, p. 228.
  • 83 Comme en 698/1299, Sulūk, I/III, p. 855 ; Ohsson, IV, p. 221 ; en 711/1311, ‘Aynī, ms Beyazit 2393 (...)
  • 84 Ainsi, en 721/1321, Le Caire apprit la même heure la démolition des églises d’Alexandrie et Damanh (...)
  • 85 Comme, en 792/1390, Sulūk, III/II, p. 720 ; Ṣayrafi, I, p. 309 ; et, en 807/1405, Sulūk, III/ III, (...)
  • 86 Comme la rébellion des Alexandrins contre le gouverneur en 727/1327, Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 45-46 ; Ma (...)
  • 87 En 694/1294, celui de ‘Ādil Kitbuġā, Baybars, p. 305 ; et, en 698/1299, celui de Nāṣir à Damas, Yū (...)
  • 88 Ainsi l’arrivée d’un émir en 709/1309, ‘Aynī, ms Veliyuddin 2393, p. 165 ; celle du sultan Farağ b (...)
  • 89 Comme, en 711/1311, l’émir Argūn qui brûlait de colère contre le père de l’historien, Ibn al-Dawād (...)
  • 90 En 768/1366, des pigeons lâchés du Caire vers Alexandrie, Rosette et Burullus, y ramènent en toute (...)
  • 91 Ḫālidī, fol. 105 v°-106 r° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, (...)

19A ces messagers volants, diverses missions civiles ou militaires étaient confiées : porter les funestes nouvelles, comme la mort des grands et notamment des souverains surtout si elle était soudaine et tragique82, pour prendre immédiatement les mesures nécessaires, transmettre les ordres d’arrêt83, avertir des troubles passagers84 et des séditions85 pour les mater rapidement86, de l’accession au trône d’un sultan87 ou de l’arrivée d’un voyageur de rang, pour se mettre en état de l’accueillir, comme il convenait, et lui souhaiter la bienvenue88, car il menaçait de s’offusquer et même de fulminer si le destinataire venait à lui manquer en négligeant de se porter à sa rencontre89. De même, ils permettaient d’appeler des émirs90 ou un mamelouk auprès du maître de l’empire, comme de lui commander une chose désirée : aussi en tout déplacement, les pigeons étaient du voyage, sur l’ordre du chef de la chancellerie91 pour les besoins passagers du sultan.

  • 92 Comme au siège de Raḥba par les Mongols en 712/1312-1313, Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258.
  • 93 Comme au siège de Mossoul par les Mongols en 660/1261, Rašīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; éd. (...)
  • 94 Des dépêches aériennes instruisent d’une incursion mongole de Bīra : en 658/1260, Ibn Wāṣil, ms Pa (...)
  • 95 Comme, en 680/1281, celui des Mongols assiégeant Homs, Baybars, p. 196 ; Nuwayri, XXXI, p. 32 ; Ib (...)
  • 96 Comme la défaite de l’armée à Qaryatayn face aux Mongols en 680/1281, puis la victoire qui suivit, (...)
  • 97 Ibn KAṯīr, XIV, p. 25 ; ‘Aynī, IV, p. 242.

20Plus que la paix, la guerre rendait les messagers des airs irremplaçables. D’abord, dans les villes investies, ils devenaient les derniers liens qui rattachaient les habitants au dehors pour espérer du secours dans un avenir rapproché. Mais ils ne pouvaient parfois en s’envolant échapper à la nuée des traits ennemis92, comme ils risquaient de tomber en revenant entre les mains des assiégeants, en se posant sur un mangonneau93, même si leurs ailes n’étaient pas fatiguées. Ensuite, ils permettaient d’alerter l’armée de la moindre attaque94, d’informer d’heure en heure de la marche des forces ennemies, d’instruire de leur nombre afin de renforcer les troupes prêtes à les affronter95, comme d’annoncer avec une rapidité fulgurante les batailles perdues ou gagnées96. L’importance revêtue par ces dépêches tombées des nues était parfois si grande qu’elles pouvaient être solennellement lues du haut des minbars, notamment à la veille des batailles qui opposaient Mamelouks et Mongols : ainsi, en 702/1303, les Damascènes apprirent par un billet dont lecture fut donnée dans la mosquée des Omeyyades le rassemblement des troupes d’Égypte et de Syrie sous la conduite du sultan. On leur demanda des invocations en faveur de la victoire, comme on leur ordonna de garder la citadelle et de surveiller les murailles ce jour de terreur, si bien que des prières enflammées s’élevèrent des minarets et de la ville vers le ciel97.

  • 98 Nicolas de Martoni, p. 586 ; Pèlerinage, p. 102 ; Adorno, p. 160, 161 ; Rieter, p. 126-127 ; Tuche (...)
  • 99 Fabri, III, p. 969.
  • 100 Idem, II, p. 725.
  • 101 Bernard de Breydenbach, p. 34/73.
  • 102 Symon Semeonis, p. 46, 47 ; trad. Deluz, p. 972 ; Nicolas de Martoni, p. 586 ; Pèlerinage, p. 102  (...)
  • 103 Tafur, p. 56/p. 68-69.

21Enfin, les messagers des airs servirent tardivement à conjurer les dangers des invasions par voie de mer dans les deux grands ports d’Égypte. D’abord, dans les eaux d’Alexandrie : dès que les vigies qui fouillaient l’horizon du regard signalaient des navires découverts au loin, des agents partaient les accoster et montaient à leur bord avant de les laisser aborder au port : ils les reconnaissaient alors, s’informaient du nom du patron et de la nature de la cargaison et vérifiaient s’ils portaient des armes. Puis les avis et même la liste des marchandises remise par les vaisseaux s’envolaient incontinent vers le gouverneur confiés à des pigeons qu’ils avaient emportés sur les flots98. Si les oreilles des agents entendaient une autre nouvelle, ils libéraient un nouveau messager99. Le gouverneur se tenait généralement tranquille, sauf si les navires s’avéraient armés : il s’agitait alors et leur envoyait des embarcations100. Mais s’ils ne l’étaient puissamment, ils couraient risque d’être assaillis par les pirates alexandrins qui rôdaient sur les eaux : habitués à considérer les étrangers comme des proies, ils les dépouillaient de leurs biens pour partager leur butin101. Un billet prenait ensuite le chemin des airs pour tomber au Caire, couramment du palais du gouverneur, mais parfois de la mer : ainsi le sultan était instruit, presque chaque jour, de tout ce qui se passait dans l’étendue de l’empire102. A Damiette, un service similaire devait ensuite relier la côte à la ville. Des pigeons annonçaient les voiles distinguées dans les lointains pour éviter aux habitants d’être surpris par l’ennemi, depuis que la perte de leurs murs les avait rendus vulnérables103. Comme la faible profondeur de l’eau à l’embouchure interdisait l’accès des vaisseaux d’un certain tonnage, quand des pierres lancées eurent bloqué le passage, les marchandises s’entassaient sur des barques plates qui, pleines à sombrer, fendaient le fleuve pour les porter jusqu’aux rives de la cité neuve qui n’était plus, comme l’ancienne depuis longtemps rasée, au lieu où le Nil sort de son lit pour entrer dans la mer, mais quelques milles plus au sud.

L’EMPIRE OTTOMAN

  • 104 Van Linschoten, p. 16.
  • 105 Moore, p. 29.
  • 106 Brémond, p. 121.
  • 107 Comme celle de Tenreiro en 1524, Tenreiro, p. 77.
  • 108 Selon les termes d’Alpin, I, p. 86.
  • 109 Prise de Kanicha (Hongrie) en 1599, Castela, p. 189, 190, 191.

22Le sultan était averti des événements qui s’accomplissaient dans les pays lointains par les voyageurs ailés qu’échangeaient maintes villes, comme Basra et Alep, Alep et Istanbul104, aussi bien que des urgences et des insurrections à peine éclatées grâce aux pigeons que recevaient généralement les pachas par paniers du Grand Sérail105. En Égypte, ces liaisons devenaient indispensables dans les contrées perdues où les courriers ne pouvaient être promptement dépêchés, spécialement si les vagues stériles du désert en rendaient l’accès ardu. De cette manière, les séditions étaient couramment matées sitôt déclenchées : les puissants s’alliaient souvent pour tenter de chasser les maîtres du pays106 et s’affranchir de la Porte. En outre, les oiseaux continuaient à annoncer d’avance la venue des visiteurs107 ou des messagers, afin que les vice-rois ne fussent « pris au dépourvu108 », comme les triomphes dont on devait préparer la fête109.

  • 110 Castela, p. 190, 191.
  • 111 L’oiseau emportait la substance du message qu’un messager à pied délivrait six jours plus tard, Va (...)
  • 112 Selon Fürer en 1565, p. 45 ; et Harant en 1598, II, p. 27, 198/p. 34, 273.
  • 113 Harant, II, p. 27/p. 34 ; Fürer, p. 44-45 ; Coppin, p. 330 ; Monconys, p. 170.
  • 114 Neitzschitz, p. 342.

23Les billets étaient alors suivis de lettres plus amples qui pouvaient arriver par la poste deux jours plus tard110 et même six quand un messager à pied était chargé de les délivrer111. De même, ils signalaient toujours le mouillage des navires chrétiens, leur nom et la liste des marchandises, aux douanes d’Alexandrie112 et de Damiette113, comme de Damiette au Caire114.

L’USAGE PRIVÉ

  • 115 Transmis par Ibn al-Mu‘tazz, p. 163, 164, puis repris dans son recueil, p. 115, 116, 117. Voir le (...)
  • 116 II, p. 322.
  • 117 Ibn Ḥazm, p. 33 ; trad. Bercher, p. 91 ; trad. Arberry, p. 74 ; Pérès, p. 245.
  • 118 Sa‘dī, p. 37, repris par Maḥğūb, I, p. 134.

24Pour les particuliers, les pigeons furent avant tout les messagers du mystère. Tout d’abord, pour les amants de l’immense Mésopotamie, de la haute (Ğazīra) à la basse : dès la seconde moitié du iie/viiie siècle et peut-être plus tôt en d’autres régions du monde musulman, ils les chargeaient secrètement de messages galants qu’ils délivraient à la dérobée aux femmes soigneusement séquestrées dans des appartements dont l’accès était interdit même aux regards. Elles ne pouvaient d’ordinaire recevoir de correspondance amoureuse que par ces courriers furtifs qui n’excitaient guère les soupçons des époux jaloux ni des gardiens de leur vertu, même si leur vol attirait leurs yeux. L’existence de ces billets doux n’est révélée que par des vers du temps, les uns de Rabī‘a Raqqī (mort en 198/813)115, le dernier d’Abū Nuwās qui fut enlevé au monde dont il avait chanté les voluptés interdites à une date inconnue, peut-être deux ans après le précédent116. L’emploi des messagers des flammes de l’ombre et peut-être des plaisirs gagna l’Occident (Andalus)117 et devait rester longtemps vivace en Orient, comme en Perse118.

  • 119 Ibn al-Nadīm, I, p. 187/I, p. 463 ; Ibn al-Ğawzī, XII, p. 299.
  • 120 Yamānī.p. 110/p. 285.
  • 121 Yamānī, p. 111-112/p. 288 ; Qādī Idris, p. 148.

25Comme les amours épistolaires, mais sur une durée plus brève, les envoyés du ciel servirent largement les sectes, notamment à leur naissance quand elles étaient organisées sous la loi du secret. En premier lieu, les ismā‘īliens, dès la moitié du iie/viiie siècle : le fondateur du mouvement, ‘Abd Allāh b. Maymūn Qaddāḥ, recevait dans les environs d’Ahwāz dans le Ḫūzistān (Susiane), les nouvelles les plus fraîches de régions éloignées, grâce aux billets confidentiels de ses disciples dispersés que lui ramenaient furtivement les pigeons qu’il leur avait confiés, avant que la renommée, de ses ailes rapides, n’en répandît le bruit. Il prétendait que la terre le transportait en roulant à la vitesse de l’éclair vers les destinations souhaitées où il était instruit des événements sitôt accomplis. Ainsi, le faux prophète berna longtemps les musulmans naïfs dans l’espoir de les réduire au rang de fidèles119. À la fin du iiie/ixe siècle, le réseau s’étendit pour relier l’Iraq à la Syrie : les messages des missionnaires (duāt) de Bagdad étaient simultanément emportés par « ailes d’oiseau » (‘alā ağniḥat al-ṭuyūr) et « messagers » (maa al-fuyūğ) vers Mahdî alors fixé à Salamiyya120, malgré l’énorme distance qui séparait les deux villes. De même, la Syrie pouvait correspondre avec la Palestine : le missionnaire de Damas prévint celui de Tibériade que l’émissaire du calife abbasside venait de s’élancer sur les traces de Mahdī ; aussi, ce dernier évita la ville pour prendre sur-le-champ le chemin de Ramla121.

  • 122 ‘Arīb, p. 110-111 ; De Goeje, p. 79 ; Canard (1942-1947), p. 170.

26À leur tour, les Carmathes implantèrent un réseau étendu, peut-être inspiré du réseau fatimide : ils étaient sous main prévenus par des espions lointains des faits fraîchement survenus par des billets tombés des nues, avant qu’ils ne fussent connus par les voies ordinaires. Dès la prise de Basra en 311/923, ils savaient d’avance l’arrestation du vizir Ḥāmid b. ‘Abbās et de son adjoint, ‘Alī b. ‘Īsā, soudain mis à l’ombre, comme la faveur d’Ibn al-Furāt qui lui avait, depuis quatre jours, ouvert le chemin du vizirat, grâce aux lettres venues du fond du ciel d’agents secrets entretenus à Bagdad. Aussi blâmaient-ils publiquement le calife Muqtadir, qu’ils dépréciaient par des termes de mépris, « petit sultan », d’avoir disgracié le vénérable ‘Alī b. ‘Isā, qu’ils tenaient en grande estime. Ces paroles sibyllines devinrent limpides quand la rumeur vola en ville122.

  • 123 Miskawayh, I, p. 262-263/1, p. 298 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 253.
  • 124 Farağ, IV, p. 40.
  • 125 Miskawayh, I, p. 414/1, p. 458-459 ; Hamdānī, p. 116.

27L’usage fut tellement répandu en Iraq que les pigeons particuliers pouvaient porter des nouvelles plus fraîches et plus véridiques que les nouvelles ramenées par les pigeons officiels, qui se révélaient parfois fausses ou périmées : en 321/933, un familier d’Ibn Muqla à Bagdad savait que les Carmathes avaient épargné les gens de Kūfa qu’ils venaient d’enlever grâce aux oiseaux revenus chez son voisin, alors que deux messagers volants reçus le jour même, l’un du directeur de l’impôt foncier, l’autre du préfet de police, avaient fautivement instruit le vizir du massacre des partisans du calife Qāhir123. Même les fugitifs pouvaient régulièrement obtenir du ciel les derniers bruits du monde qu’ils avaient déserté sans trahir leur cachette : le vizir Ibn Šīrzād eut vent quelque temps des nouvelles de Wāsiṭ grâce aux lettres quotidiennes d’un esclave dévoué qui tombaient à Ruṣāfa près de Kūfa, où il avait trouvé refuge pour échapper au fléau de la haine de Bağkam, l’émir turc qui brûlait de l’immoler. Elles lui étaient ensuite fidèlement délivrées par une vieille au fond de sa retraite : il fut instruit le jour même de la fin tragique et méritée de son ennemi mortel en 329/941124 qui le délivra à jamais de ses fureurs, avant qu’elle ne fût sur toutes les bouches. Cependant, si ces messagers du secret étaient surpris et les espions qui les avaient dans l’ombre libérés identifiés, le moindre pli risquait d’être fatal : l’infidèle secrétaire de Bağkam fut sauvagement exécuté en 328/940 et jeté au Tigre pour avoir tenté de prévenir l’ennemi de son maître de sa proche venue ; au lieu de prendre son vol pour les cieux, le messager fraîchement lâché se posa sur la proue du bateau qui descendait le fleuve où il fut capturé : l’écriture du billet était un témoignage sans réplique125.

  • 126 Ibn al-Ğawzi, XV, p. 22 ; Ibn Tnaba, p. 278.
  • 127 Maqrizī, II, p. 7.
  • 128 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Ğāma1, II, p. 152 ; Eddé, (...)

28Même lorsque les Abbassides renoncèrent partiellement à leur réseau de colombiers, les particuliers n’abandonnèrent pas l’usage des voyageurs ailés. Les maîtres mettaient, au besoin, leur aile au service de l’État : le ‘alide Muhammad b. ‘Umar (mort en 390/1009) transmit un ordre de ‘Aḍud al-Dawla à Kūfa et en obtint réponse grâce aux messagers volants dont il disposait dans les deux villes et qu’il fallait continuellement échanger pour les besoins de la correspondance126. Mais ces offres n’étaient pas toujours spontanées : sous les Fatimides, les éleveurs isolés du Caire pouvaient être appelés pour indiquer le nombre de pigeons momentanément captifs dans leurs colombiers, en préciser la provenance, ainsi que le nom de leur propriétaire, aussi bien que celui de leurs oiseaux retenus dans les pigeonniers de leurs lointains correspondants ; ils risquaient d’être réquisitionnés, bien que les maîtres ne fussent tenus de les déclarer et qu’il fût impossible de les dénombrer en raison des lâchers et des arrivées par ciel et terre, comme des naissances et des morts. Aussi aucune liste, même provisoire, n’en permettait le recensement. Les courriers aériens du Caire internés à Damas (plus de 120) furent ainsi requis pour porter au calife ‘Azīz des cerises fraîches et lui épargner la peine inutile du long voyage projeté pour s’en délecter127. De même, en 586/1190, lors du blocus d’Acre par les croisés, les pigeons d’un soldat dont le goût extravagant et la manie déplorée excitaient les murmures furent mis à la disposition de la ville : elle put ainsi correspondre dans le plus grand secret avec l’armée de Saladin déployée sur les collines128.

  • 129 Comme le révèle un vers, Bakri, II, p. 705.
  • 130 Comme au temps du ziride Bādīs (386/996-406/1016), Fārisī, p. 144-147/314-316 ; Idris, II, p. 527  (...)
  • 131 Usāma,p. 31/p. 133.

29Comme l’emploi des courriers ailés par les particuliers fut généralement autorisé par l’État, des relations amicales étaient librement échangées entre des cités relativement proches, comme Tunis et Kairouan129, où les propriétaires offraient l’usage de leurs oiseaux à la ville pour les affaires pressantes130. Les liaisons, cependant, étaient souvent unilatérales : il suffisait d’emporter en partant des messagers du lieu pour leur confier ensuite un pli, comme le fit le gentilhomme syrien, Usāma b. Munqiḏ en quittant Ṣalḫad pour Damas ; il promit de les rendre au ciel dès que le palais damascène destiné à recevoir le vizir Afḍal Riḍwān b. Walaḫšī passé d’Égypte en Syrie serait prêt et d’aller au-devant de lui pour l’accueillir131.

  • 132 Joos van Ghistele, p. 123.
  • 133 Ibn ‘Abd al-Zāhir, p. 386 ; Nuwayri, XXX, p. 332-333 ; Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 191 (...)
  • 134 ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 229-231.

30Mais dans l’Empire mamelouk, nul ne pouvait confier la moindre lettre aux courriers du ciel, « sans la permission du seigneur de la ville132 », autrement dit du gouverneur. Cependant, cette restriction n’était pas généralement observée, même en temps de guerre. Aussi des intelligences étaient-elles secrètement nouées avec l’ennemi : lors du siège du château teutonique de Montfort (Qurayn) en 669/1271, le sultan Baybars frappa d’une flèche un pigeon furtivement libéré du sein de l’armée : il emportait un rapport d’espion vers la place investie. Au lieu d’éclater, il montra sa grandeur en remettant aux chevaliers présents le courrier et son pli133, sans rechercher l’expéditeur qu’il était difficile, voire impossible, d’identifier pour en trancher les jours. Du reste, si les agents soupçonnés de transporter dans l’ombre des pigeons pour annoncer les nouvelles étaient pris, ils n’étaient pas fatalement exécutés : en 710/1310, l’armée qui avait saisi les porteurs de messages avant l’envolée se borna à capturer le mamelouk Sunqur auquel son maître, le gouverneur Asandamur Kurğī fraîchement révoqué, avait confié la secrète mission de l’informer et d’infliger la prison aux deux mamelouks qui lui servaient de compagnons134.

  • 135 Sulūk, II/I, p. 208 ; ‘Aynī, ms Beyazit 2394, p. 234.
  • 136 Sulūk, II/I, p. 228.
  • 137 ‘Aynī, ms Beyazit 2394, p. 385-387.
  • 138 Yūsufī, p. 308 ; Sulūk, II/II, p. 399.

31Mais comme ces messagers fidèles ne trahissaient jamais l’expéditeur, les particuliers leur fixaient des billets anonymes dans les lieux hantés du sultan, même s’ils n’étaient promis au voyage et ne visitaient jamais le ciel, comme il advint couramment au temps de Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn : aussi nombre de grands tremblèrent. En 720/1320, il reçut maintes lettres dénonçant des dignitaires, souvent liées à l’aile de pigeons lancés par-dessus le mur du champ de courses, sous la citadelle, et délivrées par ceux qui les avaient découvertes135. L’année suivante, on trouva sur un volatile recueilli dans l’écurie un pli accusant le souverain de négliger son royaume et ses mamelouks136. Puis deux ans durant, ces messages imprévus cessèrent de troubler le sultan. Mais en 723/1323, comme il jouait au polo avec les émirs, un pigeon tomba à l’improviste au cœur de l’hippodrome. De son aile, on détacha un billet qui chargeait quelques émirs d’une conspiration tramée dans l’ombre. Ils furent injustement détenus, puis élargis : l’enquête les blanchit du crime dont on les avait noircis ; la trahison ourdie en secret n’était qu’une vengeance de femme mûre apparemment dépouillée de quelque bijou par deux des prétendus conjurés137. Puis des années se passèrent sans lettres anonymes ; du moins, les sources cessent de les évoquer. Mais soudain en 736/1336, un pigeon s’abattit dans le champ de courses : il portait un message blâmant Nāṣir de perdre l’empire138. Sa fureur se ralluma. Invectives et colère restèrent cependant vaines : la main qui avait tracé ces mots demeura inconnue, comme les mains qui avaient écrit les anciennes lettres au fil des ans.

  • 139 Un seul passage d’une lettre pourrait suggérer l’emploi de pigeons : wa law kāna illā ma‘a l-ṭayr, (...)

32À la fin du Moyen Âge, les pigeons mirent finalement leur aile au service du commerce. Malgré le fruit que les grands marchands pouvaient en tirer, ils semblent en avoir longtemps méconnu l’usage, comme le suggère l’absence de témoignages dans l’immense correspondance livrée par la Geniza du Caire : ils n’utilisaient que des messageries rapides pour les nouvelles urgentes et de lents courriers pour celles qui ne pressaient guère139. Toutefois, certains emportaient peut-être des courriers ailés dans leurs déplacements, si bien que leurs proches pouvaient recevoir de leurs lettres pendant leur absence. Mais s’ils partaient pour des pays lointains, ils renonçaient à les emmener : ils pensaient qu’ils ne reviendraient jamais d’un si long chemin.

  • 140 Joos van Ghistele, p. 122-123.

33L’emploi ingénieux des voyageurs ailés apparaît à l’extrême fin du xvsiècle, précisément en 1482, au large d’Alexandrie, où il devait remonter plus haut dans le temps. Dès que les navires d’Occident se profilaient dans l’horizon lointain, les vigies de la tour qui regardait vers la mer en signalaient le nombre et la nation par des petits drapeaux. Sitôt les signaux avisés, les négociants couraient chez le gouverneur pour lui emprunter un canot où ils mettaient des agents qui emportaient en ramant l’un de leurs pigeons. Ces derniers accostaient les vaisseaux avant même qu’ils n’eussent touché le port est qui leur était réservé (la rade ouest étant depuis longtemps fermée aux voiles des infidèles) et s’enquéraient aussitôt des articles à bord pour en donner avis par un billet que le courrier du ciel ramenait au nid. Si les destinataires le jugeaient bon, ils faisaient partir des lettres par la même voie vers Damiette ou Le Caire afin d’avertir leurs correspondants de l’arrivée des marchandises et les mettre sur leur garde140. Ainsi, les capitaux mobilisés et les transactions conclues à la vitesse du vent pouvaient engendrer des gains substantiels.

  • 141 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 142 Rauwolf, p. 214-215/p. 145 ; Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35 ; Lettres édifiantes, I, p. 1 (...)
  • 143 Ragheb (1996), p. 190.
  • 144 Chemin décrit par Dannenfeldt, p. 119-121.
  • 145 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 146 Rauwolf, p. 214-215/p. 145.
  • 147 Wood, p. 162 ; Sauvaget (1941b), p. 202.
  • 148 Harant, II, p. 27/p. 35.

34Après l’Égypte, l’usage des courriers volants par les marchands surgit au fond de l’Orient. D’abord, du golfe Persique à l’Iraq, où il n’est décrit pour la première fois qu’en 1574, alors qu’il devait être plus ancien : dès que la mousson portait les vaisseaux des Indes aux rives désolées de l’île d’Ormuz qui était passée des mains des Safavides à celles des Portugais, des pigeons étaient lancés vers Basra, chargés de lettres141. De là-bas, d’autres étaient lancés vers Bagdad142 pour annoncer les richesses ramenées de contrées lointaines que des bateaux à faible tirant venaient prendre pour les mener tranquillement à la capitale sur le golfe Persique qu’ils remontaient le long de l’année, sauf 40 jours en juin-juillet, où les vents hostiles du nord risquaient de les emporter en dérive au lointain vers le sud143. Des haleurs les tiraient ensuite sur le Šaṭṭ al-‘Arab et, de là, sur le Tigre, par un long chemin semé de périls144. Ainsi les négociants de la capitale étaient-ils secrètement instruits le soir même du cours des épices par des pigeons descendus du ciel145. Mais comme les marchandises n’étaient pas destinées aux marchés de la capitale, ils s’empressaient d’avertir leurs correspondants qui pouvaient spéculer à loisir. Leur rôle se bornait à préparer hors la ville les terrains libres où les marchands itinérants devaient dresser leur tente et emballer les produits qu’emporteraient de lentes caravanes, dont certaines s’ébranlaient pour franchir les déserts de Turquie146 et gagner probablement Smyrne, le port le plus fréquenté du Levant147. Des pigeons s’envolaient également dans le sens inverse, de Bagdad à Basra et de Basra à Ormuz148, mais la liaison était moins propice aux spéculations.

  • 149 Bugnon, p. 117 ; Masson (1896), p. 371-372 ; Wood, p. 30 ; Sauvaget (1941b), p. 201.
  • 150 Rocchetta, p. 66, 67.

35Un peu plus tard, dès 1598, les messagers volants servirent le commerce en Syrie du Nord, entre Alep, la plus grande place du Levant149, et Alexandrette devenue depuis six ans son échelle. Comme les marchands allepins craignaient de ne pouvoir écouler les produits de leurs entrepôts, notamment ceux des Indes, ils les bradaient souvent si les navires chrétiens tardaient. Aussi, des roués en profitaient pour réaliser des opérations fructueuses : dès que les pigeons revenus du ciel profond les avertissaient des voiles mouillant sur rade d’Alexandrette, ils achetaient à bas prix les marchandises avant que le bruit ne s’étendît par la contrée, se bornant à verser un faible acompte, promettant le reste dans quelques jours, après la revente des articles, et lançaient des oiseaux dans le port pour conclure les marchés. Quand les négociants bernés s’apercevaient des tromperies tramées en secret dont ils étaient victimes, des regrets les torturaient, aussi cuisants que vains150 : ils ne pouvaient guérir l’incurable dépit ni se consoler des sommes perdues.

  • 151 Masson (1896), p. 372.
  • 152 Cotovicus, p. 415 ; Thévenot, p. 73 ; Gonzales, p. 627-628 ; Volney, p. 275 ; Masson (1896), p. 37 (...)
  • 153 Cotovicus, p. 415 ; Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 253-254 ; Coppin, p. 330.
  • 154 Troilo, p. 611.
  • 155 Maillet, p. 142.
  • 156 Date de parution de la Description de l’Égypte de Maillet, p. 142, qui en évoque le passé récent. (...)
  • 157 Selon les termes de Volney, p. 277.

36Malgré la ruine du commerce d’Alep entraînée par les guerres qui opposaient l’Empire ottoman au šāh ‘Abbās (1598-1628) et les exactions des pachas151, les marchands n’abandonnèrent pas l’usage des messagers célestes152 : ils continuèrent à leur signaler avec célérité l’arrivée des bateaux, les articles à bord et les plus profitables pour le chargement du retour153, et même à préciser le nombre de dromadaires pour en assurer le transport154. Les chasseurs qui abattaient ces messagers de passage pouvaient tirer fruit des secrets confiés à leurs ailes : un négociant allepin serait soudain devenu opulent grâce à l’ordre emporté par le courrier volant qu’il tua par hasard dans une partie de chasse ; il acquit des masses de noix de galle dont le prix venait de flamber en Angleterre et gagna 1 000 écus : la fortune lui était tombée du ciel155. Mais la liaison fut suspendue peu avant 1735156, quand les brigands kurdes qui vivaient de rapines, « cantonnés dans les rochers voisins157 », commencèrent à tirer les pigeons qui filaient avec la rapidité de la flèche pour intercepter les dépêches confidentielles et connaître d’avance les biens chargés par les caravanes qu’ils surprenaient pour les dépouiller. Ils devaient ensuite troquer les produits volés, les vendre ou plutôt les donner pour presque rien. Comme ils ne pouvaient être ni châtiés ni soumis, la liaison fut suspendue.

  • 158 Cotovicus, p. 415.
  • 159 Cotovicus, loc. cit. ; Lithgow, p. 119-120 ; Moore, p. 29 ; Volney, p. 275 ; Blunt, p. 95.
  • 160 Masson (1896), p. 372-373.
  • 161 Lithgow, p. 120.
  • 162 Cotovicus, loc. cit.

37Les pigeons ne faisaient pas seulement office de courriers entre Alep et son échelle : dès la fin du xvie siècle, ils servaient aux marchands pour annoncer au jour le jour les affaires dont la connaissance était indispensable à leur profession, comme l’arrivée des voiles d’Occident ou l’approche des caravanes venant des Indes ou de Perse. Leurs messages s’envolaient vers le nord, notamment vers Āmid (aujourd’hui, Diyarbekr en Turquie), aussi bien que vers le sud : Damas158 et même, au lointain, Bagdad159, qui était alors un immense entrepôt de marchandises d’Asie centrale comme d’Extrême-Orient160 : des ententes secrètes étaient rapidement nouées, malgré la distance161, une soixantaine de jours avant l’arrivée des biens, au plus tôt, une trentaine au plus tard. De ces différentes villes, les destinataires répondaient par la même voie si nécessaire, ne fût-ce que pour accuser réception des lettres tombées des nues162.

  • 163 Signalés en 1601 par Parry, p. 109.

38Mais la liaison la plus surprenante permettait aux marchands d’Alep d’obtenir de La Mekke de promptes informations relatives aux produits des Indes que portaient lentement les caravanes lointaines pour les livrer trois mois après. Connaissant longtemps d’avance les articles dont ils pouvaient espérer le plus grand profit, ils écoulaient rapidement ceux dont le cours devait s’effondrer dès que le marché en serait inondé pour garder ceux dont le prix allait flamber en raison de leur prévisible pénurie163.

  • 164 Niebuhr, II, p. 196.

39Les ultimes marchands à utiliser les messagers volants en Orient furent les Iraqiens, dans leurs déplacements, pour annoncer à leur famille leur proche retour164, plutôt que pour transmettre des informations secrètes sur le cours des richesses qui passaient entre leurs mains.

  • 165 Selon les termes de Bugnon, p. 114-116.

40Les pigeons ne servaient pas seulement les marchands, mais également les caravanes qui cheminaient dans la sécheresse ardente des déserts d’Arabie. Comme elles devaient y pénétrer par les voies convenues, deux d’Egypte, deux de Turquie et deux par la route des Indes, puis en franchir le silence de feu, elles avisaient les souverains de leur passage par des pigeons qui étaient du voyage. Ainsi prévenus des jours d’avance dans les solitudes sablonneuses par des billets transmis de relais en relais, ils s’apprêtaient à les accueillir. Mais les messagers ailés tombaient souvent du ciel de braise dans un désert enflammé, brûlés par une soif horrible ; les voyageurs les voyaient alors « exposés sur les sables le ventre à l’air, et la gorge bayante après la rosée, pour s’en rafraîchir, reprendre vigueur, et s’aider à passer chemin165 ».

  • 166 Dallam, p. 32.
  • 167 Russell, II, p. 203-204 n. 30.
  • 168 Teonge, p. 93, 106.
  • 169 Teonge, p. 93, 106 ; Russell, loc. cit. ; Carruthers, p. xx.
  • 170 Bugnon, p. 117.
  • 171 Troilo, p. 612.
  • 172 Russell, loc. cit.
  • 173 Usage attesté en 1638 par Tavernier, I, p. 176-177 ; en 1670 par Pétis de la Croix, p. 78 ; en 167 (...)
  • 174 Arvieux, V, p. 496.
  • 175 Tavernier, I, p. 176-177 ; Troilo, p. 611.
  • 176 Lettres édifiantes, loc. cit.
  • 177 Comme il le rapporte lui-même, V, p. 494.

41Comme les marchands d’Orient, les Européens d’Alep adoptèrent l’usage des pigeons. D’abord dans trois factoreries : l’anglaise, dès 1599166 jusqu’au xviiie siècle167, puis, à une date indéterminée, la française et la vénitienne168. Les négociants étaient ainsi avisés du nom des navires de la compagnie, fraîchement parus au large d’Alexandrette et de l’heure de mouillage, comme d’autres affaires courantes169. Les billets pouvaient leur parvenir avant l’amarrage170 et le débarquement des passagers, si un bon vent portait les oiseaux en une trentaine de minutes171. Mais les cages de pigeons ne quittaient Alep qu’à la saison de la navigation : il paraissait inutile de les condamner à l’exil dans l’échelle si aucune voile marchande ne devait accoster172. Les consuls de France173 et d’Angleterre174 étaient également prévenus par le vice-consul d’Alexandrette des bateaux qui battaient leur pavillon, sitôt émergés au lointain horizon et reconnus175 : aussi pouvaient-ils en avoir vent avant même que l’ancre n’en fût jetée. Des compatriotes partaient alors au-devant des voyageurs frais débarqués176. Par la même voie des airs, l’arrivée des grands était annoncée : ainsi, le consulat de France d’Alep apprit en 1679 celle du consul, le chevalier Laurent d’Arvieux, que le vice-consul et les principaux membres de la colonie attendaient depuis longtemps au port d’Alexandrette177.

  • 178 Belon, p. 314 ; Boitard et Corbié, p. 215.

42Enfin l’élevage de pigeons était si commun en Orient que des classes humbles de la population s’y livraient : les marins, spécialement les Égyptiens (et, dans une moindre mesure, crétois et chypriotes), en menaient avec eux en quittant leur port pour les garder longtemps à bord. Quand les vents les portaient sur les rives de la patrie, ils leur offraient la liberté178. S’élevant en ligne droite vers le ciel, probablement sans message, inutile aux illettrés qui ne pouvaient le lire, ils dirigeaient leur vol vers l’invisible rivage pour retrouver leur nid, malgré des mois d’internement, d’inaction et d’exil. Ainsi, les messagers des airs devançaient les hommes des mers : le retour du pigeon annonçait le retour du maître.

Notes

1 Mas‘ūdī, IV, §2809.

2 Ibn al-Furāt en 306/918, Tuḥfa, p. 33 ; Sebüktigin en 363/973-974, Hamdāni, p. 214 ; le syndic des ‘alides en 392/1001-1002, Hilāl, p. 411/p. 436.

3 Comme en 306/918, le retour du vizir à Bagdad, Miskawayh, I, p. 57/I, p. 62 ; ou en 329/940-941, la venue de personnes arrêtées, Miskawayh, I, p. 415/I, p. 460.

4 En 299/912, un pigeon lâché de Bagdad vint apprendre à Basra l’arrestation d’Ibn al-Furāt, Tanūḫī, I, p. 236 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 236.

5 Le meurtre de Bağkam en 329/941, Ṣūlī, p. 196/II, p. 16 ; celui d’Abū Yūsuf Barīdī en 332/ 943, Tanūḫī, III, p. 23 ; le décès de Ṣaymarī en 338/949, Hamdānī, p. 163.

6 En 219/834, Mu‘taṣim établit de Wāsiṭ à Bagdad des courriers à cheval pour recevoir des nouvelles de l’armée combattant contre les Zuṭṭ, Balāḏurī, p. 375 ; Tabari, III, p. 1167 ; Ibn al-Aṯīr, VI, p. 443.

7 Comme en 302/914, pour relier Fusṭāṭ à Bagdad, ‘Arīb, p. 53.

8 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 367/p. 467. Ce renseignement isolé est peut-être erroné : l’auteur a pu confondre le vizir avec son successeur.

9 Yāqūt, II, p. 912, le croyait près de Kūfa ; De Goeje, p. 97, n. 3, qu’il joignait le Nahr ‘īsā à Duğayl ; de même, Canard (1951), p. 356, n. 204. Il était parfois désigné sous le nom de Warrāda, Ḥamza, p. 206 ; ou de ‘Aqrqūf dont il baignait la région, Miskawayh, I, p. 176/I, p. 199 ; ‘Uyūn, IV/I, p. 239 ; Hamdānī, p. 53-54 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 172.

10 Miskawayh, I, p. 179/I p. 202.

11 Précision d’Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 184.

12 Miskawayh, I, p. 185/I, p. 208 ; Tuḥfa, p. 315-316 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 272 ; Ibn al-Aṯir, VIII, p. 184 ; Bowen, p. 273.

13 Rūdrāwari, p. 40/p. 37.

14 Comme celle du chef du Ḫūzistān, Aṣlān Takīn en 637/1239, Ibn al-Fuwaṭī, p. 128.

15 Comme celui d’Irbil en 634/1236-1237, Ibn al-Fuwaṭī, p. 98.

16 Comme les débâcles de l’armée abbasside face aux Mongols en 635/1238, Ibn al-Fuwaṭī, p. 113 ; et, en 646/1248, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228.

17 En 647/1249, ils apprirent leur retour, Ibn al-Fuwaṭī, p. 241.

18 Qāḍī Fāḍil repris dans Nuwayrī, X, p. 280 ; Ġuzūlī, II, p. 262 ; Suyūṭī, II, p. 316 ; Ṭawq, p. 65. Allusion à cette image dans Ṭawq, p. 62.

19 Selon la formule de Qāḍī Fāḍil reprise par Abū Šāma2, I, p. 521 ; Ġuzūlī, II, p. 262, 264 ; Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 60.

20 Que leur donna Ġuzūlī, II, p. 264.

21 Ainsi Mu‘aẓẓam apprit-il en 615/1218 à Naplouse la fin de ‘Ādil, Sibṭ, VIII/II, p. 596 ; Nuwayri, XXIX, p. 83 ; et Muğāhid en 635/1238, à Homs, la mort de Kāmil, Sibṭ, VIII/II, p. 731 ; Dahabī, an. 631-640, p. 308.

22 Comme celle d’un émir à Sinğār en 660/1261, Ibn al-Fuwaṭī, p. 347.

23 Comme le billet qui demandait en 539/1144 à Zengī de presser sa venue au siège d’Édesse dégarnie de troupes, AAC, p. 89 ; Chabot, p. 172 ; Grousset, II, p. 879 ; Deschamps, I, p. 98.

24 Comme Nābulusi du Caire au Fayyoum, Nābulusī, p. 3.

25 Ainsi, en 491/1098, l’émir de ‘Azāz apprit le fruit des négociations auprès de Godefroi de Bouillon, Albert d’Aix, p. 438 ; fragment traduit par Edgington, p. 167-168 ; Guillaume de Tyr, I, p. 346.

26 En 637/1239, l’envoyé du sultan de Damas, Ṣāliḥ, emporte des volatiles en partant pour Baalbek, Sibṭ, VIII/II, p. 725 ; Ibn Wāṣil, V, p. 220-222 ; Abū l-Fidā, III, p. 164 ; Nuwayri, XXIX, p. 259-260 ; Ibn al-Dawādārī, VII, p. 336 ; Sulûk, I/II, p. 285 ; trad. Blochet, ROL, X, p. 316 ; Humphreys, p. 256 ; Eddé, p. 343-344.

27 Ainsi fut annoncée, en 615/1218, la flotte franque à Damiette, Maqrizī, I, p. 216 ; éd. Wiet, IV, p. 46 ; et, en 1249, celle de Saint Louis, Joinville, § 163.

28 Saladin apprit de cette façon en 570/1174 le siège d’Alexandrie par la flotte sicilienne, Abū Šāma2, I, p. 599 ; RHC, Or., IV, p. 166 ; Sanā, p. 78 ; Hillenbrand, p. 548.

29 En 443/1052, le vizir fatimide Yāzūrī confia au commandant de l’armée de nombreux pigeons pour l’informer des événements, Itti’āz, II, p. 220.

30 Ainsi furent annoncés le siège d’Alep, après la chute de Homs, de Ḥamā et de šayzar en 382/992 (Ittiāz, I, P- 275 ; Bianquis, I, p. 195), la défaite d’Abū Rakwa en 396/1006 et celle des Banū Qurra en 443/1052 (Ibn al-Ṣayrafi, p. 70-71 [42-43] ; Itti’āz, II, p. 220), la prise de Bāniyās en 552/ 1157 (Ibn al-Qalānisī, p. 340-341 ; trad. Gibb, p. 336 ; Abū Šāma2, I, p. 270 ; RHC, Or., IV, p. 87), celle de Burzayh en 584/1188 (‘Imād al-Dīn, p. 152-153/p. 140), la chute de Ma’arrat al-Nu’mān en 635/1238 (Ibn al-‘Adīm, III, p. 238 ; Eddé, p. 114, 343), le siège de Manṣūra et la défaite de Saint Louis en 647/1250 (Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 28 ; II, p. 23 ; Maqrizī, I, p. 221 ; éd. Wiet, IV, p. 66 ; Sulūk, I/II, p. 351 ; trad. Blochet, ROL, XI, p. 219), la prise d’Alep par les Mongols en 658/ 1260 (Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 165 r° ; Eddé, p. 180).

31 Suivant les termes de Jacques de Vitry, HO, p. 148 ; repris par Vincent de Beauvais, col. 1188, livre XVI, chap. LIV.

32 Comme l’affirment les émissaires de l’émir de ‘Azāz à Godefroy de Bouillon, Albert d’Aix, p. 438 ; fragment traduit par Edgington, p. 167-168.

33 Jean de Mandeville, p. 89.

34 En 491/1098, les messagers ne pouvant pas regagner ‘Azāz investie, ils libèrent deux pigeons pour avertir leur maître du fruit des négociations, Guillaume de Tyr, I, p. 346 ; trad. Guizot, CMHF, XVI, p. 350.

35 Wilbrand d’Oldenbourg, p. 168 ; Edgington, p. 170-171.

36 Ibn al-‘Adīm, n, p. 156 ; Röhricht (1898), p. 88 ; Grousset, I, p. 458 ; Deschamps, III, p. 95,155.

37 AAC, p. 71 ; Tritton et Gibb, p. 95 ; chronique vénitienne anonyme publiée en note dans Sanudo, p. 189 ; Sanudo, p. 187 ; Juste-Lipse, p. 55-56.

38 AAC, p. 74 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877 ; Deschamps, III, p. 155.

39 Ibn al-Aṯīr, X, p. 646 ; Bāhir, p. 36.

40 Ibn al-Ḫazrağī, fol. 165 r° ; Eddé, p. 344.

41 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 245, 280, 286/p. 211, 216, 244, 250 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abu šâma1, II, p. 152, 159 ; RHC, Or., IV, p. 442 ; Lyons et Jackson, p. 310 ; Eddé, p. 343. Dès que les trois tours mobiles qui attaquaient les murailles furent réduites en cendres, Saladin en fut avisé, ‘Imād al-Dīn, p. 246/p. 217.

42 ‘Imād al-Dīn, p. 240.

43 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 135-136 ; passage traduit par Gabrieli, p. 227 ; RHC, Or., III, p. 179 ; Abu Šāma1, II, p. 162 ; RHC, Or., TV, p. 482 ; Röhricht (1898), p. 527-528.

44 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250.

45 Idem, p. 240/p. 211.

46 Sibṭ, VIII/I, p. 404.

47 Nawādir, p. 170 ; passage traduit par Gabrieli, p. 247 ; Runciman, III, p. 50.

48 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 136 ; passage traduit par Gabrieli, p. 227 ; RHC, Or., III, p. 179 ; Abū Šāma1, II, p. 162.

49 AAC, p. 74 ; Tritton et Gibb, p. 97 ; Grousset, II, p. 877.

50 Arnold de Lübeck, p. 207 ; Michaud (1825-1829), III, p. 39-40 ; Röhricht (1898), p. 675.

51 Estoire de Eracles, p. 261 ; Ernoul, p. 357 ; Röhricht (1898), p. 691.

52 Chronicle of Holyrood, p. 176 ; Macquarrie, p. 54.

53 Jacques de Vitry, p. 64, 65 ; Edgington, p. 173 ; Grousset, III, p. 200, n. 1 ; Deschamps, III, p. 41, 155.

54 Jacques de Vitry, p. 68, 69.

55 Pour reprendre sa terminologie, p. 60, 61.

56 Idem, p. 62, 63.

57 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 386 ; Nuwayri, XXX, p. 332-333 ; Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 191-192 ; II, p. 151 ; Michaud (1829), IV, p. 527 ; Röhricht (1884), p. 401 ; Röhricht (1898), p. 959 ; Deschamps, I, p. 99 ; Hubatsch, p. 188.

58 Nuwayrī, XXIV, p. 133 ; Talbi, p. 295.

59 Ibn ‘Idārī, I, p. 164/1, p. 228 ; Dachraoui, p. 316.

60 Qādī Idrīs, p. 286 ; Dachraoui, loc. cit.

61 Carmen Pisanorum dans Jehel, p. 27 ; Ibn al-Aṯīr, X, p. 166/p. 487 ; Idris, I, p. 288 ; II, p. 527 ; M. Talbi, EP, IV, p. 837 (Kawsara).

62 Carmen Pisanorum dans Jehel, p. 28 ; Ibn al-Aṯīr, loc. cit.

63 Tiğānī, p. 331, 341, 377 ; Wazīr, I/II, p. 476.

64 Ibn al-Aṯīr, X, p. 166/p. 487-488.

65 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 121/p. 561 ; Idris, I, p. 354 ; II, p. 527.

66 En 479/1086 Rāḍī avise son père Mu‘tamid qu’Algésiras vient de se livrer à Yūsuf b. Tāšfīn, Ibn al-Abbār, II, p. 100 ; trad. Lagardère, p. 209 ; Maqqarī, V, p. 378 ; Dozy-Lévi-Provençal, III, p. 125 ; Pérès, p. 244.

67 Mu‘tamid apprend la victoire de Zallāqa à son fils, Ibn al-Sammāk, p. 63 ; trad. Huici Miranda, p. 77 ; trad. Lagardère, p. 223 ; Ibn al-Ḫatīb, II, p. 114-115 ; Ibn Ḫallikān, VII, p. 118 ; trad. Lagardère, p. 212 ; Pérès, p. 244.

68 Ainsi, Algésiras correspondait avec Gibraltar lors du blocus d’Alphonse le Savant en 677/ 1279, Ibn Abī Zar‘, II, p. 223 ; trad. Beaumier, p. 474 ; trad. Huici Miranda, II, p. 622 ; Arié, p. 213.

69 Ibn al-Qādī, I, p. 78 ; Allouche, p. 130, 137-138 ; Arié, p. 213.

70 Fath b. Ḫāqān, p. 51 ; Ibn al-Abbār, II, p. 84 ; Pérès, p. 244-245.

71 Mu‘tamid, p. 62 ; Pérès, p. 244.

72 Mu‘tamid, p. 46 ; Pérès, loc. cit.

73 Mu‘tamid, p. 59 ; Pérès, loc. cit.

74 Dans le poème adressé à Ma‘mūn, Mu‘tamid, p. 46 ; Pérès, loc. cit.

75 Al-murāsala maa hudā al-ḥamām, Maqqari, IX, p. 72.

76 Témoin ce vers d’Ibn al-Ḫaṭīb, IV, p. 466, repris par Maqqarī, IX, p. 157, d’un poème composé en 763/1362.

77 Muhimmāt sulṭāniyya, Sulūk, II/II, p. 517 ; Muhimmāt al-sulṭān, Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 87 ; al-umūr al-sulṭāniyya, Qalqasandī, XIV, p. 370.

78 Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 82 ; Sauvaget (1941a), p. 16 ; Ibn Iyās, I/I, p. 332.

79 Ibn Nāẓir al-Gays, p. 121-123 ; Qalqasandī, VII, p. 231-233 ; XI, p. 112, 125, 128, 233. Stern rend à tort le terme par « passport », p. 263. La traduction de Sauvaget (1941a), p. 45, « laissez-passer » est plus heureuse.

80 Les bêtes avaient tant souffert de leurs abus que des contrôles furent effectués en 741/1340, Sulūk, II/II, p. 516.

81 Il remit des pigeons de Homs à des voyageurs qui prenaient une caravane se rendant à Qārā. Ces derniers les lâchèrent pour indiquer la position des bédouins, sitôt avisés. Cinquante cavaliers furent dépêchés pour arrêter cinquante voleurs : ils furent pendus, et leurs dépouilles exhibées par paire devant les caravansérails qui jalonnaient la voie. Un seul parvint à s’enfuir, Ibn al-Suqā‘ī, p. 135/162 ; Eddé, p. 344.

82 Comme l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl en 693/1293, Nuwayri, XXXI, p. 271 ; ‘Aynī, III, p. 228.

83 Comme en 698/1299, Sulūk, I/III, p. 855 ; Ohsson, IV, p. 221 ; en 711/1311, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 328 ; en 731/1331, Sulūk, II/II, p. 333 ; et, en 752/1351, Abū l-Maḥāsin, X, p. 270.

84 Ainsi, en 721/1321, Le Caire apprit la même heure la démolition des églises d’Alexandrie et Damanhūr, Sulūk, II/I, p. 218-219.

85 Comme, en 792/1390, Sulūk, III/II, p. 720 ; Ṣayrafi, I, p. 309 ; et, en 807/1405, Sulūk, III/ III, p. 1161 ; Ṣayrafī, II, p. 201 ; Abū l-Mahāḥin, XII, p. 317.

86 Comme la rébellion des Alexandrins contre le gouverneur en 727/1327, Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 45-46 ; Maqrīzī, I, p. 175 ; éd. Wiet, III, p. 191.

87 En 694/1294, celui de ‘Ādil Kitbuġā, Baybars, p. 305 ; et, en 698/1299, celui de Nāṣir à Damas, Yūnīnī, éd. et trad. Guo, p. 62/119.

88 Ainsi l’arrivée d’un émir en 709/1309, ‘Aynī, ms Veliyuddin 2393, p. 165 ; celle du sultan Farağ b. Barqūq, alors à Qaṭyā, tomba en814/1411 au Caire dans trois jours, Sulūk, IV/I, p. 174 ;celle de l’émir Kizil de Damas au Caire, l’année suivante, Ṣayrafi, II, p. 308 ; celle de l’émir Aqbāy Mu‘ayyadī en 820/1417 pour que l’on se portât à sa rencontre à Siryāqūs, Ṣayrafi, II, p. 384 ; ou celle de Ğānibak en 828/1425, Ṣayrafi, III, p. 93.

89 Comme, en 711/1311, l’émir Argūn qui brûlait de colère contre le père de l’historien, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 214.

90 En 768/1366, des pigeons lâchés du Caire vers Alexandrie, Rosette et Burullus, y ramènent en toute hâte des émirs, Sulūk, III/I, p. 133.

91 Ḫālidī, fol. 105 v°-106 r° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

92 Comme au siège de Raḥba par les Mongols en 712/1312-1313, Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258.

93 Comme au siège de Mossoul par les Mongols en 660/1261, Rašīd al-Dīn, éd. Karīmī, II, p. 730 ; éd. et trad. Quatremère, p. 387 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 347-348 ; Ohsson, III, p. 372.

94 Des dépêches aériennes instruisent d’une incursion mongole de Bīra : en 658/1260, Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 150 r° ; Abū l-Maḥāsin, VII, p. 105 ; et, en 698/1299, Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 373 ; en 767/1365, un billet avertit de l’arrivée de la flotte de Pierre de Lusignan dans la rade d’Alexandrie, Sulūk, III/I, p. 104.

95 Comme, en 680/1281, celui des Mongols assiégeant Homs, Baybars, p. 196 ; Nuwayri, XXXI, p. 32 ; Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 215 ; Ibn al-Furāt, VII, p. 215 ; Sulūk, I/III, p. 692 ; trad. Quatremère, II/I, p. 35 ; Amitai-Preiss, p. 191.

96 Comme la défaite de l’armée à Qaryatayn face aux Mongols en 680/1281, puis la victoire qui suivit, Baybars, p. 119 ; Ynīnī, éd. Hyderabad, IV, p. 95 ; Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 244-245 ; Ğazarī, fol. 17 v° ; Mufaddal, II, p. 494-495 [330-331] ; Ibn al-Furāt, VII, p. 218, 220 ; Sulūk, I/III, p. 697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40 ; comme la chute de Qal’at al-Rūm à Damas en 691/1292, Ibn al-Furāt, VIII, p. 137 ; ou une défaite mongole en 702/1303, Sulūk, I/III, p. 936 ; Ohsson, IV, p. 336.

97 Ibn KAṯīr, XIV, p. 25 ; ‘Aynī, IV, p. 242.

98 Nicolas de Martoni, p. 586 ; Pèlerinage, p. 102 ; Adorno, p. 160, 161 ; Rieter, p. 126-127 ; Tucher, p. 370 a ; Fabri, II, p. 724 ; III, p. 968-969 ; Bernard de Breydenbach, p. 34/74 ; Jean de Solms, p. 110 b ; Arnold von Harff, p. 76-77, 78/p. 92, 94 ; La Roncière, II, p. 92 ; Pastré, p. 126.

99 Fabri, III, p. 969.

100 Idem, II, p. 725.

101 Bernard de Breydenbach, p. 34/73.

102 Symon Semeonis, p. 46, 47 ; trad. Deluz, p. 972 ; Nicolas de Martoni, p. 586 ; Pèlerinage, p. 102 ; Adorno, loc. cit. ; Fabri, III, p. 969 ; Ariosto, p. 87 ; Arnold von Harff, p. 76/p. 92 ; Martin von Baumgarten, p. 33 ; trad. dans Churchill, I, p. 437 ; Atiya, p. 225.

103 Tafur, p. 56/p. 68-69.

104 Van Linschoten, p. 16.

105 Moore, p. 29.

106 Brémond, p. 121.

107 Comme celle de Tenreiro en 1524, Tenreiro, p. 77.

108 Selon les termes d’Alpin, I, p. 86.

109 Prise de Kanicha (Hongrie) en 1599, Castela, p. 189, 190, 191.

110 Castela, p. 190, 191.

111 L’oiseau emportait la substance du message qu’un messager à pied délivrait six jours plus tard, Valle, I, p. 244/1, p. 416.

112 Selon Fürer en 1565, p. 45 ; et Harant en 1598, II, p. 27, 198/p. 34, 273.

113 Harant, II, p. 27/p. 34 ; Fürer, p. 44-45 ; Coppin, p. 330 ; Monconys, p. 170.

114 Neitzschitz, p. 342.

115 Transmis par Ibn al-Mu‘tazz, p. 163, 164, puis repris dans son recueil, p. 115, 116, 117. Voir le commentaire d’Abū Zayd, p. 163-164.

116 II, p. 322.

117 Ibn Ḥazm, p. 33 ; trad. Bercher, p. 91 ; trad. Arberry, p. 74 ; Pérès, p. 245.

118 Sa‘dī, p. 37, repris par Maḥğūb, I, p. 134.

119 Ibn al-Nadīm, I, p. 187/I, p. 463 ; Ibn al-Ğawzī, XII, p. 299.

120 Yamānī.p. 110/p. 285.

121 Yamānī, p. 111-112/p. 288 ; Qādī Idris, p. 148.

122 ‘Arīb, p. 110-111 ; De Goeje, p. 79 ; Canard (1942-1947), p. 170.

123 Miskawayh, I, p. 262-263/1, p. 298 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 253.

124 Farağ, IV, p. 40.

125 Miskawayh, I, p. 414/1, p. 458-459 ; Hamdānī, p. 116.

126 Ibn al-Ğawzi, XV, p. 22 ; Ibn Tnaba, p. 278.

127 Maqrizī, II, p. 7.

128 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Ğāma1, II, p. 152 ; Eddé, p. 343.

129 Comme le révèle un vers, Bakri, II, p. 705.

130 Comme au temps du ziride Bādīs (386/996-406/1016), Fārisī, p. 144-147/314-316 ; Idris, II, p. 527 ;Goitein, I, p. 291.

131 Usāma,p. 31/p. 133.

132 Joos van Ghistele, p. 123.

133 Ibn ‘Abd al-Zāhir, p. 386 ; Nuwayri, XXX, p. 332-333 ; Ibn al-Furāt, éd. et trad. Lyons, I, p. 191-192 ; II, p. 151 ; Michaud (1829), IV, p. 527 ; Röhricht (1884), p. 401 ; Röhricht (1898), p. 959 ; Deschamps, I, p. 99.

134 ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 229-231.

135 Sulūk, II/I, p. 208 ; ‘Aynī, ms Beyazit 2394, p. 234.

136 Sulūk, II/I, p. 228.

137 ‘Aynī, ms Beyazit 2394, p. 385-387.

138 Yūsufī, p. 308 ; Sulūk, II/II, p. 399.

139 Un seul passage d’une lettre pourrait suggérer l’emploi de pigeons : wa law kāna illā ma‘a l-ṭayr, comme le suppose Goitein, I, p. 291.

140 Joos van Ghistele, p. 122-123.

141 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.

142 Rauwolf, p. 214-215/p. 145 ; Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35 ; Lettres édifiantes, I, p. 198.

143 Ragheb (1996), p. 190.

144 Chemin décrit par Dannenfeldt, p. 119-121.

145 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.

146 Rauwolf, p. 214-215/p. 145.

147 Wood, p. 162 ; Sauvaget (1941b), p. 202.

148 Harant, II, p. 27/p. 35.

149 Bugnon, p. 117 ; Masson (1896), p. 371-372 ; Wood, p. 30 ; Sauvaget (1941b), p. 201.

150 Rocchetta, p. 66, 67.

151 Masson (1896), p. 372.

152 Cotovicus, p. 415 ; Thévenot, p. 73 ; Gonzales, p. 627-628 ; Volney, p. 275 ; Masson (1896), p. 379.

153 Cotovicus, p. 415 ; Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 253-254 ; Coppin, p. 330.

154 Troilo, p. 611.

155 Maillet, p. 142.

156 Date de parution de la Description de l’Égypte de Maillet, p. 142, qui en évoque le passé récent. Volney, p. 275, les situe à tort un peu plus tard vers la moitié du xviiie siècle ; de même Masson (1911), p. 285, 599.

157 Selon les termes de Volney, p. 277.

158 Cotovicus, p. 415.

159 Cotovicus, loc. cit. ; Lithgow, p. 119-120 ; Moore, p. 29 ; Volney, p. 275 ; Blunt, p. 95.

160 Masson (1896), p. 372-373.

161 Lithgow, p. 120.

162 Cotovicus, loc. cit.

163 Signalés en 1601 par Parry, p. 109.

164 Niebuhr, II, p. 196.

165 Selon les termes de Bugnon, p. 114-116.

166 Dallam, p. 32.

167 Russell, II, p. 203-204 n. 30.

168 Teonge, p. 93, 106.

169 Teonge, p. 93, 106 ; Russell, loc. cit. ; Carruthers, p. xx.

170 Bugnon, p. 117.

171 Troilo, p. 612.

172 Russell, loc. cit.

173 Usage attesté en 1638 par Tavernier, I, p. 176-177 ; en 1670 par Pétis de la Croix, p. 78 ; en 1675 par Lettres édifiantes, I, p. 198 ; en 1679 par Arvieux, V, p. 497.

174 Arvieux, V, p. 496.

175 Tavernier, I, p. 176-177 ; Troilo, p. 611.

176 Lettres édifiantes, loc. cit.

177 Comme il le rapporte lui-même, V, p. 494.

178 Belon, p. 314 ; Boitard et Corbié, p. 215.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540